Navigation – Plan du site
Colloques | 2008
L’histoire atlantique de part et d’autre de l’Atlantique – Journée d'études organisée par Cécile Vidal le 24 mars 2006 à l’EHESS, Paris
Silvia Marzagalli

L’histoire atlantique en Europe

[24/09/2008]

Résumés

L’histoire atlantique constitue depuis quelques décennies un secteur important de la recherche nord-américaine, alors que sa réception en Europe a été nettement plus mitigée et plus tardive. Pour comprendre ce phénomène, cet article analyse tout d’abord la présence d’historiens européens dans les moments forts où s’affirme, aux États-Unis, l’appartenance à l’historiographie atlantique. Deuxièmement, il esquisse un panorama institutionnel de la formation, de la recherche et de la diffusion scientifique en Europe qui se rattache à l’Atlantic History, panorama qui apparaîtnettement moins structuré et visible qu’en Amérique du Nord. Enfin il présente les travaux et initiatives européens qui depuis une décennie environ se réfèrent explicitement à ce courant historiographique. Cette démarche permet d’apprécier l’intérêt qui se manifeste en Europe depuis quelques années à peine à son égard. L’Europe se réveille peut-être un peu tard, mais elle pourrait bénéficier des avantages des late-comers, à condition qu’elle s’engage résolument dans un travail de définition et exploration conceptuelle des présupposés explicites et implicites de l’histoire atlantique, qui expliquent en partie les réticences qui ont pu se manifester à son encontre.  

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Europe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les tenants de cette approche soulignent que les Européens participant à ce processus ont été expo (...)
  • 2  L’expression, employée dès les années 1950, notamment par Vitorino Magalhães-Godinho est désormais (...)
  • 3  Sur les ambiguïtés de la notion de système atlantique, voir plus bas, les remarques relatives au c (...)

1L’Atlantic history ou histoire atlantique est un courant historiographique qui propose de relire les phénomènes se déroulant sur les continents bordés par l’Atlantique – Europe, Afrique et les Amériques – en prenant en compte les échanges et l’intégration progressive au sein de cet espace. D’après ses partisans, à partir de la fin du XVe siècle l’océan aurait en effet constitué un « pont » favorisant un processus d’interaction et de convergence qui a modifié à jamais les perceptions, les identités, les économies et les sociétés sur chacun de ces continents1. L’existence quotidienne aurait été affectée en profondeur par cette nouvelle construction car l’influence de ce « monde atlantique »2 aurait fini par pénétrer à l’intérieur des terres, d’où partaient les engagés, les volontaires, les esclaves victimes de razzias dans le cas africain, bref, ces centaines de milliers de migrants à l’origine du peuplement du Nouveau Monde, dont les productions modifièrent peu à peu les habitudes alimentaires et somptuaires des élites, puis des masses européennes, et dont les logiques de production eurent des répercussions majeures sur l’économie et la structuration des sociétés européennes, américaines et africaines. Les mots-clés de cette approche sont donc : intégration et interdépendance, ce dernier terme ayant entraîné dans son sillage le recours à la notion controversée de « système »3.

  • 4  Voir à ce propos les différents articles de Peter A. Coclanis, en particulier Peter A. Coclanis, « (...)
  • 5  Alison Games, « Atlantic History», pp. 745-747.

2Cet article ne vise pas à analyser si cette démarche est féconde et cohérente, ou si elle ne risque pas au contraire d’occulter, par le découpage géographique et chronologique qu’elle propose, d’une part, et par ses présupposés implicites qui tendent à relativiser les rapports de domination, d’autre part, des dimensions importantes de l’expérience du passé. Des doutes ont été émis en effet quant au bien-fondé de l’approche qui consiste à isoler l’intégration atlantique d’un processus que certains n’hésitent pas à qualifier de « première mondialisation »4, alors que d’autres soulignent la tendance actuelle à placer sous l’étiquette « atlantique » des études qui ont bien peu à voir avec l’existence de l’océan5.

  • 6  Je tiens à remercier Federica Morelli, António de Almeida Mendes, Simon Newman et Cécile Vidal pou (...)
  • 7  Alison Games, « Atlantic History», pp. 744-745.
  • 8   Cécile Vidal, « The Reluctance of French Historians to Address Atlantic History », The Southern Q (...)

3Dans le cadre de cet article, il s’agit plus modestement de voir dans quelle mesure l’Atlantic History a trouvé ou pas un terrain fertile pour s’enraciner en Europe6. Car, si ce courant est une réalité historiographique indéniable aux États-Unis7, la communauté historienne de l’autre côté de l’Atlantique a été nettement moins réceptive – par  scepticisme parfois, par indifférence le plus souvent – face aux éventuels apports de cette démarche. Le cas français, qui a fait récemment l’objet d’une synthèse par Cécile Vidal, ne sera pas détaillé dans ce tour d’horizon, mais il nous semble qu’il ne constitue pas une exception8. En France comme dans le reste de l’Europe, toutefois, plusieurs signes laissent penser que l’approche atlantique gagne du terrain : les années à venir confirmeront la mesure du phénomène et ses principales orientations de recherche.

  • 9  Bernard Bailyn, « The Idea of Atlantic History », Itinerario, vol. 20, n. 1, 1996, pp. 19-44.
  • 10  Sans revenir sur les accusations extrêmes faites à Godechot et Palmer d’être les idéologues de l’O (...)
  • 11  Huguette Chaunu et Pierre Chaunu, Séville et l'Atlantique (1504-1650), Paris, A. Colin, 1956-1959  (...)
  • 12  Pour se limiter, à titre d’exemple, à l’école française qui est alors une référence en Europe, voi (...)
  • 13  Huguette Chaunu et Pierre Chaunu, « Économie atlantique, économie mondiale (1504-1650) », Cahiers (...)
  • 14  Vitorino Magalhães-Godinho, « Création et dynamisme du monde atlantique, 1420-1670 ».
  • 15  L’influence de la Méditerranée braudelienne sur le développement de l’Atlantic History, sur laquel (...)

4Certes, en retraçant la genèse de ce courant, on a pu mettre en avant la part des historiens européens, auxquels Bernard Bailyn et Nicholas Canny entre autres ont rendu hommage. Le premier, en particulier, a savamment suivi l’émergence du concept de civilisation atlantique dans la littérature anglophone depuis le lendemain de la Première guerre mondiale et naturellement souligné ce passage obligé que représente la notion de révolution atlantique élaborée conjointement par Jacques Godechot  et Robert Palmer dans les années 19509. C’est à cette époque que l’histoire de l'Atlantique franchit, toujours en Europe, une étape essentielle, car elle passe d’une phase pionnière, qui théorise plus qu’elle n’analyse, au stade où elle alimente des études empiriques. Alors que dans les premières théorisations, on insistait surtout sur l’Atlantique nord à l’époque contemporaine, le concept s’est étendu dans l’espace, embrassant aussi l'Atlantique ibérique, et dans le temps, car les études se sont concentrées de plus en plus sur la période moderne, prenant leur distance vis à vis de l’idéologie « atlanticiste » de la Guerre froide qui avait soulevé bien des réticences parmi un certain nombre d’intellectuels et d’historiens européens10. Ce sont les années où mûrissent les travaux de Vitorino Magalhães-Godinho sur l’empire portugais et de Pierre Chaunu et Huguette Chaunu sur Séville et l'Atlantique11, sans que les historiens européens se privent pour autant du plaisir d’enquêter sur d’autres espaces12. Les concepts d’« économie atlantique » (Huguette Chaunu et Pierre Chaunu13), de « monde atlantique » (Vitorino Magalhães-Godinho14), d’« espace atlantique » (Lucien Febvre), de « structures et conjonctures de l’espace atlantique » (Pierre Chaunu) se diffusent, s’affirment, dominent cette partie émergente de l’historiographie française proche des Annales, marginalisantprogressivement la notion trop connotée de « civilisation atlantique ». C’est d’ailleurs en constatant le poids des historiens français dans cette phase pionnière qu’on a pu suggérer l’influence de la Méditerranée braudelienne sur l’émergence de l’Atlantique en tant qu’unité d’analyse15.

  • 16  David Hancock, « The British Atlantic World. Co-ordination, Complexity and the Emergence of an Atl (...)
  • 17  Alison Games, « Teaching Atlantic History », Itinerario, vol. 23, n. 2, 1999, pp. 162-163.

5Toutefois, même en rendant hommage à ces ouvrages et aux apports européens dans la genèse de l’histoire atlantique, il reste que le courant historiographique qui émerge aux États-Unis vers les années 1970 et qui s’affirme de manière de plus en plus marquée au cours des années 1980 et 1990, constitue autre chose qu’un simple développement des prémisses jetées en Europe dans les années 1950. Nous sommes entre-temps passés de la notion de l'Atlantique en tant que communauté aux racines et aux expériences communes, à celle, plus complexe, de l'Atlantique en tant que « vigoureuse construction interdépendante »16, qui invite à étudier « en termes de connexions et convergences » les individus et les sociétés autour de cet océan, dont l’existence a été profondément transformée par les échanges transatlantiques développésaprès 1492, individus et sociétés ayant été entraînés, bon gré mal gré, dans un monde nouveau, et ce, des deux côtés de l’océan17.

