Navigation – Plan du site
Adeline Joffres

Le populisme d’Amérique latine en Europe : chronique d’un concept populaire

[13/02/2008]

Résumés

En sciences sociales et politique, certains concepts semblent résister à l’épreuve de la théorisation et demeurent à l’état de question, alimentant les débats entre chercheurs. C’est le cas du “populisme” que nous nous proposons de définir en tant que concept valide de science politique. Le cas du Venezuela nous y engage, avec l’apparition d’un leader étiqueté comme « populiste », Hugo Rafaél Chávez Frías, venant bouleverser notre vision de la politique traditionnelle. D’autant plus que ce bouleversement se ressent également au niveau international par le biais d’une politique étrangère volontariste et provocatrice, tout particulièrement à l’égard de la superpuissance américaine. Après un bref panorama des polémiques qui entourent le concept de populisme, nous nous intéresserons donc, dans un premier temps, à son évolution et à son traitement par les historiens et politologues dans le temps. Nous porterons ensuite notre attention sur les écrits récents et expériences du temps présent qualifiées de « populistes » dans lesquelles le regard de l’historien ou du politologue trouvera peut-être une portée nouvelle notamment à travers le cas chaviste.

Haut de page

Texte intégral

Confusions autour de la « nébuleuse -populisme » : un concept polysémique

  • 1 “‘Populism’ is a concept both elusive and recurrent. Few terms have been so widely used in contempo (...)

« Le populisme est un concept à la fois élusif et récurrent. Peu de termes ont été si largement utilisés dans les analyses politiques contemporaines et définis avec si peu de précision. Nous savons intuitivement à quoi nous faisons référence quand nous qualifions un mouvement ou une idéologie de populiste, mais nous avons la plus grande difficulté à transformer l’intuition en concepts »1.

1Victime de son succès, le populisme souffre en effet d’un manque de réflexion épistémologique comme le suggère Ernesto Laclau. En tant que catégorie d’analyse, il reste un objet controversé et ne semble pas avoir de définition précise, mettant en doute sa validité scientifique. Pour quelle raison ? Parce que le concept de populisme souffre de plusieurs maux inhérents tout d’abord à la difficulté pour tout chercheur en sciences sociales de se détacher de son objet et des préjugés qui l’entourent, à la composante émotionnelle de cet objet que la science politique peine à aborder depuis Weber et à la diversité des phénomènes et personnalités qui lui sont associés, variables à travers le temps et l’espace.

  • 2 Et ceci dès les années 1960 puisque dans leur ouvrage Ghita Ionescu et Ernest Gellner remarquent qu (...)
  • 3 Nous utilisons ce terme dans son acception première. Selon Le Petit Robert, Ed. 2004, « vulgaire » (...)
  • 4 Par ailleurs, cela correspond à l’usage du langage entre le XVII et XVIII° siècles : « il était le (...)
  • 5 Annie Collovald, « Le ‘national populisme’ ou le fascisme disparu. Les historiens du ‘temps présent (...)
  • 6 « L’usage de la catégorie ‘national populisme’ permet, sinon de faire taire tous ces désaccords [co (...)
  • 7 La plupart des auteurs affirment à juste titre que le populisme est endogène à la démocratie. Car s (...)
  • 8 Pierre Bourdieu et ses confrères mettent en garde contre les « pouvoirs du langage », Pierre Bourdi (...)
  • 9 Michel Foucault, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, op. cit., p. 51.
  • 10 En ce sens le langage continue bien, « sous une autre forme, à être le lieu des révélations et à fa (...)
  • 11 Olivier Dabène, Amérique latine, la démocratie dégradée, Bruxelles, Ed. Complexe, 1997, p. 94 ; « E (...)
  • 12 L’ancien président mexicain Vicente Fox déclarait ainsi, en prévision des élections présidentielles (...)

2C’est aujourd’hui un fait aisément repérable : le terme de « populisme », décliné sous toutes ses formes -substantif, adjectif, néologisme, locution-, est largement utilisé2 dans les médias pour désigner des objets forts différents et systématiquement de manière péjorative. Le sens commun s’est donc investi de ce concept désormais vulgarisé3, propriété partielle de la doxa. Utilisable et utilisé par tous, le terme de populisme se banalise et recouvre des réalités différentes qui dépendent de la subjectivité des acteurs, illustrant la pensée constructiviste selon laquelle la réalité est un construit social et n’existe que par les discours que nous tenons sur elle4. En d’autres termes, en utilisant le terme de « populisme », le sens commun contribue à construire une vérité nouvelle, différente de celle du champ scientifique -ou pis, qui peut influencer cette dernière-. La construction du néologisme « national-populisme » dans les années 1980 pour qualifier le Front National (FN) de Jean-Marie Le Pen, nous en fournit une démonstration éloquente5 Annie Collovald montre en effet que l’utilisation de ce néologisme dans le débat public a eu des conséquences importantes sur la portée scientifique du concept de populisme6. Désormais, lorsque le « profane » emploie le terme de populisme, le concept de “populisme” prend apparemment un sens déterminé : celui d’une menace pour la démocratie, d’un élément perturbateur, déstabilisant, dangereux, parce que son usage dans ce sens précis est devenu une catégorie. Comme nous l’avons montré, la presse utilise également ce terme pour « tirer la sonnette d’alarme » et mettre en garde la société contre une des dérives de la démocratie7. Le chercheur doit donc lutter contre le pouvoir normatif du sens commun qui, par des déformations successives, en se basant principalement sur des sentiments spontanés, ou d’autres discours auxquels il a accès, rend opérationnelles ses propres « catégories d’analyses »8. Lorsqu’il est soumis à l’appréciation de la majorité, le populisme revêt donc une connotation négative qu’il n’avait pas nécessairement auparavant. Mettant en évidence la nécessité de distinguer le mot de la chose, Michel Foucault expliquait d’ailleurs qu’à partir du XIXème siècle, « le langage ne ressemble plus immédiatement aux choses qu’il nomme »9. En d’autres termes, les mots recouvrent un sens plus complexe et signifient plus que les choses qu’ils nomment selon le contexte, la socialisation des individus et la richesse de leur vocabulaire. De cette manière, on peut expliquer que la connotation expressément péjorative du terme « populisme » ne soit pas universelle : elle est le fruit de la culture politique, de l’histoire des individus et sociétés10. Elle ne peut donc pas être un critère de définition du concept et ne devrait pas influencer la vision des phénomènes politiques qu’ont les analystes. En déplorant l’inconsistance des partis politiques après la Guerre Froide et les effets néfastes du Consensus de Washington, Olivier Dabène compare pourtant le populisme à un pêché : « des outsiders apparaissent qui bouleversent les clivages traditionnels et cèdent aux tentations populistes », de la même manière que le quotidien argentin La Nación le compare à un « virus »11. Dans son traitement journalistique et profane, le concept de populisme est donc sujet à la manipulation des médias et du sens commun, de certains hommes politiques12, et peut faire l’objet d’une récupération par certains d’entre eux.

  • 13 Alexandre Deze, « Le populisme ou l’introuvable Cendrillon. Autour de quelques ouvrages récents », (...)
  • 14 On prendra soin de noter que certains auteurs ne respectent pas cette « classification » et mettent (...)

3Depuis les années 1950, les médias à l’instar des individus, ont aussi bien pu qualifier des partis politiques, des mouvements, des manifestations, ou encore des personnalités de tous bords politiques et de tous horizons de « populistes », ce qui nuit à la lisibilité du concept. Alexandre Deze explique alors que cette croissance exponentielle de l’utilisation du concept de populisme s’est déroulée en trois temps13. Un premier temps au début des années 1980 pour désigner des « styles politiques émergents » à droite, voire à l’extrême droite de l’échiquier politique : M. Thatcher, R. Reagan, J- M Le Pen, J. Haider. Dans un second temps, à la fin des années 1980, la notion s’est étendue pour devenir essentiellement dégradante, désignant sans distinction B. Eltsine, L. Walesa, U. Bossi, C. Blocher, P. Portas. Enfin, le « troisième mode d’extension du mot » s’est développé fin des années 1980-début des années 1990 pour qualifier des « leaders politiques atypiques », démagogues et adeptes des moyens télévisuels : B. Tapie14, C. Menem, J. Jackson, R. Perot, P. Fortuyn. Le populisme est donc un concept multidimensionnel et polysémique dont l’usage croissant par le sens commun contribue à en réduire la portée analytique.

  • 15 Les termes cités sont explicités dans : Guy Hermet, Les populismes dans le monde, une histoire soci (...)
  • 16 Alexandre Deze, “Le populisme ou l’introuvable Cendrillon. Autour de quelques ouvrages récents”, ar (...)
  • 17 Guy Hermet parle quant à lui de « néopopulisme libéral-médiatique », Les populismes dans le monde…, (...)
  • 18 Erwan Lecoeur, Un néo-populisme à la française : trente ans de Front National, Paris, Ed. La Découv (...)

