Navigation – Plan du site
Colloques | 2008
« Les Amériques possibles à la lumière des indépendances » – Maison de l'Amérique latine, février 2008
Juan Manuel Ruiz Jiménez

Les nouvelles dépendances Américaines

[07/07/2008]

Résumés

Le projet de libération continentale qui dans l’esprit de Simon Bolivar était indissociable de l’unification des jeunes républiques sud-américaines nous permet de comprendre les tentatives contemporaines du sous-continent pour consolider son intégration régionale.   La crise diplomatique déclenchée suite à la mort du numéro 2 des FARC, Raul Reyes, a mis en évidence les obstacles majeurs de ce processus d’intégration : elle a révélé le rapport de forces qui oppose le souhait d’hégémonie des Etats-Unis avec la volonté d’émancipation des nations sud-américaines. Par ailleurs elle a aussi révélé les dépendances économiques et politiques régionales qui persistent et qui commencent à se dessiner : celle traditionnelle de la Colombie à l’égard des EU, celle toute nouvelle de l’Argentine, l’Equateur et le Nicaragua à l’égard du Venezuela. La menace de la guerre permanente apparaît comme une des causes de la mésentente entre les nations sud-américaines et, instrumentalisée, fait obstacle à un réel développement canalisant les ressources vers la course aux armements. Enfin, on peut toujours rencontrer, deux siècles après les indépendances, quelques chefs d’Etat ibéroaméricains qui continuent à se poser comme des figures messianiques devant conduire à vie et sans limites leur pays à une liberté toujours différée.  

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le colloque intitulé Les Amériques possibles à la lumière des indépendances, que nous avons organisé dans le cadre des Dialogues Philosophiques, s’est déroulé du 5 au 7 février 2008 à la Maison de l’Amérique Latine à Paris.

  • 1  Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia, guérrilla d’origine agraire fondée en 1964 par Manuel (...)

2Ce qui m’a mû à écrire ce texte a été d’une part la réflexion qu’ont suscitées en moi les communications du colloque, notamment par rapport aux questions de l’indépendance, la violence et la souveraineté ; d’autre part la crise régionale qui s’est déclenchée un mois plus tard entre la Colombie, l’Equateur et le Venezuela à partir de la mort de Raul Reyes, membre de l’état majeur des FARC1.  

3Le processus d’indépendance sud-américain s’est produit avec le souci profond de l’intégration des nouvelles Républiques, de façon particulière à travers la campagne d’unification menée par Simon Bolivar. L’échec de son projet d’unification n’a pas pour autant signifié la disparition de cet idéal en IbéroAmérique. D’autant plus que l’exemple de l’Union Européenne a démontré qu’une intégration profonde peut se développer à partir d’une entente entre pays fondée sur le commerce. L’Amérique du Sud contemporaine semble proposer deux modèles en concurrence : un qui recherche le progrès à travers le partenariat avec une grande puissance économique, comme les Etats-Unis ; l’autre, qui le fait à travers le développement de l’autonomie économique et politique du sous-continent.   

4Il me semble pertinent de donner une place dans ce contexte à l’examen des implications qui sont derrière cette crise récente. Effectivement elle porte beaucoup de lumières sur la configuration politique qui s’ouvre sous nos yeux dans cette partie du globe, et particulièrement dans les dynamiques actuelles d’intégration.

5Cependant, avant d’aborder pleinement le sujet, je veux remémorer quelques événements de l’époque de l’indépendance qui nous permettront de lire un peu plus pertinemment les relations entre ces trois pays du sous-continent américain, et de mieux comprendre la manière dont s’articule cet événement, qui a conduit à la crise diplomatique.

L’émancipation des trois pays andins et leur première recherche d’une unité

6Je considère nécessaire de nous remonter au 15 février 1919 pour comprendre le passé commun que partagent la Colombie, l’Equateur et le Venezuela. Cette année, en pleine guerre d’indépendance, des représentants des trois pays andins (Bolivar à la tête) se réunissent dans le célèbre Congrès d’Angostura, pour poser les bases de la constitution de la Grande Colombie : il s’agirait d’une vaste république structurée par les trois pays, destinés ainsi à devenir des départements, et dont la capitale serait Bogotá.  

