Navigation – Plan du site
Colloques | 2007
Paisaje, espacio y territorio. Reelaboraciones simbólicas y reconstrucciones identitarias, simposio ANT14, 52º Congreso Internacional de Americanistas, Sevilla, 17-21 de julio de 2006. – Coord. Nicolas Ellison y Mónica Martínez Mauri
Nicolas Ellison

Paisaje, Espacio y territorio: reelaboraciones simbólicas y reconstrucciones identitarias

[10/07/2007]

Le terme « paysage » est souvent employé au sens général en tant que synonyme de l’environnement, et cela dans diverses sciences sociales, même en anthropologie. Pourtant, si l’on emploie le terme dans son acception stricte, force est de reconnaître que nombreuses sociétés ne conçoivent ni ne perçoivent l’environnement habité comme un « paysage » au sens esthétique (cf. Berque 1990, Lemaire 1997, Roger 1997, Ingold 2000 et Descola 2005)1. Au contraire, dans les marges de l’occidentalisation, une telle perception paysagère résulte le plus souvent de l’interaction entre populations locales et dynamiques internationales autour des phénomènes de patrimonialisation de l’environnement (mise en protection, réserves de la biosphère, écotourisme, patrimoine mondial de l’humanité, etc.).

Dans le cadre du 52ème Congrès des Américanistes de Séville, le symposium « Paisaje, Espacio y territorio: reelaboraciones simbólicas y reconstrucciones identitarias », co-organisé avec Monica Martínez Mauri, réunissait une série d’ethnographies menées en Amérique latine autour de cette thématique de l’importation–réinterprétation des discours écologistes et des perceptions paysagères à partir des représentations écologiques et des usages locaux de l’environnement. Le symposium s’appuyait en cela sur une première journée d’étude organisée en janvier 2005 par le CERMA sur la thématique des usages identitaires du rapport à l'environnement dans les constructions contemporaines de l'appartenance locale. Le dossier que nous présentons intègre donc aussi certains textes issus de cette première rencontre.

 Notre intention était donc, à partir des études de terrain, de porter la réflexion sur les relations entre écologie, territoire, et reconfiguration des rapports entre communautés (amérindiennes ou métisses) et société dominante dans le contexte contemporain d'interaction local-global. A cette fin, les participants étaient néanmoins invités à éviter les limitations des discours postmodernistes sur le « transnational » ou de s’en tenir à la simple analyse du discours des dirigeants correspondant à l’approche sociologique des « discours performatifs »2.

Le parti pris dans ce dossier est donc celui de s’interroger sur la réception et l'appropriation des reconfigurations entre le local et le global dans les pratiques et discours quotidiens des communautés, selon une approche anthropologique autour des « connaissances dans la pratique », des « savoirs incorporés » ou « embodied » (cf. Lévi-Strauss 1962, Descola 1996 et 2005, Ingold 2000).

Dans un texte programmatique, Appadurai (1995) proposait d’analyser les usages quotidiens de l’environnement comme des « techniques for the spatial production of locality »3. Abondant en ce sens, diverses études ethnographiques suggèrent que dans différents contextes politiques et socio-économiques menaçants, les représentations cosmologiques peuvent être mobilisées et re-signifiées pour ériger certains aspects du « paysage » en support d’une définition de l’appartenance, permettant d’affirmer des « identités différenciées » (Lovell, 1998).

