Navigation – Plan du site
Colloques | 2008
Fédéralisme et fédérations dans les Amériques : utopies, pratiques, limites – Centre de Recherches sur l'Histoire des Etats-Unis et du Canada (Association CRHEU) (Elise Marienstras, Salwa Nacouzi, Marie-Claude Strigler et le CRHEU) et APSAM / Université Paris 12-Créteil (16-18 juin 2003, Paris, Institut Charles V, textes actualisés)
Marc Belissa

Les projets de paix perpétuelle : une "utopie" fédéraliste au siècle des Lumières

[10/06/2008]

Résumés

La réflexion iréniste des hommes des Lumières prend de multiples formes et entretient des rapports étroits avec l'idée fédérale. La fédération est conçue comme une forme d'alliance républicaine contre les usurpateurs et les conquérants mais aussi toute forme d'association défensive entre les Etats et même une forme de communauté objective entre les peuples. Quelle forme de fédération les penseurs, de l'abbé de Saint-Pierre à Kant, avaient-ils en tête? Une association de princes et de souverains ou de peuples républicains? Et les formes envisagées étaient-elles à même de garantir la paix entre les peuples?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Rivarol, "Dictionnaire universel de la langue française", cité dans Le Littré, entrée "fédératif", (...)

1Du Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe de l’abbé de Saint-Pierre en 1713 au Vers la paix perpétuelle (Zum Ewigen Frieden) de Kant en 1795, la réflexion iréniste des hommes des Lumières prend de multiples formes et entretient des rapports étroits avec l’idée fédérale. Au XVIIIe siècle, celle-ci est par essence liée à la guerre et à la paix. L’étymologie du terme renvoie à la notion d’alliance entre les États : les mots foedus, foederis ont pour racine le verbe fidere, "se fier à" et sont utilisés dans le registre de la diplomatie. Pourtant, si l’on cherche les occurrences des termes "fédéralisme" ou "fédéraliste" dans l’Encyclopédie de Diderot et de d’Alembert par exemple, la récolte s’avère mince. Ce que le Littré au siècle suivant considère comme un néologisme ("Système, doctrine du gouvernement fédératif") n’est pas encore très présent dans le lexique politique. En revanche, l’adjectif "fédératif" est largement utilisé. On le retrouve par exemple dans l’article "République fédérative" écrit par le chevalier de Jaucourt. La république fédérative est une "forme de gouvernement par laquelle plusieurs corps politiques consentent à devenir citoyens d’un état plus grand qu’ils veulent former. C’est une société de sociétés qui en font une nouvelle, qui peut s’agrandir par de nouveaux associés qui s’y joindront.". Cette société de sociétés se constitue pour se protéger des agressions extérieures et des usurpations intérieures. La forme fédérative est pensée comme essentiellement républicaine. Elle a pour but de pallier les deux faiblesses structurelles supposées du gouvernement républicain : d’une part, la possibilité de subversion due aux ambitions personnelles et aux factions, d’autre part sa fragilité militaire dans un monde où les grandes puissances monarchiques sont avides et conquérantes. Les exemples types de républiques fédératives sont, selon Jaucourt, l’amphyctionie grecque, "la Hollande, l’Allemagne et les Ligues suisses". Mais le terme "fédératif" ne se rapporte pas exclusivement à un système de gouvernement : il signifie également et plus largement tout système d’alliance comme dans les expressions "alliances fédératives", "système fédératif" ou "pouvoir fédératif". Les deux premières renvoient au système des alliances défensives d’un État, la dernière caractérise le pouvoir chargé des relations extérieures dans la théorie constitutionnelle de Locke. Un troisième sens peut être également discerné dans bon nombre de textes du XVIIIe siècle : c’est ce que l’on pourrait appeler l’idée d’une "fédération objective" formée par les États de l’Europe. Ainsi, Rivarol écrit que "L’Europe présente une république fédérative, composée d’empires et de royaumes, et la plus redoutable qui ait jamais existé"1.