7Le projet de constitution mis au point, c’est lors du Congrès de Cúcuta, qui s’est déroulé entre  le 30 août et le 3 octobre 1921, que prend effet l’unification des trois territoires. Dans le plan des relations internationales la réalité de cet immense pays aide indiscutablement au renforcement de la souveraineté des trois anciennes républiques. De par sa puissance il est plus à même d’être redouté par les nations européennes, et par là il constituerait dans le long terme une garantie de la liberté conquise.

8Mais à l’intérieur de cette Grande Colombie des tensions vives entre les pères de l’indépendance ne tardent pas à se faire voir. Le problème fondamental qui arrive à provoquer la volonté de sécession de Quito et du Venezuela, est l’excessive centralisation qui commence à s’instaurer à Bogotá et l’énorme pouvoir détenu par Bolivar.

9D’une part Quito et le Venezuela souhaitent avoir plus d’autonomie à l’intérieur de la Grande Colombie. En 1826 le vénézuelien José Antonio Páez et ses partisans consolident le mouvement sécessionniste La Cosiata, qui dénonce les faiblesses de l’administration centrale de Bogotá et la concentration excessive de pouvoir que detient la capitale. D’autre part, au sein de la Nouvelle Grenade (l’actuelle Colombie), les fédéralistes colombiens regroupés sous la bannière de Francisco de Paula Santander souhaitent une décentralisation au sein même de chaque département et une plus large liberté des provinces. Aussi considèrent-ils que l’idée de Bolivar de maintenir un puissant appareil militaire permanent non seulement menace la stabilité financière du pays, mais trahit les principes républicains au profit d’un gouvernement aux dérives militaristes.

  • 2  “Breve biografía de Simón Bolivar”, http://www.simon-bolivar.org/bolivar/breve_biog.html .

10Certes, bien que Bolivar ait critiqué le comportement de Napoléon 1er, considérant que ce dernier avait trahit les idéaux républicains au profit du pouvoir personnel et de l’autoritarisme impérial, il sera qualifié à son tour de despote par ses propres pairs.2

11Et pour cause. En effet, Bolivar va mettre en avant l’argument selon lequel les dangers internes et externes qui menaçaient l’organisation du pays ne permettraient pas, du moins dans ses débuts, de gérer la Grande Colombie avec les principes et institutions républicaines.

  • 3  La patria grande, “La ruina del poder bolivariano”, 3 avril 2005, http://www.simon-bolivar.org/bol (...)
  • 4  Carlos Beorlegui, Historia del pensamiento filosófico latinoamericano, Universidad de Deusto, 2004 (...)

12En 1828 il arrive à la conclusion que l’heure est venue d’augmenter non seulement le pouvoir central mais aussi ses propres pouvoirs. En Bolivie il élabore une seconde constitution selon laquelle le président (donc lui-même) a le droit de gouverner à vie, et dispose de la faculté de nommer son successeur3. Andrés Bello a affirmé que Bolivar était un des rares êtres humains à aimer véritablement la liberté, mais que les circonstances auraient fini par l’emporter sur ses idéaux initiaux. 4  

13Toujours est-il que sa propre autorité est remise en cause par ses principaux lieutenants : les partisans de Francisco de Paula Santander et ceux de José Antonio Páez s’opposent ouvertement à Bolivar, à tel point que très tôt la Grande Colombie montre d’énormes fragilités. Tout en se sachant impopulaire auprès de plusieurs des plus éminents généraux, Bolivar s’auto-proclame dictateur le 24 juin 1928. Ce pari, loin de garantir l’union des trois pays, va plutôt catalyser l’antibolivarianisme et les mouvements sécessionnistes. L’histoire nous montre que cette première tentative d’union sud-américaine n’a pu tenir la route qu’une dizaine d’années, de 1821 à 1831.

La crise diplomatique et les nouvelles tentatives d’unification

  • 5  Je me réfère à l’ALBA, initiative du Venezuela, et à l’Unasur, ratifiée à l’unanimité le 23 mai 20 (...)

