Navigation – Plan du site
Colloques | 2008
« Les Amériques possibles à la lumière des indépendances » – Maison de l'Amérique latine, février 2008
Cécile Tardy

Les archives latino-américaines à la BDIC : principaux fonds et thématiques

[15/06/2008]

Résumés

Etablissement inter-universitaire, la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC) acquiert et conserve des matériaux documentaires de tout type permettant d’étudier l’histoire politique, sociale et l’histoire des relations internationales au 20ème siècle. Ses collections comptent en particulier des fonds d’archives associatives, syndicales, politiques ou policières produites en Amérique Latine ou en solidarité avec les peuples soumis à des régimes dictatoriaux, qui ont pu être acquis par don ou dans le cadre d’opération de sauvegarde d’archives par microfilmage ou numérisation. Les principaux fonds ici présentés constituent des sources de première importance pour l’étude du syndicalisme et de la vie politique en Bolivie ou au Pérou, du terrorisme d’Etat perpétré par les dictatures uruguayenne, bolivienne, paraguayenne, brésilienne et, plus encore, argentine. Enfin, sont également évoqués deux fonds qui rassemblent de la documentation sur l’histoire politique et sociale latino-américaine, le fonds DIAL et celui du centre inter-associatif « Documentation Réfugiés ».

Haut de page

Texte intégral

1La Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine est un établissement inter-universitaire spécialisé en histoire politique, sociale et histoire des relations internationales au 20ème siècle. Fondée pendant la Première guerre mondiale pour collecter la documentation sur le conflit qui était en cours, la BDIC a depuis son origine la particularité de collecter dans les différentes langues européennes des sources de tout type et sur tout support : livres, périodiques, documents audiovisuels, archives privées et documents iconographiques, qui sont principalement conservés au Musée d’Histoire Contemporaine - section iconographique de la BDIC située à l’Hôtel national des Invalides. Au-delà de cet intérêt originel pour la Première guerre mondiale, la politique documentaire de l’établissement s’est peu à peu développée autour des grands axes que sont l’histoire, surtout politique et sociale, depuis le début du 20ème siècle, les relations internationales, les crises, conflits et guerres, les conséquences des conflits, en particulier les migrations (surtout les exils politiques) et déplacements de populations, les questions relatives aux Droits de l’homme, les mouvements ouvriers et les mouvements sociaux.

2Les fonds latino-américains se sont constitués et continuent à s’accroître dans la lignée de la politique documentaire de la BDIC. Les documents acquis concernent surtout la vie politique des pays de la région, les conflits internationaux et nationaux, les mouvements politiques, sociaux, syndicaux, les dictatures et le terrorisme d’Etat, les questions de développement et les processus d’intégration économique. En 2006, on comptait environ 37000 entrées dans les différents catalogues de la BDIC sur l’Amérique Latine comme sous-continent et sur les différents pays de l’aire géographique, dans toutes les langues d’acquisition de la bibliothèque mais surtout en anglais, français, et, pour la grande majorité, en espagnol et portugais.

3Ne seront ici présentés que les principaux fonds d’archives concernant l’Amérique Latine, c’est-à-dire ceux qui sont à la fois les plus importants en terme volumétrique et qui font preuve d’une unité d’origine et de thématique. Ces fonds peuvent être disponibles, selon les cas, sur papier, microfilms ou support numérique.

4Sans les évoquer plus avant, signalons simplement l’existence de recueils de brochures (dossiers thématiques rassemblés par le personnel de la BDIC depuis les origines), et de collections précieuses de périodiques, notamment la presse des exilés, dont la BDIC a pu collecter de nombreux titres grâce à des dons successifs (périodiques publiés par des Chiliens, Argentins, Brésiliens, etc. en exil, particulièrement en France). Une base des périodiques de l’immigration est désormais consultable depuis la page d’accès aux catalogues, sur le site de la BDIC1, afin de mettre en valeur ces documents. Ne seront pas non plus évoquées ici les « archives orales », ou entretiens filmés, que collecte ou élabore la BDIC.