2La fédération est donc à la fois une forme d’alliance républicaine contre les usurpateurs et les conquérants mais aussi toute forme d’association défensive entre les États et même une forme de communauté objective entre les peuples. Pour les "utopistes", penseurs du droit des gens et de la paix, la fédération est le moyen par lequel l’humanité (ou "l’humanité européenne" pour certains) peut surmonter l’état de guerre entre les sociétés humaines. Si la fédération empêche les conquêtes par l’association alors elle est un élément objectif de pacification des rapports entre les États.

La paix perpétuelle et l’idée fédérale chez l’Abbé de Saint-Pierre, Montesquieu, Rousseau et Mably

3Face au développement des relations interétatiques et de la guerre, les juristes et "publicistes" s’interrogent sur la nature de leurs liens. Un accord général se réalise sur le fait que les États sont entre eux dans l’état de nature. Est-il possible de définir des relations juridiques entre elles ? Peut-on sortir de l’état de guerre par la construction d’une société civile des nations ? L’interdépendance des besoins, le "bien commun" sont l’état naturel de l’humanité, par conséquent la paix doit être l’horizon moral du genre humain. Comment l’organiser pratiquement ? L’idée fédérale répond à cette interrogation.

  • 2  Dans Querella Pacis (1517), cité par S. Goyard-Fabre, présentation du Projet pour rendre la paix p (...)
  • 3  Mémoires des sages et royales Œconomies d’Estat, domestiques, politiques et militaires de Henri le (...)
  • 4  Idem, p. 65.
  • 5  Émery de Crucé, Le nouveau Cynée (1623) Paris, reprints, 1976. Émery de Crucé (1590-1648) était ré (...)
  • 6  W. Penn, “Essai sur la paix présente et future de l’Europe” dans L. Lefur, Recueil de textes de dr (...)

4Les humanistes du XVIe siècle posaient le problème de la pacification des rapports entre les hommes en termes moraux. On trouve chez Érasme des propositions juridiques pour limiter les causes de conflit, mais pas vraiment d’idée d’une fédération générale2. A la même époque, les théologiens de Salamanque, Vitoria et Suarez, réinterprètent le concept d’universitas gentium pour en faire la base de la pacification entre les peuples, mais là encore l’idée fédérale n’est pas centrale. Au XVIIe siècle, le "Grand dessein d’Henry IV" sert de modèle aux projets de paix perpétuelle3. Sully attribue à Henry IV la volonté de faire la paix en Europe par une délimitation territoriale des quinze principales puissances et par l’établissement d’organes d’arbitrage au sein de la république fédérative européenne. La fédération est comprise non comme un État formel mais comme une volonté de défense et d’arbitrage communs. Ainsi, un Congrès général itinérant rassemblant les délégués des quinze souverainetés devait prendre connaissance "des propositions universelles, des appellations interjetées de conseils particuliers, et de tous desseins, guerres et affaires qui importeront à la République très chrétienne"4. Le texte d’Émery de Crucé, le Nouveau Cynée paru en 1623 est un autre exemple de la même approche5,. L’auteur propose la création d’une diète permanente de conciliation des conflits européens à Venise. Elle constituerait une nouvelle amphictyonie des princes dans laquelle la préséance serait déterminée par la souveraineté et la puissance. En 1693, William Penn, le réformateur quaker, propose, lui aussi, un Essai sur la paix présente et future de l’Europe 6. A l’image de Crucé, il conçoit la paix comme le fruit d’une concertation des souverains réunis dans une Diète générale qui pourrait s’appeler "Parlement ou États de l’Europe". L’Assemblée se réunirait quand les souverains le jugeraient bon et traiterait publiquement des questions qui n’auraient pas trouvé de solution diplomatique bilatérale.

5Tous ces plans ont en commun une conception diplomatique de l’organisation de la paix et de la fédération. Il s’agit de bâtir un Congrès perpétuel d'arbitrage entre les Princes et les souverains. Le projet de fixer le nombre des puissances européennes s’apparente à un développement de l’équilibre des puissances. Les mêmes thèmes sont présents chez Fénelon, qui écrit, en 1701, un mémoire sur Les moyens de prévenir la guerre. Il s’agit pour lui de construire ce que les contemporains appellent un "système fédératif", c’est-à-dire un système d’alliances défensives plutôt qu’une fédération au sens d’un d’État fédéral doté d’institutions particulières.