14J’ai bien dit la première tentative. C’est sur ce point que je retourne à notre actualité, car deux siècles plus tard l’Amérique du Sud n’a toujours pas abandonné le projet de bâtir une union possible et viable. Au cours des dernières années nous assistons en effet à diverses structurations qui visent à repenser des modèles d’union 5 susceptibles de dépasser les communautés basées sur l’échange de marchandises et à faible composante politique, comme le sont la CAN et le Mercosur. En outre la région a été le scénario d’une réorientation à gauche de la plupart des pays, à l’exception de la Colombie et du Pérou. Réorientation qui s’est produite avec un recul notoire de l’influence états-unienne dans les politiques des nations sud-américaines.

15Or la mort de Reyes, qui a eu lieu le 1er mars 2008, a mis en évidence les tensions régionales entre les trois pays andins. La version officielle du gouvernement colombien est que le campement des FARC installé près du village de Santa Rosa de Sucumbíos, en territoire équatorien (à moins de 3 kilomètres de la frontière colombienne), a été d’abord l’objet d’un bombardement de la part de l’aviation depuis l’espace aérien de la Colombie, puis d’une attaque terrestre avec incursion dans le territoire équatorien. A l’issue de cette dernière, qui a provoqué la mort de 16 autres guérilleros et plusieurs blessés, le cadavre de Reyes a été récupéré puis ramené en territoire colombien. Le président Uribe a informé son homologue équatorien des événements seulement quelques heures après qu’ils s’étaient produits.

  • 6  Voir Rodrigo Villagra, “Crisis Diplomática en Sudamérica”, 8 mars 2008, http://www.iurisprudentia. (...)

16Cet épisode a suscité une crise inédite dans les Amériques : Quito a jugé inacceptable le bombardement quel que fut le prétexte soulignant la violation territoriale comme une atteinte à sa souveraineté équatorienne. Le président Chavez a appuyé inconditionnellement le président Correa, allant jusqu’à déplacer dix divisions militaires à la frontière colombo-vénézuelienne. En outre les deux présidents ont qualifié l’action perpétrée par les forces armées colombiennes comme un assassinat, et non comme une opération militaire6.

  • 7  Cette dernière, dont l’origine était l’ancien Grupo de Contadora est effectivement perçue par les (...)

17Les autres pays ont adopté des positions plus modérées et les parties ont accepté d’aborder le problème dans le cadre de l’OEA, et aussi au sein de la Conférence du Grupo de Río7, ce qui a été décisif.

18Dans le deux scénarios le président Uribe (qui le lendemain même de l’attaque en a assumé l’entière responsabilité) a brandi l’argument du manque de collaboration du gouvernement équatorien pour justifier l’incursion. Le gouvernement nord-américain a appuyé l’initiative du gouvernement colombien, allié inconditionnel des Etats-Unis. Ce qui était tout naturel lorsqu’on songe à la doctrine Bush, qui prône le droit de traquer le terrorisme où qu’il se trouve et de façon préventive, quand bien même la souveraineté d’un pays soit violée. L’affaire a été discutée et les trois présidents sont arrivés à une entente.

  • 8  International Criminal Police Organization.
  • 9  OIPC-Interpol, mai 2008, “Informe forense de interpol sobre los ordenadores y equipos informáticos (...)
  • 10  Ejército de Liberación Nacional, guérrilla d’inspiration castriste fondée en 1964.

19Cependant la question était encore loin d’être résolue. En effet, le gouvernement colombien ayant trouvé des ordinateurs personnels de Raul Reyes lors de l’incursion, a demandé à Interpol 8 de vérifier leur authenticité. L’analyse a eu lieu, et l’organisme international a déclaré que les ordinateurs appartenaient effectivement aux FARC. Quant aux informations contenues, l’Interpol a pu vérifier qu’elles n’avaient pas été manipulées, mais elle n’est pas en mesure d’établir leur pleine véracité9. De s’avérer, ces informations sont très compromettantes dans la mesure où elles se réfèrent à une collaboration, voire à une possible alliance, entre les gouvernements Equatorien et Vénézuélien avec les FARC : il est question de collaboration en matière logistique, soutien en armes et argent, et d’une éventuelle stratégie politico-militaire conjointe. Une suspicion de sympathie idéologique s’était déjà insinuée avant même la mort de Reyes, à partir de la déclaration de Chavez selon laquelle les FARC et L’ELN10 ne devaient pas être considérées comme des groupes terroristes mais comme des groupes belligérants.   

