Navigation – Plan du site
Colloques | 2008
Fédéralisme et fédérations dans les Amériques : utopies, pratiques, limites – Centre de Recherches sur l'Histoire des Etats-Unis et du Canada (Association CRHEU) (Elise Marienstras, Salwa Nacouzi, Marie-Claude Strigler et le CRHEU) et APSAM / Université Paris 12-Créteil (16-18 juin 2003, Paris, Institut Charles V, textes actualisés)
James Cohen

Fédéralisme, question linguistique et citoyenneté aux Etats-Unis dans le contexte des Amériques

[15/12/2008]

Résumés

Il n‘existe aux Etats-Unis ni consensus, ni politique nationale sur la question linguistique, que ce soit sur le statut de l’anglais ou des langues minoritaires, l’espagnol en particulier. L’incohérence des politiques semble aggravée par le système fédéral ; les droits des minorités linguistiques et la nature de la citoyenneté en sont affectés. L’article examine ce que signifierait à terme une politique démocratique de reconnaissance des langues minoritaires à travers par exemple des programmes de bilinguisme et ce qu’une politique nationale cohérente impliquerait pour  une redéfinition d’une citoyenneté authentiquement républicaine et même transnationale dans un espace élargi aux « Amériques »

Haut de page

Texte intégral

1Par « question linguistique » dans le contexte des Etats-Unis, nous entendons la question du statut et du rôle de l’anglais, langue dominante de facto, par rapport aux diverses langues minoritaires, et tout particulièrement l’espagnol, la plus importante d’entre elles. Dans le système fédéral états-unien, la question linguistique n’est pas traitée de façon unitaire, puisque les politiques de l’Etat fédéral ne coïncident pas nécessairement avec ce qui se passe dans les cinquante Etats fédérés. Je soutiens que la question linguistique et d’autres questions comparables sont forcément traitées de manière impropre dans un tel système, dans la mesure où la multiplicité des approches est en général source d’incohérence.

  • 1  « Participation and subordination : the double-edged sword of state citizenship », colloque « Le f (...)

2Certains historiens et politologues américains qui étudient le rapport entre le fédéralisme et les droits civiques des minorités (en particulier des noirs), affirment que le fédéralisme rencontre ici ses limites, puisque les droits en jeu sont trop fondamentaux pour être « décentralisés » et sous-traités à des pouvoirs locaux qui risquent fort de les bafouer. Rogers M. Smith, historien de la citoyenneté et des inégalités entre blancs et noirs, voit dans la citoyenneté de l’Etat fédéré (state citizenship), une citoyenneté ambivalente : « La plupart du temps les citoyens des cinquante Etats n’ont pas cherché à promouvoir la démocratie mais à se soustraire aux exigences nationales de justice envers ceux à qui ils déniaient les droits démocratiques fondamentaux - entre autres droits »1. Autrement dit, le refrain des « states’ rights» et du « contrôle local » a presque toujours été utilisé de manière démagogique pour justifier le racisme, l’exploitation de classe et limiter de toutes les manières possibles les droits du citoyen. La « décentralisation » du principe constitutionnel d’égalité des citoyens devant la loi a signifié, dans la pratique, la négation de ce même principe.

3La question linguistique appelle la même remarque. La réponse démocratique à cette question ne saurait être que globale, nationale, « républicaine »au sens large, puisque les droits fondamentaux du citoyen doivent être, par définition, accessibles à tous et protégés de manière égale pour tous. Le traitement décentralisé de la question linguistique mène fatalement à une situation d’incohérence qui favorise la limitation des droits linguistiques des minorités et repose - c’est une autre dimension, non moins importante, bien que souvent cachée - sur une vision abstraite et an-historique du rapport entre les deux langues majeures des Amériques.

  • 2  Voir Michel Wieviorka, « Le multiculturalisme, solution ou formulation d’un problème ? », in Phili (...)

4Pour répondre à la question « de quels droits et de quelles possibilités linguistiques devraient disposer les citoyens (et les non-citoyens) ? », il faudrait d’abord s’entendre sur une autre question plus fondamentale encore : à quelle sorte de citoyenneté avons-nous affaire ? Quel est le « modèle d’intégration », le mode de coexistence entre citoyens d’origines nationales et de langues maternelles différentes ? Aux Etats-Unis, dans l’état actuel des lois et des pratiques sociales, il est impossible de répondre à cette question, car il n’y aucun modèle d’intégration cohérent, aucune « philosophie publique », qui énoncerait les conditions d’un mode stable et relativement consensuel de coexistence entre personnes d’origines ethnoraciales ou de références culturelles et linguistiques différentes. Les controverses autour de la discrimination positive, de la représentation territoriale des minorités, de la gestion des flux migratoires et de la question linguistique sont autant d’expressions du « non-modèle » américain et du malentendu permanent qui grève le système politique à propos de la citoyenneté et de ses droits. Il n’y ni modèle uniforme, ni modèle « multiculturaliste », ni aucune synthèse politique cohérente entre ces deux termes2.