5Les fonds d’archives sur l’Amérique Latine sont entrés dans les collections de la BDIC grâce à deux modes d’acquisition principaux : par don spontané ou suscité, ou par réalisation de copies de sauvegarde. Les dons sont généralement le fait des associations donatrices elles-mêmes, qui contactent la BDIC car elles savent que des fonds comparables au leur y sont déjà conservés et mis à disposition des lecteurs. Ainsi, les dons se nourrissent grandement de dons précédents, les bibliothécaires et archivistes veillant à ce que la cohérence thématique et chronologique soit maintenue, dans le respect de la politique documentaire de l’établissement. Les copies de sauvegarde, quant à elles, sont acquises dans le cadre de partenariats avec des associations, pour mener à bien des entreprises de sauvegarde d’archives : la BDIC apporte financement, capacité de traitement, conservation et diffusion, et assurance d’une pérennité institutionnelle ; en contrepartie, elle se voit remettre une copie de sauvegarde et de consultation des fonds documentaires ainsi microfilmés ou numérisés. C’est par ce biais que depuis une vingtaine d’années sont entrés dans les collections certains des fonds latino-américains les plus riches.

6Pour les commodités de la présentation, les fonds seront présentés selon trois axes thématiques : le syndicalisme et la vie politique ; le terrorisme d’Etat, les dictatures, les atteintes aux droits de l’homme ; et les fonds transversaux, qui rassemblent une documentation diverse permettant notamment l’étude de la vie politique et sociale des différents pays d’Amérique Latine.

  • 2  Centre pour la sauvegarde de la Mémoire Populaire (Césame, Paris)

7Concernant le syndicalisme et la vie politique des pays latino-américains, le premier fonds à signaler est celui de la Central Obrera Boliviana (COB). Tout comme les archives du MNR (Movimiento Nacionalista Revolucionario), ce fonds est consultable à la BDIC grâce à un travail en collaboration avec l’association Césame2 : en 1985-1986, la BDIC et l’association Césame montent un projet de sauvegarde des archives de la COB, grâce à des financements obtenus auprès du Ministère des Affaires Etrangères. Entre 1985 et 1989, en accord avec la COB, environ 150 kg d’archives de la Central et des Fédérations et Confédérations de syndicats membres sont sélectionnées sur place par des chercheurs du Césame, Ariane Gransac et Octavio Alberola, puis envoyées en France par la valise diplomatique, microfilmées à la BDIC et enfin rendues à la COB avec une copie microfilmée.

8La sélection des documents s’est effectuée à la fois en fonction de leur importance en relation aux événements politiques et sociaux les plus marquants de l’histoire du mouvement ouvrier bolivien, et de leur état de lisibilité. Ce fonds a été complété en 1991, avec le concours de l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam (IISG), par des documents relatifs aux années 1989-1991 qui ont également été microfilmés. Enfin, en 1992 la COB a fait don à la BDIC de dix affiches conservées au Musée d’Histoire Contemporaine et de soixante dossiers qui, ajoutés aux deux premiers ensembles de documents microfilmés, constituent le fonds inventorié sous l’intitulé [Recueil. Syndicalisme en Bolivie. Documents divers] (1954-1991)3.

9Le fonds sur le syndicalisme bolivien se constitue ainsi principalement de documents de la COB, mais il compte également des pièces provenant des archives d’autres organisations syndicales comme la Federación Sindical de Trabajadores Mineros de Bolivia (FSTMB), la Confederación General de Trabajadores de Construcciones de Bolivia, ou la Confederación General de Trabajadores Fabriles de Bolivia. Le fonds comporte des rapports, résolutions de congrès, documents économiques et réponses au gouvernement des années 1979, 1985 et 1986 ; listes de prisonniers et de dirigeants licenciés ; programmes idéologiques, statuts, actes et résolutions de congrès ; bulletins internes ; correspondance interne, conférence nationale des Amas de casa mineras de 1986, conférences sur la cogestion ; programmes culturels, etc.

