Navigation – Plan du site
Colloques | 2008
« Les Amériques possibles à la lumière des indépendances » – Maison de l'Amérique latine, février 2008
Juan Manuel Ruiz Jiménez et Carlos Pérez López

Les Amériques possibles à la lumière des indépendances

Présentation du colloque
[16/06/2008]

Entrées d’index

Géographique :

Amérique latine
Haut de page

Texte intégral

1A quoi renvoie une commémoration ? Cela peut être un chiffre rond, un tour, un cycle conclu qui amène l’ouverture d’un autre nouveau. Oui, dans un sens partiel. Mais cela est avant tout une occasion, celle de réaliser un compte rendu, une évaluation et par conséquent le moment critique dans lequel on se décide à continuer, à arrêter ou tout simplement à ouvrir une voie nouvelle à la lumière de ce qui se donne désormais comme expérience. Une commémoration se veut alors un lapse momentané de raison.

2Dans cette ligne, nous avons plusieurs façons d’affirmer ou de nier une voie empruntée. Le fait de se retrouver dans un point qui reflète un départ quelconque, rend possible la révision de ce parcours et aussi des chemins qui n’ont pas été pris en compte. C’est qu’une commémoration peut être le moment d’illuminer autant l’existant que l’inexistant, peut aussi signaler la gamme des possibilités qui se dessinent dans notre temps présent et nous invite à la réflexion sur des mondes qui n’ont pas été estimés. Elle peut également nous montrer les endroits dont on a rendu impossible la réalité et surtout peut nous donner des pistes sur ce qu’on ne veut pas comme avenir.

3Le Bicentenaire des indépendances américaines représente pour nous cette possibilité. Avoir eu le privilège d’ouvrir cette série des commémorations nous a donné au même temps la chance de rendre visible les directrices actuelles des Amériques possibles.

4Dans le titre Les Amériques possibles à la lumière des indépendances on a fait une élection parmi tant d’autres possibles. Nous avons choisi d’ouvrir ce colloque dans le sens du devenir des Amériques, dans celui de la mouvance de la possibilité. Nous avons songé aussi à plusieurs Amériques, les réelles et les possibles. Certes, parler d’une seule Amérique est pour le moins beaucoup plus problématique que parler, par exemple, d’une seule Europe. En tout cas, on ne peut que constater que les centres de pouvoir en occident ont tâché de s’approprier les noms continentaux pour nommer leur particularité (ne parle-t-on pas de l’Amérique pour se référer exclusivement aux Etats-Unis et, phénomène des deux dernières décennies, de l’Europe pour  le faire à propos de l’Union Européenne ?).   On a ainsi décidé de faire emphase sur la pluralité des réalités géographiques, signalant en même temps qu’elles sont corrélées à des réalités historiques, qui certes dialoguent, mais qui maintiennent aussi entre elles un conflit permanent, et qui par conséquent, refusent encore (peut-être le feront-elles toujours) de se solidifier en une entité monocorde. Plusieurs voix qui cherchent donc encore à se  définir, mais qui en même temps ne cessent de se redéfinir. Emancipation en plusieurs temps ou émancipation inachevée, à l’heure du bicentenaire les Amériques non seulement évoquent leurs indépendances mais demandent une réflexion sur cet événement qui n’a pas fini de dire son dernier mot. C’est donc à partir d’une reprise par la pensée que les dates à célébrer se doivent d’être passibles d’une critique rigoureuse. C’est dans cet esprit que l’équipe des Dialogues Philosophiques s’est proposée de considérer cet objet problématique que sont les indépendances américaines. Soucieux de considérer les Amériques à la lumière des indépendances, nous l’avons été aussi de considérer ces dernières à la lumière des recherches contemporaines, non seulement philosophiques mais aussi historiques, sociologiques et juridiques.    

5Nous avons voulu donc ouvrir un espace. Non pas un espace d’accord ou de consensus sur les thèmes qui doivent être discutés lorsqu’il est question de penser l’Amérique ou le Bicentenaire, mais un espace critique, même polémique, surtout un espace dans lequel se montre l’actualité et les directrices des pensées qui impliquent une Amérique, les Amériques que ces pensées rendent possible, et les Amériques qu’elles rendent impossible.

