Navigation – Plan du site
Colloques | 2008
L’histoire atlantique de part et d’autre de l’Atlantique – Journée d'études organisée par Cécile Vidal le 24 mars 2006 à l’EHESS, Paris
Cécile Vidal

La nouvelle histoire atlantique en France :  Ignorance, réticence et reconnaissance tardive

[24/09/2008]

Résumés

Cet article porte sur la réception de la nouvelle histoire atlantique d’origine états-unienne en France. Il explore les raisons intellectuelles, institutionnelles, politiques et culturelles qui expliquent l’ignorance et les réticences que les historiens français ont longtemps manifestées vis-à-vis de ce nouveau courant historiographique. L’essai met en avant deux facteurs principaux : d’une part, ce que l’on a pu appeler la « crise » de l’école historique française et, d’autre part, la non intégration de l’histoire de la colonisation et de l’esclavage dans l’histoire et la mémoire collective françaises. Il montre ensuite comment ces facteurs affectent particulièrement l’histoire coloniale de la période moderne. Enfin, sont évoquées en conclusion les initiatives qui se multiplient depuis peu et qui contribuent à la diffusion de la nouvelle histoire atlantique en France.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette contribution constitue une version révisée d’un article déjà paru en anglais sous le titre : « The Reluctance of French Historians to Address Atlantic History », The Southern Quarterly, Special Issue : Imagining the Atlantic World, vol. 43, n. 4, 2006, pp. 153-189.

Texte intégral

  • 1  Jacques Godechot, Histoire de l’Atlantique, Paris, Bordas, 1947 ; Paul Butel, Histoire de l’Atlant (...)
  • 2  Les avis divergent sur les origines et les généalogies de l’histoire atlantique. On peut en effet (...)
  • 3  Alison Games, « Teaching Atlantic History », Itinerario, vol. 23, n. 2, 1999, p. 163.

1Il peut sembler paradoxal de parler d’ignorance et de réticence de la part des historiens français dans le titre d’un article qui porte sur l’histoire atlantique dans l’historiographie française lorsque l’on se rappelle que la seule synthèse récente dans ce domaine a été publiée par Paul Butel cinquante ans après la parution du premier ouvrage de ce type sous la plume de Jacques Godechot1. Cependant, le paradoxe est seulement apparent dans la mesure où ce livre, malgré son ampleur de vue, ne correspond que partiellement à ce que l’on peut appeler la « nouvelle » histoire atlantique, telle qu’elle se développe depuis une vingtaine d’années dans les universités anglo-américaines, britanniques et néerlandaises2. D’une part, il s’agit principalement d’une histoire géopolitique et économique ; la formation de nouvelles sociétés et cultures est complètement ignorée par l’auteur. D’autre part, en dehors de quelques pages sur la dépopulation dont ont été victimes les autochtones et sur la traite des Noirs, le livre ne fait pas des Amérindiens ou des Africains des acteurs à part entière de cette histoire. À l’opposé d’une histoire multiculturelle, multiraciale et multiethnique qui analyserait les échanges et les interactions entre les Européens, les Amérindiens et les Africains, Paul Butel adopte une perspective essentiellement métropolitaine et européenne. Enfin, en poursuivant son panorama jusqu’à la fin du XXe siècle, il se situe loin d’une histoire atlantique conçue comme « un type de world history avec une emphase régionale et chronologique particulière », selon la définition d’Alison Games3.

  • 4  Silvia Marzagalli, « The French Atlantic », Itinerario, vol. 23, n. 2, 1999, pp. 71-72. Voir aussi (...)
  • 5  Jacques Godechot et Robert R. Palmer, « Le problème de l’Atlantique du XVIIIe au XXe siècle », in (...)
  • 6 John Thornton, « African Soldiers in the Haitian Revolution », Journal of Caribbean History, vol. 2 (...)
  • 7  John D. Garrigus, « White Jacobins / Black Jacobins : Bringing the Haitian and French Revolutions (...)
  • 8  Sur la faible place accordée à la Révolution haïtienne dans l’historiographie occidentale, voir Mi (...)
  • 9  Carolyn E. Fick, The Making of Haiti : The Saint-Domingue Revolution from Below, Knoxville, Univer (...)
  • 10  Laurent Dubois, « La République métissée : Citizenship, Colonialism, and the Borders of French His (...)
  • 11  Yves Benot, La Révolution française et la fin des colonies 1789-1794, Paris, La Découverte, 2004, (...)

2L’ouvrage de Paul Butel témoigne de la faible réception de la nouvelle histoire atlantique parmi les historiens français. Le traitement de certains sujets d’histoire moderne à l’agrégation est également extrêmement révélateur. Dans son article sur l’Atlantique français paru dans un numéro spécial d’Itinerario, Silvia Marzagalli avait déjà souligné que lorsque la question portait sur « les Européens et la mer au XVIIIe siècle » en 1997-1999, la plupart des manuels parus à cette occasion n’utilisait pas le concept de monde ou de système atlantique et ne faisait pas référence au courant historiographique afférent4. De la même façon, en 2004-2006, le traitement de la question sur les « révoltes et révolutions en Europe et aux Amériques de 1773 à 1802 » fit peu appel à l’histoire atlantique. Certes, le sujet incluait une dimension comparative entre les deux rives de l’océan éponyme, même si les bornes temporelles ne convenaient pas à la chronologie américaine et minimisaient l’importance de la Révolution haïtienne puisqu’elles n’incluaient pas l’indépendance de la première république noire en 1804. Tous les manuels, qui furent alors publiés, rappellent aussi le débat des années 1950 à propos du concept de « révolution atlantique ou occidentale »5. Néanmoins, à l’instar de Robert Palmer et de Jacques Godechot, ils ont tendance à accorder relativement peu d’importance aux révoltes serviles et mentionnent rarement les influences africaines sur ces mouvements, alors que John Thornton a montré toute leur importance à Saint-Domingue6. Contrairement à la démarche préconisée par John D. Garrigus, ils ne s’interrogent pas non plus sur le passage entre Révolution française et Révolution haïtienne7. En fait, à l’exception notable du manuel de Marcel Dorigny, ils n’utilisent même pas l’expression de Révolution haïtienne8. L’idée, défendue par Carolyn E. Fick, David P. Geggus ou Laurent Dubois, selon laquelle la Révolution française n’aurait probablement jamais aboli l’esclavage sans la révolte des esclaves, n’apparaît dans aucun de ces ouvrages9. Ils reconnaissent donc rarement à quel point l’histoire des Antilles durant la période révolutionnaire permet de penser les limites et les contradictions du républicanisme et de l’universalisme français10. Est-ce par simple inertie, comme le suggérait en son temps Yves Benot, ou pour des raisons plus profondes11 ? La question demeure posée.

3Il est donc clair que la nouvelle histoire atlantique tarde à faire partie de la culture générale des historiens de la période moderne. C’est pourquoi cette contribution se penchera sur les raisons intellectuelles, institutionnelles, politiques et culturelles qui expliquent l’ignorance et les réticences que les historiens français ont longtemps manifestées vis-à-vis de l’histoire atlantique. Elle mettra en avant deux facteurs principaux : d’une part, ce que l’on a pu appeler la « crise » de l’école historique française et, d’autre part, la non intégration de l’histoire de la colonisation et de l’esclavage dans l’histoire et la mémoire collective française. Elle montrera ensuite comment ces facteurs affectent l’histoire coloniale de la période moderne. Enfin, elle évoquera en conclusion les initiatives qui se multiplient depuis peu et qui contribuent à la diffusion de la nouvelle histoire atlantique en France.

Une histoire nationale en position hégémonique

  • 12  Gérard Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, Paris, Belin, 1996, p. 205.
  • 13  Caroline Douki et Philippe Minard, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’éche (...)
  • 14  Pierre Nora, « Préface : Que vive l’édition des sciences humaines », in Sophie Barluet, Édition de (...)
  • 15  Gérard Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, p. 205.

4Dans son ouvrage sur la « crise » de l’histoire, Gérard Noiriel a souligné à quel point l’historiographie française était demeurée « fortement nationale, alors que la plupart des historiens ne sont plus nationalistes »12. Très récemment, Caroline Douki et Philippe Minard déploraient encore une « focalisation franco-française excessive » dans les recherches historiques menées en France13. Plusieurs raisons peuvent expliquer le primat persistant de la question de l’identité nationale. Dans sa préface au rapport de Sophie Barluet sur l’édition en sciences humaines et sociales, Pierre Nora a mis en avant « l’amenuisement de la place et du rôle de la France dans le monde. Un pays a d’abord les curiosités que lui dictent ses intérêts politiques et ses responsabilités historiques. […] On a le sentiment tragique que l’ouverture européenne et mondiale s’est traduite en France par une provincialisation intellectuelle et un repli sur l’hexagone »14. De son côté, Gérard Noiriel souligne le fait que « le public auquel [les historiens français] s’adressent est composé de lecteurs français, intéressés par des problèmes français »15.

  • 16  Sophie Barluet, Édition de sciences humaines et sociales : le cœur en danger, pp. 56-57.

5Cette question a en réalité une dimension duelle. La situation est tout d’abord liée aux difficultés de l’édition en sciences humaines en France comme dans d’autres pays occidentaux et à la rareté des traductions des ouvrages d’histoire français que peu de lecteurs étrangers lisent16. En outre, les intérêts du public français sont modelés par l’histoire qui a pu leur être enseignée à l’école primaire et secondaire, qui a un rôle essentiellement d’éducation civique et en conséquence une orientation éminemment nationale.Comme de surcroît un des principaux débouchés professionnels des étudiants d’histoire à l’université, qui sont aussi les principaux lecteurs des historiens, demeure l’enseignement au collège et au lycée, ils sont formés afin de réussir le CAPES et l’agrégation, concours dont les questions sont en partie choisies en fonction des programmes du secondaire… Il en résulte que les enseignements à l’université ont également une orientation nationale très importante. Récemment, ils ont acquis une dimension fortement européenne. Cet intérêt croissant pour l’histoire de l’Europe est le résultat d’une demande sociale et de pressions de la part du gouvernement français et de l’Union européenne pour créer une identité collective européenne et l’on peut se demander si cette ouverture vers l’Europe ne s’est pas imposée au détriment de l’histoire du reste du monde.

  • 17  Daniel Roche, « Les historiens aujourd’hui. Remarques pour un débat », Vingtième siècle, n. 12, 19 (...)
  • 18  Caroline Douki et Philippe Minard, « Histoire globale, histoires connectées », pp. 14-17.

