Navigation – Plan du site
Colloques | 2007
IVe Journée d'histoire des sensibilités EHESS 6 mars 2007/IVa Jornada de Estudios de Historia de las Sensibilidades – Coord. Frédérique Langue
Javier Pérez Siller

La construction de sensibilités: Problématique pour l’étude de la présence et l’influence française au Mexique

[13/03/2007]

Résumés

Depuis une dizaine d’années, un groupe de chercheurs est parti à la rencontre du sens de la présence française au Mexique. Dans leurs bagages, ils emportaient une problématique et une perspective, qui se sont avérées être de puissants outils pour la recherche et la compréhension du fait migratoire. Il s’agit du concept de sensibilité et de la perspective de la mondialisation. Mais, si cette dernière a gagné un droit de cité dans la république des historiens, la notion de sensibilité a posé beaucoup de problèmes de conception, de définition et d’utilisation. En faisant un bilan sur les pratiques historiennes du groupe, cet article présente les définitions données au concept de sensibilité, l’emploi que chaque chercheur en a fait dans son champ d’étude, et permet ainsi d’évaluer les possibilités qu’il offre pour rendre compte de la transition d’une société coloniale à une société nationale, voire moderne. Enfin, cet article propose quelques pistes de réflexion.

Haut de page

Texte intégral

La sensibilité d'âme,

dit très bien l'auteur des moeurs,

donne une sorte de sagacité sur les choses honnêtes, &

va plus loin que la pénétration de l'esprit seul.

Encyclopédie de Diderot et D’Alembert

Deux concepts mobilisateurs

1Au printemps de 1997 un groupe de chercheurs de l’Université Autonome de Puebla a décidé d’entreprendre l’étude du fait français dans l’histoire mexicaine. Dans leurs recherches individuelles sur le XIXe siècle, chaque chercheur avait constaté la présence des Français au Mexique, terre de conquête, mais cette présence était passée inaperçue, valorisée en tant qu’influence ou perçue comme un phénomène purement migratoire, voire démographique. L’ombre des guerres entre le Mexique et la France - « des gâteaux » et de l’Intervention – ne permettait pas de saisir l’originalité du problème1.

2En  effet, tout au long du XIXe siècle, les Français étaient mêlés aux commerçants, aux éducateurs, aux médecins, aux industriels, juristes, restaurateurs ; on les trouvait actifs parmi les politiciens, les journalistes, les scientifiques, littéraires, modistes, coiffeurs. Bref, on constatait qu’ils occupaient des positions privilégiées dans les cités et l’on remarquait également, que tout ce qui venait de France – marchandises, nourriture, idées, littérature, voire modèles sociaux - avait une bonne côte parmi les « gens éclairés » et les familles de la haute société. L’ampleur de cette présence se devait d’être étudiée.

3En débutant l’étude nous n’avons pas voulu nous arrêter à l’élaboration d’un simple inventaire de la présence française dans les régions du Mexique et selon les différentes époques, ni nous limiter à son impact sur des secteurs ou des aspects donnés de la société, nous n’avons pas voulu non plus nous contenter de reconstruire l’histoire commune entre le Mexique et la France – certainement nécessaire pour aller plus loin. Nous avons prétendu, au contraire, découvrir et pénétrer le sens de cette présence dans l’histoire et la culture mexicaines. Pour cela, il fallait penser la présence française d’un point de vue historique – déchiffrer son originalité - et construire une perspective commune : trouver des concepts unificateurs susceptibles de servir de ponts, de rendre cohérents les thèmes et d’aider à expliquer quel a été son rôle dans l’histoire. La perspective de la mondialisation et l’analyse des processus de création de sensibilités furent des outils qui nous ont permis de satisfaire à ces exigences théoriques et méthodologiques.

4Au départ, la perspective de la mondialisation était compréhensible, bien qu’à cette date, 1997 et au Mexique, comme d’ailleurs dans d’autres pays, elle n’avait pas encore été employée dans les analyses historiques. Il a fallu d’abord échapper à la re-présentation vulgaire de la « Globalisation », le simplisme de la « culture unique » et de « l’uniformisation » et aller à l’encontre de la mondialisation entendue comme un processus historique, séculaire et non linéaire. Selon Fernand Braudel, depuis le XVe siècle (« époque des grandes découvertes ») la mondialisation a suivi plusieurs étapes considérées comme des moments où se profilent les « économies-monde ». Il s’agit d’espaces ou d’aires géographiques où s’effectuent les échanges (dans la Méditerranée, l’Atlantique ou le Pacifique) ; des zones qui possèdent des pôles, voire des villes centres (Amsterdam aux XVe-XVIIe siècles, Londres entre le XVIIIe et le XXe siècles, et New York, puis, San Francisco) qui leur donnent de la cohérence et du sens.