4C’est parce que le populisme passionne et a su capter l’intérêt des médias et du monde du profane en tant que catégorie d’analyse qu’il est aujourd’hui victime d’une surenchère conceptuelle et souffre effectivement du « complexe de Cendrillon », continuant à désigner des objets divers dont la nature varie plus ou moins dans l’espace et dans le temps. L’invention de concepts « nouveaux », tels que « l’ethnopopulisme », le « national populisme », le « cyber-populisme » le « télépopulisme », le « nouveau populisme », le « néo-populisme »15 est ainsi venue « alimenter une belle confusion »16. Pour ne prendre qu’un exemple, à nos yeux significatif, il est intéressant se s’attarder sur la locution « néo-populisme »17. En effet, celle-ci est employée en Europe pour désigner les mouvements à droite de l’échiquier politique arrivés en force sur la scène politique depuis la fin des années 198018. En revanche, en Amérique du Sud, le « néo-populisme » se caractérise par deux éléments. Un élément « chronologique » puisqu’il correspond à des gouvernements qui ont vu le jour dans les années 1980-1990 suite au déclanchement de la « crise de la dette » reflétant une situation de crise économique, bancaire et financière aiguë dans la plupart des pays latino-américains (excepté le Chili qui continuait à adopter des mesures protectionnistes) et qui sont donc postérieurs au péronisme. Puis un second élément d’ordre technologique puisque le néo-populiste utilise les moyens de communication modernes (Internet, téléphone portable, télévision) en plus des moyens de communication traditionnels (journaux, radio). On aboutit donc à une réelle confusion sémantique et conceptuelle.

  • 19 Alexandre Dorna, Le populisme, Eds. PUF, Collection Que sais-je ?, 1999, p. 4.

5Le chercheur en sciences sociales doit donc en permanence garder à l’esprit la position particulière qu’il occupe, lui-même partie de la réalité qu’il observe. Confronté à l’influence du sens commun, à la connotation péjorative qu’il a acquise par ce biais et aux manipulations politiques dont il fait régulièrement l’objet, le “populisme” est ainsi confronté à un problème de vide définitionnel car si les chercheurs sont d’accord pour en dater les origines au XIX° siècle en Russie et en Amérique, il n’en est rien en ce qui concerne sa nature, ce qui alimente la polysémie du terme. Cependant, « [s]i l’espoir de dégager une théorie explicative est mince, comme l’avoue Alexandre Dorna, la motivation reste puissante. La littérature est abondante mais confuse »19.

Tentatives de définition, depuis les années 1950, d’un concept souffrant du « complexe de Cendrillon »

  • 20 Cité par Alexandre Deze, « Le populisme ou l’introuvable Cendrillon. Autour de quelques ouvrages ré (...)
  • 21 “Does it have any underlying unity, or does one name cover a multitude of unconnected tendencies? ( (...)
  • 22 L’imprécision de la littérature sur l’essence du populisme incite effectivement les auteurs à parle (...)
  • 23 Voir notamment A. Dorna, Le Populisme, op cit., pp 18-47 ; Guy Hermet, Les populismes dans le monde (...)

6Depuis les premières tentatives dans les années 1950, la question de la définition du populisme suscite encore le débat dans le champ scientifique et demeure au cœur de la dynamique de la recherche autour du concept. D’ailleurs, dans les années 1960, Isaiah Berlin comparait déjà la recherche sur le populisme à une quête atteinte du « complexe de Cendrillon ». En effet, assurait-il, « [i]l existe une chaussure -le mot populisme- pour la quelle quelque part il existe un pied. Il y a toute sorte de pieds auxquels elle convient, mais il ne faut pas être pris au piège par ces pieds qui s’adaptent plus ou moins bien »20. Il existerait donc un « pur populisme» qui ne demanderait qu’à trouver chaussure à son pied. Depuis la publication de l’ouvrage clé d’Ionescu et Gellner à la fin des années 1960, de nombreux travaux collectifs ont ainsi tenté de définir l’essence du populisme, laquelle reste finalement à l’état de questionnement21. En effet, la littérature sur le concept, très variée, porte le plus souvent à confusion en élaborant de nombreuses définitions du populisme issues, la plupart du temps, d’études de cas. Globalement, on peut distinguer trois types d’approches du « phénomène »22 qui ne remettent pas pour autant en cause les origines historiques du concept23. L’ensemble des auteurs s’accordent effectivement à parler de « populismes fondateurs » qui sont au nombre de trois : le populisme russe issu du mouvement des Narodniki au XIX° siècle, le populisme du Midwest américain qui se développe au même moment, puis le populisme latino-américain de la première moitié du XX  siècle et dont la principale référence est le péronisme.

  • 24 E. Laclau, Politics and ideology in Marxist theory : capitalism, fascism, populism, op. cit.; Carlo (...)

7Les travaux les plus abondants sont ceux qui fournissent des explications sociologiques du populisme et adoptent une position épistémologique constructiviste. La spécificité du populisme est alors attribuée : tantôt au contexte de transition auquel est confrontée une société ou aux structures économiques et sociales de celle-ci24, tantôt au type de politique publique entrepris, au discours développé ou à l’effet de l’ensemble de ces paramètres réunis –notamment chez de Guy Hermet-. Depuis les années 1950 se succèdent ainsi divers paradigmes qui font évoluer le concept.

  • 25 Edward Shils, The torment of secrecy: the background and consequences of American security policies(...)
  • 26 Ibid., p. 101.
  • 27 Du fait du système électoral (organisation d’élections primaires) et des mécanismes de démocratie s (...)
  • 28 Torcuato Di Tella, “Populism and reform in Latin América”, art. cité, p. 47.
  • 29 Cette analyse est détaillée dans une version récente de Latin American Politics: A Theoretical Fram (...)
  • 30 Hêlio Jaguaribe, Problemas do desenvolvimento latinoamericano, Rio de Janeiro, 1967, p. 168 ou Econ (...)
  • 31 La figure du leader charismatique sera systématiquement reprise par les auteurs postérieurs à Hêlio (...)
  • 32 « Le populisme se définit (…) par la temporalité antipolitique de sa réponse prétendue instantanée (...)
  • 33 Gino Germani, Politique, société et modernisation, Gembloux, Eds. Duculot, 1972, p. 161.
  • 34 Fernando Henrique Cardoso et Enzo Faletto, Dependencia y desarrollo en América latina : ensayo de i (...)
  • 35 “Our thesis is that populism consists in the presentation of democratic-popular interpellation as a (...)
  • 36 Ibid., pp. 173-176. L’approche psychologique reprendra ce type d’approche et la complètera.
  • 37 Michel Wieviorka, La démocratie à l’épreuve : nationalisme, populisme, ethnicité, Paris, La Découve (...)

