Navigation – Plan du site
Colloques | 2008
L’histoire atlantique de part et d’autre de l’Atlantique – Journée d'études organisée par Cécile Vidal le 24 mars 2006 à l’EHESS, Paris
Bertrand Van Ruymbeke

L’histoire Atlantique aux États-Unis : la périphérie au centre

[19/09/2008]

Résumés

Avec cette contribution, notre intention est d’établir la généalogie de l’histoire atlantique aux États-Unis et de décrire son anatomie. Après avoir défini cette approche historiographique et, sans pour autant oublier ses rares détracteurs, avoir souligné son opportunité, nous mentionnons les principales publications qui ont jalonné son développement aux États-Unis et les numéros spéciaux de revue qui ont identifié sa nature et délimité son champ d’application. Nous évoquons également les fondations et les objectifs des deux centres d’histoire atlantique les plus actifs aux États-Unis, celui d’Harvard, au Massachusetts, et celui de Charleston, en Caroline du Sud, et le rôle de leurs inspirateurs, respectivement Bernard Bailyn et Jack P. Greene. Enfin, nous expliquons comment cette approche a renouvelé et désenclavé l’historiographie des Treize colonies.

Haut de page

Texte intégral

1Avec cette contribution, notre intention est, selon les termes de David Armitage, à la fois d’établir la généalogie de l’histoire atlantique aux États-Unis et de décrire son anatomie. Il ne s’agit pas d’en faire l’autopsie car elle est bien vivante, mais de la présenter telle qu’elle est pratiquée outre-Atlantique. Après avoir brièvement défini cette approche historiographique et, sans pour autant oublier ses rares détracteurs, avoir souligné son opportunité, nous mentionnerons les principales publications qui ont jalonné son développement aux États-Unis et les numéros spéciaux de revue qui ont identifié sa nature et délimité son champ d’application. Nous évoquerons également les deux centres d’histoire atlantique les plus actifs aux États-Unis, celui d’Harvard, au Massachusetts, et celui de Charleston, en Caroline du Sud, et leurs inspirateurs, respectivement Bernard Bailyn et Jack P. Greene. Enfin, nous expliquerons brièvement comment cette approche a renouvelé l’historiographie des colonies britanniques d’Amérique du Nord.    

Généalogie et anatomie de l’histoire atlantique

  • 1  New York University, Michigan State University, Florida International University et University of (...)
  • 2 David Armitage, « Three Concepts of Atlantic History », in David Armitage et Michael J. Braddick, d (...)
  • 3  Sur l’histoire sociale des Treize colonies des années 1960 à nos jours, voir Bertrand Van Ruymbeke (...)
  • 4 Jack P. Greene, « Beyond Power : Paradigm Subversion and Reformulation and the Re-Creation of the E (...)

2La « nouvelle » histoire atlantique aux États-Unis est timidement apparue dans les années 1970, a pris son essor dans la décennie suivante et s’est imposée à – presque – tous dans les années 1990 avec la création de centres de recherche spécialisés, de programmes d’études et même de diplômes en histoire atlantique, la tenue de colloques, la publication de forums aux États-Unis et en Europe, de manuels et de nombreux ouvrages avec le mot « Atlantic » dans le titre, sans oublier la création d’une liste de discussion internet « H-Atlantic »1. Ainsi, en 2002, après dix ans de règne de l’Atlantic History, David Armitage s’exclamait-il, en parodiant Richard Nixon au début d’un essai intitulé « Three Concepts of Atlantic History » : « We are all Atlanticists now »2. Un essor qui est parallèle et lié à celui de l’histoire sociale made in France au sein des universités américaines3. Comme l’explique Jack Greene, à l’origine de la nouvelle histoire atlantique aux États-Unis nous trouvons en effet le développement des sciences sociales dans l’après-guerre, notamment la sociologie et l’anthropologie, au sein desquelles l’histoire puise des méthodes et des concepts, l’influence de l’école des Annales et du Cambridge Group for the History of Population and Social Structure qui amena les historiens à se désintéresser de l’histoire politique et constitutionnelle et, enfin, l’explosion des travaux sur la traite des Noirs et l’esclavage, et, dans une moindre mesure, sur les Amérindiens, ainsi que l’émergence d’un nouvel intérêt pour les sociétés et cultures en dehors du monde occidental, une sorte de mondialisation des sujets d’étude, dans le contexte du mouvement des droits civiques et de la décolonisation4.  

  • 5  Voir à ce sujet la généalogie de l’histoire atlantique telle qu’elle est présentée par Bernard Bai (...)
  • 6  Une telle histoire est encore possible, bien sûr, mais il s’agit d’un exercice différent. Voir, pa (...)
  • 7  Alan L. Karras, « The Atlantic World as a Unit of Study », in Alan L. Karras et J. R. McNeil, dir. (...)
  • 8  Notons que l’historiographie américaine, découpant les Amériques en deux continents, parle d’une a (...)
  • 9  Ralph Davis, The Rise of Atlantic Economies, Ithaca, Cornell University Press, 1973 ; Peggy Liss, (...)

3« Nouvelle » histoire atlantique car il ne s’agit désormais plus uniquement d’écrire, contrairement à ce que faisait la première histoire atlantique développée à partir des années 1940 et 1950 par des historiens comme Jacques Godechot et Pierre Chaunu5, l’histoire de l’océan atlantique6, d’analyser un trafic commercial entre une métropole et ses colonies, d’étudier les influences intellectuelles, politiques et culturelles entre l’Europe et les colonies ou de comparer les Révolutions française et américaine, mais d’intégrer les migrations, les échanges économiques, les réseaux mercantiles, épistolaires et religieux dans un même cadre d’analyse. L’histoire atlantique ne se résume plus à l’étude d’un espace, d’un empire maritime et colonial, ou de liens bilatéraux entre deux pays de part et d’autre de l’océan ; elle constitue plutôt une approche conceptuelle, une grille de lecture : selon les termes d’Alan Karras, les atlanticistes considèrent ainsi que le monde atlantique constitue « a unit of analysis » qui permet d’appréhender la colonisation des Amériques d’une manière comparatiste, intégrée et transnationale dans une tentative d’histoire totale ou global history7. L’objet des monographies ou ouvrages collectifs en histoire atlantique n’est plus les économies et les empires coloniaux, mais les hommes, les pratiques culturelles ou religieuses et les institutions. En outre, la « nouvelle » histoire atlantique ne se limite plus au monde euro-américain, mais a intégré avec succès l’Afrique, les Africains et les populations amérindiennes : l’étude de l’expansion européenne a été remplacée par celle des interactions entre les trois ou quatre continents riverains de l’océan Atlantique8. L’histoire atlantique a ainsi pour objet un espace, the Atlantic world, qui comprend un océan et des sociétés littorales et peut même s’étendre au-delà de ces dernières, incluant, par exemple, le Pérou, situé pourtant sur la côte pacifique. Dans les années 1970 et 1980, le terme « atlantique » était joint aux mots « économie » ou « empire », comme, par exemple, l’ouvrage de Ralph Davis The Rise of Atlantic Economies ou celui de Peggy Liss, Atlantic Empires. The Network of Trade and Revolution, 1713-1826, mais dix/vingt ans plus tard, il est associé au mot world. Atlantic world est incontestablement le couple lexical des années 19909. Dans cette combinaison, le terme Atlantic a remplacé New en élargissant formidablement la perspective : l’Atlantic history constitue, une génération plus tard, une reconfiguration innovante de la new social history.

