Navigation – Plan du site
Débats | 2004
Debate en torno al colonialismo
Jean-Michel Sallmann

Les royaumes américains dans la Monarchie Catholique

[08/02/2005]

Entrées d’index

Géographique :

Amérique latine

Chronologique :

XVIIe siècle, XVIIIè siècle
Haut de page

Texte intégral

1
L’idée de ce texte est venue des discussions que nourrit au sein de notre groupe le projet de Dictionnaire critique de l’Amérique latine. Plutôt spécialiste de l’Italie et du royaume de Naples, j’ai toujours été surpris par l’usage que font les Américanistes des mots « vice-royaume » (virreino) ou « vice-royauté » ( virreinato ). Transposés dans un contexte italien ou, plus largement, dans le système politique de la Monarchie catholique, ces mots utilisés pour qualifier une circonscription administrative ou le temps d’activité d’un vice-roi seraient considérés comme une hérésie. J’ai donc demandé s’ils faisaient partie du vocabulaire juridique de la Monarchie catholique ou s’ils constituaient une invention ultérieure des historiens. Il semble, après une première enquête rapide, que leur apparition soit tardive, pas avant la fin du XVIIIème siècle, mais il faut vérifier. Il n’empêche que nous ne sommes pas là confrontés à une simple question de vocabulaire. Dire de la Nouvelle-Espagne qu’elle est un vice-royaume ou qu’elle est un royaume gouverné par un vice-roi n’a évidemment pas la même signification. Dans le premier cas, la Nouvelle-Espagne est une entité administrative détachée de la métropole, dans le second elle est un royaume autonome, doté d’une identité juridique et de certains éléments de souveraineté. Dans le premier cas, le vice-roi est un fonctionnaire à l’autorité limitée, dans le second il est un représentant du roi qui lui délègue ses pouvoirs parce que l’étendue de ses royaumes et leur diversité l’empêchent de régner en personne dans chacun d’eux. Finalement, cette dernière situation est assez fréquente dans l’Europe de la fin du Moyen-Age. On la retrouve par exemple en France dans l’institution du lieutenant-général du royaume – le duc de Bourbon lors de la campagne napolitaine de Charles VIII en 1494-95 – ou de la régence – la reine-mère Louise de Savoie régente pendant l’absence de son fils François Ier guerroyant en Lombardie ou captif à Madrid. Dans l’histoire institutionnelle de l’Amérique, le statut des possessions espagnoles touche une question fondamentale : ces royaumes sont-ils des possessions coloniales compte tenu de leur étroite soumission à l’autorité castillane ou sont-ils des Etats quasi souverains associés dans une confédération lâche à la Couronne de Castille, comme les territoires européens. Pour y voir clair, il faut regarder le mode de fonctionnement de la Castille et de l’Aragon sous les règnes des Rois Catholiques et de Charles Quint. Il convient de souligner que l’institution du vice-roi est d’origine aragonaise et non castillane. Le cas de la Navarre ne doit pas faire illusion. Le petit royaume pyrénéen est conquis en 1512 par le duc d’Albe au nom de Ferdinand d’Aragon, qui s’en prétend l’héritier, et rattaché à la Couronne de Castille lors des Cortes de Burgos de 1515 pour des raisons qui semblent encore obscures aujourd’hui. Dans les territoires continentaux dépendant de la Couronne de Castille, seule la Navarre est constituée en royaume autonome avec un vice-roi, mais l’origine de cette situation est très nettement aragonaise. A la fin du Moyen-Age et malgré une vie politique agitée, la Couronne de Castille est beaucoup plus intégrée et centralisée que la Couronne d’Aragon. Aucun des anciens états constitutifs n’est parvenu à conserver des institutions propres : le royaume de Léon n’est plus qu’un souvenir, les provinces basques sont soumises au droit commun des corregidores, la Galice et le principat des Asturies n’ont guère de représentation aux Cortes et le royaume de Grenade, le plus récemment annexé, est gouverné par un capitaine-général de l’Alhambra. C’est dans la Couronne d’Aragon que le modèle de la confédération d’états autonomes est appliqué. Chaque royaume qui constitue l’ « empire » aragonais est protégé par ses fueros et doté d’institutions représentatives. Jusqu’au règne de Ferdinand, les Infants d’Aragon étaient placés à la tête des différents royaumes