8Un premier paradigme a tout d’abord été développé par des chercheurs nord-américains dans les années 1950, au moment de la Guerre Froide et de la « Chasse aux sorcières » lancée par le sénateur Mac Carthy contre les communistes. En 1956, Edward Shils décrit alors le populisme comme une idéologie proclamant que « la volonté du peuple en tant que telle détient une suprématie sur toute autre norme, qu’il s’agisse de celle des institutions traditionnelles ou de la volonté d’autres strates sociales. Le populisme identifie la volonté du peuple à la justice et à la moralité »25. Ce « phénomène » populiste nous précise Shils, existe « partout où il y a une idéologie du ressentiment populaire contre l’ordre imposé à la société par une classe dominante établie de longue date et différenciée qui croit avoir le monopole du pouvoir, de la propriété, de l’éducation et de la culture »26. Le contexte de lutte farouche anti-communiste que fut celui du maccarthysme n’est bien sûr pas étranger à une telle conception du populisme –Shils fait d’ailleurs maintes fois allusion au cas américain-. Le régime présidentiel américain est d’ailleurs régulièrement taxé de populiste, le président étant en contact direct avec ses électeurs27 -contrairement au régime parlementaire. Dans les années 1960, la recherche sur le populisme est à nouveau stimulée, mais cette fois-ci dans le sous-continent latino-américain par des chercheurs qui vont tenter de comprendre les évènements récents qui ont provoqué des changements dans certains de leurs pays. Plusieurs explications voient le jour alors que les régimes dits “populistes” a posteriori, vont laisser place à des régimes autoritaires et dictatoriaux comme au Chili, en Argentine, en Equateur ou encore en Haïti par exemple. En 1965, l’Argentin Torcuato Di Tella va tenter de donner une définition précise du « phénomène populisme latino-américain » et parle du populisme comme d’un « mouvement politique qui jouit du soutien de la masse de la classe ouvrière urbaine ou de la paysannerie, mais qui ne résulte pas de la capacité d’organisation autonome de l’un ou l’autre de ces secteurs »28. D’après l’auteur, la structure fondatrice du populisme est donc bien en cela une structure de classe29. Les régimes dits « populistes » en Amérique Latine correspondent effectivement en partie à cette définition : ils catalysent l’espoir des classes les plus défavorisées, en s’érigeant en « sauveurs », et instrumentalisent l’intérêt des foules de manière à ce qu’il rejoigne le leur. C’est ce que va reprendre le brésilien Hêlio Jaguaribe30, deux ans après Di Tella, mais introduisant deux idées novatrices dans l’étude du populisme : sa dimension affective en insistant sur le rôle central du leader charismatique31, ainsi que le rapport particulier au temps que font apparaître les leaders populistes, se présentant comme pouvant donner au peuple une réponse immédiate à ses problèmes, analyse que reprendra d’ailleurs Guy Hermet32. Dans les années 1970, la perspective fonctionnaliste de Gino Germani apporte d’autres éléments définitionnels. L’auteur se concentre en effet sur le rôle de ce leader charismatique démagogue qui manipule les « masses disponibles d’adeptes » -masas disponibles de adeptos33- et va postuler que le populisme émerge dans les périodes de transition d’une société traditionnelle vers une plus moderne. Il considère que le populisme est un évènement « socio- psychologique » à étudier en fonction des changements et surtout des dysfonctionnements de la structure sociale. En réalité, le populisme est pour lui une des manifestations de l’adaptation des populations à la modernité : c’est une étape. Par la suite, venant accréditer le fait que le populisme n’est pas « un » et encore moins « pur », se développent des analyses marxistes plus critiques comme la théorie de la dépendance de Fernando H. Cardoso et Enzo Faletto34, fin des années 1960-début des années 1970, liant « l’immaturité » du capitalisme au populisme ou encore à la fin des années 1970 avec l’approche d’Ernesto Laclau qui reprend de la théorie de l’interpellation d’Antonio Gramsci35. Laclau fait donc du populisme une question idéologique. Selon lui, c’est par le mécanisme d’interpellation que le peuple prend conscience de lui-même et perçoit alors dans le populisme un acte, un mouvement contestataire, qui va lui redonner une identité et la dignité qu’il a perdues36. Pour Laclau, seul le populisme socialiste incarne une véritable alternative. Enfin, ce sont les années 1990 qui voient apparaître -ou réapparaître-, dans le paysage politique européen –parallèlement à l’avènement de Fujimori au Pérou-, des formes renouvelées de populisme qui font débat comme nous l’avons vu pour le Front National de Jean-Marie Le Pen en France. Dans un nouveau contexte de montée des extrêmes, les chercheurs sont poussés à étudier de nouvelles voies. C’est dans cette optique que s’inscrivent des chercheurs comme Michel Wievioka37, Pierre-André Taguieff ou Guy Hermet qui fournissent pourtant des analyses diverses entretenant la « nébuleuse » populiste plus qu’ils ne contribuent à la dissiper.

9Les approches sociologiques préservent donc la diversité d’un objet au cadre spatio-temporel large, aux formes variées –parti, individu, mouvement, idéologie- et dont aucune définition précise n’a jusqu’à présent été trouvée. A l’opposé, se développent des approches que nous qualifions de « systématiques » en ce qu’elles adoptent une épistémologie positiviste et agrègent diverses variables dans le but de définir clairement le concept de populisme -en élargissant son champ d’application ou bien en le restreignant-.

  • 38 Yves Meny et Yves Surel, “The constitutive ambiguity of populism”, in Yves Meny et Yves Surel Democ (...)
  • 39 Yves Meny et Yves Surel, Par le peuple, pour le peuple…, op.cit, pp. 14-21. Cette analyse du peuple (...)
  • 40 Cité par Alexandre Deze, « Le populisme ou l’introuvable Cendrillon. Autour de quelques ouvrages ré (...)
  • 41 Yves Meny et Yves Surel, Ibid., respectivement pp. 38, 31, 21 et 32.
  • 42 Paul Taggart, Populism, Buckingham and Philadelphia, Open University Press, 2000, p. 114.
  • 43 Guy Hermet, Les populismes dans le monde, une histoire sociologique, XIX°-XX° siècle, op.cit., p. 1 (...)
  • 44 Tels Margaret Canovan dans les années 1960, les auteurs comparent ainsi la démocratie, nécessaireme (...)
  • 45 “In a very abstract way, it is possible to characterize populism as the embodiment of a primal poli (...)
  • 46 Paul Taggart insiste fortement sur la notion de “heartland” qui constitue le point d’ancrage phare (...)
  • 47 Paul Taggart parle de “ideology lacking core values”, Ibid., p. 2., donc relativement maléable, ada (...)
  • 48 “The implication of mobilizing the silent majority is reluctantly political and only shaken from th (...)
  • 49 “the dilemma posed by political parties for populism starts from the fact that much of the initial (...)
  • 50 “The concept of heartland allows us to see the commonality accros different manifestations of popul (...)

10Participent de cette démarche d’Yves Meny et Yves Surel. Animés par « l’idée qu’un phénomène si répandu ne puisse être relié à un ensemble de composants communs ou de principes unificateurs apparaît théoriquement inacceptable »38, les auteurs ont pour but de fonder un concept qui permette de couvrir un large éventail des formes recensées de populisme, cela dans une optique de justesse par rapport à cet objet. Mais à l’opposé de Guy Hermet, ils mettent en évidence trois caractéristiques fondamentales du populisme : 1) la situation du peuple au cœur de sa vision sociétale et politique, d’où la centralité du concept de « communauté » dans leur analyse ; 2) le populisme relève d’une rhétorique manichéenne fondée sur la « célébration du peuple bon, juste, simple » et « le rejet des élites corrompues, incompétentes et complices »39 qui ont trahi le peuple ; 3) le populisme entend restaurer la souveraineté populaire et faire « table rase » du passé afin d’opérer un changement en profondeur des institutions représentatives. Cette définition met en lumière un débat encore d’actualité sur le concept, à savoir, son caractère démocratique ou antidémocratique. Alors que pour Gustave Peiser le populisme apparaît « par nature antidémocratique » et peut « mettre en danger les institutions démocratiques »40, il constitue, pour Yves Meny et Yves Surel, une « composante fondamentale » de la démocratie, « qui équilibre et coexiste avec une autre tension essentielle, le constitutionnalisme ». Il n’est pas la pathologie de la démocratie mais « la manifestation de la maladie -la fièvre- qui affecte la démocratie ». Bien souvent même, « les populistes se lancent dans une surenchère démocratique en utilisant les ambiguïtés et la polysémie qui caractérisent le terme de démocratie »41. Dans la lignée de cette analyse, Paul Taggart affirme que « le populisme teste la tolérance de la politique représentative »42. Guy Hermet soutient quant à lui que si les leaders démocrates et populistes n’obéissent pas à des logiques politiques similaires, celles-ci relèvent cependant « l’une et l’autre de la démocratie ». En effet, « les démocrates comme les populistes se voient réciproquement comme des profanateurs de légitimité, étant entendu que les hérauts de la démocratie conservent de toute manière une position solide tandis que leurs adversaires, avertis de ce qu’ils travaillent sur le sable, en sont réduits à amplifier leurs clameurs pour se donner l’impression qu’ils existent »43. Par conséquent, Yves Meny et Yves Surel donnent une définition « conjointe » de la démocratie et du populisme, considéré comme une des faces cachées de la démocratie44. Cette définition est assez large pour être compatible avec le cas du Venezuela d’Hugo Chávez Frías et intéressante dans sa perspective dynamique de va-et-vient entre populisme et démocratie. Dans la même perspective d’élargissement du champ de recherche consacré au populisme, Paul Taggart se propose d’en construire un idéaltype en isolant ses caractéristiques principales. Dans l’optique comparative de Max Weber, il adopte une démarche basée sur le repérage de six « thèmes clés » du populisme afin de définir un modèle et de le tester empiriquement par la suite. Après avoir passé en revue la littérature existant sur le sujet et analysé les diverses formes de populisme, l’auteur déduit six caractéristiques principales du populisme : son hostilité à la représentation politique45, sa tendance à se référer à un monde imaginaire, c’est-à-dire à un idéal social et politique impliquant une certaine vision du peuple et de son territoire46, son « idéologie sans idéologie »47, sa réaction à une situation de crise menaçant l’idéal prôné48, sa position ambivalente quant aux institutions49 et enfin sa capacité réelle à s’adapter au milieu dans lequel il se développe, tel un « caméléon ». La notion de « contexte » est présente au travers de celle de “heartland50, qui nous semble ouvrir des pistes de recherche fondamentales mais encore inexplorées.

