Navigation – Plan du site
Colloques | 2007
IVe Journée d'histoire des sensibilités EHESS 6 mars 2007/IVa Jornada de Estudios de Historia de las Sensibilidades – Coord. Frédérique Langue
Marcela Zúñiga Saldaña

“Catéchismes jacobins” : une trajectoire inquisitoriale à Puebla de los Ángeles1

[09/03/2007]

Résumé

La dénonciation de l'introduction de certains catéchismes "interdits" dans la ville de Puebla, en Nouvelle-Espagne, conduisit l’Inquisition à mener une enquête. Par ce biais, nous pourrons connaître l’état de l’opinion publique de la ville. Sur la base de l’évolution de cette même enquête, la prise en compte des personnes qui y interviennent et de la réalité sociale dans laquelle elles vivaient, nous assisterons à l’émergence de la rumeur à l’endroit des catéchismes jacobins. Nous tenterons de montrer la signification de cette rumeur dans le contexte novohispano de la fin du XVIIIe siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

Puebla
Haut de page

Texte intégral

 “Catéchisme séditieux, et fondé sur le système hérétique de la nouvelle et fausse

 philosophie qui mène insensiblement  

l’homme vers l’irréligion et anarchie.”2

1Il est demandé : s'il sait, ou présume la cause pour laquelle il a été appelé sur l'ordre du Saint Office? Il a dit... Ainsi commençaient ordinairement les interrogatoires menés par l'Inquisition selon un mécanisme employé pour situer et connaître la personne à interroger. Dénonciations prononcées, questions articulées, réponses émises et registres établis, tout cela constituait une grande chaîne de perceptions, de manipulations et de transmissions de concepts et d’idées. La façon dont chaque personne intervenant dans les enquêtes inquisitoriales "recevait l’événement" était déterminée par sa sensibilité et contribuait à la formation ainsi qu’à la transformation de l’événement même. En effet, le sens qu’un individu attribue à un fait est défini par sa réalité sociale.3 Pour arriver à l’identifier et à le comprendre, il conviendra se situer dans ce qu’Arlette Farge appelle "le cours ordinaire des choses". S’introduire sur la scène où les faits se déroulent, découvrir les personnages qui y évoluent ainsi que leur rythme de vie, parvenir au carrefour de leurs existences, où elles édifient une collectivité en mouvement continu.4 Voilà ce que nous essayons de considérer cette occasion.

2À travers les éléments qui constituent l’enquête inquisitoriale sur les catéchismes jacobins, nous voudrions comprendre la réalité de l'opinion publique de la ville de Puebla. La rumeur de l'introduction de certains catéchismes "interdits" en territoire novohispano conduit les autorités à s’intéresser à ce sujet. En suivant cette enquête, nous pourrons connaître ce que l'on pensait, craignait, lisait, « confessait » et commentait à Puebla, tant dans les lieux publics, que dans la retraite conventuelle, à travers les rapports de l’Inquisition. Il s’agit de suivre la chaîne de rôles/sensibilités intervenant dans l’enquête, qui aboutit à la formation de l’événement. C’est-à-dire, les moyens par lesquels la personne interrogée avait eu accès au sujet traité ; les formes dont était transmise l’information au commissaire qui menait l’interrogatoire; le style administratif que le notaire devait adopter au moment de l’élaboration des actes ; la perception du commissaire et la façon dont il la communique au procureur et, en fin, la résolution émise par ce dernier émet d’après les rapports du commissaire. Résolu ou non, le cas est classé, et c’est dans cet état que, avec un peu de chance, l'historien le trouve dans les archives. La chaîne des sensibilités s’allonge. En effet, s’y ajoute la façon dont l’historien perçoit le fait, l'analyse dans son temps et le transmet à son lecteur ou interlocuteur, produisant ainsi une "réception de l’événement" différente.

Catéchismes politiques en Europe et en Amérique

3Nous ne prétendons pas ici ajouter quoi que ce soit de nouveau à ce qui a déjà été dit sur les catéchismes politiques. Ce qui nous intéresse est de situer précisément la scène qui fait l’objet de notre étude, et de déterminer les circonstances dans lesquelles ces catéchismes « jacobins » ont été persécutés, perçus, transmis ou inventés. Nous y trouvons cependant un nouvel axe d’information quant à l’étude des catéchismes qui circulaient en Nouvelle-Espagne à la fin du XVIIIe siècle.

4La méthode didactique à base de questions-réponses employée dans l'enseignement religieux a été adoptée par le domaine politique en des moments de grande effervescence, comme instrument d'expansion de ses principes. Les catéchismes politiques apparaissent en France à la veille de la Révolution, connaissent après son triomphe une forte production, marquée également par les différentes factions qui rivalisent au sein du nouvel État révolutionnaire. Pendant les années 1793-1794, les catéchismes acquièrent un caractère officiel et, dans le même temps, la censure est rétablie.5 Les catéchismes étaient donc le moyen par lequel le Comité d'Instruction Publique transmettait ses principes d’accord aux codes religieux, moraux et civiques émanant de la République.6 Cependant, c’est durant tout le XIXe siècle que le domaine politique a tiré le plus large profit de cette « ressource catéchistique ».

5En Europe, les cas de l'Espagne de la guerre d'Indépendance et de la Constitution de Cadix,7 de l'Italie révolutionnaire, de l'Allemagne des guerres antinapoléoniennes8 ainsi que celui de l’Angleterre d’après ces guerres en sont la preuve.9 En Amérique, les catéchismes politiques font leur grande apparition à la veille des processus d'indépendance et perdurent jusqu'à la fin du siècle.10 Ils transmettent aussi bien les idées en faveur des mouvements d’indépendance et de la constitution que celles qui défendent l'ordre monarchique et clérical. Ils pouvaient être, par exemple, indépendantistes et cléricaux ou bien monarco-constitutionnels.11

6Les études portant sur le cas américain abordent le thème des catéchismes politiques à partir des trois axes principaux : les catéchismes de conception espagnole distribués dans tous les royaumes de la Couronne ; les réimpressions des catéchismes espagnols en Amérique; et les catéchismes conçus et distribués localement. Quant à ceux de conception vraisemblablement française, arrivés probablement sur le territoire américain á une période antérieure et qui nous intéressent ici, nous n’avons pas beaucoup de pistes nous menant à eux.

7Les catéchismes et les almanachs12 se diffusaient en même temps que la Révolution Française, souvent sans différence considérable, et coexistaient avec le reste de la littérature destinée à diffuser les idées de façon effective et massive, tels les pasquins, les pamphlets et autres petits livres de colportage de l'époque. Hors de France, ces écrits, imprimés ou manuscrits, constituaient une menace redoutable pour les gouvernements monarchiques, comme l’était l’Etat espagnol, et par conséquent, ses royaumes américains. La diffusion de ces documents fut incontrôlable : en Espagne, on a trouvé en 1789 plusieurs exemplaires de la Déclaration des droits de l'homme, de la Constitution française et, sous forme de manuscrits, du Catéchisme français pour les gens de la campagne.13

8Par un édit de 1791, l'Inquisition mexicaine a interdit le Catéchisme du Citoyen, ou Élements [sic] du droit public françois [sic], par demandes & réponses; suivi de fragments politiques, imprimé en France en 1788.14 La monarchie espagnole poursuivait en effet "toutes les brochures et écrits imprimés ou manuscrits qui traitent des révolutions et de la Nouvelle Constitution de la France, de ses débuts jusqu'à l’époque présente"15 (loi du 22 août 1793).16 S’appuyant sur la législation, le régime cherchait donc à développer un sentiment de refus de tout ce qui avait trait à la France, sentiment renforcé davantage encore durant la lutte menée contre l'expansion révolutionnaire en 1793-1794, date à laquelle se déroule l'enquête au sujet de nos catéchismes. Les connotations associées aux termes « révolution » ou  « république » faisaient ombrage à l’ordre et à la paix monarchiques et, par conséquent, religieux.