  • 10  L’expression vient du texte canonique Of Plymouth Plantation de William Bradford, gouverneur de la (...)
  • 11 David Armitage, « Three Concepts of Atlantic History »,  pp. 11-15.
  • 12 Alison Games, « Definitions and Historiography : What is Atlantic History ? »,Organization of Ameri (...)

4Ce type d’histoire atlantique est justifié par le rôle joué par son océan éponyme (qui est d’ailleurs une création européenne à l’inverse de l’océan Indien) comme vecteur d’échanges entre les sociétés qui le bordent. Le terme utilisé dans l’historiographie états-unienne est celui de conduit, mais avant 1492 cette masse océanique, ce vast and furious ocean comme l’appelaient les puritains, était un obstacle qui faisait de l’Amérique un continent enclavé10. Cependant, comme le souligne David Armitage, qui propose d’ailleurs une typologie en définissant trois catégories d’histoire atlantique, dans toutes ses dimensions celle-ci ne se limite pas à l’étude d’un espace. Lorsque c’est le cas, elle correspond à ce que David Armitage appelle la « Circum-Atlantic history », c’est-à-dire l’étude de l’Atlantique comme zone d’échanges, mais il existe également, d’après cet auteur, la « Trans-Atlantic history » qui englobe l’étude comparative de ou des sociétés qui bordent le bassin atlantique et la « Cis-Atlantic history » qui s’attache à l’étude d’une ville ou d’une région et de ses relations avec le reste du monde atlantique11. Voici d’excellentes définitions qui ont le mérite de clarifier une historiographie encore récente, à condition de ne pas les percevoir comme mutuellement exclusives. En effet, quand on travaille sur une migration, par exemple, on fait du circum, du trans et du cis. Enfin, l’histoire atlantique, par nature, propose une approche éminemment comparatiste – nous dirions même que c’est une histoire qui impose la comparaison – et qui, comme le souligne Alison Games, requiert le rejet des histoires nationales12. Idéalement, il s’agit d’une histoire sans frontières, a history without borders. Il est donc extrêmement paradoxal que les premiers travaux aient surtout adopté une perspective nationale et impériale et pris la forme d’histoire distincte des Atlantiques ibérique, français et surtout britannique.

Histoire atlantique ou world history ?

  • 13  Peter A. Coclanis, The Shadow of a Dream. Economic Life and Death in the South Carolina Low Countr (...)
  • 14  Peter A. Coclanis, « Drang nach osten. Bernard Bailyn, the World-Island and the Idea of Atlantic H (...)
  • 15  Bernard Bailyn, New England Merchants in the Seventeenth Century, New York, Harper & Row, 1955 ; T (...)
  • 16  Une bonne illustration de ce phénomène se trouve dans les travaux de Peter N. Moogk. Peter N. Moog (...)

5Comme toute approche historiographique, l’histoire atlantique a cependant ses adeptes –  de plus en plus nombreux – mais également ses critiques, pour ne pas dire sceptiques, même si ces derniers sont rares. Parmi eux, notons Peter Coclanis, connu aux États-Unis pour sa remarquable histoire économique de la Caroline du Sud13. Dans un article intitulé « Drang nach osten. Bernard Bailyn, the World-Island and the Idea of Atlantic History » et publié en 2002 dans la World History, une revue dont le siège se trouve à Hawaï, en plein Pacifique, et qui combat tout eurocentrisme, Coclanis fait figure de dernier des Mohicans ou de Don Quichotte pour utiliser des références de part et d’autre de l’Atlantique, en présentant aux adeptes de l’histoire atlantique une critique stimulante qui est à replacer dans le contexte de la rivalité entre les partisans de la world history, de la western civilization et de l’Atlantic history dans les départements d’histoire américains14. La première partie du titre de l’article est une expression qui évoque l’expansion allemande vers l’est pendant le Moyen-Âge. Coclanis, même s’il fait preuve d’une ironie un tantinet irrespectueuse, montre avec ce titre qu’il a lu Bernard Bailyn avec assiduité en faisant allusion à son vif intérêt pour les diasporas germaniques nach osten comme nach westen. Il débute son article par un éloge des travaux et une reconnaissance de l’influence du grand historien de Harvard, en soulignant notamment la dimension atlantique de deux de ses premiers ouvrages, New England Merchants in the Seventeenth Century et The Ordeal of Thomas Hutchinson15. Il crée même le terme « Bailynesque » adapté du mot arabesque parce qu’il souhaite précisément rétablir un certain équilibre en rappelant l’importance de l’Orient – Extrême et Moyen – dans l’histoire du monde ainsi que dans l’économie et la conscience européennes. Pour cet auteur, il est anachronique de donner tant d’importance à l’espace atlantique et à l’Europe du Nord-Ouest avant le milieu du XVIIIe siècle, le commerce atlantique étant marginal jusqu’à cette période. Les échanges intra-européens sont alors le véritable moteur de l’économie européenne. L’approche atlantique accorde également trop d’importance à l’Amérique pour expliquer le développement des schémas commerciaux (trade patterns) européens et surestime l’attractivité des Amériques sur les migrants. Coclanis rappelle que 375 000 Néerlandais sont partis en Asie contre 15 000 aux Amériques et que 100 000 Britanniques, soit un tiers de ceux qui se sont installés en Amérique, ont pris la direction inverse. Cet argument devrait recevoir un écho favorable en France car d’un point de vue migratoire, l’histoire atlantique a tendance à marginaliser la France, du moins dans l’historiographie états-unienne et anglo-canadienne, en dépeignant les Français comme réticents à la migration sous prétexte que « seulement » 51 000 d’entre eux émigrèrent en Nouvelle-France entre 1608 et 1760, comparé aux 700 000 Britanniques partis pour les Treize colonies16. C’est toutefois oublier l’importance des destinations intra-européennes dans les mouvements migratoires en partance de la France. Enfin, d’après l’auteur, l’histoire atlantique surestime le poids et le rôle de l’Europe dans l’histoire mondiale.

  • 17  Alison Games, « Teaching Atlantic History », Itinerario, vol. 23, n. 2, 1999, p. 167.
  • 18  Peter A. Coclanis, dir., The Atlantic Economy during the Seventeenth and Eighteenth Centuries. Org (...)

