Navigation – Plan du site
Capucine Boidin Caravias

L’Horizon anthropologique des transferts culturels”, Revue Germanique internationale, n°21, janvier 2004, 268 p.

[07/02/2005]

Entrées d’index

Palabras claves :

historiografia, antropología
Haut de page

Texte intégral

1Le concept de “Transfert culturel” a été élaboré par Michel Espagne et Michael Werner pour étudier les emprunts (d’idées, de discours, de textes) que les cultures allemandes et françaises se font l’une à l’autre depuis le XVIIIe siècle, en mettant l’accent sur les processus de réception et de transformation de ces emprunts dans la société d’accueil. Ce terme a ensuite été repris pour analyser les métissages en Amérique du XVIe au XXe siècle (Turgeon, Delâge et Ouellet 1996). Aujourd’hui, ces deux niveaux sont mis en rapport l’un avec l’autre puisque nous découvrons d’une part certains transferts culturels dans divers univers culturels et d’autre part comment les transferts entre l’Allemagne et la France ont fait émerger un certain nombre d’idées anthropologiques dont certaines qui ont trait aux métissages. “La question des transferts culturels se situe à plusieurs niveaux. Il existe un niveau empirique d’observation des interactions entre des groupes ethniques, des langues. Mais la question posée a sa propre histoire liée au devenir des peuples qui l’ont posée”, qui sont en particulier la France et l’Allemagne (Michel Espagne, p.213).

2La revue propose une répartition des articles en trois sections: 1) Transferts, branchements, hybridité, réappropriation, traduction. 2) Vers une histoire anthropologique des transferts culturels. 3) Positions allemandes sur la pluralité des peuples. Mais il est plus clair à mon sens de répartir les différents auteurs en deux niveaux: 1) L’observation des transferts culturels et 2) la mise en perspective historique et sociologique de la question même des transferts culturels.

31) Quelques exemples de transferts culturels :
Le roman, comme genre littéraire produit par la culture européenne moderne, a été introduit en Russie au XVIIIe siècle et en Inde au XIXe siècle avec des conséquences inégales puisque en retour les romans russes sont lus au niveau international tandis que les romans indiens ne le sont pas “encore”, selon Sergei Serebriany.

4Puis l’article de Michael Harbsmeier, “le monde renversé, quelques expériences chinoises de la modernité européenne au XIXe siècle”, nous fait découvrir les rapports et les journeaux intimes de diplomates chinois datant de 1866-1876. Ce qui les frappe en premier lieu est l’intérêt “ethnologique” des européens pour leur propre pays, la présence d’objets, de livres, de représentations mais aussi de personnes lisant les penseurs chinois classiques sans pour autant avoir une connaissance pratique de la langue. Ils restent convaincus de la supériorité morale de leur pays concernant les relations hommes-femmes, les liens entre les générations et les rapports entre gouvernants et gouvernés, concluant que “les Occidentaux ne comprennent pas ce que signifie avoir des parents” (p.174). Si certaines remarques éparses sont communes avec des voyageurs arabes, la construction d’une vision de l’Europe comme “monde à l’envers” leur est particulière. Mais ce regard des Chinois sur l’Europe nous en apprend peut-être plus sur les Chinois que sur les Européens.

5L’article de Carmen Bernand, “Les incas sont-ils un peuple bon à penser? Moïse, Platon, Rome et l’exotique apprivoisé”, nous sensibilise, entre autre, aux écrits de Garcilaso de la Vega, métis, fils de conquistador et de princesse péruvienne, qui malgré l’inquisition du XVIe sicèle, écrit les chroniques du Pérou en “traduisant” ce monde selon les termes de la tradition latine, grecque et judéo-chrétienne. En particulier, à un niveau plus personnel, en tant que métis et déraciné, il aurait opéré un transfert (au sens psychologique) sur la figure du juif errant et en particulier Léon L’Hebreu dont il fit plusieurs traductions.

6Enfin l’article de Marika Moisseeff nous fait entrer dans la vision du monde des Aranda et leur particulière pratique et perception des transferts culturels: les Aranda ne cessent d’opérer des changements, des innovations dans leur organisation sociale (adoption de nouveaux systèmes de parenté par ex.) et dans leur vie cérémonielle (adoption de rites, d’ornements, etc...), mais ils sont imputés aux rêves (même s’ils savent que c’est un emprunt d’une autre tribu). Ceci permet d’introduire sans cesse des innovations culturelles tout en proclamant l’éternité des choses. Loin d’être un peuple sans histoire, il en neutralise les effets par la spatialisation des emprunts.