20De leur côté, les gouvernements de Quito et de Caracas n’ont accordé aucun crédit au rapport d’Interpol, avant même de connaître son verdict, et ont allégué la complicité de cet organisme avec le gouvernement Colombien et les intérêts de Washington.

21Mais au-delà de ces mutuelles accusations, la façon dont l’attaque s’est déroulée et les conséquences diplomatiques qui ont résulté mettent en évidence un nouvel ordre qui se consolide dans le sous-continent. Il faut à cet égard énumérer quelques uns des enjeux externes et internes qui transparaissent.

Les enjeux externes 

22Quito et Caracas ont allégué que la précision chirurgicale de l’attaque ne pouvait qu’être obtenue avec l’assistance technique états-unienne. Qu’est-ce à dire ? Cette affirmation révèle que, plus que voir dans l’opération militaire une violation de la part de la Colombie à la souveraineté territoriale équatorienne, les deux Pays considèrent l’attaque, ou veulent qu’il soit considéré, comme un autre épisode de l’interventionnisme musclé des états-unien dans la souveraineté des pays sud-américains.

23Cette accusation prend de l’ampleur quand on considère que le gouvernement équatorien du président Correa a décidé de mettre un terme en 2009 à l’accord signé par l’ex-président Jamil Mahuad en 1998, qui permet actuellement aux Etats-Unis de disposer d’une base militaire à Manta pour des opérations contre le trafic de drogues. Base militaire que le gouvernement colombien s’est montré bien prêt à accueillir en Colombie, ce qui a amené le président Chavez à déclarer qu’il remettrait en cause les traités limitrophes colombo-vénézuéliens au cas où la base militaire serait installée dans le département de la Guajira, près de la frontière.   

24De leur côté les Etats-Unis allèguent qu’une nouvelle fois il ne s’agit que d’une manifestation insensée de la paranoïa de Chavez, et que le souhait de ce dernier est de dévier l’attention publique des défaillances internes du pays et d’unifier l’opinion publique autour de lui contre un ennemi commun. A ce propos ils interprétent les résultats du référendum de Décembre 2007, dans lequel le président Chavez n’a pas pu faire approuver des nouvelles modifications pour mettre à point sa constitution socialiste, comme le déclin de sa popularité.

  • 11  Il suffit d’évoquer la participation active des EU dans la sécession de Panamá en 1903 afin de con (...)
  • 12  “El contrapeso al Tío Sam”, Revista Semana, 24 mai 2008, http://www.semana.com/wf_InfoArticulo.asp (...)

25Mais quand les EU évoquent cette crainte soi-disant infondée de Chavez, il faut bien admettre que l’histoire de l’interventionnisme états-unien dans les affaires sud-américaines leur enlève beaucoup de crédibilité. En effet, bien que le président vénézuélien se caractérise par ses déclarations à la limite de l’histrionique, ses inquiétudes ne sont pas sans fondements :  non seulement les EU ont à leur actif des interventions violentes et atteintes à la souveraineté des pays sud-américains depuis le 19ème siècle et s’étalant jusqu’à l’histoire la plus récente 11, mais encore ils ont des comportements qui peuvent paraître provocateur au gouvernement vénézuelien. A titre d’exemple, le mercredi 14 mai 2008 un avion de l’armée nord-américaine a violé l’espace aérien vénézuelien 12 ; en outre, le gouvernement des Etat-Unis a décidé de réactiver la 4ème flotte, censée exercer un fort contrôle près des eaux continentales américaines à partir de juillet 2008.