  • 51 Pierre-André Taguieff, L’illusion populiste, de l’archaïsme au médiatique, paris, Ed. Berg Internat (...)
  • 52 Pierre-André Taguieff, Ibid, pp. 79-80.
  • 53 Pierre-André Taguieff, Ibid, p. 84.
  • 54 L’auteur reprend ainsi la conclusion de Margaret Canovan du populisme comme « style rhétorique qui (...)
  • 55 Pierre-André Taguieff, Ibid., p84.
  • 56 Guy Hermet, Les populismes dans le monde…, op. cit., p. 50.
  • 57 Pierre-André Taguieff, op. cit., p. 84.
  • 58 Kurt Weyland, « Clarifying a contested concept: populism in the study of Latin American politics », (...)
  • 59 Il identifie ainsi trois « stratégies » pour clarifier les concepts peu clairs comme c’est le cas p (...)
  • 60 « La redéfinition est [donc] basée sur une logique de différenciation, de distinction des attributs (...)
  • 61 Ibid, p. 3 : “While only cases that share all the attributes from different domains are considered (...)
  • 62 Ibid, p. 12.
  • 63 Le concept de « routinisation du charisme » est originellement de Max Weber, Economie et Société,To (...)

11Parallèlement à cette démarche, d’autres approches préconisent la construction d’un idéaltype en réduisant le nombre de variables qui le composent : les approches dites « restrictives ». Comme nombre de politologues travaillant sur le populisme, Pierre-André Taguieff, déplore un « malaise dans les définitions » à propos des termes « populisme, nationalisme, [et] national-populisme »51. Dans la perspective hypothético-déductive mais contrairement à Paul Taggart, il préconise alors la construction d’une définition laconique dans le but d’un usage restreint du concept ou « catégorie », d’une rigueur théorique accrue et de lutter contre le « subjectivisme ». D’après lui, « le ‘populisme’ ne peut conceptualiser qu’un type de mobilisation sociale et politique, et partant, le terme ne peut désigner strictement qu’une dimension de l’action ou du discours politique »52. La restriction à laquelle procède l’auteur est à ce titre pertinente : la dimension politique apparaît comme le « chaînon manquant » permettant de réunir dans une matrice commune les diverses formes de populisme. « La caractéristique formelle peut-être la plus spécifique des populismes est leur haute compatibilité avec n’importe quelle idéologie politique (de droite ou de gauche, réactionnaire ou progressiste, réformiste ou révolutionnaire), avec n’importe quel programme économique (du dirigisme étatique au néo-libéralisme), avec diverses bases sociales et divers types de régimes »53. Le populisme est donc pour Taguieff un style politique « susceptible de mettre en forme divers matériaux symboliques et de se fixer en de multiples lieux idéologiques, prenant la coloration politique du lieu d’accueil »54. En cela, l’auteur met en exergue l’importance de la rhétorique spécifique du populisme, une rhétorique simple mais percutante « structurée par le blâme et l’éloge ». Cette forme de rapport direct et quasiment fusionnel avec le peuple des hommes ordinaires, conduit le leader populiste charismatique à rejeter les formes classiques de médiation politique stigmatisées comme étant la cause de la « crise de légitimité politique affectant l’ensemble du système de représentation »55 et qu’il entend résoudre immédiatement. A l’instar de Guy Hermet qui insiste sur « l’exploitation systématique du rêve »56 dans la logique populiste, « [c]e rejet peut se transfigurer en rêve d’immédiateté, de proximité, de contact direct, […] Ce qui indique l’importance du mythique dans le populisme, qui relève ainsi de l’anthropologie de l’imaginaire sociopolitique moderne »57. Kurt Weyland appelle finalement à la même sagesse en ce qui concerne le populisme latino-américain58. L’auteur va donc plus loin que Pierre-André Taguieff dans l’analyse en reprenant toutes les méthodes de classification qui ont été développées jusqu’à présent pour rendre compte du populisme59. Et ceci dans le but de convaincre de la nécessité de n’en retenir qu’une seule : celle de la « redéfinition » rompant avec la tradition de recherche cumulative. La redéfinition consiste à identifier le principal domaine mis en évidence par les travaux croisés de divers chercheurs auquel se rattache l’objet de recherche, à circonscrire sa définition au seul domaine que ces travaux recoupent et enfin à écarter les autres pour suppléer aux exigences théoriques du concept ainsi formé60. La résurgence de phénomènes populistes dans les années 1980-1990 est venue défier les concepts cumulatifs. Les chercheurs sur le sujet ont alors opté pour la construction de sous-catégories afin de préserver, d’après Kurt Weyland, un consensus de façade en utilisant la stratégie d’« addition » qui « perpétue plutôt que ne réduit la confusion »61 alors que la refondation d’un concept « classique » minimise les risques de conflits frontaliers entre différents domaines de recherche. Les concepts classiques se basent en effet sur un minimum définitionnel uniquement centré sur un domaine de recherche et mobilisant le moins de caractéristiques possibles. En somme, tout comme Pierre-André Taguieff, Kurt Weyland propose de baser la définition du populisme sur la dimension politique du concept -le néo-populisme latino-américain ayant plutôt été d’orientation libérale sur le plan économique, le critère socio-économique doit laisser place à une autre interprétation selon l’auteur ; d’autant plus que les contextes socio-économiques sont changeants-. Au cœur du populisme se trouve surtout le « leader individuel qui cherche ou exerce le pouvoir du gouvernement basé sur le soutien d’un large nombre de suiveurs »62. Ce leader charismatique, également décrit par Alexandre Dorna, cherche à établir un lien particulier et intense avec la foule des gens ordinaires qui le soutient : un lien direct comme nous l’avons montré. Par ce jeu de séduction, le peuple en vient à s’identifier au leader populiste qui se maintient au pouvoir en « routinisant » son charisme63.

  • 64 Le “populisme” est différent de la démagogie, qui intervient lorsqu’une relation unilatérale de dom (...)
  • 65 Eugène Enriquez, Les figures du maître, Paris, Eds. Arcantères, 1991.
  • 66 Kurt Weyland, art. cité, p. 14. L’auteur explique en effet: “Political success thus transforms popu (...)

12Enfin, une approche transversale, c’est-à-dire qui dégage des axes de réflexion et des éléments de définition applicables dans l’une et l’autre des perspectives que nous venons de décrire, l’approche psychologique s’attache principalement à voir dans le phénomène populiste le fait d’un leader charismatique et en aucun cas d’une simple démagogie64. Une personnalité singulière qui donne sens à une mobilisation spécifique du peuple à un moment critique du pays en question. Alexandre Dorna adopte essentiellement cette lecture du concept en reprenant les travaux d’Eugène Enriquez sur les mécanismes de la fascination et de la séduction chez le leader charismatique65. Cependant, tout comme le soulignait Paul Taggart, une fois que le leader charismatique populiste connaît le succès politique, il devient ce qu’il dénigrait au départ et « perd éventuellement son caractère populiste »66.

13La confrontation de ces interprétations permet de déduire qu’une définition précise du populisme est possible tout en prenant en compte la notion de « contexte » chère aux approches sociologiques et essentielle à nos yeux dans le but d’éviter tout anachronisme. En envisageant le populisme comme un style politique rattaché à un leader charismatique, ce concept peut être adapté à diverses situations sans pour autant perdre de sa validité scientifique. En d’autres termes, nous l’envisageons comme un concept de science politique à part entière donc comme une catégorie d’analyse mobilisable par l’historien, le sociologue et/ou le politologue.

Une définition pour le “populisme” ?

14Pourquoi revenir aujourd’hui au concept de populisme ? Parce que depuis Perón et Vargas, des formes renouvelées de populisme agitent médias et universitaires et alimentent une confusion néfaste au concept. Hormis l’enjeu épistémologique évident, construire une définition du populisme représente donc un défi pour le présent et l’interprétation historique de certains phénomènes politiques contemporains. Un défi qu’il est nécessaire de relever pour enfin éclairer l’essence du populisme, sans pour autant l’isoler comme un « pur populisme ».

  • 67 Et non pas à un concept évolutif comme le montre Kurt Weyland avec la formation des « concepts radi (...)