5En l’absence d’un modèle d’intégration susceptible d’imprimer une cohérence intellectuelle et politique au traitement de la question linguistique, le fédéralisme produit un effet de polyphonie, voire de cacophonie. Il ne s’agit pas de dénigrer le fédéralisme en général, ou de nier qu’il peut dans certaines circonstances favoriser un effet « laboratoire », en permettant par exemple à des réformes adoptées dans un Etat donné de faire « tache d’huile » ailleurs, comme on l’apprend dans bon nombre de manuels américains de sciences politiques. Mais lorsque des principes aussi fondamentaux que l’égalité des citoyens devant la loi ou la tolérance d’une langue largement pratiquée sont en jeu, l’approche républicaine peut produire de meilleurs résultats que l’approche décentralisatrice, qu’on l’appelle « devolution», souveraineté locale, « states’ rights», ou principe de subsidiarité, etc., à condition toutefois qu’elle accepte de s’adapter aux évolutions démographiques et linguistiques en cours.  

6Si dans quelques-uns des cinquante Etats le pluralisme linguistique est admis et toléré (même s’il n’est pas exactement encouragé), dans de nombreux autres Etats il est limité par l’interdiction - sauf dérogation - d’organiser des programmes scolaires de transition entre la langue d’origine et l’anglais, ou par des lois qui reconnaissent l’anglais comme la langue officielle de l’Etat (interdisant, par exemple, que certaines démarches administratives soient accomplies dans une autre langue). Seul le droit fédéral protège les personnes des conséquences les plus extrêmes de telles mesures, en leur garantissant le droit d’accomplir certains actes (voter, par exemple) dans une langue qu’ils comprennent.

7Dans la suite de cet essai, je voudrais d’abord cerner la signification sociétale et politique de l’enjeu des langues minoritaires, et tout particulièrement de l’espagnol, dans la société états-unienne d’aujourd’hui. Je souhaite montrer en quoi la question linguistique implique une ré-évaluation de la nature de la citoyenneté nationale. Je dirai ensuite comment la différence linguistique est traitée politiquement aujourd’hui et comment la structure fédérale impose des limites importantes aux « droits linguistiques », et restreint en particulier les conditions d’existence de l’espagnol qui pourtant s’implante. En conclusion, je voudrais indiquer une voie possible pour décloisonner et universaliser la question linguistique telle qu’elle se pose aux Etats-Unis, à travers une « transnationalisation » de la problématique de la citoyenneté dans l’espace des Amériques.  

L’espagnol comme enjeu

  • 3  Will Kymlicka, La citoyenneté multiculturelle, trad., La Découverte, 2002.
  • 4  A ce sujet, voir, en langue française, Alejandro Portes, « La mondialisation par le bas : l’émerge (...)

8Cette étude n’a pas pour objectif principal de critiquer les limites imposées au droit à l’expression dans une langue minoritaire. Elle n’a donc pas d’abord pour but de défendre ce que le philosophe Will Kymlicka appelle des droits « polyethniques », dans le cadre d’une citoyenneté à la fois libérale et multiculturelle3. L’enjeu n’est pas seulement celui des droits linguistiques individuels ou collectifs. Il va bien au-delà : il introduit une dimension géopolitique ou stratégique, voire civilisationnelle, puisque ce qui est en question est la manière dont la société et le système politique états-uniens conçoivent et organisent leur rapport avec le reste du monde, en commençant par leurs plus proches voisins du sud, dont des centaines de milliers de personnes qui vivent désormais « à cheval » entre Nord et Sud 4.

  • 5  Voir, par exemple, plusieurs contributions au volume collectif The Latino Studies Reader : Culture (...)

