Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesGuide du chercheur américaniste2009Guide du chercheur américaniste :...

Adeline Joffres et Miguel Felipe Dorta

Guide du chercheur américaniste : Caracas, Venezuela

[30/01/2009]

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Partir faire une recherche de terrain au Venezuela, la « petite Venise » des conquistadores qui connut guerres civiles, engouement démocratique, euphorie de l’or noir et crises profondes, à l’heure où sa capitale est décrite comme l’une des plus dangereuses d’Amérique latine et où le passé historique « bolivarien » est sans cesse sollicité sur la scène politique, offre une expérience riche en contrastes, en découvertes et bien sûr… en émotions ! On pourrait décrire cette expérience comme un plongeon dans l’inconnu ou bien comme un saut dans une « organisation anarchique » capable de surprendre le chercheur latino-américain lui-même, et cela pour plusieurs raisons que nous évoquerons tout au long des diverses sections de ce guide.

2Nous tenons à préciser que celui-ci n’est pas un « listing » exhaustif des archives et de la documentation indispensables au chercheur en histoire et en sciences sociales. Il permettra néanmoins de lui offrir des indications précieuses.

3Ainsi, nous avons souhaité aborder tant les aspects pratiques (conditions de séjour sur le terrain etc.) et « techniques » (lieux d’intérêts, horaires…) du travail de terrain que les aspects plus culturels relatifs au savoir-vivre vénézuélien.

Avant de partir

4Si certaines formalités peuvent et doivent être accomplies avant de partir, d’autres, en revanche, ne le seront qu’une fois sur place. En clair, il ne sert à rien de vouloir organiser tout son séjour et de chercher à en régler tous les détails comme sur du papier à musique des mois à l’avance.

5Pour toute demande de visa en cas de long séjour, le chercheur devra s’adresser à la section consulaire de l’Ambassade de la République Bolivarienne du Venezuela dans son propre pays. Pour ce qui est de la France, voir : http://www.embavenez-paris.com/​embavenez.php?cat=csu&inc=csu&lang=. Pour les diverses antennes de l’ambassade du Venezuela en France (Paris et province), consulter : http://www.abc-latina.com/​venezuela/​ambassade.htm   

6Les meilleures périodes pour partir sont, dans la mesure des possibilités de chacun : février-juillet et septembre-mi décembre, bien que la période qui s’étend de mai à décembre corresponde à la saison dite « des pluies ». Néanmoins, malgré les averses quasi quotidiennes, le climat reste très agréable. Il n’est donc pas utile de prévoir l’artillerie lourde en matière vestimentaire (voir les « conseils aux voyageurs » pour le nécessaire à emporter).

Chercher un logement

7Le meilleur moyen est de parvenir à un accord pour louer ou sous-louer une chambre chez des particuliers par le biais de connaissances sur place. Cette solution est beaucoup plus économique que l’hôtel, souvent plus agréable car plus chaleureuse et plus confortable aussi (accès aux lieux de vie communs comme la cuisine, parfois service Internet, etc.). Il va de soi que les possibilités varient selon la durée du séjour et le budget dont chacun dispose. Ce dont il faut avoir conscience, c’est qu’à Caracas, il n’existe pas d’hôtels « moyens », pour ainsi dire, qui soient vraiment bon marché pour le chercheur aux revenus « moyens » et surtout, qui soient situés dans une zone « sûre ».

8Identifions tout de même quelques hôtels à deux ou trois étoiles qui pourraient entrer dans cette catégorie : l’Hotel Renovación (http://www.hotelrenovacion.com/​home.asp) et l’Hotel Avila par exemple. Les hôtels les plus côtés (quatre et cinq étoiles) de la ville possèdent quant à eux des chambres à partir d’environ 500 BsF. la nuit (Hotel Gran Meliá Caracas, Hotel Altamira Suites, Hotel Alba, Hotel Tamaco, JW Marriott Hotel, etc.).

Se renseigner sur la ville elle-même

9Comme il est plutôt déconseillé de se promener in situ avec une carte de la ville grande ouverte, il est souhaitable de se familiariser avec l’ « organisation » de la ville avant le départ. Or Caracas n’étant pas un lieu touristique très côté, il est difficile de trouver des cartes et des plans de la ville. On en trouve néanmoins pour environ 10 euros dans les grandes librairies (type Eyrolles pour la France), ou bien dans les espaces librairies de boutiques spécialisées (par exemple Au Vieux campeur). En plus de fournir une vue d’ensemble des diverses zones de Caracas, cela permet de se repérer plus facilement une fois sur place, notamment lorsqu’un interlocuteur vous donnera un point de rendez-vous. A noter que toutes les rues, à Caracas, ne sont pas forcément indiquées (excepté les grands axes) et que les adresses fonctionnent plutôt par « angle » (esquina), lieux et zones.

10Si une section entière sera consacrée à la sécurité à Caracas, il est nécessaire, d’emblée, d’aborder brièvement ce thème. Le chercheur qui se renseignera auprès d’amis et de résidents prendra soin d’en retenir les conseils, des histoires traumatisantes surgissant souvent de ces conversations bienveillantes. Si la violence et l’insécurité sont une réalité (à ce propos, il est toujours utile de consulter les « Conseils aux voyageurs » généralement fournis par le Ministère des Affaires Etrangères de son pays), l’observance de règles de sécurité basiques suffira à votre tranquillité.

Les nouveautés horaires, monétaires et le contrôle des changes

11Depuis décembre 2007, le Venezuela a changé d’heure. Autrefois positionné sur le fuseau horaire GTM -4 : 00, il se trouve désormais sur « le fuseau horaire » (ou plutôt entre deux !) -4 : 30. Selon la nouvelle heure bolivarienne, on retranche donc 5 heures et 30 minutes à l’heure d’hiver pour la plupart des pays européens et 6 heures et 30 minutes à l’heure été.

12Une nouvelle monnaie, le « bolivar fort », a également été mise en circulation début 2008. Pour ceux qui ne seraient pas venus au Venezuela depuis fin 2007 : 1000 Bolivars (« bolos ») anciens perdent ainsi trois zéros pour valoir désormais 1 « Bolivar fort ». Quelques billets anciens sont encore en circulation, mais près peu. En guise de familiarisation avec la nouvelle monnaie, consulter la page suivante : http://www.reconversionbcv.org.ve/​

13Enfin, il est indispensable de prendre en compte la question du contrôle des changes : aucune devise étrangère n’est légalement tolérée sur le territoire vénézuélien (toutes les devises entrantes doivent en principe être changées en Bolivars forts, BsF.). Il est donc impossible de retirer des devises étrangères sur place et illégal d’en posséder. Pour les séjours de longue durée, cela peut donc s’avérer quelque peu gênant. Néanmoins, quelques solutions peuvent être envisagées, comme le recours aux « casas de bolsa » qui nécessitent toujours des liquidités et dont le gouvernement autorise les opérations dans une certaine limite. Généralement, chaque banque possède sa propre casa de bolsa mais effectuer de telles opérations implique d’être affilié à la banque en question, ce qui n’est pas le cas pour le groupe Serfincorp par exemple, http://www.serfincorp.com/​.