6Il n’est pas trop difficile d’expliquer le succès que l’Atlantic History rencontre  aux États-Unis, à partir des demandes contemporaines de cette société : multiculturelle, multiethnique, multiraciale, la nouvelle histoire atlantique « passe » sans doute mieux, actuellement, que l’histoire coloniale traditionnelle de l’expansion européenne. Les approches de l’histoire atlantique, toutefois, constituent un modèle susceptible, d’après ses adeptes, d’expliquer plus en profondeur que les approches traditionnelles une bonne partie de l’histoire de l’ensemble des pays bordant l’Atlantique à l’époque moderne : a priori, il ne devrait pas y avoir de raisons pour qu’elle ne se généralise pas en dehors des États-Unis.

7La validité de ce postulat constitue précisément ce qu’on peut essayer de mesurer à partir de la réception plus ou moins tiède – en tout cas tardive – qui lui a été réservée de ce côté-ci de l’Atlantique. Pour essayer de mesurer la réception de l’Atlantic History en Europe, j’ai adopté trois angles d’attaque différents et en quelque sorte complémentaires. En premier lieu, il s’agit de voir dans quelle mesure les historiens européens sont présents dans les moments forts où s’affirme, aux États-Unis, l’appartenance à l’historiographie atlantique. Deuxièmement, je présenterai le panorama institutionnel de la formation, de la recherche et de la diffusion scientifique en Europe qui se rattache à l’Atlantic History. Enfin, j’avancerai quelques remarques sur les travaux et initiatives européens récents qui se revendiquent de ou se réfèrent explicitement à ce courant historiographique.

La présence européenne dans les hautes sphères de « l’atlanticisme » made in US

  • 18  Voir pour une liste sans doute non exhaustive la brochure Teaching Atlantic History. Syllabi Contr (...)

8Une multitude d’universités américaines offre des cours d’histoire atlantique à tous les niveaux de leurs formations18, ce type d’approche étant considéré comme particulièrement formateur. Quelques prestigieuses universités aux États-Unis ont fait de ce champ historique l’un de leurs fers de lance : Harvard University, Johns Hopkins University, University of Texas at Arlington, College of Charleston, New York University, Michigan State University, Florida International University proposent non seulement de véritables parcours d’études et des formations doctorales spécialisés, mais aussi des cycles de séminaires et conférences. Certaines de ces universités ont également développé des collections éditoriales consacrées spécifiquement à l’histoire atlantique. C’est au sein de ces institutions que se joue largement l’élaboration des thématiques de recherche et que s’affiche l’appartenance à ce courant historiographique. J’ai donc cherché à évaluer dans quelle mesure les Européens étaient présents dans les activités de ces institutions.

9Vu d’Europe, ce sont surtout les séminaires annuels d’été à Harvard qui retiennent l’attention, dans la mesure où ils réunissent pendant une douzaine de jours des doctorants et des enseignants-chercheurs, a priori sans d’autres critères que l’excellence de leur travail et la pertinence de leur sujet de recherche par rapport au thème général du séminaire annuel. Les intervenants, retenus après une large diffusion d’un appel à candidature, sont entièrement défrayés, ce qui ajoute un élément majeur d’attractivité, surtout lorsqu’on évolue au sein d’institutions européennes qui, en règle générale, ne fournissent pas aux chercheurs et encore moins aux doctorants de fonds spécifiques pour aller parfaire leur formation à l’étranger.

10Les séminaires de Harvard ont été initiés en 1995 par Bernard Bailyn, qui est toujours à la tête du programme. Celui-ci affiche ouvertement un caractère fortement international. À lire le descriptif des séminaires, en effet, la participation étrangère apparaît comme l’objectif prioritaire :

Members of the Seminar are drawn from the nations of Western Europe, Africa, and Latin America, joined by U.S. and Canadian scholars who are also at an early stage of their careers, for presentation of work in progress, discussions of the theme of the Seminar, and exchange of views with senior scholars19.

  • 20  Je ne dispose pas d’outils pour effectuer la même opération pour l’Atlantic seminar organisé par J (...)
  • 21  Neuf personnes ont été exclues parce qu’elles n’ont pas pu être identifiées avec certitude.
  • 22  L’écrasante majorité des chercheurs a suivi sa formation et enseigne dans son propre pays. Le clas (...)

11Une première manière d’analyser dans quelle mesure l’histoire atlantique a du succès en Europe consiste à regarder la participation des Européens aux dix premiers séminaires de Harvard (1995-2004, celui de 2005 ayant été réservé aux « anciens »)20. Les chiffres, pour une fois, parlent presque d’eux-mêmes… Sur un total de 249 participants invités identifiables21, 176, soit 70%, proviennent d’Amérique du Nord (États-Unis surtout, avec un petit contingent canadien). Vingt-un participants sont originaires d’Amérique centrale ou du Sud ; quatre d’Afrique, quatre d’Australie, et 50 d’Europe, soit 20% du total22.

  • 23  Pour se limiter à un seul exemple, le livre de Bernard Bailyn, Atlantic history, n’a été acheté qu (...)

12Sur les 50 Européens – dont trois au moins ont effectué une partie de leur formation aux États-Unis – six enseignent actuellement en Amérique du Nord, un en Australie, ce qui peut être un indice de la difficulté de s’insérer dans les universités européennes lorsqu’on travaille sur des problématiques atlantiques. Parmi les Européens, presque la moitié est anglophone (21 Britanniques, 3 Irlandais).La prépondérance britannique ne surprend pas : la communauté de la langue – qui intervient tant pour présenter la communication et suivre les débats, que plus en amont, par la disponibilité des livres d’histoire atlantique dans les bibliothèques universitaires23 –, l’existence de passerelles beaucoup plus faciles en termes de postes, bourses, Ph.D. suffisent à l’expliquer. Quant aux 26 autres Européens, 10 sont Allemands, 6 Français, 3 Néerlandais, 2 Portugais, 2 Suédois, 1 Danois, 1 Espagnol, 1 Autrichien. Premières constatations : la nette sous-représentation de la péninsule ibérique, par rapport à l’importance de ces deux pays aux Amériques, et la présence assez massive de chercheurs de langue allemande. Si l’Europe centrale a contribué à peupler l’Amérique britannique au XVIIIe siècle, elle n’a tout de même pas été en première ligne dans la colonisation et la mise en valeur du Nouveau Monde : la plus ou moins grande aisance dans la langue anglaise, l’accès à l’information, les traditions culturelles universitaires qui habituent et incitent les doctorants à présenter leur recherche en cours, ou qui, au contraire, ne les poussent pas dans ce sens, sont sans doute autant de facteurs qui peuvent expliquer en partie l’étrange répartition nationale du recrutement aux séminaires de Harvard. Il faut y ajouter le poids de la tradition historiographique allemande pour l’étude de l’Amérique latine, qui a trouvé dans l’histoire atlantique un nouveau filon conceptuel à exploiter. A contrario, on peut supposer que dans la péninsule ibérique une partie des chercheurs et doctorants qui travaillent sur les phénomènes coloniaux ou impériaux n’éprouve pas forcément le besoin d’insérer ceux-ci dans un cadre atlantique. Certains phénomènes peuvent probablement se comprendre mieux à partir de la prise en compte d’autres cadres géographiques que l’Atlantique : dans le cas de la circulations du personnel administratif entre la métropole et l’Amérique ibérique ou hollandaise, par exemple, il est possible qu’une comparaison avec l’océan Indien ou le Pacifique, voire avec la Méditerranée pour le cas espagnol, puisse apporter un éclairage supérieur à celui offert par une comparaison avec l’expérience d’autres pays ayant un empire outre-Atlantique.

13Quoi qu’il en soit, la géographie de la participation européenne aux séminaires de Harvard reflète, en gros, l’institutionnalisation de la recherche en histoire atlantique en Europe, qui ne coïncide pas nécessairement, comme nous le verrons, avec le poids que l’Atlantique a joué à l’époque moderne pour les pays concernés, mais semble obéir à d’autres logiques.