  • 4  International Institute of Social History (Amsterdam, Pays-Bas).
  • 5  Centro de información documental de archivos
  • 6  L’inventaire de ce fonds a été réalisé en 2001 et est accessible en ligne : http://www.bdic.fr/pdf (...)

10Les archives du Movimiento Nacionalista Revolucionario (MNR) ont quant à elles été l’objet, en 1996-1997, d’un programme de sauvegarde initié par le Césame, avec l’accord du MNR et le concours du Centro de capacitación, investigación y documentación (CCID) de La Paz. Cette opération a été financée par la BDIC, l’IISG4, la fondation Feltrinelli de Milan et le CIDA5 du Ministère de la Culture espagnol. Ce fonds compte 921 microfiches reproduisant des bulletins, publications périodiques, correspondances, discours et messages de Victor Paz Estenssoro, coupures de presse, documents internes, résolutions, rapports, et autres documents émis par le MNR entre 1933 et 19976.

11Selon un processus comparable, les archives de la Federación Nacional de Trabajadores mineros, metalúrgicos y siderúrgicos del Perú (FNTMMSP) ont pu être microfilmées grâce à un double financement BDIC-Bibliothèque nationale du Pérou. Le fonds comportant onze bobines pour plus de 10000 vues contient des documents internes aux sections syndicales (1945-1995) : registres manuscrits des actes des assemblées générales, avec notification de l’ordre du jour et comptes-rendus des prises de positions contradictoires ; listes d’adhérents ; documentation de différents congrès nationaux ; comptes-rendus de réunions et d’assemblées plénières ; rapports ; correspondance, etc.

12La problématique du terrorisme d’Etat et des atteintes aux Droits de l’Homme sous les dictatures latino-américaines des années 1960-1980 est un des axes principaux des fonds latino-américains de la BDIC, grâce d’une part aux dons successifs de documentation émanant des associations de défense des droits de l’homme et comités de solidarité, et d’autre part à l’acquisition d’archives de la répression microfilmées ou numérisées sur place. La distinction entre les deux modes d’acquisition recoupe celle qu’il convient d’opérer entre « archives de la douleur », aussi appelées « archives de la résistance », qui sont essentiellement le fait d’associations cherchant à dénoncer le terrorisme d’Etat et ses crimes, et « archives de la répression », archives publiques émanant des autorités policières ou judiciaires qui ont mis en œuvre le terrorisme d’Etat.

13Les archives associatives concernent différents pays latino-américains. La situation politique de l’Uruguay peut être étudiée à travers les archives du Secrétariat International de Juristes pour l’Amnistie en Uruguay (SIJAU). Cette organisation non gouvernementale qui regroupait des juristes de renom favorables à une amnistie générale en Uruguay et au rétablissement des droits démocratiques a légué ses archives à la BDIC au moment de sa dissolution. Le fonds comporte notamment des témoignages et des études de cas particuliers, des rapports de mission, des listes de prisonniers et de disparus, des communications présentées devant les organisations internationales et régionales compétentes, des études et décisions adoptées par les organisations intergouvernementales, les publications d’organisations et partis politiques uruguayens, des documents de solidarité avec l’Uruguay7.

14Un fonds intitulé « Répression en Bolivie » rassemble des archives sorties clandestinement de Bolivie et léguées à la BDIC, puis microfilmées pour permettre leur consultation en garantissant leur sauvegarde. Il s’agit de plaintes et dénonciations, photographies et fiches d’identité, listes de disparus, rapport au Ministre de l’Intérieur… le tout à l’époque de la dictature de Hugo Bánzer8.