15Il est vrai que bâtir une définition laconique du populisme revient irrémédiablement à occulter certains de ses aspects. Au premier abord, la méthode idéal-typique ne permet pas, par exemple, de restituer ou d’insister sur l’évolution des formes du populisme à travers le temps -favorisée notamment par les progrès technologiques des moyens de communication-. Les approches sociologiques en revanche, veillent à définir le populisme comme un construit social émergeant à un moment donné, dans un pays particulier, en somme, dans un contexte à étudier dans sa singularité. Néanmoins, malgré les réserves émises à l’égard de la démarche déductive qu’ils adoptent, Paul Taggart, de Pierre-André Taguieff et de Kurt Weyland, ont tout trois le mérite d’essayer de faciliter l’analyse de l’objet « populisme » en systématisant les savoirs accumulés sur le concept afin d’en dessiner plus clairement les contours ; et ils y parviennent en grande partie. La pertinence de la méthode hypothético-déductive n’est donc que partiellement remise en cause par la méthode constructiviste -illustrée par la démarche sociologique des études menées sur le populisme-. La première peut d’ailleurs sans difficulté inclure des éléments de la seconde et l’utilisation d’un adjectif qualificatif mais accolé au type idéal « populisme » clairement défini67 permettrait, semble-t-il, de compléter l’analyse. Enfin, la focalisation sur la dimension politique du populisme proposée par Pierre-André Taguieff et reprise par Kurt Weyland, apporte un élément de définition central pour clarifier le concept. Cette démarche aboutit effectivement à une définition précise mais non exclusive du populisme. Elle est d’ailleurs compatible avec celle d’Yves Meny et Yves Surel ainsi qu’avec la primauté de la dimension discursive soulignée par Guy Hermet.

  • 68 Tout comme Pierre-André Taguieff, Michael Conniff retient la dimension politique du “populisme” : “ (...)

16De la diversité de ces analyses, il faut donc retenir que le populisme est éminemment politique et qu’il peut être utilisé comme un concept de la science politique68. En tant que tel, il est essentiellement le fait d’un leader de type charismatique. Partant de ce postulat, nous proposons de considérer deux dimensions essentielles qui le caractérisent : la dimension discursive ainsi que celle de l’action politique.

  • 69 Un exemple évocateur récent de l’attention particulière des leaders populistes aux populations « ou (...)
  • 70 Cette idée rappelle l’interprétation de Laclau selon laquelle “It cannot [therefore] be said that c (...)
  • 71 Nous percevons par exemple l’influence de la culture dans le choix des symboles par rapport à l’his (...)
  • 72 Yves Meny et Yves Surel, Par le peuple, pour le peuple…, op. cit., pp. 185-222.
  • 73 Une des idées récurrentes des études sur le populisme est la référence particulière des dirigeants (...)
  • 74 “Populism requires devices that are themselves malleable, and ‘the people’ is just such a device. B (...)
  • 75 Nous l’avons vu avec l’analyse sociologique de Guy Hermet pour qui le charisme du chef n’est en rie (...)
  • 76 “These men, and sometimes woman, stood out from the ranks of the ordinary politicians. They display (...)

17D’une part, la dimension discursive du populisme nous conduit à considérer deux éléments définitionnels, longtemps restés problématiques : 1) le destinataire du discours, à savoir, le « peuple » ainsi que les suiveurs du leader populiste ; 2) la notion de charisme qui influe sur le contenu du discours et qui se rattache à un seul individu : le leader charismatique. Le discours populiste, afin de conquérir la foule, use d’une rhétorique spécifique. Il est atemporel et apolitique. En affirmant la possibilité d’une réponse immédiate aux problèmes de la société, le discours populiste joue donc sur l’aspect « magique » (Hermet) de la personne qui le tient. Par cette ruse, la relation entre le populiste et le peuple s’intensifie, donnant l’impression d’une représentation directe et véritable. Cette relation particulière impliquant un rapport de réciprocité est naturellement favorisée par l’action des médias de communication : bien souvent le leader populiste se rapproche et/ou est une « vedette médiatique » tant au niveau national qu’international, ce qui facilite, entre autre, la diffusion de symboles par le biais des images télévisuelles, des sites Internet, etc. Cela est d’autant plus important que le discours du leader populiste se veut englobant. Pour se faire, il doit certes pouvoir toucher une certaine catégorie de personnes -généralement les personnes « oubliées », écartées de la vie politique voire dépolitisées du fait d’un sentiment (réel ou fictif) de corruption généralisée du personnel politique et ayant le plus de difficultés au sein de la société69- mais sans pour autant se limiter à celle-ci70. La rhétorique populiste, simple et unificatrice, regorge ainsi de symboles évocateurs pour le ou les peuple(s)71 : le « peuple-souverain », le « peuple-classe », le « peuple-nation »72, le « peuple-plèbe »73. La particularité de ce “peuple”, si impalpable qu’elle puisse paraître, n’en est pas moins cruciale, contrairement à ce qu’affirme Guy Hermet. Paul Taggart le rappelle à juste titre : « le populisme requiert des instruments qui sont eux-mêmes malléables et ‘le peuple’ est un de ces instruments. Mais dire que l’idée de ‘ce peuple’ est invoquée à cause de sa flexibilité ne signifie pas nécessairement que l’idée est dénuée de toute signification »74. D’autre part, l’ostentation de symboles est liée à un aspect central du leader populiste mais non exempt de controverses75 : le charisme et en particulier le charisme d’un, du leader, c’est-à-dire d’un dirigeant capable de mobiliser des ressources pour exercer son pouvoir de séduction sur le peuple. A l’inverse d’un chef d’Etat « classique »76, le leader populiste charismatique entretient l’« illusion » d’un rapport gouvernant/gouvernés fusionnel, allant de soi et lié aux qualités personnelles du dirigeant -la spontanéité d’une relation non calculée et apparemment naturelle nous permet par exemple de distinguer des figures telles que Carlos Menem ou Alberto Fujimori, de celles d’un Perón ou d’un Chávez-.

  • 77 Le leader charismatique populiste se propose de faire table rase des institutions passée gangrenées (...)
  • 78 Paul Taggart évoquait son caractère « autolimité », ou encore Pierre-André Taguieff le fait que le (...)
  • 79 Nous avons déjà mentionné le caractère « malléable » de son discours en nous référant à l’approche (...)
  • 80 Philippe Braud, précise bien que tout discours ou acte politique possède une charge émotionnelle. L (...)
  • 81 Paul Taggart, Populism, op. cit., p. 95.
  • 82 “The heartland is different from ideal societies or utopias because it see populists casting their (...)

18Enfin, l’action politique -qui prolonge ou soutient l’activité discursive et qui est donc elle aussi liée au charisme du leader- se réfère à trois moments clés de l’expérience populiste : son émergence, souvent en « ré-action » à une situation de crise profonde de la société dans son ensemble -une société « bloquée » que le leader populiste propose de régénérer77-, ses mécanismes de maintien, puis son étiolement -ou encore la perte de son caractère proprement populiste comme le soulignent la plupart des analystes78-. Ces trois moments nous mènent à la considération contextuelle du populisme comme pragmatisme politique, s’adaptant constamment79 pour être en phase avec son environnement -national ou international- et mobilisant une charge émotionnelle forte80. Nous ne prenons pas ici la notion de contexte dans sa dimension sociologique classique mais à travers celle de “heartland” de Paul Taggart. A notre connaissance, celle-ci n’est reprise par aucun autre auteur. Elle possède pourtant une riche capacité explicative. En effet, hormis son contenu symbolique qui demeure de l’ordre d’une réalité virtuelle -un « territoire de l’imagination »81, habité par un peuple homogène-, le “heartland” est ce confluent idéologique et identitaire qui permet au populiste de se positionner comme gardien de ce lieu. Loin d’être un lieu idéal, le “heartland” est ce lieu idéel qui correspond à un territoire bien déterminé –par le populiste- et habité par une population qui se projette dans ce cadre rassurant82. Il définit donc une situation particulière qui, hors de ce contexte, est privée de sens.

  • 83 “The empty heart of populism is invariably remedied with values of other ideologies. To understand (...)
  • 84 “They [the politicians] inspired a sense of nationalism and cultural pride in their followers, and (...)
  • 85 “Since under populism the ruler is an individual, that is, a personalistic leader, the connection b (...)

19En définitive, le populisme est donc bien ce « style politique » personnel dont parle Pierre-André Taguieff. Mais ce style n’est pas « sans » idéologie. Bien au contraire, « [l]e cœur vide du populisme est invariablement comblé par les valeurs d’autres idéologies. Pour comprendre le contenu des ces idéologies, il faut comprendre le populisme comme une de leurs parties »83. L’idéologie populiste existe donc, mais sa principale caractéristique est d’être malléable. Elle soutient en même temps qu’est conditionnée par le “heartland” que définit le populiste. Le contenu discursif de cette idéologie est d’ailleurs souvent teinté de nationalisme84, notamment avec la référence récurrente à un ennemi extérieur menaçant ce “heartland” -l’“impérialisme” incarné par les Etats-Unis pour le Venezuela-. Ce processus de construction d’une identité commune sur le plan interne reflète ainsi généralement la position du pays que le leader populiste entend représenter et défendre dans le système international. C’est en cela que le populisme se teinte souvent de nationalisme. Sans être une idéologie en elle-même ou un type de gouvernement, le populisme est un mode d’exercice d’un leadership particulier et se rattache au charisme d’un dirigeant dont l’action politique est guidée par le lien direct qu’il entretient et entend maintenir avec le peuple85, construit et entretenu par l’évocation de symboles forts –liés au contexte et à l’histoire nationale-, le soutien aux plus faibles et un discours englobant ; tout ceci véhiculé par les moyens de communication de masse -télévision, radio, presse et, depuis les années 1990-2000, Internet- assurant la diffusion de l’image et du discours du leader populiste dans le but d’être toujours plus proche de la multitude.