5Les mondialisations successives étaient le résultat d’un long processus, non seulement économique, mais aussi politique et, surtout culturel, qui va du centre vers les périphéries, s’étend aux villes et villages et transforme les campagnes éloignées. Elles gagnent d’abord les élites urbaines qui, à travers la culture et leurs pratiques, s’imprègnent d’une sensibilité (manière de percevoir, de donner du sens aux relations en société et de les représenter) propice à l’adoption de certains modèles sociaux. Ces mêmes élites répandent cette culture cosmopolite, en renforçant au sein de la société, l’adoption, l’adaptation ou le rejet des influences qui viennent de l’extérieur.

6La présence française au Mexique s’inscrit dans cette tendance séculaire. Les immigrations au sens large (personnes, capitaux, objets, idées) se manifestent dans un contexte et à l’intérieur d’espaces géopolitiques déterminés. Depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’au début du XXe siècle, l’Angleterre fut le centre de l’économie-monde. Les succès qu’elle a connus lors de sa révolution industrielle et de sa conquête de la mer, lui ont donné la primauté en termes de mondialisation économique, ainsi que de contrôle des échanges. Cependant, au niveau culturel, entre le Siècle des Lumières et la Révolution de 1789, la France s’est transformée en phare des modèles politiques et sociaux de la modernité. Paris est devenue la « Ville Lumière » et la capitale mondiale de la culture, où tout le monde devait aller pour se cultiver et rencontrer la plus « haute civilisation ».

7Ce bain de francisation dans lequel se plongèrent les élites mexicaines et latino-américaines, pendant les XIXe et XXe siècles, leur permit de mieux s’intégrer aux processus de mondialisation. On en trouve l’explication dans les racines communes que les deux cultures, ibérique et française, partagent : toutes deux catholiques et latines. Mais rappelons aussi le rôle de paradigme qu’a joué l’expérience historique française pour les anciennes colonies ibériques. En fait, le climat politique occidental du XIXe siècle fut marqué par le conflit entre les sensibilités républicaines et monarchistes, de même que le XXe siècle le fut entre capitalistes et communistes. Les insurgés et les indépendantistes regardaient vers l’extérieur pour orienter leur volonté libertaire. Entre les modèles anglo-saxon –matérialiste, libéral, dynamique et efficace - et espagnol – fanatique, despotique et décadent - les élites préférèrent la francisation pour accompagner l’indépendance, pour se diriger vers le « progrès » et atteindre ainsi ce qu’on appela « la civilisation ». Plus tard, les libéraux adaptèrent la République et la sécularisation aux conditions du pays, tandis que les conservateurs défendaient la monarchie, la religion et ses privilèges : des oppositions qui ont trouvé inspiration dans les modèles français et qui ont dépassé la tragédie de l’Expédition française et l’Empire. Elles se cristallisèrent pendant le  Porfiriat, quand les élites considérèrent « el afrancesamiento » comme le modèle civilisateur qui embrasse tout : la littérature, la musique, la poésie, mais aussi le commerce, les usines modernes, les banques, les grands magasins, les modes et l’art de vivre.

8En toile de fond de la mondialisation, émerge un changement plus profond et souterrain, un processus de construction de sensibilités qui émane des échanges générés par l’arrivée de voyageurs, d’immigrants, de produits culturels (livres, revues, théâtre, opéra, musique, architecture, etc.), de marchandises ou de capitaux. Leur présence engendre d’autres mutations au sein de la société d’adoption : ce qui vient de l’extérieur connaît une période d’adaptation à la nouvelle réalité et provoque, en même temps, une réaction qui modifie de façon irrémédiable le milieu ; il se produit, alors, une altération profonde – altérité - qui va dans les deux sens.