6Le Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe de l’abbé de Saint-Pierre (1713) sert de modèle à la critique et à la transformation du paradigme de la paix perpétuelle par les hommes des Lumières. Traumatisé par les désastres de la fin du règne de Louis XIV, l’abbé manifeste la volonté de paix de la génération de la "crise de conscience européenne". Son but est d’organiser la paix par le droit. L’abbé constate que l’équilibre tel qu’il existe n’est pas un facteur de paix, mais de troubles. Pour sortir de l’état de guerre dans lequel ils sont, les princes doivent construire une alliance fédérative générale. Ils "renoncent pour jamais […] à la voie des armes, et sont convenus de prendre dorénavant la voie de la conciliation par la médiation du reste des grands alliés". C’est leur "intérêt bien compris" qui doit les pousser à adhérer à cette Grande Alliance car elle leur garantit leur pouvoir. En effet, l’Abrégé, paru en 1729, précise que les contractants se garantissent mutuellement leurs possessions contre les guerres étrangères et civiles, les révolutions, les usurpations dynastiques et territoriales, ce qui permettrait à tous les États de réduire ses frais militaires, d’accroître le profit économique, de réformer l’administration et de faire le bonheur des hommes. L’Alliance rendrait les conquêtes impossibles, car un État ne pourrait résister à une telle coalition et la Diète pourrait régler les disputes territoriales et dynastiques, ce qui supprimerait les sources des guerres. Cette disparition permettrait le développement économique européen. Les impôts, les taxes, seraient affectés à des entreprises utiles à tous. Ainsi, l’intérêt des princes et celui des peuples se rejoindraient, car le "bien commun" de l’Europe exige la paix. Le Projet de paix perpétuelle introduit dans l’organisation politique de son époque une dimension juridique et éthique nouvelle. Comme l’écrit Simone Goyard-Fabre : "sa conception d’un européanisme fédéraliste au service de la paix, du progrès et de la félicité publique [marque] un tournant dans l’histoire des idées".

7Face au paradigme du projet de paix perpétuelle, certains comme Voltaire raillent les "chimères" de l’abbé mais les philosophes n’ont pas tous la même attitude. Chez Montesquieu, Rousseau ou Mably par exemple, on rend hommage à ses intentions, tout en critiquant les moyens. Ce n’est pas la perspective de la paix perpétuelle ou l’idée fédérale qui sont rejetées, mais la méthode mise en œuvre pour y parvenir. Comme une grande partie des philosophes des Lumières, Montesquieu pense que c’est la société qui crée la guerre et non la nature de l’homme, pourtant la société possède en elle-même les moyens d’en finir avec cet état de guerre permanent. L’auteur de L’Esprit des Lois considère par ailleurs que la transformation des mœurs, le déclin des haines nationales, la permanence de la diplomatie, mais aussi la croissance du commerce sont les preuves d’un mouvement pacifique et fédératif "objectif". Les échecs de l’hégémonie Habsbourg au XVIe siècle puis de celle de Louis XIV au siècle suivant prouvent que la "monarchie universelle" est dépassée par l’évolution historique, car inévitablement les États construisent des "ligues fédératives" pour soumettre les puissances par trop ambitieuses.

  • 7  Montesquieu, Réflexions sur la monarchie universelle dans Œuvres, Paris, Pléiade, pp. 19-38.
  • 8  Montesquieu, Les pensées suivi de Le Spicilège, Paris, coll. Bouquins, 1991.p. 281.

