Navigation – Plan du site
Colloques | 2008
Les relations de genre dans le monde hispanique. Journée d’Études ILCEA/CERHIUS Université de Grenoble III 25 janvier 2008
Mathilde Dubesset

Femmes et  religions, entre soumission et espace pour s’exprimer et agir, un regard d’historienne

[05/06/2008]

Résumés

On ne peut nier la part prise par les traditions religieuses dans l’inégalité entre les sexes. La marque d'une culture patriarcale est réelle dans le judaïsme, le christianisme et l'islam, religions du Livre et du Dieu unique, pensé au masculin. On la trouve dans l'interprétation des grands textes fondateurs, dans la méfiance à l'égard des femmes, dans le monopole masculin du pouvoir religieux et de l'accès au sacré. Pourtant des femmes ont pu accéder à des possibilités d'expression et d’action, dans un cadre religieux ou du fait de leur culture religieuse. Moniales musiciennes du Moyen-Age, religieuses missionnaires, aventurières de Dieu, supérieures de congrégations catholiques du 19e siècle aux réels pouvoirs, femmes protestantes engagées autour de 1900 dans le combat pour l'émancipation des femmes et, plus près de nous, théologiennes féministes revisitant la Bible : autant de situations, au fil des siècles, qui nuancent la vision critique  du rôle des religions dans le « malheur des femmes », même si les paradoxes ne manquent pas -dans le monde catholique par exemple. Quant aux  femmes qui se disent  féministeset musulmanes, elles bousculent  les représentations habituelles et témoignent d'une relation pleine de surprises entre femmes et religions.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Simone de Beauvoir, Le Deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1949
  • 2 Gubin Eliane, Jacques Catherine, Rochefort Florence, Studer Brigitte, Thébaud Françoise et Zancarin (...)
  • 3 Farhad Khosrokhavar et Françoise Gaspard, Le foulard et la République, La Découverte 1995. Florence (...)

1Femmes et religions, le sujet est immense et souvent passionnel. L’idée d’une responsabilité particulière desreligions dans le « malheur des femmes »,est assez  répandue. Les religions auraient largement contribué à la domination masculine sur le deuxième sexe, pour reprendre l’expression de Simone de Beauvoir, il y a plus d’un demi  siècle1. Dans l’Europe des années 1960-1970, marquée par la deuxième vague du féminisme2, on a vu fleurir des critiques  très sévères à l’égard de « l’héritage judéo-chrétien ». Avec les années 1990-2000, la question des contraintes imposées aux femmes par une injonction religieuse a resurgi en France et en Europe autour du foulard islamique 3.

  • 4  Françoise Héritier,  Masculin/féminin. La pensée de la différence, Paris Odile Jacob, 1996.

2L’inégalité entre les sexes est une réalité historique attestée dans l’ensemble des sociétés. Dans la France du 19e siècle, la cloche des églises qui sonne le glas pour les morts sonne moins longtemps pour les femmes que pour les hommes. Cette primauté du « premier sexe » est aussi observée par des anthropologues comme Françoise Héritier 4. Parmi le faisceau de causalités à l’origine de ce qui semble un invariant universel, les religions ont, à l’évidence, leur place. Faut-il pour autant envisager le rapport entre femmes et religions sous le seul angle de la soumission et du silence ?

3Nous verrons d’abord comment les grandes traditions religieuses qui ont marqué l’histoire de l’Europe depuis des siècles, ont été partie prenante d’un système patriarcal qui n’a commencé à être réellement ébranlé qu’au 20e siècle. Il est question ici du christianisme, du judaïsme et de l’islam, ces religions dites du Livre, envisagées sous l’angle du message transmis par la tradition et de leur dimension institutionnelle. C'est l'occasion d'une rapide remontée vers des temps lointains, bien avant les deux derniers siècles. Puis nous changerons de focale en allant voir du côté des pratiques et des acteurs et surtout des actrices du champ religieux. Où l'on voit que les femmes, dans le cadre religieux, ont pu avoir, à des degrés divers et selon les époques et les confessions religieuses, des possibilités non négligeables d’expression et d’action.  

Judaïsme, christianisme, islam : des héritages religieux qui ont leur  part dans le statut d’infériorité des femmes

4La distinction et la hiérarchie entre les sexes est bien présente dans ces traditions religieuses qui ont traversé le temps depuis plus de vingt siècles. Ce message a été transmis à partir de grands textes fondateurs, la Bible et le Coran qui ont fait l’objet de multiples interprétations et nourri l’imaginaire des sociétés. Parmi les figures bibliques qui peuplent églises et musées d'Europe et d'autres régions du monde, on trouve d'ailleurs beaucoup de femmes.