14Pour vérifier dans quelle mesure l’échantillon des participants aux séminaires de Harvard est représentatif du degré de participation européenne à l’histoire atlantique, on peut regarder aussi la présence européenne au sein du réseau H-Atlantic, le forum consacré à ce domaine à l’intérieur de H-Net, vitrine reconnue, du moins dans le monde occidental, pour l’affichage des activités scientifiques24. Je n’ai pas essayé de « peser » la part des annonces venant des Européens parmi les messages diffusés sur cette liste par voie électronique, même s’il est évident que cette part est infinitésimale, qu’il s’agisse d’annonces de colloque, d’appels à contribution, de comptes-rendus de livre, d’avis de parution : cela pourrait tenir en partie aux inerties propres aux modes de fonctionnement de la recherche en Europe, qui n’a pas encore toujours pleinement intégré les apports et les enjeux de ce type d’instruments de diffusion, et ne saurait pas témoigner, à lui seul, d’une faible réception de l’histoire atlantique en Europe.

  • 25  En revanche, je n’ai pas utilisé la rubrique « Atlantic History Conferences & Workshops » qui n’es (...)
  • 26  Le Maastrich Center for Transatlantic Studies (MCTS) est classé comme « suédois » sur le site H-At (...)

15J’ai en revanche regardé de plus près les « liens » répertoriés sur le site de H-Atlantic à la rubrique « Atlantic History Seminars, Workshops & Programs », où sont indiqués 33 institutions et programmes d’histoire atlantique25. Mon hypothèse de départ – passablement démentie par les faits – était que les institutions européennes qui se réclameraient de proche ou de loin de l’histoire atlantique ne manqueraient pas de faire figurer sur H-Atlantic un lien vers leur site. Parmi les 33 liens, 21 renvoient à des institutions ou projets nord-américains : on retrouve là, sans surprise, la prépondérance déjà constatée aux séminaires de Harvard. Parmi les institutions, formations et projets européens, quatre sont britanniques (le réseau STAR et les formations de trois universités), quatre français (l’Association Française d’Études Américaines et trois équipes d’accueil des universités littorales), deux espagnols (deux centres de recherche du CNRS espagnol, l’un à Séville, l’autre à Madrid), deux néerlandais (le Centre d’études transatlantiques de Maastrich26 ; et un projet sur les Hollandais et l’Atlantique). Le Portugal est absent.

16L’essentiel de ces liens renvoie à des institutions offrant des formations  universitaires, et plus qu’une vitrine des organismes et instituts de recherche ouverts sur les perspectives de l’Atlantic history, les liens sur H-Atlantic ont été utilisés surtout pour faire connaître des programmes de formation. Quand on regarde de plus près les finalités et les objectifs mis en avant dans ce cadre, on constate par ailleurs que plusieurs institutions placent sous l’étiquette « atlantique » des contenus sensiblement différents de ceux qui nous occupent ici. Une analyse plus détaillée de la formation et des institutions de recherche en Europe consacrés aux thèmes liés à l’histoire atlantique permet d’expliciter cette remarque et de poursuivre notre quête de sa réception en Europe.

La faible institutionnalisation des formations et de la recherche européenne autour de l’histoire atlantique

17En surfant sur ces liens de H-Atlantic, il apparaît évident que plusieurs formations mettent en avant une notion d’Atlantique qui a peu en commun avec l’étude historique des processus d’intégration à l’œuvre à l’époque moderne autour du bassin atlantique. L’exemple des cours offerts dans les universités britanniques listées sur H-Atlantic suffira, d’autant plus que la Grande-Bretagne est parmi les pays européens sur ce site qui affichent davantage de programmes d’études axés sur cette thématique.

18L’Écosse compte depuis 2002-03 un réseau d’études transatlantiques (STAR), auquel sont affiliées les Universités de Dundee, d’Edinburgh et de Glasgow. Le projet, initialement financé pour trois ans, a pu être poursuivi en 2007, mais le site n’annonce pour l’instant aucune activité pour 2008. Le Journal of Transatlantic Studies, édité depuis 2003 au rythme de deux numéros par an par l’Université d’Edinburgh, ne semble pas se pérenniser27.En revanche, le réseau vient de diffuser l’appel à communication pour le colloque annuel, régulièrement tenu depuis 2003. Celui pour 2006 mettait clairement l’accent sur la pluridisciplinarité : « papers on any aspect of transatlantic studies are welcome, including literary and cultural perspectives as well as those relating to history, society, politics, diplomacy, economics »28, alors que celui pour 2008 s’annonce résolument axé sur l’après-1945.

  • 29  La page d’accueil du programme « Transatlantic Studies » de l’ITEAS (Institute for Transatlantic, (...)

19La perspective des formations des universités qui adhérent au réseau STAR n’est en effet pas prioritairement historique, et bien que l’objectif affiché par celui-ci soit d’étudier « all aspects of transatlantic studies in all time periods », l’intérêt va clairement aux phénomènes contemporains. Le programme de formation en Transatlantic Studies de l’Université de Dundee, par exemple, met en avant la nécessité de fournir aux étudiants des clés de lecture pour comprendre les défis du 21e siècle, parmi lesquels on évoque les relations entre Europe et États-Unis et l’émergence de la Chine (sic !) en tant que puissance économique et politique29. Si la formation prévoit quelques cours d’histoire, ceux-ci sont loin d’être majoritaires : elle vise plutôt à fournir quelques notions d’histoire à des étudiants de relations internationales. Il en va de même à l’Université d’Edinburgh, comme par ailleurs au Centre d’études transatlantiques de Maastrich.

20Parmi les universités du STAR, seule celle de Glasgow présente un cursus littéraire et civilisationniste avec une perspective transatlantique : en 2004-05, l’université a ouvert une formation transversale destinée aux étudiants de master des départements de français, anglais et espagnol portant sur les questions identitaires, et dans laquelle les cours dispensés relèvent de l’Atlantic history, comme en témoigne la lecture de textes sur le Black Atlantic ou sur les migrations à l’époque moderne30. Ce projet se concrétise aujourd’hui dans le Literature and Transatlantic Studies Programme, qui offre à la fois une approche théorique et des options thématiques31.  Dans le même sens, le WISE (Wilberforce Institute for the Study of Slavery and Emancipation) de l’University of Hull offre une formation en master et en troisième cycle sur les questions relatives à la traite, l’esclavage et aux abolitions, thèmes transcontinentaux et transnationaux par excellence, auxquels l’histoire atlantique a véritablement apporté un souffle nouveau. Douglas Hamilton, qui enseigne à Hull, a par ailleurs été l’un des organisateurs de la Atlantic Worlds Gallery ouverte au National Maritime Museum de Greenwich, qui s’inscrit dans la droite ligne de l’histoire atlantique : « This gallery is about the movement of people, goods and ideas across and around the Atlantic Ocean from the 17th century to the 19th century. The connections created by these movements changed the lives of people on three continents, profoundly affecting their cultures and societies and shaping the world we live in today »32.

21Si l’université de Hull n’a pas souhaité afficher de lien sur H-Atlantic, les deux établissements anglais qui l’ont fait ne s’inscrivent en revanche que partiellement dans une perspective d’histoire atlantique : l’université du Central Lancashire, qui offre au sein de son cursus en études américaines quelques cours rattachables à ce champ historique, a désormais rejoint le Maastrich Center for Transatlantic Studies33 ; quant à la formation « Transatlantic studies » de l’Université de Birmingham, dispensée par son département d’études américaines et canadiennes, elle ne concerne que les trois domaines suivants : Foreign Policy, Film and Television Studies, Race34. La perspective historique y est absente.

22La première impression, en ce qui concerne les formations universitaires européennes, est que l’étiquette « transatlantique » a servi dans un premier temps surtout à redorer le blason des cursus d’études internationales plus classiques. Parfois, toutefois, l’émergence de la notion demonde atlantique a permis de trouver de réels points de convergence entre les départements de langues et civilisations, avec quelques économies d’échelle au niveau de l’établissement par la mutualisation des cours dispensés : elle permet aux étudiants concernés de se sensibiliser à ce qui est commun, et en ce sens « atlantique », aux phénomènes jusque là analysés dans un cadre mono-impérial.

23Nulle part, toutefois, les enseignements d’histoire ne semblent avoir été intégralement repensés pour mettre au centre l’essor du monde atlantique, et aucune université n’affiche à ma connaissance une formation doctorale en « histoire atlantique » comparable à celle offerte par exemple par la New York University35, bien que l’Université de Liverpool offre désormais un master en Atlantic History : Slavery, Race and Colonialism36 et que d’autres universités aient intégré des perspectives atlantiques dans une formation plus large. Ainsi, l’Université de Séville offrait-elle en 2007-08 un programme de formation en master et en doctorat intitulé : Europa, el mundo mediterráneo u su difusión atlántica. Métodos y teorías para la investigación histórica, dans lequel une partie des cours adoptait explicitement l’approche de l’histoire atlantique37, sans renier pour autant la dimension méditerranéenne.

24Les années à venir nous diront dans quelle mesure les cursus de formation offerts dans les établissements européens sauront véritablement intégrer l’histoire atlantique, qui reste pour l’instant encore confinée à un nombre restreint d’institutions. En attendant, il convient de rechercher les traces de sa réception dans les projets de recherche et des publications périodiques, secteurs plus réactifs et davantage capables d’adaptation dans un temps court que les cursus de formation.