8Les Réflexions sur la monarchie universelle de Montesquieu insistent également sur la conception défensive et fédérale de l’équilibre7. Selon Montesquieu, l’état de l’Europe moderne rend impossible les Empires de l’Antiquité. Les relations entre les États sont si étroites qu’un perfectionnement dans l’art militaire est aussitôt appliqué par tous ; aucune nation ne peut prendre sur les autres un avantage suffisant pour vaincre. Les Européens savent que les "lauriers sont stériles", que "ce sont les richesses qui font la puissance" et qu’il existe désormais un droit positif des traités et des conventions, qui joue le rôle d’une "constitution" de la fédération européenne, limitant ainsi les conflits. Par ce lien juridique et fédératif, les peuples garantissent leur sûreté et leur propriété. Montesquieu était persuadé que l’unité des mœurs et des institutions faisait du continent "un État composé de plusieurs provinces"8. C’est cette idée qui l’amène à envisager les alliances défensives réciproques comme l’antidote à l’ambition des princes. Comme Fénelon, il ne définit pas le contenu pratique et les conditions des alliances fédératives, mais elles sont considérées comme la réalisation de l’unité des peuples. Les fédérations sont particulièrement nécessaires aux États républicains, mais les monarchies peuvent, elles aussi, se fédérer par leurs alliances. Le droit public des traités manifeste le besoin de sociabilité des nations. Les ligues fédératives sont l’expression du droit naturel de défense contre l’oppression.

  • 9 Rousseau, "Extrait du projet de paix perpétuelle" dans Œuvres complètes, tome III : Écrits politiqu (...)

9Dans son Jugement sur le projet de paix perpétuelle de 1761, Rousseau affirme comme l’abbé de Saint-Pierre que la question de la construction de la paix est capitale pour l’évolution de chacun des États européens. Il montre que seule une confédération de peuples souverains pourrait tenter de construire la paix : "S’il y a quelque moyen de lever ces dangereuses contradictions, ce ne peut être que par une forme de gouvernement fédérative, qui, unissant les peuples par des liens semblables à ceux qui unissent les individus, soumettent également les uns et les autres à l’autorité des lois"9. Les Provinces-Unies et la Ligue Helvétique sont les exemples modernes d’une forme déjà expérimentée par les Anciens. Les peuples d’Europe forment déjà une confédération "objective" :

  • 10 Idem, p. 565.

il s’en peut former tacitement d’autres [confédérations] moins apparentes et non moins réelles, par l’union des intérêts, par le rapport des maximes, par la conformité des coutumes […]. C’est ainsi que toutes les puissances de l’Europe forment entre elles une sorte de système qui les unit par une même religion, par un même droit des gens, par les mœurs, par les lettres, par le commerce et par une sorte d’équilibre qui est l’effet nécessaire de tout cela, et qui, sans que personne songe en effet, à la conserver, ne serait pourtant pas si facile à rompre que le pensent beaucoup de gens10.

10Rousseau retrouve Montesquieu dans sa peinture d’une civilité fédérative objective, mais il ajoute que cette civilité est sans cesse contrecarrée par les conflits des princes qui créent un état de guerre permanent :

  • 11 Ibid., p. 568.

A voir, d’un autre côté, les dissensions perpétuelles, les brigandages, les usurpations, les révoltes, les guerres, les meurtres, qui désolent journellement ce respectable séjour des sages, […] ; à considérer nos beaux discours et nos procédés horribles, tant d’humanité dans les maximes et de cruauté dans les actions, une religion si douce et une si sanguinaire intolérance, une politique si sage dans les livres et si dure dans la pratique, des chefs si bienfaisants et des peuples si misérables, des gouvernements si modérés et des guerres si cruelles ; on sait à peine comment concilier ces étranges contrariétés ; et cette fraternité prétendue des peuples de l’Europe ne semble être qu’une dérision, pour exprimer avec ironie leur mutuelle animosité11.

11Seule une fédération républicaine des peuples permettrait de résoudre cette antinomie, car ce n’est pas l’intérêt, mais les passions qui animent les princes. La guerre et le despotisme sont liés : le prince veut "commander pour s’enrichir et s’enrichir pour commander". Ils désirent tous le maintien du statu quo et rien n’est plus naïf que de croire à leur désir de changement.