9L’observation de ce phénomène a amené Justo Sierra à affirmer, à l’aube du XXe siècle, que « l’esprit de la culture française est l’enveloppe de l’âme que les pays latins ont adopté depuis deux siècles ». En fait, les élites mexicaines se sont emparées de la culture moderne à partir de sa version française car celle-ci a conservé des racines communes à l’esprit hispanique hérité de la colonie. Les idées des Lumières, les modèles juridiques et politiques – aussi bien monarchique que républicain - ainsi que les immigrants contribuèrent à la création d’une sensibilité politique et sociale. Les Français étaient admirés en tant que porteurs de la culture qui éclairait le nouveau monde.

10Quelque chose de similaire se produisit avec l’entrée du commerce et des immigrants français dans les années 1830 et 1840 (après l’expulsion des Espagnols, ils sont devenus, pendant un temps, le premier groupe étranger du pays), ce qui non seulement accéléra la concurrence avec les commerçants hispaniques et allemands, mais en plus créa un marché et encouragea un certain type de consommation (de biens alimentaires, de vêtements et de nouveautés), étendant ainsi un certain goût. Les affinités se confirmèrent après le conflit avec le Texas (1836) et le traumatisme de la guerre avec les États-Unis (1846-48) ; tant les républicains que les monarchistes voyaient la France comme la source de modèles à suivre. Pendant l’Expédition française et l’Empire, le contact se fit plus profond dans les grandes villes (architecture et beaux-arts), dans l’administration publique (sécurité et salubrité) et dans la vie quotidienne.

11Mais ce fut pendant le Porfiriat que les populations urbaines adoptèrent « el afrancesamiento » dans la culture de consommation et le confort : ils s’habillaient à la mode de Paris, suivaient ses us et coutumes, parlaient français (condition pour être qualifié de « cultivé »), ils lisaient ses principaux livres ; de littérature, d’art, de philosophie et de tout genre. Les maisons d’édition nourrissaient les salons et les clubs animés par des immigrants français, où se rendaient les classes moyenne et supérieure de la société urbaine. Une sensibilité s’était créée entre les populations des principales villes du pays qui fut affaiblie par le nationalisme et l’esthétisation de la Révolution – sensibilité qui marqua le XXème siècle mexicain - et qui, dans les années 1940, entrouvrit sa porte à la culture américaine.

Définitions et usages des concepts

12Si la perspective de la mondialisation avait été bien définie et bien comprise par les chercheurs, le concept de sensibilité, en revanche, a posé beaucoup de problèmes. Il fut l’objet de deux colloques pour travailler le concept et pour affiner quelques définitions et usages. Notre deuxième livre rend compte des trouvailles, mais aussi et surtout des difficultés. Plusieurs questions se sont posées : qu’est ce que la sensibilité ? Quels aspects sociaux étudier pour la comprendre ? Quelle est la meilleure échelle pour l’aborder ? Quelles méthodes utiliser pour l’analyser ? Quelle stratégie d’écriture pour rendre compte ?

13Dans la pratique, chaque chercheur a apporté une réponse singulière aux questions, et chacun a proposé des sens spécifiques en labourant son propre champ d’étude. Pour observer les usages et définitions des concepts, il faut d’abord examiner la distribution des champs d’étude dans les trois livres.

14Nous constatons l’élargissement des axes de recherche à divers champs sociaux, ainsi que la permanence de ceux dédiés aux pratiques médicales et aux pratiques artistiques (littérature, récits de voyage, danse, architecture, peinture, dessin, autres), ces dernières articulées sous le couvercle de « représentations ».  Or, dans le premier livre l’accent est mis sur les sources : trois chapitres, bien remplis, amorçent non seulement l’ouvrage, mais toute la recherche - voulu « scientifique » - qui répond sur l’historiographie, nationale et régionale ; une sorte d’état des savoirs sur nos champs, ainsi que sur une des sources importantes : les journaux français publiés au Mexique.

15Les second et troisième livres ont été marqués par l’évolution des réflexions sur les aspects historiques. En effet, pendant les colloques, qui ont alimenté les livres, nous avons abordé des problèmes tels que : « le sens de la présence française », « afrancesamiento et modernité » et « acteurs d’une sensibilité commune ».