15Enfin, les archives concernant l’Argentine sous la junte militaire continuent de faire l’objet de valorisation et d’enrichissement. Un inventaire consultable en ligne9 décrit douze fonds qui réunissent la documentation de diverses associations : documents, tracts, brochures, coupures de presse, littérature grise, correspondance personnelle, communiqués de presse de différents pays d’Europe, ou provenant de différentes organisations, tels le Centre Argentin d’Information et de Solidarité (CAIS), le Comité de défense des prisonniers politiques argentins (CODEPPA), la Commission Argentine des Droits de l’Homme (CADHU), les Mères et Grands-mères de la Place de Mai ou le Mouvement Péroniste Montoneros. Parmi ces documents, on trouve les témoignages de survivants anciens prisonniers, la description d’enlèvements, les preuves des violations des droits de l’homme, des tracts des manifestations de protestation contre les outrages commis envers les citoyens de ce pays. Par ailleurs, en 2004, un important fonds sur le Comité pour le Boycott de la Coupe du Monde de football en Argentine (COBA) organisée dans ce pays en 1978, en pleine dictature militaire, a été cédé à la BDIC. Ces archives concernent le mouvement de solidarité né en France pendant les années de répression. L’inventaire de ces archives peut être consulté en ligne10.

  • 11  Fonds intitulé Operativo Condor : documents réunis et microfilmés par les autorités judiciaires de (...)

16Les archives de la répression constituent un cas particulier. Contrairement aux fonds ordinairement conservés à la BDIC, il s’agit d’archives publiques, émanant d’autorités policières ou judiciaires. Deux fonds de première importance relèvent de cette catégorie : les archives de la DIPBA, la Dirección de Inteligencia de la policia bonaerense (Argentine), et les archives dites « du Plan Condor »11 (Paraguay).

17La BDIC entretient des partenariats vivaces avec plusieurs associations argentines, au service d’une coopération documentaire réelle : depuis 2005, une grande partie des archives sur l’Argentine a été numérisée, priorité étant accordée aux documents sur le terrorisme d’Etat, l’exil et les manifestations de solidarité apparues en France, afin d’en remettre une copie de consultation à la Comisión Provincial por la Memoria. Cette entreprise a pu se poursuivre en 2007 grâce à une subvention obtenue par le Quai d’Orsay et l’ambassade de France en Argentine. La remise de ces copies numérisées s’est effectuée dans le cadre d’un accord d’échange et de coopération passé avec la Commission provinciale pour la Mémoire : cet organisme public doté d’un fonctionnement autonome a été créé en 2000 avec pour mission de collecter la documentation sur le terrorisme d’Etat, favoriser la recherche historique et l’enseignement, et  collaborer avec la justice. Il est notamment dépositaire des archives de la DIPBA, la police politique de la province de Buenos Aires et, en juillet 2005, la BDIC s’est vu remettre une copie de sauvegarde de ces archives, qu’elle doit conserver à des seules fins de ‘préservation’. Cette copie ne peut pas être consultée, mais l’accord prévoit que, à terme, des copies de consultation seront également remises. Comprenant presque trois millions de feuillets, ce fonds réunit l’ensemble de la documentation produite par la DIPBA depuis sa création en 1957 jusqu’à sa dissolution en 1998, organisée selon le mode d’analyse et de classement qui étaient les siens, et plus de 200 000 fiches individuelles. L’ensemble constitue un registre détaillé de la persécution politique dans la province de Buenos Aires.

18Enfin, en juin 2004, la BDIC s’est vu remettre un rouleau de microfilms contenant 1200 images de documents trouvés à Lambaré, au Paraguay : il s’agissait de documents produits par les autorités paraguayennes et témoignant de ce que fut le « Plan Condor » pendant les années de dictatures dans les différents pays du Cône Sud de l’Amérique. Parmi ces documents qui témoignent de la collaboration entre les autorités policières et militaires de ces pays, on trouve en particulier des listes de personnes recherchées, des rapports et notes de service de la police paraguayenne à propos de mises sous surveillance et d’arrestations, des avis de recherche, des rapports sur la coopération entre les polices, des rapports d’arrestation et d’extradition de prisonniers, des rapports sur les activités de groupes placés sous surveillance, des listes de personnes recherchées d’un pays à l’autre. Le rouleau a été numérisé, le fonds inventorié  et rendu consultable12.

19Enfin, deux fonds plus transversaux méritent d’être évoqués parce qu’ils permettent l’étude de la situation politique et sociale des pays latino-américains. L’un concerne l’Amérique Latine dans son ensemble, l’autre inclut l’Amérique Latine dans une problématique plus large de documentation sur les réfugiés en France.