6Ce document se veut donc l’occasion de montrer un panorama peut-être restreint, mais au moins représentatif, des recherches académiques qui se rapportent à l’Amérique et à la question des indépendances.

7La stratégie choisie pour les axes thématiques de ce colloque ont pris en compte le risque de limiter le débat sur une question déterminée, alors que l’esprit de ce colloque cherchait plutôt à rendre compte d’un éventail des sujets qui à notre avis étaient en conformité avec notre double souci : la commémoration du bicentenaire et la question des indépendances américaines. Nous étions donc très conscients que le problème le plus immédiat et visible était l’aspect historique. Mais aussi que d’autres disciplines étaient concernées au préalable dans le traitement de ces sujets, telle des questions philosophiques, juridiques, sociologiques, méthodologiques. L’élection des thèmes devait ainsi laisser toujours ouverte la possibilité d’être abordés à partir des différentes points de vues réflexifs, afin de mettre en relief les perspectives diverses que nos intervenants considéraient importantes pour le développement de ces questions.

8Dans ce sens il était impossible pour nous de contourner le moment arbitraire de cette décision : définir la subdivision des thèmes du colloque. Cela n’a été que le fruit des notre propre discussion dans le sein du séminaire « Dialogues Philosophiques » sur ce que nous pensons par rapport à la question des indépendances.

9Cette question des indépendances invite à les penser dans sa dimension de processus. Chaque processus s’insère dans un temps et un espace. Nous avons voulu alors relever cette idée et dans ce sens nous savions que les discussions traditionnelles ont cherché à établir les dates et points de départs selon divers critères. Pour cela nous avons ajouté ce que à notre avis représente l’arrière-fond de ce processus, notamment le côté expérimental, les inventions et les essais manqués dans la configuration de l’espace territoriale appelé Amérique. C’est que la chute de la souveraineté espagnole a donné lumière à des projets politiques multiples dans les « Indes Occidentales », dont certains sont restés et d’autres n’ont eu qu’une courte durée. Ces projets se sont nourris des apports et modèles révolutionnaires venant outre l’Amérique (les lumières européennes étant une des sources significatives) et ont produit des véritables hybrides sociaux où souvent la violence a été à l’ordre du jour.

10Nous voudrions finalement faire une briefe énumération des thèmes que nos intervenants ont jugé pertinents pour penser la question des Amériques Possibles en fonction des axes que nous leurs avions proposés. Voici les thèmes qu’ont été traités :

  • Le questionnement de la méthode historiographique comme voie approprié pour la légitimation d’un idéal politique.

  • La question des archives comme élément crucial pour assurer la possibilité de la reconstitution de la mémoire.

  • Le problème du constitutionnalisme, notamment en ce qui concerne la commémoration de la première constitution américaine, les cas d’Haïti.

  • Les grandes figures des indépendances et de la formation de l’état-nation (Bolivar, Rosas, Sarmiento).

  • La question de la réélaboration esthétique des icônes de l’indépendance.

  • La question de l’origine du nom « Amérique ».

  • L’actualité des projets qui cherchent à traiter cette même question du Bicentenaire.

11Dans la présente publication nous vous proposons un échantillon des quelques interventions qui ont eu lieu dans ce colloque.

12Nous voudrions remercier pour la réalisation de ce travail à la Maison de l’Amérique Latine pour avoir mis à notre disposition son espace et ses moyens techniques. Nous voudrions remercier aux intervenants qui ont participé dans ce colloque et à Mme Frédérique Langue pour nous aider avec cette publication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan Manuel Ruiz Jiménez et Carlos Pérez López, « Les Amériques possibles à la lumière des indépendances », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 16 juin 2008, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/36823

Haut de page

Auteurs

Juan Manuel Ruiz Jiménez

Articles du même auteur

Carlos Pérez López

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page