  • 12  R. Price, “Observations on the nature of civil liberty” (1776) dans Political writings, Cambridge, (...)
  • 13  P. A. Gargaz, A project of universal and perpetual peace, rééd. New York, 1922.
  • 14  E. Kant, “Idées d’une Histoire universelle au point de vue cosmopolitique” (1784) dans La philosop (...)

12Comme Rousseau, le radical Richard Price affirme que, tant que l’Europe sera divisée en États monarchiques, il sera impossible d’empêcher que des querelles ne dégénèrent en carnage. Il précise que seul un contrôle des armées par les nations est à même de réduire les causes de guerre. Price réintroduit tout de même l’idée d’un arbitrage confié à un Sénat, mais ses membres sont les peuples. Grâce au Sénat des nations, les forces de tout le continent pourront préserver la paix12. Un franc-maçon nommé Gargaz insiste, dans un autre projet de paix perpétuelle, sur la nécessité de bâtir progressivement une ligue défensive des peuples13. Le moyen d’amorcer le mouvement de pacification européen serait peut-être la constitution d’une fédération défensive de plusieurs peuples libres qui s’agrégeraient les autres au fur et à mesure de leur libération. Kant écrit en 1784 que la paix perpétuelle ne doit pas être envisagée comme une mesure immédiate mais comme un processus, un impératif de la raison. Elle est un horizon et non un état. Le "dessein de la nature" porte l’humanité vers une constitution cosmopolitique parfaite. La paix perpétuelle n’est donc pas une "rêverie de visionnaire", mais le mouvement réel de l’humanité, le moyen pratique de cette paix perpétuelle est la fédération14.

  • 15  Montesquieu,"Réflexions sur la monarchie universelle", Œuvres, op. cit., p. 20.
  • 16  Montesquieu, l’Esprit des lois, Paris, GF, 1979, livre IX, pp. 265-267.
  • 17  Mably, De l’étude de l’Histoire suivi de De la manière d’écrire l’Histoire, Paris, coll. Corpus, F (...)
  • 18 Rousseau, "Extrait du projet de paix perpétuelle", op. cit., p. 564.

13L’idée de fédération républicaine est par ailleurs validée par la théorie de l’étendue idéale de l’État en fonction de sa constitution politique et de ses mœurs. Montesquieu affirme que chaque État possède une "nature" qui découle de son organisation sociale et une étendue politique qu’il importe de respecter pour garantir la liberté et les mœurs dans les États républicains15. Les Républiques sont en permanence soumises à deux dangers. Si la République est trop petite, elle court le risque d’être submergée par un voisin ambitieux, mais si elle est trop grande et trop puissante, le danger vient du despotisme militaire. La forme fédérative permet de maintenir les Républiques dans des bornes conciliables avec la liberté, elle prévient l’apparition d’un usurpateur et empêche l’agression venant de l’extérieur, par la concentration des forces militaires fédérales16. Le pouvoir de faire la guerre ou la paix, les alliances, doivent être confiés à l’instance confédérale. On retrouve la même idée chez Mably ou chez Rousseau. Pour le premier, la nature pousse les hommes à s’associer et les peuples à se fédérer : "C’est un grand mal pour les hommes que les grands États. Quoi qu’en pensent les ambitieux, les sociétés ne peuvent s’étendre au-delà de certaines bornes sans s’affaiblir. Je ne vous dirai point que la nature a placé des rivières et des montagnes pour servir de barrières entre les États : elle nous a avertis bien plus clairement de ses intentions en nous créant avec tant de faiblesse".17. Pour le second, la confédération est le gouvernement le meilleur pour les Républiques "en ce qu’il comprend à la fois les avantages des grands et des petits États, qu’il est redoutable au-dehors par sa puissance, que les lois y sont en vigueur, et qu’il est le seul propre à contenir les chefs, les sujets, et les étrangers."18

La fédération des peuples libres et la paix perpétuelle

  • 19  J. Gaulmier J., L’idéologue Volney (1951), rééd. Paris, 1981, p. 185.