6Les atlanticistes feraient-ils de l’eurocentrisme de manière déguisée ? Il est vrai que le développement de l’histoire atlantique est indéniablement lié à l’influence culturelle des États-Unis et à la formidable production de ses historiens et que cette histoire s’enracine, du moins dans sa première version développée entre les années 1940 et 1970, dans la célébration d’un héritage culturel et intellectuel atlantique commun à l’Europe de l’Ouest et à l’Amérique du Nord (États-Unis et Canada), en fait occidental, c’est le « White Atlantic ». C’est oublier cependant qu’il existe diverses manières de faire de l’histoire atlantique et que l’on peut en faire sans aucun eurocentrisme. En fait, si l’on se place du point de vue de l’histoire sociale et culturelle et non plus seulement économique, la « nouvelle » histoire atlantique, telle qu’elle émerge dans les années 1970, et qui se veut résolument « multicultural, multiethnic, and multiracial »17, constitue une reconceptualisation et une synthèse des travaux sur le « White Atlantic », le « Black Atlantic » et ce que ce l’on commence à appeler le « Native Atlantic ». Coclanis, de surcroît, fut invité en 1999 par Randy Sparks et Jack Greene pour animer un colloque à Charleston sur le développement de l’économie atlantique et coordonna un recueil d’essais dédié au second et intitulé : The Atlantic Economy during the Seventeenth and Eighteenth Centuries. Organization, Operation, Practice, and Personnel.Dans une note en introduction, il fait référence à son article de 2002 en y renvoyant le lecteur pour une analyse des « strengths and weaknesses » de l’histoire atlantique, mais la publication de ce livre témoigne de la validité qu’il accorde à cette approche malgré ses inévitables faiblesses18.    

Une historiographie foisonnante

  • 19  Adresse du site : http://www.fas.harvard.edu/~atlantic/.

7Il est bien sûr impossible de recenser tous les ouvrages en histoire atlantique, ou contenant le mot « Atlantique » dans leur titre. Nous renvoyons néanmoins le lecteur à la bibliographie du Centre d’histoire atlantique de l’Université d’Harvard disponible sur internet19. Tout en gardant à l’esprit que les titres sont souvent imposés ou transformés par les éditeurs, le mot atlantique, qui sans doute fait vendre, du moins dans des proportions universitaires toute relatives, est presque un must maintenant pour tout ouvrage publié aux États-Unis et portant sur l’Amérique d’avant 1820. Alors qu’il y a quarante ans un tel terme paraissait original pour ne pas dire curieux, de nos jours ce serait très original et certainement bien curieux de l’omettre.

  • 20  Denys Delâge, Le pays renversé. Amérindiens et Européens en Amérique du Nord-Est, 1600-1664, Montr (...)
  • 21  Nathan Wachtel, La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la conquête espagnole, 1530-157 (...)
  • 22  Alden T. Vaughan, Transatlantic Encounters : American Indians in Britain, 1500-1776, Cambridge, Ca (...)

8Citons quelques livres qui nous paraissent clés et représentatifs de cette évolution historiographique. Parmi les premiers à faire de l’histoire atlantique avant que le mot ne soit en vogue, mentionnons Denys Delâge avec Le Pays renversé. Amérindiens et Européens en Amérique du Nord-Est, 1600-1664, publié en 1985. Sociologue québécois qui fit sa thèse à Paris et fut donc à même de puiser dans différentes disciplines et écoles historiographiques et d’avoir une vue panoramique de l’histoire nord-américaine, Delâge nous propose une véritable histoire intégrée et transimpériale du contact entre les Anglais, les Français, les Néerlandais et les Amérindiens du Nord-Est, de part et d’autre des Grands Lacs. Ainsi, l’intérêt de l’auteur pour les autochtones ne le conduit pas à négliger l’importance d’une solide connaissance de l’histoire européenne pour comprendre celle de l’Amérique du Nord à l’époque moderne. Comme son sujet d’étude, son ouvrage est un carrefour, un point de contact entre différentes histoires. Le pays renversé, novateur à nos yeux, anticipe l’ouvrage d’Allan Gallay, The Indian Slave Trade. The Rise of the English Empire in the American South, 1670-1717, publié en 2002, sur l’esclavage amérindien, sujet qui suscite de plus en d’intérêt alors qu’il a été longtemps négligé du fait de la focalisation sur l’esclavage des Africains, et sur l’interaction des Amérindiens et des Européens,  tant des Anglais, des Espagnols et des Français, cette fois-ci, dans l’actuel Sud-Est des États-Unis. Ne soyons donc pas surpris s’il fallut presque dix ans pour que le livre de Delâge soit traduit en anglais sous le titre Bitter Feast. Amerindians and Europeans in Northeastern North America, 1600-1664. Toujours dans le domaine de l’histoire des contacts euro-amérindiens, l’ethnohistorien Daniel K. Richter, spécialiste de l’histoire des Iroquois, publiait en 2001 Facing East from Indian Country. A Native History of Early America20.Cet ouvrage, original et imaginatif, quoique dans la lignée du livre pionnier de Nathan Wachtel pour l’Amérique latine21, propose une histoire de l’installation des Européens en Amérique du Nord du point de vue autochtone. Il s’agit d’une histoire atlantique à l’envers, pour ainsi dire, car au lieu de l’analyse d’une expansion atlantique à partir d’une nation, d’une région ou d’un port européen, cette même expansion est perçue depuis son point d’arrivée. Enfin, un des effets de la « nouvelle » histoire atlantique est de susciter un intérêt croissant pour la venue des Amérindiens en Europe, comme en témoigne notamment l’ouvrage de Alden T. Vaughan, Transatlantic encounters : American Indians in Britain, 1500-177622.

  • 23  Donald W. Meinig, The Shaping of America. A Geographical Perspective on 500 Years of History, vol. (...)

9En 1986, Donald Meinig publiait le premier volume de The Shaping of America. A Geographical Perspective on 500 Years of History, une ambitieuse étude de géographie historique destinée à couvrir toute l’histoire nord-américaine, avec pour titre du premier volume Atlantic America, 1492-1800. Rappelons qu’aux États-Unis les historiens n’ont pas de formation, même minimale, en géographie et que très peu d’universités et certainement aucun college ne disposent de départements de géographie, les quelques spécialistes étant souvent agrégés à des départements de sciences politiques. La géographie y est ainsi une discipline complètement atrophiée et très peu enseignée. Pour cette raison, Meinig doit, pour justifier son approche auprès du lecteur, insister dans son introduction sur la complémentarité de la géographie et de l’histoire ! L’auteur résume l’esprit du livre et son titre en expliquant que « The United States emerges within an Atlantic World and it ever after must share the continent and adjacent seas with other peoples and powers »23. L’histoire des colonies américaines, mais également des États-Unis ne peut donc être étudiée isolément. Voici certainement une avancée historiographique.