  • 5  Evelyne Martini (dir.),  La Femme, ce qu'en disent les religons,  Paris, Editions de l'Atelier, 20 (...)
  • 6  Jean-Claude Schmitt (dir.), Eve et Pandora. La création de la première femme, Paris, Gallimard, 20 (...)

5Le premier récit de la Genèse (au début de la Bible), évoquant la création du monde par le dieu unique, texte qui peut être lu comme un grand poème, énonce clairement la dualité du genre humain: “Dieu créa les êtres humains à sa ressemblance. Il les créa homme et femme”. Cettedualité,sans hiérarchisation explicite dans le texte, est soulignée aujourd’hui par des théologiens et théologiennes, spécialistes d’exégèse5. Mais c’est le second récit qui a été retenu par la tradition juive puis chrétienne, celui qui met en scène la création du premier homme, Adam, puis de la première femme, Eve, comme aide et compagne de cet homme. L’interprétation qui en a été faite  pendant des siècle a été celle de la subordination de la femme à l’homme. Un autre élément de ce récit mérite d'être souligné : l’existence, dans la tradition biblique, d’un couple homme-femme à l’origine de l’humanité.  C'est un scenario que l'on ne retrouve pas toujours dans d'autres grands récits mythiques de création du monde. Ainsi, dans la Grèce antique, le mythe de Pandore évoque l'arrivée de la première femme dans un monde d'hommes vivant jusque là entre eux 6. « Point d’homme sans femme » dit le Talmud des Juifs. Cette valorisation du couple bisexué dans la tradition hébraïque puis chrétienne, peut expliquer le poids de la norme hétérosexuelle dans les rapports entre les humains et le rejet de l’homosexualité qui a longtemps été la règle dans les sociétés fortement marquées par les religions du Livre. Un interdit que l'on retrouve d'ailleurs dans d'autres contextes sociaux et culturels.   

6« Il n’y a plus ni juif ni grec, ni esclave ni homme libre, ni homme ni femme » écrit l'apôtre Paul dans l’épître aux Galates du Nouveau testament, cet ensemble de textes qui fondent la tradition chrétienne. La différence des sexes ne semble pas, d'après ce texte, incompatible avec l’idée d’égalité des humains devant Dieu. Mais cette ontologie égalitaire, également présente dans certains versets du Coran, est contredite par la réalité historique.Il faut rappeler que les religions du Livre et du Dieu unique sont apparues et se sont développées dans une aire géographique allant de la Méditerranée orientale au Golfe arabo-persique, dans des sociétés patriarcales, au sens strict du terme. Des sociétés d'abord nomades, guerrières, où la richesse des chefs de clans se mesurait au nombre de leurs femmes et de leurs bêtes. L'islam, apparu dans la péninsule arabique au septième siècle de l'ère chrétienne, avec le prophète Muhammad, a d'ailleurs à ses débuts amélioré le sort des femmes, même si celles-ci sont demeurées sous tutelle masculine. A cette inégalité entre hommes et femmes, s’ajoute,surtoutdans la tradition chrétienne, l’affaire de la « faute originelle » attribuée à la première femme dans le récit biblique. Une interprétation qui a traversé le temps et marqué l'imaginaire des sociétés, même si aujourd'hui, l'exégèse remet fortement en cause cette version de la faute d'Eve.  

  • 7  Evelyne Martini (dir.),  La Femme.. op. cit., chapitre 3 Malek Chebel, « La femme en islam »,  p. (...)

7Les trois religions du Livre ont eu longtemps en commun une vision de la femme  tentatrice et dangereuse d’où des obligations, des interdits spécifiques pesant sur elles, et une exclusion du deuxième sexe des lieux du pouvoir religieux.  Aux premiers temps du christianisme, les  Pères de l’Eglise (expression qui traduit bien le caractère patriarcal, au sens propre, de cette tradition)  ont insisté sur la responsabilité d’Eve qui, en désobéissant à Dieu, aurait provoqué la chute de l'homme (au sens du genre humain) et le début de la difficile condition humaine. On pourrait ajouter que c'est aussi le début de l'histoire. Cette représentation de la faute de la première femme, transmise au fil des siècles par la tradition orale et écrite et par l'iconographie religieuse du monde chrétien, a nourri  une réelle suspicion à l’égard des femmes, de leur sexualité et même de la sexualité en général. Le christianisme, ou du moins la tradition chrétienne telle qu'elle s’est transmise durant des siècles, a eu très longtemps une vision négative de la sexualité, avec pour conséquence la valorisation de l'abstinence sexuelle. Cela s'est traduit par le célibat consacré des hommes et des femmes de Dieu qui n'a pas d'équivalent dans le judaïsme et l'islam, lequel valorise au contraire la sexualité humaine7. La méfiance à l’égard des femmes se retrouve aussi dans les traditions juive et musulmane, avec le motif  fréquent de la ruse et de la “tromperie féminine”. Cette suspicion entourant le sexe féminin s’est traduite par des obligations comme le port du voile et des interdits spécifiques,  tel l’impossible accès à la gestion du sacré.