6Une autre raison pour cette focalisation nationale est la crise de recrutement dont souffrent les historiens français depuis plusieurs années, en raison des restrictions budgétaires chroniques qui affectent particulièrement les sciences humaines et sociales. Déjà en 1986, Daniel Roche sonnait le tocsin en affirmant que : « si dans les années qui viennent le CNRS ne peut pas accueillir plus de 4 ou 5 historiens nouveaux chaque année, il est probable que des secteurs entiers de la recherche cesseront d’être travaillés et seront abandonnés totalement à la recherche étrangère. Songeons que dans la section d’histoire moderne et contemporaine il n’y a, sur cent chercheurs, que deux spécialistes de l’histoire anglaise et américaine, 4 ou 5 en histoire africaine, à brève échéance c’est le repli sur l’hexagone qui s’installe »17. Selon Caroline Douki et Philippe Minard, la situation s’est même aggravée : la proportion d’historiens français modernistes et contemporanéistes n’ayant pas la France comme objet d’étude est probablement encore plus faible vingt ans après l’appel lancé par Daniel Roche. Ils expliquent cette situation non seulement par l’héritage de la génération précédente et les contraintes institutionnelles, mais aussi par le « plafond de verre » auquel se heurtent les spécialistes des mondes « extra-européens »18. La question ne concerne en effet pas seulement le nombre d’historiens recrutés chaque année par le CNRS et les universités, mais aussi la manière dont ces dernières choisissent leurs enseignants-chercheurs. Les universités provinciales ont tendance à sélectionner des candidats locaux, qui ont fait leur thèse de doctorat sur place en travaillant sur les archives locales, et qui seront capables de diriger des mémoires de Master fondés sur les mêmes archives locales. Ces critères de recrutement sont liés au mode de formation des étudiants, à l’organisation collective de la recherche selon des logiques de sites ou de pôles et à son système de financement qui ne facilite pas les travaux à l’étranger.

7En outre, reflet de l’émiettement de l’histoire et de la spécialisation croissante des historiens, ceux qui travaillent potentiellement dans le champ de l’histoire atlantique sont non seulement peu nombreux, mais aussi éparpillés entre des centres de recherche caractérisés par une période ou par une aire géographique et culturelle. Les universitaires spécialistes d’histoire coloniale sont de surcroît divisés entre les départements d’histoire et ceux d’études anglophones, hispanophones ou lusophones. Si les spécialistes de l’empire espagnol ou portugais ne sont pas confinés aux départements de civilisation latino-américaine, puisqu’ils détiennent plusieurs postes de maîtres de conférences et de professeurs dans les départements d’histoire, ce n’est pas le cas des historiens des Treize Colonies qui en sont totalement absents. C’est pourquoi il leur est plus difficile d’influencer leurs collègues modernistes et de leur transmettre l’historiographie britannique et anglo-américaine. Ce retard des études nord-américaines s’exprime d’ailleurs également dans la création tardive du Centre d’Études Nord-Américaines à l’EHESS et dans l’absence d’institution équivalente à l’École française de Rome ou à la Casa de Velásquez aux États-Unis.

  • 19  Giorgio Riello, « La globalisation de l’Histoire globale : une question disputée », Revue d’Histoi (...)
  • 20  La formation en 2006 de l’UMR MASCIPO (Mondes Américains, Sociétés, Circulations, Pouvoirs XVe-XXI(...)
  • 21  Gérard Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, pp. 45-46.

8Cette profonde dispersion et division des historiens travaillant sur l’Europe, l’Amérique et l’Afrique de la période moderne nuit au type d’histoire globale dont relève l’histoire atlantique, qui est d’autant plus difficile à mettre en œuvre qu’elle exige le croisement de diverses historiographies et l’exploitation de sources éparpillées dans différents pays étrangers. Face à des défis similaires, Giorgio Riello, spécialiste d’histoire globale, prône la méthodologie suivante : « L’idée est donc d’éviter le modèle du chercheur isolé immergé dans son sujet, pour lui préférer celui d’une réflexion collective et de cadres de travail assez larges, […] »19. De la même façon, la nouvelle histoire atlantique ne pourra se développer en France que si une entreprise de décloisonnement institutionnel est menée en même temps qu’est relancé l’effort en matière de recherche collective20. Le déclin actuel des grandes enquêtes collectives, qui avaient pourtant contribué à la renommée de l’école historique française après la Seconde guerre mondiale, a en effet également été analysé comme le signe de la crise de l’histoire dénoncée par les historiens dans les années 199021. Il pourrait aussi empêcher ou freiner l’essor de l’histoire atlantique en France.    

La faible visibilité et institutionnalisation des études coloniales et post-coloniales

  • 22 Nicholas Canny, « Writing Atlantic History ».
  • 23  Myriam Cottias, « Et si l’esclavage colonial faisait histoire nationale ? », Revue d’Histoire mode (...)
  • 24  Claude Liauzu, « L’histoire de la colonisation : pour quoi ? », in Claude Liauzu et Gilles Mancero (...)
  • 25  Bibliographie d’histoire coloniale, Paris, 1932.
  • 26  Gabriel Hannoteaux et Alfred Martineau, Histoire des colonies françaises et de l’expansion françai (...)

9La deuxième raison majeure qui explique la faible réception de la nouvelle histoire atlantique, née, comme l’a bien montré Nicolas Canny22, d’une reconfiguration de l’histoire coloniale britannique, est liée au fait que les études coloniales et post-coloniales sont mal organisées et peu reconnues en France ; elles ne constituent pas un champ de recherche autonome et souffrent d’un manque de structures et de visibilité. Selon Myriam Cottias, il en était de même jusqu’à très récemment pour l’histoire de l’esclavage23. Dans le cas de l’histoire coloniale, toutefois, cette marginalisation n’a pas toujours existé. Même si elle s’est développée dans les années 1880 sous la pression et grâce au financement des administrateurs coloniaux et du parti colonial, dans les années 1930, à l’apogée du second empire colonial français, elle avait le vent en poupe, comme l’a bien souligné Claude Liauzu24. À l’occasion de l’Exposition coloniale de 1931, un congrès d’histoire coloniale fut tenu, ses actes parurent dans la Revue historique et une bibliographie fut également publiée à cette occasion25. Les spécialistes d’histoire coloniale, Alfred Martineau et Gabriel Hanoteaux, occupaient deux chaires au Collège de France et à la Sorbonne. Ensemble, ils firent paraître une vaste Histoire des colonies françaises et de l’expansion de la France dans le monde26. Alfred Martineau avait créé en 1912 la Société d’Histoire des Colonies françaises, dont la mission était de publier une revue, la Revue d’Histoire des Colonies Françaises, et des collections de documents.

  • 27  Gilles de Gantes, « De l’histoire coloniale à l’étude des aires culturelles : la disparition d’une (...)

10Après la Seconde guerre mondiale, l’intérêt porté à l’empire colonial français n’a pas immédiatement cessé. En fait, Gilles de Gantes a même pu montrer que « les années 1950 sont peut-être le seul moment où les Français se sont intéressés à leurs colonies »27. Il a expliqué cette situation par les résultats des efforts de propagande des  décennies précédentes, la décolonisation qui attirait forcément l’attention sur le monde colonial, ainsi que la culture héroïque de l’immédiat après guerre. De fait, le nombre de publications historiques consacrées à la colonisation augmente dans les années 1950. En 1945, les puf créent la collection « Colonies et Empires », sous la direction de Charles-André Julien qui détenait alors la chaire d’histoire coloniale de la Sorbonne. Dans le même élan, une politique cohérente en matière d’archives fut lancée, qui aboutit à la création du Centre des Archives d’Outre-Mer à Aix-en-Provence en 1964.

  • 28  En fait, l’expression « Outre-Mer » commence à être employée à la place des termes « colonies » et (...)
  • 29  Henri Longchambon, « Les Sciences sociales en France. Un bilan, un programme », Annales ESC, n. 13 (...)
  • 30  Gilles de Gantes, « De l’histoire coloniale à l’étude des aires culturelles », pp. 7-20 ; Colette (...)

11Cependant, l’expression « d’Outre-Mer » à la place de « coloniales » dans le titre de ce centre témoigne de l’opprobre jetée sur l’histoire coloniale à la fin des années 195028. C’est aussi au cours de cette décennie que la Société d’Histoire des Colonies Françaises changea son nom en Société Française d’Histoire d’Outre-Mer et que sa revue est devenue la Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer (depuis 1999, celle-ci s’appelle Outre-Mers. Revue d’Histoire). En raison de la décolonisation, l’histoire coloniale perdit alors son soutien financier et politique. En outre, elle fut discréditée pour des raisons tant idéologiques qu’intellectuelles : d’une part, parce qu’elle avait exalté depuis les années 1880 le colonialisme, l’impérialisme et le nationalisme ; d’autre part, parce qu’elle se focalisait sur l’histoire événementielle, politique, diplomatique et militaire, et se tenait alors éloignée des nouvelles orientations historiques défendues par l’école des Annales. Dans ce contexte, disparut en 1961 la chaire d’histoire coloniale de la Sorbonne, alors que celle du Collège de France avait déjà été supprimée. Enfin, le programme des aires culturelles défendu par Fernand Braudel dans le rapport Longchambon sur les sciences sociales en 195729 et développé par la Sixième Section de l’EPHE dans les années 1950 et 1960 contribua à faire disparaître l’histoire coloniale du champ universitaire français. Cela ne signifie pas que le phénomène colonial et les anciennes colonies aient cessés d’être étudiés. En fait, les années 1960 et 1970 ont été marquées par le développement des études tiers-mondistes sur les États-Nations nés de la disparition de l’ancien empire colonial français30.

  • 31  Ernest Renan, Qu’est ce qu’une Nation ?, Paris, Mille et une nuits, 1997 (conférence de 1882) ; Pi (...)
  • 32  Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Françoise Vergès, La République coloniale. Essai sur une utopi (...)
  • 33  Une exception notable est le Master sur « le fait colonial » de l’EHESS.
  • 34  Claude Liauzu, « L’héritage colonial et la mondialisation », in Marie-Claire Hoock-Demarle et Clau (...)
  • 35  Myriam Cottias, « Et si l’esclavage colonial faisait histoire nationale ? », p. 61, note 13 ; Phil (...)