  • 24  Ian K. Steele, The English Atlantic, 1675-1740. An Exploration of Communication and Community, Oxf (...)
  • 25  David Hancock, Citizens of the World : London Merchants and the Integration of the British Atlanti (...)
  • 26  Bernard Bailyn, Voyagers to the West. A Passage in the Peopling of America on the Eve of the Revol (...)

10La même année, mais dans un autre genre, Ian K. Steele publiait The English Atlantic, 1675-1740. An Exploration of Communication and Community. Quoique limitée à un espace océanique défini par une nation, ce qui est contraire à l’esprit de la nouvelle histoire atlantique, cet ouvrage présente une étude originale et sophistiquée des communications transocéaniques entre la Grande-Bretagne et ses colonies nord-américaines et antillaises : il montre comment leur intensification et leur amélioration permirent le rapprochement des deux rives de l’Atlantique et l’intégration croissante du monde éponyme au cours du XVIIIe siècle. Dans la même veine, mais pour l’Atlantique français, Kenneth Banks publiait en 2003, Chasing Empire Across the Sea : Communications and the State in the French Atlantic, 1713-176324. Sur l’espace atlantique et les réseaux commerciaux à partir d’un produit (commodity en anglais) une des meilleures et plus complètes études du point de vue de l’analyse et des sources archivistiques est celle de David Hancock, Citizens of the World : London Merchants and the Integration of the British Atlantic Community, 1725-1785, publiée en 1995. L’auteur y met en valeur non seulement l’intégration des réseaux mercantiles tissés entre les quatre coins de l’Atlantique, mais également le cosmopolitisme des marchands25. À côté des communications et du commerce, les migrations ont également donné lieu à de nombreuses publications : après les ouvrages pionniers de Bernard Bailyn, de jeunes historiens, tels que Alison Games avec Migration and the Origins of the English Atlantic World ou encore Patrick Griffin avec The People With No Name. Ireland’s Ulster Scots, America’s Scots Irish and the Creation of a British Atlantic World, 1689-1764, se sont intéressés à cette question26.

  • 27  David Armitage et Michael J. Braddick, dir., The British Atlantic World, 1500-1800, New York, Palg (...)
  • 28  April Lee Hatfield, Atlantic Virginia. Intercolonial Relations in the Seventeenth Century, Philade (...)

11En dehors de ces études thématiques, sont parues très rapidement deux premières tentatives de synthèse sur l’Atlantique britannique, sous la forme de collection d’essais ou d’articles, dirigées par David Armitage et Michael J. Braddick et par Elizabeth Mancke et Carole Shammas27. Enfin, les monographies locales portant sur une colonie spécifique adoptent maintenant fréquemment une perspective atlantique. L’ouvrage de April Lee Hatfield est un excellent exemple de « cis-Atlantic history ». Il traite particulièrement des échanges inter-coloniaux, notamment entre Anglais et Néerlandais, au XVIIe siècle, un thème très en vogue actuellement dans l’historiographie des Treize colonies précisément du fait de l’essor de l’histoire atlantique. Citons encore un ouvrage collectif qui adopte cette approche et qui a été publié sous la direction de Robert Appelbaum et John Wood dans la perspective du 400ème anniversaire de la fondation de la Virginie, Envisioning an English Empire : Jamestown and the Making of the North Atlantic World28.

  • 29  Bernard Bailyn, Atlantic History : Concepts and Contours, p. 60.
  • 30  Forum « The Nature of Atlantic History », Itinerario. International Journal on the History of Euro (...)

12Depuis la fin des années 1990, l’histoire atlantique fait l’objet de forums et de numéros spéciaux dans des revues aux États-Unis et en Europe. Plus ou moins historiographiques et avec des objectifs divers selon leur lectorat, ces dossiers demeurent d’excellentes initiatives car ils font connaître cette approche en rappelant son origine et engagent les historiens à l’explorer et à l’adopter. En 1999, la revue néerlandaise Itinerario publiait un forum intitulé The Nature of Atlantic History, auquel participaient Bernard Bailyn et David Hancock. Les mondes atlantiques y sont étudiés par nationalité, pour ainsi dire, néerlandaise, française et britannique, ce qui, bien que l’effort soit louable et les articles fouillés, it defeats the purpose puisque l’objet de l’histoire atlantique est précisément d’offrir un cadre conceptuel global en cassant les cloisons nationales. Comme l’écrit fort justement Bernard Bailyn, « Atlantic history is not additive; it is more than the sum of its parts »29. Peut-être rencontrons-nous là les limites pratiques de l’approche atlantique puisque nul ne peut lire toutes les langues européennes, ne peut connaître parfaitement toutes les écoles historiographiques, ni n’a le temps d’aller dépouiller toutes les archives de part et d’autre de l’Atlantique. La même année, paraissait dans l’American Historical Review, la revue de l’American Historical Association, l’une des deux grandes associations d’historiens aux États-Unis, un autre forum qui, comme son titre « The New British History in Atlantic Perspective » l’indique, avait un objectif limité à une réinterprétation de l’histoire britannique sous l’angle de l’histoire atlantique. En 2004, le Magazine of History, publié par l’Organization of American Historians,l’autre grande association d’historiens états-unienne,consacrait un numéro spécial intitulé « The Atlantic World ». Une initiative intéressante car ce magazine propose des articles et des plans de cours pour les enseignants du secondaire, ce qui montre que les universitaires ne souhaitent pas que l’histoire atlantique se cantonne à l’enseignement supérieur et aspirent à ce qu’elle devienne une véritable relecture de l’histoire des Amériques et, surtout, des États-Unis. Deux ans plus tard, Alison Games faisait paraître dans l’American Historical Review un article épistémologique cherchant à définir et à délimiter l’histoire atlantique, tout en dirigeant un forum dans la prestigieuse revue d’histoire coloniale états-unienne, le William and Mary Quarterly, mettant en évidence les limites et les faiblesses de cette approche. Enfin, en 2007, un forum intitulé « Entangled Empires in the Atlantic World » et paru dans l’American Historical Review s’interrogeait sur les relations entre histoire atlantique et histoire impériale. Ces différents numéros spéciaux témoignent de l’extrême réflexivité de l’histoire atlantique et révèlent les intenses débats qui animent ce champ historique en plein essor30.

L’institutionnalisation de l’histoire atlantique

13D’un point de vue institutionnel, l’histoire atlantique aux États-Unis bénéficie de l’appui de deux ténors de l’histoire coloniale américaine, Jack Greene et Bernard Bailyn, qui ont, à eux deux, formé un grand nombre des spécialistes de la période enseignant actuellement dans les universités les plus prestigieuses du pays. Curieusement, la même année, ces deux historiens, rivaux à bien des égards, fondèrent deux centres d’histoire atlantique, l’un à Harvard (Boston) et l’autre à l’Université de Charleston, en Caroline du Sud.