9L'Inquisition insistait sur les infractions d'hérésie ; elle-même avait été créée dans  le but de poursuivre ce délit. Le principe de royauté de droit divin était fondamental dans tout l'appareil législatif espagnol. Pour cette raison, tout ce qui allait contre le roi et l'ordre politique allait contre Dieu; "les hérétiques étaient des traîtres, et les traîtres des hérétiques",17 la hérésie était donc à la fois une infraction et un péché.18 Aussi trouvons-nous très souvent cette accusation dans un grand nombre de procès-verbaux parmi les dossiers de l'Inquisition, surtout pendant la seconde moitié du siècle.

10Bien que, parfois, l'Inquisition semblât montrer des signes d’affaiblissement tout au long du siècle,19 ses efforts étaient néanmoins persistants, comme nous allons le voir dans l’étude de ce dossier. Il s’agit d’une enquête réalisée suite à une dénonciation fondée sur une rumeur ou bien sur "une proposition que l’on a fait passer pour fausse, qui est passée de l'un á l’autre, lui donnant le corps et le volume qui paraît", selon le commissaire. Au cours de cette enquête, chaque personne interrogée montrera sa perception de l'événement à partir de ses expériences, de ses intérêts et de son environnement.20 C’est pourquoi les catéchismes pouvaient être jacobins, ou hérétiques, ou hérético- jacobins, ou bien des livres appelés Catéchismes hérético- jacobins.

11Ce qui semblait extrêmement attirant pour l’étude de la circulation clandestine des textes en Nouvelle-Espagne se révèle être, en fait, désolant. En effet, le commissaire se trouve obligé de notifier que toute l’affaire avait été, apparemment, une "fiction", et qu'il s'agissait d'un "mystère ourdi". Il était convaincu que les catéchismes n'étaient jamais entrés en territoire américain. Mais, d’autre part, il est évident que le dossier projette des images sur des attitudes et des sentiments de la société, face à des phénomènes comme celui de la circulation d'idées, des idées venues de l'étranger "libérateur" à une époque de crise politique globale. Le caractère imprécis de ces catéchismes est révélé par la mauvaise ou/et par la faible information sur les événements provenant de l'étranger qui arrivait alors en Amérique comme par les préjugés de l'époque où les formules de réprobation pouvaient revêtir une forme standardisée. L’analyse de cette perception et de la transmission de l’événement constitutives de chaque personne prenant part à l’enquête, mais insérée dans une collectivité, est l’objet de notre travail.

12Quant à la forme matérielle des catéchismes, à condition qu’ils aient réellement existé, nous pouvons seulement supposer qu’ils ont été des exemplaires du célèbre Almanach du Père Gérard de Collot d'Herbois (1792), de l'Almanach des républicains, ou bien des Etrennes aux sans-culottes ou, — pourquoi pas ?—  du Catéchisme politique et social universel,21 les deux derniers ouvrages ayant été imprimés en 1793. Le Catéchisme historique et révolutionnaire, publié en 1794, peut aussi être celui qui persécutait l’Inquisition mexicaine.22 Nous pouvons aussi imaginer qu’il s’agissait d’exemplaires mixtes de catéchismes comme ceux que nous venons de nommer ou d’autres qui se ressemblaient, sans nécessairement faire la distinction s'ils professaient les statuts du groupe jacobin, de la droite de l'Assemblée française ou d'un autre groupe politique.

Les catéchismes "hérético- jacobins" de Puebla:23 un secret sous la confession ?

13L'enquête, fort "importante pour la religion et pour l'Etat", a été ouverte le 3 octobre 1794 par l'Inquisition de Mexico, au moment où don José María de Jáuregui se présente devant elle pour "décharger sa conscience et pour la plus grande gloire de la religion"24, et dénonce don Laureano Ángulo pour avoir tenu « certains propos», ainsi qu’un Français, qui était de Tierra Adentro,25 lequel avait dit que "les évêques étaient comme tous les ecclésiastiques mais en flétrissant leur dignité".26 Il avait appris également qu’à Puebla, on avait livré deux ou trois caisses de catéchismes jacobins. Il avait eu connaissance de ces faits pendant une conversation qu’il avait eue avec le capitaine Miguel Pérez de León (54 ans), lequel, dans le même temps, avait été informé par une lettre de son frère, un religieux du Couvent de San Francisco de Pachuca, où ce dernier commentait ce qui s’était déroulé à Puebla.

14De l'homme français et des propos qu’il avait tenus sur les évêques il n’a plus été question par la suite : l'enquête a été complètement consacrée aux catéchismes. Le frère de don Miguel Pérez de León avait également été informé des événements qu'il relate dans sa lettre, par une autre lettre qu'un ecclésiastique, don Ignacio González Ángulo, des ordres mineurs et bachelier au Real y Pontífico Colegio de San Juan de Puebla, lui avait envoyée le 8 février de San Martín Texmelucan, dans l'évêché de Puebla. La lettre est rédigée dans des termes très respectueux ; l’écclésiastique envoie ses salutations à certains frères du couvent de San Antonio de Puebla, où résidait le père Gabriel Pérez de León, le destinataire de la lettre. À la fin de celle-ci, en post-scriptum, dans l’une des trois pages in quarto dont elle est composée, l’expéditeur a écrit: "au père Zosa, cette moitié", père Zosa à qu’il appelle : "Tatita".

15Le bachelier González raconte donc à son Tatita les derniers événements qui s’étaient déroulés à Puebla: le fils de Carrera, un commerçant des arcades de Las Flores, avait été égorgé; une religieuse s'était enfuie du couvent ; un fripon (pícaro) avait frit son fils dans du beurre sans l’avoir fait baptiser ; un choriste de l'ordre de Nuestra Señora de la Merced avait tué un soldat ; et un "Monsieur distingué" sous le sceau de la confession avait livré trois caisses de catéchismes hérético-jacobins. Le bachelier ajoute qu’il ne veut pas faire trop de bruit sur ces événements pour ne pas « effrayer ni scandaliser » les habitants de Puebla, c’est pourquoi il considère qu’il faut garder le silence sur ces événements et sur d’autres aussi.

