Navigation – Plan du site
Colloques | 2009
La réinvention du politique à Cuba : mémoire collective, société civile et dissidence – Colloque international organisé par le Centre d’Etudes et de Recherches internationales (CERI) avec le soutien de l’association Encuentro de la Cultura cubana - Paris, 2-3 juillet 2007

La réinvention du politique à Cuba : mémoire collective, société civile et dissidence

Colloque international organisé par le Centre d’Etudes et de Recherches internationales (CERI) avec le soutien de l’association Encuentro de la Cultura cubana. Paris, 2-3 juillet 2007
[16/01/2009]

Texte intégral

1Les 2 et 3 juillet 2007, le CERI a organisé, en collaboration avec l’association Encuentro de la cultura cubana, un colloque consacré à « La réinvention du politique à Cuba : mémoire collective, société civile et dissidence ». Cette rencontre a répondu au souhait du CERI de travailler sur les formes de renouvellement du politique dans la Cuba actuelle en s’interrogeant notamment sur les évolutions des champs culturel et intellectuel et sur les enjeux de mémoire.

  • 1  Dispositifs participatifs, candidatures « indépendantes » par exemple.

2Il s’agissait de poursuivre les réflexions menées par les équipes du CERI, en se situant plus particulièrement dans la continuité des travaux du projet transversal Représentations et pratiques de la démocratie et du groupe de recherche sur les Mutations de la gouvernance démocratique en Amérique latine. L’approche privilégiée lors du colloque coïncidait avec plusieurs des pistes suivies au sein du projet transversal. On peut citer à cet égard les dynamiques politiques liées à l’usage de la notion de société civile ; l’apparition de nouvelle formes de participation à la vie publique ou à la décision politique1 ; les vecteurs de mobilisation ou de désarticulation de la société civile ; les risques d’instrumentalisation de la catégorie société civile dans les régimes autoritaires ; enfin, la question même de la nature démocratique ou non de la société civile.

3Il s’agissait également de prendre en compte et d’accompagner l’évolution des études cubaines en France. On constate, en effet, un renouvellement de ce domaine depuis quelques années. Les travaux menés, tant en sociologie qu’en sciences politiques, tendent à favoriser une meilleure prise en compte du fonctionnement interne de la société cubaine, ce que ce colloque prétendait approcher lui aussi.

4Dans cette perspective, l’association du CERI avec Encuentro de la cultura cubana s’imposait, les préoccupations mentionnées plus haut rejoignant celles de la revue : mouvement intellectuel ; évolution de l’opposition ; témoignage et réflexion sur l’histoire et sur la culture ; entretien et/ou réhabilitation de la mémoire ; interrogation sur la nature du régime cubain.

5 Sur le fond, l’idée de « réinvention du politique » à Cuba se rattachait aux réflexions menées sur le « politique hors du politique » et sur le renouvellement du politique en Amérique latine au sein du groupe de recherche du CERI sur les mutations de la gouvernance démocratique dans la région Amérique latine.

  • 2  « La reconstitution des situations autoritaires à partir des organisations apparemment dirigeantes (...)

6L’hypothèse centrale du colloque était bien que l’étude des situations autoritaires passe autant, sinon plus, par la périphérie du pouvoir que par le pouvoir lui-même2. Depuis 50 ans, beaucoup de travaux ont porté sur le fonctionnement du régime cubain et sur les principales autorités de ce régime. Si cet intérêt était légitime et le demeure, il apparaissait utile de s’interroger sur le mode de fonctionnement de ce qui, en dehors de la sphère institutionnelle, produit néanmoins une action politique ou « para-politique », c’est-à-dire une sorte de « périphérie » pouvant représenter une alternative ou une contestation du régime. L’existence d’espaces de libéralisation pouvant d’ailleurs être un moyen pour le régime lui-même de gérer une demande politique qui ne se satisfait pas des options officielles. Quoi qu’il en soit, cette « périphérie » ne semblait pas pouvoir être définie comme une opposition mais plutôt comme une série d’options plus ou moins oppositionnelles. Reste qu’elle avait nécessairement une implication politique dans un régime ayant vocation à diriger ou à contrôler tout le corps social.

