Navigation – Plan du site
Maud Chirio

Armelle Enders, Nouvelle Histoire du Brésil, Paris, Chandeigne, 2008, « Série Lusitane », 288 p.

[13/09/2008]

Texte intégral

1La Nouvelle Histoire du Brésil publiée en 2008 par Armelle Enders, résulte d’un pari audacieux : produire une synthèse courte et riche des apports historiographiques les plus récents sur l’histoire du géant lusophone d’Amérique Latine. Il s’agit d’une « nouvelle » histoire à double titre : elle renouvelle l’opus précédent de l’auteur, l’Histoire du Brésil contemporain, XIXe-XXe siècle (Bruxelles, Complexe, « Questions au XXe siècle », 1997) et en accroît considérablement l’amplitude chronologique, puisque c’est avec le peuplement du continent – et non comme il est coutume avec l’abordage de ses côtes par des navigateurs portugais, en 1500 – que s’ouvre l’ouvrage. Mais celui-ci se veut surtout l’héritier de l’Histoire du Brésil de Frédéric Mauro, « Que sais-je ? » dense et fondateur dont la première édition remonte à 1973.

2Depuis les origines du peuplement du futur territoire brésilien, en 12000 av. J-C, Armelle Enders déroule le fil de son récit en trois grandes parties :  le « Brésil avant le Brésil », qui recouvre la préhistoire, l’époque coloniale et le cheminement vers « l’indépendance singulière » de 1822 ; le long dix-neuvième siècle de construction nationale, des années 1820 aux années 1930 ; et la période postérieure à la « Révolution de 1930 », que l’auteur clôt par un long chapitre sur la « Nouvelle République » née en 1985. Cette structure chronologique claire et classique donne à l’ouvrage les qualités d’une excellente initiation historique, sans les travers et lourdeurs d’un manuel. Dans une langue fluide et imagée, Armelle Enders promène le lecteur dans son récit, fait varier l’échelle d’étude, ouvre dans la description des grandes évolutions politiques et sociales des brèches faites de parenthèses biographiques, d’illustrations littéraires, de petits tableaux de micro-histoire. La lecture aisée, permise par une gestion parcimonieuse des notes de bas de page, n’empêche pas l’auteur de donner au lecteur les outils conceptuels et linguistiques nécessaires à sa plongée dans l’histoire brésilienne. Notre lexique se construit au fil des pages, permettant de comprendre en portugais l’espace et l’organisation de la société, la stratification sociale et raciale, ou les identifications propres au paysage politique brésilien. L’abondance de cartes thématiques achève de parfaire un instrument pédagogique de grande qualité.

3Pourtant, la Nouvelle Histoire du Brésil cache derrière un texte accessible au grand public un travail plus complexe. Derrière les lignes, Armelle Enders entreprend de déconstruire méthodiquement nombre des « mythes nationaux » qui émaillent l’histoire du pays, au premier rang desquels celui du « Brésil métis », nation née de la fusion harmonieuse des « trois races » noire, blanche et indigène. Sur ce point, l’avant-propos de l’ouvrage donne le ton et nous met la puce à l’oreille quant aux oppressions sociales et politiques que cette représentation a encouragées au fil des siècles. Depuis le long oubli de l’esclavage et de la traite, associé à une image relativement positive de la colonisation portugaise, jusqu’à la lourde dimension raciale des inégalités sociales actuelles, longtemps occultée, l’auteur éclaire chacune des périodes historiques à la lumière de ce questionnement.

4Si la contestation du « peuple métis » est la plus clairement assumée en avant-propos et quatrième de couverture, l’auteur détricotte bien d’autres consensus et mythes historiques, tout particulièrement dans la partie centrale de l’ouvrage (1820-1930). Mythes associés à l’indépendance brésilienne, d’abord. Dans la lignée des renouvellements de l’histoire politique sur les « révolutions d’indépendance » latino-américaines, initiée des deux côtés de l’Atlantique par François-Xavier Guerra et Antonio Annino, Armelle Enders montre bien combien l’indépendance proclamée en 1822 fut tout sauf l’acte d’un « patriotisme » brésilien. En effet, c’est d’un Portugal frustré par sa marginalisation au sein de l’Empire, après que la cour royale a déménagé à Rio de Janeiro sous la pression napoléonienne, que part le processus qui aboutira à l’indépendance brésilienne. « Si l’indépendance du Brésil naît d’un sentiment national exacerbé, c’est paradoxalement au Portugal et non en Amérique qu’il faut chercher celui-ci »  (p.107). La mise à bas du totem patriotique traverse l’interprétation faite par l’auteur des événements de 1822, mais aussi, en-deça, des révoltes et soubresauts révolutionnaires de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle ; et au-delà, de la construction d’une mémoire et d’une histoire officielles brésiliennes.