  • 86 Domingo Irwin G. et Frédérique Langue (dir.), Militares y poder en Venezuela. Ensayos historicos vi (...)
  • 87 A paraître courant 2008, nous consacrerons un article sur l’influence du populisme du leader boliva (...)

20Si ces caractéristiques forment le noyau dur du concept de populisme, il n’est néanmoins pas exclu que le leader populiste se maintienne au pouvoir du fait d’une structure particulière de l’Etat qu’il dirige. Mais cette structure est utilisée et influencée par ce dernier et sa survie dépend de l’habileté politique du leader populiste. Un exemple aujourd’hui controversé et polémique est celui de la désormais, depuis 1999, République Bolivarienne du Venezuela dirigée par Hugo Chávez Frías. Possédant toutes les caractéristiques du leader populiste - ici rappelées -, Hugo Chávez a pourtant cette particularité de projeter son action politique au-delà des frontières vénézuéliennes. Est-ce là seulement une stratégie de « diversion » par rapport à une situation intérieure chancelante ? Ou bien ce volontarisme international va-t-il au-delà en se posant comme un « populisme international » ? S’appuyant sur une structure étatique prétorienne86, et tantôt qualifié de « pétro-populiste », de « populiste autoritaire » ou encore de « populiste révolutionnaire », le cas du leader bolivarien, Hugo Chávez Frías, mérite réflexion et s’ancre directement dans celle qui doit être menée sur le concept de populisme et son évolution, sans pour autant mettre en doute sa valeur scientifique87.

Haut de page

Notes

1 “‘Populism’ is a concept both elusive and recurrent. Few terms have been so widely used in contemporary political analysis, although few have been defined with precision. We know intuitively to what we are referring when we call a movement or an ideology populist, but we have the greatest difficulty in translating the intuitions into concepts”, Ernesto Laclau, Politics and ideology in Marxist theory : capitalism, fascism, populism, Londres, LNB, 1977, p. 143.

2 Et ceci dès les années 1960 puisque dans leur ouvrage Ghita Ionescu et Ernest Gellner remarquent que le terme « populisme » sous ses diverses natures grammaticales est très répandu : “its use both as a noun and as an adjective has spread and is spreading, increasingly”, Populism, Its Meanings and National Characteristics, p.3.

3 Nous utilisons ce terme dans son acception première. Selon Le Petit Robert, Ed. 2004, « vulgaire » : du latin “vulgus, aris, f.”= la foule, désigne quelque chose connu de tous les hommes, de très répandu.

4 Par ailleurs, cela correspond à l’usage du langage entre le XVII et XVIII° siècles : « il était le déroulement immédiat et spontané des représentations […] le langage était une connaissance et la connaissance était de plein droit un discours », Michel Foucault, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1997, pp. 308-309. Or, la différence est qu’aujourd’hui cette connaissance est faussée, car c’est de galvaudage dont il s’agit et non pas de diffusion de la connaissance. Michel Foucault le mentionne dans le même passage : « L’ordre classique du langage s’est maintenant refermé sur lui-même. Il a perdu sa transparence et sa fonction majeure dans le domaine du savoir », Ibid.

5 Annie Collovald, « Le ‘national populisme’ ou le fascisme disparu. Les historiens du ‘temps présent’ et la question du déloyalisme politique contemporain », Michel Dobry (dir.), Le mythe de l’allergie française au fascisme, Paris, Ed. Albin Michel, 2003, pp. 279-321.

6 « L’usage de la catégorie ‘national populisme’ permet, sinon de faire taire tous ces désaccords [concernant l’existence d’un fascisme français], au moins de les neutraliser en les déplaçant et de rassembler collectivement les historiens du ‘contemporain’ autour d’un ‘mot totem’ permettant de changer la labellisation de l’une des droites sans pour autant bouleverser l’ensemble de leur ordonnancement ni renoncer à l’activité de classification », Annie Collovald, Le « populisme du FN » un dangereux contresens, Paris, Ed. du Croquant, Collection savoir/agir, septembre 2004, p. 32.

7 La plupart des auteurs affirment à juste titre que le populisme est endogène à la démocratie. Car si l’on considère que le populisme est une « pathologie » de la démocratie représentative comme le suggère Paul Taggart par exemple, « la pathologie n’a de sens que par rapport à une normalité dont il faut définir les traits » nous précisent Yves Meny et Yves Surel, Par le peuple, pour le peuple. Le populisme et les démocraties, Paris, Fayard, collection « L’espace du politique », 2000, p. 17.

8 Pierre Bourdieu et ses confrères mettent en garde contre les « pouvoirs du langage », Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon, Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue : préalables épistémologiques, Berlin, New York, Paris : Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2005, p. 36. Ils incitent ainsi à analyser la « logique du langage commun » afin de « redéfinir les mots communs à l’intérieur d’un système de notions expressément définies et méthodiquement épurées, tout en soumettant à la critique les catégories, les problèmes et les schèmes que la langue savante emprunte à la langue commune et qui menacent toujours de se réintroduire sous les travestis savants de la langue la plus formalisée », Ibid., p. 37.

9 Michel Foucault, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, op. cit., p. 51.

10 En ce sens le langage continue bien, « sous une autre forme, à être le lieu des révélations et à faire partie de l’espace où la vérité, à la fois, se manifeste et s’énonce », Ibid., p. 51.

11 Olivier Dabène, Amérique latine, la démocratie dégradée, Bruxelles, Ed. Complexe, 1997, p. 94 ; « El populismo es un virus. Una vez que se inocula, es dificilísimo curarse de él », entrevue publiée dans le quotidien La Nacion, le 12 janvier 2007.

12 L’ancien président mexicain Vicente Fox déclarait ainsi, en prévision des élections présidentielles qui se sont déroulées début juillet 2006: « Si le populisme signifie engagement envers son peuple, responsabilité sociale, garantie des opportunités basiques pour chaque citoyen et pour chaque famille, développement personnel et humain, je suis le plus populiste des populistes ».

13 Alexandre Deze, « Le populisme ou l’introuvable Cendrillon. Autour de quelques ouvrages récents », Revue de Science Politique, n°54 (3), 2004, pp. 184-185, reprenant l’interprétation et la périodisation de Pierre-André Taguieff, L’Illusion populiste, de l’archaïque au médiatique, Paris, Eds. Berg International, 2002, pp. 56-76.

14 On prendra soin de noter que certains auteurs ne respectent pas cette « classification » et mettent sur le même plan un B. Tapie et un J-M. Le Pen par exemple : Thierry Saussez, Tapie- Le Pen : les jumeaux du populisme, Paris, Editions n°1, 1992.

15 Les termes cités sont explicités dans : Guy Hermet, Les populismes dans le monde, une histoire sociologique, XIX°-XX° siècle, Fayard, Paris, 2001, pp. 117-124 pour l’ethnopopulisme ; Annie Collovald, Le ‘populisme du FN’ un dangereux contresens, op. cit., pp. 32-38 et en filigrane dans l’ouvrage  puis Guy Hermet, Ibid., pp. 162-168 pour le national-populisme dont la paternité revient à Gino Germani, Authoritarianism, fascism, and national populism, New Brunswick, Transaction, 1978 ; Guy Hermet, Ibid., pp.400-411 pour le cyber-populisme ; Pierre-André Taguieff, L’Illusion populiste, op cit., p. 66 pour le télépopulisme ; Paul Taggart, Populism, Birmingham et Philadelphia, Open University Press, 2000, pp. 73-88 et Alexandre Dorna, Le Populisme, op. cit., pp. 45-46 pour le néo-populisme.

16 Alexandre Deze, “Le populisme ou l’introuvable Cendrillon. Autour de quelques ouvrages récents”, art. cité.

17 Guy Hermet parle quant à lui de « néopopulisme libéral-médiatique », Les populismes dans le monde…, op. cit., p. 146 et « Populisme des anciens, populisme des modernes, populisme libéral-médiatique », in Olivier Ihl, Janine Chene, Eric Vial, Ghislain Waterlot (dir.) La Tentative populiste en Europe, pp. 27-39.

18 Erwan Lecoeur, Un néo-populisme à la française : trente ans de Front National, Paris, Ed. La Découverte, Collection Cahiers Libres, 2003.

19 Alexandre Dorna, Le populisme, Eds. PUF, Collection Que sais-je ?, 1999, p. 4.

20 Cité par Alexandre Deze, « Le populisme ou l’introuvable Cendrillon. Autour de quelques ouvrages récents », art. cité, p. 179.