Il nous semble que c’est à partir d’une approche relationnelle, telle que la développe notamment Tim Ingold (2000 : 140-151) qu’il convient d’aborder la question de la reconfiguration des appartenances locales dans les contextes contemporains. La « perspective de l’habiter » (dwelling perspective) d’Ingold permet notamment d’aborder cette question de l’appartenance à partir des pratiques quotidiennes et courantes de la relation à l’environnement. Ainsi, explicitement pour certains, implicitement pour d’autres, les différents cas étudiés ici montrent que plutôt que d’opposer, selon la dualité emic/etic, des systèmes de représentations écologiques indigènes aux discours performatifs des représentants de ces populations qui se trouveraient à l’interface avec les agents extérieurs (et dont ils importeraient les discours écologistes), il convient de considérer les contextes politiques et économiques contemporains comme constituant la trame du redéploiement continu des relations quotidiennes qui construisent l’appartenance locale. Cette approche permettrait ainsi de mieux comprendre comment les représentations cosmologiques - et plus spécifiquement les représentations de l’environnement, notamment le rapport aux espaces habités que ce soit en tant que paysage ou en tant qu’espaces ritualisés - sont re-signifiées, donc reproduites, et éventuellement aussi mobilisées dans le cadre de discours politiques et/ou identitaires suscités par les changements socio-économiques, les recompositions politiques, la transnationalisation etc.

Par exemple, sur les terrains concernés par le tourisme la problématique peut se traduire par la question suivante : dans quelle mesure et comment les représentations symboliques des espaces sont elles reformulées dans la « construction de paysages » mobilisée pour attirer l’ « écotourisme » ? Ou encore, concernant la négociation des projets de développement durable, il convient de s’interroger sur la mobilisation des représentations cosmologiques dans le processus d’appropriation du discours écologiste. Dans d’autres cas, sur les terrains caractérisés par des tensions interethniques, la problématique proposée incite à se poser la question de savoir comment les schémas de classification des espaces peuvent être mobilisés dans une valorisation « ethnicisante » des paysages agroécologiques.

En tout cas, les intervenants réunis à Paris et à Séville, convergeaient sur la position que ce n’est qu’à partir d’une sérieuse approche ethnographique que peuvent être appréhendés la portée et l’impact, voire l’appropriation, des discours de l’éco-tourisme, du développement durable, de l' « indianité » (ou l’ « autonomie »…).

Bibliographie

Appadurai, Arjun (1995) « The production of locality », pp. 204-225, in : Fardon R. (ed) : Counterworks : Managing the diversity of knowledge. Routledge : Londres et New York.

Descola, Philippe (1996) « Constructing natures. Symbolic ecology and social practice », pp. 82-102, in : Descola et Palsson (coord.) : Nature and Society. Anthropological Perspectives. Routledge, Londres.

Descola, Philippe (2005) Par-delà nature et culture. Gallimard, Paris.

Ingold, Tim (2000) The perception of the environment. Essays in livelihood, dwelling and skill.Routeledge, Londres.

Lemaire, Ton (1997) “Archaeology between the invention and the destruction of the landscape”, in: Archaeological Dialogues, Vol. 4, issue 1.

Lévi-Strauss, Claude (1962) La pensée sauvage, Plon, Paris.

Lovell, Nadia (ed.) : Locality and Belonging. Routledge, Londres et New York, 1998. Notre traduction.

Roger, Alain (1997) Court traité du paysage. Paris : Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Concernant ce point, il convient de souligner la particularité de percevoir les espaces “naturels” comme des “paysages” propres  à un nombre limité de sociétés (d’Occident et d’Extrême Orient). Sur cette évolution dans la pensée et l’iconographie occidentale, cf. Roger (1997) et Lemaire (1997). Berque (1990) retrace l’émergence d’une représentation artistique formellement similaire en Chine ; il conviendrait néanmoins de s’interroger sur les divergences cosmologiques derrière l’apparente similarité de formes de représentation artistiques.
2 Ceux-ci doivent certes être inclus dans l’analyse comme possibles « passeurs culturels », mais le parti pris ici est de placer au centre de la réflexion les résultats obtenus à partir de l’étude ethnographique des pratiques et discours quotidiens des populations. Cela permet d’évaluer à sa juste valeur l’impact réel du travail d’appropriation des représentations véhiculées par les agents extérieurs.
3 Appadurai suggère de repenser les pratiques agricoles, les formes d’habitat ou les parcours de pâturage (etc.) comme des manières de construire l’appartenance locale d’un groupe. Sur l’appartenance locale et la production du social, voir aussi l’ouvrage dirigé par Lovell (1998).
Haut de page