26Le risque d’ingérence des EU n’est par seulement un mirage de Chavez et ce n’est pas un hasard si le gouvernement brésilien a, de son côté, proposé la création d’une institution de défense commune dans le cadre de l’Unasur. Cette proposition a été accepté à l’unanimité, à l’exception de la Colombie dont le gouvernement a dit que le rôle sécuritaire peut bien être assumé par l’OEA, avec donc la participation des EU.

  • 13  Ce plan, mis en œuvre par le gouvernement Pastrana et conçu à Washington, enveloppe un apport de q (...)

27Or cette position de la Colombie ne met que trop en évidence son affinité avec les Etats-Unis, qui est renforcée par l’existence du plan Colombie13, indispensable pour la lutte contre les FARC et le narcotrafic. La Colombie montre donc sa pleine dépendance par rapport aux Etats-Unis, en acceptant même de s’isoler de la région en matière sécuritaire.

  • 14  L’achat par le Venezuela de plus de 40% de la dette argentine a été décisive pour permettre à ce P (...)

28L’épisode de Reyes a aussi mis en évidence des dépendances internes à l’Amérique du Sud et à l’Amérique centrale. Car si la Colombie danse sous l’impérialisme états-unien, plusieurs pays doivent des faveurs au gouvernement de Chavez : les pétrodollars obligent l’Argentine à se plier aux positions du Venezuela en matière internationale14, de la même façon qu’ils suscitent une politique étrangère de béni-oui-oui de l’Equateur et du Nicaragua à l’égard des toutes les initiatives du président Chavez.

Les enjeux internes

  • 15  C’est le nom technique utilisé en Colombie pour se référer à la complicité entre la classe politiq (...)

29Sur le plan national les effets les plus tragiques de cette crise diplomatique consistent dans le fait que les nationalismes se sont ravivés dans les trois pays, et que par conséquent les graves problèmes internes sont passés au deuxième plan. Uribe a gagné avec cet épisode, car le scandale de la parapolitique 15 commençait à affecter lourdement son image et celle de ses plus proches collaborateurs. Il ne faut pas oublier le récent scandale concernant l’illégitimité de la loi permettant la réélection présidentielle à partir du moment où la sénatrice Yidis a reconnu avoir vendu son vote (déterminant pour approuver la réélection en 2006) en échange de promesses de la part des organisateurs de la campagne présidentielle de Uribe.

30Chavez a gagné lui aussi, en faisant oublier l’échec du référendum de Décembre 2007, qui a montré que la population n’était pas prête à accepter une large part de ses mesures visant à modifier la constitution, dont les plus critiquées sont celles qui voulaient étendre le pouvoir présidentiel, permettant notamment la réélection indéfinie.

31Correa de même a bénéficié d’une remontée de sa popularité grâce à la défense de la souveraineté équatorienne qu’il a bien su mettre au premier plan.

32Néanmoins, il ne faut pas oublier que l’opposition aux gouvernements du Vénézuela et de l’Equateur peuvent aussi sortir renforcées, grâce aux révélations des ordinateurs du guérrillero qui discréditent Correa et Chavez aux yeux des électeurs.

  • 16  “Colombia comprará a Israel 24 aviones de combate”, El Pais, http://www.elpais.com.co/paisonline/n (...)

33Une autre conséquence néfaste a été l’acceptation par l’opinion publique des trois Pays d’une course aux armements. Il est déplorable que le Venezuela soit en train d’investir des sommes colossales en artillerie lourde lorsqu’une partie non négligeable de la population connaît une situation de terrible précarité. Quant à la Colombie, où traditionnellement le budget militaire absorbait déjà plus du 3% du PIB, le prétexte de la menace vénézuelienne est en train d’ouvrir les portes à une dépense sans précédents pour acquérir, entre autres, des avions de guerre auprès d’Israël16.

Conclusion

34Aujourd’hui, à part la Colombie qui n’est pas encore disposée à s’émanciper de la tutelle états-unienne et, dans une moindre mesure, le Perú, le sous-continent semble vouloir réécrire une histoire plus autonome, avec des positions plus ou moins radicales.

  • 17  Juan Bautista Alberdi,  “El crimen de la guerra”, http://www.hacer.org/pdf/Guerra.pdf .