5L’air de rien, Armelle Enders écorne ensuite certaines figures du « panthéon national ». Elle montre par exemple que le colonel Luís Alves de Lima e Silva (ou Duc de Caxias), qui mate nombre de révoltes fédéralistes au long du XIXe siècle et devient en 1962 le patron de l’armée brésilienne, fut loin d’être l’homme du consensus et de la pacification célébrée par les militaires depuis lors. Si l’auteur s’attarde moins sur la proclamation de la République, en 1889, que sur celle de l’indépendance, elle en souligne également le caractère presque fortuit, après que « la monarchie brésilienne fut tombée comme un arbre sec » (p.159). Enfin, Armelle Enders balaie une autre image d’Epinal : la politique de la Première République (1889-1930) réduite à celle « du café au lait », c’est-à-dire dominée par deux grands Etats, de São Paulo et du Minas Gerais, respectivement producteurs de ces deux denrées – représentation « qui ne rend pas justice à quarante ans d’histoire républicaine et de construction nationale » (p.160).

6Ces quelques exemples ne rendent pas compte de la continuité du propos, mais mettent en lumière un de ses traits les plus intéressants : Armelle Enders écrit une « nouvelle » histoire du Brésil, prend des partis historiographiques, met à bas des images instituées, le tout « l’air de rien », c’est-à-dire sans se référer constamment à la production académique sur ces sujets. Le lecteur averti a alors le loisir de repérer les débats historiographiques derrière les thèses défendues par l’auteur, lancé dans un jeu de piste qui donne du charme à l’ouvrage. Ce choix d’écriture est évidemment contraint par le format du livre et le (grand) public visé, qui excluaient de noyer l’histoire sous la référence ; il permet par ailleurs d’imposer ces interprétations novatrices. Autant de préoccupations légitimes, qui dessinent néanmoins un objet particulier : produit d’un vif intérêt de l’auteur pour l’historiographie, lequel oriente sa manière de penser l’histoire, il laisse le lecteur libre de trouver lui-même les clés des débats. En cela, la Nouvelle Histoire du Brésil propose et assume une certaine forme de synthèse historique, très au fait des renouvellements historiographiques et pourtant très accessible, qui perturbe autant qu’elle stimule l’habitué de la note de bas de page dans un ouvrage de ce niveau.

7Ce qui transparaît derrière la Nouvelle Histoire du Brésil n’est pas seulement une volonté de novation historiographique : les images réifiées qu’Armelle Enders conteste et déconstruit sont aussi des éléments des rapports de force politiques du Brésil actuel. L’inclusion de la préhistoire – donc de la « pré-histoire européenne » – dans le récit, l’insertion du Brésil dans des logiques mondiales en dehors de « la relation de dépendance vis-à-vis de l’Europe » sont, autant que les « mythes nationaux » défaits, des manifestations d’une écriture de l’histoire consciente de son poids politique : « En ce début du XXIe siècle, l’avènement de la mondialisation invite à interroger différemment le passé, à bousculer plus que jamais les récits nationaux, à insérer les phénomènes dans leur dimension planétaire, à tirer de l’oubli les peuples vaincus, à redonner aux esclaves et à l’ensemble des dominés la dignité d’acteurs de l’histoire qui fut la leur » (p.8).

8La troisième et ultime partie de l’ouvrage (après 1930) est ainsi traversée par le projet de donner au lecteur des outils de compréhension politique du Brésil contemporain. L’attention toute particulière accordée à la personne de Getúlio Vargas, son exercice du pouvoir, les gouvernements qui ont revendiqué son héritage, témoigne autant de l’intérêt de l’auteur que de son intention implicite de donner à la gauche brésilienne des instruments plus justes pour penser son propre passé – sans le recours à la notion de « populisme », « invective érigée en concept » devenu un écran à la compréhension du « gétulisme et du travaillisme au Brésil ». (p. 12).

9Au cours du dernier demi-siècle, l’histoire brésilienne intéresse d’autant plus l’auteur qu’elle bouge encore, alimente la « vague mémorielle » (p. 257) et les enjeux politiques contemporains. Lors du long dernier chapitre (consacré à l’après 1985), en conservant la rigueur historique qui caractérise l’ouvrage, Armelle Enders semble vouloir partager avec son lecteur sa propre « boîte à outils » politique pour comprendre le Brésil actuel. Tout en retraçant les trajectoires des acteurs, elle s’attache à leur image dans l’opinion, au poids des événements dans la mémoire encore fraîche, et s’attaque aux thèmes structurants du débat public – assez exotiques dans la culture politique française : entre autres la corruption du pouvoir, l’insécurité urbaine, la construction d’une « identité noire ». Concluant sa Nouvelle Histoire du Brésil par ce parfum optimiste de début de siècle où, après son long passé de pays du futur, « l’heure du Brésil aurait enfin sonné ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Chirio, « Armelle Enders, Nouvelle Histoire du Brésil, Paris, Chandeigne, 2008, « Série Lusitane », 288 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 13 septembre 2008, consulté le 21 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/41383

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page