Une fois sur place, Caracas : labyrinthe et corneta

14Dès son arrivée à l’aéroport international de Caracas (Maiquetía), le chercheur devra être sur le qui-vive. En effet, selon plusieurs institutions officielles, des agressions y ont été enregistrées, à l’intérieur ou à l’extérieur des aérogares et parfois lors du trajet entre l’aéroport et Caracas. Si aucune connaissance ou contact ne peut venir vous chercher, il est donc recommandé d’avoir recours au service des taxis homologués qui se trouvent au premier étage de l’aéroport, en face de la sortie principale (niveau « Arrivée »). Ces derniers sont facilement identifiables : il s’agit de véhicules noirs tout terrain avec plaque minéralogique jaune. Ainsi, même si les propositions des « rabatteurs » - réellement ou apparemment homologués- ne manqueront pas, mieux vaut gentiment décliner leur offre et vous diriger vers les taxis conseillés.

15Pour le retour, notons enfin qu’en plus de se présenter au moins trois heures avant son vol, le chercheur devra prévoir de s’acquitter d’une taxe d’aéroport à sa sortie du pays –uniquement si son vol est international- qui n’est souvent pas incluse dans le montant de son billet d’avion. Elle est généralement fixée entre 150 et 165 BsF. par personne, payable uniquement en numéraire et en monnaie locale, mais il est bon de prévoir 200 BsF. afin d’éviter tout désagrément, d’autant qu’il n’est pas possible de retirer de bolivars avec une carte de crédit auprès d’un distributeur de billets de l’aérogare.

Le transport

16Caracas, pour le piéton ou l’usager des transports, c’est un concert incessant de klaxons, d’explosions de pots d’échappement et un ballet de motos permanent. Comment se repérer dans une ville aux indications signalétiques minimales et alors qu’on est le plus souvent dépourvu de plan ? Voici quelques conseils pour tirer parti d’une situation qui n’est en rien insurmontable. Dans la capitale, comme dans la plupart des villes vénézuéliennes, deux modes de transport s’offrent au visiteur étranger, l’un relativement bien organisé et l’autre plus chaotique (néanmoins fort pratique lorsque le chercheur connaît mieux la ville).

17En ce qui concerne la première option, la plus sûre et la plus confortable nerveusement (nous entendons par là que l’usager sait où il va arriver, enfin, à peu près !), trois types de transports sont envisageables : le métro, le métro-bus et les taxis (de préférence des taxis « de ligne » qui travaillent pour des compagnies bien identifiables sur les avis disposés sur les toits des véhicules).

18Pour ce qui est du métro, préferer les billets « multi-abono » qui comptent 10 passages (http://www.metrodecaracas.com.ve/​bol_tari/​boletos.html). Le métro-bus est également très pratique, notamment du fait de la multiplicité des « routes » (« rutas ») proposées qui complètent les itinéraires des trois lignes de métro. Néanmoins, il est conseillé de se rendre préalablement sur internet pour prendre connaissance des différentes lignes existantes ainsi que des arrêts qui les jalonnent (http://www.metrodecaracas.com.ve/​metrobus/​metrob.html). En effet, peu de stations affichent ces détails, également invisibles une fois dans le bus (il est préférable de demander au chauffeur de vous signaler votre arrêt (« parada »). Nous précisons enfin qu’en général, tous ces transports sont munis d’air conditionné (comme la majorité des lieux publics).

19D’autre part, il existe une autre façon de se déplacer à Caracas, plus informelle mais des plus répandues : les carritos ou busetas qui quadrillent Caracas d’une manière relativement efficace pour les fins connaisseurs de la ville. En effet, il s’agit de bus (parfois de mini-bus), généralement vétustes, qui ne possèdent pas d’arrêts fixes et dont les trajets sont indiqués sur le pare-brise. Il faut donc interpeller le bus en levant la main pour qu’il s’arrête et crier de sa plus belle voix « la parada por favor » pour qu’il s’arrête à l’endroit où vous le souhaitez. Au jour d’aujourd’hui, chaque « passage » coûte 1200 Bs soit 1,2 BsF., payables en montant ou en descendant du bus.

20Enfin, pour rester sur le thème de l’informalité en matière de transport, il convient d’aborder la question des « motos-taxis » et le phénomène des « motorizados ». Pour les chercheurs en quête de sensations fortes, l’option du moto-taxi est envisageable, mais nous la déconseillons (un retard n’est généralement pas rédhibitoire au Venezuela, inutile donc de se risquer à une telle excursion). Cela nous conduit à aborder le thème des usagers à deux roues en général, les « motorizados », rois de la circulation caraqueña, aussi irrespectueux du code de la route que les automobilistes et très loyaux envers leur corporation (en cas de problème, accrochage ou autre, éviter de riposter). Leur présence dans le trafic routier invite tout un chacun à se déplacer avec la plus grande prudence.

21NB : Lorsqu’il pleut, la ville se paralyse. Préférez alors l’option du métro, quitte à devoir marcher un peu. Les vendeurs de parapluie qui surgissent alors à chaque coin de rue vous rendront le trajet moins chaotique si la chaleur ambiante vous fait oublier le vôtre. Par ailleurs, si vous deviez vous déplacer exclusivement par transport routier, et cela afin d’éviter des heures de queue, commencez vos trajets de retour avant 17 heures.

La sécurité

22Le thème de la prudence routière nous ramène au problème de la sécurité. Vous l’aurez compris, le chercheur piétonnier caraqueño est quelqu’un de particulièrement attentif, vif, et qui sait s’imposer (les passages piétons sont rares) comme s’adapter (les trottoirs sont parfois inadéquats). Mais il doit également prendre en considération les zones à éviter.

23En ce qui concerne les zones à proximité des lieux d’intérêt pour le chercheur, le centre (autour de la Plaza Bolívar, métro Capitolio) est réputé peu sûr, surtout à cause de l’affluence que connaît habituellement la zone, rendant plus « faciles » les vols et agressions. Néanmoins, depuis peu, cette zone est plus tranquille suite au déplacement des buhoneros (vendeurs informels) et à la récupération partielle de l’espace public.

Vue de la Plaza Bolívar

Photo : A. Joffres. Retouches : Nohemy Marchan.

24Ensuite, si l’on se réfère au plan du métro donné plus haut, si vous n’êtes pas accompagné : sur la ligne 1, éviter d’aller au-delà des stations « Capitolio » et « Los Dos Caminos » ; sur la ligne 2, éviter de descendre entre les stations « Capuchinos » et « Antímano », de même entre « El Silencio » et « Parque Central » ; sur la ligne 3, éviter d’aller au-delà de la station « Los Símbolos ».