  • 3  Juan Linz, « An authoritarian regime : Spain », in Erik Allardt, Cleavages, ideologies and party s (...)
  • 4  Guy Hermet, « Les organisations catholiques et protestantes comme forces politiques de substitutio (...)

7Ce type d’opposition ou de « semi-opposition » dans les régimes autoritaires a été étudié à de nombreuses reprises. Juan Linz soulignait, il y a déjà longtemps, que ces forces non officielles permettaient « l’expression d’un pluralisme limité et non responsable »3. On parlait notamment d’opposition « alégale » et illégale dans l’Espagne franquiste. Dans ce registre, Guy Hermet a également travaillé sur les expressions oppositionnelles exerçant un rôle de substitution en l’absence de partis politiques légaux4.

8Pour s’en tenir à Cuba, le colloque s’interrogeait sur ce que pouvaient être les manifestations de ces expressions politiques hors des structures politiques officielles ?  Sur quoi pouvaient-elles s’appuyer ? Quel usage pouvaient-elles faire de la mémoire face à l’élaboration d’une histoire officielle ? Quelle relecture des faits était-elle permise ou possible ? Comment le culturel influait-il sur le politique ?

9Les différents intervenants et discutants sont revenus sur ces interrogations au cours des deux journées de travaux.

10 La première partie du colloque, le 2 juillet, intitulée « D’une marginalité gérée à une marginalité subie : évolution de la critique de l’autoritarisme depuis les débuts du castrisme » a essentiellement porté sur le rôle de la culture comme vecteur d’options alternatives et lieu de stratégies individuelles à la fois face au régime et dans le régime, sans oublier la capacité d’utilisation de la production culturelle par les autorités politiques.

11 Elle a été marquée par l’intervention d’Ivan de la Nuez sur « Esthétique collatérale. Entre Guantánamo et l’Ile des musées : les intellectuels cubains dans l’axe du mal ». Essayiste et gestionnaire de l’art contemporain, Ivan de la Nuez est notamment l’auteur de Cuba : la isla posible (1995) ; La balsa perpetua (1998) et Fantasía roja (2006) dans lequel il revient sur la fascination des intellectuels occidentaux pour la révolution cubaine.

12Rafael Rojas, historien et enseignant-chercheur au CIDE (Mexico) travaille sur l’histoire culturelle et politique de Cuba et du Mexique. Il a été co-directeur de la revue Encuentro. Auteur, entre autres, de Isla sin fin en 1999, La transición invisible. Sociedad y cambio político en Cuba, en 2004 en collaboration avec Velia Cecilia Bobes et, plus récemment, de Tumbas sin sosiego. Revolución, disidencia y exilio del intelectual cubano, qui a obtenu le Prix Anagrama en 2006, Rafael Rojas a présenté une communication intitulée « Anatomie de l’enthousiasme. La révolution comme spectacle d’idées. »

13Paulo Paranagua, journaliste et historien, auteur notamment d’ouvrages portant sur le cinéma latino-américain (Le cinéma en Amérique latine. Le miroir éclaté : historiographie et comparatisme en 2000, Le cinéma cubain en 1990) et collaborateur d’Encuentro, est revenu sur le rôle du cinéma avec une intervention intitulée « Les intellectuels et le régime : le cinéma comme lieu de construction d’une mémoire officielle et comme ouverture vers l’altérité politique ».

14 Elizabeth Burgos a analysé la question carcérale dans son intervention « Condamner et punir : le système pénitencier cubain ». Historienne, membre du Centre d’études et de recherche sur les mondes américains (EHESS), Elizabeth Burgos travaille notamment sur la question militaire en Amérique latine. Collaboratrice régulière de la revue Encuentro, elle a publié plusieurs ouvrages portant sur la condition indienne dans les Amériques (Moi, Rigoberta Menchu) ainsi que des entretiens avec des acteurs de la révolution cubaine.

15Ces différentes interventions ont été discutées par Olivier Dabène(CERI-Sciences po) et Denis-Constant Martin (CERI-Sciences po) qui ont fait porter le débat sur certaines des dimensions étudiées : stratégies de contournement des intellectuels cubains ; dissonances culturelles et dissidence politique face aux normes socialistes ; impact de la « politique réinventée » sur la société. La question centrale de la relation pouvoir culturel / pouvoir politique a été évoquée et, plus encore, le problème de la place des imaginaires derrière les luttes pour le pouvoir. De même, l’ambiguïté des productions culturelles, ni entièrement « résistantes » ni entièrement « instrumentalisées » a été soulignée.  