16L’originalité de la démarche n’est pas dans l’élargissement du champ d’étude, elle réside dans l’emboîtement de la problématique – construction de sensibilités - et de la perspective – la mondialisation - avec des questions qui découlent de la présence française au Mexique. Par exemple : quel sens avait-elle eu dans divers champs sociaux, secteurs de la population et aires géographiques ? A-t-elle contribuée à la modernité ? Enfin, il s’agit d’utiliser une même échelle dans la recherche - l’histoire de vie des individus, des collectivités, des associations – pour mettre à l’épreuve notre problématique et notre perspective.

17Cette pratique collective a permis aux chercheurs de voir, d’observer et d’analyser avec les mêmes bagages et les mêmes inquiétudes ; elle a permis aussi d’attribuer du sens et du contresens au concept de sensibilité que nous voulions observer afin de mieux le comprendre. Cette démarche a également permis de mieux prendre en compte les pratiques historiennes en étant conscient de leurs contenus.

1. Sensibilité et francisation

18Le concept de sensibilité s’est transformé en un instrument qui unifie et mobilise ; un outil dont la finalité était d’unifier les regards des chercheurs venus d’horizons divers, travaillant sur divers champs sociaux, des périodes et des espaces assez variés. De par son large contenu, il est devenu un prisme pour comprendre et un mobilisateur pour orienter la recherche ; une manière de concevoir et de guider les enquêtes sur les sujets que chacun abordait, en sachant que pour analyser le passé, il est nécessaire d'adopter une position et de la rendre explicite.

19Comme notion, la sensibilité accepte de multiples définitions. Elle comprend une façon de voir, de sentir, d’interpréter, de signifier et de vivre la vie individuelle et collective ; une manière d'être qui nourrit et se nourrit d'un ensemble de représentations hiérarchisées et d’appréciations différenciées de soi-même, de l'autre et du monde ; dérive des pratiques sociales tissés par les individus et les groupes, en espaces, moyens et temps déterminés. Selon Alain Corbin, l'histoire du sensible cherche à révéler la manière selon laquelle les individus et les groupes se représentent eux-mêmes et les autres, et construisent une façon de percevoir le monde2.

20Mais, le défi n’est pas seulement de proposer une définition commune à l’outil conceptuel utilisé – attitude simpliste pour ceux qui ont besoin d’une planche pour flotter dans l’océan des doutes émergeant de la recherche du passé -, non, le défi se trouve dans l’utilisation de ce concept. Et surtout dans son efficacité à construire une problématique d’historien. Une problématique permettant de passer d’un objet d’étude – les Français au Mexique - à la construction d’un sujet historique. La problématique découle des modifications produites par la présence d'éléments étrangers dans la société mexicaine. Il s'agit de la construction de sensibilités que nous pouvons qualifier d'afrancesadas.

21Dans le monde hispanique, « el afrancesamiento » est une notion qui a changé de sens à travers l’histoire. Vers la fin du XVIIIe siècle, il fut un adjectif utilisé pour disqualifier, voire dénoncer, les sympathisants des lumières et, surtout, les adeptes de la Révolution française et de Napoléon Ier. La Couronne, l’Eglise et l'administration vice-royale ont combattu les afrancesados dans tout l'Empire, et avec tous les moyens culturels, juridiques et répressifs à leur disposition. Ils considéraient qu'ils étaient une menace pour la souveraineté royale, un foyer d'idées contraires à la monarchie et à la religion catholique. A cause de cette persistance, ils ont fini par légitimer et conforter leur importance. Beaucoup d’entre eux se sont révélé des insurgés, indépendantistes ou sympathisants de ces causes. Avec la désintégration de l'Empire - cycle des Indépendances -, le terme a changé de contenu : de péjoratif, on lui a attribué une connotation plutôt positive ; l’adjectif « afrancesado » fut alors utilisé pour désigner ceux qui se proclamaient héritiers des Lumières et des idées de modernité.

22Pendant le XIXe siècle, le concept s’est étendu à d'autres domaines de l'activité sociale, surtout au monde de la culture. Nous le retrouvons dans l'art, la mode, les bonnes manières, l'administration, l'éducation, les sciences, la politique et jusqu’aux aspirations individuelles pour devenir moderne. Son emploi a été conforté pendant le porfiriat. Il devint synonyme de culture, d’aisance sociale, d’aristocratie et, parfois, très souvent même, d’une certaine proximité avec les cercles du pouvoir. C'était la caractéristique des individus qui lisaient les mêmes ouvrages, qui s’informaient dans la presse périodique, qui assistaient à des réunions et veillées littéraires, qui écoutaient poésie et musique européennes, qui couraient au théâtre, admiraient la peinture, la photographie et les projections cinématographiques. Il désigna donc à un groupe cosmopolite qui avait des pratiques modernes, qui se voyait comme le représentant d’un idéal de civilisation et qui cherchait à faire rayonner sa sensibilité dans toute la société.