La recherche en histoire atlantique made in Europe : un tournant dans la dernière décennie

  • 38 « The Nature of Atlantic History », Itinerario, vol. 23, n. 2, 1999, pp. 48-173. 
  • 39  Alison Games rappelle que sur les 268 communications présentées au séminaire de Harvard de 1996 à (...)

25La pénétration de l’Atlantic History dans le panorama de la recherche européenne s’est opérée pour l’essentiel dans la dernière décennie. Deux initiatives majeures, en 1999, témoignent des premières réactions face à un phénomène historiographique qui était indéniablement déjà à la mode outre-Atlantique. La première est le colloque international sur la « nature de l’histoire atlantique » organisé par Pieter Emmer en mai 1999 au sein du Centre de recherche sur l’expansion européenne de l'Université de Leyde, dont les actes ont été publiés l’année même par la revue  du centre, Itinerario38. À cette occasion, Pieter Emmer avait demandé à ses invités de réfléchir à la valeur heuristique de ce nouveau paradigme, suggérant par ailleurs plutôt explicitement que le modèle élaboré par les historiens nord-américains ne s’adaptait finalement qu’au cas britannique39. Les réponses ont été nuancées, en ce sens que les historiens américains présents au colloque n’ont manifesté aucun doute sur le bien fondé de la démarche atlanticiste, indépendamment de l’objet sur lequel ils se sont penchés (cas britannique par David Hancock ; Amérique latine par Carla Rahn Phillips ; Black Atlantic par Deborah Gray White), alors que les historiens européens étaient nettement plus réservés : Pieter Emmer et Wim Klooster sur l’Atlantique hollandais, moi-même sur l’Atlantique français.

  • 40  Horst Pietschmann, dir, Atlantic History. History of the Atlantic System.
  • 41  Michel Morineau a publié à part ses observations dans « Le système atlantique au péril de l’histoi (...)
  • 42  L’appartenance nationale a été mesurée à partir de l’affiliation institutionnelle des participants

26Quelques mois plus tard, Horst Pietchmann, professeur d’histoire latino-américaine à l’Université de Hambourg, organisait lui aussi un grand colloque international, dont une partie des actes a été publiée trois ans après dans un gros volume intitulé : Atlantic History. History of the Atlantic System40. Une partie seulement, car une dizaine de communications manquent à l’appel41, deux autres se sont ajoutées après. Parmi les contributeurs, les Américains sont ici minoritaires (4 chercheurs des États-Unis, 1 du Mexique ; à remarquer toutefois que 3 autres Américains présents à la conférence, dont Bernard Bailyn, n’ont pas livré leur texte) ; les Allemands (11) se taillent la part du lion. Les autres sont assez équitablement dispersés en Europe de l’Ouest pour la plupart : 2 Britanniques, 2 Irlandais, 1 Hollandais, 2 Français, 3 Espagnols, 1 Portugais, 1 Islandaise et 1 Autrichienne42.

  • 43  Horst Pietschmann, « Historia atlantycka : pomiędzy historią Europy a historią świata », Polski Pr (...)
  • 44  Claudia Schnurmann parle ainsi de systèmes atlantiques (au pluriel), deux autres auteurs utilisent (...)

27Cet ouvrage reflète de manière significative la confusion totale qui régnait il y encore dix ans en Europe autour de l’histoire atlantique. Je ne fais pas tellement allusion au fait qu’il s’agit d’un volume déroutant, mal édité (les annexes annoncées n’y sont pas, l’anglais est par moment à la limite de l’incompréhensible), déséquilibré (les communications vont de 10 à 50 pages), et obscur, car le lecteur cherchera en vain une logique quelconque dans le classement des articles (elle n’est ni spatiale, ni chronologique, ni véritablement thématique, et elle ne reprend pas non plus l’ordre des communications présentées au colloque de Hambourg). Lorsque je parle de confusion totale autour de l’histoire atlantique, c’est à la problématiquecentrale du colloque que je fais référence, car de toute évidence, il ne s’est dégagé aucun consensus autour du concept de « système atlantique », et rien ne laisse penser que dans l’appel à communication il y ait eu une quelconque tentative de faire de cette notion une véritable clé de lecture. Loin de représenter une redondance (L’histoire atlantique. L’histoire du système atlantique), le titre renvoie à un problème conceptuel fondamental auquel ce volume n’apporte aucune réponse : s’il ne cache pas sa prédilection pour l’utilisation de la notion de système, Pietschmann lui-même, dans une introduction décousue, mais dont il est suffisamment fier pour l’avoir faite traduire et publier en polonais43, finit par admettre qu’il manque encore une définition rigoureuse des liens caractérisant le « système atlantique » (p. 39), alors qu’il postule, sans la démontrer, l’évidence des liens propres aux sous-systèmes nationaux (Atlantique britannique, espagnol, français, etc.). En attendant une définition plus rigoureuse, plusieurs intervenants ont préféré utiliser les termes « d’espace » ou de « monde » atlantique44. Quant à Pieter Emmer (« In Search of a System. The Atlantic Economy, 1500-1800 »), il nie carrément l’existence d’un quelconque « système atlantique », en soulignant que l’écrasante majorité des Européens, des Africains et des habitants du Nouveau Monde à l’époque moderne ne participait pas à l’économie atlantique. Hormis pour l’économie de plantation et la vie de quelques ports, celle-ci n’avait pas d’après lui de réel impact pour aucun des continents concernés. Au plus, Emmer admet une intégration progressive des normes, valeurs, attitudes autour du bassin atlantique, mais cela vers la fin du XVIIIsiècle seulement, et encore avec de nombreuses limites.

  • 45 Hispanic American Historical Review, vol. 84, n. 4, 2004, pp. 719-720. Voir aussi mon compte rendu (...)

28Ce n’est pas que ce livre collectif ne présente pas de bonnes, voire quelques très bonnes communications : mais on ne peut qu’être d’accord avec Alison Games qui, dans un compte rendu de cet ouvrage, affirme d’emblée que le volume « cannot justly claim to be anything approaching a history of the Atlantic system » et termine en invitant les lecteurs à se tourner vers d’autres références, s’ils veulent avoir un aperçu de la recherche récente en matière d’histoire atlantique45.  Elle n’a pas tort, puisque Pietschmann se limite à affirmer que la lecture montrera « des problèmes communs » à l’histoire européenne et aux régions colonisées en ouvrant ainsi des perspectives de comparaison : ce qui revient à abandonner les lecteurs à eux-mêmes, sans leur donner une quelconque piste. L’absence totale d’unité est très révélatrice, me semble-t-il, du fait que l’histoire atlantique ne revêtait pas, pour la majorité des intervenants, un contenu heuristique précis et qu’elle n’était qu’un cadre vide de plus dans lequel replacer leur propre recherche.

  • 46 Manuel Bustos-Rodriguez, Cadiz en el sistema atlantico. La ciudad, sus commerciantes y la actividad (...)
  • 47  José María Oliva Melgar et Carlos Martínez Shaw, dir., El sistemaatlántico español (siglos XVII-XI (...)

29Le mérite principal de ces initiatives est toutefois d’avoir contribué à la prise de conscience de l’existence de l’histoire atlantique, jusque là largement ignorée. Si le nombre de publications n’est pas encore au rendez-vous, c’est peut-être juste une question de temps. Deux volumes publiés récemment en Espagne contiennent dans le titre la notion de « système atlantique », elle relève, me semble-t-il, avant tout d’un effet de mode. Néanmoins, le fait que l’éditeur ou les auteurs aient cru nécessaire d’insérer cette expression dans le titre est en soi significatif de l’attention que l’historiographie espagnole semble désormais porter à l’existence de l’Atlantic history, même si celle-ci n’est pas nécessairement entièrement « digérée ». Le beau volume sur Cadiz entre 1650 et 1830 que Manuel Bustos Rodriguez vient de publier est en fait, avant tout, une histoire de la ville, de son commerce et de sa bourgeoisie commerciale : la notion de système atlantique, affichée dans le titre et reprise dans l’introduction, n’est nullement développée au-delà de sa définition assez générale en tant que « réseau des relations prioritairement mais pas exclusivement économiques, de caractère complémentaire, entre les deux côtés de l’océan », et le seul renvoi bibliographique en matière d’Atlantic history est l’ouvrage déjà ancien de Ralph Davis, Rise of Atlantic Economies46. Quant au volume collectif édité par Carlos Martínez Shaw et José María Oliva Melgar intitulé El sistemaatlántico español (siglos XVII-XIX), publié en 2005, il s’agit de la publication des actes d’un colloque qui ne portait pas à l’origine ce titre et qui n’avait pas été pensé explicitement en ces termes47.