8Le voile des femmes, mentionné dans la Bible et le Coran, doit cacher la tête et le corps des  femmes, en particulier des femmes mariées, pour les soustraire au regard d’autres hommes que leur époux. Ce voile qui est sensé les protéger a aussi pour effet de les séparer, voire de les exclure dans des sociétés où le code l’honneur est très strict. En effet tout écart de conduite (réel ou supposé) d’une femme rejaillit sur le groupe auquel elle appartient avec comme conséquences terribles, ces crimes d’honneur toujours d’actualité dans le monde de ce début du 21e siècle. Il est cependant  bien difficile de démêler ce qui est d’ordre proprement religieux dans des pratiques comme le crime d’honneur ou le port du voile. La composante religieuse a sans doute sa place parmi d'autres éléments d'explication à ces traditions profondément inscrites dans les usages sociaux. On peut rappeler que le fait, pour les femmes, d’avoir la tête couverte en public, a été de règle en Europe jusqu’au 20e siècle. Il est vrai que l'obligation a perduré jusque récemment quand il s'agissait, pour une femme, d'entrer dans une église d'un pays d'Europe du sud. Cette  même obligation demeure aujourd'hui pour l'accès des femmes aux mosquées.

9L'exclusion des femmes des territoires du sacré est un révélateur de la hiérarchie entre les sexes dans le champ religieux.Dans les trois religions du Livre,  la  figurede Dieu,même lorsqu'elle n'est pas représentée – cas des traditions juive et  musulmane – est en réalité  masculine. On parle de Dieu « père » dans la tradition chrétienne. Ce sont les hommes qui, au long des siècles, ont eu la charge des rituels et célébrations, de la conduite des prières, des prêches, de l'administration des sacrements et de la manipulation des objets sacrés. On pense aux prêtres du temple de Jérusalem et aux rabbins de la diaspora juive, au clergé chrétien catholique ou orthodoxe, aux pasteurs protestants jusqu'aux années 1950-1960, ainsi qu'aux imams et docteurs de la loi en islam. Parmi les justifications à ce monopole masculin des fonctions religieuses liées au sacré et à la parole publique, jusqu'à une période récente, il y a celles qui relevaient du fonctionnement de sociétés où la hiérarchie entre les sexes allait de soi. Un autre élément lié à des structures d’ordre anthropologique peut intervenir : l'idée d’impureté attachée au corps féminin, thématique très présente dans les traditions juive et musulmane et aussi dans le monde chrétien. Cette représentation des femmes comme des êtres “impurs” est partagée par nombre de sociétés traditionnelles.

  • 8 Françoise Héritier, Masculin/féminin, op.cit.

10Parmi les  hypothèses avancées pour tenter de comprendre ce phénomène, il y a celle du regard masculin mêlant peur et fascination sur ce qui a longtemps été considéré comme un mystère du corps féminin capable de mettre au monde les enfants y compris l'autre sexe. Un regard ambivalent qui a pu provoquer le désir de s'approprier le corps des femmes tout en le considérant avec méfiance 8. Il y a sans doute là une des explications de l'impossible accès des femmes à des fonctions à caractère sacré, dans nombre de traditions religieuses. Il se trouve que  les  prêtres catholiques et orthodoxes le deviennent par un sacrement à la différence des rabbins juifs, des imams musulmans ou des pasteurs protestants dont la tâche n'a pas de caractère sacré. On comprend alors mieux le refus, toujours actuel, des autorités catholiques romaines ou des Eglises orthodoxes, à autoriser l’accès des femmes à la prêtrise. Il y a bien là un verrou qui demeure, même si d'autres éléments doivent être pris en compte comme celui de l'accès, pour les femmes, à des responsabilités et des fonctions de pouvoir, un problème plus politique que proprement religieux. Dans le cas de la hiérarchie catholique, l'enjeu est celui de la participation des femmes au gouvernement de l’Eglise.