9Autrement dit, à mon sens, la question n’est pas seulement de savoir si les citoyens (et les résidents non-citoyens) devraient avoir le droit d’apprendre leur langue maternelle à l’école, que ce soit comme outil de transition vers l’anglais ou dans une perspective plus résolument pluraliste et bilingue. La question serait plutôt de savoir si la société états-unienne est capable, dans un avenir prévisible, et sans conflits majeurs, de reconnaître le bilinguisme objectif et incontournable qui la caractérise déjà. Il faut prendre au sérieux les travaux de tous les sociologues, ethnologues, écrivains et artistes qui ont exploré, ces dernières années, l’hybridité culturelle et linguistique qui caractérise les rapports sociaux aux Etats-Unis, en particulier (mais non exclusivement) dans les interactions entre « Latinos » et « Anglos » ou « Euro-Américains ». Dans cette perspective, l’espace social nord-américain apparaît comme une vaste zone frontalière ou border zone, c’est-à-dire une zone de contact social et culturel 5, non seulement dans le sud-ouest, le long de la frontière US/Mexique, mais sur l’ensemble du territoire national.

10Partons d’un fait incontournable : dans l’espace des Amériques, la langue espagnole a une longue histoire, bien antérieure à celle de l’anglais. Il ne s’agit pas seulement d’une « langue minoritaire » états-unienne, pratiquée par telle ou telle catégorie d’immigrés, comme le vietnamien, le philippin, le khmer, etc. ; ni d’une langue historiquement vouée aux Etats-Unis à un déclin inexorable, comme l’italien, le polonais ou le yiddish. Il ne s’agit pas seulement, non plus, d’une langue minoritaire majeure, faisant partie des grandes langues du monde, comme l’est le chinois, très présent dans les zones de forte implantation chinoise ou sino-américaine. Certes, dans aucun Etat aux Etats-Unis, les hispanophones ne constituent une majorité démographique et politique. Nulle part ils ne sont donc en mesure d’imposer seuls une orientation culturelle et linguistique. Pourtant il faut tenir compte du fait que cette langue est pratiquée dans les Amériques depuis des siècles, bien avant l’arrivée des colonisateurs anglais. C’est la langue principale de la moitié sud du monde américain et donc la langue privilégiée - avec l’anglais  - des contacts Nord-Sud, que ce soit pour le commerce, la diplomatie, les échanges culturels ou les mouvements sociaux transnationaux. Ce qui est en jeu, ce sont donc les contours culturels et linguistiques du futur espace des Amériques. Réduire cet enjeu à la seule question de la reconnaissance de droits linguistiques dans l’espace national n’est pas satisfaisant : il s’agit bien plutôt de reconnaître un état de fait linguistique dans un espace transnational significatif qui déborde les frontières nationales.

« Solutions » en patchwork à la question linguistique

11La politique linguistique des Etats-Unis n’est pas un système rationnel, informé par une « philosophie publique » intégrée et cohérente, mais plutôt un patchwork de réponses politiquement et culturellement contradictoires à des situations locales. A l’échelle nationale, aucune loi ni aucune clause constitutionnelle ne confère à l’anglais la reconnaissance d’une langue officielle. Des forces conservatrices ont essayé en 1996 de faire voter une telle loi, mais elles ont échoué. C’est essentiellement pour cette raison, que les mouvements du type « English Only » ou « English First », qui militent pour l’abolition définitive des programmes d’éducation bilingue, ont décidé de changer de tactique, profitant de la structure fédérale pour procéder Etat par Etat, afin de pousser un projet qu’il leur est impossible pour le moment de faire admettre explicitement à l’échelle nationale.

  • 6  Voir la remarquable reconstruction de John D. Skrentny in The Minority Rights Revolution, The Belk (...)

12La question de l’éducation bilingue a surgi dans les années 1960, dans des circonstances complexes que nous n’avons guère la possibilité d’explorer ici6. Les mouvements qui luttaient pour la création de programmes d’éducation bilingue fonctionnaient selon une logique à la fois double et contradictoire : d’un côté, ils se battaient pour faire reconnaître le déni systématique dans lequel les droits des élèves non anglophones étaient tenus et de là pour faire valoir le droit à un égal accès à l’éducation. Il leur fallait donc un « remède », c’est-à-dire des arrêts ou des lois autorisant des programmes scolaires qui n’excluraient pas l’usage de la langue maternelle des élèves et cela dans l’optique d’une transition rapide vers l’anglais. Mais d’un autre côté, bon nombre d’acteurs engagés dans le mouvement - moins cohérent et unitaire qu’on aurait pu le croire à l’époque - voyaient dans l’éducation bilingue l’espoir d’une diffusion de l’espagnol, que certaines autorités fédérales d’alors considéraient comme une richesse culturelle - et stratégique ! - à préserver à tout prix.

