Navigation – Plan du site
Colloques | 2007
La Louisiane à la dérive / Louisiana Adrift - EHESS 16 décembre 2005
Sara Le Menestrel

Introduction

[08/01/2008]

Notes de la rédaction

« La Louisiane à la dérive / Louisiana Adrift » CENA (EHESS/CNRS) le 16 décembre 2005

L'ampleur du désastre provoqué par les ouragans Katrina et Rita à La Nouvelle-Orléans et sur l'ensemble de la côte louisianaise ne résulte pas d'une catastrophe naturelle inéluctable. La question n’était pas de savoir si un tel désastre allait arriver ni quelles conséquences il aurait, mais à quel moment il se présenterait. Ses causes et son impact firent l’objet d’articles universitaires minutieux, de dossiers spéciaux approfondis dans les quotidiens locaux et de simulations alarmantes par le Centre de recherches sur les ouragans de la Louisiana State University. En dépit de ces avertissements et des solutions envisagées pour éviter un tel désastre, aucune initiative cohérente et durable ne fut entreprise pour l’éviter, ni par les acteurs institutionnels, ni par les pouvoirs publics.

Tandis que jusque dans les années 1970 les sciences sociales percevaient l’agent externe comme facteur de la crise, les études se concentrant sur la capacité de mobilisation de la population affectée, les chercheurs tant américains que français privilégient aujourd’hui l’analyse de la perception de l’événement sur l’événement lui-même. Ils soulignent un « principe de continuité » selon lequel les catastrophes ne se contentent pas de bouleverser l’organisation sociale mais viennent révéler une vulnérabilité latente et des clivages sociaux préexistants. La catastrophe apparaît ainsi davantage comme un facteur cathartique que déstabilisateur de l’ordre social. Ces analyses amènent à considérer la catastrophe en tant que production sociale et à étudier “the relationship between cultural interpretation and the material world of risk, threat, and impact of disasters”1. Cette approche théorique a des conséquences décisives sur la méthode d’investigation, puisqu’on s’attache désormais aux conditions de production des désastres.

C’est précisément ce contexte historique, social et politique et les éléments de continuité et de rupture que nous avons souhaité mettre en lumière afin de mieux comprendre la façon dont cette catastrophe a été gérée et interprétée, tant par la population que par les pouvoirs publics. La journée d’études « La Louisiane à la dérive / Louisiana Adrift » organisée avec le soutien du CENA (EHESS/CNRS) le 16 décembre 2005 constituait une première tentative de lecture de cette catastrophe, dès son lendemain. L’exercice était périlleux, moins de quatre mois après, et nous ne prétendions pas apporter des réponses, mais bien plutôt présenter des hypothèses, lancer des pistes de recherches élaborées avec des sources nécessairement limitées, incertaines, difficiles d’accès, et une situation qui évoluait de jour en jour. Nous avons néanmoins considéré que cette rencontre méritait d’être organisée à plusieurs titres. En réunissant cinq chercheurs de profils et de disciplines variées, il s’agissait d’offrir une diversité de regards : celle de chercheurs sans lien particulier à la Louisiane, celle de spécialistes y travaillant depuis de nombreuses années, enfin celles de résidents, partie prenante et directement touchés par la catastrophe. Cette combinaison de disciplines mais aussi de points de vue, à la fois surplombants, scientifiques et impliqués personnellement nous donnait l’occasion d’envisager et d’analyser la situation louisianaise dans toute sa complexité. Nous tenions également à rendre hommage par ce premier effort de réflexion collective à tous nos collègues et amis louisianais touchés par cette catastrophe, parmi lesquels Randy Sparks et Bruce Raeburn, tous deux alors privés de leur activité à Tulane University, incertain de leur avenir et accueillis par l’EHESS en tant que directeurs d’études invités.

Une attention particulière à été portée à la réponse des pouvoirs publics, depuis la période coloniale française avec Cécile Vidal, jusqu'au 20ème siècle avec Romain Huret (en ligne), qui met en lumière la logique dont procède l’intervention du gouvernement fédéral et la rationalité dont elle résulte. Nous avons également examiné certaines des images emblématiques de La Nouvelle Orléans, notamment taxée par ses détracteurs d'immoralité et de débauche. Randy Sparks (en ligne) a permis de mieux cerner les fondements de cette légende noire tout en nous éclairant sur ses prolongements de nos jours et les condamnations qu’elle alimente de la part de la droite chrétienne fondamentaliste. Bruce Raeburn s’est attaché quant à lui aux différentes stratégies que le désastre suscite parmi des acteurs sociaux indissociables de l’hédonisme associé à cette ville, les musiciens (à paraître à l’automne 2007, Journal of American History, numéro spécial).

Mon enquête de terrain pendant les mois d’octobre et novembre 2005, juste après la catastrophe, a tenté d’éclairer la façon dont la population gérait – à ce moment précis - le désastre auquel elle était confrontée à la suite des ouragans Katrina et Rita. Il s’agit du premier terrain d’un projet mené en collaboration avec le Département de sociologie et d'anthropologie de la University of Louisiana at Lafayette (ULL) intitulé « Return or Relocate: Analysis of the Decision Process by People Displaced by Hurricanes Katrina and Rita ». Depuis, d’autres enquêtes de terrain (21 semaines au total) ont été menées au printemps et à l’automne 2006. Ce projet a pour but d’analyser la façon dont les victimes donnent un sens à la catastrophe qui les a touchés et d’identifier les facteurs qui interviennent dans leur décision de revenir dans leur lieu de résidence d’origine. Un premier article en collaboration avec Jacques Henry paraitra prochainement dans une revue d’anthropologie américaine sur les facteurs qui déterminent la décision des musiciens de poursuivre ou pas leur carrière à La Nouvelle Orléans. Cette décision dépend de la combinaison et du poids relatif accordé à trois éléments : le maintien d’un réseau de sociabilité et d’entraide au sein du milieu musical, la dimension économique de la pratique musicale et l’attachement à La Nouvelle Orléans au travers du « sense of place ».

Programme de la journée du 16 décembre 2005 :

9h30 - Ouverture de la journée : François Weil (EHESS)

9h45 - Introduction : Sara Le Menestrel (CNRS) 

10h15 - Cécile Vidal (Université de Grenoble)

« Les autorités et les colons face aux catastrophes naturelles

(inondations et ouragans) en Basse-Louisiane sous le Régime français »

10h45 - Romain Huret (Université Lyon II)

« Katrina et l’échec du gouvernement fédéral. Un bilan »

11h15 - Randy Sparks (Tulane University, New Orleans)

« American Sodom:  New Orleans Faces Its Critics and an Uncertain Future »

11h45 - Discussion

14h30 - Bruce B. Raeburn (Tulane University, New Orleans)

« They're Trying to Wash Us Away: New Orleans Musician Responses to Disaster » (JAH, December 2007)

15h - Sara Le Menestrel (CNRS)

« Reconstruire sa communauté : témoignages et gestion de la catastrophe, de Katrina à Rita »

16h - Discussion

Notes

1 Oliver-Smith, Anthony. 2002. “Theorizing Disasters: Nature, Power, and Culture” in Susanna M. Hoffman & Anthony Oliver-Smith. Eds. Catastrophe and Culture: The Anthropology of Disaster, Santa Fe, NM: School of American Research Press: 29.
Haut de page