23« El afrancesamiento », concept hérité de l'histoire, s’est avéré un outil théorique pour définir le contenu des processus de construction de sensibilité. Ainsi, notre problématique s’est-elle enfin articulée. Tout au long de ces années, elle s'est transformée en une force d'interpellation, en une voie pour l’interprétation et un générateur de pistes pour la recherche.

2. La sensibilité, une méthode pour l’analyse ?

24 Il existe quelques chercheurs qui ont utilisé le concept de sensibilité autant comme outil méthodologique que comme méthode de lecture d’une réalité. Ainsi Jean Meyer suggère de faire :

une étude sémiotique, analyse de contenu, de vocabulaire au premier et second degré ; on pourrait aussi croiser cette étude avec les données biographiques de l'auteur, pour voir s'il y a une sensibilité particulière à l'infanterie, chevalerie, artillerie, marine…

25Federico Fernández Cristlieb utilise le concept pour orienter son regard : “Lectura de una geometría de la sensibilidad”.  Il propose de lire, dans les édifices, les rues et les monuments, un discours, un ordre ; le contenu du concept sensibilité peut ainsi avoir une géométrie…3

26Si les influences des modèles urbains, apportés par les architectes ou les urbanistes du XIXe siècle, peuvent être comprises avec l’aide du concept de sensibilité, celui-ci est aussi utilisé, dans le chapitre historiographique, comme méthode pour l’analyse de l’identité :

Dans cette perspective il existe une optique peu utilisée par les historiens, appliquée fréquemment dans des disciplines comme l'anthropologie, l'ethnologie, la philosophie, l’esthétique ou la philologie, qui met l'accent sur la manière dont ces influences, venues de l'autre, provoquent un processus d'altérité qui, imperceptiblement, aide à définir et à affirmer l'identité, les façons d'être, le caractère et la sensibilité des peuples. 4

3. Figures et lieux de la sensibilité

27Entre méthode et forme, la première sensibilité est l’individuel. Dès le début de nos recherches un chapitre sur l’historiographie avait donné des pistes : « quelques biographies sur les artistes montrent comment ces influences pénètrent la sensibilité individuelle »5. Cette voie fut développée dans le troisième livre, dédié aux histoires de vie. Plusieurs chapitres (voir les titres en annexe) s’attachent à montrer et, souvent, à démontrer les chemins empruntés par les influences, le temps qu’elles prennent pour être adoptées, adaptées et « appliquées » dans les pratiques.  Ainsi, Pierre Loti est imité, assimilé ou repris par José Juan Tablada, reporter de la « Revista Moderna ». Tandis que les idées modernisatrices françaises ont été incorporées par Olegario Molina pour l’aménagement de la ville de Mérida et de l’Etat de Yucatan. Ou encore, comme le propose Jean-Marie Lassus : la pertinence de la figure de Charlotte comme « protagoniste » de l’Histoire, susceptible de révéler les caractéristiques, les carences ou le rejet d’une sensibilité commune. Les individus sont-ils des sujets représentatifs d'une époque dont la biographie illustre l'ensemble d'un groupe, d'une classe, d'une sensibilité ? Ou est-ce notre regard qui les rend exemplaires ?

28Mais la sensibilité peut devenir une figure sociale. Les cas extrêmes se présentent lors de l’adoption des modèles politiques. Ainsi le chapitre historiographique souligne l’antinomie des sentiments qui ont habité les coeurs des républicains « juarístas » lors des combats contre les troupes éxpeditionnaires françaises et la distinction qu’ils faisaient entre les interventionnistes et le peuple français. Distinction que Victor Hugo a soulignée dans une lettre adressée à Benito Juárez :

Mexicains ! Vous avez raison de croire que je suis avec vous. Ce n'est pas la France qui vous fait la guerre : c'est l'Empire. Je suis certainement de votre côté. Nous sommes en guerre contre l'Empire, vous dans votre patrie, moi dans l'exil.