12À l’issue des guerres d’Indochine et d’Algérie, l’histoire coloniale n’existait toutefois plus en tant que spécialité historique distincte et structurée. La conséquence en a été l’effacement de la colonisation de la mémoire collective française, à l’instar de ce qui s’était passé avec Vichy, effacement qui a longtemps persisté. Cette « maladie de la lenteur et de l’éviction » face aux événements traumatiques a été dénoncée par Pierre Bouretz comme une particularité de la France qui aurait fait sienne cette phrase d’Ernest Renan : « l’oubli et je dirai même l’erreur historique sont un facteur essentiel de la création d’une nation, et c’est ainsi que le progrès des études historiques est souvent pour la nationalité un danger »31. Depuis, si la période de la collaboration a finalement été intégrée dans la mémoire historique collective, le passé colonial français est resté en dehors du récit national ; il est demeuré un « trou de mémoire », selon l’expression de Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Françoise Vergès32. Cela transparaît dans le fait que l’enseignement et la recherche en histoire coloniale à l’université sont tout d’abord faiblement développés33. Les publications relatives à l’outre-mer sont aussi proportionnellement peu nombreuses, même si elles ont tendance à se multiplier depuis peu. Selon une statistique tirée de la Bibliographie annuelle de l’Histoire de France et établie par Claude Liauzu, elles étaient de 4,1% du total en 1955, 3,7% en 1980 et stagnaient dans les années 1990 à 2,8%. Certes les thèses se multiplient, mais elles sont le fait principalement d’étudiants originaires des pays du Sud34. De la même façon, selon Myriam Cottias, sur le seul sujet de la traite et de l’esclavage, 70 thèses ont été soutenues et une quarantaine d’ouvrages publiée entre 1995 et 2005 (chiffre à comparer toutefois avec les 400 livres et articlés publiés principalement aux États-Unis sur l’esclavage en Amérique britannique durant la seule année 1999)35. Cependant, on peut se demander où sont maintenant tous ces docteurs : ils ne sont certainement pas en poste dans les universités françaises où les maîtres de conférences et les professeurs travaillant sur la colonisation et l’esclavage se comptent en nombre réduit.

  • 36  Marc Ferro, Histoire des colonisations, des conquêtes aux indépendances, XIIIe-XXe siècle, Paris, (...)
  • 37  Charles-Robert Ageron, « L’exposition coloniale de 1931. Mythe républicain ou mythe impérial ? », (...)
  • 38  Emmanuel Le Roy Ladurie, Histoire de France des régions : la périphérie française, des origines à (...)
  • 39  Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Françoise Vergès, La République coloniale, pp. 11-17 ; Claude (...)

13Surtout l’histoire coloniale demeure une histoire extérieure à l’histoire nationale. Marc Ferro a pu ainsi parler du ghetto dans lequel la tradition a enfermé l’histoire de la colonisation : « N’est-il pas symptomatique, écrit-il dans son Histoire des colonisations, que dans les grandes œuvres de réflexion sur la mémoire ou sur le passé – de la France –, il n’est jamais question des sociétés coloniales : est-ce une omission, un acte manqué, ou un tabou ? »36. On donne toujours comme exemple de ce phénomène Les lieux de mémoire, sous la direction de Pierre Nora, dans lequel on ne trouve qu’un article consacré à la colonisation, celui sur l’exposition coloniale de 193137, mais c’est vrai de beaucoup d’autres ouvrages, y compris parmi les plus récents. Je pense par exemple à l’Histoire de France des régions d’Emmanuel Le Roy Ladurie : pourquoi ne pas traiter des Antilles, de la Guyane et des Mascareignes dans cette réflexion sur les rapports entre centre et périphérie et sur l’intégration des « minorités périphériques » à l’ensemble national 38 ? Alors que la monarchie d’Ancien Régime était l’une des grandes puissances colonisatrices en Europe et que l’installation de la troisième République et la consolidation du second empire colonial sont étroitement liées, il existe ainsi toujours un consensus pour considérer la colonisation comme un phénomène mineur de l’histoire de France, certainement parce que la colonisation remet en cause la construction de l’identité française autour des concepts du républicanisme et de l’universalisme39.

  • 40  Claude Liauzu, « Immigration, colonisation et racisme : pour une histoire liée », Hommes et Migrat (...)
  • 41  Pour répondre aux acritiques, la Cité Nationale de l’Immigration a organisé un grand colloque inte (...)

14Cependant, la manière dont l’identité française est conceptualisée et dont l’histoire de France est écrite a commencé de changer avec le développement de l’histoire de l’immigration dans les années 1980. Progressivement, cet essor des études sur les migrations a eu un impact sur l’histoire de la colonisation, avec la prise en compte croissante des vagues migratoires provenant de l’ancien empire colonial français. L’établissement de ce lien entre immigration et colonisation ne s’est pas fait et ne se fait toujours pas facilement, comme en témoignent un article en forme de programme de Claude Liauzu intitulé « Immigration, colonisation et racisme : pour une histoire liée », paru en 2000 dans la revue Hommes et Migrations40, ou encore les débats récents sur le choix d’installer la Cité Nationale de l’Histoire de l’immigration dans les murs de l’ancien Musée des Colonies41.

  • 42  Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire, dir., La fracture coloniale, pp. 9-10.

15Ces débats sont révélateurs du fait que le passé colonial de la France a refait surface sur la scène politique et sociale dans les années 1990. Dans La fracture coloniale, Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Sandrine Lemaire ont souligné qu’après une longue période de refoulement « ce surgissement provient de lieux et de groupes divers : d’associations rassemblant des acteurs liés à l’histoire coloniale (rapatriés, harkis, anciens colonisés, anciens combattants de la guerre d’Algérie…) ; de l’État à travers l’édification de « lieux de mémoire » ou de texte de lois organisant la « mémoire officielle » ; de l’univers intellectuel et universitaire avec la publication de nombreux ouvrages et essais ; ou encore des médias, qui rendent compte régulièrement de questions contemporaines liées, directement ou indirectement à la période coloniale »42.

  • 43  Sur les débats autour de l’histoire et de la mémoire de la Guerre d’Algérie, voir notamment Raphaë (...)
  • 44  Voir le compte-rendu de ces débats dans Romain Bertrand, Mémoires d’empire. La controverse autour (...)
  • 45  Voir, par exemple,  « Le trou de mémoire colonial. La colonisation et ses séquelles », Hommes & Li (...)
  • 46  Suite au vote de la loi Taubira en mai 2001, le ministère de l’Outre-mer institua tardivement, en (...)
  • 47  En 2004, Olivier Pétré-Grenouilleau publiait une synthèse sur Les traites négrières. Essai d’histo (...)

16Pendant longtemps, l’attention s’est concentrée sur la guerre d’Algérie avec le risque que la colonisation ne soit réduite à ce conflit43. Toutefois, la situation a considérablement changé depuis quelques années. En effet, alors que la loi du 23 février 2005 concernait les réparations à faire aux harkis et aux rapatriés, les discussions autour de l’article 4 appelant les programmes scolaires à reconnaître « le rôle positif de la présence française outre-mer »44 ont paradoxalement permis de dépasser la focalisation sur la guerre d’Algérie et d’évoquer la colonisation en général, du moins celle des XIXe et XXe siècles, ce qu’illustrent les multiples articles et dossiers parus dans la presse militante et généraliste aussi bien que dans l’Histoire45. La contradiction entre cette loi du 23 février 2005 et la loi « Taubira », tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité, adoptée le 21 mai 2001, les prescriptions du premier rapport de la Commission sur la mémoire de l’esclavage remis en avril 200546, les réactions des départements d’Outre-Mer et enfin le procès intenté contre l’historien Olivier Pétré-Grenouilleau par le Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais47 ont également conduit dans un second temps à inclure dans le débat la traite et l’esclavage des XVIIe-XIXe siècles, mais paradoxalement pas la colonisation de la période moderne.

17Il faut souligner que contrairement aux associations d’enseignants du secondaire, telles que l’APHG (Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie) et les Clionautes, les quatre associations d’historiens des universités n’ont pas collectivement pris part au mouvement d’opposition à la loi du 23 février mené notamment par Claude Liauzu et d’autres, les chercheurs et enseignants-chercheurs ne l’ayant fait qu’à titre individuel. Par comparaison, le soutien à Olivier Pétré-Grenouilleau a été corporatif. L’AHMUF (Association des Historiens Modernistes des Universités Françaises), en particulier, s’est distinguée par son action en faveur de l’historien de la traite. À partir de fin décembre 2005 et durant près d’un mois, la liste de diffusion de l’association a transmis une avalanche de messages et a permis ainsi un intense débat via internet. Au-delà de la nécessaire défense d’Olivier Pétré-Grenouilleau, cette affaire a été l’occasion d’évoquer la question de l’enseignement et de la recherche sur la colonisation, la traite et l’esclavage de la période moderne, alors que jusqu’alors il n’y avait pas eu de discussions collectives sur le sujet. Ce qui ressort cependant de l’opinion de la majorité c’est un assez grand conservatisme en la matière. Lors de l’assemblée générale du 20 janvier 2006, plusieurs personnes ont ainsi dénoncé l’absence de ces questions aux concours d’enseignement, mais elles étaient clairement minoritaires. En dehors des discussions publiques, les raisons souvent évoquées pour refuser que la colonisation et l’esclavage donnent lieu à des questions de concours sont, d’une part, que cela défavoriserait les universités de province qui ne disposeraient pas des ressources nécessaires pour aborder ces thèmes, et, d’autre part, que cela serait céder à des pressions communautaristes, comme si l’histoire de la colonisation et de l’esclavage ne concernait pas l’histoire nationale de manière générale, mais uniquement celle de groupes particuliers.    

  • 48  Thomas Bender, éd., Rethinking American History in a Global Age, Berkeley, University of Californi (...)
  • 49  Pour les États-Unis, Ira Berlin a montré comment « slavery has become a language, a way to talk ab (...)

18Ce qui est évidemment en jeu dans ce débat, en cette période d’intenses tensions politiques et sociales, c’est ce que nous sommes en tant que nation et quel type d’histoire nous devons développer pour tenir compte du fait que nous formons une société multiethnique et multiculturelle. Ce qui doit être à l’intérieur ou à l’extérieur de l’histoire américaine est aussi une importante question politique aux États-Unis, mais le développement de l’histoire multiculturelle y a été beaucoup plus précoce qu’en France, malgré des résistances – je pense ici au débat au milieu des années 1990 à propos des National History Standards48. En France, les mentalités changent non seulement très doucement parmi les universitaires, mais aussi parmi les étudiants que l’on n’a jamais vus boycotter des cours parce que ces derniers ne s’intéressaient qu’à l’histoire de l’Occident. Au-delà de cette différence notable, le point commun dans la situation en France et  aux États-Unis réside dans la relation qui existe dans les deux pays entre l’échec politique à éliminer ou même à réduire les inégalités socio-économiques dont souffrent les « groupes minoritaires » et la demande de reconnaissance du caractère central de l’esclavage dans l’histoire américaine et d’une meilleure intégration de la colonisation dans l’histoire française49.