13Ces deux logiques ont toujours coexisté tout en s’affrontant, mais les lois et les règlements adoptés à l’échelle fédérale relevaient surtout de la première logique. Le Bilingual Education Act de 1968 a rendu possible, mais non obligatoire, le financement par l’Etat fédéral de programmes d’éducation bilingue de transition. Ce soutien n’avait pas de caractère d’obligation, puisque l’éducation bilingue n’était qu’une méthode parmi d’autres, au même titre que l’apprentissage de l’anglais par immersion directe, approche diamétralement opposée. Dans plusieurs grandes villes, des groupes qui militaient pour l’éducation bilingue ont obtenu des arrêts de tribunaux fédéraux obligeant les autorités scolaires locales à traiter le problème des inégalités d’accès à l’éducation provoquées par la différence linguistique. Des dizaines de municipalités ou de districts scolaires ont ainsi été obligés de mettre sur pied des programmes bilingues. Jusqu’à l’époque de Reagan (1981-1988), ces programmes étaient protégés par la Civil Rights Division, une branche du Ministère de la Justice. Après Reagan et jusqu’en 2002, la politique fédérale a oscillé entre la négligence motivée par l’hostilité et la défense molle de tels programmes.

  • 7  Cf. James Crawford, « The Bilingual Education Act, 1968-2002 », printemps 2002, Language Policy We (...)

14Après avoir été modifiée plusieurs fois, toujours dans le sens d’une diminution progressive des ressources consacrées à l’éducation bilingue par rapport aux autres méthodes d’enseignement, la loi de 1968 a été abandonnée en 2002 et remplacée par un texte franchement hostile au principe de l’éducation bilingue7. Cela signifie que ces programmes peuvent encore vivre, là où la volonté de les défendre existe localement (à New York, par exemple), mais ils ne sont plus financés par l’Etat fédéral et tendent, dans certains cas, à dégénérer en programmes « ghettos », d’autant plus faciles à attaquer politiquement qu’ils produisent de médiocres résultats scolaires et n’assurent pas efficacement la transition vers l’anglais.

15Depuis quelques années, on assiste à une campagne très bien organisée et richement dotée qui consiste à pousser les électeurs, Etat après Etat, à se prononcer par référendum pour l’abolition des programmes d’éducation bilingue. En Californie la campagne du « oui » au référendum d’initiative populaire n° 227 en juin 1998 a été financée par le milliardaire Ron Unz, dont le dynamisme et la fortune ont également joué un rôle important en Arizona (2000), et, plus récemment – de façon plus surprenante - au Massachusetts (2002). Cependant, une initiative similaire, soutenue par Unz, a échoué au Colorado en novembre 2002.

16Quelques mois après le référendum en Arizona, les autorités scolaires, en la personne de la Commissaire à l’Education de l’Etat, ont déclaré qu’il était d’un point de vue pédagogique impossible de supprimer tous les programmes existants, puisqu’ils correspondaient à un réel besoin social : fournir aux jeunes hispanophones une instruction en anglais, à partir de leurs acquis linguistiques de départ.

17Depuis quelques années, plus de 25 Etats ont adopté l’anglais comme langue officielle  (voir Annexe), avec une portée pratique chaque fois différente et en tout cas relativement marginale. Parmi les derniers en date de ces référendums d’initiative populaire, on citera les mesures votées dans l’Iowa (2002) et dans l’Utah (2001). Dans l’Oklahoma, en revanche, une ‘initiative’ semblable a été déclarée anti-constitutionnelle par la Cour Suprême de l’Etat.

18Quatre Etats ont pris le contre-pied de ces mesures hostiles au bilinguisme en adoptant des résolutions dites « English Plus », qui plaident pour une ouverture à la diversité linguistique. Les pionniers dans cette voie ont été l’Oregon et le Nouveau Mexique (1989).  La déclaration « English Plus » du Nouveau Mexique « encourage la maîtrise de l’anglais et d’autres langues partout dans l’Etat », afin de promouvoir « l’esprit de la diversité dans l’harmonie que représentent les diverses cultures qui forment le tissu de notre Etat et de la société américaine » ; la déclaration affirme promouvoir l’« intérêt national » en garantissant à tous « le plein accès à l’apprentissage efficace de l’anglais et à la maîtrise d’une ou de plusieurs autres langues ».