16Ainsi vivait la ville : réveillée, agitée, effrayée. Elle nous fait penser à la cité d’Arlette Farge. « Toujours dérangée, la ville dérange » dit l’historienne, qui nous fait écouter la voix des hommes et des femmes qui, à Paris du XVIIIe siècle, déposent leurs procès-verbaux de différentes natures et de différents ordres.27 À Puebla de los Ángeles couraient aussi de “funestes nouvelles”, et, parmi elles, les catéchismes jacobins ; ce sont eux qui avaient alarmé le plus les autorités, car elles savaient que ces petits livres pouvaient connaître une diffusion irrépressible en termes géographiques et contextuels, tant par leur support écrit que par le système didactique qu’ils employaient. Leur propagation était donc nuisible à l’ordre monarchique « surtout en des époques aussi turbulentes ».28

17Durant les interrogatoires, avant d’aborder le sujet des catéchismes jacobins, on demandait le nom de personnes qui diraient ou feraient quelque chose contre la sainte foi.  C’est la raison pour laquelle le capitaine Pérez de León, au moment de faire sa déclaration, avait d’abord accusé deux hommes (Lazaga et Aizpuru) pour déclarations et attitudes anticléricales. Il avait également raconté une histoire sur de saintes guérisons et "bien qu'il essayât de ne pas les qualifier de miracle, il les considérait comme des effets de protection de notre sainte sur les sujets".  Ce passage nous renvoie aux histoires des miracles et des fidèles convulsionnaires du "Diacre de Paris", faits attentivement registrés par la Police.  Bien qu’ici nous ne tendions pas sur le sujet des miracles, il est intéressant, pensons-nous de remarquer l'attitude du commissaire, assez éloquente quant au traitement de telles affaires par les autorités américaines. Le commissaire les considère donc comme "une relation fatigante et non pertinente" qui à son avis n’avait rien à voir avec l’objet de l’enquête, raison pour laquelle il décide de ne pas les inclure dans le dossier, car "elle aurait occupé beaucoup de papier, et vous avez pris à V.S.Y. beaucoup de temps à lire". Mais il prend soin de donner son opinion sur le capitaine qu'il considère comme très "réglé et comme un bon chrétien, mais en même temps crédule, spécialement en des matières pieuses."

18Quand on pose au capitaine la question sur les catéchismes jacobins, il répond que non seulement il en avait appris l’existence par la lettre que son frère lui avait envoyée mais aussi par don Bruno Larrañaga. Il en avait également entendu parler dans une conversation entre don José Molina et José Laos Tercero, qu’il avait écoutée dans l’échoppe (cajón) du Parian, appartenant à ce dernier. Bien qu'il y eût d'autres personnes présentes, il ne pouvait pas savoir si elles avaient aussi écouté la conversation. Cette partie de la déclaration était incluse dans celle que le commissaire avait décidé de supprimer. Cependant, ce genre d’endroits publics, comme les librairies et les échoppes sous les arcades ou sur les places étaient les lieux typiques des conversations politiques et intellectuelles de l'époque. Ces lieux sont d’ailleurs très bien signalés dans la législation espagnole.29 Par conséquent, le procurateur a sollicité le commissaire de Pachuca, don José Mariano Iturria, pour qu’il interroge le frère du capitaine, frère Gabriel de la Madre de Dios Pérez León, celui qui avait reçu la lettre avec les nouvelles de Puebla. Frère Gabriel confirme tout ce que son frère avait déjà déclaré. On sollicite ensuite une déclaration de l'auteur de la lettre qui a, auparavant, été averti que la lettre est dans les mains de l’Inquisition, au cas où il voudrait nier en avoir été l’auteur et l’avoir envoyée.

19Dans sa déclaration, le bachelier González Ángulo (21 ans) affirme qu'en parlant des affaires du jour avec le frère Bocarando, son camarade au Collège de San Juan, celui-ci lui avait dit que, pendant un des prêches du père José Rubí, il avait appris qu’après un des exercices spirituels que faisait ce père, un monsieur lui avait livré trois caisses de catéchismes hérético-jacobins. Il confirme donc que c’est bien lui qui, quand était en vacances entre septembre et octobre à San Martín Texmelucan,30 a écrit la lettre au père Pérez de León. On appelle ensuite le collégien en philosophie aux Collèges Royaux de San Pedro et de San Juan, don José María de Bocarando (17 ans). Il a connu, dit-il, l’existence des catéchismes par le frère José Misieses, religieux déchaussé de la Province de San Diego, résident au Couvent de Santa Bárbara. Ce dernier lui avait déclaré qu'un sujet touché par la prédication du père Rubí, lui avait livré une caisse de livres interdits. C’était là tout ce qu'il savait. Ce collégien résidait au couvent où s’était répandue la rumeur sur les catéchismes ; il n'était donc pas étonnant qu’il fût au courant de ces nouvelles.

20Le commissaire n'a pas jugé nécessaire d'interroger le frère Misieses parce qu'il s'est rendu compte que toutes les déclarations avaient un lien avec le père Celis, aussi a-t-il considéré comme plus intéressant d’écouter la version des faits de ce dernier. On prend alors la déclaration du frère José Rubí Celis, religieux du Couvent de San Diego de Puebla, résident dans celui des Antoninos de Pachuca, consacré à Santa Bárbara. Il mentionne l’homme qui l'avait abordé après une de ses homélies adressée aux hommes du Collège de San Ignacio. Apparemment très affligé et plein de repentir, l’individu lui avait alors demandé conseil puis conté son malheur :

Il jouissait de bienfaits ou de faveurs dans une riche maison de particuliers, où l’on vivait dans le dévergondage et la liberté. Il avait vu, aussi, à plusieurs reprises qu’on y lisait et qu’on se servait de certains livres privés, mais seulement les gens de la maison sans permettre que personne d’autre les prît ou lût. Une fois, il avait même vu un in quarto relié et doré, qu’il voulait lire et qu’il avait pris, mais on l’en avait empêché. Il avait également entendu parler les deux principaux habitants de la maison, ceux-ci disaient: Donnez le catéchisme ! retournez le catéchisme! les catéchismes sont marqués! Il avait même remarqué une caisse de ces catéchismes. Les propriétaires de la maison, Européens, entretenaient vaste correspondance avec l’Espagne, ils s’y consacraient surtout les jours du courrier, eux-mêmes recevaient et remettaient livrets au courrier avec grande crainte. 31

21Le père décrit l'homme comme un personnage "de bonnes mœurs en costume, Européen [lui aussi], vêtu d’une cape bleue, jeune, de stature moyenne, baigné de larmes, montrant componction et repentir". Bien que le père ait été alarmé par les faits racontés, son principal sentiment avait été d'extrême joie et de fierté en raison des fruits immédiats qu’avait porté son devoir d’évangélisation ainsi que de "l'illumination que la miséricorde de Dieu" lui avait accordée pour conseiller son auditoire.

22Il demanda à l'homme pourquoi il n'avait pas rendu compte aux autorités, surtout en des temps "aussi désastreux" que ceux où ils vivaient ; celui-ci répondit qu’il ne l’avait pas fait de crainte de perdre les bienfaits dont il jouissait dans la maison où il habitait. Le père, dans l’intention de s'assurer que l’homme suivrait ses indications, lui signala qu’il ne pourrait pas lui donner l’absolution de la confession, aucun autre père non plus, avant qu’il n’eût fait part de tout ce qu’il savait au Saint Office.32 L'homme, qui pleurait et se donnait des coups sur la poitrine, lui promit de revenir après avoir suivi ses conseils. Pour toutes ces raisons, le père n'avait pas de doute sur le fait que l’homme déposerait sa déclaration bien vite.