L’histoire coloniale de la période moderne

  • 50  Claude Liauzu, dir., Dictionnaire de la colonisation française, Paris, Larousse, 2007 ; Jean-Pierr (...)
  • 51  Gilles Havard, « L’historiographie de la Nouvelle-France en France au cours du XXe siècle : nostal (...)
  • 52  Robert et Marianne Cornevin, La France et les Français outre-mer, Paris, 1990 Tallandier ; Bernard (...)
  • 53  Par comparaison, la French Colonial Historical Society réunit des historiens états-uniens, canadie (...)

19Même s’il inclut la traite et l’esclavage, le mouvement en faveur de l’intégration de la colonisation dans l’histoire et la mémoire collective semble se focaliser essentiellement sur le second empire colonial construit par la République française en Afrique et en Asie aux XIXe et XXe siècles et néglige le premier empire formé largement au sein du monde atlantique par la monarchie d’Ancien Régime aux XVIIe et XVIIIe siècles. En témoignent les deux dictionnaires de la colonisation récemment parus qui n’incluent la période moderne que sous l’angle de la traite et de l’esclavage50. Il est vrai que les spécialistes d’histoire coloniale des périodes moderne et contemporaine ont peu de relations entre eux. Ce n’était pourtant pas le cas dans les années 1920-1930 lorsque les mêmes historiens s’intéressaient aux deux empires et se plaisaient à souligner les liens entre La Salle ou Montcalm et Brazza ou Lyautey afin de souligner l’aptitude française à coloniser et à civiliser51. Après la décolonisation, un autre type de comparaison fut entrepris. Dans les années 1980, dans le contexte de la vogue des synthèses étudiant les différentes facettes de l’histoire de France au fil des siècles (France rurale, urbaine, religieuse, etc), sont parus plusieurs ouvrages sur l’histoire coloniale de la France des origines à la décolonisation52. Depuis les efforts de collaboration ont décliné. Ainsi, si sa revue Outre-Mers, Revue d’Histoire, publie à l’occasion des articles sur les XVIIe et XVIIIe siècles, la Société Française d’Histoire d’Outre-Mer réunit principalement des chercheurs spécialistes des XIXe et XXe siècles53.

  • 54 Joseph Zitomersky, « In the Middle and on the Margin : Greater French Louisiana in History and in P (...)
  • 55  Gilles Havard et Cécile Vidal, Histoire de l’Amérique française, Paris, Champs Flammarion, 2006, p (...)
  • 56  Dominique Rogers, « Les Antilles à l’époque moderne : tendances et perspectives d’un demi-siècle d (...)
  • 57  Voir, par exemple, Kenneth J. Banks, Chasing Empire Across the Sea. Communications and the State i (...)

20Les historiens travaillant sur la colonisation française à la période moderne sont de surcroît beaucoup moins nombreux que leurs collègues de contemporaine. Joseph Zitomersky a expliqué ce moindre intérêt pour le premier empire colonial français par sa quasi disparition avant la Révolution française, l’événement au fondement de l’identité nationale actuelle54. Dans le cas du Canada et de la Louisiane, cette raison est renforcée par leur très faible développement démographique et économique et par leur insignifiance pour la croissance française du XVIIIe siècle, éléments qui viennent s’ajouter à leur perte finale55. En revanche, les Antilles qui ont été conservées, sont pour cette raison davantage étudiées que la Nouvelle-France continentale. Néanmoins, selon Dominique Rogers, la production historique sur la région est fragmentée et conduite dans l’isolement, ce qui empêche la sédimentation des travaux sur les sociétés caribéennes56. Les chercheurs spécialistes des différentes colonies françaises d’Amérique, de surcroît, ont pendant longtemps peu travaillé ensemble. Cela commence à changer avec le développement des études sur la « Franco-Amérique », l’Amérique française ou l’ « Atlantique français », sous l’influence des historiens états-uniens et canadiens57.

  • 58  Bernard Bailyn, « Preface », in David Armitage et Mickael J. Bradick, éd., The British Atlantic Wo (...)

21Une plus grande collaboration, des échanges plus importants et plus fréquents sont également nécessaires entre les chercheurs français – et pas seulement les spécialistes d’histoire coloniale – et leurs homologues nord-américains, afin de favoriser le développement de l’histoire atlantique. C’est en effet les liens étroits entre historiens britanniques et états-uniens qui expliquent en partie l’essor des recherches sur l’Atlantique britannique58. Cela permettra d’aller à l’encontre de la tendance durable des historiens français à faire de l’histoire coloniale selon le seul biais de l’expansion européenne, avec une perspective essentiellement métropolitaine, d’où une focalisation sur la géopolitique, la navigation et le commerce, l’émigration volontaire et la traite des Noirs, étudiés à partir des sources conservées dans l’Ancien Monde. 

  • 59  François Chevalier, La formation des grands domaines au Mexique : terre et société aux XVIe-XVIIe (...)
  • 60  Tamar Herzog, Defining Nations. Immigrants and Citizens in Early Modern Spain and Spanish America, (...)

22Par comparaison, les intérêts des nombreux spécialistes français de l’Amérique latine coloniale sont très différents. En effet, à la suite de l’œuvre pionnière de François Chevalier59, ils ont franchi l’Atlantique et produit très précocement des travaux innovants sur les sociétés créoles de l’empire espagnol et les relations entre Espagnols et Amérindiens, comme s’il n’avait été possible pour des Français de penser l’altérité et les échanges interethniques qu’en dehors de l’espace national et impérial. Ces chercheurs se distinguent de surcroît par une propension beaucoup plus grande à lier l’étude de la métropole avec celle de son empire et réciproquement. En revanche, les historiens français spécialistes de la France métropolitaine tiennent rarement compte de ce que Tamar Herzog a bien expliqué à propos de l’Amérique latine : « The reading of Spanish history from Spanish America and vice versa demonstrates that the one cannot be understood without the other. Castile exported to the New World many of its practices. Implemented in the Americas, these practices underwent important modifications. These modifications reflected the American reality as much as they revealed the potentialities inherent to the practices themselves »60.On peut seulement espérer que la démarche empruntée par Tamar Herzog devienne plus fréquente parmi les historiens français. Cela permettrait de mieux intégrer l’histoire coloniale dans l’histoire moderne et de décloisonner l’histoire du monde atlantique dans deux directions, non seulement Nord / Sud, mais aussi Est / Ouest.

Les prémisses du développement de la nouvelle histoire atlantique en France

  • 61  Marcel Dorigny, « L’Atlantique : un état de la question », Dix-huitième siècle, n. 33, 2001, pp. 7 (...)
  • 62  Yves Benot, La Révolution française et la fin des colonies 1789-1794 ; La démence coloniale sous N (...)
  • 63  Voir notamment Yves Benot et Marcel Dorigny, dir., Grégoire et la cause des noirs (1789-1831), Sai (...)
  • 64  Marie-Jeanne Rossignol, « In the Wake of the Bicentennial of the French Revolution : a New Colonia (...)
  • 65  « Républiques en miroir. Le Directoire devant la révolution atlantique. Modélisations, confrontati (...)
  • 66  http://ihrf.univ-paris1.fr/spip.php?article198 (site consulté le 23 juillet 2008). Marc Belissa es (...)

23Si les historiens français ont pendant longtemps ignoré ou étaient réticents face à la nouvelle histoire atlantique, on constate néanmoins qu’un nombre croissant de publications et de manifestations scientifiques se réclamant de ce courant historiographique sont publiées et organisées en France. L’un des pionniers a certainement été Marcel Dorigny qui dès 2001 dirigeait un numéro spécial de la revue XVIIIe siècle consacré à l’Atlantique, même s’il ne semble pas avoir pris toute la mesure de ce qui distingue la nouvelle histoire atlantique des recherches initiées en France par Jacques Godechot, Pierre Chaunu ou encore Michel Mollat du Jourdin. En témoignent le titre même du numéro, l’Atlantique et non pas le monde atlantique, la confusion qui est faite entre histoire atlantique et histoire maritime et l’évocation d’une « civilisation atlantique des Lumières » dans l’introduction générale61. L’historien de Paris VIII a pourtant joué, avec Yves Benot62, un rôle fondamental dans le développement en France des travaux sur l’abolitionnisme, les rapports entre les colonies et la Révolution française et la Révolution haïtienne63. Pour ce faire, il a dû travailler partiellement en dehors de son institution de rattachement dans le cadre de l’Association pour l’Étude de la Colonisation Européenne. Cette association fut fondée en 1993, suite aux manifestations organisées à l’occasion du bicentenaire de la Révolution française, qui s’étaient peu intéressées à la question des colonies et de l’esclavage. Marcel Dorigny était auparavant membre d’un groupe de recherche affilié à l’Institut d’Histoire de la Révolution française de l’Université de Paris I, mais l’avait quitté lorsque Michel Vovelle avait pris sa retraite64. Depuis, la participation de l’IHRF à l’organisation récente d’un colloque sur « le Directoire devant la révolution atlantique »65 ou encore le séminaire animé actuellement par Marc Belissa sur « la Révolution française et le monde »66 montrent que ce centre de recherche ne néglige plus totalement la perspective atlantique.

  • 67  Colloque international organisé par Marie-Jeanne Rossignol, Lucia Bergasmaco et Monica Henry sur « (...)
  • 68  Lou H. Roper et Bertrand Van Ruymbeke, dir., Constructing Early Modern Empires : Proprietary Ventu (...)
  • 69  En 2008-2009, Bernard Cottret organisera un séminaire de Master à l’Université de Versailles-Saint (...)
  • 70  http://projetalbion.free.fr/gream (consulté le 23 juillet 2008).
  • 71  Journée d’études organisée par Marie-Jeanne Rossignol et François Weil sur « Histoire(s) atlantiqu (...)
  • 72  De nombreux colloques et journées d’études ont ainsi été organisés : colloque organisé par Jean Hé (...)

24Parmi les contributeurs au numéro spécial de XVIIIe siècle sur l’Atlantique, plusieurs universitaires appartiennent à des départements d’études anglophones. Ces derniers, en particulier ceux des Universités de Paris VII, Paris VIII et Versailles-Saint-Quentin, jouent un rôle fondamental dans la diffusion de la nouvelle histoire atlantique grâce à l’organisation de colloques et de journées d’études67, la publication d’ouvrages68, l’animation de séminaires69, ainsi que la création d’un groupe informel de recherches (Groupe de Recherches sur l’Espace Atlantique Moderne 16e-18e siècle, animé par Lauric Henneton, Université de Versailles-Saint-Quentin70 et d’une association (Réseau pour le Développement de l’Histoire de la Jeune Amérique autour notamment de Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris VII). Le REDEJHA et le CENA (Centre d’Études Nord-Américaines) de l’EHESS se sont à l’occasion associés pour organiser certaines manifestations71. En 2005-2008, le CENA a en effet aussi développé un important programme d’histoire atlantique grâce à une ACI PROSODIE associant des spécialistes de l’Amérique du Nord, des Antilles et du Brésil72.