et jouissaient d’une très large autonomie politique. Ne vit-on pas par exemple, dans les années 1460, le royaume d’Aragon et le royaume de Valence faire la guerre au principat de Catalogne ?
Alphonse V le Magnanime réunit de 1416 à 1458 tous les royaumes de la Couronne d’Aragon et conquit le royaume de Naples en 1443. Comme il résidait à Naples d’où il pouvait contrôler la Sicile et la Sardaigne, il délégua ses pouvoirs à son frère Jean – le futur Jean II -, qui était déjà roi de Navarre, dans les royaumes d’Aragon et de Valence avec le titre de vice-roi, tandis que sa propre épouse, Marie de Castille, gouvernait la Catalogne avec le titre de régente. En 1458, Alphonse V mourait sans descendance légitime mais avec un fils illégitime, Ferrante, qu’il fit reconnaître par le Pape. Ferrante reçut le royaume de Naples, tandis que Jean II réunissait sous son autorité l’Aragon, la Catalogne, Valence, la Sicile, la Sardaigne et les Baléares (le royaume de Majorque), en plus de la Navarre dont il était le régent. Lorsqu’il mourut en 1479, son fils Ferdinand hérita de tous ces royaumes, à l’exception de Naples toujours entre les mains de son « cousin » Ferrante et de la Navarre qui revint à sa sœur Léonor mariée à Gaston IV de Foix. On voit donc que dans la Couronne d’Aragon les royaumes continuent d’être des entités souveraines. Les vice-rois ou régents y sont nommés lorsque la nécessité s’en fait sentir, comme par exemple lorsqu’Alphonse V réside à Naples. Ils appartiennent toujours à la famille royale, ce qui apparente ce système à celui des apanages bien connu dans la monarchie française. Cependant, les royaumes italiens de la Couronne d’Aragon connurent de manière précoce l’institution de vice-rois à peu près similaire à celle qui fut transplantée dans les possessions américaines au XVIème siècle. Dès 1410, les deux royaumes de Sicile et d’Aragon furent déclarés indissociables et le premier vice-roi est mentionné en 1415. La Sardaigne eut un vice-roi après sa conquête définitive en 1410. Quant au royaume de Naples, Ferdinand y installa un vice-roi après son annexion en 1503. Le premier vice-roi de Naples ne fut autre que Gonzalve de Cordoue.
La situation se modifia après la mort de Ferdinand le Catholique en 1516, quand le nouveau souverain, Charles, ne résida plus dans ses possessions aragonaises. C’est ainsi que chacun des royaumes reçut un vice-roi ou capitaine général pour l’administrer plutôt que pour le représenter, encore que la transition se fît progressivement dans les royaumes d’Aragon et de Valence. En Aragon, la tradition d’un régent de sang royal perdura pendant la plus grande partie du règne de Charles Quint, en la personne de l’archevêque de Saragosse, toujours issu de la famille royale. Charles dut attendre le fin de son règne pour imposer un vice-roi castillan, le duc de Francavilla, qu’une révolte générale chassa d’ailleurs en 1556 au moment de son abdication. Philippe II le rétablit dans ses fonctions en 1559, puis le remplaça par des vice-rois d’origine valencienne ou catalane. A Valence, la politique des gouverneurs de sang royal se poursuivit longtemps. En 1523, ce fut Germaine de Foix, la veuve de Ferdinand, qui « régna » jusqu’en 1536, remplacée alors par le dernier roi de Naples, Ferdinand d’Aragon, qui avait été expulsé de son trône en 1503 par la campagne militaire conjointe des Français et des Aragonais. Il gouverna le royaume de Valence jusqu’en 1550 et Charles Quint lui donna comme successeurs des vice-rois issus des autres territoires de la couronne. La Catalogne, affaiblie, fut moins ménagée et elle eut droit immédiatement à des