Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2009Daniel Pécaut, Les Farc, une guér...

Frédérique Langue

Daniel Pécaut, Les Farc, une guérilla sans fins?, Paris, Editions Lignes de repères, 2008, 2008, 169 p.

[24/01/2009]

Texte intégral

1Peu d’éditeurs peuvent se targuer de vouloir susciter un véritable débat intellectuel en ligne, au-delà de la promotion tous azimuts de leurs produits et de l’obligation d’encenser pratiquée par trop de chroniqueurs intronisés. Tel est cependant le cas des ouvrages publiés par les éditions Lignes de repères, qui revendiquent non seulement un “décryptage de la réalité” mais également l’actualisation de ses publications et le débat à leur endroit. Une position d’autant plus salutaire dans le cas de l’ouvrage de D. Pécaut que la médiatisation à outrance de l’épisode des otages de la guérilla en Colombie ne semble guère avoir contribué à approfondir la connaissance que l’on a de ce pays depuis l’hexagone. Pire : le “soufflet” colombien est retombé, et l’ethnocentrisme s’est replié sur d’autres sphères et d’autres espaces fréquentés par l’actualité.

2La lecture de cet ouvrage à la fois précis et documenté aurait cependant évité bien des impairs aux commentateurs voire aux négociateurs de la “crise”, l’auteur étant tout simplement le meilleur spécialiste de la Colombie, et ce depuis de nombreuses années. D. Pécaut propose ainsi, non seulement une approche sociologique des FARC, de leur formation, de leur composition et de leurs réseaux  — petit groupe de résistance paysanne à l’origine, les FARC ont réuni jusqu’à 17 000 combattants—, mais aussi de leur financement lié à l’économie de la drogue, de leurs stratégies, de leur discours et pratiques politiques jusqu’au “moment bolivarien”, en un mot de leur histoire, inscrite à double titre dans le long terme. Même si cette guérilla colombienne n’a fait son entrée sur la scène médiatique que lors des événements que l’on connaît, elle est en réalité vieille d’un demi-siècle puisqu’elle s’est officiellement constituée en septembre 1966. Elle s’inscrit par ailleurs dans le prolongement d’autres épisodes violents de l’histoire et de l’imaginaire politiques de la Colombie, ainsi la Violence (1946-1962) associée dans la mémoire collective à l’assassinat du leader libéral et « anti-oligarchique » Jorge Eliécer Gaitán et au Bogotazo de 1948, « Violence » qui “succède” elle-même à la “Guerre des mille jours” (1899-1902).

3C’est l’un des premiers mérites de cet ouvrage que de rappeler ce fait, dont l’écrivain G. García Márquez a souligné le caractère inéluctable voire intemporel. Il permet en effet de s’interroger sur la nature interne de ces affrontements politiques doublés souvent de conflits sociaux, auxquels il conviendrait d’ajouter l’influence de la lutte armée et du « foquisme » dans l’Amérique latine des années 1960. Dans cette perspective, la lutte menée par les Forces armées révolutionnaires de Colombie est bel et bien une guerre civile si l’on considère les exactions voire les atrocités commises, mais le conflit demeure néanmoins peu perceptible dans les grandes villes — la configuration de l’espace, sa fragmentation, favorisant d’autre part l’extension et la persistance du conflit notamment dans les zones d’ « autodéfense » et de luttes agraires anciennes. Par ailleurs, ce même conflit entraîne rarement une identification des Colombiens avec l’une ou l’autre partie, même pendant la période d’ « expansion » de la guérilla dans la période 1980-1990 et malgré l’instauration de « territoires de la peur ».

4L’autre intérêt — majeur — de cette analyse réside dans les explications apportées à la cohésion et à la longévité d’un mouvement qui harcèle les forces régulières et l’Etat colombien depuis plusieurs décennies, et tout aussi bien à leur affaiblissement apparent sous le gouvernement d’Alvaro Uribe, régime à la fois conservateur, sécuritaire et modernisé — notamment sur le plan institutionnel, les inégalités sociales s’étant en revanche accentuées. La « précarité de la symbolique nationale » mise en exergue par l’auteur constitue une hypothèse des plus séduisantes, la Colombie ayant été divisée entre deux « sous cultures politiques » associées aux partis conservateur et libéral, à leur positionnement par rapport à l’Eglise, fondées sur des clientèles (voire des milices) et sur des allégeances plus que sur l’idée de citoyenneté. Tout aussi pertinente est la référence à la « faiblesse des régulations étatiques », les élites tendant à adopter la vision libérale dans les domaines économique et social. Mais les écueils rencontrés par les FARC se multiplient, en raison de la diminution des « ressources », mais également d’un délitement générationnel, les anciens leaders disparaissant ou s’effaçant au cours de ces dernières années (Marulanda), et les défections se multipliant. La mort de Raúl Reyes et Iván Ríos n’ont ainsi donné lieu à aucune riposte comme l’indique D. Pécaut, qui insiste en revanche sur l’ « impression d’un flottement de leur commandement au plus haut niveau ». La désignation d’un nouveau dirigeant — Alfonso Cano — semblerait indiquer à cet égard un infléchissement de la stratégie des FARC, non plus seulement en tant que « partie belligérante » mais comme acteur politique peut-être à même de conduire à une issue politique négociée de ce conflit à défaut de mettre un terme à l’ensemble des phénomènes de violence dont il n’est que l’une des expressions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue, « Daniel Pécaut, Les Farc, une guérilla sans fins?, Paris, Editions Lignes de repères, 2008, 2008, 169 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 24 janvier 2009, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/51882 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.51882

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search