30Plusieurs journées d’études et colloques dans une perspective véritablement atlantique ont toutefois été organisés au cours de ces dernières années. Laissant de côté le cas français, développé en détail dans l’article de Cécile Vidal dans ce numéro, le phénomène concerne plusieurs pays européens. À Madrid, la Casa de Velasquez a par exemple organisé un colloque sur le thème « Individus, familles et groupes : pratiques marchandes et pouvoirs dans la Monarchie hispanique, XVe-XVIIIe siècles »(janvier 2006), qui affiche clairement, dans son appréhension des logiques impériales espagnoles, une approche réticulaire parfaitement compatible avec l’Atlantic history48.De manière occasionnelle, plusieurs universités anglaises ont proposé récemment des conférences sur des thèmes atlantiques, comme « The Atlantic World in Motion : Atlantic Diasporas, Regional Mobility, and the Mingling of Peoples, 1500-1825 » (conférence  à la Cambridge University en 2004) et  « Pioneers, Adventurers, and the Creation of the Atlantic World » (conférence à l’Université de Bristol en 2005). L’université de Liverpool organise quant à elle depuis 2006 une conférence annuelle et une série de séminaires consacrés à l’Atlantique ibérique49.

31À côté de ces initiatives, on assiste depuis quelques années à l’émergence de véritables programmes de recherche structurés dans une perspective atlantique. H-Atlantic affiche ainsi le lien vers deux laboratoires espagnols du Consejo Superior de Investigaciones Científicas : l’Escuela de Estudios Hispano-Americanos de Séville50, qui insiste sur les communications entre Andalousie et Nouveau Monde et se consacre uniquement au monde hispano-américain, et l’Instituto de Historia de Madrid51. La page web relative aux axes de recherche de ce dernier laboratoire présente plusieurs alinéas qui semblent renvoyer à une lecture globale des phénomènes des deux côtés de l’Atlantique espagnol (migrations, représentations, organisation des espaces frontaliers américains, etc.), mais le site n’offre pas davantage d’informations sur les contenus et méthodes de chacun de ces projets. Au sein de l’institut, il existe toutefois deux sections séparées, l’une d’histoire moderne, l’autre d’histoire de l’Amérique : la dimension atlantique n’a manifestement pas encore eu raison des divisions institutionnelles traditionnelles.

32Un troisième programme de recherche européen répertorié sur H-Atlantic est hollandais. En février 2004, le NWO (Netherlands Organisation for Scientific Research) et le HGIS (Netherlands Culture Fund) ont financé un projet porté par TheRoyal Netherlands Institute of Southeast Asian and Caribbean Studies visant à mettre en ligne les références aux répertoires bibliographiques et aux sources, imprimées ou pas, concernant la présence hollandaise dans l’Atlantique52. Le projet, actuellement entré dans sa seconde phase visant à rendre plus aisée l’utilisation de la base consultable en ligne, montre clairement, au sein d’un institut dévolu aux études coloniales, la pénétration de l’approche atlanticiste.

33De toute évidence, toutefois, H-Atlantic et le site des séminaires d’Harvard, élargis en surfant au gré des mots-clés et de liens, n’offrent pas un panorama fidèle des initiatives en cours enEurope : encore largement dispersées, et manquant de visibilité, elles ne sont pas pour autant négligeables. S’il ne figure par parmi les liens de H-Atlantic, par exemple, le Centre for the Study of Human Settlement and Historical Change (CSHSHC) de l’Université de Galway, désormais devenu le Moore Institute for Research in the Humanities and Social Studies,où travaille Nicholas Canny, a accueilli par le passé, grâce à des bourses doctorales et post-doctorales, de nombreux chercheurs travaillant sur l’Atlantique. L’undes huit projets thématiques de recherche actuels porte sur « Colonisation and globalisation ». On remarquera au passage que dans le descriptif du projet, il est question d’expansion européenne et de construction d’empire outre-mer, mais jamais d’Atlantique53, comme si la dichotomie entre histoire atlantique et histoire mondiale avait été finalement tranchée en faveur de cette dernière.

  • 54  L’université des Açores offre aussi un cours intitulé História Insular e Atlântica (Séculos XV-XX)(...)
  • 55  http://cham.fcsh.unl.pt/
  • 56  Depuis 2004, le Centre organise un colloque annuel sur le thème « Trabalho Forçado Africano : expe (...)

34Dans la péninsule ibérique, plusieurs centres de recherche ont intégré des perspectives atlantiques : au Portugal, depuis 2005, le Centro de Historia de Além-Mar qui associe l’université de Lisbonne et l’Université des Açores54 organise un cycle de séminaires sur « O Atlântico Ibero-Americano (Séculos XVI-XVIII), Perspectivas Históricas Recentes»55etprête une attention soutenue à l’étude du commerce et à la circulation des élites à travers l’Atlantique. Le  Centro de Estudos Africanos de la Faculté de Porto, créé en 1997,propose désormais parmi ses autres centres d’intérêt une réflexion comparatiste sur les problématiques de l’esclavage et du travail forcé dans l’Atlantique portugais56.

35Toujours dans le monde ibérique, un réseau comprenant des chercheurs de neuf pays (Argentine, Chili, Brésil, Colombie, Espagne, Mexico, Pérou, Portugal et Venezuela) a lancé un projet de sémantique des concepts politiques dans le monde ibéro-américain qui est fortement axé sur les notions de circulation, adaptation et appropriation au sein du monde atlantique :  

  • 57  Voir Javier Fernández Sebastián, « Iberconceptos. Hacia una historia transnacional de los concepto (...)

Nuestro propósito es analizar cómo un vocabulario en buena medida común al mundo atlántico presenta históricamente sin embargo, en función de las circunstancias políticas y sociales peculiares de cada área y de cada país, modalidades a veces fuertemente contrastadas de entender las prácticas, categorías e instituciones de la vida política57.

36Toutes ces initiatives et ces différents programmes de recherche témoignent  de l’essor des relectures atlantiques au cours de ces toutes dernières années. Parallèlement, la recherche européenne s’est dotée d’instruments de diffusion scientifique clairement étiquetés « d’Atlantique ». Pour ce qui est du monde de l’édition (France exclue), on signalera la collection lancée en 2003 aux Pays-Bas par l’éditeur Brill, sous la responsabilité de deux directeurs qui ont fait leur carrière aux États-Unis, The Atlantic World. Europe, Africa, and the Americas, 1500-1830, sous la direction de Benjamin Schmidt (University of Washington) et de Wim Klooster (Clark University) qui compte à ce jour seize ouvrages publiés ou sous presse58. Côté revues, il faut signaler la naissance de deux publications semestrielles britanniques s’inscrivant explicitement dans la mouvance de l’histoire atlantique : Atlantic Studies, Literary, Cultural and Historical Perspectives(Routledge) (2004-) et le Journal of Transatlantic Studies (2003-2007), publié par l’Edimburgh University Press, évoqué plus haut.

  • 59  La table de matières et le contenu des anciens numéros sont consultables en ligne : http://dialnet (...)

37La série chez Brill semble solidement établie, au rythme de deux ou trois ouvrages par an. En revanche, le Journal of Transatlantic Studies ne donne plus de signe de vie, et il est encore trop tôt pour dire dans quelle mesure Atlantic Studies sera viable à moyen terme. Le fait que ces périodiques aient moins de cinq ans confirme en tout cas que l’intérêt pour l’histoire atlantique en Europe est un phénomène très récent. Toutefois, un vent nouveau souffle aussi sur des revues plus anciennes, telles l’Anuario de Estudios Atlanticos, qui sort depuis 1955 avec une fréquence annuelle aux îles Canaries59.

Conclusion

  • 60  Mon tour d’horizon a sans doute oublié, par ignorance, un certain nombre de programmes de recherch (...)
  • 61  En Grande-Bretagne et en Irlande, la question se pose quelque peu différemment, car les analyses d (...)

38L’histoire atlantique gagne indéniablement du terrain en Europe, même si elle cherche encore parfois en tâtonnant sa voie et ses définitions, et même si les diverses initiatives manquent encore de coordination et de lisibilité60. L’Europe continentale se réveille peut-être un peu tard61, mais elle pourrait bénéficier des avantages des late-comers, à condition qu’elle s’engage résolument dans un travail de définition et exploration conceptuelle des présupposés explicites et implicites de l’Atlantic History.

  • 62  David Armitage distingue trois manières de faire de l’histoire atlantique : circum-atlantique, tra (...)
  • 63  Nicholas Canny, « Writing Atlantic history », pp. 1109-1111. À côté des approches « impériales », (...)
  • 64  Bernard Baylin, « Preface », in David Armitage et Michael J. Braddick, The British Atlantic World, (...)
  • 65  Ce qui explique les différences, ce n’est pas à mon avis l’objet d’étude en lui-même, mais la natu (...)