vice-rois non-catalans tandis que la noblesse catalane alla exercer ses talents à Naples et à Palerme. Même attitude à l’égard du royaume de Majorque où le gouverneur de l’île de Majorque détenait le titre de lieutenant-général du royaume. La Couronne d’Aragon fit longtemps preuve d’un autonomisme ombrageux, dont le justicia mayor du royaume d’Aragon était le garant. Au moment de son intronisation, le nouveau devait prêter serment devant lui et chacun des trois royaumes continentaux – Aragon, Catalogne et Valence – possédait ses Cortes devant lesquelles le roi devait se présenter. C’est ainsi que la Couronne d’Aragon ne reconnut pas Philippe II tant que celui-ci ne vint pas prêter serment devant le justicia et se faire acclamer par les Cortes. Officiellement, l’interrègne dura de 1556 à 1563. En 1591, Philippe II fit chèrement payer cette insulte à l’Aragon. Tous ces royaumes de la nébuleuse aragonaise sont non seulement séparés de la Castille par une frontière qui ne fut supprimée qu’au début du XVIIIème siècle mais gardèrent une totale autonomie administrative, sinon une souveraineté. C’est ainsi que le prince Philippe reçut de son père le royaume de Naples en 1553 pour pouvoir épouser l’année suivante la reine d’Angleterre Marie Tudor. Ce geste traduit bien l’importance que revêtait encore le titre de roi de Naples pour un prince qui était en attente d’un héritage bien plus considérable. Le caractère confédéral de la Couronne d’Aragon se retrouve dans une certaine mesure dans les possessions bourguignonnes. Charles y était duc de Bourgogne, mais aussi comte de Bourgogne, comte de Charolais, duc de Luxembourg, comte de Flandre, comte d’Artois etc. Il nommait un gouverneur ou un lieutenant-général dans chacune de ces principautés féodales qui, par ailleurs, avaient leur cour de justice, leurs états provinciaux et, généralement, déléguaient des députés aux états généraux. Ce duché de Bourgogne affichait des sentiments autonomistes très poussés, qui se manifestaient par un attachement à la dynastie ducale. C’est ainsi qu’après 1482, Maximilien de Habsbourg gouverna les Pays-Bas au nom de ses enfants bourguignons, les futurs Philippe le Beau et Marguerite d’Autriche, comme mainbour (régent), mais il ne fut jamais considéré comme le « prince naturel » du pays. En 1493, devenu empereur, il laissa la place à Philippe le Beau, mais, à la mort de ce dernier en Castille en 1506, il redevint régent de Bourgogne. Trop occupé par les affaires allemandes et conscient que son statut d’étranger en Bourgogne constituerait un handicap, il y installa sa fille Marguerite d’Autriche comme gouvernante des Pays-Bas et tutrice des enfants de Bourgogne que le couple ducal n’avait pas emmenés avec lui en Castille. Marguerite s’effaça en 1515 quand Charles, désormais majeur, monta sur le trône ducal, mais ce dernier la nomma à nouveau gouvernante des Pays-Bas en 1517 quand il partit pour l’Espagne. Marguerite d’Autriche bénéficia d’une très grande latitude dans l’exercice du pouvoir, ce que lui conférait son statut de princesse du sang. Les sujets flamands de Charles Quint n’admettaient d’être commandés que par des princes ou des princesses de sang ducal. En 1530, Marie de Hongrie, la propre sœur de l’empereur, succéda à Marguerite comme gouvernante. En 1548, Charles Quint pensa faire des territoires de la « couronne » de Bourgogne une royaume indépendant et souverain pour sa fille Maria et son neveu Maximilien. Il renonça à cette idée qui fut reprise à la fin du siècle par Philippe II en faveur des archiducs. Philippe II gouverna les Pays-Bas en personne en 1556, puis nomma à son départ en 1559 Marguerite de Parme, sa demi-sœur légitimée, comme gouvernante. Il fallut attendre 1566 pour qu’une rupture s’opérât dans cette politique avec la nomination du duc d’Albe comme gouverneur et capitaine-général des Pays-Bas, mais la politique antérieure reprit avec don Juan d’Autriche, Alexandre Farnèse, les archiducs Isabelle Claire Eugénie et Albert, enfin le cardinal-infant, tous de sang royal.