14Bénéficiant d’une bourse de la Mellon Foundation, Bailyn lançait en 1995 le Harvard International Seminar in the History of the Atlantic World. Il s’y est tenu des séminaires annuels de 1996 à 2004, puis en 2005 Bernard Bailyn organisa un colloque anniversaire réunissant tous les membres des séminaires des années précédentes avant de reprendre le cycle des séminaires thématiques. Ces derniers accueillent des jeunes chercheurs ou doctorants en fin de thèse, venant pour des raisons de proximité et de simple production universitaire principalement des États-Unis, mais aussi d’Europe, d’Amérique latine, voire parfois d’Afrique, qui présentent leur recherche en cours à des spécialistes de la période ou du domaine. Les objectifs de Bailyn, véritable missionstatement, sont clairement exprimés sur le site du centre:

« The aim is to advance the scholarship of young historians of many nations interested in aspects of Atlantic history in the formative years ; to help create an international community of scholars familiar with approaches, archives, and intellectual traditions different from their own and ultimately to further international understanding ».

15On note que la création d’une communauté transatlantique ou plutôt circum-atlantique d’historiens tient autant de place dans l’esprit de Bailyn que la promotion de l’étude du monde atlantique per se.  

  • 31  Bernard Bailyn, Atlantic History, pp. 36-38.

16De 1996 à 2007, les thèmes des séminaires furent : « The Movement of Peoples » (1996), « Governance and Empire » (1997),  « Cultural Encounters » (1998),  « The Economy » (1999),  « The Circulation of Ideas » (2000),  « The Atlantic Revolutions » (2001),  « The Structure of Colonial Societies » (2002),  « Transatlantic Networks »  (2003), « Indigenous Cultures »  (2004), « The Transit of Christianity, 1500-1825 : European Aspirations and New World Realities » (2006), « The Struggle for the Americas, 1500-1763 » (2007) et « The Atlantic as a Theatre of War » (2008). Ce qui frappe dans cette énumération et surtout cet ordre, c’est que les thèmes habituels ont la vie dure. Même s’il est vrai que les ateliers (workshops), par ailleurs plus courts et moins internationaux que les séminaires, présentent des thèmes plus novateurs tels que « Misgeneation in the Atlantic World », « Gender Issues in Atlantic History » ou encore « Archeological Sources for Atlantic History », l’approche atlantique n’apparaît pas ici commefondamentalement innovante dans le sens où elle renouvellerait les thèmes. Elle innove cependant en offrant une autre perspective sur de vieux thèmes, en insistant sur l’aspect comparatiste et, en raison de la mondialisation et du prestige combiné d’Harvard et de Bernard Bailyn, elle amène des historiens des trois (pour nous) ou quatre (pour les Américains) continents qui bordent le bassin atlantique à se rencontrer. De ce point de vue et d’une manière générale, un des succès de l’histoire atlantique est d’avoir resserré les liens entre les historiens des pays autour du bassin atlantique. Dans le choix des thèmes et des invités, sans doute faut-il inévitablement tenir compte également, et ceci n’est pas une critique loin de là, des intérêts personnels de Bernard Bailyn, qui, par exemple, paraît fasciné par l’émigration de groupes religieux allemands relativement mineurs comme les Salzburghers ou les Frères Moraves qu’il mentionne dans son livre, Atlantic History. Concept and Contours et auxquels plusieurs communications lors des séminaires et un atelier furent consacrés de 1996 à 200531. Ces Allemands, égarés dans l’espace atlantique, intriguent parce qu’ils allèrent vers l’ouest au lieu de descendre le Danube, mais les 3000 huguenots qui s’installèrent dans les colonies firent exactement la même chose, se marginalisant en refusant de rester en Europe. Ce n’est donc pas une particularité germanique, mais une question plus générale, comme le soulignait Peter Coclanis, liée à l’attractivité des Amériques et à la place de l’Atlantique dans le schéma global des mouvements migratoires, du moins avant le milieu du XVIIIe siècle.  

  • 32  Jack P. Greene, « Beyond Power », pp. 35-41. Signalons également la collection en histoire atlanti (...)

17En 1995, Jack Greene inspirait et participait à la fondation à l’Université de Charleston du Program in Carolina Lowcountry and Atlantic World, dont l’acronyme est CLAW (griffe). Jack Greene, atlanticiste depuis toujours semble-t-il, n’en était pas à son premier coup puisqu’en 1965, lorsqu’il était à la Clements Library à l’Université du Michigan, il avait en vain essayé de créer un Center for the Comparative Study of American Colonization, puis dix ans plus tard, une fois en poste à Johns Hopkins University, où il fit toute sa carrière, il fondait le Program in Atlantic History and Culture32. À l’image de ce dernier, le programme à l’Université de Charleston propose des objectifs pédagogiques, à la fois envers les étudiants et le public. Il s’agit d’expliquer une région et ses liens avec d’autres lieux autour du bassin atlantique. Ainsi, comme le résume le texte de présentation, l’ambition du Centre est-elle

  • 33  Message posté sur la page d’accueil du site Internet:http://www.cofc.edu/atlanticworld/

« to promote scholarship on the Lowcountry, the Atlantic World, and the connections between the two, to strengthen the College instructional program, and to promote public understanding of the region and its place in a broader international context »33.   

18Depuis 1995, le CLAW a organisé des colloques quasi-annuellement. La première année, le thème était « New Directions in Colonial South Carolina Study » ; en 1996, « From Revolution to Revolution in South Carolina, 1776-1860 » ; en 1997, « Out of New Babylon : the Huguenots and their Diaspora » ; en 1998 « The Impact of the Haitian Revolution in the Atlantic World » ; en 1999, « The Emergence of the Atlantic Economy » ; en 2000, « Plantations of the Mind : Marketing Myths and Memories in the Heritage Tourism Industry » ; en 2001, « From Slavery to Freedom : Manumission in the Atlantic World » ; en 2002, « The Material World of the Tidewater, the Lowcountry, and the Caribbean » ; en 2003, « Caribbean and Lowcountry Cuisines » ; en 2004, « Saints and Pilgrimage around the Atlantic » ; en 2005, « Haiti : Slavery, Struggle, and Survival » ; en 2007, « The Irish in the Atlantic World », et enfin en 2008, « The “End” of the Transatlantic Slave Trade : A Bicentenary Enquiry ».  

  • 34  David T. Gleeson, The Irish in the South, 1815-1877, Chapel Hill, University of North Carolina Pre (...)

19On remarque, bien sûr, l’orientation locale des colloques. Il s’agit vraiment d’une « cis-Atlantic history » qui met en valeur l’histoire et la culture du Carolina Lowcountry, mais également le lien très étroit que cette région entretient avec, du moins historiquement, les Antilles. Il faut ajouter qu’il existe également un facteur personnel dans le choix des thèmes. Outre ceux proposés par Jack Greene et ceux qui s’imposent d’eux-mêmes vu l’histoire de la région, ces derniers peuvent être liés au sujet de recherche du coordonnateur qui enseigne à l’université ou d’un fellow. En 1997, nous avons participé à la préparation du colloque qui portait sur le Refuge huguenot, celui sur l’émancipation des esclaves est lié aux travaux de Rosemary Brana-Shute, une des membres fondateurs du Centre, et celui sur les Irlandais suit l’arrivée au département d’histoire de David Gleeson, auteur de The Irish in the South, 1815-187734.