14Pendant la Révolution française, la construction de la paix par la fédération est également très présente dans le débat sur les relations que la France doit entretenir avec le monde. Je ne développe pas ici ce point mais rappelons seulement que dans le débat sur le lien entre la métropole et les colonies françaises (et j’intègre ici la Corse qui, en 1789, vit sous un régime colonial), c’est l’idée d’une nouvelle fédération entre les peuples qui est centrale. Par exemple, Pascuale Paoli conçoit l’Association entre la France et la Corse comme une fédération et non comme une intégration. En 1789, Volney exprimant le point de vue du "côté gauche" expliquait que la France se devait de montrer au monde que les règles de droit proclamées dans la déclaration des droits de l’homme s’appliquaient aussi entre les sociétés humaines. Il ajoutait que l’Assemblée devait proclamer sa volonté de construire une fédération des peuples et non un empire dominateur19.

15Pour les "patriotes", le principe pacifique de la "civilisation" s’oppose à la "barbarie" des gouvernements despotiques qui vivent de la division des peuples. Le progrès des Lumières crée les conditions du passage à un nouveau stade des relations au sein du genre humain. L’idée fédérative est la manifestation de ce processus de civilité. Les "patriotes" voient en elle un moyen, tiré de l’état de nature, pour garantir la paix et la sécurité des peuples. Le progrès de la civilité passe donc par l’élaboration théorique et pratique d’une "forme fédérative". Lorsque les révolutionnaires en appellent à une fédération des peuples, ils transposent le modèle fédératif dans la sphère internationale pour réaliser pratiquement une fraternité des peuples. Les nations se doivent assistance contre leurs ennemis communs, comme les fédérés qui se regroupent en réseau contre les aristocrates. Les Révolutions belge et liégeoise de 1789 ont d’ailleurs posé de manière très concrète la question de la fédération des peuples libres. De 1789 à 1791, date de l’écrasement de ces deux révolutions par les Autrichiens, une partie des "patriotes" en France avancent l’idée d’une fédération des peuples en révolution contre les despotes.

  • 20  Voir l’analyse de Sophie Wahnich sur les attitudes face aux Anglais en 1790-1792 dans “Anglais” Di (...)

16Comment construire cette alliance fédérative des peuples ? Son but étant la garantie réciproque des droits des nations, les Français ne peuvent s’allier qu’avec des peuples "constitués" sur les mêmes principes et reconnaissant le même droit. Pour toute une partie de l’opinion révolutionnaire, la seule nation qui réponde à ce critère est la nation britannique, car, malgré les défauts de sa constitution, elle est l’aînée de la France dans la carrière de la liberté 20. On trouve cette idée dans le journal La Bouche de fer : l’alliance franco-anglaise doit permettre la création d’un tribunal européen du droit des gens, première étape vers une paix perpétuelle. La "fédération" franco-anglaise est le préalable à une pacification générale de l’Europe sous la direction des deux puissances libres : elle constituerait un embryon de société civile qui pourrait rapidement s’associer d’autres États et dicter les termes d’un nouveau code du droit à toute l’Europe. Pour d’autres patriotes, la France ne peut s’allier avec l’Angleterre aristocratique mais seulement avec les peuples révolutionnés ayant fondé leur constitution sur les droits de l’homme.

17Dans son projet de 1795, Vers la Paix perpétuelle, Kant synthétise le débat des Lumières sur la paix et l’idée fédérale. La paix est envisagée simultanément comme une perspective politique et un impératif catégorique. Les six "articles préliminaires" du projet constituent une critique des rapports entre les États : la guerre de conquête, la diplomatie secrète, les armées permanentes, les violations du droit des gens, sont condamnés globalement. Ces articles sont autant d’impératifs catégoriques, réalisables à moyen terme. Viennent ensuite trois "articles définitifs" auxquels correspondent les trois "niveaux" juridiques nécessaires à la construction de la paix : droit civil, droit des gens et droit cosmopolitique. Kant donne aux hommes le devoir de réaliser la paix conformément à la raison. L’état de paix n’est pas la cessation des hostilités, mais un état juridique qui doit être construit. Pour cela, "la constitution civile de chaque État doit être républicaine", et "il faut que le droit des gens soit fondé sur une fédération d’États libres". Le droit cosmopolitique vient compléter les deux premiers niveaux. Ce droit "considère les hommes et les États, dans leurs relations extérieures et dans leur influence réciproque comme citoyens d’un État universel de l’humanité", il concerne les hommes en tant que citoyens du monde.