21 “Does it have any underlying unity, or does one name cover a multitude of unconnected tendencies? (…) Is there one phenomenon corresponding to this one name –populism-?”, Ghita Ionescu et Ernest Gellner (dir.), Populism, Its Meanings and National Characteristics, Londres, Weidenfeld and Nicolson, 1969, p. 1. Un autre exemple probant est l’ouvrage collectif d’Olivier Ihl (dir.), La tentative populiste au cœur de l’Europe, Paris Ed. La Découverte, Collection Recherches, 2003, 313 p.

22 L’imprécision de la littérature sur l’essence du populisme incite effectivement les auteurs à parler de « phénomène » pour désigner le concept de “populisme”. Depuis Edward Shils, The torment of secrecy: the background and consequences of American security policies, London, Heinemann, 1956, p. 100, ce substantif est presque systématiquement repris par les analystes.

23 Voir notamment A. Dorna, Le Populisme, op cit., pp 18-47 ; Guy Hermet, Les populismes dans le monde, Une histoire sociologique, XIXe-XXe siècle, op cit., pp. 169-205 ; Ernesto Laclau, Politics and ideology in Marxist theory : capitalism, fascism, populism, Londres, LNB, 1977, pp. 144-145 ; Paul Taggart, Populism, Buckingham, Philadelphia, Open University Press, 2000, pp. 5-8.

24 E. Laclau, Politics and ideology in Marxist theory : capitalism, fascism, populism, op. cit.; Carlos María Vilas, “Latin American populism: a structural approach”, Science and Society, n°56(4), hiv. 1992-1993, pp. 389-420.

25 Edward Shils, The torment of secrecy: the background and consequences of American security policies, op. cit, p. 98.

26 Ibid., p. 101.

27 Du fait du système électoral (organisation d’élections primaires) et des mécanismes de démocratie semi-directe (véto populaire, ‘recall’, référendum), Philippe Ardant, Institutions politiques et droit constitutionnel, Paris, LGDJ, 2005, pp 290-332. L’auteur parle également de « localisme », Ibid., p. 307. La presse regorge également d’exemples depuis l’arrivée de George Walker Bush au pouvoir en 2000-2001.

28 Torcuato Di Tella, “Populism and reform in Latin América”, art. cité, p. 47.

29 Cette analyse est détaillée dans une version récente de Latin American Politics: A Theoretical Framework originellement publiée en 1990 et intitulée Latin American Politics: A Theoretical Approach, Austin, University of Texas Press, 2001.

30 Hêlio Jaguaribe, Problemas do desenvolvimento latinoamericano, Rio de Janeiro, 1967, p. 168 ou Economic and political development. A theoretical approach and a Brazilian case study, Cambridge, Harvard University Press, 1968.

31 La figure du leader charismatique sera systématiquement reprise par les auteurs postérieurs à Hêlio Jaguaribe excepté Guy Hermet : « le populisme ne se définit pas forcément comme une sorte de démocratie d’incarnation reposant sur le charisme personnel d’un chef », « Populisme des anciens, populisme des modernes, populisme libéral-médiatique », art. cité.

32 « Le populisme se définit (…) par la temporalité antipolitique de sa réponse prétendue instantanée à des problèmes ou à des aspirations que nulle action gouvernementale n’a en réalité la faculté de résoudre ou de combler de cette manière soudaine » ; Guy Hermet, Ibid, p. 50.

33 Gino Germani, Politique, société et modernisation, Gembloux, Eds. Duculot, 1972, p. 161.

34 Fernando Henrique Cardoso et Enzo Faletto, Dependencia y desarrollo en América latina : ensayo de interpretación sociológica, Santiago, Instituto latinoaméricano de planificación económica, 1967, pp. 115-146.

35 “Our thesis is that populism consists in the presentation of democratic-popular interpellation as a synthetic-antagonistic complex with respect to the dominant ideology”, Politics and ideology in Marxist theory: capitalism, fascism, populism, p. 172. Il détaille la logique d’interpellation à l’oeuvre dans le populisme: “The concrete form in which the interpellation takes place is a partial absoption and neutralisation of those ideological contends through which resistance to the domination of the former is expressed. The characteristic method of securing his objective is to eliminate antagonism and transform it into a simple difference”, Ibid., p. 161.

36 Ibid., pp. 173-176. L’approche psychologique reprendra ce type d’approche et la complètera.

37 Michel Wieviorka, La démocratie à l’épreuve : nationalisme, populisme, ethnicité, Paris, La Découverte, 1993.

38 Yves Meny et Yves Surel, “The constitutive ambiguity of populism”, in Yves Meny et Yves Surel Democracies and the Populist Challenge, Londres, Palgrave, 2002, p. 20.

39 Yves Meny et Yves Surel, Par le peuple, pour le peuple…, op.cit, pp. 14-21. Cette analyse du peuple est reprise par Paul Taggart, Populism, op. cit, 2000.

40 Cité par Alexandre Deze, « Le populisme ou l’introuvable Cendrillon. Autour de quelques ouvrages récents », art. cité, p. 180.

41 Yves Meny et Yves Surel, Ibid., respectivement pp. 38, 31, 21 et 32.

42 Paul Taggart, Populism, Buckingham and Philadelphia, Open University Press, 2000, p. 114.

43 Guy Hermet, Les populismes dans le monde, une histoire sociologique, XIX°-XX° siècle, op.cit., p. 16-17.

44 Tels Margaret Canovan dans les années 1960, les auteurs comparent ainsi la démocratie, nécessairement construite sur la tension utopie/réalisme, foi/pragmatisme, à Janus. La couverture du récent ouvrage collectif dirigé par Jean-Pierre Rioux : Les populismes, Ed. Perrin, 436 p., semble suggérer la même idée duelle.

45 “In a very abstract way, it is possible to characterize populism as the embodiment of a primal political reaction of the ruled against the rulers. It would only be very abstract because such a phenomenon would have a huge range within it, and because populism can only be populism once it finds articulation in a systematic set of ideas”, Paul Taggart, Populism., op. cit., p. 109-110. En se référant au péronisme, l’auteur précise “We can say that personalized or charismatic leadership is contrary to representative politics because it leads to a reversal of the relationship between masses and their representatives”, Ibid., p. 110. Il met également en évidence le caractère anti-élitiste du populisme, Ibid., p. 91 et p. 94.

46 Paul Taggart insiste fortement sur la notion de “heartland” qui constitue le point d’ancrage phare du populisme. Son invocation est utilisée comme outil rhétorique en période de difficulté pour conforter les positions du leader populiste et dans le but d’unifier derrière lui toute la société: “The heartland is that place, embodying the positive aspects of everyday life (…) The heartland as a single territory of the imagination demands a single populace (…) the heartland is constructed not only with references to the past, but also through the establishment of its frontiers”, Ibid., pp. 95-96.

47 Paul Taggart parle de “ideology lacking core values”, Ibid., p. 2., donc relativement maléable, adaptable, notamment par le biais de la référence systématique au peuple : “populism requieres devices that are themselves malleable and the ‘people’ is just such a device”, Ibid., p. 92.

48 “The implication of mobilizing the silent majority is reluctantly political and only shaken from that reluctance by a sense of necessity brought on by extreme conditions -by a sense of crisis or collapse”, Paul Taggart, Ibid, p. 94. Ce contexte de crise fait écho à l’expression d’Alexandre Dorna d’un populisme « syndrome de la glaciation politique », Le populisme, op. cit., p. 123.

49 “the dilemma posed by political parties for populism starts from the fact that much of the initial appeal of populism is based on a critique of the politics created by the dominant political parties (…) [So] Populists, when successful, are forced to become that which they dislike (…) Any of these alternatives means that populism is destined to be self-limiting”, Paul Taggart, Ibid., p. 100.

50 “The concept of heartland allows us to see the commonality accros different manifestations of populism, while at the same time allowing each instance of populism to construct its own particular version of the heartland”, Paul Taggart, Populism, op.cit, p. 98.

51 Pierre-André Taguieff, L’illusion populiste, de l’archaïsme au médiatique, paris, Ed. Berg International, 2002, pp. 21-41.

52 Pierre-André Taguieff, Ibid, pp. 79-80.

53 Pierre-André Taguieff, Ibid, p. 84.

54 L’auteur reprend ainsi la conclusion de Margaret Canovan du populisme comme « style rhétorique qui dépend étroitement des appels au peuple », Margaret Canovan, Populism, New York, Harcourt Brace Jovanovich, 1981 ; Pierre-André Taguieff , Ibid., p.80 et Cf. également Pierre-André Taguieff, « Le populisme comme style politique », Pierre-André Taguieff (dir.), Le Retour du populisme, un défi pour les démocraties européennes, Encyclopædia Universalis France S.A, 2004, pp. 17-34.