39L’histoire atlantique postule l’existence d’un nouvel objet d’étude, représenté par la construction culturelle, sociale, économique qui voit le jour à l’époque moderne autour du bassin atlantique, et place au cœur de ses analyses les jeux complexes d’interactions qui ont traversé cet espace, dépassant ainsi largement les frontières des empires coloniaux fixés par les métropoles européennes. En ce sens, ce courant prétend offrir, ni plus ni moins, une clé de relecture de l’expérience du monde occidental, ainsi que des sociétés amérindiennes et africaines à l’époque moderne. Tout en laissant ouverte la possibilité d’étudier séparément l’Atlantique britannique, français, hollandais ou ibérique62, les partisans de ce courant prônent une histoire transnationale et insistent sur la nécessité d’un regard capable de dépasser les frontières impériales à chaque fois que le sujet l’impose63. C’est ainsi que Bernard Bailyn distingue « l’empire atlantique britannique » du « monde atlantique britannique »64. Rien, dans l’objet d’étude qui est le sien, ne justifie des fortes disparités entre les deux côtés de l’Atlantique65. Pourtant, elles sont, à l’heure actuelle, indéniables.

  • 66  Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Le Seuil, Points Histoire, 1996.
  • 67  L’intégration du monde atlantique apparaît ainsi comme le produit spontané de la « coordination pr (...)
  • 68  La notion de co-ordination spontanée entre acteurs est au cœur des analyses menées par David Hanco (...)

40L’histoire atlantique, qui a le vent en poupe en Amérique du Nord depuis une génération, commence à peine à percer dans les cursus de formation, dans la recherche et dans la production scientifique européenne. Bien que la situation évolue depuis quelques années, elle demeure encore marginale dans le panorama de la recherche européenne. Qu’est-ce qui explique ces difficultés de réception ? On peut renverser la question et se demander ce qui fonde sa légitimité et son succès aux États-Unis. Une « bonne » question historique, écrit Antoine Prost, s’insère dans un ensemble de problématiques et s’inscrit dans une théorie66. Avant de céder à des effets de mode et s’adonner à cœur joie à l’histoire atlantique, nous avons sans doute tout intérêt à commencer à expliciter plus clairement les présupposés de ce courant historiographique et à nous interroger en particulier sur les biais idéologiques qu’elle peut contenir, telle qu’elle a été pratiquée jusqu’à présent outre-Atlantique. L’idée d’autogenèse avancée par David Hancock pour analyser la mise en place des échanges atlantiques67 et la notion de coordination, de négociation, voire de coopération68 également employée par certains partisans de l’Atlantic History, refusentexplicitementles modèles de centre/périphérie et gomment implicitement les rapports de domination et de polarisation qui ont fondé – et forcé – l’intégration des espaces atlantiques. Une partie des historiens européens n’est pas encore prête à souscrire à une vision d’un monde autorégulé, comme par une main invisible.

  • 69  Nicholas Canny, « Writing Atlantic history ».
  • 70  Parfois polémique, cette opposition est quelque peu atténuée par les propos d’Alison Games : « Atl (...)

41Une vision historique est aussi, inévitablement, enracinée dans la société contemporaine et elle répond plus ou moins consciemment à un besoin social. Il se peut que, de par quelques-uns de ses postulats, l’histoire atlantique réponde davantage aux besoins des anciennes sociétés coloniales – y compris l’Irlande, pour laquelle Nicolas Canny évoquait son désir de comprendre l’histoire irlandaise comme autre chose qu’un appendice de l’histoire britannique69 –, qu’à ceux des anciennes sociétés colonisatrices ; et ce n’est peut-être que la prise de conscience de la transformation des sociétés européennes en sociétés multiculturelles qui permet à l’historiographie atlantique, avec son penchant marqué pour l’interculturel et sa vision d’un melting-pot géant autour de l’Atlantique, de gagner peu à peu ses adeptes en Europe et de s’interroger sur des aspects jusqu’à présent assez négligés de ce côté-ci de l’Atlantique, tels les répercussions de la colonisation, de la traite et de l’esclavage sur les sociétésmétropolitaines et les constructions nationales européennes. Reste que la multi-culturalité des sociétés européennes actuelles – tout comme leur ouverture ou fermeture aux apports extérieurs à l’époque moderne – n’est pas réductible à la seule dimension atlantique, ce qui nous obligera un jour ou l’autre à affronter à notre tour la question de la pertinence d’une approche atlantique versus une approche mondiale (Atlantic History/World history)70. Nous serons probablement à même de le faire seulement après avoir exploré encore quelques temps les apports d’une perspective atlantique pour notre compréhension du passé. Comme tout transfert transatlantique, celui-ci aussi entraîne non seulement un décalage diachronique, mais aussi un processus d’adaptation et d’appropriation qui ne manquera pas de transformer et d’enrichir les pratiques de l’histoire atlantique, même si personne ne peut prédire, à l’heure actuelle, la pertinence et l’orientation générale de ces transformations.

Haut de page

Notes

1  Les tenants de cette approche soulignent que les Européens participant à ce processus ont été exposés à une pluralité culturelle et à des expériences qui les ont différenciés à jamais du vécu de ceux demeurés plus à l’écart sur le vieux continent. Nicholas Canny insiste particulièrement sur ce point et prône une histoire capable de prendre en compte cette expérience. Nicholas Canny, « Writing Atlantic History : or, Reconfiguring the History of Colonial British America », Journal of American History, vol. 86, n. 3, 1999, pp. 1093-1114, en particulier pp. 1108 et suiv. Pour une synthèse récente sur ce courant, voir Bernard Bailyn, Atlantic history : Concept and Contours, Cambridge, Havard University Press, 2005 ; Alison Games, « Atlantic History : Definition, Challenges and Opportunities », American Historical Review, vol. 111, n. 3, 2006, pp. 741-757. L’idée que ce processus ait abouti à la création d’une « civilisation atlantique » commune, mise en avant vers le milieu du XXe siècle, a été depuis quelque peu marginalisée par l’intégration des travaux sur le « Black Atlantic ».

2  L’expression, employée dès les années 1950, notamment par Vitorino Magalhães-Godinho est désormais entrée dans le langage courant. David Armitage distingue le « circum-Atlantic world (as opposed to a transatlantic
one) ». Vitorino Magalhães-Godinho, « Création et dynamisme du monde atlantique, 1420-1670 », Annales ESC, vol. 5, n. 1, 1950, pp. 32-36 ; David Armitage, « Three Concepts of Atlantic History », in David Armitage et Michael J. Braddick, dir., The British Atlantic World, 1500-1800, New York, MacMillan, 2002, p. 16

3  Sur les ambiguïtés de la notion de système atlantique, voir plus bas, les remarques relatives au colloque publié par Horst Pietschmann, dir., Atlantic History. History of the Atlantic System, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002. Dans une mise au point récente, Alison Games affirme dès l’introduction : « nor, indeed, it is possible to speak with confidence of an Atlantic system or a uniform region ». Alison Games, « Atlantic
History », p. 741.

4  Voir à ce propos les différents articles de Peter A. Coclanis, en particulier Peter A. Coclanis, « Atlantic World or Atlantic/World ? », William and Mary Quarterly, vol. 63, n. 4, 2006, pp. 725-742. Sur l’inscription de la mondialisation dans le temps long, voir François Crouzet, « De la mondialisation », Historiens et géographes, vol. 378, 2002, pp. 231-241.

5  Alison Games, « Atlantic History», pp. 745-747.

6  Je tiens à remercier Federica Morelli, António de Almeida Mendes, Simon Newman et Cécile Vidal pour différentes indications et remarques qui ont enrichi cette analyse.

7  Alison Games, « Atlantic History», pp. 744-745.

8   Cécile Vidal, « The Reluctance of French Historians to Address Atlantic History », The Southern Quarterly, Special Issue : Imagining the Atlantic World, vol. 43, n. 4, 2006, pp. 153-189. Pour quelques remarques sur les hésitations européennes vis-à-vis de ce courant historiographique, voir aussi Federica Morelli et Alejandro E. Gómez, « La nueva Historia Atlántica : un asunto de escalas », Nuevo Mundo/Mundos Nuevos, n. 6, 2006, mis en ligne le 5 avril 2006, référence du 15 janvier 2008, disponible sur : http://nuevomundo.revues.org/document2102.html.