29Derrière le geste, il y a des idées et des valeurs qui nourrissent une sensibilité politique et qui animent, voire encouragent, la lutte armée de tout un peuple6. De même, il y a des idées et des modèles qui imprègnent les pratiques de groupe. Et c’est dans l’étude des pratiques que nous avons trouvées les sources de l’adoption et de la diffusion des sensibilités. Un exemple est l’analyse des politiques appliquées par les « Científicos », groupe d’élite qui, pendant vingt ans, orienta la politique du gouvernement de Porfirio Díaz afin de moderniser le pays. En s’appuyant sur les investissement français, ils ont voulu contrebalancer l’influence des compagnies nord-américaines.  Ainsi, ont-ils favorisé la consolidation d’un milieu francisé, support et propagateur d’une sensibilité7.

30Une telle sensibilité pourrait être qualifiée de « moderne », ou au moins génératrice de pratiques modernes. Or, les pratiques des acteurs économiques, en particulier celles de commerçants influencent directement les transformations de la culture urbaine. L'étude des Barcelonnettes à Puebla ou de la publicité des commerçants de la ville de Mexico, « Le Paris d’Amérique » qui « assimila non seulement les us et coutumes que ces nouveaux produits véhiculaient, mais également le mode de vie et les valeurs sociales qu'ils associèrent à la construction d'une image cosmopolite », le prouve. La question reste, comment nourrit-on les pratiques produisant des sensibilités ?  De que type de pratiques s’agit-il ? Certainement toutes sont culturelles, mais dans quels domaines devons-nous en explorer des réponses ?

31L’étude sur l’influence française dans les pratiques thérapeutiques conduit Paul Hersch à se poser la question de la réciprocité l’influence. Il montre bien comment les produits mexicains ont été incorporés à la pharmacopée française et comment les produits français figuraient dans les formulaires mexicains. Mais, ce qui frappe le plus est la cohérence des pratiques thérapeutiques avec la sensibilité « moderne », voire citoyenne. Si la médicine française fut hégémonique parmi les scientifiques mexicains ; pour la théorie, pour les pratiques et pour les produits, voire pour le système d’hôpitaux, pendant les années 1940, lorsqu’elle fut dépassée par l’influence nord-américaine, un véritable changement s’est opéré : « la fin d'une vision encore pertinente aujourd'hui : celle de l'individualisation et de la diversité dans la thérapeutique », opposé à la standardisation des malades et à la généralisation des maladies.

4. Sensibilité et modernité : les pratiques d’abord

32Le binôme « modernité/changement de sensibilité » est présent dans plusieurs chapitres des livres, surtout dans le second volume. Nous le voyons dans les investissements, dans le commerce, dans l'éducation, ou encore, dans la littérature, les beaux arts ou la médecine. Paul Hersch, encore, montre comment l'abandon de la consultation médicale à la maison au profit des visites hospitalières renferme cette union de concepts : « Il ne s'agit pas seulement de facteurs et d’éléments techniques, mais de sensibilités en transformation ».

33Cette transformation est analysée par Monserrat Gali dans « les petites choses » : qui portent à de nouvelles formes de sensibilité ou de sociabilité et qui touchent un vaste éventail de la population. La nouvelle sensibilité ne s’arrête pas aux modes, elle comprend des aspect plus vastes : un nouveau type de famille, un nouveau type de femme, une séparation marquée entre la vie publique et la vie privée, l'exaltation des valeurs individuelles et familiales… tout ceci ne sont que des signes évidents de la modernité. Où pouvons- nous les chercher ?

34« C’est dans le cadre des pratiques sociales et familiales que l’on peut le mieux mesurer le changement de sensibilité ». Mais, ces pratiques sont précédées, nécessairement, d'une sensibilité que les rend propices. Les pratiques, à leur tour, contribuent à diffuser, dans des secteurs chaque fois plus vastes, la sensibilité qui les soutient. Ainsi l’étude des pratiques devient-il le lieu privilégie de la construction des sensibilités.

Des pistes pour la réflexion :

35La pratique historienne condensée dans les trois livres offre des exemples pour mieux comprendre la portée du concept de sensibilité et, plus encore, pour encourager les recherches sur l’histoire du sensible. Toutefois, cette expérience autorise à proposer quelques pistes pour la réflexion.