25En ce qui concerne la sécurité alimentaire, il est déconseillé de boire toute eau non filtrée. Dans les kiosques ou restaurants, préférer donc les sodas et autres boissons en canette ou bouteille (risquez-vous tout de même aux jus naturels qui sont délicieux). Il est également recommandé de faire attention à la nourriture délivrée dans la rue (très commun au Venezuela, mais parfois peu fraîche selon le lieu et l’heure de la journée, fiez-vous à votre instinct !).

26NB : En général, il est fortement conseillé de retourner à son lieu de résidence avant 18 heures ou aux alentours de cette heure, lorsque la nuit commence à tomber, par simple précaution. Bien évidemment, ce conseil est applicable en fonction de la zone où vous résiderez (si vous logez par exemple dans Chacao, Altamira ou Las Mercedes, vous pouvez vous permettre de rentrer plus tard sans problème). Quoi qu’il en soit, l’option des taxis de ligne est toujours valable.

27Aussi, mieux vaut laisser au placard tout signe extérieur de richesse (pas de bijoux de valeur, ni d’appareil photo ou de portable dernier cri ; en effet, l’ordinateur portable sera lui aussi bien mieux « chez vous », mais si vous vous déplacez en taxi, pourquoi ne pas le prendre…).

Lieux de recherche pour le chercheur américaniste

Les bibliothèques et hémérothèques

28A Caracas, les bibliothèques que consultent la majorité des chercheurs, professionnels ou étudiants, sont principalement : la Bibliothèque Nationale, la Bibliothèque Centrale de l’Université Centrale du Venezuela ainsi que la Maison d’Etude de l’Histoire du Venezuela « Lorenzo Mendoza Quintero », ces dernières étant relativement bien actualisées en matière d’œuvres et d’auteurs récents. De manière générale, ce sont là les seuls lieux où le chercheur pourra mener ses recherches dans de bonnes conditions à Caracas.

La Bibliothèque Nationale

29Fondée en 1833 et considérée comme la première Bibliothèque du pays, la Bibliothèque Nationale (BN), se situe au bout de l’avenue du Panthéon (zone du « Foro Libertador »), non loin du métro « Capitolio » (sortie « Esquina Bolsa »). Il s’agit d’un édifice moderne composé de trois étages  (chaque étage est désigné par le cygle « AP », soit « Ascensor-Piso ») ainsi que de trois sous-sols. La BN possède sept « Collections » ou « Salles de consultation » dans lesquelles le chercheur pourra localiser les documents souhaités. On distingue en particulier : la Collection Bibliographique Générale (Referencia y Libros y Folletos) située en AP 0 et AP 1 ; La Collection de Périodiques (Hemerográfica) en AP 1 ; la Collection de Publications Officielles en AP 1 ; la Collection Documentale Ancienne (AP 2) ; la Collection de Son et Cinéma en AP 3 et celle des Oeuvres Planes (cartographie) également située en AP 3. En tout état de cause, l’organisation de la BN peut  être visualisée sur sa page web : www.bnv.gob.ve

Vue de la Biblioteca Nacional

Source : http://www.araira.org. Retouches : Nohemy Marchan.

30Comme nous l’avons dit plus haut, la BN est la bibliothèque la plus complète et actualisée du pays. Elle rassemble effectivement autant les publications nationales qu’internationales ainsi que les thèses de troisième cycle et de doctorat. Elle possède également une très bonne salle spécialisée en « Livres Rares » (Bibliothèque Arcaya) que les employés s’appliquent à conserver en toute bienveillance. On soulignera également son système efficace de recherche automatisée dans une base de données nationale par nom d’auteur, par titre d’ouvrage, par thème ou bien par mot clef (LUIN). Ce système entre dans le cadre de l’automatisation du Réseau de Bibliothèques Nationales que contrôle la BN et s’avère être un outil très utile pour localiser les ouvrages dans l’ensemble des bibliothèques que compte la ville et le reste du pays. Cependant, un léger bémol à ce système de recherche « magique » : il arrive parfois qu’il ne réponde plus… Dans ces cas-là, soyez patients.

31Par ailleurs, depuis peu, la BN a amélioré de manière significative ses horaires puisqu’auparavant les chercheurs y avaient seulement accès de 8h30 à 17 heures du lundi au vendredi et de 9 heures à 12 heures le samedi. Ainsi, il est désormais possible de consulter les ouvrages et d’effectuer ses recherches de 8h30 à 19 heures en semaine, de 9 heures à 16 heures le samedi et le dimanche de 9 heures à 13 heures. Cependant, le chercheur devra effectuer ses recherches de préférence le matin ou jusqu’à 17 heures étant donné l’insécurité de la zone.

32Enfin, nous ne pouvons omettre ici de signaler la mauvaise attention prêtée par certains bibliothécaires aux usagers, en particulier lorsqu’il s’agit de consulter des ouvrages appartenant à la « Collection Bibliographique Générale » : selon l’humeur du jour, les responsables peuvent facilement faire attendre le chercheur au moins une demie heure, et lorsqu’il s’agit de consulter des livres localisés dans les sous-sols, il ne sert à rien de les demander puisque qu’en plus de faire attendre le chercheur, les bibliothécaires ne se donnent pas la peine d’aller vérifier la disponiblité de l’ouvrage ou de l’apporter. Mentionnons enfin l’accès restreint à certaines oeuvres comme les journaux antérieurs aux années 1960 du fait de l’interdiction d’en faire des photocopies et presque toujours d’en prendre des photographies. Par conséquent, le chercheur devra souvent dépenser des sommes non négligeables pour obtenir les images convoitées, à moins de s’adresser à une autre bibliothèque de périodiques (U.C.V. et Académie Nationale d’Histoire notamment).

Bibliothèque de la Casa de Estudio de la Historia de Venezuela “Lorenzo A. Mendoza Quintero”

33La Maison d’Etude de l’Histoire du Venezuela « Lorenzo Mendoza Quintero » est un lieu merveilleux : situé en plein centre de Caracas, il est parfait pour se déconnecter un peu de l’agitation de la ville, notamment parce qu’il présente la particularité de se présenter au public comme une « Bibliothèque-Musée ». Cette maison est entretenue par une fameuse entreprise privée familiale et nationale, Les Entreprises Polar, et se localise à l’angle des rue Veroes et Jesuitas, le long du boulevard Panteón Nacional. Ce lieu est ouvert au public du lundi au vendredi, de 9 heures à 16h30. Comme les Entreprises Polar possèdent une maison éditoriale dédiée en particulier à l’histoire du Venezuela ainsi qu’à celle touchant aux thèmes agro-industriels. Une librairie est également accessible dans l’enceinte de cette Maison.

Entrée de la Biblioteca de la Casa para el Estudio de la Historia “Lorenzo Mendoza Quintero”

http://eresuniversitario.com/​wp-content/​uploads/​2007/​08/​1casa.jpg. Retouches : Nohemy Marchan.