11Le pouvoir religieux a longtemps été et demeure encore souvent un monopole masculin. Un phénomène que l’on retrouve dans d’autres domaines, en politique par exemple, jusqu'à une période très récente. L’Eglise catholique, dans ses institutions, son organisation, ses lieux de décision,  est demeurée, au fil des siècles, très masculine. Le clergé catholique était et est encore un monde d’hommes sans femmes, même si la règle très ancienne du célibat des prêtres ne fut pas  toujours respectée, d'où le rappel à l’ordre du Concile de Trente au 16ème siècle. Il y a là une différence importante avec le monde juif et protestant, où les fonctions de rabbin et de  pasteur,  exercées elles aussi exclusivement par des hommes jusqu'au milieu du 20e siècle,  l’étaient par des hommes mariés. Mais là encore,  le pouvoir religieux dans la communauté était traditionnellement  affaire d’hommes. Ce n'est que dans le dernier tiers du 20e siècle que le paysage institutionnel des Eglises  protestantes a connu une réelle féminisation.  

  • 9 Francoise Thébaud, Ecrire l’histoire des femmes,  Paris, ENS Editions, 1998, 2ème éd augmentée,  Ec (...)

12Hiérarchie entre les sexes, méfiance à l’égard des femmes, interdits, absence des lieux de pouvoir,  autant d’éléments qui semblent confirmer la vision très critique du rôle des religions dans les inégalités entre hommes er femmes. Mais la recherche historique a diversifié ses approches et ses objets de recherche. Elle s’intéresse, grâce aux travaux en histoire des femmes et du genre 9, au monde des femmes, à leurs activités, à leurs itinéraires singuliers, mais aussi au genre qui permet d’interroger ce qui est de l’ordre du masculin et du féminin au plan réel et symbolique. Elle suggère alors des pistes nouvelles.

Le champ religieux  comme espace d’expression et d’action pour les femmes 

  • 10 Voir sur ce sujet les deux numéros de la revue CLIO, Histoire,  Femmes et Sociétés,  Femmes et reli (...)

13L'analyse des relations entre les femmes et l'univers religieux a renouvelé, depuis quelques années,    la représentation courante d'un monde de contraintes et d'oppression des femmes, même si cet aspect ne peut être évacué 10. A travers quelques exemples, pris dans des époques parfois éloignées dans le temps, on voit se dessiner un paysage un peu  différent. On, s'aperçoit alors que des femmes ont pu, dans un cadre religieux, trouver des possibilités d'action, d'expression que n'avaient guère les femmes de leur temps.  

  • 11 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au (...)

14Le cas des communautés religieuses féminines catholiques est intéressant. Les nonnes et moniales  des temps médiévaux ou modernes étaient soumises, comme le clergé masculin, à la règle du célibat consacré, règle qui a suscité l'étonnement voire le scandale aux premiers temps du christianisme et, beaucoup plus tard, de la part des réformateurs protestants. Dans la France de la fin du 18e siècle et du  19e siècle, le regard porté sur ces femmes a oscillé entre la vision très noire de l'enfermement des jeunes filles au couvent (La Religieuse de Diderot) et l'évocation, par la littérature catholique,  des  héroïnes, « martyres » de la Révolution française. Une autre figure l'emporte au début du 20e siècle, celle de  la « bonne soeur » dont la tradition anticléricale se moque volontiers. Mais cette manière familière de nommer les religieuses suggère aussi que celles-rendaient des services non négligeables. On sait le rôle important joué par les congrégations enseignantes et soignantes qui se sont multipliées dans la France et l'Europe du 19e siècle11 .

  • 12 Citeaux er les femmes, Actes du colloque de Royaumont 1998, Grane, Ed Créaphis, 2001. Jeffrey F.  H (...)
  • 13 Régine Pernoud, Hildegarde de Bingen, Paris, LGF Livre de poche, 1996
  • 14  Deux biographies de Thérèse d'Avila : Marcelle Auclair, La vie de sainte Thérèse d'Avila, Paris, S (...)

15Si l'on remonte plus haut dans le temps, des recherches ont montré comment les couvents des temps médiévaux et modernes ont pu être des  lieux d’accès à l’étude, à la musique, et parfois, une manière d'échapper à la tutelle conjugale et familiale12. Il y eu des itinéraires étonnants de femmes religieuses, comme ces abbesses, appartenant aux élites sociales du temps qui dirigeaient des communautés et exerçaient de réels pouvoirs. C'est le cas de Hildegarde de Bingen dans l’Allemagne du Moyen-Age, 13. Cette femme aux multiples talents, pratiquait la musique et la botanique. Elle correspondait avec de grandes figures de son temps et a laissé de nombreux textes. On la considère comme l'une des premières compositrices de l'histoire de la musique européenne et aussi comme une  lointaine ancêtre de la pensée écologiste. Aurait-elle eu les mêmes possibilités en étant épouse et mère y compris dans le monde aristocratique dont elle était issue ?  La même question peut être posée à propos de Thérèse d’Avila, grande figure de la mystique catholique dans l’Espagne du Siècle d’Or et de la Contre-Réforme (ou réforme catholique). Elle aussi a beaucoup écrit et entretenu une correspondance avec Jean de La Croix, autre grand nom du mysticisme catholique. Très cultivée, issue d'une famille de  juifs convertis, Thérèse d’Avila 14 était en même temps une femme d’action, véritable entrepreneuse en religion, qui a sillonné l’Espagne pour réformer les Carmels. Reconnue en son temps par les autorités religieuses, elle fut la première femme reconnue docteur de l’Eglise catholique, au  20e siècle...