23Dans une deuxième déposition, le père précise que l'individu n'étant pas du nombre des fidèles assidus, mais qu’il était de ceux auxquels on donne la permission d’entrer pour écouter les exercices spirituels quand ils le veulent. Il affirme enfin qu’il ne pouvait dire rien d’autre sur le sujet parce que, lorsque cette rencontre avait eu lieu, il faisait nuit avec comme seul éclairage celui d’une faible lumière produite par une seule lampe. On devrait aussi tenir compte du fait que l’homme était « presque couvert » de sueur car il avait transpiré durant la prédication et en proie à la fatigue.

24L’histoire que le père Celis avait racontée au commissaire, avait été mise au point avec le père gardien du couvent où il habitait, le frère Ruiz de Cárdenas. Quand on demanda à ce dernier de donner sa version des faits, il mentionna la fierté et la satisfaction  du père Celis quand il lui avait tout raconté. L’attitude du père Celis dont parlait le gardien avait trait au grand résultat que sa prédication avait  produit de manière immédiate. Frère Ruíz continua son récit avec le passage de l'homme au désespoir qui était venu demander conseil au père Celis. Cet homme-là, dit-il, avait connaissance d'une caisse de "catéchismes français pleins d'hérésie" ; il en avait donné un exemplaire au père Celis comme preuve de ce qu’avaient les gens de la maison où il habitait.33 Ayant fini sa déclaration, on lui demanda pourquoi il n'avait pas dénoncé le fait, ce à quoi il répondit en expliquant que d’une part, il n’avait que "des nouvelles confuses" et que, d’autre part, il avait pensé qu’il revenait au père Celis de le faire et que, pour cette raison, il avait essayé de le persuader de faire la dénonciation en tant que prélat.

25Après cette conversation entre le père Cardenas et le père Celis, frère Ruíz avait discuté avec le père Supérieur du Couvent, frère Francisco de Los Ángeles, au sujet de "la prédominance du royaume de la France et de la semence qu’elle disperse ». Il lui avait ensuite raconté ensuite l’histoire qu’il venait d’apprendre du père Celis, qu’en ville étaient entrées une ou plusieurs caisses de catéchismes hérético-jacobins, mais qu’elles n'étaient pas entrées par le port de Veracruz mais par la province côtière ou par Texas ou encore par Tampico. Comme les autres, le supérieur du couvent dut faire sa déposition. À ce moment-là, il affirma ne rien savoir sur les personnes qui avaient introduit les catéchismes ; en effet, il n’avait pas voulu en demander davantage au père Cárdenas, parce que ce dernier lui avait fait le commentaire avec "une grande réserve et un grand mystère".

26Le frère Francisco, supérieur du couvent, avait également « référé l’information en privé » au père carmélite et confesseur de l'évêque de Puebla,34 frère Manuel de la Présentation. Ce dernier fut également convoqué pour donner sa version des faits. Il déclara donc qu’à propos du catéchisme hérétique, il n’avait pas entendu prononcer "l’épithète ou qualificatif de jacobin". Que toute cette histoire avait été « sue ou perçue » à partir d'une confession que le même père supérieur avait reçue, ou peut-être même un autre père. Mais lui, confesseur de l’évêque, avait aussi parlé de ce sujet avec le marquis de Castañiza, qui était également examinateur et commissaire du Saint Office de Mexico, un jour qu’il l’avait rencontré au Couvent de San Ángel de Nuestra Señora del Carmen. 35

27La conversation s’était déroulée durant leur retour à cheval du couvent à la ville de Mexico. Pendant le trajet, ils parlèrent des nouvelles d'actualité, c'est-à-dire de "la barbarie irréligion, de l’inhumanité et de la séduction des Français", quand ils en vinrent au sujet du catéchisme hérétique que le frère Francisco venait d’apprendre et qu’il narra totalement au marquis. Par conséquent, le cinq décembre, on ajouta une nouvelle déposition au dossier des catéchismes jacobins, celle d’une "certaine personne de rang et de caractère".36 Le marquis de Castañiza répéta ce que le carme déchaussé lui avait raconté, mais il avait compris qu’un personnage avec lequel le père avait été en contact à Puebla avait lu un catéchisme jacobin et qu’il avait "gardé beaucoup [de passages] en mémoire". Le père ne lui en avait pas dit davantage sur l'homme parce qu’ils avaient soudain changé de conversation, et qu’il n'avait pas cherché à en savoir plus de peur de se rendre suspect.

Une rumeur dans les collèges et les couvents. Les catéchismes "éparpillés"...

28La présence de la rumeur n'est propre ni au XVIIIe siècle ni à un certain lieu ni à des époques précédentes ou postérieures, elle est simplement propre à toutes les époques et tous les lieux. Ce qui fait sa particularité en un certain temps ou un certain lieu est la réalité social où vit la personne qui la fait courir. La différence naît du sujet et des supports par lesquels se propage telle rumeur que la parole soit écrite ou orale; lettre, livre ou acte, télévision, Internet, etc. Nous ne prétendons pas aborder ici la rumeur comme méthode de travail, ni découvrir la rumeur en elle-même, bien que cela soit très attirant, mais nous servir d’elle comme instrument pour pouvoir comprendre l’opinion publique à Puebla de los Ángeles.

29Toutes les personnes interrogées, à l'exception de José María de Jáuregui, qui réalise la dénonciation, et du capitaine Miguel Pérez de León, le frère du père Gabriel, étaient des ecclésiastiques37 ou des membres des collèges religieux. Le fait que la circulation de livres interdits concerne les couvents, collèges, et autres enceintes religieuses n’a rien de surprenant, moins encore s’agissant de rumeurs de ce genre. Très fréquemment, les ecclésiastiques figuraient en tête des listes de dénonciations de lecture ou de possession de livres interdits, tendance de plus en plus manifeste à partir des années soixante-dix du XVIIIe en Nouvelle-Espagne.38

30Le commissaire considéra donc que les déclarants "dans les conversations particulières ont agrandi le sujet", il a la certitude que le père Celis avait dit tant qu’il savait, car il le considérait comme "un prêtre utile et exemplaire". 39 Il était religieux du couvent de San Diego de Mexico, mais au moment des faits, il résidait à Puebla au couvent de San Antonio,40 lieu d’où part la rumeur au sujet des catéchismes. Dans cette prédominance d'ecclésiastiques dans l’ensemble des interrogés, nous remarquons qu'il s'agit surtout des hautes sphères de l’élite religieuse, contrairement aux cas parisiens étudiés par A. Farge où les demandeurs appartenaient majoritairement aux classes populaires. Les déclarations auxquelles nous avons accès dans ce dossier ne portent pas témoignage de l’œil agacé ou de la voix rauque des déclarants parisiens, car les personnes interrogées dans cette enquête avaient un allié très suggestif qui leur donnait une certaine assurance dans les interrogatoires auxquels ils devaient participer : la rhétorique religieuse.