La politique des régents de sang royal adoptée en Bourgogne s’apparente à celle qui était alors suivie en Castille. Si en 1516-1517, entre la mort de Ferdinand et l’arrivée de Charles, la régence fut exercée conjointement par le primat d’Espagne Ximenès de Cisneros et le cardinal Adrien d’Utrecht, puis de nouveau par Adrien d’Utrecht entre 1519 et 1522 pendant l’absence de Charles Quint, c’est probablement parce que la situation constitutionnelle des royaumes espagnols était délicate en raison de la présence d’une reine conjointe mais réputée inapte au pouvoir, Jeanne la Folle, la reine-mère. A partir de 1529, Charles laissa la régence à un membre de sa famille proche chaque fois qu’il dut quitter l’Espagne, même s’il le flanqua d’un solide conseil de régence. Ce furent tour à tour l’impératrice Isabelle, le prince Philippe, Maria, sa fille, associée à l’archiduc Maximilien, puis finalement Juana, sa dernière fille. Compte tenu des possibilités constitutionnelles offertes par le « monstre » impérial, la situation créée par l’absence de Charles Quint en Allemagne fut plus simple à résoudre : en 1522, il délégua ses pouvoirs à son frère cadet Ferdinand en tant que lieutenant dans l’empire, avec la promesse de l’élection à la dignité de roi des Romains, ce qui fut fait en 1531. Ce grand détour était nécessaire pour comprendre la singularité institutionnelle des possessions américaines et les choix qu’opéra la Couronne de Castille pour les intégrer à ses états. Il faut cependant remarquer que l’Amérique se caractérise par trois points particuliers : d’abord aucun souverain castillan ni aucun membre de la famille royale n’y mit jamais les pieds ce qui exclut a priori toute solution de régence ou de lieutenance-générale; la conquête fut réalisée par des bandes d’aventuriers et non par des armées régulières et la Couronne chercha à éviter qu’un conquistador ne s’y érigeât en proconsul ; enfin, les circonscriptions retenues ne tinrent pas compte des réalités politiques antérieures à la conquête, la Nouvelle-Espagne n’ayant rien de commun avec l’ancien empire aztèque, la Nouvelle-Castille avec l’empire inca. Sur la manière d’administrer les nouvelles possessions, la Couronne n’avait guère d’idée préconçue et elle tenta plusieurs solutions. La première fut codifiée dans les Capitulations de Santa Fé accordées par Isabelle à Christophe Colomb. C’était une large délégation de souveraineté puisque Colomb avait le titre de vice-roi et le pouvoir de nommer tous les officiers. Devant le danger représenté par ces concessions, la Couronne de Castille réagit rapidement et, dans les premières années du XVIème siècle, la famille Colomb est politiquement éliminée des Antilles. Une administration bicéphale, complémentaire autant que concurrente, la remplace : un gouverneur à Cuba, une audience à la Espanola. La conquête du continent souleva d’autres problèmes. Sur le modèle de la Reconquista, elle s’opéra par l’intermédiaire d’adelantados. Cortès prit soin de se faire reconnaître adelantado par la municipalité de Vera Cruz qu’il venait de créer, mais les autres conquistadores allèrent en Espagne chercher le brevet nécessaire à leur autorité. Une fois le cœur des grands empires américains soumis, la conquête se poursuivit sur leurs marges et les nouveaux territoires prirent le titre de « royaumes » : royaumes de Nouvelle-Galice ou de Nouveau-Léon au nord du Mexique, royaumes de Nouvelle-Grenade ou de Nouvelle-Tolède en Amérique du sud, par exemple. Mais la tâche principale des monarques était d’empêcher la dérive indépendantiste des nouveaux territoires. C’est ainsi que, après avoir, dans un premier temps, accordé en 1529 à Cortès le titre de gouverneur du Mexique détaché de celui de Cuba, il le remplaça en 1535 par Antonio de Mendoza, le premier vice-roi de la Nouvelle-Espagne. Au Pérou la résolution de la crise fut plus