  • 15 Exemple de Marie de L'Incarnation, religieuse française  partie évangéliser les Iroquois au 17ème s (...)
  • 16 Elisabeth Dufourcq, Les aventurières de Dieu. Trois siècles d'histoire missionnaire française, Pari (...)
  • 17 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin, op. cit.

16Parmi ces religieuses aux itinéraires étonnants, il y a celles qu'on peut qualifier d’aventurières de Dieu, ces femmes que les grandes congrégations  missionnaires ont envoyé dans le monde entier, dès le 17ème siècle 15 et surtout au 19ème siècle 16 . Elles ont eu une vie fort éloignée de celle des femmes de leur temps, avec des « supérieures générales » dont les responsabilités n’avaient pas d’équivalent dans la vie civile comme l'a montré l'historien Claude Langlois 17.  Un autre aspect mérite d'être souligné, le fait que l’entrée dans une congrégation religieuse pouvait être un moyen d’échapper à la misère matérielle et à la tutelle familiale et conjugale, pour des jeunes filles des campagnes pauvres de l'Europe du 19e siècle, un phénomène repérable en France dans certaines régions du Massif central. La décision de devenir religieuse obéissait sans doute à de multiples causalités dont une ne peut être éludée, celle de la foi religieuse.

  • 18 Sandra La Rocca, « L'Enfant Jésus et les femmes au XVIIe siècle : un dévotion émancipatrice? » , CL (...)
  • 19 Katerina Séraïdari, « Dans l'intimité de la Vierge. Dévotions au féminin et au masculin en Grèce co (...)
  • 20 Edith Franke, « Dieu au féminin dans l'Allemagne d'aujourd'hui », CLIO Histoire, Femme et Sociétés (...)

17Vivre sa foi religieuse passe par des pratiques de dévotion qui ont pu être l'occasion de formes d'expression individuelle ou collective de femmes, religieuses ou non. C'est le cas au 17ème siècle, période encore fortement marquée par le dynamisme de Réforme catholique,  avec le développement de la dévotion à l'Enfant Jésus par des femmes comme Madame Guyon,  qui tentent, mais sans succès,  de contourner  la médiation des hommes d’Eglise 18. Plus près de nous, au 19ème siècle,  c'est autour du culte marial impulsé par l’Eglise catholique que les femmes se retrouvent même si elles n'en sont pas les seules pratiquantes. Il arrive toutefois que des femmes s'approprient ce culte de la Vierge et le pratiquent entre elles, y compris dans l'Europe contemporaine. Dans la Grèce orthodoxe d’aujourd’hui,  les femmes sont les seules à accéder à une icône très précieuse, dans « l’intimité de la Vierge » lors d'un grand pèlerinage populaire dans un ile du Dodécanèse 19. Les hommes, pendant ce temps, assurent les tâches matérielles liées à l’accueil de la foule des pèlerins. Une occasion ici de s’interroger sur le « genre de la dévotion ». Dans un contexte religieux très éloigné, des femmes protestantes luthériennes d’Allemagne réinventent à la fin du 20e siècle des rituels et une forme de spiritualité qui se veulent  d’inspiration féministe, en pratiquant ce que les sociologues des religions appellent « les nouvelles formes du croire »20.

18De nouveaux horizons ont pu s'ouvrir, pour les femmes, de manière relativement précoce, dans le monde protestant. Au 19e siècle, on constate une réelle avance des sociétés marquées par la culture protestante dans la manière de penser les femmes comme des sujets capables d’exercer leur liberté. L’accent mis, dès le 16e siècle, sur l’accès des fidèles au texte de la Bible a entraîné un véritable investissement protestant dans l’éducation, y compris dans celle des filles. Dans la France, l'Angleterre ou  l'Allemagne du début du 20e siècle, les jeunes protestantes issues des classes moyennes ou aisées ont, comme jeunes filles de familles « israélites », comme on disait alors,  une instruction plus poussée que les jeunes catholiques. Parmi les directrices des lycées français de jeunes filles, autour de 1900, les protestantes sont nettement surreprésentées. Ces femmes sont sensibles à l'idée d'’émancipation des femmes  qui chemine alors dans les sociétés européennes et il n'est pas surprenant de les retrouver dans les premières organisations féministes des années 1900-1910, qui ont des liens avec les réseaux féministes anglo-saxons où l’on est aussi de culture protestante.  