  • 73  En témoigne, par exemple, la critique qu’en fait Jean-Paul Zúñiga : « L’histoire impériale à l’heu (...)
  • 74  Luiz Felipe de Alencastro, O trato dos viventes : formação do Brasil no Atlântico Sul séculos XVI (...)
  • 75  Colloque « Le Brésil et l’Atlantique Sud, XVIe-XIXe siècle : une histoire », Université de Paris I (...)
  • 76  María Teresa Calderónet Clément Thibaud, dir., Las revoluciones en el mundo atlántico, Bogota, Bue (...)
  • 77 FedericaMorelliet Alejandro E.Gómez, « La nuevaHistoria Atlántica : un asunto de escalas », Nuevo M (...)

25Par comparaison avec leurs collègues travaillant sur l’Amérique du Nord, les spécialistes des empires ibériques semblent pourtant plus réticents à s’inscrire dans le sillage de la nouvelle histoire atlantique73. Il existe toutefois des exceptions importantes à cette situation générale. Depuis 2001 et la nomination à sa tête de Luiz Felipe de Alencastro, le Centre d’études du Brésil est devenu le Centre d’études du Brésil et de l’Atlantique Sud. Ce spécialiste de la traite portugaise74 œuvre activement au développement des travaux sur l’Atlantique et l’Empire portugais en France : il vient d’organiser en Sorbonne un grand colloque sur le Brésil et l’Atlantique Sud75. Des chercheurs du CERMA (Centre de Recherche sur les Mondes Américains) de l’EHESS, tels que Clément Thibaud76, Federica Morelli et Alejandro E.Gómez, travaillent également sur les indépendances en Amérique latine et sur l’abolitionnisme et les abolitions de l’esclavage dans une perspective atlantique. Les deux derniers ont d’ailleurs publié une bibliographie relative au nouveau courant historiographique dans Nuevo Mundo – Mundos Nuevos77.

26De manière paradoxale, la plupart des centres de recherche qui se trouvent sur le littoral français n’œuvre que faiblement à la diffusion de la nouvelle histoire atlantique en France ; ils développent plutôt, quand ils en font encore, de l’histoire atlantique ancienne manière qui s’apparente davantage à l’histoire maritime78. Les thèmes de recherche concernent principalement le commerce maritime, l’exploitation de la mer et de l’estran, les villes et les sociétés littorales de l’Europe atlantique, la guerre sur mer et les relations internationales, les voyages de découverte et d’exploration. Ces centres appartiennent d’ailleurs tous au GIS (Groupement d’Intérêt Scientifique) Histoire maritime fondé en 2005. En décembre 2007, le GIS a organisé un grand colloque à l’Université de Bretagne-Sud dans le but de faire le bilan de la recherche en histoire maritime en France79. Les débats ont évoqué l’Atlantic history, sans pour autant qu’ait été adoptée une quelconque position collective face à ce nouveau courant historiographique80. Il n’est donc pas étonnant que la colonisation, la traite et l’esclavage atlantiques, les trois phénomènes majeurs à l’origine de la formation d’un monde atlantique au cours de la période moderne, ne sont pas au cœur des projets de ces centres de recherche et ne sont abordés que de manière périphérique ou du seul point de vue européen81. Le Master 2 spécialité « Relations internationales et histoire du monde atlantique », commun aux Universités de Nantes et de La Rochelle82, est donc conçu de manière très différente que le MA in « Atlantic History : Slavery, Race and Colonialism » de l’Université de Liverpool83 ou le programme doctoral en « Atlantic History » de la New York University84, par exemple. Ces dernières années, les Universités de La Rochelle85 et de Nantes86 ont pourtant organisé des manifestations scientifiques qui se rattachent à la nouvelle histoire atlantique87. De la même façon, certains enseignants-chercheurs, comme Silvia Marzagalli, qui avant d’obtenir un poste de professeur à l’Université de Nice enseignait à Bordeaux III, développent des liens importants avec les universitaires états-uniens à la pointe de l’Atlantic History et mènent des recherches dans la mouvance de celle-ci88.

27Une des thématiques développées par l’Université de La Rochelle, en collaboration avec celle de Poitiers, concerne les relations entre la région du Centre-Ouest et le Canada89. Or, la tenue à Québec, à l’occasion des célébrations du 400ème anniversaire de la fondation de la ville, du 133ème congrès national des sociétés historiques et scientifiques sur le thème des « Migrations, transferts et échanges de part et d’autre de l’Atlantique » en juin 2008 a donné lieu à l’organisation d’un colloque sur « le monde atlantique français » sous la responsabilité de Laurent Turgeon et François-Joseph Ruggiu. Ces deux historiens ont permis de la sorte aux historiens français présents de se familiariser avec ce nouveau courant historiographique90.

  • 91  Randy J. Sparks, The Two Princes of Calabar : An Eighteenth-Century Atlantic Odyssey, Cambridge, H (...)
  • 92  C.R.L. James, The Black Jacobins, New York, The Dial Press, 1938 [Les Jacobins noirs. Toussaint L’ (...)
  • 93  Cécile Vidal, « La nouvelle histoire atlantique : nouvelles perspectives sur les relations entre l (...)

28Enfin, de « petites » maisons d’édition très dynamiques contribuent à faire connaître la nouvelle histoire atlantique en France grâce à la création de collection spécifique consacrée au « Monde atlantique » ou aux « Histoires atlantiques » et à la traduction en français d’ouvrages qui ont marqué le champ aux États-Unis. Les éditions Perséides ont ainsi publié les ouvrages de Laurent Dubois sur la Révolution haïtienne et de Randy Sparks sur deux « Créoles atlantiques »91, alors que les éditions Amsterdam vont faire paraître à l’automne 2008 l’ouvrage pionnier de C.L.R. James sur la Révolution haïtienne, celui de Paul Gilroy sur l’Atlantique noir et enfin celui de Marcus Rediker et Peter Linebaugh sur le « prolétariat atlantique »92. La Revue Internationale des Livres et des Idées, qui a été récemment lancée par les Éditions Amsterdam à destination du grand public, a aussi consacré un petit dossier de comptes-rendus à « la nouvelle histoire atlantique. Esclavage, empires et colonisations » qui a fait la une du journal93. Ce nouveau courant historiographique, longtemps ignoré et méconnu par les historiens de l’hexagone, est donc en voie d’émergence dans le paysage intellectuel français.

Conclusion

  • 94  Jack Greene, « Beyond Power : Paradigm Subversion and Reformulation and the Re-Creation of the Ear (...)

29Pendant longtemps, les historiens nord-américains se tournaient vers l’Europe et notamment vers la France pour y puiser les théories et les pratiques les plus innovantes. La nouvelle histoire sociale s’est ainsi développée aux États-Unis en s’inspirant de l’École des Annales. En conséquence, à partir des années 1960-1970, les historiens de la période coloniale se sont mis à faire de l’histoire « from the bottom up » en s’intéressant aux classes populaires blanches, aux esclaves d’origine africaine, aux Amérindiens et aux femmes. Sans ces nouveaux questionnements, jamais la nouvelle histoire atlantique qui multiplie et croise les points de vue de tous les acteurs concernés et qui se veut résolument multiethnique, multiraciale et multiculturelle n’aurait vu le jour94. Plus d’une génération après, il est clair que, dans le dialogue intellectuel entre les États-Unis et la France, les relations se sont transformées, l’innovation venant cette fois-ci de l’autre côté de l’Atlantique. Comment réagir ? Il ne s’agit pas de céder à un phénomène de mode intellectuel sans discernement et sans esprit critique. Comme le dit d’ailleurs Bernard Bailyn lui-même, tout ne relève pas de l’histoire atlantique et celle-ci ne permet pas de tout penser. Il reste que la remise en cause des cadres traditionnels dans lesquels nous pensons par inertie, le décentrage du regard de la seule Europe, la prise en cause de nouveaux objets d’histoire, tels que la race et l’ethnicité dans le contexte colonial et esclavagiste, relèvent non seulement d’une nécessité intellectuelle, mais également politique et sociale.

Haut de page

Notes

1  Jacques Godechot, Histoire de l’Atlantique, Paris, Bordas, 1947 ; Paul Butel, Histoire de l’Atlantique de l’Antiquité à nos jours, Paris, Perrin, 1997 [trad. anglaise : The Atlantic, London, Routledge, 1999]. En dehors de ces synthèses, a été publié très récemment un premier textbook ou manuel aux États-Unis. Douglas R. Egerton, Alison Games, Jane G. Landers, Kris Lane, Donald R. Wright, The Atlantic World, Wheeling, IL, Harlan Davidson, Inc., 2007.

2  Les avis divergent sur les origines et les généalogies de l’histoire atlantique. On peut en effet distinguer trois étapes : la naissance de l’histoire atlantique dans les années 1940-1950 avec des travaux se focalisant sur le « White Atlantic » ; le développement des études sur la traite, l’esclavage, la diaspora noire et le « Black Atlantic » à partir des années 1970 ; enfin, la synthèse et la reconceptualisation de ces différentes histoires atlantiques à l’origine de la « nouvelle » histoire atlantique dans les années 1990. Pour des articles ou ouvrages historiographiques et épistémologiques, voir Alison Games, « Atlantic History : Definitions, Challenges, and Opportunities », American Historical Review, vol. 111, n. 3, 2006, pp. 741-757 ; Alison Games et Adam Rothman, Major Problems in Atlantic History. Documents and Essays, Boston, Houghton Mifflin Company, 2008 ; Bernard Bailyn, « The Idea of Atlantic History », Itinerario, vol. 20, n. 1, 1996, pp. 19-44 ; Bernard Bailyn, Atlantic History. Concept and Contours, Cambridge, Harvard University Press, 2005 ; Nicholas Canny, « Writing Atlantic History ; or, Reconfiguring the History of British Colonial America », Journal of American History, vol. 86, n. 3, 1999, pp. 1093-1114 ; Silvia Marzagalli, « Sur les origines de l’‘Atlantic History’ : Paradigme interprétatif de l’histoire des espaces atlantiques à l’époque moderne », Dix-Huitième Siècle, n. 33, 2001, pp. 17-31 ; « The Nature of Atlantic History », Itinerario, vol. 23, n. 2, 1999, pp. 48-176.

3  Alison Games, « Teaching Atlantic History », Itinerario, vol. 23, n. 2, 1999, p. 163.

4  Silvia Marzagalli, « The French Atlantic », Itinerario, vol. 23, n. 2, 1999, pp. 71-72. Voir aussi Catherine Coquery-Vidrovitch, « Plaidoyer pour l’histoire du monde dans l’université française », Vingtième Siècle, n. 61, 1999, p. 117.