34Cette dernière date du milieu du XVIIIème siècle, et fut longtemps utilisée comme collège de la ville au XIXème siècle. En 1893, la famille Mendoza prit possession de la Maison et depuis 2001, suite à quelques travaux de restauration et à des fouilles qui se firent l’écho du passé domestique colonial et du XIXème siècle, elle a ouvert ses portes au grand public. De plus, il est possible de profiter tout au long de l’année, dans l’enceinte de ces lieux, de diverses expositions, concerts et cycles de conférences animés par divers chercheurs vénézuéliens.

35Enfin, comme nous l’avons suggéré, la « Casa Polar » ou « Casa Veroes » est une bibliothèque spécialisée sur le thème de l’Histoire du Venezuela et, bien qu’il soit interdit d’emprunter les livres, c’est un excellent lieu de consultation : en plus d’un cadre agréable, l’attention y est très bonne et le système de recherche est de grande qualité. Ce lieu possède en outre trois petites salles d’archives : les archives d’Uslar Pietri où sont conservées toutes les lettres d’Arturo Uslar Pietri, l’un des intellectuels les plus reconnus du XXème siècle vénézuélien (voir également les fonds de la « Casa Uslar Pietri » dans le quartier de « La Florida » : http://www.casauslarpietri.com/​html/​index.html); les archives de Rafael Briceño, l’un des acteurs vénézuéliens les plus remarquables du pays ; et enfin une collection de lettres de l’Ancien Vatican du Venezuela.

Bibliothèque Centrale de l’Université Centrale du Venezuela

36La Bibliothèque Centrale de l’Université Centrale du Venezuela (BCUCV), dont on peut admirer l’immense édifice rouge d’à peu près toute l’université, se situe au cœur du campus de la Cité Universitaire (métro « Ciudad Universitaria », sortie « U.C.V »). L’entrée de cette bibliothèque se situe au niveau de ladite « Plaza Cubierta », juste à côté de la salle de concerts et en face de la Salle « Francisco de Miranda » - ancienne Salle E. La BCUCV a été pensée pour les chercheurs et étudiants qui appartiennent à la communauté universitaire « uceviste ». Par conséquent, les horaires de consultation sont relativement étendus tout au long de la semaine et cela jusqu’au samedi (Voir la page suivante : http://www.sicht.ucv.ve:8080/​bc/​requisitos_horario.jsp). En revanche, pour les autres chercheurs, les jours et horaires de consultation se réduisent aux mardis et jeudis de 8 heures à 22 heures (penser à avoir sur soi au moins une carte d’identité, si possible une carte d’étudiant).

Façade de la Biblioteca Central de la U.C.V.

Retouches : Nohemy Marchan.

37La BCUCV est divisée en quatre salles où sont conservés la majorité des ouvrages de référence des différentes spécialités enseignées à l’UCV. La première, la Salle des Sciences Pures, se situe juste après la Salle des Expositions. Elle est principalement utilisée par les étudiants de Médecine, de Pharmacie, d’Ingénierie et d’Architecture. On distingue ensuite, les “Salles de Sciences Sociales I et II” qui se trouvent au premier étage et offrent toutes deux accès aux ouvrages clefs pour les étudiants de la Faculté de Sciences Economiques et Sociales (édifice « FACES »), de la Faculté d’Humanités et Education (FHE), et de celle de Sciences Juridiques et Politiques. La Salle des Humanités se situe quant à elle au sous-sol et contient des livres de Philosophie et de Lettres. Afin de consulter à distance la base de données de la BCUCV, voir : http://150.185.68.13/​cgi-win/​be_alex.exe?nombrebd=bibcentral&pie=0 (des ordinateurs sont également disponibles sur place à cet effet).

38La Salle de périodiques (« Hemeroteca » : revues nationales, revues scientifiques spécialisées et presse) se situe au troisième étage. Dans cette salle, le chercheur aura accès à quasiment toute la presse vénézuélienne digitalisée, en particulier celle du XXème siècle. Actuellement, la majorité des microfilms mis à disposition dans cette salle sont hors d’usage, d’où une attente prolongée pour utiliser les machines en bon état de marche. Pour plus d’informations, il est conseillé de consulter sa page web : http://www.sicht.ucv.ve:8080/​bc/​bdh.jsp.

39Enfin, les salles consacrées aux Livres Rares ainsi qu’aux Sources Officielles, Périodiques et Thèses, se trouvent au quatrième étage. Dans les salles des deux étages que nous venons de décrire et qui présentent le plus d’intérêt pour le chercheur, les documents ne peuvent sortir, mais il est possible d’effectuer des photocopies dans ces salles mêmes.

40L’une des particularités de la BCUCV est que chaque chercheur a la possibilité de consulter les livres directement dans les différentes salles. Le système de prêt « circulaire » en vigueur autorise à consulter trois exemplaires par usager. Il est donc toujours appréciable de pouvoir compter sur un ami ou professeur de l’UCV qui puisse avoir la gentillesse de solliciter un prêt pour vous. Précisons par ailleurs que le service est très bon au sein de la BCUCV qui a pour habitude d’employer des étudiants stagiaires. Néanmoins, il n’est pas rare qu’en cas de problème, quel qu’il soit, la bibliothèque ferme durant plusiseurs heures ou même des jours entiers !

41Enfin, dans l’enceinte de l’Université, chaque faculté possède une bibliothèque centralisée (ouvrages, revues spécialisées, thèses et travaux d’avancement de professeurs) et certaines œuvres sont uniquement disponibles dans ces bibliothèques et non pas dans la BCUCV. Malheureusement, il n’existe encore aucune de base de données centralisée de toutes ces bibliothèques, mieux vaut donc se familiariser avec celles qui offrent un intérêt spécifique par rapport au thème de sa recherche. Pour plus de précisions concernant ces diverses bibliothèques, voir http://www.sicht.ucv.ve:8080/​bc/​usias2.jsp#cjp où elles sont toutes mentionnées.

Autres bibliothèques spécialisées d’intérêt

La Bibliothèque “Lorenzo Mendoza Fleury” de l’IESA

42La Bibliothèque “Lorenzo Mendoza Fleury” de l’Institut d’Etudes Supérieures d’Administration (IESA), située sur les hauteurs de la zone dénommée “San Bernardino” (http://www.iesa.edu.ve ; accessible en carrito puis Métro-bus), est une bibliothèque spécialisée en matière d’administration, de politique publique, d’économie et autres domaines reliés à ces thèmes. Cette bibliothèque est en libre accès pour les usagers de l’IESA, ce qui n’est pas le cas pour le chercheur extérieur à cette institution qui se verra facturer une carte afin d’accéder aux salles de consultation. Notons que la reproduction de documents est limitée. Le contenu de sa base de données est consultable via le site suivant : www.iesa.edu.ve/index.php?option=com_content&task=view&id=137&Itemid=186. La bibliothèque est ouverte du lundi au jeudi de 7h30 à 18 heures (Pour plus d’informations, voir : www.iesa.edu.ve/index.php?option=com_content&task=view&id=128&Itemid=196)

La Bibliothèque “Ernesto Peltzer” de la Banque Centrale du Venezuela

43Cette bibliothèque est spécialisée dans les domaines de l’économie et des finances. Elle se situe à l’angle Mijares, Plaza Juan Pedro López, niveau « Mezzanina 2 » (derrière la Tour Financière de la Banque Centrale du Venezuela) et est ouverte du lundi au vendredi, en fonction des horaires de la BCV, de 8 heures à 15h30.

