Navigation – Plan du site
Colloques | 2008
L’histoire atlantique de part et d’autre de l’Atlantique – Journée d'études organisée par Cécile Vidal le 24 mars 2006 à l’EHESS, Paris
Cécile Vidal

Présentation

Journée d’études « L’histoire atlantique de part et d’autre de l’Atlantique », organisée par Cécile Vidal le 24 mars 2006 à l’EHESS, Paris
[24/09/2008]

Entrées d’index

Mots clés :

Histoire Atlantique

Keywords :

Atlantic History

Géographique :

Monde Atlantique
Haut de page

Texte intégral

1Apparue aux États-Unis dans les années 1970, la nouvelle histoire atlantique y connaît un essor extraordinaire depuis les années 1990. Devenue un champ historique à part entière, elle se rattache à l’histoire transnationale, en pleine expansion en Amérique du Nord, et représente, selon la définition d’Alison Games, une forme de world history appliquée à un espace et à une époque particulière. En postulant que le monde atlantique constitue une unité d’analyse historique au sein de laquelle doivent être étudiées de manière privilégiée les relations transnationales et transimpériales entre les sociétés bordant l’océan Atlantique parce que celles-ci furent largement influencées et transformées par ces échanges, ce courant historiographique remet en cause les cadres nationaux et impériaux dans lesquels s’est pendant longtemps structurée et continue largement à se structurer l’histoire des sociétés européennes, africaines et américaines. Il participe donc au décloisonnement des historiographies relatives à l’Europe de l’Ouest, à l’Afrique et aux Amériques britannique, française, néerlandaise, espagnole et portugaise.

2Constatant la très faible réception de la nouvelle histoire atlantique en France, j’organisais en mars 2006 à l’EHESS une journée d’études intitulée « L’histoire atlantique de part et d’autre de l’Atlantique ». Il s’agissait de faire mieux connaître ce courant historiographique en France, d’en dresser un premier bilan tant aux États-Unis qu’en Europe et de discuter des concepts à son fondement. Le débat qui eut lieu lors de la table-ronde finale portait sur les notions de « système », « monde » et « civilisation atlantique » (Qu’entendons-nous par ces concepts ? Sont-ils interchangeables ? Quelles sont les implications de chacun d’entre eux dans la manière dont les historiens conçoivent ce qu’est l’histoire atlantique ?), ainsi que sur les relations entre l’histoire atlantique et la world history (Devons-nous nous concentrer sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques ou intégrer l’Asie et l’Océanie dans une vision globale plus large ?). Les six articles présentés ici reflètent les discussions extrêmement animées qui eurent lieu lors de la journée d’études et la variété des points de vue des historiens européens sur le paradigme atlantique.

3Les contributions de Bertrand Van Ruymbeke et de Gunvor Simonsen constituent des bilans historiographiques et épistémologiques qui analysent les étapes du développement de la nouvelle histoire atlantique et les débats qui animent le champ aux États-Unis. Le premier retrace ses généalogies multiples, son institutionnalisation extrêmement rapide, ainsi que les critiques qui ont été émises à son encontre ; il montre comment ce nouveau courant historiographique répond à une double préoccupation : la remise en cause de l’exceptionnalisme américain et l’inscription de l’histoire nationale états-unienne dans une histoire mondiale et transnationale, d’une part, la recherche d’un cadre interprétatif global susceptible de remettre de l’ordre face au sentiment d’éclatement des études historiques, d’autre part. La seconde se focalise sur le débat ancien et récurrent qui préoccupe les historiens et anthropologues du « Black Atlantic », soit le transfert et le maintien des cultures africaines dans les communautés serviles des Amériques. Face aux impasses dans lesquelles tendent à s’enliser ces discussions, Gunvor Simonsen propose d’avoir recours à la micro-histoire pour étudier les processus de transformation des cultures et des identités dans le contexte de la traite et de l’esclavage et d’être plus attentif à l’évolution du phénomène sur la longue durée.

4Quant aux articles de Silvia Margalli et de Cécile Vidal, ils analysent la réception de la nouvelle histoire atlantique d’origine états-unienne en Europe et en France. Ils montrent tous deux qu’après une longue période d’ignorance et d’indifférence ce nouveau courant historiographique commence à se diffuser de ce côté-ci de l’océan, même s’il tarde à s’institutionnaliser – le processus s’étant d’ailleurs clairement accéléré entre l’organisation de la journée d’études et la publication de ses actes. La première explique les réticences des historiens européens par le fait que le paradigme atlantique ne correspondrait pas à une demande sociale sur le vieux continent et qu’il véhiculerait des positions idéologiques et intellectuelles contestables, alors que la seconde met plutôt en avant les oppositions persistantes à une véritable intégration de l’histoire de la colonisation et de l’esclavage au sein de l’histoire nationale en France.

5Enfin, les deux derniers essais, rédigés par Simon P. Newman et Pieter C. Emmer, spécialistes respectivement d’histoire sociale et culturelle et d’histoire économique, offrent des points de vue divergents sur la validité du paradigme atlantique et sur la richesse et les limites de la perspective afférente, en examinant les concepts de « monde » et de « système atlantique ». Le premier défend la pertinence d’une approche transnationale, mais considère qu’il faudrait davantage parler d’une pluralité de mondes atlantiques différents que d’un seul monde atlantique, tout en soulignant que la micro-histoire constitue une méthode privilégiée pour parvenir à retrouver et à embrasser cette variété de mondes atlantiques. Le second déconstruit la notion de « système atlantique », contestant que l’ensemble des continents bordant l’océan atlantique ait jamais connu un processus d’intégration économique global au cours de la période moderne ; il soutient plutôt que ce n’est qu’à partir de la fin du XVIIIe siècle que ces sociétés auraient commencé à converger vers un modèle civilisationnel commun.

  • Bertrand Van Ruymbeke, Université Paris VIII : « L’histoire atlantique aux États-Unis : la périphérie au centre »

  • Gunvor Simonsen, Copenhagen University : « Moving in Circles : African and Black History in the Atlantic World »

  • Silvia Marzagalli, CMMC, Université de Nice Sophia-Antipolis : « L’histoire atlantique en Europe »

  • Cécile Vidal, EHESS, MASCIPO : « Les réticences des historiens français face à l’histoire atlantique »

  • Simon P. Newman, University of Glasgow : « Making Sense of Atlantic World Histories : A British Perspective »

  • Pieter C. Emmer, Leiden University : « The Myth of Early Globalisation : The Atlantic Economy, 1500-1800 »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Vidal, « Présentation », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 24 septembre 2008, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/42393

Haut de page

Auteur

Cécile Vidal

EHESS/MASCIPO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page