5  Jacques Godechot et Robert R. Palmer, « Le problème de l’Atlantique du XVIIIe au XXe siècle », in Relazioni del X° Congresso internazionale di Scienze storiche, Florence, Sansoni, 1955, t. V, pp. 175-239 ; Jacques Godechot, Les Révolutions (1770-1792), Paris, puf, 1963 ; Robert R. Palmer, The Age of Democratic Revolution. A Political History of Europe and America, 1760-1800, Princeton, Princeton University Press, 1959-1964.

6 John Thornton, « African Soldiers in the Haitian Revolution », Journal of Caribbean History, vol. 25, n. 1-2, 1991, pp. 58-80 ; « I Am the Subject of the King of Congo : African Political Ideology and the Haitian Revolution », Journal of World History, n. 4, 1993, pp. 181-214.

7  John D. Garrigus, « White Jacobins / Black Jacobins : Bringing the Haitian and French Revolutions Together in the Classroom », French Historical Studies, vol. 23, n. 2, 2000, pp. 259-275.

8  Sur la faible place accordée à la Révolution haïtienne dans l’historiographie occidentale, voir Michel-Rolph Trouillot, Silencing the Past. Power and the Production of History, Boston, Beacon Press, 1995.

9  Carolyn E. Fick, The Making of Haiti : The Saint-Domingue Revolution from Below, Knoxville, University of Tennessee Press, 1990 ; David P. Geggus, éd., The Impact of the Haitian Revolution in the Atlantic World, Columbia, University of South Carolina, 2001 ; Laurent Dubois, Avengers of the New World. The Story of the Haitian Revolution, Cambridge, Belknap Press of Harvard University Press, 2004 [trad. française : Les vengeurs du Nouveau Monde; Histoire de la Révolution haïtienne, Rennes, Les Perséides, 2005].

10  Laurent Dubois, « La République métissée : Citizenship, Colonialism, and the Borders of French History », Cultural Studies, vol. 14, n. 1, 2000, pp. 15-34 ; « ‘Citoyens et amis !’ Esclavage, citoyenneté et République dans les Antilles françaises à l’époque révolutionnaire », Annales HSS, n. 2, 2003, pp. 281-303.

11  Yves Benot, La Révolution française et la fin des colonies 1789-1794, Paris, La Découverte, 2004, pp. 216-217.

12  Gérard Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, Paris, Belin, 1996, p. 205.

13  Caroline Douki et Philippe Minard, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ?. Introduction », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2007/5, n. 54-5, p. 16.

14  Pierre Nora, « Préface : Que vive l’édition des sciences humaines », in Sophie Barluet, Édition de sciences humaines et sociales : le cœur en danger, Paris, puf, 2004, p. 9.

15  Gérard Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, p. 205.

16  Sophie Barluet, Édition de sciences humaines et sociales : le cœur en danger, pp. 56-57.

17  Daniel Roche, « Les historiens aujourd’hui. Remarques pour un débat », Vingtième siècle, n. 12, 1986, p. 13.

18  Caroline Douki et Philippe Minard, « Histoire globale, histoires connectées », pp. 14-17.

19  Giorgio Riello, « La globalisation de l’Histoire globale : une question disputée », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2007/5, n. 54-5, p. 30.

20  La formation en 2006 de l’UMR MASCIPO (Mondes Américains, Sociétés, Circulations, Pouvoirs XVe-XXIe siècle) réunissant des spécialistes de l’Amérique du Nord et de l’Amérique latine ou encore la création en décembre 2007du GIS (Groupement d’Intérêt Scientifique) Institut des Amériques témoignent du fait que de tels efforts de décloisonnement institutionnel sont en cours.  

21  Gérard Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, pp. 45-46.

22 Nicholas Canny, « Writing Atlantic History ».

23  Myriam Cottias, « Et si l’esclavage colonial faisait histoire nationale ? », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, vol. 52, n. 4bis, 2005, pp. 59-62. Suite au premier rapport du Comité pour la mémoire de l’esclavage en 2005 a été créé deux ans plus tard au sein du CNRS un GDRI (Groupement de recherche International) CIRESC (Centre International de Recherches sur les Esclavages). Il serait souhaitable qu’une institution similaire soit fondée pour l’histoire des colonisations. Pour un point de vue opposé, voir Jean-Frédéric Schaub, « La catégorie « études coloniales » est-elle indispensable ? », Annales HSS, n. 3, 2008, pp. 625-646.

24  Claude Liauzu, « L’histoire de la colonisation : pour quoi ? », in Claude Liauzu et Gilles Manceron, dir., La colonisation, la loi et l’histoire, Paris, Éditions Syllepse, 2006, pp. 91-98. Voir aussi Jean-François Klein et Marie-Albane de Suremain, « Clio et les colonies. Retour sur des historiographies en situation », Romantisme. Revue du dix-neuvième siècle, n. 139, 2008, pp. 59-80 ; Colette Zytnicki, « ‘La maison, les écuries’. L’émergence de l’histoire coloniale en France (des années 1880 aux années 1930) », in Sophie Dulucq et Colette Zytnicki, dir., Décoloniser l’histoire ? De ‘l’histoire coloniale’ aux histoires nationales en Amérique latine et en Afrique (XIXe-XXe siècles), Paris, Société Française d’Histoire d’Outre-Mer, 2003, pp. 9-23

25  Bibliographie d’histoire coloniale, Paris, 1932.

26  Gabriel Hannoteaux et Alfred Martineau, Histoire des colonies françaises et de l’expansion française dans le monde, Paris, Plon, 1929-1933.

27  Gilles de Gantes, « De l’histoire coloniale à l’étude des aires culturelles : la disparition d’une spécialité du champ universitaire français », Outre-Mers. Revue d’histoire, n. 388-389, 2003, p. 15.

28  En fait, l’expression « Outre-Mer » commence à être employée à la place des termes « colonies » et « Empire » dès les lendemains de la Seconde guerre mondiale, au moment où démarre, timidement, la décolonisation en France. Il apparaît ainsi dans le préambule de la Constitution de 1946. La même année sont créés les Départements d’Outre-Mer et l’on transforme en conséquence les noms du Ministère des Colonies et de l’École Coloniale. Voir « Outre-Mer », in Sophie Dulucq, Jean-François Klein et Benjamin Stora, Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008, p. 86.

29  Henri Longchambon, « Les Sciences sociales en France. Un bilan, un programme », Annales ESC, n. 13,1958, pp. 94-109.  C’est en fait Fernand Braudel qui écrivit ce rapport.

30  Gilles de Gantes, « De l’histoire coloniale à l’étude des aires culturelles », pp. 7-20 ; Colette Zytnicki, « ‘La maison, les écuries’ » ; Claude Liauzu, dir., Colonisation : droit d’inventaire, Paris, Armand Colin, 2004, p. 4 ; Nicolas Bancel, « L’histoire difficile : esquisse d’une historiographie du fait colonial et postcolonial », in Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire, dir., La fracture coloniale. La société française au prisme de l’héritage colonial, Paris, La Découverte, 2005, pp. 83-92 ; Jean-François Klein et Marie-Albane de Suremain, « Clio et les colonies », pp. 67-80.

31  Ernest Renan, Qu’est ce qu’une Nation ?, Paris, Mille et une nuits, 1997 (conférence de 1882) ; Pierre Bouretz, La République et l’universel, Paris, Folio Histoire, 2000, pp. 25-29.

32  Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Françoise Vergès, La République coloniale. Essai sur une utopie, Paris, Albin Michel, 2003, pp. 134-135, 151.

33  Une exception notable est le Master sur « le fait colonial » de l’EHESS.

34  Claude Liauzu, « L’héritage colonial et la mondialisation », in Marie-Claire Hoock-Demarle et Claude Liauzu, dir., Transmettre les passés. Les responsabilités de l’Université. Nazisme, Vichy et conflits coloniaux, Paris, Syllepse, 2001, p. 122.

35  Myriam Cottias, « Et si l’esclavage colonial faisait histoire nationale ? », p. 61, note 13 ; Philip D. Morgan, « African American » in Daniel Vickers, éd., A Companion to Colonial America, Oxford, Blackwell Publishers, 2003, p. 138.

36  Marc Ferro, Histoire des colonisations, des conquêtes aux indépendances, XIIIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 2004, pp. 11-12.

37  Charles-Robert Ageron, « L’exposition coloniale de 1931. Mythe républicain ou mythe impérial ? », in Pierre Nora, dir., Les Lieux de Mémoire, Paris, Quarto Gallimard, 1997, vol. 1, pp. 493-515. Pour un point de vue critique sur les Lieux de Mémoire, voir Perry Anderson, La pensée tiède. Un regard critique sur la culture française, suivi par la pensée réchauffée, réponse de Pierre Nora, Paris, Seuil, 2005, pp. 48-54, 121-123 ; Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire, dir., La fracture coloniale, pp. 14-16.

38  Emmanuel Le Roy Ladurie, Histoire de France des régions : la périphérie française, des origines à nos jours, Paris, Seuil, 2005.

39  Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Françoise Vergès, La République coloniale, pp. 11-17 ; Claude Liauzu, Colonisation : droit d’inventaire, p. 6. Voir aussi Nicolas Bancel et Pascal Blanchard, « Les origines républicaines de la fracture coloniale », in Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire, dir., La fracture coloniale, pp. 33-43 ; Gilles Manceron, « Affronter le passé colonial », Hommes et Libertés, Revue de la Ligue des droits de l’Homme, n. 131, 2005, pp. 35-39.

40  Claude Liauzu, « Immigration, colonisation et racisme : pour une histoire liée », Hommes et Migrations,
n. 1228, 2000, pp. 5-13.

41  Pour répondre aux acritiques, la Cité Nationale de l’Immigration a organisé un grand colloque international sur « Histoire et immigration : la question coloniale », les 28-30 septembre 2006. Voir le programme sur http://www.histoire-immigration.fr/upload/file/ext_media_fichier_262_colloque_2006_progr.pdf (consulté le 26 juillet 2008). La première exposition temporaire produite par la Cité, « 1931, Les étrangers au temps de l’Exposition coloniale », du 6 mai au 7 septembre 2008, constitue aussi une tentative pour lier le thème principal du musée et le bâtiment qui l’abrite, ce dont rend compte le texte de présentation de la manifestation  Voir le site http://www.histoire-immigration.fr/index.php?lg=fr&nav=203&flash=0 (consulté le 27 juin 2008).

42  Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire, dir., La fracture coloniale, pp. 9-10.

43  Sur les débats autour de l’histoire et de la mémoire de la Guerre d’Algérie, voir notamment Raphaëlle Branche, La guerre d’Algérie : une histoire apaisée, Paris, Points Seuil, 2005.