Pour une citoyenneté américaine décloisonnée

19Comment envisager l’issue historique de la question linguistique aux Etats-Unis? Aujourd’hui, toute résolution durable de cette question paraît éloignée. La société et l'Etat américains seront encore longtemps la proie d’antinomies profondes concernant ces questions fondamentales que sont la citoyenneté et le traitement de la différence. Si, à l’échelle nationale, il serait faux de parler d’une tendance dominante, depuis quelques années dans les cinquante Etats fédérés, le vent souffle dans le sens d’une vision restrictive de la communauté nationale qui la comprend comme une communauté de langue anglaise. Bien que l’idéal de la « nation civique » préside aux discours bien-pensants sur la citoyenneté états-unienne, la « nation ethnique » (ou en tout cas ethnocentrique) pointe malgré tout son nez par le biais de la question linguistique, venant ainsi contredire l’universalisme du civisme républicain. La cohésion de la société doit-elle dépendre d’une unité linguistique surveillée par un Etat homogénéisant, là où cette unité linguistique se révèle illusoire ? Et s’il se faisait qu’une partie « submergée » de la vie citoyenne se passât désormais en langue espagnole, à l’insu des anglophones, qui seraient parfois étonnés de voir à quel point les hispanophones partagent leurs idéaux démocratiques et égalitaires ! Et si la citoyenneté dans les Amériques ne pouvait plus se contenter d’être nationale, étant donné les perspectives de vie de plus en plus transnationales des populations ?

  • 8  Voir, par exemple, Susanne Jonas, « Reconceptualizing Citizenship in the Americas: Cross-Border Pe (...)

20Dans les marges critiques de la société états-unienne, est en train de naître un débat sur l’aménagement de la citoyenneté dans l’espace des Amériques8, mais pour le moment la société dans son ensemble n’a pas conscience d’être située dans une vaste zone frontalière partagée avec tous les pays de sa périphérie sud. Les frontières sont plus persistantes dans les têtes que dans la réalité des flux migratoires et des rapports sociaux.

21La perspective que j’évoque ici n’est pas fondée sur une revendication multiculturaliste qui opposerait mécaniquement la diversité culturelle et linguistique (bonne) à l’unité (suspecte). Il ne s’agit pas de revendiquer Babel comme forme avancée de la démocratie en soi. Il s’agit encore moins d’entériner la fragmentation du corps social en publics ou « marchés » ethniques - scénario parfaitement compatible avec le libéralisme économique ambiant. (C’est en effet une tendance lourde de la société états-unienne, mais il existe aussi de puissants  « anticorps » contre les particularismes exacerbés). Il s’agit plutôt pour moi de formuler une conception inclusive de la citoyenneté, fondée sur une communauté de destin de peuples d’un même hémisphère, amenés à vivre de plus en plus ensemble.

22Cela suppose le développement d’un bilinguisme véritable, vivant. Cela suppose aussi que l’Etat fédéral ne s’acharne pas à travailler en sens inverse ; que l’espagnol, comme langue d’expression publique, ne fasse l’objet d’aucun anathème ; que la citoyenneté dans sa dimension transnationale commence à se construire, dans un rapport nécessairement complexe avec les citoyennetés nationales, qui ne vont pas subitement cesser d’exister.

23Il faudrait que cette « latinisation » qui est en train de transformer l’espace social des Etats-Unis ne soit pas traitée comme une invasion annonçant une « reconquête », comme le prétend Samuel Huntington, de concert avec une droite xénophobe plus médiatique encore que ce politologue. Il faudrait au contraire qu’elle soit comprise comme un phénomène normal dans l’histoire (multiséculaire) de peuples voisins, et comme une chance pour une « civilisation des Amériques ». Cette dernière catégorie, notons-le, n’est pas reconnue par l’auteur du Choc des civilisations, qui postule, au contraire, un clivage ethno-culturel structurel entre les Amériques du nord et du sud et attribue une « ambivalence » aux Latinos-Américains, soupçonnés de vouloir « décrocher » de l’Occident. La réponse pratique à ces « thèses », évidemment conçues pour inciter à la méfiance, passe par la reconnaissance du caractère désormais bilingue des Etats-Unis.