44Elle possède une Salle de Référence où il est possible de consulter les Mémoires de l’Etat vénézuélien et des Ministères, les Gazettes Officielles et les publications statistiques de l’économie nationale. La Salle d’Ouvrages Généraux renferme les oeuvres liées à l’économie ainsi que des livres anciens allant du XVIème au XIXème siècle.

45Cette bibliothèque compte également une section consacrée aux périodiques (“hemeroteca”) où sont conservées des revues spécialisées en Economie et Finances, des coupures de journaux (depuis la fondation de la Banque Centrale du Venezuela) de la  presse nationale et internationale. Il est possible de consulter sa base de données sur la page web suivante : http://www.bcv.org.ve/​biblioteca/​biblioep.htm.

La Bibliothèque de l’Académie Nationale d’Histoire

46La bibliothèque  de l’ANH est située dans le magnifique « Palacio de las Academias », Av. Universidad, Bolsa a San Francisco, près de l’Assemblée Nationale du Venezuela (pour l’usager du métro, descendre à l’arrêt « Capitolio » de la ligne 1, sortie « Esquina Bolsa » ; à l’entrée, se présenter muni de sa carte d’identité et demander que l’on vous indique le service souhaité).

Vue du Palacios de las Academias

Photo : A. Joffres. Retouches : Nohemy Marchan.

47Comme le mentionne son site Internet (http://www.anhvenezuela.org), cette bibliothèque  possède une Salle de Référence ainsi qu’une Salle de Livres et Notices (« Folletos »). Néanmoins, son contenu est relativement limité et peu commode pour le chercheur qui serait pressé par le temps puisqu’elle ne compte pas de base de données informatisée entièrement consacrée à ses propres ressources. En effet, sur place, le chercheur devra se contenter d’un système de fiches manuscrites « à l’ancienne », classées par auteur et par thème et que d’aucuns qualifient d’incomplet. Depuis un peu moins de six ans, il est heureusement possible d’effectuer des photocopies. En revanche, les horaires relativement réduits sont quelque peu handicapants : les consultations s’effectuent du lundi au vendredi, de 8h45 à 13h45, excepté le jeudi, jour réservé aux universitaires de l’Académie. Ainsi, du fait de ces diverses contraintes, le chercheur préférera consulter la BN ou bien la BCUCV.

48La bibliothèque de périodiques de l’ANH (Hemeroteca) est quant à elle l’endroit idéal pour celui qui recherche des coupures de presse des XIXème et XXème siècles, mais une fois encore, on regrettera l’absence d’une base de données informatisée. Une des conséquences est que ce lieu est déserté par la plupart des chercheurs vénézuéliens eux-mêmes, le plus souvent ignorants des précieuses ressources qu’il offre. Il n’est donc pas difficile d’imaginer le sort que lui réserve souvent le chercheur étranger… Néanmoins, il convient de saluer l’effort du très serviable bibliothécaire, maître des lieux, qui a réalisé une base de données manuscrite permettant de se faire une idée plus précise des divers contenus consultables.

Les archives historiques

49Il existe six principaux dépôts d’archives à Caracas pour les historiens, ainsi qu’un septième en cours de création. Ces archives sont généralement ouvertes au public en semaine, du lundi au vendredi.

Archivo General de la Nación “Francisco de Miranda”

50L’Archivo General de la Nación “Francisco de Miranda” (AGN), est situé en face de la Bibliothèque Nationale, au bout de l’avenue Panteón (métro Capitolio, sortie “Esquina Bolsa”, puis marcher en direction du Panthéon, l’édifice de l’AGN se trouvant à sa droite). L’édifice en question possède le nom même de ces archives (voir photographie) et la salle de consultation se trouve au premier étage, accessible après le passage d’un poste de sécurité où vous indiquerez la raison de votre venue et laisserez vos données personnelles (dont votre numéro de carte d’identité). L’AGN est ouvert au public de 9 heures à 16h30.

Façade de l’Archivo General de la Nación “Francisco de Miranda”

Photo : A. Joffres. Retouches : Nohemy Marchan.

51Ce dépôt représente l’entité fondamentale du Système National des Archives. En effet, les documents conservés au sein de cette institution constituent presque intégralement la mémoire du pays. En particulier, on y trouve des collections très complètes, uniques, dont certains documents datent du XVIème siècle. Citons par exemple : le fonds consacré à la Colonia (période 1535-1810, composé notamment des sections : politique et gouvernement, fiscalité et comptes, « cabildos », propriété et questions liées à la terre et au commerce, Eglise, indigènes et questions sociales) ; celui traitant de la « Revolución y Gran Colombia » (composé de 8 sections portant sur l’organisation, les changements politiques, administratifs et territoriaux du pays… jusqu’en 1830) ; celui dédié à la période de la República (documents réunis à partir de 1830 organisés en 32 sections). Enfin, mentionnons qu’il existe également une collection intitulée « Traslados », composée de 38 sections réunissant des copies de certains documents originaires d’archives de divers pays étrangers. Pour plus de précisions quant au contenu des diverses collections, voir www.agn.gob.ve (rubrique « Patrimonio documental »).

52Par ailleurs, l’AGN possède le grand avantage d’avoir à son service un personnel hautement qualifié en matière de traitement et de conservation des documents. Ajoutons qu’en plus de posséder la plus grande quantité de documents du pays, l’Etat vénézuélien a récemment investi des fonds importants dans la maintenance du lieu et dans le déplacement de son ancien siège (« Esquina de Carmelitas- Av. Urdaneta », en face de la Banque Centrale du Venezuela) vers le nouveau site que vous venons d’indiquer.

Archivo Histórico de Miraflores

53L’adresse de l’Archivo Histórico de Miraflores(AHM) est la suivante : « Av. Urdaneta, Miraflores a Bolero, Palacio de Miraflores, Edificio Administrativo, Sótano 2 ». Pour pouvoir accéder à ces archives, il est nécessaire de s’identifier à l’entrée du Palai de Miraflores. L’AHM est ouvert du lundi au vendredi, de 9 heures à 16h45.

54

Archivo Histórico de Miraflores

Source : http://archivologo.blogcindario.com/​2006/​05/​00162-archivo-historico-del-palacio-de-miraflores.html. Retouches : Nohemy Marchan.