9  Bernard Bailyn, « The Idea of Atlantic History », Itinerario, vol. 20, n. 1, 1996, pp. 19-44.

10  Sans revenir sur les accusations extrêmes faites à Godechot et Palmer d’être les idéologues de l’OTAN, reste que l’émergence d’une conscience d’une communauté d’intérêts ou d’une commune civilisation transatlantique dans le deuxième après-guerre ne peut pas être séparée du climat idéologique de ces années, ce qui fait qu’aujourd’hui encore, en Italie par exemple, l’histoire atlantique puisse être identifiée  avec le Pacte Atlantique et donc avec une certaine histoire qui privilégie  les relations Europe (Italie)/États-Unis. Voir à ce propos le colloque qui s’est tenu les 31 mai et 1er juin 2007 à Vercelli « Defining the Atlantic Community. Public Intellectuals and Political Cultures in the 1940s and 1950s », coorganisé par le Centro Interuniversitario di storia et politica Euro-Americana et par le Centro interuniversitatio di studi americani e Euro-Americani Piero Bairati, dont le programme est affiché sur http://www.centrobairati.unito.it/AtlanticCommunity.htm (consultation le 7 avril 2008). Cette tradition est vive aussi au Centre d’Études Euro-Atlantiques de l’Université de Genova qui se concentre presque exclusivement sur les relations Europe/États-Unis (http://www.dismec.unige.it/laboratori_centri/CSEA/).

11  Huguette Chaunu et Pierre Chaunu, Séville et l'Atlantique (1504-1650), Paris, A. Colin, 1956-1959 ; Vitorino Magalhães-Godinho, L'économie de l'empire portugais aux XVe et XVIe siècles, Paris, SEVPEN, 1969.

12  Pour se limiter, à titre d’exemple, à l’école française qui est alors une référence en Europe, voir Pierre Chaunu, Les Philippines et le Pacifique des Ibériques XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles : Introduction méthodologique et indices d'activité, Paris, SEVPEN, 1960 ; Louis Dermigny, Cargaisons indiennes, Solier et Cie, 1781-1793, Paris, SEVPEN, 1960 ; Louis Dermigny, La Chine et l' Occident : Le commerce à Canton au XVIIIe siècle, 1719-1833, Paris, SEVPEN, 1964.

13  Huguette Chaunu et Pierre Chaunu, « Économie atlantique, économie mondiale (1504-1650) », Cahiers d’histoire mondiale, vol. 2, 1953, pp. 91-104.

14  Vitorino Magalhães-Godinho, « Création et dynamisme du monde atlantique, 1420-1670 ».

15  L’influence de la Méditerranée braudelienne sur le développement de l’Atlantic History, sur laquelle certains demeurent sceptiques – Bernard Baylin est persuadé que le livre est profondément a-historique ! –, est affirmée par John H. Elliott, « Afterword. Atlantic History : A Circumnavigation », in David Armitage et Michael J. Braddick, dir., The British Atlantic World, pp. 233-234. Voir aussi Alison Games, « Atlantic History », p. 742.

16  David Hancock, « The British Atlantic World. Co-ordination, Complexity and the Emergence of an Atlantic Market Economy, 1651-1815 », Itinerario, vol. 23, n. 2, 1999, p. 107.

17  Alison Games, « Teaching Atlantic History », Itinerario, vol. 23, n. 2, 1999, pp. 162-163.

18  Voir pour une liste sans doute non exhaustive la brochure Teaching Atlantic History. Syllabi Contributed by Members of the Atlantic History Seminar, Tenth Anniversary Conference, Harvard University, August 2005. L’information se trouve également en ligne : http://www.fas.harvard.edu/~atlantic/syllabi/syllabi.html [consulté le 11 janvier 2007].

19  Page web de présentation du séminaire : http://www.fas.harvard.edu/~atlantic/aboutsem.html.

20  Je ne dispose pas d’outils pour effectuer la même opération pour l’Atlantic seminar organisé par Jack P. Greene de 1972 to 1992 à la Johns Hopkins University, mais le public était essentiellement américain. Par la suite, Jack P. Greene a contribué à l’essor du programme Carolina Lowcountry and the Atlantic World au College of Charleston.

21  Neuf personnes ont été exclues parce qu’elles n’ont pas pu être identifiées avec certitude.

22  L’écrasante majorité des chercheurs a suivi sa formation et enseigne dans son propre pays. Le classement est plus délicat en cas de mobilité. Pour le classement des 152 participants pour lesquels on dispose d’une courte fiche biographique récente, j’ai considéré le pays où ils effectuaient leur formation ou celui où ils enseignaient au moment de leur participation au séminaire d’Harvard, partant du critère que leur volonté de se rendre à Harvard a été déterminée davantage par l’environnement dans lequel ils évoluaient à ce moment-là, que par leurs origines ; j’ai classé la centaine de participants restant en fonction de leur adresse actuelle, sans connaître où ils étaient au moment de leur participation au séminaire, sauf dans le cas des quelques chercheurs confirmés dont j’ai pu trouver un CV en ligne.

23  Pour se limiter à un seul exemple, le livre de Bernard Bailyn, Atlantic history, n’a été acheté que par quatre bibliothèques universitaires françaises à ce jour, toutes parisiennes. Voir le catalogue général des bibliothèques françaises SUDOC,http://www.sudoc.abes.fr/ (consulté le 11 janvier 2008).

24  http://www.h-net.org/~atlantic/index.html, puis « links ». La liste n’a pas changé depuis mars 2006 (consultée les 15 mars 2006 et 11 janvier 2008). Douze liens sont périmés à ce jour.

25  En revanche, je n’ai pas utilisé la rubrique « Atlantic History Conferences & Workshops » qui n’est manifestement pas à jour (les conférences annoncées datent toutes de 2004) – site consulté le 11 janvier 2008.

26  Le Maastrich Center for Transatlantic Studies (MCTS) est classé comme « suédois » sur le site H-Atlantic, bien qu’il soit basé en Hollande. Le MCTS a été fondé en 1995 par un consortium de douze institutions aux États-Unis, au Mexique et en Europe, et s’est élargi depuis.

27  Le site de l’Edimburgh University Press (http://www.eup.ed.ac.uk/journals.aspx) (consulté le 11 janvier 2008) ne comporte plus aucune trace de ce journal. La page de l’Université de Dundee consacrée au journal annonce : « It is envisaged that most contributions will be about post 1945 or contemporary affairs ». http://www.dundee.ac.uk/iteas/journal.htm  (consulté le 11 janvier 2008).

28  L’annonce peut être consultée sur le lien suivant : http://www.h-net.org/announce/show.cgi?ID=149913

29  La page d’accueil du programme « Transatlantic Studies » de l’ITEAS (Institute for Transatlantic, European and American Studies) http://www.dundee.ac.uk/transtud/ annonce : « We felt there was an urgent need to provide programmes, at undergraduate and postgraduate level, to study the international challenges of the early twenty-first century » (consulté le 11 janvier 2008) : « What should the relationship be between the USA and Europe ? Should the west lead the world in dealing with international terrorism, and if so how ? How should the west respond to the growing economic and political strength of China ? ».

30  Voir par exemple le programme des cours pour 2005-06 (consulté le 11 janvier 2008) :  http://www.englit.ed.ac.uk/studying/postgrad/msc/2005-2006/booklets/transatlantichandbook.htm#Introduction.

31  http://www.llc.ed.ac.uk/graduateschool/transatlanticstudies/msc.html (consulté le 11 janvier 2008).

32 Plus concrètement, la galerie développe le cas britannique : « the interrelationship, connections and exchanges created between Britain, Africa and the Americas between 1600-1850 and looks at the impact of empire on three continents ». Voir  http://www.nmm.ac.uk/server/show/ConWebDoc.22091 (consulté le 12 avril 2008).

33  Le lien sur H-Atlantic vers l’University of Central Lancashire est périmé. Voir le site de cette université http://www.uclan.ac.uk/.

34  http://www2.bham.ac.uk/course.asp?section=1000000100010002000200030001 (consulté le 11 janvier 2008).

35  http://history.fas.nyu.edu/object/history.gradprog.atlantichistory.html (consulté le 11 janvier 2008).

36  http://www.liv.ac.uk/history/prospg/ma_atcon.htm.

37  Sur les six modules de formation prévus, le premier « Historiografía y nuevos planteamientos para el estudio de Europa, el mundo mediterráneo y su difusión atlántica » prévoit des séances sur « Fronteras, minorías e identidades en el estudio del Mundo Atlántico » et le module six est spécifiquement consacré aux « Estudios sobre historia atlántica », dans lequel on approfondit : « Redes aristocráticas, articulación de los espacios políticos y transferencias culturales en el mundo atlántico ; Mundos indígenas, mestizaje y comunidades locales en el espacio atlántico ;  Derecho indiano europeo y derecho indígena americano ; Redes de gobierno entre Europa y América ; Cambios y permanencias en el mundo rural Iberoamericano en los siglos XVIII y XIX : estado, sociedad y política en el Río de la Plata ».

38 « The Nature of Atlantic History », Itinerario, vol. 23, n. 2, 1999, pp. 48-173. 

39  Alison Games rappelle que sur les 268 communications présentées au séminaire de Harvard de 1996 à 2004, la moitié concerne l’Atlantique britannique ou les États-Unis. Alison Games, « Atlantic History», p. 750.