35En France en 1870 la ligue Internationale et Permanente pour la Paix ouvre un concours autour de la réflexion sur les effets néfastes de la guerre. Juan Bautista Alberdi, qui résidait à l’époque à Paris, s’adonne à écrire un texte qu’il intitule El Crimen de la guerra.17 Dans le chapitre XI de cet ouvrage il fait une observation très pénétrante : l’idée de grandeur qui est restée dans les pays sud-américains est l’admiration débordée pour les hauts faits de guerre. L’image de l’héroïsme militaire est le legs que nous aurions hérité des guerres d’indépendance, ce qui expliquerait la fragilité de l’organisation républicaine et les dérives vers les dictatures. Certes pour Alberdi, les populations sud-américaines n’étaient pas encore prêtes pour les libertés d’une république. Cette pensée semble avoir hantée dans ses dernières années Bolivar lui-même qui, comme nous l’avons déjà dit, a décidé de s’autoproclamer dictateur vers la fin de sa vie.

36Il semblerait que les pays sud-américains soient encore tiraillés par le doute sur la maturité politique de leurs populations et que sans cesse ils replongent dans ce dilemme de leurs propres histoires.

37En tout cas les chefs de ces deux pays que sont la Colombie et le Venezuela et qui incarnent des positions radicales à droite et à gauche en Amérique du Sud, semblent tentés par la prolongation indéfinie et l’augmentation illimitée de leurs pouvoirs. Car bien qu’orientés vers deux extrémités idéologiques Uribe et Chavez ne cherchent-ils pas, l’un à droite, l’autre à gauche, à se perpétuer dans le pouvoir, tous les deux disposés à changer la constitution de leurs pays respectifs pour y parvenir ? Ne contribuent-ils pas tous les deux à solidifier l’idée selon laquelle le peuple doit choisir entre eux ou la catastrophe ? Il est vrai qu’ils n’agissent pas de la même manière : Chavez souligne ouvertement qu’il souhaite être réélu puisque telle est la volonté populaire ; quant à Uribe, il préfère déléguer la campagne présidentielle à son entourage sans s’engager lui-même. Bien entendu, il ne s’oppose pas à sa réélection ; mais il met en œuvre une stratégie plus froide et calculée en laissant entendre que ce n’est pas lui qui souhaite se pérenniser dans la présidence, mais que ce sont les colombiens qui le réclament malgré lui.

38Dans le cas du Venezuela il parait que Chavez a décidé de ressembler à Bolivar même dans ses côtés les plus négatifs. Est-il en train de céder, comme le Libertador, à la conviction que tous les moyens sont bons pour atteindre la liberté ? A-t-il cédé à la pensée qu’un régime d’oppression transitoire peut préparer une liberté future ? Il se serait alors laissé hanter par la pensée funeste, qui, semblerait-il, finit par corrompre toute révolution, qui considère que la fin justifie les moyens. N’est-ce pas là la tentation qui a amené les FARC à se financer d’une façon criminelle en renonçant par là à une grande partie de l’appui populaire ?

39Quant au cas de la Colombie, mon pays, on pourrait se demander si la population ne reste un peu trop aveugle, croyant voir dans la pacification militaire du pays la voie messianique pour échapper au fardeau de l’oppression sociale.

40Aveugle face au monopole du pouvoir qui de façon ininterrompue n’a fait que s’accentuer dans les mains d’une classe politique souvent corrompue et assise en toute légalité dans les commandes du pays.

41Cette population qui croit sortir finalement de la pauvreté parce qu’il y a une croissance de 7% du PIB annuel, ignorant que s’il y a effectivement plus de richesse produite dans le pays, sa distribution reste encore fortement inégalitaire.

42Cette population qui croit que les véritables maux du pays sont uniquement les guérillas et les paramilitaires. Qui croient naïvement que le régime des puissants disparaîtra avec l’extradition aux Etats-Unis des têtes trop visiblement criminelles.

43Le mirage de la démobilisation paramilitaire ne doit pas faire penser à la fin du régime des puissants. Le régime des puissants est plus accepté que jamais.