  • 35  Jack P. Greene, Rosemary Brana-Shute et Randy J. Sparks, dir., Money, Trade, and Power. The Evolut (...)

20Un des points forts du centre de Charleston réside dans son étroite collaboration avec les Presses de l’Université de Caroline du Sud qui publie des ouvrages collectifs – plutôt que des actes – à partir d’une sélection d’une quinzaine de communications largement réécrites et amplifiées. Cette collaboration assure une pérennité à ces colloques et donne une grande visibilité au centre. Ainsi, à la suite du symposium de 1995, fut publié un livre sur la Caroline du Sud au XVIIIe siècle, un autre sur la Révolution haïtienne et le monde atlantique coordonné par David Geggus, et un troisième sur le Refuge huguenot qui présente l’émigration huguenote sous un angle atlantique – pour la première fois – et enfin celui sur l’économie atlantique au XVIIe et XVIIe siècle, publié sous la direction de Peter Coclanis. Dans la même collection paraissent également des monographies sur Charleston, la Caroline du Sud et du Nord, le plus souvent à partir de manuscrits qui ont obtenu le prix décerné par le Centre35.

21Ces centres et l’imposante production scientifique états-unienne, à la fois d’un point de vue qualitatif et quantitatif, ainsi que le nombre et le dynamisme des universités américaines font que les colonies britanniques d’Amérique du Nord, les célèbres Treize colonies, ont bénéficié plus que tout autre « Amérique » de l’essor de l’histoire atlantique. Car même si l’approche atlantique se veut tournée vers le monde, outward looking dirons-nous, et combat l’exceptionnalisme américain, elle reste néanmoins l’occasion pour les historiens états-uniens de porter un nouveau regard sur leur propre histoire. Ceci expliquant son succès outre-Atlantique car, sans surprise, la très grande majorité des thèses soutenues dans les départements d’histoire aux États-Unis le sont en histoire américaine.

Le désenclavement de l’histoire coloniale britannique

  • 36  Jack P. Greene, Peripheries and Center. Constitutional Development in the Extended Polities of the (...)
  • 37  Jack P. Greene, « Interpretative Frameworks », p. 299.

22Alors que l’étude de l’Amérique coloniale était moribonde dans les années 1950, au moment où Bernard Bailyn et Jack Greene commençaient leur carrière, le développement de l’histoire sociale au début des années 1960 a complètement renouvelé le domaine et provoqué un tel engouement dans les graduate schools américaines que vingt-cinq ans plus tard il existait un réel besoin de mettre de l’ordre dans un domaine devenu atomisé en raison de la multiplicité des thèses et des ouvrages. C’est Jack Greene qui s’en chargea. Dans le domaine de l’histoire politique et constitutionnelle, il publiait en 1986 Peripheries and Center. Constitutional Development in the Extended Polities of the British Empire and the United States, 1607-1788, synthèse dans laquelle il propose le paradigme centre et périphéries (notons le pluriel). Un paradigme qui sera repris, cette fois-ci à l’échelle des Amériques et non plus seulement dans le domaine politique, dans un ouvrage collectif coordonné par deux de ses anciens doctorants – Michael Kennedy et Christine Daniels –, Negotiated Empires. Centers and Peripheries in the Americas, 1500-1820. Deux ans après la publication de Peripheries and Center, dans une synthèse sur le développement socioculturel des Treize colonies intitulée Pursuits of Happiness. The Social Development of Early Modern British Colonies and the Formation of American Culture, Greene reprenait et amplifiait le paradigme régional qui permet de regrouper les colonies en quatre régions, la Nouvelle-Angleterre, le Mid-Atlantic, la Chesapeake et le Lower South36. L’émergence et le succès de l’histoire atlantique aux États-Unis sont ainsi à replacer dans cette quête d’un paradigme qui permet de synthétiser l’histoire des Treize colonies à la fois d’une manière spatiale et chronologique, les termes de Jack Greene étant « spatial » et « sequential »37.

  • 38  Voir, par exemple, Jorge Cañizares-Esguerra, Puritan Conquistadors : Iberianizing the Atlantic, 15 (...)

23Comme l’a montré Meinig, avec l’approche atlantique, l’histoire des Treize colonies n’est plus la colonial period of American history, une sorte de prélude à l’histoire des États-Unis, mais the history of early America. La période coloniale se trouve pleinement intégrée dans le master narrative de l’histoire des États-Unis. L’approche atlantique oblige également l’historien à rattacher l’histoire des colonies continentales à celle des Antilles et, dans une moindre mesure, à celle de l’Irlande, comme le fait Jack Greene dans Pursuits of Happiness, et permet ainsi d’éviter l’écueil téléologique du prisme états-unien en ne dissociant pas les colonies à l’origine des États-Unis du reste de l’empire britannique. L’histoire atlantique met aussi en parallèle l’Amérique britannique avec les autres Amériques et désenclave, pour ainsi dire, l’historiographie états-unienne des Treize colonies. Les historiens états-uniens ont toutefois tendance à privilégier la comparaison avec l’Amérique espagnole au détriment des autres empires, français et portugais38.

  • 39  Voir à ce propos Thomas Bender, dir., Rethinking American History in a Global Age, Berkeley, Unive (...)
  • 40  Adresse du site : http://atlantique.mcgill.ca/fr
  • 41  Jon Butler, The Huguenots in America. A Refugee People in New World Society, Cambridge, Harvard Un (...)
  • 42  Thomas Paine, Common Sense, Philadelphie, 1776.