longue et plus délicate. En 1540, le Pérou était indépendant. Les représentants du roi n’y étaient plus obéis et le vice-roi Blasco Nunez de Vela fut même exécuté par les révoltés en 1546. Il fallut le doigté du nouveau vice-roi Pedro de La Gasca, qui joua les conquistadores les uns contre les autres pour rétablir un semblant d’ordre constitutionnel. Au bout du compte, la carte institutionnelle de l’Amérique prit forme sur les bases suivantes : un maillage relativement dense d’audiences qui, contrairement à leurs homologues espagnoles, jouèrent un rôle politique au delà des fonctions judiciaires et administratives qui leur étaient dévolues ; deux grands royaumes, la Nouvelle-Espagne et le Pérou (Nouvelle-Castille), dirigés par des vice-rois à Mexico et à Lima ; des provinces périphériques qui portent le nom de royaumes, rattachées à ces deux grands royaumes et dirigées par des gouverneurs ou des capitaines–généraux pour celles qui étaient les plus exposées aux frontières. Au début du XVIIème siècle, la Nouvelle-Grenade fut érigée en royaume à part entière et reçut un vice-roi, tout comme le Rio de La Plata au XVIIIème siècle. Ces royaumes américains se trouvent donc dans une situation paradoxale. Il sont dotés d’une identité juridique, ils sont intégrés à la titulature royale, mais ils sont administrés par le Conseil des Indes. Il n’y a là rien d’exceptionnel puis que les états italiens dépendant de la Couronne (le royaume de Sicile, le royaume de Naples, le duché de Milan et l’état des présides de Toscane) dépendent d’un Conseil d’Italie créé à cet effet. Similaire également l’institution des vice-rois (à Milan, c’est un gouverneur), choisis pour des périodes très courtes - généralement trois ans – dans les grandes familles de l’aristocratie impériale. On a souligné à la fois l’écart qui pouvait exister entre le statut symbolique du vice-roi, alter ego du souverain, et la réalité de ses fonctions. Encore faut-il rappeler le rôle parfois déterminant que certains vice-rois ont pu jouer, comme Antonio de Mendoza à Mexico ou Francisco de Toledo à Lima, qui restèrent en place pendant une longue période afin d’asseoir solidement l’autorité royale après les guerres civiles. Le vice-roi Pedro de Toledo tint le même rôle à Naples dans le deuxième quart du XVIème siècle. Mais il est vrai que les royaumes américains se distinguent de leurs homologues italiens par leur création récente. En Amérique, il n’y a ni assemblées représentatives, comme les Parlements de Sicile et de Naples, ni élites autochtones solidement implantées et décidées à défendre leurs intérêts face à la Couronne, quitte à accepter un partage des tâches. En ce sens, la mise à l’écart de l’aristocratie indienne a empêché le maintien d’un sentiment fort d’autonomie, comme en Italie, sentiment qui n’était d’ailleurs pas incompatible avec la loyauté. Si le sentiment d’appartenance à Naples, à Palerme, à Milan, allait de soi comme un héritage de l’histoire, il était absent en Amérique au lendemain de la Conquête. Il mit deux siècles à émerger pour faire des royaumes américains de l’Espagne des embryons d’états à part entière. L’autonomie des élites créoles en Amérique était davantage garantie par l’éloignement de la métropole et l’immensité du territoire que par des dispositions institutionnelles. C’est pourquoi le terme de « royaume » est préférable à celui de « vice-royaume», parce qu’il correspond à une réalité sur le terrain et qu’il est le seul en usage sous le Monarchie catholique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Sallmann, « Les royaumes américains dans la Monarchie Catholique », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 08 février 2005, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/431 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.431

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Sallmann

Université Paris X-Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page