  • 21 Sylvie Chaperon, « Le Mouvement Jeunes Femmes, 1946-1970: de l'évangile au féminisme », Bulletin de (...)
  • 22 Jean-Paul Willaime, « Les pasteures et les mutations contemporaines du rôle du clerc »,  CLIO Histo (...)

19Quelques décennies plus tard, dans la France des années 1950-1960, on retrouvera  une présence protestante non négligeable parmi les promoteurs (femmes et hommes)de la « régulation des naissances». Beaucoup de militantes du Mouvement protestant Jeunes Femmes, né en 1946,  ont participé activement aux débuts du Mouvement Français pour le Planning Familial 21. Rappelons que l'attachement à la liberté de conscience et à la responsabilité personnelle est un élément fort de la culture protestante.  Une autre étape se dessine, du côté des protestants,  étape cette fois directement liée au champ religieux avec  l’accès des  femmes à la fonction de pasteur dès les années 1930 dans l’Eglise luthérienne puis au milieu des années 1960 dans l’Eglise Réformée de France. Les études de théologie protestante s’étaient ouvertes aux femmes dès le début du 20e siècle dans plusieurs pays d’Europe et la pénurie de pasteurs au lendemain de la Première guerre mondiale avait incité à faire appel aux femmes. C’est une petite révolution même si  l’activité d’un  pasteur n’a pas de dimension sacrée comme celle du prêtre catholique. Cette arrivée des femmes coïncide d’ailleurs avec une évolution de la manière d’exercer le  ministère pastoral,  les femmes pasteurs  prenant leurs distances avec le modèle traditionnel du prédicateur 22. On retrouve le même phénomène avec l’arrivée de femme rabbins dans le judaïsme.

  • 23 Elisabeth Parmentier, Les filles prodigues. Défis des théologies féministes, Genève, Labor et Fides (...)

20La fin du 20e siècle a vu de plus en plus de femmes, d'abord protestantes mais aussi catholiques et  orthodoxes investir le domaine de la théologie. Elles sont nombreuses sur les bancs des facultés de théologie dans l'Europe du début du 21e siècle. La relecture des textes a pu les conduire à des questions sur les interprétations classiques dominantes. Une vision critique des  énoncés du message religieux est portée par des théologiennes qui entreprennent de dépoussiérer, dans une perspective féministe,  un héritage religieux où subsistent des traces importantes d'une culture patriarcale 23. Elles mettent ainsi en valeur des figures féminines de la Bible et de la tradition juive et chrétienne. Marie, mère de Jésus de Nazareth  (le Christ), est  débarrassée de l’imagerie mièvre que le 19e siècle en a souvent donnée.  Le fait que dans les évangiles, des femmes soient  de véritables interlocutrices du Christ (ce qui était choquant aux yeux de ses contemporains)et qu’elles aient été les premières messagères de la nouvelle inouïe de la résurrectionest volontiers souligné.

  • 24 Azadeh Kian-Thiebaut, Les femmes iranienes, entre islam, Etat et famille, Paris, Maisonneuve et Lar (...)

21Cette forme de réappropriation d'un héritage longtemps réservé aux hommes de Dieu, cette  relecture critique des textes, sont des phénomènes qui émergent  aujourd'hui aussi du côté du judaïsme et de l’islam. Ainsi, des femmes musulmanes n’hésitent pas à invoquer des sourates du Coran pour contrer les déclarations des imam et mollah conservateurs, à faire référence Fatima, la femme vaillante, fille du prophète, pour défendre,  elles aussi,  les droits des femmes 24.

22La question religieuse liée à la réflexion sur la laïcité s’inscrit aussi dans le féminisme dit de la troisième vague du  tournant des 20e et 21e siècles, dans une période où les femmes des pays du sud, sont confrontées parfois brutalement à cette question.

23On peut dire, pour conclure, que les religions ont joué un rôle important dans le maintien des femmes dans un statut d’infériorité tout en leur offrant aussi des possibilités d’expression et des perspectives que la société du temps ne leur donnait pas. Rappelons que le féminisme comme pensée de l’émancipation des femmes, est né dans des sociétés anglo-saxonnes de culture chrétienne protestante.