31Nous trouvons donc le père supérieur du couvent, le père gardien, le père confesseur de l'évêque de Puebla, l’évêque de Durango, et d’autres prédicateurs apostoliques. Il y avait aussi deux très jeunes élèves des Collèges de San Pedro41 et de San Juan.42 Le bachelier José Ignacio González,43 l'auteur de la lettre, envoie des salutations très familières à différents frères du couvent qu’il connaissait bien y ayant fait son noviciat. Il raconte à un dénommé père Rincón, sur un ton plaintif, qu’il a tout de même le droit de partir en vacances « je souhaite mourir avant de sortir [du collège] … Cela fait peur et horreur d’habiter dans cette ville, plus dissolue que jamais", ainsi se termine la lettre du bachelier, déçu par la vie qu’il avait menée dans la ville.

"Fiction et mystère ourdi" : la conclusion du commissaire de Puebla.

32La résolution du procureur est envoyée le 11 février 1795 au commissaire de Puebla, José de Ureña, à partir des rapports que ce dernier lui a préparés et envoyés tout le long de l'enquête. Ce dernier se montre d’ailleurs particulièrement prudent,44 étant donné l’ordre fort catégorique du procureur, qui espérait que par "son zèle et son amour du Saint Office" il éclaircirait les faits dans les plus brefs délais. C’est pourquoi Ureña souligne avoir fait "l'inquisition45 sans omettre aucun moyen" ; il avait interrogé "autant de personnes qui lui avaient indiquées, venant du conseil ecclésiastique, séculaire ou d’ ailleurs", toujours en présence de prêtres et de notaires,46 et du gardien du Couvent de Santa Bárbara. Il avait assurément pris des précautions, comme soumettre au moins deux fois chaque déposant aux interrogatoires;47 il se rendait fréquemment au Couvent dans le cas où quelque frère décidait de changer sa déposition. Il avait signalé au personnel du Poste d'Estafette de Courriers de veiller aux personnes qui « envoyaient et recevaient des lettres » et demandé qu'on lui notifie immédiatement des situations inhabituelles. Malgré ses efforts, le paysage étant plutôt désolant, avec des déclarations incongrues et imprécises.

33Ainsi, le dossier constitué par le commissaire Atanasio José de Ureña est étudié par le procureur. Ce dernier en arrive à la conclusion que "tous les sujets examinés, convergent en substance sur le père José Rubí", considéré comme le témoin principal et dont la déclaration "écartait" toutes les autres. Il remarque avec étonnement que le père Rubí n’avait eu: "ni une confession, ni de véritable livraison [d’ouvrage], que ce père Rubí n’avait pas dit que les catéchismes étaient jacobins, turcs, luthériens ou d'une autre secte".48 Le procureur essaie même de réunir les éléments d’information recueillis à travers les déclarations et de produire une histoire cohérente; aussi se pose-t-il des questions comme : Comment l'homme anonyme avait-il su que les livres qu’on lisait dans la maison étaient interdits, si on ne lui avait pas permis de les lire ? Suivant cette réflexion et d’autres, il en arrive à croire que toute cette histoire de la maison avait été « inventée par un de ceux qui pour des raisons personnelles essayent de tromper les confesseurs, spécialement ceux qui ont un certain zèle ou un certain crédit auprès du public » comme l’était, à son avis, le père Rubí".

34L'effet de « téléphone arabe » dans cette rumeur a été déclenché par les déclarants comme par les notaires et même par les commissaires, et pour plusieurs d’entre eux sans qu’ils ne s’en rendent compte. Nous pouvons remarquer que dès que les questions étaient posées aux témoins, on déformait la désignation des textes en question, combinant de toutes les manières possibles les mots « catéchisme », « hérétique » et « jacobin ». On a même mentionné une fois les "caisses jacobines".49 D'autres parlaient des "catéchismes français pleins d'hérésie", de "livres hérétiques iniques", ou seulement de "livres interdits" ou encore de "livres nuisibles".

« Il n’y a pas de fumée sans feu ». 50 La réalité de l’opinion publique.

35La question qui se pose n’est pas celle de l’existence ou non  de ces catéchismes mais celle de l’état de l’opinion publique de Puebla. Car nous comprenons bien que le feu dans ce cas n’a pas trait aux catéchismes eux-mêmes mais à l’effet que l’idée de sa circulation a produit dans la société poblana. De sorte que, même si notre échantillon est ici quelque peu réduit, les informations que nous pouvons en retirer sont très éloquentes.

36Cependant, malgré l’incertitude de leur véritable existence, nous ne pouvons que formuler des hypothèses quant au support matériel des catéchismes. Étaient-ils manuscrits ou imprimés ? Si nous admettons qu’il s’agissait de deux ou trois caisses, ou même d’une seule,51 nous pouvons en déduire qu'ils étaient imprimés, par la quantité de petits livrets de dimensions régulières qui peuvent êtres transportés cette manière. Bien que d'autre part, l’expression de l’homme : " les catéchismes sont étiquetés!" évoque des manuscrits, ou bien, des imprimés avec les pages initiales en blanc pour éviter plus facilement les contrôles lors de leur transport et ajouter manuellement l’information sur la couverture avant leur distribution. Mais, outre les spéculations, il y a la scène décrite par l’homme anonyme sur la maison de distribution et de lecture de textes clandestins qui paraît plus évidente. Vrai ou faux, cela faisait partie de l'invasion d'idées qui venaient de l'étranger et de leur expansion en territoire novohispano, ce qu’on a appelé la guerre idéologique de la Révolution Française en Espagne et dans ses royaumes. C’est ainsi que l’explique Jean René Aymes quand il parle de "la guerre d’opinion et l’opinion face à la guerre » :

Chaque jour partaient de là-bas [Paris] vers l'Espagne et d'autres directions, non seulement des directives politiques et des ordres militaires, mais aussi des publications anti-monarchiques et/ou anticléricales, dans l’intention de mettre un terme aux préjugés, à la superstition, au "monarchisme" et l'"aristocratisme" dans les pays voisins.52

37L’attitude de défense développée en Espagne existait aussi dans ses royaumes américains. Il s'agissait donc de mobiliser toute la population contre un ennemi qui constituait une menace à la fois contre le système politique et contre la religion catholique.53 Bien que l'enquête sur la "poursuite" de catéchismes à Puebla n'ait pas abouti matériellement, en termes idéologiques elle a déclenché une forte agitation au sein des milieux officiels comme dans les lieux publics où la vie quotidienne se déroulait.

38Les enquêtes effectuées par l'Inquisition à la fin du XVIIIe  siècle prenaient place dans l'atmosphère de nouveaux concepts qui s'inséraient dans les discussions, les sermons, les réunions ou dans les rues, les cafés, les boutiques, ainsi que dans les enceintes religieuses, en éveillant une curiosité morbide et les spéculations chez les personnes directement interrogées, et dans leur entourage. Une curiosité permanente a fait son apparition, elle se nourrit des nouvelles ainsi bien que des rumeurs, comme du fait même que l'Inquisition menât ses enquêtes. Nous sommes de nouveau très près de la description qu’A. Farge fait du cas parisien où :

Le public vit -il le sait- entre le vrai et le faux, le possible et l’invérifiable. L’incertitude ressentie provoquée par les manipulations politiques et policières renforce le goût de savoir qui se nourrit de la dispersion contrastée des nouvelles. L’opinion publique ne s’épuise pas dans ce marais mais s’aiguise et prend force.54

39À Puebla, ce ne sont pas les gazettes de la police secrète, les nouvelles écrites ou imprimées qui passent de main en main ni les rapports de police qui à Paris font "dire et mal dire", ce sont les catéchismes jacobins, ou plutôt les rumeurs à leur sujet qui le font. Au sein d’un flot d’autres textes, imprimés et manuscrits, officiels et clandestins, qui circulaient à l'époque, 55 ainsi que d'autres rumeurs, vraies ou fausses.56 Cette circulation de ces nouvelles poblanas montre que l'opinion se réveillait et se répandait accompagnée ou/et constituée d'une curiosité qui prenait des dimensions globales. En effet, le feu était justement cette curiosité "éparpillée" sur le territoire américain, qui, plus tard, circulera non seulement comme des paroles, mais prendra la forme d’actions, promouvant ainsi des mouvements réels, mouvements qui cherchèrent les mêmes conditions que ces termes qui auparavant arrivaient de l'étranger et que l’on entendait ou lisait partout, comme "liberté", "révolution" ou "égalité".