24De la même manière, l’histoire atlantique, en renforçant les liens entre historiens de pays différents qui travaillent sur le même espace, participe pleinement à l’internationalisation de l’histoire américaine39. Des historiens comme Bernard Bailyn et Jack Greene se tiennent désormais informés des colloques et autres publications en histoire atlantique et citent des historiens britanniques, bien sûr, mais aussi français (autres que Fernand Braudel), allemands et néerlandais. Le premier a d’ailleurs poussé la Mellon Foundation à financer le Groupe d’histoire sur l’Atlantique français/French Atlantic History Group à l’Université McGill à Montréal40. Dans le domaine des migrations, l’histoire atlantique a élargi le champ de recherche aux migrants autres que les Britanniques. Jon Butler publiait sa magistrale étude sur les huguenots en 1983, question jusqu’alors réservée aux généalogistes. L’étude des migrations allemandes a également été complètement renouvelée grâce à l’histoire atlantique. En 1993, A. G. Roeber publiait un ouvrage très remarqué sur les luthériens et, en 1996, paraissait la synthèse d’Aaron Fogleman sur les Allemands dans les Treize colonies au XVIIIe siècle, sans oublier l’étude comparative des migrations allemandes et irlandaises de Marianne Wokeck41. Ainsi l’approche atlantique permet-elle d’extraire l’histoire des colonies nord-américaines de l’histoire britannique. Comme l’écrivait en 1776 Thomas Paine dans Common Sense, « Europe, and not England is the parent country of America »42. Les travaux sur les migrants autres que britanniques obligent les historiens américains à s’intéresser à l’Europe à l’époque moderne, que ce soit la France ou les États allemands. Enfin, par ricochet, ces enquêtes modifient les frontières au sein des graduate schools et des départements d’histoire des universités américaines car avec l’approche atlantique l’histoire américaine n’est plus dissociée, comme elle l’était auparavant, de l’histoire de l’Europe, des Antilles, de l’Amérique latine et de l’Afrique.     

Haut de page

Notes

1  New York University, Michigan State University, Florida International University et University of Texas at Arlington, entre autres, offrent des diplômes en histoire atlantique. Alison Games, « Atlantic History : Definitions, Challenges, and Opportunities », American Historical Review, vol. 111, n. 3, 2006, p. 745. Pour les manuels, voir les tout récents Douglas E. Egerton, Alison Games, Jane G. Landers, Kris Lane et Donald R. Wright, The Atlantic World : A History, 1400-1888, Wheeling, Illinois, Harlan Davidson, 2007; Alison Games et Adam Rothman, Major Problems in Atlantic History. Documents and Essays, Boston, Houghton Mifflin Company, 2008.

2 David Armitage, « Three Concepts of Atlantic History », in David Armitage et Michael J. Braddick, dir., The British Atlantic World, 1500-1800, New York, Palgrave Macmillan, 2002, p. 11. En 1971, Richard Nixon déclara « We are all Keynesians now ».

3  Sur l’histoire sociale des Treize colonies des années 1960 à nos jours, voir Bertrand Van Ruymbeke, « Du paradigme puritain à l’histoire atlantique : l’histoire sociale de l’Amérique du Nord britannique », in  François-Joseph Ruggiu et Cécile Vidal, dir., Société, colonisation et esclavage. Historiographies des sociétés coloniales américaines, 1492-1898, Rennes, Les Perséïdes, à paraître.

4 Jack P. Greene, « Beyond Power : Paradigm Subversion and Reformulation and the Re-Creation of the Early Modern Atlantic World », in Jack P. Greene, Interpreting Early America. Historiographical Essays, Charlottesville, University Press of Virginia, 1996, pp. 26-29.

5  Voir à ce sujet la généalogie de l’histoire atlantique telle qu’elle est présentée par Bernard Bailyn in Atlantic History : Concepts and Contours, Cambridge, Harvard University Press, 2005.

6  Une telle histoire est encore possible, bien sûr, mais il s’agit d’un exercice différent. Voir, par exemple, Paul Butel, Histoire de l’Atlantique de l’Antiquité à nos jours, Paris, Perrin, 1999 [édition anglaise : The Atlantic, Londres, Routledge, 1999].

7  Alan L. Karras, « The Atlantic World as a Unit of Study », in Alan L. Karras et J. R. McNeil, dir., Atlantic American Societies. From Columbus through Abolition, 1492-1888, London, Routledge, 1992, pp. 1-15.

8  Notons que l’historiographie américaine, découpant les Amériques en deux continents, parle d’une approche qui joint quatre continents alors que, en France, nous nous limitons à trois.

9  Ralph Davis, The Rise of Atlantic Economies, Ithaca, Cornell University Press, 1973 ; Peggy Liss, Atlantic Empires. The Network of Trade and Revolution, 1713-1826, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1982.

10  L’expression vient du texte canonique Of Plymouth Plantation de William Bradford, gouverneur de la colonie de Plymouth au Massachusetts de 1621 à 1652, qui raconte l’épopée du Mayflower. « Being thus arrived in a good harbor and brought safe to land, they fell upon their knees & blessed the God of heaven, who had brought them over the vast & furious ocean… ». W. Bradford, Of Plymouth Plantation, Harvey Wish, éd., New York, Capricorn Books, 1962, p. 8. Pour une traduction française de ce texte, voir Histoire de la colonie de Plymouth. Chroniques du Nouveau Monde (1620-1647), traduction de Lauric Henneton et al., Genève, Labor et Fides, 2004.

11 David Armitage, « Three Concepts of Atlantic History »,  pp. 11-15.

12 Alison Games, « Definitions and Historiography : What is Atlantic History ? »,Organization of American Historians Magazine of History, vol. 18, n. 3, 2004, p. 4.

13  Peter A. Coclanis, The Shadow of a Dream. Economic Life and Death in the South Carolina Low Country, 1670-1920, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1989.

14  Peter A. Coclanis, « Drang nach osten. Bernard Bailyn, the World-Island and the Idea of Atlantic History», Journal of World History, vol. 13, n. 1, 2002, pp. 169-182. Voir également Peter A. Coclanis, « Atlantic World or Atlantic/World? », William and Mary Quarterly, vol. 63, n. 4, 2006, pp. 675-692.

15  Bernard Bailyn, New England Merchants in the Seventeenth Century, New York, Harper & Row, 1955 ; The Ordeal of Thomas Hutchinson, Cambridge, Harvard University Press, 1974.

16  Une bonne illustration de ce phénomène se trouve dans les travaux de Peter N. Moogk. Peter N. Moogk, « Manon’s Fellow Exiles : Emigration from France to North America Before 1763 », in Nicholas Canny, dir., Europeans on the Move. Studies on European Migration, 1500-1800, Oxford, Clarendon Press, 1994, pp. 236-260 ; La Nouvelle-France: The Making of French Canada. A Cultural History, East Lansing, Michigan State University Press, 2000.  

17  Alison Games, « Teaching Atlantic History », Itinerario, vol. 23, n. 2, 1999, p. 167.

18  Peter A. Coclanis, dir., The Atlantic Economy during the Seventeenth and Eighteenth Centuries. Organization, Operation, Practice, and Personnel, Columbia, University of South Carolina Press, 2005, p. xix.

19  Adresse du site : http://www.fas.harvard.edu/~atlantic/.

20  Denys Delâge, Le pays renversé. Amérindiens et Européens en Amérique du Nord-Est, 1600-1664, Montréal, Boréal, 1985  [trad. : Bitter Feast. Amerindians and Europeans in Northeastern North America, 1600-1664, Vancouver, University of British Columbia Press, 1993] ; Allan Gallay, The Indian Slave Trade. The Rise of the English Empire in the American South, 1670-1717, Cambridge, Harvard University Press, 2002 ; Daniel K. Richter, Facing East from Indian Country. A Native History of Early America, Cambridge, Harvard University Press, 2001.   