24Un paradoxe mérite d'être souligné du côté du monde catholique. Le discours de l’Eglise catholique est bien souvent en décalage avec l’évolution des sociétés contemporaines en ce qui concerne les femmes. Le refus de la contraception dite « non  naturelle » par ex) en est un exemple. Quant à la  critique très sévère du concept de genre (gender), venu du monde anglo-saxon et d’usage courant dans les sciences sociales, elle révèle une inquiétude particulièrement développée du côté des autorités catholiques, concernant le  risque de confusion entre les sexes. Mais il y a sans doute aussi le refus de voir changer les rôles dans l'Eglise. En même temps, ce sont des  femmes qui permettent aujourd'hui à l'Eglise de fonctionner. Elles effectuent  nombre de tâches comme la catéchèse qui assure la transmission de la foi et de la culture religieuse, les célébrations en l’absence de prêtres puisque ceux-ci se font rares. Elles occupent des postes de responsabilité dans l’administration des diocèses et, on l'a vu, participent activement à la recherche théologique. L'institution tourne largement grâce aux femmes mais la parole publique et le gouvernement de l'Eglise demeurent affaire d'hommes.

  • 25 Colloque organisé par la commission Islam et laïcité à l'Unesco sur le thème « Existe-t-il un fémin (...)

25La situation est différente du côté des protestants où la parole des femmes pasteures est de plus en plus audible (par exemple le dimanche matin sur la chaine de radio France culture). Et puis, depuis peu, une autre parole commence à se faire entendre. Celle de femmes musulmanes, désireuses de pratiquer leur religion dans la fidélité à une culture parfois décriée. Mais, dans le même temps,  elles remettent en cause l'inégalité entre les sexes souvent justifiée par des références religieuses quelle n'hésitent plus à contester. En ce début du 21e siècle, des femmes se présentent comme féministeset musulmanes lors de colloques et de rencontres internationales comme celles qui se sont tenues à Paris en septembre 2006 25 et à Barcelone en novembre de la même année. Voilà qui bouscule nos représentations habituelles et oblige à réfléchir sur cette relation complexe et pleine de surprises entre femmes et religions.

Haut de page

Bibliographie

Bebe Pauline, Isha, Dictionnaire des femmes et du judaïsme, Paris, Calmann Lévy, 2001.

Bouzar Dounia, Kada Saïda, L’une voilée, l’autre pas. Le témoignage de deux musulmanes françaises, Paris, Albin Michel, 2003

CLIO, Histoire,  Femmes et Sociétés,  Femmes et religions, 2/1995, Chrétiennes 15/ 2002.

David Renée, Les femmes juives, Paris, Perrin, 1992.

Delumeau Jean (dir.), La religion de ma mère, le rôle des femmes dans la transmission de la foi, Paris, Cerf, 1992.

Dubesset Mathilde, « Les engagementscatholiques au féminin », in Les catholiques dans la République, ouvrage collectif sous la direction de B. Duriez, E. Fouilloux, et alii, Paris, éditions de l’Atelier, 2005, p. 103-114.

- « Femmes, genre et religions », Historiens & Géographes, n° 394, 2006, p.101-110.

Existe-t-il un féminisme musulman?  Paris,L'Harmattan, 2007.

Femmes en  Islam, Cahiers de l’Orient, n°47, 1997.

Femmes protestantes au XIXe-XXe siècles, études réunies par Gabrielle Cadier-Rey, Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme français, Janvier-mars 2000.

Khosrokhavar Farhad et Françoise Gaspard, Le foulard et la République, Paris, La Découverte 1995.

Langlois Claude, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, Cerf, 1984

Lautman Françoise (ed.) Ni Eve, ni Marie, Luttes et incertitudes des héritières de la Bible, Genève, Labor et Fides, 1997.

Martini Evelyne (dir.), La Femme. Ce qu’en disent les religions, Paris, Ed. de l’Atelier, 2002

Mernissi Fatima, Le Harem politique, le Prophète et les femmes, Paris, Albin Michel, 1987

Parmentier Elisabeth, Les filles prodigues. Défis des théologies féministes, Genève, Labor et Fides, 1998.

Pernoud Régine, Hildegarde de Bingen, Paris, LGF Livre de poche, 1996 .

Rochefort Florence, « Contrecarrer ou interroger les religions » in E. Gubin, et alii  (dir),  Le Siècle des féminismes, Paris, Editions de l’Atelier, 2004,  pp. 347-363.

-  (dir.), Le pouvoir du genre. Laïcités et religions 1905-2005, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2007.

Saint Chéron (de) François, Sainte Thérèse d'Avila, Paris, Pygmalion G Watelet, 1999.

Zemon Davis Natalie, Juive, catholique, protestante. Trois femmes en marge au XVIIe siècle, Paris, Seuil, 1997.