Haut de page

Notes

1 Je remercie, très vivement, Maria Guadalupe Castillo Aja pour les démarches effectuées qui ont permis la reproduction et l’envoi du dossier dans son intégralité.
2 Nos los Inquisidores apostólicos contra la herética pravedad y apostasía &c… (Notice de l’Edicte de 1791 sur le Catéchisme du Citoyen, ou Élements [sic] du droit public françois [sic], par demandes & réponses; suivi de fragments politiques (1788, France) [Archivo General de la Nación, Mexique (dorénavant AGN), rame Inquisición, vol. 1328, f. 3v]
3 Arlette Farge, “Penser et définir l’événement en histoire”, in Terrain, numéro 38, Qu’est-ce qu’un événement? (mars 2002), mis en ligne le 1er janvier 2006, voir aussi Frédérique Langue, “L’histoire des sensibilités. Non-dit, mal dire ou envers de l’histoire? Regards croisés France-Amérique latine”, Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Numéro 6-2006, mis en ligne le 17 mars 2006, référence du 7 juillet 2006.
4 Arlette Farge, Le Cours ordinaire des choses. Dans la cité du XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1994.
5 Jean Hébrard, “La Révolution expliquée aux enfants: le catéchisme de l’an II”, in Marie-Françoise Levy, L’Enfant, la famille et la Révolution française, Paris, Olivier Orban, 1989, pp. 171-192,
6 Les travaux sur le sujet sont nombreux mais isolés, pour l’Europe par exemple: Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt, “Colporter la Révolution”: Médias et prises de parole populaires, in Roger Chartier y Hans- Jürgen Lüsebrink (dirs), Colportage et lecture populaire. Imprimés de large circulation en Europe XVIe-XIXe siècles, Paris, IMEC, Maison des Sciences de l’Homme, 1996, pp. 71-107, Jean Hébrard, op. cit., M. Sonnet, “Les almanachs politiques parus pendant la Révolution française”, in Bulletin des Bibliothèques de France, t.25, 1980, pp. 5-10, Darris M. McManon, Enemies of the Enlightenment and the making of modernity, Oxford, New Cork, Oxford University Press, 2001.
7 Ibidem. Parmi les catéchismes imprimés en Espagne: Catecismo filosófico o sistema de la felicidad, Madrid 1788; Catecismo del estado según los principios de la religión, Madrid, Imprenta Real, 1793; Catecismo patriótico o breve exposición de las obligaciones naturales, civiles y religiosas de un buen español. Compuesto por un párroco del arzobispado de Toledo, Madrid, Imprenta de Ibarra, 1813; Lecciones políticas para el uso de la juventud española, [¿Madrid?], 1813; Ruinoso, Catecismo político español Constitucional, Málaga, 1814; Catecismo político sentencioso o doctrina del buen ciudadano, amante de la religión y de su patria, Madrid, 1814; Nuevo vocabulario filosófico y democrático indispensable para todos los que deseen entender la nueva lengua revolucionaria, Madrid, 1816 (Javier Ocampo López, “Catecismos políticos en la Independencia. Un recurso de la enseñanza religiosa al servicio de la libertad” in Revista Credencial, Bogotá, édition 85, janvier 1997 et Dorothy Tang de Estrada, “Los catecismos políticos de la revolución francesa al México independiente in Solange Alberro et al. (coord.), La Revolución francesa en México, México, COLMEX, 1992, pp. 65-80 ).
8 Abstract de la présentation du Colloque “Le catéchisme politique: un prêche sur l’autel de la modernité?” qui a eu lieu au Département d’Histoire et Civilisation à l’Institut Universitaire Européen (IUE), les 27 et 28 octobre 2006, à Florence. Les travaux réunis mettent en valeur la prédominance du genre tout le long du XIXe siècle quant à la relation de ses caractéristiques avec les acteurs, la délimitation de leur l’espace, la transmission de la culture politique, ainsi que la rhétorique employée. On y a traité des cas comme celui de l’Italie, de l’Espagne, de l’Allemagne, du Portugal et de l’Angleterre, le travail présenté par Eugenia Roldán Vera (Berlin) concerne l’Amérique: “The catechetical genre and the monitorial system of education in Latin America: The globalisation of a pedagogical genre”.
9 Catechism on the Corn Laws. With a list of fallacies and the answers, Londres, J. Ridgway, 1827. Cette source est à étudier dans la mesure où son genre est en relation avec les autres cas européens, et non seulement par rapport sa valeur de contenu économique et politique. Le sujet réfère la constitution des taxes protectionnistes anglaises (1815 et 1846) qui restreindraient les prix trop bas acquises par les importations à la fin des guerres napoléoniennes. (Sur ce point, voir Andrew Bernstein, The Capitalist Manifesto, Maryland, University Press of America, 2005).
10 Parmi les catéchismes qui circulaient en Amérique nous trouvons : José Antonio de San Alberto, Instrucción o catecismo real, [Córdoba de Tucumán], 1784; Breve cartilla Real, Paraguay 1796; Catecismo civil y breve compendio de las obligaciones del español, conocimiento práctico de su libertad, explicación de su enemigo, muy útil en las actuales circunstancias, puesto en forma de diálogo, reimprimé à Puebla de los Ángeles, 1808; Despertador patriótico, cristiano y político, dedicado a los gauchos y Catecismo público para la instrucción de los neófitos…, tous deux imprimés en Argentine, 1811; José Grau, Catecismo político, Colombia, 1822; Tomás Lander, Manual del Colombiano, 1825; Joaquín Lorenzo de Villanueva, Catecismo de moral, Tunja, Francisco Cárdenas, 1827 (re-imprimé à Lima, Santa Fe y Caracas). (Ocampo López, op. cit.)
11 Comme ceux émis par les Courtes de Cadix, ou ceux qui allaient avec leurs préceptes; le Catecismo político arreglado a la Constitución de la Monarquía Española, Palma, Miguel Domingo, 1812 (re-imprimé en Guatemala, 1813; á Mexico, 1814; à Puebla et à Valence, 1820); Juan Fernando Sotomayor, Catecismo o instrucción popular, Cartagena de Indias, 1814; Cartilla o catecismo del ciudadano constitucional ou El Padre Nuestro Constitucional, Mexico, les deux re-imprimés par Ontiveros, 1820; ou bien le Catecismo político sentencioso o Doctrina del buen ciudadano amante de su Religión, de su Patria y de su Rey, émis par l’Inquisition de Mexico (imprimé en Espagne) en 1816. Ils pouvaient être aussi monarco-indépendentistes et constitutionnels comme ceux qui étaient émis à partir des préférences d’un gouvernement monarchique non absolu, modéré et constitutionnel, comme celui de Ludovico de Lato-Monte, Catecismo de la Independencia, México, Of. de Ontiveros, 1821 et à Puebla, Of. del Gobierno Imperial, 1821. Le nom réel de l’auteur était Luis Mendizábal, il dédicace ce catéchisme à Agustín d’Iturbide. (Tanck de Estrada, op. cit.)
12 On trouvait le système de questions et de réponses aussi bien dans les almanachs que dans les catéchismes de l'époque. Certains auteurs comme Bulard et Thiéboult élaboraient indifféremment les uns et les autres. Il y avait aussi des cas où l’on changeait seulement le titre d'un almanach avec celui d’un catéchisme, et vice-versa, sans absolument rien changer de leur contenu. Quelquefois, on pouvait différencier les almanachs des catéchismes par la quantité de gravures qui se présentaient dans les uns, (M Sonnet, op. cit.), ou par la présence, beaucoup plus systématique et didactique, de toute une doctrine socio-politique qui se présentait dans les autres. (Hans-Jürgen Lüsebrink, op. cit.)
13 Catecismo francés para la gente del campo (arrêt accordé le 2 octobre 1790). Novísima Recopilación… op. cit., loi II, citations 11 y 12 y ley XIII, citation 21.
14 Nos los Inquisidores Apostólicos… AGN, op. cit.
15 “todas las brochuras o papeles impresos o manuscritos que traten de las revoluciones y [la] Nueva Constitución de la Francia, desde su principio hasta ahora”
16 Novísima Recopilación de las leyes de España. Dividida en XII libros, en que se reforma la Recopilación publicada por el señor Don Felipe II en el año de 1567, reimpresa últimamente en el de 1755: y se incorporan las pragmáticas, cédulas, decretos, órdenes y resoluciones reales, y otras providencias no recopiladas, y expedidas hasta el de 1804. Mandadas formar por el señor Don Carlos IV. Impresa en Madrid, año 1805, tome IV, livre VIII, tit. “Prohibición de papeles sediciosos y contrarios a la fidelidad y tranquilidad pública”, leyes II, XII y XIII.
17 Richard E. Greenleaf, Inquisición y sociedad en el México colonial, Madrid, José Purua Turanzas, 1985, spécialement le chapitre VII: “La Inquisición mexicana y el siglo de las luces (1763-1805)”, pp. 189-202.
18 F. Tomas y Valiente, “El proceso penal de la Inquisición Española” in Historia 16, décembre 1976 cité par Jaime Contreras, “La infraestructura social de la Inquisición: Comisarios y familiares” in Ángel Alcalá et al., Inquisición española y mentalidad inquisitorial, Barcelona, Ariel, 1984, p. 125.
19 Quelques auteurs attribuent cette perte de pouvoir d’une part aux préceptes bourboniens qui lui accordaient peu d’attention et étaient liés à l'évolution idéologique qui influençait les détracteurs comme les fonctionnaires de l'institution, d'autre part, aux alliances diplomatiques et militaires de l'Espagne avec la France et l'Angleterre depuis 1763, qui empêchait la persécution d’hérétiques étrangers dans la vice-royauté. (Greenleaf, op. cit., Dorothy Tank, op. cit., Monelisa Pérez Marchand, Dos etapas ideológicas del siglo XVIII en México a través de los papeles de la Inquisición, México, COLMEX,  2ème e., 2005, et Jean René Aymes, La guerra de España contra la Revolución francesa (1793-1795), Alicante, Instituto de Cultura “Juan Gil-Albert”, 1991).
20 “Tout acteur construit un réel en fonction du cadre de ses expériences, de ses aspirations et de son environnement” (Pascal Froissart, La rumeur te nie? Nie la rumeur!, in Jean-Paul Desgoutte, Pascal Froissart et al., La Figure du sujet en sciences humaines, Paris, L’Harmattan, 1998).
21 Contenant les droits et devoirs réciproques des souvenirs et de sujet á l’usage de toutes les nations.
22 M. Sonnet, op. cit.
23 AGN, Inquisición, vol. 1388, exp. 17, ff. 196-231.
24 “Descargo de su conciencia y mayor lustre de la religión”.
25 Le Camino de Tierra Adentro (Chemin du domaine à intérieur) allait de Mexico à Santa Fe, capitale de la Province du Nouveau-Mexique. Il correspond aux villes actuelles de Zacatecas, Durango, Ciudad Juarez, Parral, Chihuahua, Alburquerque et Santa Fe. (“El Patrimonio Real de Tierra Adentro busca su declaratoria como patrimonio cultural de la Humanidad” in Sala de Prensa, La Cultura, Mexico, CONACULTA, février 2002.)
26 “Los obispos eran lo mismo que cualquier clérigo ajando la dignidad”.
27 Arlette Farge, Le Cours… op. cit.
28 “… mayormente en unos tiempos tan turbulentos”.
29 Novísima Recopilación, op. cit., tít. XVIII, ley XVI: “… no permitiendo en sus tiendas [de los libreros] disputas o conversaciones que toquen a subvertir nuestra Constitución”.
30 La Couronne espagnole a accordé en 1615 aux habitants du village de San Martín Texmelucan, à l'Évêché de Puebla, la présence des frères dieguinos, pour qu'ils s’y chargent des services religieux. Peu à peu, ils ont construit leur couvent et chapelles ; ils ont consacré leur culte à Santa María Magdalena. C’était sûrement dans leur couvent où le bachelier effectuait ses séjours dans cette ville. (Les données référentielles de la ville et la région de Puebla ont été prises de:

Antonio Carreón, Historia de la ciudad de Puebla de los Ángeles, Puebla, Tip. De las Escucias salesianas de artes y oficios, 1897 [1896-1900], 2t., Leonardo Lomelí Vanegas, Breve Historia de Puebla, México, FEC, COLMEX, 2001, et México en el tiempo no. 16, déc 1996-janvier1997.

31 “Era beneficiado o favorecido en una casa particular y acaudalada, en la que se vive con desenfreno y libertad, y en la que también vio [en] muchas ocasiones que usaban y leían ciertos privados libros, que usaban únicamente entre si los de la casa sin permitir que otro alguno los tomase o leyese, y aún, en una ocasión en que él viendo un libro in cuarto empastado y dorado lo tomó y quiso leerlo, se lo impidieron. Que así mismo oía en la casa hablar entre los dos sujetos principales de ella: ¡Torna el catecismo, vuelve el catecismo, están rotulados los catecismos!, y aún de ellos tenían un cajón que vio y notó. Que los tales dueños de la casa que son también europeos tienen gran correspondencia en España, se afanan demasiadamente en los días de correo, ellos mismos reciben y entregan sus pliegos en el correo con gran temor”.
32 L'homme demanda aussi au père Celis s'il pouvait avoir la relation "des actes de foi, espérance et charité" qu'il venait de donner, mais le père ne l'avait pas par écrit car "il le faisait comme le Seigneur le lui dictait", mais il lui répondit qu’il pourrait le lui donner, avec d’autres reliques, quand il reviendrait le voir.
33 “con expresión de los sujetos que los tenían”
34 C’était alors Salvador Biempica y Sotomayor, qui est resté au poste épiscopal de 1790 à 1802. L’évêché de Puebla était le troisième par importance en Nouvelle-Espagne après celui de Mexico et Morelia. Il avait connu un grand éclat pendant le XVIIème, mais à cause d’une grande crise économique et politique de la ville et par conséquent de toute la région de Tlaxcala-Puebla au début du XVIIIe siècle elle avait perdu son hégémonie. D’autres facteurs géographiques et écologiques avaient aussi contribué á son déséquilibre.