18En 2004, les trois idées centrales de l’irénisme moderne — l’organisation de la paix par le droit, l’arbitrage et l’idée fédéraliste — n’ont pas encore épuisé leur potentiel utopique. La paix par la fédération est encore à l’ordre du jour du débat politique. Le fédéralisme est devenu une réalité politique dans bien des États et, malgré son immense déficit démocratique et social, l’Union européenne n’a — pour beaucoup d’Européens — pas d’autre légitimité que d’être un cadre pouvant empêcher la guerre, bien que l’exemple de l’ex-Yougoslavie soit là pour tempérer ce lieu commun. La conception kantienne qui fait de la paix perpétuelle une limite éthique et un impératif de la raison peut encore aujourd’hui servir de base philosophique à la construction d’un nouvel irénisme fédéral.

Haut de page

Notes

1  Rivarol, "Dictionnaire universel de la langue française", cité dans Le Littré, entrée "fédératif", édition CD ROM, REDON.

2  Dans Querella Pacis (1517), cité par S. Goyard-Fabre, présentation du Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe, Paris, 1981, p. 49.

3  Mémoires des sages et royales Œconomies d’Estat, domestiques, politiques et militaires de Henri le Grand (1638) dans M. Merle, Pacifisme et internationalisme, Paris, 1966, p. 63-68.

4  Idem, p. 65.

5  Émery de Crucé, Le nouveau Cynée (1623) Paris, reprints, 1976. Émery de Crucé (1590-1648) était régent de rhétorique au Collège du Cardinal Lemoine.

6  W. Penn, “Essai sur la paix présente et future de l’Europe” dans L. Lefur, Recueil de textes de droit international public, Paris, 2e ed., 1934, pp. 32-34.

7  Montesquieu, Réflexions sur la monarchie universelle dans Œuvres, Paris, Pléiade, pp. 19-38.

8  Montesquieu, Les pensées suivi de Le Spicilège, Paris, coll. Bouquins, 1991.p. 281.

9 Rousseau, "Extrait du projet de paix perpétuelle" dans Œuvres complètes, tome III : Écrits politiques, Paris, Pléiade, 1964, p. 564.

10 Idem, p. 565.

11 Ibid., p. 568.

12  R. Price, “Observations on the nature of civil liberty” (1776) dans Political writings, Cambridge, 1991, pp. 24-25.

13  P. A. Gargaz, A project of universal and perpetual peace, rééd. New York, 1922.

14  E. Kant, “Idées d’une Histoire universelle au point de vue cosmopolitique” (1784) dans La philosophie de l’Histoire (pub. par S. Piobetta), Paris, 1947, p. 38.

15  Montesquieu,"Réflexions sur la monarchie universelle", Œuvres, op. cit., p. 20.

16  Montesquieu, l’Esprit des lois, Paris, GF, 1979, livre IX, pp. 265-267.

17  Mably, De l’étude de l’Histoire suivi de De la manière d’écrire l’Histoire, Paris, coll. Corpus, Fayard 1988, p. 234.

18 Rousseau, "Extrait du projet de paix perpétuelle", op. cit., p. 564.

19  J. Gaulmier J., L’idéologue Volney (1951), rééd. Paris, 1981, p. 185.

20  Voir l’analyse de Sophie Wahnich sur les attitudes face aux Anglais en 1790-1792 dans “Anglais” Dictionnaire des usages socio-politiques, 1770-1815 vol. IV, Paris, Klincksieck, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Belissa, « Les projets de paix perpétuelle : une "utopie" fédéraliste au siècle des Lumières », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 10 juin 2008, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/35192 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.35192

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page