44Aujourd’hui les populations ibéroaméricaines sont finalement prêtes à assumer les droits et les devoirs des libertés républicaines ? On est peut-être arrivés au point où il ne soit plus nécessaire d’accepter des régimes autoritaires imposés ni au nom de leurs propres intérêts, ni au nom de ceux des puissances extérieures. Seulement des Etats avec des solides bases institutionnelles pourront garantir le développement de relations stables, indispensables à la construction d’une intégration sud-américaine.   

Haut de page

Notes

1  Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia, guérrilla d’origine agraire fondée en 1964 par Manuel Marulanda et Jacobo Arenas.

2  “Breve biografía de Simón Bolivar”, http://www.simon-bolivar.org/bolivar/breve_biog.html .

3  La patria grande, “La ruina del poder bolivariano”, 3 avril 2005, http://www.simon-bolivar.org/bolivar/index.html

4  Carlos Beorlegui, Historia del pensamiento filosófico latinoamericano, Universidad de Deusto, 2004, Bilbao, p. 205.

5  Je me réfère à l’ALBA, initiative du Venezuela, et à l’Unasur, ratifiée à l’unanimité le 23 mai 2008 à Brasilia par les 11 nations sudaméricaines.

6  Voir Rodrigo Villagra, “Crisis Diplomática en Sudamérica”, 8 mars 2008, http://www.iurisprudentia.cl/2008/03/08/crisis-diplomatica-en-sudamerica/

7  Cette dernière, dont l’origine était l’ancien Grupo de Contadora est effectivement perçue par les Pays membres comme une entité de concertation plus impartielle, car au sein de l’OEA les EU détiennent une influence prééminente.  

8  International Criminal Police Organization.

9  OIPC-Interpol, mai 2008, “Informe forense de interpol sobre los ordenadores y equipos informáticos de las farc decomisados por colombia”, http://www.interpol.int/Public/ICPO/PressReleases/PR2008/pdfPR200817/ipPublicReportNoCoverES.pdf .

10  Ejército de Liberación Nacional, guérrilla d’inspiration castriste fondée en 1964.

11  Il suffit d’évoquer la participation active des EU dans la sécession de Panamá en 1903 afin de contrôler le canal ; de songer à l’opération Just Cause du 20 Décembre 1989 au Panama, permettant la capture du président Noriega, ou la participation active de la CIA sous la présidence de Nixon pour contrer les politiques socialistes de Salvador Allende. Rappelons à cet égard le 11 septembre 1973, qui ouvre l’accès au régime Pinochet.

12  “El contrapeso al Tío Sam”, Revista Semana, 24 mai 2008, http://www.semana.com/wf_InfoArticulo.aspx?IdArt=112096

13  Ce plan, mis en œuvre par le gouvernement Pastrana et conçu à Washington, enveloppe un apport de quelques 500 millions de dollars annuels destinés dans une faible mesure au développement sociale et dans une large mesure à la lutte contre le trafic des drogues et contre les guérillas dites narcotisées.  

14  L’achat par le Venezuela de plus de 40% de la dette argentine a été décisive pour permettre à ce Pays de sortir de la crise de 2001 ; il faut ajouter le scandale de la valise avec 800 000 dollars qui aurait contribué à financer l’élection présidentielle de Cristina Fernández de Kirchner et qui a donné lieu a une enquête judiciaire encore en cours.

15  C’est le nom technique utilisé en Colombie pour se référer à la complicité entre la classe politique et les groupes paramilitaires.

16  “Colombia comprará a Israel 24 aviones de combate”, El Pais, http://www.elpais.com.co/paisonline/notas/Febrero052008/defensa.html .

17  Juan Bautista Alberdi,  “El crimen de la guerra”, http://www.hacer.org/pdf/Guerra.pdf .

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan Manuel Ruiz Jiménez, « Les nouvelles dépendances Américaines », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 07 juillet 2008, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/36963 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.36963

Haut de page

Auteur

Juan Manuel Ruiz Jiménez

Allocataire de recherche, moniteur à Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page