 (Sur le sujet, voir Juan Carlos Garavaglia et Juan Carlos Grosso, “La región Puebla-Tlaxcala y la economía novohispana, 1680-1810” in Historia Mexicana, vol. XXXV, 1986, México, COLMEX, pp. 549-600, également Gustavo Rafael Alfaro Ramírez, “La crisis política en la Puebla de los Ángeles. Autoritarismo y oligarquía en el gobierno de don Juan José de Vaytia y Linaje, 1697-1722”, in Relaciones, vol. XXV, no. 099, Zamora, COLMICH, 2004, pp. 213-257.)

35 Au sud-est de Mexico, actuellement un quartier de la zone Métropolitaine. Le collège carmélite a été fondé au XVIIe  siècle, on y dispensait une formation en théologie.
36 Don Juan Francisco de Castañiza y de González Agüero Larrea y Lapuente, marqués de Castañiza, le 22e évêque de Durango.
37 Ils appartenaient à l’ordre des carmélites et surtout à celle de pères dieguinos, nom donné aux religieux déchaussés de la Province de San Diego, qui appartenaient à la troisième branche de l'ordre des franciscains.
38 Pérez-Marchand, op. cit. Une procédure inquisitoriale s’est déroulée en 1792 sur l’application de la règle de séparer les livres interdits des ouvrages "courants" dans les bibliothèques publiques et privées des collèges et couvents à Puebla. On savait que cette disposition n’était pas appliquée ; la dénonciation s’adressait surtout aux Collèges de San Pedro et San Juan, ainsi qu’aux autres couvents de réguliers dans la ville. (AGN, Inquisition, vol. 1381, ff. 54-61)
39 Le commissaire était certain de l'innocence du père Celis, il le considérait comme : "un prédicateur constant et fervent; il dirige les exercices quand il en est besoin … »
40 C’est pourquoi on appelait ses religieux « antonins », qui professaient l'invocation en Santa Bárbara. Ce couvent comptait parmi les plus importants de la ville de Puebla (San Francisco, San Domingo, San Agustín, La Merced, La Concordia, El Carmen, San Antonio, avec leurs respectives églises). Il a été fondé par les pères franciscains en 1591, la construction de son église a commencé en 1593.
41 Sa fondation date de 1648, il a fonctionné comme séminaire jusqu'en 1662.
42 Fondé en 1644 par l'évêque Palafox. On y logeait les écoliers de l'évêché, on leur enseignait ainsi qu’aux indigènes, la grammaire, la rhétorique et le chant pour qu’ils passent ensuite au niveau supérieur au collège de San Juan. Celui-ci a été fondé en 1596 par Juan Larios, on formait aussi les acolytes ou enfants de chœur de la cathédrale. On y enseignait la philosophie, la théologie et la morale.
43 Il était sur le point d’obtenir son diplôme de Droit, et prétendait rejoindre l’ordre de San Felipe Neri, mais il était indécis car il pensait "ne pas être parfait dans la langue et qu’il n’avait pas encore été nommé chapelain".
44 Sur le sujet des fonctionnaires de l’Inquisition et leur analyse selon une perspective sociale nous renvoyons à : Jaime Contreras, op. cit.
45 L’emploi du terme inquisitio est tiré de « l’enquête du Magistrat », utilisé en Droit de Procédure Romaine, du même terme utilisé pour nommer l'Inquisition du Saint Office. (Ángel Alcalá, « Política religiosa de los Reyes Católicos. La Inquisición. La expulsión de los judíos” in Julio Valdeón Baruque (ed.), Isabel La Católica y la política, Valladolid, Instituto de Historia Simancas, pp. 117-156)
46 Don Francisco Zarco, don Mariano et José Antonio Guadalajara et don Medina.
47 Il demandait aux déclarants, comme c’était l’habitude, une confirmation de leur déposition.
48 “ni hubo confesión, ni entrega en ella, ni dicho padre Rubí dice que los catecismos eran jacobinos, turcos, luteranos o de otra secta”
49 Ajouté plus tard entre les lignes: “de catecismos”.
50 Je trouve plus juste l’équivalent en espagnol: « Si el río suena es que agua lleva » .  
51 Il est toujours difficile de calculer la quantité de livres que pouvaient contenir les caisses, surtout quand on a si peu de références. Quelquefois, on enregistrait leur poids, d'autres, le nombre de livres ou leur taille, ou encore le nombre de feuilles, ou bien, le ou les titres. À partir de leur mesure la plus commune (in quarto) et de leur quantité normalement transportée dans les caisses, nous pouvons dire qu'il y en avait environ 130 douzaines dans chaque caisse, c'est-à-dire environ 1560 catéchismes, compte tenu que, normalement, ils ne comportaient pas beaucoup de feuilles (10 ou 15). Ce qui nous fait penser que s'ils ont vraiment existé, ils auraient été imprimés.
52« De allí [Paris] salen cada día, hacia España y en otras direcciones, no sólo directrices políticas y órdenes militares, sino también publicaciones antimonárquicas y/o anticlericales, con vistas a acabar con los prejuicios, la superstición, el “mona[r]calismo” y el “aristocratismo” en los países vecinos”. René Aymes, op. cit.
53 L'archevêque de Valence considérait que le phénomène était "proprement une guerre de religion, une guerre sainte... Guerre de Dieu "Diario de Barcelona, 13 de enero de 1794, cité par Aymes, ibidem.
54 Arlette Farge, Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1992, pp. 289-290.
55 Parmi les imprimés officiels, pour n’en citer que quelques uns: la Gaceta de México, la Gaceta de Literatutra, le Mercurio Volante, les Calendarios et Guías de Forasteros qui étaient imprimés chaque année, ainsi que toute la littérature religieuse, comme celle de colportage : neuvaines, catons et catéchismes. En ce qui concerne les textes qui circulaient de façon clandestine on remarque les livres en français ou des traductions de livres français provenant du mouvement de Lumières.
56 Nous partagions l’avis de Kapferter sur le fait qu’il ne faut pas concevoir nécessairement la rumeur comme présentant un faux caractère, mais nous ne sommes pas tout à fait d’accord avec le qualificatif de "non-officielle" qu’il lui donne. En effet, cela ne peut pas s’appliquer aux cas inquisitoriaux rédigeaient leurs décisions « officielles » à partir des dépositions qui ne correspondaient pas toujours au cours des faits réels. (Jean-Noël Kapferter, Rumeurs, le plus vieux média du monde, Paris, Seuil, 1987.)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcela Zúñiga Saldaña, « “Catéchismes jacobins” : une trajectoire inquisitoriale à Puebla de los Ángeles », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 09 mars 2007, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/3645 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.3645

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page