40  Horst Pietschmann, dir, Atlantic History. History of the Atlantic System.

41  Michel Morineau a publié à part ses observations dans « Le système atlantique au péril de l’histoire », Jahrbuch fur Geschichte Lateinamerikas, vol.43,2006, pp. 301-316.

42  L’appartenance nationale a été mesurée à partir de l’affiliation institutionnelle des participants.

43  Horst Pietschmann, « Historia atlantycka : pomiędzy historią Europy a historią świata », Polski Przegląd Dyplomatyczny, t. 2, vol. 6, n. 10, 2002, pp. 69-120.

44  Claudia Schnurmann parle ainsi de systèmes atlantiques (au pluriel), deux autres auteurs utilisent en revanche la notion de système dans une acception plus restreinte (Markus Denzel à propos du système de paiement en vigueur dans l’Atlantique Nord, Anna Agnarsdottir relativement à la politique impériale britannique vis-à-vis de l’Islande pendant les guerres napoléoniennes).

45 Hispanic American Historical Review, vol. 84, n. 4, 2004, pp. 719-720. Voir aussi mon compte rendu dans les Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 58, n. 3, 2003, pp. 708-709.

46 Manuel Bustos-Rodriguez, Cadiz en el sistema atlantico. La ciudad, sus commerciantes y la actividad mercantil (1650-1830), Cadiz, Silex, 2005, p. 20 ; Ralph Davis, The Rise of Atlantic Economies, Ithaca, Cornell University Press, 1973.

47  José María Oliva Melgar et Carlos Martínez Shaw, dir., El sistemaatlántico español (siglos XVII-XIX), Madrid, Marcial Pons Histoire, 2005.

48 http://www.casadevelazquez.org/factpres.htm.

49 http://www.liv.ac.uk/iberianatlantic/index.htm.

50 http://www.eeha.csic.es/

51 http://www.ih.csic.es/lineas_todos.htm

52  Voir http://www.kitlv.nl/atlantic.html et http://awad.kitlv.nl/awad/ (consultés le 11 janvier 2008).

53  http://www.nuigalway.ie/mooreinstitute/projects.php?id=2#inprogress (consulté le 11 janvier 2008).

54  L’université des Açores offre aussi un cours intitulé História Insular e Atlântica (Séculos XV-XX).

55  http://cham.fcsh.unl.pt/

56  Depuis 2004, le Centre organise un colloque annuel sur le thème « Trabalho Forçado Africano : experiências coloniais comparadas ». Le quatrième a eu lieu à Porto les 15-17 Novembre 2007. Pour le site du centre, voir http://www.africanos.eu/ceaup/ (consulté le 10 avril 2008).

57  Voir Javier Fernández Sebastián, « Iberconceptos. Hacia una historia transnacional de los conceptos políticos en el mundo iberoamericano », papier présenté à la 9ème conférence internationale du HPSCG (History of Political and Social Concepts Group), Swedish Collegium for Advanced Study in the Social Sciences (SCASSS), « Crossroads. Writing Conceptual History beyond the Nation-State », Uppsala (Suecia), 24-26 Agosto 2006, http://foroiberoideas.cervantesvirtual.com/news/data/60.pdf.

58 http://www.brill.nl/m_catalogue_sub6_id10581.htm

59  La table de matières et le contenu des anciens numéros sont consultables en ligne : http://dialnet.unirioja.es/servlet/revista?tipo_busqueda=CODIGO&clave_revista=5528.

60  Mon tour d’horizon a sans doute oublié, par ignorance, un certain nombre de programmes de recherche et de conférences, mais cette ignorance témoigne à sa façon de la difficulté, à l’heure actuelle, d’avoir une vue d’ensemble des initiatives et projets en cours, faute d’instruments de coordination. Le recours systématique à H-Atlantic pourrait constituer une solution relativement simple pour faire connaître les différentes opérations scientifiques entreprises.

61  En Grande-Bretagne et en Irlande, la question se pose quelque peu différemment, car les analyses de l’empire britannique ont été menées de part et d’autre de l’Atlantique, et que quelques chercheurs européens – Kenneth Morgan ou Nicholas Canny entre autres – ont adhéré de manière précoce aux sollicitations historiographiques d’outre-Atlantique. Ce dernier, en particulier, poursuit la voie tracée de manière pionnière par David Beers Quinn (Université de Liverpool), qui avait exploré conjointement le cas irlandais et les installations britanniques en Amérique. Voir, par exemple, Nicholas P. Canny, Kingdom and Colony. Ireland and the Atlantic World, 1560-1800, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1988.

62  David Armitage distingue trois manières de faire de l’histoire atlantique : circum-atlantique, trans-atlantique et cis-atlantique, cette dernière offrant une relecture de situations individuelles uniques dans le cadre plus large de leur appartenance au monde atlantique. Voir David Armitage, « Three Concepts of Atlantic History ».

63  Nicholas Canny, « Writing Atlantic history », pp. 1109-1111. À côté des approches « impériales », se développent des études thématiques de recherche (Atlantique noir, ou « rouge » par rapport au marché du travail des marins par exemple), qui de par la nature transversale de leur lecture du passé, voire par leur ouverture interdisciplinaire, représentent des secteurs très prometteurs.

64  Bernard Baylin, « Preface », in David Armitage et Michael J. Braddick, The British Atlantic World, p. xv.

65  Ce qui explique les différences, ce n’est pas à mon avis l’objet d’étude en lui-même, mais la nature des sociétés des deux côtés de l’Atlantique, qui façonne de manière différente les sensibilités auprès des chercheurs de part et d’autre. Au sein des sociétés américaines, nées de la colonisation et de l’esclavage, il y a à l’heure actuelle une « natural temptation to exaggerate the extent to which one side of the Atlantic influenced developments on the other, perhaps in an effort to prove the writer’s Atlanticist credentials », comme le remarque John H. Elliott. John H. Elliott, « Afterword – Atlantic History: A Circumnavigation », p.240. Quant aux historiens européens, ils ont encore du mal à penser aux phénomènes qui se déroulent autour de l’Atlantique (ou dans d’autres espaces extra-européens) en termes d’interrelations et raisonnent encore souvent selon une logique de transfert unidirectionnel des savoirs et des pratiques européens.

66  Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Le Seuil, Points Histoire, 1996.

67  L’intégration du monde atlantique apparaît ainsi comme le produit spontané de la « coordination provided by individual entreprisers working amidst ongoing globalisation. […] the regularities seem to emerge, self-organised, from what appears to be chaotic behaviour at a smaller scale ». David Hancock, « The British Atlantic World », pp. 112 et 117. Plus récemment, David Hancock est revenu sur cette idée d’« émergence auto-organisée de phénomènes à plus grande échelle à partir du désordre des comportements individuels. […] les marchés […] ont évolué en schémas ordonnés autour de l’action des agents […] qui, individuellement, ignoraient la portée de leurs décisions et comportements ». David Hancock, « L’émergence d’une économie de réseau (1640-1815). Le vin de Madère », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 58, n. 3, 2003, pp. 652 et 655. Cette idée de « génération spontanée » est très proche, me semble-t-il, d’une main invisible qui organiserait le système social et l’économie au plus grand profit de tous.

68  La notion de co-ordination spontanée entre acteurs est au cœur des analyses menées par David Hancock sur le fonctionnement des réseaux marchands : « The eighteenth-century integration of Britain’s Atlantic community, both internally within the empire and externally with other European, African and American peoples and places, was the result of greater effective economic coordination by individual  people ». Il rappelle dans cette citation les conclusions de sa monographie sur les négociants londoniens. David Hancock, « The British Atlantic
World », p. 111 ; Citizens of the World : London Merchants and the Integration of the British Atlantic Community, 1725-1785, Cambridge, Cambridge University Press, 1995. D’autres ont présenté les processus de rencontre à l’œuvre au Nouveau Monde comme un processus de négociation, dans lequel les rapports de force sont gommés : « No group ever has complete control over any situation, and all must negotiate and compromise to gain some measure of security. In short, the book illustrates the fluid nature of early New England society ; competition and co-operation among and between colonists and Indians shaped the region ». Marsha L. Hamilton, « Review of Faren R. Siminoff, Crossing the Sound : The Rise of Atlantic American Communities in Seventeenth-Century Eastern Long Island », H-Atlantic, H-Net Reviews, January, 2005, URL: http://www.h-net.org/reviews/showrev.cgi?path=54731115130689. (consulté le 7 avril 2008).

69  Nicholas Canny, « Writing Atlantic history ».

70  Parfois polémique, cette opposition est quelque peu atténuée par les propos d’Alison Games : « Atlantic history, then, is a slice of world history ». Alison Games, « Atlantic History», p. 748.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvia Marzagalli, « L’histoire atlantique en Europe », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 24 septembre 2008, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/42463 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.42463

Haut de page

Auteur

Silvia Marzagalli

CMMC, Université de Nice Sophia-Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page