72) Ce tout récent numéro spécial de la Revue germanique internationale a aussi le grand mérite de resituer historiquement et géographiquement les questions du métissage, de l’acculturation, de l’hybridation et des transferts, rendant sa lecture très profitable pour des américanistes peu familiers de l’univers franco-allemand. L’enseignement général qui se dégage est que le regard anthropologique et historique actuel, attentif aux réseaux, aux métissages, aux emprunts, branchements, “connected histories”, etc... n’est a) ni neuf, b) ni pur, déconnecté de conditions socio-historiques précises c) ni nécessairement une sortie réussie de l’ethnocentrisme.

8a) Matthias Middelle, dans son article “Histoire universelle, histoire globale, transfert culturel” démontre que notre manière actuelle d’écrire l’histoire universelle trouve un écho tout particulier chez des historiens allemands de la fin du XIXe siècle comme Hans Ferdinand Helmot, en contact étroit avec le fondateur de l’anthropogéographie: Friedrich Ratzel (1880), qui soutient la “thèse selon laquelle les peuples sont par essence métissés, et ne sont considérés comme originaux que par erreur de perspective” (Espagne, p. 219). De son côté, Helmot a écrit une histoire universelle en partant de la double idée qu’il n’y a pas de peuples sans histoire ni de peuples qui soient restés sans influence sur d’autres. L’idée fut reprise en France après la première guerre mondiale avec Bloch. Puis la question de l’imbrication du monde passa à l’arrière plan pour renaître dans la seconde moitié des années 1980, aux Etats-Unis et en France, pour revenir à l’Allemagne dans les années 1990.

9b) La recherche anthropologique elle-même se nourrit grâce à des transferts culturels de chercheurs et de concepts. Selon Jürgen Trabant, l’idée révolutionnaire de Guillaume de Humbolt dans les années 1800, selon laquelle que chaque langue créée une “vision du monde” particulière- naît de son transfert de l’allemagne vers Paris ainsi que de la rencontre avec le pays Basque et la radicale étrangeté de sa langue.

10c) Enfin, encore aujourd’hui, la recherche anthropologique sur le métissage comme pensée de l’altérité et de la relation à l’autre n’est en fait que recherche de l’Europe sur elle-même et pour elle-même tout en étant indissociable du rapport de domination historique qu’elle établit avec les autres (David Simo). En effet, selon Laurier Turgeon, qui analyse les mots pour dire les métissages, les termes acculturation puis transculturation et interculturation avaient chacun pour objectif de designer et décrire les phénomènes d’influence mutuelle, liés aux contacts entre cultures et sociétés. Pourtant l’un après l’autre ils finissent par designer l’acculturation des minorités aux sociétés dominantes et les transformations de l’autre en soi. “L’introduction du mot métissage dans le lexique des sciences humaines représente une nouvelle tentative de recentrage du concept sur les interactions et les appropriations réciproques. Plus encore, l’usage exprime une volonté de situer le métissage au coeur de tout processus culturel, tant du monde occidental lui-même que sur ses franges coloniales. ” (p.56). Le recentrage est-il réussi? L’article de Jean Loup Amselle n’est pas optimiste concernant cette notion qu’il a contribué à populariser. Il rappelle que l’analyse en terme de métissage suppose une problématique génétique et biologique, “on souhaiterait montrer, en s’écartant de toute problématique postcolonialiste ou postmoderniste, les insuffisances de cette notion, et corrélativement, souligner la nécessité d’aborder, à l’aide d’autres instruments, ce qui est visé par le concept de métissage, à savoir l’articulation du local au global, en fonction d’une pluralité de périodes historiques et d’espaces géographiques” (p. 41). Il dénonce la thématique du génocide comme de l’ethnocide qui repose sur l’idée d’une authenticité primordiale, elle-même liée à la problématique de la dégénérescence qui implique l’invisibilité des métis (p.49). Voir le monde à travers le prisme des transferts culturels, des contacts et du métissage ne serait finalement qu’un énième mirage de l’occident qui pense voir l’autre et ne regarde que lui-même.

11Laurier Turgeon, Denys Delâge et Réal Ouellet, Transferts culturels et métissages Amérique/Europe, XVI-XXe siècle, Paris, Presses de l’Université de Laval, L’Harmattan, 1996, 580 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Capucine Boidin Caravias, « “L’Horizon anthropologique des transferts culturels”, Revue Germanique internationale, n°21, janvier 2004, 268 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 07 février 2005, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/339

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page