Navigation – Plan du site
Aude Argouse

Sternfeld, Gabriela, La organización laboral del Imperio inca. Las autoridades locales básicas, Madrid-Frankfurt, Iberoamericana-Vervuert, 2007, 333 p.

[10/06/2008]

Entrées d’index

Géographique :

Pérou, Peru, Perú

Chronologique :

16th century

Palabras claves :

fuentes, Incas, trabajo

Palavras Chaves :

tradição oral
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre est la thèse publiée de Gabriela Sternfeld effectuée sous la direction de Jan Szemiñski. Dans la droite lignée de travaux de John Murra sur le monde inca, G. Sternfeld propose d'examiner à partir de sources manuscrites produites après l'arrivée des Espagnols les mécanismes de prise de décision à l'œuvre dans l'empire inca sur l'organisation du travail et leur réception à une échelle locale. Cinq sources principales sont exploitées séparément qui constituent les cinq chapitres de cet ouvrage. Trois de ces sources sont des écrits de chroniqueurs : Juan de Betanzos (1551), don Felipe Guaman Poma de Ayala (1580-1613) et Inca Garcilaso de la Vega (1609) ; deux sont des sources "administratives" : l'inspection de la province de Huánuco (1562), accompagnée de celle de Chucuito (1567) et le Manuscrit de Huarochirí (1608). Dans un premier chapitre, l'auteur étudie les mécanismes de prise de décision au niveau de la cour à Cuzco. Dans les trois chapitres suivants, il s'agit d'examiner la prise de décision au niveau des autorités locales de base. Le dernier chapitre, rédigé à partir de l'œuvre de Inca Garcilaso de la Vega, clôt l'ensemble en revenant sur les traditions cusquéniennes.

2L'empire inca est décrit comme une sorte de superstructure dont l'objectif était de permettre à une grande échelle les échanges entre les diverses populations qui l'intégraient, selon le mécanisme bien connu de réciprocité-redistribution largement décrit depuis les travaux de John Murra. G. Sternfeld s'intéresse aux structures et aux acteurs politiques locaux qui permirent la mobilisation d'une force de travail au service de cette redistribution et de cette réciprocité au sein de l'empire. Liés les uns aux autres par un rapport d'obligations réciproques, ces acteurs intègrent une structure entièrement contrôlée depuis Cusco et organisée hiérarchiquement : c'est ce que G. Sternfeld appelle organisation du travail de l'empire inca. Sa proposition de recherche porte alors sur un examen du "premier maillon" de cette chaîne organisationelle rationalisée que sont les autorités locales, c'est-à-dire "les personnes qui se chargeaient de pourvoir à la subsistance alimentaire au niveau des communautés locales". Elle met ainsi en évidence l'existence de micro-hiérarchies sur lesquels reposent tout l'ensemble.

3L'étude entreprise vise ainsi à reconstituer les traits essentiels de la tradition andine liée au travail. L'auteur, dans une introduction détaillée, s'explique sur la méthode utilisée : il s'agit d'une analyse des textes produits ultérieurement en tenant compte de l'interférence avec les modèles conceptuels des rédacteurs de ces sources. La reconstruction des traditions andines n'est donc pas une description du passé mais la présentation de traditions originales du XVIème siècle, contemporaines des sources utilisées et qui conservent et relatent des faits passés.

4Evoquant fortement la sociologie des organisations, que l'auteur ne revendique pourtant pas du tout, ce travail pêche sans doute par manque d'originalité dans les sources choisies. Cependant, il a le grand mérite d'insister sur deux points essentiels qui sont, d'une part, l'importance de la circulation des savoirs et le maniement de l'information au sein des mécanismes de prise de décision et, d'autre part, l'ajustement quotidien effectué par les autorités locales pour garantir le fonctionnement de l'ensemble. La flexibilité qui est révélée et en particulier la marge de manœuvre laissée à l'appréciation de ces responsables locaux expliquent que le système ait pu intégrer au fur et à mesure de son expansion des communautés aussi différentes que celles qui le composaient. Néanmoins, et on le regrette aussi, l'auteur ne mentionne pas le rôle de ces autorités locales dans la décomposition de l'empire, pourtant décrite dans les sources choisies. C'eût été là le point de jonction avec l'étude d'autres sources, telles des procès ou même des archives de notaires ou d'écrivains publics.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Sternfeld, Gabriela, La organización laboral del Imperio inca. Las autoridades locales básicas, Madrid-Frankfurt, Iberoamericana-Vervuert, 2007, 333 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 10 juin 2008, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/35183

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page