24Reconnaître la légitimité de l’espagnol dans l’espace public des Amériques, y compris aux Etats-Unis, reviendrait à effectuer une sorte de décolonisation linguistique et culturelle, du moins dans un domaine (car la décolonisation définitive des rapports économiques et stratégiques Nord-Sud n’est pas pour demain). Ce qui se passe dans la sphère publique hispanophone aux Etats-Unis est d’un intérêt vital pour l’avenir de l’espace des Amériques, et pourtant cela reste pour le moment largement invisible et inaudible du grand public états-unien. Implicitement, pour la population des Etats-Unis, cette sphère hispanophone prend la figure d’une zone de « subalternité », propre à des populations ethnicisées/racialisées, soumises dans leur majorité à un régime salarial profondément inégalitaire.

Haut de page

Annexe

La diversité (ou "cacophonie") des législations d’Etat à propos de l’anglais et des langues minoritaires

Statut de la langue anglaise

Législation ou résolutions

Etats

Amendements constitutionnels d’Etats instituant l’anglais comme langue officielle

Nebraska (1923), Californie (1986), Colorado (1988), Floride (1988),  Alabama (1990).

Lois d’Etats (state  laws) instituant l’anglais comme langue officielle

Illinois (1969), Virginie (1981, loi révisée en 1996), Tennessee (1984), Indiana (1984), Kentucky (1984), Arkansas (1987), Caroline du nord (1987), Caroline du sud (1987), Dakota du nord (1987), Mississippi (1987), Montana (1995), New Hampshire (1995), Dakota du sud (1995), Georgie (1996), Wyoming (1996), Missouri (1998), Utah (2000), Iowa (2002)

‘Initiatives" pour instituer l’anglais comme langue officielle, jugées anticonstitutionnelles

La Cour suprême de l’Etat d’Oklahoma déclare anti-constitutionnelle une “pétition” pour faire de l’anglais la langue officielle de l’Etat, avril 2002.

Résolutions ou déclarations « English Plus »

Nouveau Mexique (1989), Oregon (1989), Washington (1989), Rhode Island (1992)

Statut de l’éducation bilingue

Amendements constitutionnels déclarant l’Etat officiellement bilingue

Hawai’i (1978 : anglais et hawaïen)

Référendum abolissant  les programmes d’éducation bilingue

Californie (1998), Arizona (2000), Massachusetts (2002)

Défaite d’une question de référendum visant à abolir les programmes d’éducation bilingue

Colorado (2002)

Source : Language Policy Website de James Crawford, section « Language Legislation » (http://ourworld.compuserve.homepages/​JWCRAWFORD/​).

Haut de page

Notes

1  « Participation and subordination : the double-edged sword of state citizenship », colloque « Le fédéralisme américain et ses implications pour l’Europe », Paris, CERI, 10-11 décembre 1998.  Rogers Smith traite cette question plus systématiquement dans Civic Ideals: Conflicting Visions of Citizenship in U.S. History, Yale University Press, 1997.

2  Voir Michel Wieviorka, « Le multiculturalisme, solution ou formulation d’un problème ? », in Philippe Dewitte (éd.), Immigration et intégration, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1999, p. 418-425 ; J. Cohen, « Le multiculturalisme et les antinomies du ‘modèle d’intégration’ aux Etats-Unis », Quaderni n° 48, 2002.

3  Will Kymlicka, La citoyenneté multiculturelle, trad., La Découverte, 2002.

4  A ce sujet, voir, en langue française, Alejandro Portes, « La mondialisation par le bas : l’émergence des communautés transnationales », Actes de la recherche en sciences sociales n° 129, septembre 1999, pp. 15-25.

5  Voir, par exemple, plusieurs contributions au volume collectif The Latino Studies Reader : Culture, Economy and Society, édité par Antonia Darder et Rodolfo D. Torres, Malden (Massachusetts), Blackwell, 1998.

6  Voir la remarquable reconstruction de John D. Skrentny in The Minority Rights Revolution, The Belknap Press of Harvard University Press, 2002, ch. 7: “Bilingual Education and Language Rights”, p. 179-229.

7  Cf. James Crawford, « The Bilingual Education Act, 1968-2002 », printemps 2002, Language Policy Web Site de James Crawford (voir note précédente).

8  Voir, par exemple, Susanne Jonas, « Reconceptualizing Citizenship in the Americas: Cross-Border Perspectives » in Norma Klahn et al. (éds.), Las Nuevas Fronteras del Siglo XXI. Mexico, La Jornada, UNAM, University of California-Santa Cruz, UAM, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

James Cohen, « Fédéralisme, question linguistique et citoyenneté aux Etats-Unis dans le contexte des Amériques », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 15 décembre 2008, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/46513 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.46513

Haut de page

Auteur

James Cohen

Département de Science Politique, Université de Paris VIII ; Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page