1. Sur la construction de sensibilités

36La sensibilité afrancesada n'est pas quelque chose à priori : elle résulte d'héritages culturels, d’échanges et de pratiques sociales dans lesquelles interviennent tant l'élément français - immigrants, capitaux, marchandises, idées, modèles - que les acteurs des différents secteurs de la société de réception. Il s'agit d'impacts qui se succèdent au rythme de la mondialisation et qui contribuent à imprégner dans la culture - en adoptant, adaptant, transformant, structurant et projetant ce qui vient de l’extérieur – une manière d'être. Comment se construit cette sensibilité ? Quels éléments la composent ? Comment s’articulent-ils ? Comment changent-ils en fonction des différents milieux sociaux et des espaces géographiques ? Quelles structures économiques, sociales et mentales soutiennent et facilitent leur reproduction ?

2. Sur les lieu de création et diffusion de sensibilités

37Les processus de mondialisation avancent de la métropole des puissances mondiales aux grandes villes des pays périphériques, et de celles-ci aux villages, aux hameaux et à la campagne. Leur habitat est la cité ; le milieu où ils se propagent et se reproduisent est la culture urbaine. Un changement qui s'approche à la modernité. Au Mexique, comme dans d’autres pays d’Amérique latine, ces processus se développent au moment de la transition de la société coloniale vers une société Nationale. Quelle est la place de « El afrancesamiento » dans ce processus ? Dans quels milieux sociaux ? Avec quelle intensité ? Quelle pérennité ?

3. Sur les mécanismes de transmission et reproduction

38La sensibilité émerge du contact entre les éléments propres et étrangers ; elle change en fonction des espaces géographiques et des époques ; elle est nourrie de représentations et d’appréciations du monde, qui sont modifiées par les pratiques des acteurs sociaux. Selon Roger Chartier « il n’est pas de pratique ni de structure qui ne soit produite par les représentations, contradictoires et opposées, par lesquelles les individus et les groupes donnent sens au monde qui est le leur ». 8 Pour aborder la sensibilité nous essayons d'identifier des valeurs, principes et images qui nourrissent ces représentations, et nous cherchons à découvrir les mécanismes qui les transmettent et qui garantissent leur reproduction. Les recherches sur les cas des précepteurs français arrivés au Chihuahua pendant les années 1830 ainsi que sur les collèges fondés par des religieux français -les frères « Maristas », « Lasallistas » ou les « Sœurs de Saint Josèphe »… toutes encouragées par des élites mexicaines -, illustrent bien quelques mécanismes, ainsi que leur pérennité chez les élèves qui, à leur tour, sont devenus des hauts fonctionnaires créateurs des institutions éducatives ou des dirigeants sociaux.  Quels mécanismes existe-t-il pour produire, transmettre et reproduire les valeurs qui nourrissent les sensibilités ?

4. Sur les pratiques de validation

39Tout au long du XIXe siècle, la distinction entre membre des élites et intellectuel, était encore ambiguë : autant les professionnels que les politiciens et les artistes se considèrent faisant partie d'elles, ceux-ci ayant accès à l'information et aux savoirs de la culture ; à travers la lecture, la participation à des événements sociaux, ou par des voyages et des séjours de formation et d’étude en Europe. Dans le secteur scientifique les connaissances venues de la France étaient synonymes de modernité, en particulier celles en rapport avec l'hygiène et la médecine. Les polémiques entre les médecins illustrent les limites qui existent à l'intérieur d'une même sensibilité et révèlent diverses voies d'arrivée des modèles de modernité. Outre les intellectuels et le milieu scientifique, quels sont les moyens ou acteurs, voire les mécanismes, qui valident les fondements de la sensibilité ?

5. Sur les rapports entre la sensibilité et l’histoire culturelle

40À travers leurs pratiques les acteurs construisent, reproduisent et transforment la sensibilité. L'acteur est au centre de ces pratiques. Toutefois, la construction de l'individu comme sujet conscient de lui-même, comme acteur social potentiel, trouve sa réalisation dans le domaine de la culture. Elle est le milieu où émergent les sensibilités, où elles sont construites, se modifient, meurent ou survivent. Entreprendre l'étude de l'histoire de la sensibilité, c’est aussi se confronter aux difficultés que pose l'histoire culturelle. Mais, quelles relations existent-ils entre elles ?