44  Voir le compte-rendu de ces débats dans Romain Bertrand, Mémoires d’empire. La controverse autour du « fait colonial », Paris, Éditions du Croquant, 2006 ; Claude Liauzu et Gilles Manceron, dir., La colonisation, la loi et l’histoire.

45  Voir, par exemple,  « Le trou de mémoire colonial. La colonisation et ses séquelles », Hommes & Libertés. Revue de la Ligue des Droits de l’Homme, n. 131, juillet-septembre 2005, pp. 34-59 ; « La vérité sur la colonisation », Le Nouvel Observateur, n. 2144, 8-14 décembre 2005, pp. 12-32 ; « Colonies. Un débat français », Le Monde 2, Hors-série Le Monde, mai-juin 2006 ; « La colonisation en procès », Numéro spécial, L’Histoire, n. 302, octobre 2005 ; « Sétif, Madagascar, Cameroun. Les brûlures de la colonisation », L’Histoire, n. 318, mars 2007, pp. 30-56. 

46  Suite au vote de la loi Taubira en mai 2001, le ministère de l’Outre-mer institua tardivement, en janvier 2004, une Commission sur la Mémoire de l’Esclavage qui remit son premier rapport le 12 avril 2005, en plein débat sur la loi du 23 février 2005. Comité pour la Mémoire de l’Esclavage, Mémoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions, Paris, La Découverte, 2005. Les rapports de la Commission sont disponibles en ligne : http://www.comite-memoire-esclavage.fr/spip.php?rubrique40(site consulté le 28 juin 2008).

47  En 2004, Olivier Pétré-Grenouilleau publiait une synthèse sur Les traites négrières. Essai d’histoire globale, Paris, Gallimard, 2004. Le livre fut très bien reçu dans la presse généraliste et gagna plusieurs prix, dont celui du Sénat en 2005. Après l’obtention de ce prix, l’historien donna une interview dans Le Journal du Dimanche, le 12 juin 2005. C’est à propos de cet article – et non de son livre – que l’association domienne lui intenta un procès, sur la base de l’article 5 de la loi « Taubira » autorisant les associations mémorielles à se porter partie civile contre les personnes ayant porté atteinte à l’honneur des descendants d’esclaves. Finalement, grâce à notamment une intense mobilisation de la communauté des historiens en faveur d’Olivier Pétré-Grenouilleau, l’association décida d’abandonner son action en justice en février 2006.

48  Thomas Bender, éd., Rethinking American History in a Global Age, Berkeley, University of California Press, 2002, p. 9 ; Gary B. Nash, « Early American History and the National History Standards », William and Mary Quarterly, vol. 54, n. 3, 1997, pp. 579-600.

49  Pour les États-Unis, Ira Berlin a montré comment « slavery has become a language, a way to talk about race in a society in which race is difficult to discuss.  In slavery, Americans, black and white, have found a voice to address some of their deepest hurts, festering anger, and the all too depressing reality of how much of American life – access to jobs, housing, schools, medical care, justice, and even a taxi – is still controlled by race.  The renaissance in the interest in slavery – the movies, TV docudramas, books, museum exhibits, monuments, and living history reenactments – has become an emblem, sign, and metaphor for the failure to deal directly with the question of race and the long legacy of chattel bondage ». Ira Berlin, « American Slavery in History and Memory and the Search for Social Justice », Journal of American History, vol. 90, n. 4, 2004, p. 1259.

Voir aussi Fred Constant, Le multiculturalisme, Paris, Flammarion, 2000, pp. 63, 94-95 ; Christine Chivallon, « L’usage politique de la mémoire de l’esclavage dans les anciens ports négriers de Bordeaux et Bristol », in Patrick Weil et Stéphane Dufoix, dir., L’esclavage, la colonisation, et après…, Paris, puf, 2005, pp. 559-584.

50  Claude Liauzu, dir., Dictionnaire de la colonisation française, Paris, Larousse, 2007 ; Jean-Pierre Rioux, dir., Dictionnaire de la France coloniale, Paris, Flammarion, 2007. Voir également Sophie Dulucq, Jean-François Klein et Benjamin Stora, dir., Les mots de la colonisation.

51  Gilles Havard, « L’historiographie de la Nouvelle-France en France au cours du XXe siècle : nostalgie, oubli et renouveau », in Thomas Wien, Cécile Vidal et Yves Frenette, dir., De Québec à l’Amérique française. Histoire et mémoire. Textes choisis du deuxième colloque de la Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs, Québec, Presses de l’Université Laval, 2006, pp. 99-102.

52  Robert et Marianne Cornevin, La France et les Français outre-mer, Paris, 1990 Tallandier ; Bernard Lauzanne, dir., L’aventure coloniale de la France, Paris, Denoël, 1987-1993 ; Pierre Pluchon et Denise Bouche, Histoire de la colonisation française, Paris, Fayard, 1991 ; Jacques Thobie et al., Histoire de la France coloniale, Paris, Armand Colin, 1991.

53  Par comparaison, la French Colonial Historical Society réunit des historiens états-uniens, canadiens et français travaillant sur le premier et le second empire colonial français.

54 Joseph Zitomersky, « In the Middle and on the Margin : Greater French Louisiana in History and in Professional Historical Memory », in C. Feral, dir., Alizés, numéro spécial : Le Citoyen dans l’empire du milieu. Perspectives comparatistes, 2001, pp. 217-218.

55  Gilles Havard et Cécile Vidal, Histoire de l’Amérique française, Paris, Champs Flammarion, 2006, pp. 13-29 ; Gilles Havard, « L’historiographie de la Nouvelle-France en France au cours du XXe siècle ».

56  Dominique Rogers, « Les Antilles à l’époque moderne : tendances et perspectives d’un demi-siècle de recherches francophones et anglophones en histoire sociale », in François-Joseph Ruggiu et Cécile Vidal, dir., Société, colonisation et esclavage dans le monde atlantique. Historiographies des sociétés coloniales américaines, 1492-1898, Rennes, Les Perséides, à paraître en 2008.

57  Voir, par exemple, Kenneth J. Banks, Chasing Empire Across the Sea. Communications and the State in the French Atlantic, 1713-1763, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2002 ; James Pritchard, The French in the Americas, 1670-1730, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

L’organisation de la douzième conférence annuelle du Omohundro Institute of Early American History and Culture à Québec en juin 2006, avec comme thème principal «l’Atlantique français », ainsi que la très importante dotation donnée par la Mellon Foundation à l’Université McGill à Montréal pour financer un programme sur l’Atlantique français constituent des signes du rapide développement de ce champ au Canada sous l’influence des États-Unis.

58  Bernard Bailyn, « Preface », in David Armitage et Mickael J. Bradick, éd., The British Atlantic World, 1500-1800,New York, Palgrave Macmillan, 2002, pp. xiv-xx.

59  François Chevalier, La formation des grands domaines au Mexique : terre et société aux XVIe-XVIIe siècles, Paris, Institut d’Ethnologie, 1952.

60  Tamar Herzog, Defining Nations. Immigrants and Citizens in Early Modern Spain and Spanish America, New Haven, Yale University Press, 2003, p. 207.

61  Marcel Dorigny, « L’Atlantique : un état de la question », Dix-huitième siècle, n. 33, 2001, pp. 7-17 (p. 8 pour la citation).

62  Yves Benot, La Révolution française et la fin des colonies 1789-1794 ; La démence coloniale sous Napoléon, Paris, Éditions La Découverte, 1992.

63  Voir notamment Yves Benot et Marcel Dorigny, dir., Grégoire et la cause des noirs (1789-1831), Saint-Denis / Paris, Société française d’histoire d’outre-mer / Association pour l’étude de la colonisation européenne, 2000 ; Yves Benot et Marcel Dorigny, dir., 1802, rétablissement de l’esclavage dans les colonies françaises. Aux origines de Haïti. Ruptures et continuités de la politique coloniale française (1800-1830), Paris, Maisonneuve & Larose, 2003 ; Marcel Dorigny, dir., Les abolitions de l’esclavage de L. F. Sonthona à V. Schoelcher, 1793-1794-1848, Saint-Denis / Paris, Presses universitaires de Vincennes / UNESCO, 1995 ; Marcel Dorigny, dir., Léger-Félicité Sonthonax : la première abolition de l’esclavage : la Révolution française et la Révolution de Saint-Domingue, Saint-Denis / Paris, Société française d’histoire d’outre-mer / Association pour l’étude de la colonisation européenne, 1997 ; Marcel Dorigny et Bernard Gainot, La Société des Amis des Noirs, 1788-1799, Paris, Éd. UNESCO, Edicef, 1998.

64  Marie-Jeanne Rossignol, « In the Wake of the Bicentennial of the French Revolution : a New Colonial and Revolutionary Perspective, Focusing on the Haitian Revolution and Atlantic Paradigm », Conférence « African-American and Diasporic Research in Europe : Comparative and Interdisciplinary Approaches, Paris, Université de la Sorbonne, 15-18 décembre 2004.

65  « Républiques en miroir. Le Directoire devant la révolution atlantique. Modélisations, confrontations, inter réciprocité des républiques naissances », Université de Paris I, 25-26 janvier 2008.

66  http://ihrf.univ-paris1.fr/spip.php?article198 (site consulté le 23 juillet 2008). Marc Belissa est enseignant-chercheur à l’Université Paris X et chercheur associé à l’IHRF. Voir notamment Marc Belissa, Révoltes et révolutions en Europe, Russie comprise, et aux Amériques de 1773 à 1802 : approches de la question, Paris, Hachette supérieur, 2004 ; Marc Belissa et Bernard Cottret, dir., Cosmopolitismes, patriotismes : Europe-Amériques, 1773-1802, Rennes, Les Perséides, 2005.

67  Colloque international organisé par Marie-Jeanne Rossignol, Lucia Bergasmaco et Monica Henry sur « Des colonies aux républiques dans un monde atlantique : l’Amérique du Nord et les caraïbes à l’époque révolutionnaire », Paris, Institut Charles V, 8-9 décembre 2006 ; journée d’études organisée par Allan Potofsky sur « Nouvelles perspectives sur l’espace atlantique au dix-huitième siècle », Université de Paris VIII, 12 janvier 2007 ; conférence de Claudia Schnurmann : « The Importance of Being and ‘Atlanticist’ : The Practice and Significance of Atlantic History » Paris, Université Versailles Saint-Quentin, 20 février 2008 ; journée d’études organisée par Anne-Claire Faucquez et Lauric Henneton sur « Histoire atlantique moderne : méthodes et perspectives nouvelles », Paris, Université Versailles Saint-Quentin, 21 mars 2008.

