Navigation – Plan du site
Armelle Enders

Laurent Vidal, De Nova Lisboa à Brasília. L'invention d'une capitale, XIXe-XXe siècle, Paris, IHEAL éditions, 2002, 344 pp.

[07/02/2005]

Entrées d’index

Géographique :

Brésil

Chronologique :

XXe siècle, XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1L'inauguration de Brasília, le 21 avril 1960, eut une forte répercussion internationale, un peu oubliée aujourd'hui, au point de susciter des imitations dans plusieurs pays qui venaient d'accéder à l'indépendance. Manifester l'indépendance du Brésil est en effet un des points communs que relève Laurent Vidal dans les propositions de transfert de la capitale à l'intérieur du pays, dans une ville fondée ad hoc. La récurrence de ce projet, à la fois géopolitique et politique, est saisissante : dans les années 1820, c'est José Bonifácio de Andrada e Silva, le « patriarche de l'Indépendance », qui en est porteur, puis c'est Varnhagen, le « père de l'histoire », sous le règne de dom Pedro II. La République inscrit le transfert du district fédéral dans la constitution de 1891. Mais si l'État brésilien ajourne sine die une telle opération, les utopies se succèdent, comme celle de« Brasília » proposée en 1930 par Teodoro Figueiredo de Almeida, ou la « Vera Cruz » qu'imaginent des militaires au milieu des années 1950. Un des apports du remarquable travail de Laurent Vidal est d'inscrire la Brasília de Juscelino Kubitschek dans la lignée des projets antérieurs, alors que le président « bossa nova » a plutôt mis en valeur le caractère de rupture et la nouveauté de son geste fondateur.

2C'est l'articulation utopique entre l'urbanisme, l'architecture et le politique, que fouille Laurent Vidal, en s'appuyant sur des sources considérables, de véritables trouvailles et une très impressionnante connaissance de la bibliographie concernant laville. Son intérêt le porte moins vers l'histoire urbaine proprement dite que vers l'histoire de l'art et des mythes que les fondations de ville propagent. Les deux derniers chapitres, les plus cohérents et les mieux documentés du livre, sont consacrés à Brasília, la capitale bâtie en un temps record en plein cerrado, sur un plan de Lúcio Costa et avec des réalisations d'Oscar Niemeyer.

3Laurent Vidal s'est attelé seul à une tâche qui aurait pu donner de l'ouvrage à plusieurs historiens. Il n'est donc ni étonnant ni indigne que, parfois, le lien entre l'histoire des idées de villes au Brésil et le contexte général soit lacunaire et posé artificiellement, surtout dans les premiers chapitres et que l'actualisation bibliographique laisse un peu à désirer. Il semble en effet que l'on ait renoncé depuis plusieurs années à opposer comme le faisait Sérgio Buarque de Holanda, le « carreleur »espagnol, qui fondait des réseaux de villes au plan stéréotypé, au « semeur » portugais, sans stratégie dans ce domaine (p.25). Les travaux actuels font au contraire valoir la répétition des formes, de Lisbonne à Goa, en passant par Salvador et Rio de Janeiro, et ébranlent sérieusement ce vieux cliché. Malgré ces remarques, on ne saurait trop saluer cette tentative originale d'histoire du politique et souligner le soin apporté à la recherche iconographique qui illustre le propos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Enders, « Laurent Vidal, De Nova Lisboa à Brasília. L'invention d'une capitale, XIXe-XXe siècle, Paris, IHEAL éditions, 2002, 344 pp. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 07 février 2005, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/382

Haut de page

Auteur

Armelle Enders

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page