21  Nathan Wachtel, La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la conquête espagnole, 1530-1570, Paris, Gallimard, 1971.

22  Alden T. Vaughan, Transatlantic Encounters : American Indians in Britain, 1500-1776, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

23  Donald W. Meinig, The Shaping of America. A Geographical Perspective on 500 Years of History, vol. 1 Atlantic America, 1492-1800, New Haven, Yale University Press, 1986.

24  Ian K. Steele, The English Atlantic, 1675-1740. An Exploration of Communication and Community, Oxford, Oxford University Press, 1986 ; Kenneth J. Banks, Chasing Empire Across the Sea: Communications and the State in the French Atlantic, 1713-1763, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2003.

25  David Hancock, Citizens of the World : London Merchants and the Integration of the British Atlantic Community, 1725-1785, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

26  Bernard Bailyn, Voyagers to the West. A Passage in the Peopling of America on the Eve of the Revolution, New York, Vintage Books, 1986 ; Bernard Bailyn, The Peopling of North America. An Introduction, New York, Vintage Books, 1986 ; Alison Games, Migration and the Origins of the English Atlantic World, Cambridge, Harvard University Press, 1999 ; Patrick Griffin, The People With No Name. Ireland’s Ulster Scots, America’s Scots Irish and the Creation of a British Atlantic World, 1689-1764, Princeton, Princeton University Press, 2001.

27  David Armitage et Michael J. Braddick, dir., The British Atlantic World, 1500-1800, New York, Palgrave Macmillan, 2002 ; Elizabeth Mancke et Carole Shammas, dir., The Creation of the British Atlantic World, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2005.

28  April Lee Hatfield, Atlantic Virginia. Intercolonial Relations in the Seventeenth Century, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2004 ; Robert Appelbaum et John Wood, dir., Envisioning an English Empire : Jamestown and the Making of the North Atlantic World, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2005.

29  Bernard Bailyn, Atlantic History : Concepts and Contours, p. 60.

30  Forum « The Nature of Atlantic History », Itinerario. International Journal on the History of European Expansion and Global Interaction, vol. 23, n. 2, 1999, pp. 48-173 ; « The Atlantic World », Organization of American Historians The Magazine of History, vol. 18, n. 3, 2004 ; Alison Games, « Atlantic History : Definitions, Challenges, and Opportunities », pp. 741-757 ; Forum « Beyond the Atlantic », William and Mary Quarterly, vol. 63, n. 4, 2006, pp. 675-742 ; Forum « Entangled Empires in the Atlantic World », American Historical Review, vol. 112, n. 3, 2007, pp. 710-803.

31  Bernard Bailyn, Atlantic History, pp. 36-38.

32  Jack P. Greene, « Beyond Power », pp. 35-41. Signalons également la collection en histoire atlantique, associée au centre, à la Johns Hopkins University Press, intitulée « Studies in Atlantic History and Culture ».  

33  Message posté sur la page d’accueil du site Internet:http://www.cofc.edu/atlanticworld/

34  David T. Gleeson, The Irish in the South, 1815-1877, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2001.

35  Jack P. Greene, Rosemary Brana-Shute et Randy J. Sparks, dir., Money, Trade, and Power. The Evolution of South Carolina Plantation’s Society, Columbia, University of South Carolina Press, 2007 ; David P. Geggus, dir., The Haitian Revolution and the Atlantic World, Columbia, University of South Carolina Press, 2001 ; Bertrand Van Ruymbeke et Randy J. Sparks, dir., Memory and Identity. The Huguenots in France and Their Atlantic Diaspora, Columbia, University of South Carolina Press, 2003 ; Peter A. Coclanis, The Atlantic Economy. Pour une monographie à partir d’un manuscrit ayant obtenu le prix, mentionnons l’ouvrage de Bradford J. Wood, This Remote Part of the World : Regional Formation in Lower Cape Fear, North Carolina, 1725-1775, Columbia, University of South Carolina Press, 2004.    

36  Jack P. Greene, Peripheries and Center. Constitutional Development in the Extended Polities of the British Empire and the United States, 1607-1788, Athens, University of Georgia Press, 1987 ; Michael Kennedy et Christine Daniels, dir., Negotiated Empires. Centers and Peripheries in the Americas, 1500-1820, Londres, Routledge, 2002 ; Jack P. Greene, Pursuits of Happiness. The Social Development of Early Modern British Colonies and the Formation of American Culture, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1988.

37  Jack P. Greene, « Interpretative Frameworks », p. 299.

38  Voir, par exemple, Jorge Cañizares-Esguerra, Puritan Conquistadors : Iberianizing the Atlantic, 1550-1700, Stanford, Stanford University Press, 2006 ; John H. Elliott, Empires of the Atlantic World. Britain and Spain in America, 1492-1830, New Haven, Yale University Press, 2006. Il existe cependant d’importantes exceptions. Outre les ouvrages d’Alan Gallay et de Donald W. Meinig déjà cités, voir notamment Jorge Cañizares-Esguerra et Erik R. Seeman, dir., The Atlantic in Global History 1500-2000, Upper Saddle River, NJ, Pearson Prentice Hall, 2007 ; Franklin W. Knight et Peggy K. Liss, dir., Atlantic Port Cities. Economy, Culture, and Society in the Atlantic World, 1650-1850, Knoxville, University of Tennessee Press, 1991 ; Anthony Pagden, Lords of All the World. Ideologies of Empire in Spain, Britain and France c. 1500-c. 1800, New Haven, Yale University Press, 1995 ; Lou H. Roper et Bertrand Van Ruymbeke, dir., Constructing Early Modern Empires : Proprietary Ventures in the Atlantic World,1500-1750, Leiden, Brill, 2007 ; Patricia Seed, Ceremonies of Possession in Europe’s Conquest of the New World 1492-1640, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

39  Voir à ce propos Thomas Bender, dir., Rethinking American History in a Global Age, Berkeley, University of California Press, 2002.

40  Adresse du site : http://atlantique.mcgill.ca/fr

41  Jon Butler, The Huguenots in America. A Refugee People in New World Society, Cambridge, Harvard University Press, 1983 ; A. G. Roeber, Palatines, Liberty, and Property : German Lutherans in Colonial British America, 1993 ; Aaron Fogleman, Hopeful Journeys : German Immigration, Settlement, and Political Culture in Colonial America, 1717-1775, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1996 ; Marianne S. Wokeck, Trade in Strangers. The Beginnings of Mass Migration to North America, Philadelphie, Pennsylvania State University Press, 1999.  

42  Thomas Paine, Common Sense, Philadelphie, 1776.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Van Ruymbeke, « L’histoire Atlantique aux États-Unis : la périphérie au centre », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 19 septembre 2008, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/42083 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.42083

Haut de page

Auteur

Bertrand Van Ruymbeke

Université de Paris VIII

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page