  • 13  Le fonds DIAL sur le Brésil (cote F delta 1837 / 1) a été traité et est consultable, ainsi que son (...)

20Le premier de ces fonds est le fonds DIAL, constitué des archives du père Charles Antoine, fondateur du bulletin hebdomadaire DIAL (Diffusion de l’Information sur l’Amérique Latine). C’est un fonds gigantesque (111 cartons d’archives consacrés au seul Brésil) qui rassemble la documentation amassée et classée par Charles Antoine, et constitue un matériau permettant l’étude de la situation politique et sociale de plusieurs pays latino-américains depuis les années 1960 jusqu’aux années 1990 : de nombreuses coupures de presse française et latino-américaine, mais aussi des discours et déclarations gouvernementales dressent un panorama du rôle de l’Eglise et de ses relations avec l’Etat, de la situation sociale et politique, de la censure et de la répression13, des droits humains, économiques, sociaux, culturels et religieux.

21Le fonds du centre inter-associatif de documentation « Documentation Réfugiés » offre lui aussi un très grand nombre de coupures de presse, rapports d’associations de défense des droits de l’homme, documents officiels (ONU, Sénat, etc.), appels à soutien, tracts, qui  permettent aujourd’hui l’étude de la situation politique et sociale des pays latino-américains entre 1975 et le milieu des années 1990, et en particulier l’analyse de la problématique de l’exil. Cette documentation a en effet été rassemblée par un collectif de six associations françaises s’intéressant à la question des réfugiés (Amnesty international, la Ligue des Droits de l’Homme, la CIMADE, la Croix-Rouge, France Terre d’Asile et le Service d’aide sociale aux migrants), avec l’objectif de suivre l’évolution de la législation sur le droit d’asile, et d’aider à l’instruction des dossiers de demande d’asile (une convention est passée avec l’OFPRA et la Commission de Recours des Réfugiés en 1989). La documentation rassemblée comporte donc des dossiers de presse sur l’actualité politique, économique, sociale, culturelle et religieuse des pays d’origine des réfugiés. Ce fonds encore en cours de traitement constituera une source importante pour l’étude de l’évolution du droit d’asile et la condition des réfugiés dans le dernier quart du 20ème siècle. Sans être centré sur l’Amérique Latine, ce fonds contient bien entendu des informations relatives aux réfugiés originaires d’Amérique centrale et du Sud.

Haut de page

Notes

1  http://www.bdic.fr

2  Centre pour la sauvegarde de la Mémoire Populaire (Césame, Paris)

3  L’inventaire de ce fonds est consultable en ligne sur le site de la BDIC : http://www.bdic.fr/pdf/cob.pdf

4  International Institute of Social History (Amsterdam, Pays-Bas).

5  Centro de información documental de archivos

6  L’inventaire de ce fonds a été réalisé en 2001 et est accessible en ligne : http://www.bdic.fr/pdf/Movimiento%20Nacionalista%20Revolucionario%20de%20Bolivia.pdf

7  L’inventaire peut être consulté : http://www.bdic.fr/pdf/Fonds%20Weil.pdf

8  L’inventaire de ce fonds (2001) est consultable en ligne : http://www.bdic.fr/pdf/R%E9pression%20en%20Bolivie.pdf

9  http://www.bdic.fr/pdf/Argentine.pdf

10  http://www.bdic.fr/pdf/Fonds_COBA.pdf

11  Fonds intitulé Operativo Condor : documents réunis et microfilmés par les autorités judiciaires de la République du Paraguay

12  http://www.bdic.fr/pdf/Condor.pdf

13  Le fonds DIAL sur le Brésil (cote F delta 1837 / 1) a été traité et est consultable, ainsi que son inventaire (cote F 10877).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Tardy, « Les archives latino-américaines à la BDIC : principaux fonds et thématiques », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 15 juin 2008, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/35633 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.35633

Haut de page

Auteur

Cécile Tardy

Conservatrice des bibliothèques, Secteur ibérique et latino-américain – BDIC

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page