55 Pierre-André Taguieff, Ibid., p84.

56 Guy Hermet, Les populismes dans le monde…, op. cit., p. 50.

57 Pierre-André Taguieff, op. cit., p. 84.

58 Kurt Weyland, « Clarifying a contested concept: populism in the study of Latin American politics », Comparative politics, 2001 (34), pp. 1-22. Kurt Weyland est professeur associé de science politique à l’Université de Vanderbilt et spécialiste de l’Amérique Latine.

59 Il identifie ainsi trois « stratégies » pour clarifier les concepts peu clairs comme c’est le cas pour le populisme : une démarche cumulative qui aboutit à la définition de concepts « cumulatifs », une démarche « par addition » donnant lieu à la construction de « radial concepts » et une démarche de redéfinition du concept aboutissant à la formation de concepts « classiques », Kurt Weyland, Ibid., pp. 1-4.

60 « La redéfinition est [donc] basée sur une logique de différenciation, de distinction des attributs définitionnels des caractéristiques logiquement accidentelles (et qui coïncident empiriquement avec la définition du concept) », Kurt Weyland, art. cité, p. 4.

61 Ibid, p. 3 : “While only cases that share all the attributes from different domains are considered full instances, cases that partake in some of theses characteristics are aloes included n the general category, though as ‘diminished subtypes’ marked by qualifying adjectives”.

62 Ibid, p. 12.

63 Le concept de « routinisation du charisme » est originellement de Max Weber, Economie et Société,Tome 1 : « Les catégories de la sociologie », Paris, Eds. Pocket, 1995, pp. 326-336. Il a été repris par Edward Shils, pour expliquer le maintien au pouvoir des hommes d’Etat populistes.

64 Le “populisme” est différent de la démagogie, qui intervient lorsqu’une relation unilatérale de domination s’impose au peuple. Au contraire, le populisme présuppose la réciprocité entre le leader charismatique « populiste » et le peuple. Le populisme n’est donc pas une « coquille vide » aussi bien au plan conceptuel comme de son contenu idéologique et programmatique. En particulier, le populisme dit « classique » présente divers éléments d’une politique volontariste dont le péronisme et le chavisme sont de bonnes illustrations. Par ailleurs, il est utile de rappeler que le caractère anti-démocratique du populisme est un sujet encore débattu chez les auteurs et qui est la cause d’importantes discordes. Pour plus de précision sur les liens qu’entretiennent le populisme et la démocratie, voir Yves Surel, « Populisme et Démocratie », P-A. Taguieff (dir.), Le Retour du populisme, un défi pour les démocraties européennes, op.cit., pp. 95-109.

65 Eugène Enriquez, Les figures du maître, Paris, Eds. Arcantères, 1991.

66 Kurt Weyland, art. cité, p. 14. L’auteur explique en effet: “Political success thus transforms populism into a different type of rule that rests on non populist strategies. Populist leader therefore tends to be transitory. It either fails or, if successful, transcends itself”.

67 Et non pas à un concept évolutif comme le montre Kurt Weyland avec la formation des « concepts radiaux » issus de la stratégie « par addition » de définition des concepts ; Ibid, pp. 1-22.

68 Tout comme Pierre-André Taguieff, Michael Conniff retient la dimension politique du “populisme” : “we see populism basically as a political phenomenon : a question of who gains public office and how they govern”, in Populism in Latin America, Tuscaloosa and London, University Alabama Press, 1999, p. 2.

69 Un exemple évocateur récent de l’attention particulière des leaders populistes aux populations « oubliées » est celui des changements qu’a décidé d’apporter le Président vénézuélien aux symboles nationaux. Suite au vote du Parlement début mars 2006, certains ajouts sur l'écusson, tels qu'un kayac, un arc et une flèche représentant les armes des indigènes ou une machette de paysan, en hommage aux racines des descendants d'origine africaine ont été effectués.

70 Cette idée rappelle l’interprétation de Laclau selon laquelle “It cannot [therefore] be said that concrete populist ideologies are above classes, but neither can the strictly populist moment be linked to the discourse of a determinate social class”, E Laclau, Politics and ideologies in Marxist Theory, op. cit., p 175.

71 Nous percevons par exemple l’influence de la culture dans le choix des symboles par rapport à l’histoire du pays, sa position dans le système international (pays toujours sous tutelle ou sous domination, comme c’est le cas en Amérique Latine vis-à-vis des Etats-Unis, etc.).

72 Yves Meny et Yves Surel, Par le peuple, pour le peuple…, op. cit., pp. 185-222.

73 Une des idées récurrentes des études sur le populisme est la référence particulière des dirigeants populistes aux « gens ordinaires » qui se sentent généralement éloignés et oubliés par la classe politique. “Populist see wisdom as residing in the common people. From common people comes common sense, and this is better than bookish knowledge”, Paul Taggart, Populism, op.cit., pp. 94-95.

74 “Populism requires devices that are themselves malleable, and ‘the people’ is just such a device. But to say that the idea of ‘the people’ is invoked because of its flexibility doest not necessarily mean that the idea is without meaning”, Ibid, p. 92.

75 Nous l’avons vu avec l’analyse sociologique de Guy Hermet pour qui le charisme du chef n’est en rien un élément discriminatoire vis-à-vis d’un quelconque mouvement politique ; Guy Hermet, « Populisme des anciens, populisme des modernes », art. cité, p. 29.

76 “These men, and sometimes woman, stood out from the ranks of the ordinary politicians. They displayed flair, daring, broad appeal, and uncanny timing […] Their impact on politics has been profound yet not fully recognized”, Michael Conniff, Populism in Latin America, op. cit., p. 1.

77 Le leader charismatique populiste se propose de faire table rase des institutions passée gangrenées par les « traîtres » du peuple. Il se définit généralement par opposition à un ennemi virtuel ou réel mais peut aussi proposer un programme politique en vue d’un changement effectif de la société et d’une sortie de crise : “The populist promised to reform their societies and to improve the lives of the masses”, Michael Conniff, Populism in Latin America, op. cit., p. 5. On peut ici évoquer l’exemple du “justicialismo” de Juán Pérón dont le slogan était : « croissance économique et justice sociale ».

78 Paul Taggart évoquait son caractère « autolimité », ou encore Pierre-André Taguieff le fait que le populiste n’était que « transitoire », L’Illusion populiste, op. cit., tout comme Kurt Weyland, art. cité, p. 14.

79 Nous avons déjà mentionné le caractère « malléable » de son discours en nous référant à l’approche psychologique du populisme.

80 Philippe Braud, précise bien que tout discours ou acte politique possède une charge émotionnelle. L’important est de distinguer à partir de quel moment un homme politique sollicite de manière démesurée l’émotivité de son auditoire ; L’émotion en politique, Paris, Presses de Sciences Po, Collection Références Inédites, 1996, pp. 7-12.

81 Paul Taggart, Populism, op. cit., p. 95.

82 “The heartland is different from ideal societies or utopias because it see populists casting their imaginative glances backwards in an attempt to construct what has been lost by the present. Whereas ideal societies and, even more utopias are constructions of the mind and the head, heartlands owe their power to the heart, to the evocation of sentiments that may not be necessarily rationalized or rationalizable”, Ibid., p. 95.

83 “The empty heart of populism is invariably remedied with values of other ideologies. To understand the content of those ideologies we must understand populism as a component part”, Ibid., p. 115.

84 “They [the politicians] inspired a sense of nationalism and cultural pride in their followers, and they promise to give them a better life as well”, Michael Conniff, Populism In Latin America, op.cit., p. 4; Paul Taggart précise d’ailleurs que le “heartland” est un élément identitaire pour la société qu’il réunit : “the heartland is part of that territory which is part of the national (or potentially other type of) identity but that it is a purer part of that identity. Central to the idea of the heartland is its very centrality. The heartland lies at the core of the community and exclude the marginal or the extreme”, Paul Taggart, Populism, op cit., p. 96.

85 “Since under populism the ruler is an individual, that is, a personalistic leader, the connection between leader and followers is based mostly on direct, quasi-personal contact, not on organizational intermediation”, Kurt Weyland, art. cité, p. 13.

86 Domingo Irwin G. et Frédérique Langue (dir.), Militares y poder en Venezuela. Ensayos historicos vinculados con las relaciones civiles y militares venezolanas, Caracas, Universidad Católica Andrés Bello, 2005, 375 p., ou encore Domingo Irwin G., Luis Alberto Buttó et Frédérique Langue, Control Civil y Pretorianismo en Venezuela, Caracas, Universidad Católica Andrés Bello, 2006, 228 p.

87 A paraître courant 2008, nous consacrerons un article sur l’influence du populisme du leader bolivarien sur la politique étrangère qu’il mène depuis 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adeline Joffres, « Le populisme d’Amérique latine en Europe : chronique d’un concept populaire », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 13 février 2008, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/3628 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.3628

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page