Haut de page

Notes

1 Simone de Beauvoir, Le Deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1949

2 Gubin Eliane, Jacques Catherine, Rochefort Florence, Studer Brigitte, Thébaud Françoise et Zancarini-Fournel Michelle (dir.),  Le siècle des féminismes, Paris, Editions de l’Atelier, 2004

3 Farhad Khosrokhavar et Françoise Gaspard, Le foulard et la République, La Découverte 1995. Florence Rochefort, « Foulard, genre et laïcité en 1989, dossier « Histoire des femmes, histoire des genres » Vingtième Siècle. Revue d’histoire,  n°75, juillet-sept 2002, p 145-156

4  Françoise Héritier,  Masculin/féminin. La pensée de la différence, Paris Odile Jacob, 1996.

5  Evelyne Martini (dir.),  La Femme, ce qu'en disent les religons,  Paris, Editions de l'Atelier, 2002, chap 2,  Elisabeth Parmentier « La femme dans le christianisme » p. 56

6  Jean-Claude Schmitt (dir.), Eve et Pandora. La création de la première femme, Paris, Gallimard, 2001

7  Evelyne Martini (dir.),  La Femme.. op. cit., chapitre 3 Malek Chebel, « La femme en islam »,  p. 90

8 Françoise Héritier, Masculin/féminin, op.cit.

9 Francoise Thébaud, Ecrire l’histoire des femmes,  Paris, ENS Editions, 1998, 2ème éd augmentée,  Ecrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS Editions, 2007

10 Voir sur ce sujet les deux numéros de la revue CLIO, Histoire,  Femmes et Sociétés,  Femmes et religions, 2/1995, Chrétiennes 15/ 2002.  La religion et les femmes, Actes réunis par Gérard Cholvy, Montpellier, Centre régional d'Histoire des mentalités, Université Paul Valéry, 2002

11 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, Cerf, 1984

12 Citeaux er les femmes, Actes du colloque de Royaumont 1998, Grane, Ed Créaphis, 2001. Jeffrey F.  Hamburger, Peindre au couvent. La culture visuelle d'un couvent médiéval, traduit de l'américain, Paris, G Montfort 2000

13 Régine Pernoud, Hildegarde de Bingen, Paris, LGF Livre de poche, 1996

14  Deux biographies de Thérèse d'Avila : Marcelle Auclair, La vie de sainte Thérèse d'Avila, Paris, Seuil 1950, François de Saint Chéron, Sainte Thérèse d'Avila, Paris,Pygmalion G Watelet , 1999  

15 Exemple de Marie de L'Incarnation, religieuse française  partie évangéliser les Iroquois au 17ème siècle : voir le chapitre qui lui est consacré par Natalie Zemon Davis, Juive, catholique, protestante. Trois femmes en marge au XVIIe siècle, Paris, Seuil 1997

16 Elisabeth Dufourcq, Les aventurières de Dieu. Trois siècles d'histoire missionnaire française, Paris, JC Lattès 1993

17 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin, op. cit.

18 Sandra La Rocca, « L'Enfant Jésus et les femmes au XVIIe siècle : un dévotion émancipatrice? » , CLIO, Histoire, Femme et Sociétés 15/2002, p. 17-36

19 Katerina Séraïdari, « Dans l'intimité de la Vierge. Dévotions au féminin et au masculin en Grèce contemporaine », CLIO Histoire, Femme et Sociétés 15/2002, p.55-68

20 Edith Franke, « Dieu au féminin dans l'Allemagne d'aujourd'hui », CLIO Histoire, Femme et Sociétés 15/2002, p.85-101

21 Sylvie Chaperon, « Le Mouvement Jeunes Femmes, 1946-1970: de l'évangile au féminisme », Bulletin de la Société d'Histoire du protestantisme français, tome 146, Janv-mars 2000, p. 153-183

22 Jean-Paul Willaime, « Les pasteures et les mutations contemporaines du rôle du clerc »,  CLIO Histoire, Femme et Sociétés 15/2002, p. 69-83

23 Elisabeth Parmentier, Les filles prodigues. Défis des théologies féministes, Genève, Labor et Fides, 1998.

24 Azadeh Kian-Thiebaut, Les femmes iranienes, entre islam, Etat et famille, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002

25 Colloque organisé par la commission Islam et laïcité à l'Unesco sur le thème « Existe-t-il un féminisme musulman? ». Publication sous ce titre, L'Harmattan , 2007

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Dubesset, « Femmes et  religions, entre soumission et espace pour s’exprimer et agir, un regard d’historienne », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 05 juin 2008, consulté le 09 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/34383 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.34383

Haut de page

Auteur

Mathilde Dubesset

Historienne, maîtresse de conférences  à l'Institut d'Etudes Politiques  de Grenoble

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page