55Ces archives regroupent l’ensemble de la mémoire politique du XXème siècle. Il est notamment possible de consulter les documents publics et privés des présidents des XXème et XXIème siècles, depuis leurs discours originaux jusqu’aux télégrammes dont certains passèrent entre les mains des différents mandataires. Autre particularité intéressante de l’AHM, sa merveilleuse collection de photographies provenant de tout le pays.

56Pour plus de précisions sur le fonctionnement de l’AHM, se référer à la page Internet suivante : www.presidencia.gob.ve/archivo_resena.html.

Archivo Arquidiócesano de Caracas

57L’Archivo Arquidiócesano de Caracas (AAC) est situé dans l’enceinte du « Palacio Arzobispal », entre les « esquinas » des rues Monjas à Gradillas (pour l’usager du métro, descendre à la station Capitolio, sortie “Esquina Bolsa” et monter jusqu’à la Plaza Bolívar). L’AAC est accessible au public du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30.

Vue du Palacio Arzobispal de Caracas

Source : http://upload.wikimedia.org/​wikipedia/​commons/​thumb/​9/​9a/​Palacio_Arzobispal,_Caracas.jpg/​250px-Palacio_Arzobispal,_Caracas.jpg. Retouches : Nohemy Marchan.

58Afin d’avoir accès à ces archives, il est nécessaire de s’inscrire sur le registre d’entrée, de régler un montant de 10 BsF., de fournir deux photographies d’identité et deux photocopies de la Carte d’Identité (par mesure de précaution, prévoir au moins un exemplaire de plus de chaque document demandé).

59Enfin, l’AAC est le lieu idéal pour les chercheurs ayant pour thème de recherche la vie quotidienne et l’histoire des mentalités au Venezuela. Sa riche collection de documents permet effectivement d’étudier de nombreux aspects du passé privé de la société vénézuélienne. Il possède une base de données réalisée par le Frère Jaime Suria et tenue à jour depuis 1959.

Archivo del Libertador

60L’Archivo del Libertador(AL) appartient à l’Académie Nationale d'Histoire. Ces archives sont situées sur l'Avenue Universidad, « esquina de Traposos » (métro « Capitolio », sortie “Esquina Bolsa” et marcher jusqu'au “Pasaje Zing”) et sont ouvertes du lundi au vendredi, de 8h30 à 14 heures.

61L’AL permet au chercheur d'accéder à une bonne partie de l'information concernant la vie publique et privée de Simón Bolívar, laquelle est classée en 283 tomes sur lesquels veillent avec attention les chercheurs en charge de leur conservation (voir notamment la page web : www.anhvenezuela.org).

62Il faut ajouter que ces archives sont certainement les plus modernes du pays en termes de préservation et de conservation des documents. Elles possèdent en effet un coffre renfermant les documents à une température adéquate afin de préserver notamment des écrits du Libertador. Le groupe de chercheurs qui gère ces fonds est souvent d'une aide précieuse.

Archivo de la Academia Nacional de la Historia

63L’Archivo de la Academia Nacional de la Historia (AANH) est situé au premier étage du « Palacio las Academias », sur l’Av. Universidad, Bolsa a San Francisco, dans l’edifice de l’ANH précédemment cité. Ces archives sont ouvertes au public du lundi au vendredi, de 8h45 a 14 heures.

64L’AANH possède une très bonne collection de documents correspondant aux périodes coloniale et de l’Indépendance ainsi qu’au XIXème siècle. Pour les chercheurs vénézuéliens, ces archives comptent parmi les plus importantes du Venezuela. Ses diverses collections, dont les documents vont du XVIème au milieu du XIXème siècle, font de l'AANH un centre de recherche clé. Pour plus de précisions sur le contenu des collections, se référer à la page suivante : www.anhvenezuela.org.

65Enfin, il est important de préciser que le service est excellent : les responsables et chercheurs travaillant dans ce dépôt sauront aussi bien vous orienter que vous aider dans l’utilisation du système de recherche situé dans le Département de recherche de l'ANH.

Archivo de Miranda

66L’Archivo de Miranda (AM) se situe également au sein du « Palacio de las Academias », dans l’enceinte de l’ANH et est ouvert de 8h45 à 14 heures.

67Ces archives regroupent toute la mémoire politique et sociale du Généralissime Francisco de Miranda, laquelle se compose de 63 grands volumes conservés par Miranda durant les quarante années qu’il passa en Europe. Conservé dans un coffre spécial, l’AM renferme les carnets de voyage, les écrits se référant à la Révolution francaise ainsi qu'aux négociations que le Généralissime réalisa (pour de plus amples informations, voir : www.anhvenezuela.org).

68Notons que ces archives sont très bien surveillées et conservées par les employés (souvent eux-mêmes chercheurs) de l'ANH. Par exemple, depuis 2006, le travail de numérisation de l’intégralité de l’oeuvre de Miranda est en cours. Aussi, en juin 2007, l’UNESCO a-t-elle déclaré ces archives “Registre de la ‘Mémoire du Monde’”, en accord avec les critères du Programme Documentaire Mondial.

Archivo Central del Ministerio de Relaciones Exteriores (Actualmente Ministerio del Poder Popular para las Relaciones exteriores)

69L' Archivo Central del Ministerio de Relaciones Exteriores (ACMRE)est situé à l’intérieur de ladite « Casa Amarilla », entre les “Esquinas de Principal a Conde” (métro Capitolio, sortie “Esquina Bolsa”). Il ouvre ses portes au public du lundi au vendredi, de 9 heures à 16 heures.

70L'ACMRE renferme tous les documents actuellement consultables concernant la diplomatie vénézuélienne. Ces derniers sont en parfait état de conservation et leur classification est relativement efficace, notamment parce que l'ACMRE possède des index inédits ainsi qu'une Cartothèque où reposent les cartes coloniales, territoriales et frontalières du Venezuela.

Archivo Histórico del Concejo Municipal (Alcaldía del Municipio Bolivariano Libertador)

71L’Archivo Histórico del Concejo Municipal de Caracas (AHCM) est situé dans l'enceinte du magnifique Palai du Conseil Municipal de Caracas (actuellement siège de la Mairie du “Municipio Bolivariano Libertador y Museo Caracas”), juste en face de la place Bolívar (métro Capitolio, sortie “Esquina Bolsa”). Ces archives sont ouvertes du lundi au vendredi, de 9 heures à 16 heures.

Façade du Palacio del Consejo Municipal de Caracas

Photo : A. Joffres. Retouches : Nohemy Marchan.

72L’AHCM renferme la documentation concernant les Ordonnances municipales ainsi que les Actes de “Cabildo” depuis la fondation de Caracas jusqu’à nos jours. Malheureusement, ces archives ne possèdent pas de base de données ou autres index.

Archivo de la Revolución

73Rattaché au Ministère du Pouvoir Populaire pour la Culture et aux Archives Générales de la Nation, l’Archivo de la Revolución est actuellement en cours de création. Il est prévu qu’il fonctionne dans les murs de l’AGN « Francisco de Miranda », avec le même système de recherche.