68  Lou H. Roper et Bertrand Van Ruymbeke, dir., Constructing Early Modern Empires : Proprietary Ventures in the Atlantic World, 1500-1750, Leyde, Brill, 2007 ; Randy Sparks et Bertrand Van Ruymbeke, dir., Memory and Identity : the Huguenots in France and the Atlantic Diaspora, Columbia, University of South Carolina Press, 2003 ; Bertrand Van Ruymbeke, From New Babylon to Eden: The Huguenots and their Migration to Colonial South Carolina, Columbia, University of South Carolina Press, 2006.

69  En 2008-2009, Bernard Cottret organisera un séminaire de Master à l’Université de Versailles-Saint-Quentin sur « L’espace atlantique à l’heure des Révolutions II – De l’Imperium à l’Empire, 1688-1787 ». http://www2.uvsq.fr/mclca213/0/fiche_SSH__ueup/&RH=FORM_5 (consulté le 23 juillet 2008).

70  http://projetalbion.free.fr/gream (consulté le 23 juillet 2008).

71  Journée d’études organisée par Marie-Jeanne Rossignol et François Weil sur « Histoire(s) atlantiqu(e)s : L’Atlantique des Français, des Espagnols et des Américains », Paris, Institut Charles V, 15 juin 2007.

72  De nombreux colloques et journées d’études ont ainsi été organisés : colloque organisé par Jean Hébrard et Rebecca Scott sur « L’expérience coloniale. Dynamiques des échanges dans les espaces atlantiques à l’époque de l’esclavage (XVe-XIXe siècle), Nantes, EHESS et Les Anneaux de la Mémoire, 20-22 juin 2005 ; journée d’études organisée par Cécile Vidal sur « l’Histoire atlantique de part et d’autre de l’Atlantique », Paris, CENA, EHESS, 24 mars 2006 ; table ronde organisée par François Weil sur « Les réfugiés blancs et noirs de Saint-Domingue aux États-Unis, 1791-1840 », Paris, CENA, EHESS, 8 juin 2006 ; demi-journée d’études organisée par François-Joseph Ruggiu et Cécile Vidal sur « l’historiographie des sociétés créoles de l’Amérique atlantique (2) »,Paris, CENA, EHESS, 22 janvier 2007 ; atelier organisé par Cécile Vidal sur « la Louisiane et le monde atlantique aux XVIIIe et XIXe siècles », Paris, CENA, EHESS, 9-10 novembre 2007 ; demi-journée d’études organisée par Cécile Vidal sur « Créole, créolisation, créolisme et créolité », Paris, CENA, EHESS, 17 décembre 2007 ; colloque international organisé par Cécile Vidal et François Weil, « Être et se penser français. Nation, sentiment national et identités dans le monde atlantique français, XVIIe-XIXe siècle », CENA, EHESS, à venir les 16-18 octobre 2008.

73  En témoigne, par exemple, la critique qu’en fait Jean-Paul Zúñiga : « L’histoire impériale à l’heure de l’ « histoire globale ». Une perspective atlantique », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2007/5, n. 54-5, pp. 56-62.

74  Luiz Felipe de Alencastro, O trato dos viventes : formação do Brasil no Atlântico Sul séculos XVI e XVII, São Paulo, Companhia das letras, 2000.

75  Colloque « Le Brésil et l’Atlantique Sud, XVIe-XIXe siècle : une histoire », Université de Paris IV-Sorbonne, 10-11 avril 2008.

76  María Teresa Calderónet Clément Thibaud, dir., Las revoluciones en el mundo atlántico, Bogota, Buenos Aires, Madrid, Mexico, Taurus, CEHIS, Fundación Carolina, 2006.

77 FedericaMorelliet Alejandro E.Gómez, « La nuevaHistoria Atlántica : un asunto de escalas », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 2006, http://nuevomundo.revues.org//index2102.html (consulté le 25 juillet 2008).

78  Les centres concernés sont : le Centre de Recherche en Histoire Atlantique et Littorale de l’Université du Littoral Côte d’Opale à Boulogne,  l’Axe « Environnements maritimes, littoraux et portuaires » du Centre de Recherche d’Histoire Quantitative de l’Université de Caen et le Pôle « Espaces maritimes, sociétés littorales et interfaces portuaires » de la MRSH de Caen, le Laboratoire d’Histoire et Sciences Sociales du Littoral et de la Mer de l’Université de Bretagne-Sud à Lorient, ainsi que le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique des Universités de Nantes et de La Rochelle. Le Centre d’Histoire des Espaces Atlantiques, fondé en 1981 à l’Université de Bordeaux III sous la houlette de Paul Butel, a disparu. Entre 1983 et 1999, il avait publié un Bulletin de manière intermittente. Certes, le Centre d’études des mondes moderne et contemporain développe actuellement un axe « dynamiques portuaires et espaces atlantiques depuis le 16e siècle », mais cette thématique ne concerne réellement qu’un nombre très réduit de chercheurs. Voir http://cahmc.u-bordeaux3.fr/Quadriennal2.htm (consulté le 25 juillet 2008).

79  « La recherche internationale en histoire maritime : essai d’évaluation », Lorient, Université de Bretagne-Sud, 15-17 novembre 2007.

80  http://www.histoire-maritime.org/ (consulté le 25 juillet 2008).

81  De manière étonnante, depuis les départs de Serge Daget et Jean-Michel Deveau, les départements d’histoire des Universités de La Rochelle, Nantes et Bordeaux, qui ont pourtant été des grands ports négriers, ne comptent plus de spécialistes de la traite et de l’esclavage atlantiques. Cela ne signifie pas que ces thématiques ne soient pas développées, ce dont témoignent au contraire un grand nombre de mémoires de Master et un certain nombre de thèses en cours, mais ces travaux sont encadrés par des professeurs qui n’ont pas comme spécialité première la traite et l’esclavage atlantiques.

82  http://www.histoire.univ-nantes.fr/SI00089/0/fiche___formation/&RH=HISTOIRE_FR1&ONGLET=3 (consulté le 26 juillet 2008).

83  http://www.liv.ac.uk/history/prospg/ma_atcon.htm (consulté le 26 juillet 2008).

84  http://history.fas.nyu.edu/object/history.gradprog.atlantichistory.html (consulté le 26 juillet 2008).

85  Mickaël Augeron et Mathias Tranchant, dir., La violence et la mer dans l’espace atlantique, XIIe-XIXe siècle, Rennes, Presses universitaire de Rennes, 2004 ; Mickaël Augeron, Didier Poton et Bertrand Van Ruymbeke, dir., Les Huguenots et l’Atlantique, Paris, Presses de l’Université-Paris Sorbonne / Indes savantes, à paraître en 2008.

86  Colloque organisé par Guy Saupin à Nantes les 27-29 novembre 2003 sur « Présence et représentation du Monde atlantique dans les villes d’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle », dont les actes ont été publiés : Guy Saupin,dir., Les villes atlantiques de l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006 ; journée d’études organisée par Michel Catala et Clément Thibaud à Nantes le 21 juin 2007 sur les « Migrations et transferts dans l’espace atlantique du XVIIIe siècle à nos jours ».

87  Ce rattachement est parfois seulement partiel du fait de la manière dont est conceptualisé le monde atlantique tant d’un point de vue chronologique que géographique, la longue durée, du Moyen Âge au XXe siècle et la seule Europe atlantique étant parfois privilégiées.

88  Voir le colloque qu’elle a organisé avec Brunot Marmot à l’Université de Bordeaux les 3-4 octobre 2003 dont les actes ont été publiés : Bruno Marmot et Silvia Marzagalli, dir., Guerre et économie dans l’espace atlantique du XVIe au XXe siècle, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2006.

89  Mickaël Augeron et Dominique Guillemet, dir., Champlain ou les portes du Nouveau Monde : cinq siècles d’échanges entre le Centre-Ouest français et l’Amérique du Nord, XVIe-XXe siècle, La Crèche, Geste éd., 2004 ; Mickaël Augeron, Dominique Guillemet, Marc St-Hilaire, Alain Roy, dir., Un Patrimoine à découvrir, une mémoire à partager. La Nouvelle-France au Québec et en Poitou-Charentes, Québec / Paris, Université de Laval / Éditions du Patrimoine, 2008 ; Guy Martinière et Didier Poton, dir., Le Nouveau Monde et Champlain, Paris, Les Indes savantes, 2008.

90  http://cths.fr/co/zoom.php?type=th&id=237 (consulté le 23 juillet 2008).

91  Randy J. Sparks, The Two Princes of Calabar : An Eighteenth-Century Atlantic Odyssey, Cambridge, Harvard University Press, 2004 [Les deux princes de Calabar : une odysée transatlantique au XVIIIe siècle, Rennes, Les Perséides, 2007] ; Laurent Dubois, Avengers of the New World [Les vengeurs du Nouveau Monde].

92  C.R.L. James, The Black Jacobins, New York, The Dial Press, 1938 [Les Jacobins noirs. Toussaint L’Ouverture et la révolution de Saint-Domingue, Paris, Éditions Amsterdam, à paraître en 2008] ; Paul Gilroy, The Black Atlantic : Modernity and Double Consciousness, Cambridge, Harvard University Press, 1993 [L’Atlantique noir. Modernité et double conscience, Paris, Éditions Amsterdam, à paraître en 2008] ; Marcus Rediker et Peter Linebaugh, The Many-headed Hydra : Sailors, Slaves, Commoners, and the Hidden History of the Revolutionary Atlantic, Boston, Beacon Press, 2000 [L’hydre aux mille têtes. L’histoire cachée de l’Atlantique révolutionnaire, Paris, Éditions Amsterdam, à paraître en 2008].

93  Cécile Vidal, « La nouvelle histoire atlantique : nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du XVe au XIXe siècle. À propos de John Elliott, Empires of the Atlantic World : Britain and Spain in America 1492-1830 », Antonio Mendes, « À bord des négriers. À propos de Marcus Rediker, The Slave Ship. A Human History », Revue Internationale des Livres et des Idées, n. 4, mars-avril 2008, pp. 23-33.

94  Jack Greene, « Beyond Power : Paradigm Subversion and Reformulation and the Re-Creation of the Early Modern Atlantic World », Interpreting Early America. Historiographical Essays, Charlottesville, University Press of Virginia, 1996,pp. 17-42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Vidal, « La nouvelle histoire atlantique en France :  Ignorance, réticence et reconnaissance tardive », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 24 septembre 2008, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/42513 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.42513

Haut de page

Auteur

Cécile Vidal

EHESS, MASCIPO

Articles du même auteur

  • Présentation [Texte intégral]
    Journée d’études « L’histoire atlantique de part et d’autre de l’Atlantique », organisée par Cécile Vidal le 24 mars 2006 à l’EHESS, Paris
    Paru dans Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Colloques
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page