Conclusion

41L'utilisation de la problématique de construction de sensibilités francisées aide à reconsidérer l'histoire mexicaine, en particulier celle de la formation du nouveau pays, à partir de la réception d'influences, du transfert de modèles et de la construction d'identités. En même temps, elle permet de remettre en question la transition d'une société traditionnelle vers une société moderne, avec de nouvelles bases qui échappent à la proverbiale représentation du passée guidé par la « construction linéaire de l'état nation ». Rappelons que « El afrancesamiento » fut la voie adoptée par les élites des pays hispaniques pour construire leurs patries ; les orienter vers la modernité et les élever à ce qu’elles considéraient comme « un stade supérieur de civilisation ». « El afrancesamiento » se révèle ainsi comme une notion à double sens : comme phénomène historique à étudier et comme concept théorique et procédure historiographique à prendre en considération pour l'analyse.

42La construction de sensibilités devient ainsi un observatoire, pour revaloriser les apports venus de dehors et de l'intérieur - la société mexicaine est le fruit d'influences multiethniques - et pour comprendre, en même temps, la signification de la présence étrangère dans l'histoire et la culture mexicaines. Mais, plus encore, la pratique historienne guidée par la problématique de la sensibilité est devenue, aussi, un apprentissage d’une sensibilité commune.  

43San Bartolo Ameyalco, le 2 avril 2007.

Haut de page

Annexe

 “México Francia: memoria de una sensibilidad común, siglos XIX-XX”

Haut de page

Notes

1 En 1997 l’étude sur la présence et l’influence française au Mexique était un champ de recherche relativement vierge. Comme le signale Patricia Arias : « à chaque saint lui arrive sa fête. Enfin, les Français se sont transformés en l'obsession primordiale d'un groupe de chercheurs qui essayent d'étudier les moments, comprendre les régions, rendre compte des domaines variés où ils ont encore laissé une trace à suivre, encore récupérable ». Voir : “Una mirada desde la historiografía regional”, en México Francia: memoria de una sensibilidad común, siglos XIX-XX, México, Vol. 1, p.87.
2 Voir les ouvrages d’Alain Corbin, en particulier, Alain Corbin. Historien du sensible, entretiens avec Gilles Heuré, Paris, La découverte, 2000.
3 Les lignes géométriques du quadrillage urbain peuvent être lues comme des messages associés à une sensibilité culturelle. Si nous nous efforçons de lire ces lignes dans les villes françaises et mexicaines du XVIIIe et du XIXe siècles, on peut trouver au moins quatre expressions géométriques qui se répètent : l'alignement, la régularité, l'uniformité et la dimension monumentale.
4 Au Mexique, la réflexion sur l'identité a été liée au « mélange de races » ou de « cultures », au métissage ; mais elle a été réduite aux « races » prépondérantes (indigène, Espagnol, africaine) et quelques fois aux influences culturelles d'autres immigrants qui sont aussi restés. Voir, par exemple, les recherches de Justo Sierra, Molina Henríquez, Vasconcelos o los más recientes de Bonfil Batalla.
5 O. Debroise, Diego de Montparnasse.
6 Nous ne nous référons pas seulement à une lutte pour établir un modèle de pouvoir, mais à un combat pour enraciner des pratiques modernes avec une même sensibilité qui considère les hommes égaux devant la loi et reconnaît dans le peuple l'origine de toute souveraineté.
7 Sous cette ombre ont fleuri les affaires d'immigrants français (dans le commerce, l'industrie et la banque), ont prospéré les institutions associatives (clubs, mutuelles, écoles, maisons d'édition, hôpitaux et jusqu'à des cimetières), contribuant ainsi à la diffusion de leur culture parmi la population urbaine. Tout cela a favorisé l'apprentissage de pratiques sociales (dans le travail, dans l'administration publique, dans l'école, dans le débat politique et dans la culture de consommation) guidées par des valeurs, principes et goûts modernes qui ont nourri une même sensibilité.
8 R. Chartier, “Le monde comme représentation”, in Au bord de la falaise, Paris, Albin Michel, 1998, pp. 72.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Javier Pérez Siller, « La construction de sensibilités: Problématique pour l’étude de la présence et l’influence française au Mexique », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 13 mars 2007, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/3772 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.3772

Haut de page

Auteur

Javier Pérez Siller

Université Autonome de Puebla

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page