74Ces archives devraient ouvrir au public courant 2009 puisque, selon ses responsables, leur base de données a récemment atteint l’objectif de 40000 documents classifiés relatant les diverses luttes du peuple vénézuélien depuis les années 1930 jusqu’au début des années 2000. Pour plus de précisions, visiter la page Internet suivante : http://agn.gob.ve/​Archivo+de+la+Revoluci%C3%B3n.

La Fundación John Boulton: Una casa-museo con retazos de la memoria de Venezuela

75La Fondation John Boulton (FJB) est située à la fin de l'Avenue Panteón, sur le Foro Libertador, entre le Panthéon National et l’Archivo General de la Nación “Francisco de Miranda”. La FJB est actuellement en cours de restructuration, avec le déménagement de son ancien siège –“Esquina El Chorro”. Ces archives de grand intérêt, qui concernent notamment l’ancien président Antonio Guzmán Blanco, ne sont donc pas à la disposition des chercheurs. La FJB est ouverte au public du lundi au vendredi, de 9 heures à 15h30.

76Par ailleurs, dans l'enceinte de son nouveau siège, la FJB a créé une “maison-musée” qui devrait bientôt devenir un lieu magnifique pour effectuer des recherches portant sur le XIXème siècle.

77En outre, le chercheur pourra librement accéder à l’exposition permanente qui réunit certains des plus importants documents ou objets que possède la FJB, dont : la main de la statue d’Antonio Guzmán Blanco intitulée “El Saludante” et une collection de monnaies et billets allant de l'époque coloniale au XXème siècle.

  1. Autres lieux d’intérêt

    1. Centres de Recherches Historiques

La Fondación Centro Nacional de Historia

78Le Centre National d'Histoire (CNH) a été fondé en 2007 sous l'initiative du Ministère du Pouvoir Populaire pour la Culture. Il s'agit principalement d'un centre de divulgation et de recherche historique dont l'un des principaux axes est la “démocratisation de la mémoire” pour la construction d'une nouvelle nation vénézuélienne.

79Il possède une revue gratuite, Memorias de Venezuela, qui regroupe surtout des articles liés à « l'histoire-patrie » ou à l'histoire sociale vénézuélienne et latino-américaine.

80Corollaire de l'orientation “théorique” du CNH, l'accent est mis sur la reconnaissance des minorités et l'inclusion du peuple vénézuélien dans l'Histoire “totale” du Venezuela. A ce propos, il convient de préciser qu'il s'agit d'une institution destinée à légitimer, par le biais des discours historiques, le discours officiel du gouvernement national, et cela à travers la reconnaissance du peuple comme protagoniste et créateur de la société vénézuélienne.

81Enfin, le CNH coordonne également le projet de Musée National d'Histoire. Son président est le Dr. Arístides Medina Rubio.

82Le CNH se situe au rez-de-chaussée de l'édifice de l'AGN, juste à côté du Panthéon National (d'identifier à l'entrée) ; tél : +58 (0212) 5095826. Page web: www.cenhisto.gob.ve

Instituto de Estudios Hispanoamericanos (U.C.V.)

83Fondé en 1952, cet institut a pour objectif de créer de la connaissance historique à travers ses publications –comme par exemple sa revue Ensayos Históricos– ainsi que ses axes de recherche, lesquels se concentrent sur : l’histoire de la Santé, l’histoire Politique, l’histoire régionale et locale, l’histoire économique, l’histoire des élites caraqueñas des XVIIIème et XIXème siècles.

84Une partie des chercheurs de l’IEH enseigne en deuxième (pregrado et postgrado) et troisième cycles (doctorat) au sein de l’U.C.V. Cet institut, rattaché à la Coordinación de Postgrado de la Facultad de Humanidades y Educación, est ouvert de 9 heures à 16 heures. Actuellement, sa direction est assurée par le Dr. Fabricio Vivas Ramírez.

85Adresse : Centro Comercial Los Chaguaramos. Piso 3. Téls. : +58 (212) 6930502 et 6930806. Code Postal : 47.479 Z.P. 1041-A.

Instituto de Investigaciones Históricas - “Bolivarium” (U.S.B.)

86Le Bolivarium fut crée en 1974 par décret du président de la République dans le but de promouvoir l'étude, la recompilation et la diffusion des documents de Simón Bolívar. A ce jour, cette institution a été transformée en Institut de Recherches Historiques de l'Université Simón Bolívar.

87Le “Bolivarium” possède une bibliothèque relativement complète ou sont regroupées, en plus de sa propre revue, Anuarios de Estudios Bolivarianos, nombre de revues nationales et étrangères spécialisées en histoire. On distingue deux axes principaux de recherche : l'histoire politique et l'histoire intellectuelle ; voir notamment www.bolivarium.usb.ve. Ce centre est actuellement dirigé par la Dra. Carole Leal Curiel.

88Cet Institut de Recherches est situé au coeur de l'U.S.B., sur les hauteurs sud de la ville (un peu difficile d'accés si vous résidez dans le centre de Caracas ; des transports partent de Chacaíto), Edificio de la Biblioteca Central, Calle Inglesa, Nivel Jardín ; Email: bolivari@usb.ve

Instituto de Investigaciones Históricas “P. Hermann González Oropeza, sj” (U.C.A.B.)

89Cet institut est un organisme appartenant à la Faculté d’Humanités et d'Education de l’Université Catholique Andrés Bello. Depuis sa création, l'IIH-UCAB se consacre à la recherche historique et culturelle du sous-continent. A ce titre, l'IIH possède une revue de recherches historiques, Montalbán, ainsi qu'une bibliothèque relativement bien actualisée que les étudiants de troisième cycle, de doctorat et autres chercheurs, peuvent consulter de 9 heures à 20 heures.

90Ses spécialités sont les suivantes : histoire des mentalités, histoire de la linguistique au Venezuela, histoire des Eglises au Venezuela, histoire de la famille et du genre en Ibéro-Amérique, histoire territoriale et histoire les relations diplomatiques du Venezuela et de l'Amérique latine.

91Enfin, notons que les chercheurs de l'IIH-UCAB appartiennent au corps enseignant des deuxième et troisième cycles de la U.C.A.B et qu'il est dirigé actuellement par le Dr. Elías Pino Iturrieta.

92Adresse : Urb. Montalbán (juste á la sortie du métro “Antímano”). UCAB. IIH-UCAB Edificio de Postgrado, PB, tél : +58 (212) 4074171. E-mail : epino@ucab.edu.ve

Les librairies

93A Caracas, le monde des librairies est relativement réduit. Actuellement, du fait de la situation de contrôle des changes, rares sont les maisons d'édition dont les ouvrages parviennent jusqu’à ces librairies. Cependant, il existe des “classiques” qui sont un passage obligé tant pour le chercheur caraqueño que pour celui en transit dans la capitale vénézuélienne.