16La seconde partie du colloque a porté sur « Les modes de réinvention du politique à Cuba : travail de mémoire et formation d’une "société civile de fait " ? », dans la journée du 3 juillet.

17Vincent Bloch, sociologue et doctorant (EHESS) a notamment coordonné un numéro de la revue Communisme et un numéro des Problèmes d’Amérique latine sur Cuba. Il a traité des stratégies individuelles mais aussi sur l’imaginaire collectif des Cubains dans le contexte créé par la Révolution au cours d’une intervention portant sur « La lucha comme perversion de  la citoyenneté ».

18Au cours de l’intervention suivante,Antonio José Ponte a abordé,sous le titre « La pensée et l’action de José Martí : un enjeu de mémoire à usage politique direct», la question de l’héritage intellectuel de Martí. Co-directeur d’Encuentro de la cultura cubana, Antonio José Ponte est également essayiste et poète. Parmi ses ouvrages, on peut citer Las comidas profundas en 1997, El libro perdido de los origenistas en 2004, Un arte de hacer ruinas y otros cuentos en 2005 et, en 2007, La fiesta vigilada.

19Philippe Létrilliart, correspondant scientifique du CERI, est revenu sur le rôle para-politique du catholicisme avec une intervention intitulée « Un acteur marginal impliqué dans la reconstruction de la mémoire collective et des normes civiles : l’Eglise catholique ». Auteur de Cuba, l’Eglise et la Révolution (2005), Philippe Létrilliart a publié récemment plusieurs articles portant sur l’Eglise catholique à Cuba.  

20Ces différentes interventions ont été discutées par David Recondo (CERI-Sciences Po) et par Jacques Rupnik (CERI-Sciences po) qui ont apporté une perspective comparatiste en s’appuyant notamment sur l’expérience des ex-démocraties populaires d’Europe de l’Est.

21David Recondo est revenu sur le soubassement culturel des autoritarismes et sur leur utilisation du symbolique, notamment dans le cas des grandes figures du type José Martí. Jacques Rupnik s’est interrogé sur la fonction de contre-pouvoir des Eglises dans les régimes autoritaires, en distinguant l’Eglise en tant qu’institution, pouvant apporter une protection aux intellectuels, de l’Eglise en tant que système de valeurs. Cette distinction était plus pertinente pour l’Europe de l’Est que pour le cas cubain. Dans ces conditions, il paraissait plus difficile aux organisations religieuses d’ouvrir des espaces publics voire de jouer un rôle fédérateur des mouvements contestataires, ce qui conduisait à de nombreuses interrogations sur l’avenir et sur une potentielle transition démocratique.   

22 Enfin, un débat avec le public a porté sur les modalités de la « réinvention du politique » à Cuba et sur ses conséquences potentielles, au-delà de la période actuelle. Sans revenir sur la transition, quelle que soit sa forme, ce qui n’était pas l’objet du colloque, le lien entre les expressions politiques « alternatives » présentées au cours des deux journées et la perspective de changements politiques a été évoqué, ainsi que les expériences propres de plusieurs auditeurs.  

Haut de page

Notes

1  Dispositifs participatifs, candidatures « indépendantes » par exemple.

2  « La reconstitution des situations autoritaires à partir des organisations apparemment dirigeantes n’est pas toujours facile ni légitime », estime J-F Bayart qui met également en garde contre « l’illusion de l’uniformité du phénomène militaire ou des systèmes de parti unique », Jean-François Bayart, « L’analyse des situations autoritaires : étude bibliographique », Revue française de science politique, 1976, vol. 26, n° 3.

3  Juan Linz, « An authoritarian regime : Spain », in Erik Allardt, Cleavages, ideologies and party systems, Helsinki, 1964.

4  Guy Hermet, « Les organisations catholiques et protestantes comme forces politiques de substitution », Revue française de science politique, juin 1973.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« La réinvention du politique à Cuba : mémoire collective, société civile et dissidence », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 16 janvier 2009, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/49452

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page