94Ces librairies sont généralement ouvertes du lundi au samedi de 10 heures à 16 heures.

95La page Internet suivante permettra au chercheur d'accéder à une liste relativement exhaustive des librairies qui ont pignon sur rue à Caracas et de compléter toute information nécessaire qui n'apparaîtrait pas dans ce guide pour des raisons de concision : http://www.relectura.org/​cms/​content/​blogcategory/​20/​42/​

Les “classiques”:

  • Noctua

96La librairie Noctua est gérée par le libraire Andrés Boersner. Elle est située à l’intérieur du centre commercial « Centro Plaza » de Altamira, au niveau 4 (« nivel avenida »), Los Palos Grandes (pour l’usager du métro, descendre à la station « Altamira », sortie « Plaza Francia » et marcher vers ce centre commercial) ; tél : (0212) 2856677.

  • Alejandría I, II y III

97La librairie Alejandría I est tenue par Alexis Maulen et se trouve à l’intérieur du Centre commercial “Cada”, Avenida Principal de Las Mercedes (accessible en métro-bus) ; tél : (0212) 9930325 et 9914875.

98La Alejandría II est quant à elle gérée par le libraire Rodnei Caseres et se situe dans le Centre commercial “Paseo Las Mercedes », tél : (0212) 9910546 et 9936966.

99La Alejandría III se situe en revanche à l'intérieur du Centre commercial Chacaíto (métro «Chacaíto»), étage principal, Caracas, tél : +58 (212) 952.11.04 / 952.10.93.

Entrée de la librairie Alejandría III

Photo : A. Joffres. Retouches : Nohemy Marchan.

  • Librería Suma

100La librairie Suma est agréablement tenue par Helena Betancourt. C’est l’une des principales et des plus importantes librairies de Caracas. Elle est située au début du boulevard de Sabana Grande (l’usager du métro descendra à la station “Plaza Venezuela” et remontera ledit boulevard, la tour de la Previsora dans le dos) ; tél : (0212) 7624449.

101Face à l’inconvenance et à l’anarchie que représentèrent les buhoneros anciennement installés le long du boulevard “Sabana Grande” jusqu’en 2005, la famille d’Helena Betancourt a décidé d’ouvrir une autre librairie dans un local différent en janvier 2006. Nommée “Summa”, cette librairie peut être considérée comme une succursale de l’actuelle “Suma” ; elle est située à l’intérieur du Centre commercial Concresa, premier étage, local 329, Prados del Este ; tél : (0212) 9753152 et (0212) 9754448.

  • Fondo de Cultura Económica

102Cette librairie est le point de distribution, pour le Venezuela, des plus importantes maisons d’édition mexicaines et latino-américaines comme par exemple Fondo de Cultura Económica, Editorial Porrúa ou encore Siglo Veintiuno Editores. Il en existe deux succursales à Caracas : l’une située à l’intérieur de la Tour Polar (métro « Plaza Venezuela », Local E, PB (tél : 0212-5744753) et l’autre à l’angle de l’Avenue Solano López et de l’av. Las Delicias (non loin de « Sabana Grande » et de la tour Previsora) ; tél : (0212) 7626796.

  • Libreria

103L’intérêt de cette librairie est qu’il est possible d’y acquérir à la fois des ouvrages neufs et de seconde main. Elle est gérée par Ignacio Alvarado et est située entre l’avenue Nueva York et l’avenue París dans le quartier de Las Mercedes ; tél : (0212) 9932841. Voir notamment son site Internet : www.libroria.com

  • Librería Estudios

104Cette librairie, où vous serez reçu par Javier Marichal, se situe sur l’Avenue Santa Teresa, à l’angle avec l’Avenue des Chaguaramos, Edificio Cerpe PB, La Castellana (Derrière le Centre commercial San Ignacio, métro Chacao) ; tél : (0212) 2646005.

  • Librería Ludens I

105Cette librairie est située à l’intérieur de la Tour Polar, local F, Plaza Venezuela (près du métro « Plaza Venezuela », en direction de la U.C.V) ; tél : (0212) 5761615.

      1. Les insolites

106Dans une ville (et un pays) où règne l’« informalité », nous ne pouvions omettre de mentionner certains lieux atypiques dans lesquels il fait bon s’attarder et qui réservent bien souvent découvertes et surprises.

  •  El pasillo de los libros de la Universidad Central de Venezuela

107Ce “couloir” se situe au coeur de l’Université Centrale du Venezuela et permet de faire le lien, selon nous, entre le “classique” et l”insolite”. Tout le monde connaît cet endroit où les livres, récents ou anciens, se vendent avec une remise d’environ 10% par rapport au prix du marché. Que vous veniez du métro (« Ciudad Universitaria ») ou à pied depuis Plaza Venezuela, n’importe qui saura donc vous l’indiquer dans l’enceinte de l’U.C.V.

108Le long de ce couloir, en face de ces petits kiosques où se vendent livres et autres matériels d’utilité pour tout étudiant et/ou chercheur (DVD, CD-Rom, matériel scolaire, papeterie, etc.), l’on distingue également plusieurs services de photocopies bon marché.

  • « La Gran pulpería del libro »

109Un autre de ces lieux si particuliers se trouve dans Chacao. Son adresse précise est: « Tercera avenida de Las delicias de Sabana Grande, con avenida Solano López, Edif. José Jesús, piso 2 ». Téléphone et mél : (0212) 7622779 ; granpliv@cantv.net.

Entrée de la « Gran pulpería del libro »

Photo : A. Joffres. Retouches : Nohemy Marchan.

110Le nom de « pulpería » désignait autrefois tout commerce de type droguerie et le nom est resté pour désigner ce lieu singulier qui croule littéralement sous les livres en tous genres. Le service laisse néanmoins fortement à désirer et mieux vaut ne pas y passer à l’heure du déjeuner : la pulpería ne ferme pas, mais on vous servira à reculons et d’une manière assez désagréable. Autre précision utile : la plupart des ouvrages disponibles en librairie sont bien plus chers à la pulpería. Le chercheur s’y rendra donc plutôt pour voyager dans le temps et dégotter des ouvrages ou feuillets que l’on ne rencontre, il est vrai, nulle part ailleurs, y compris des documents originaux.

  • Le « Puente de las Fuerzas Armadas »

111Ensuite, en sortant des archives du centre, allez flâner du côté du « Pont des Forces Armées » (esquina av. Urdaneta y Plaza España ; métro le plus proche : « La Hoyada » ; accessible en carritos passant sur les av. Urdaneta), où règne un joyeux désordre organisé qui peut lui aussi réserver de belles surprises en matière livresque!

  • Paseo « Anauco »

112Enfin, en empruntant la sortie « Avenida México » du métro « Bellas Artes », vous trouverez, sur le « paseo Anauco », quelques petits kiosques aux prix très intéressants où il est possible de dénicher aussi bien de l’ancien que du neuf.

Les chaînes de librairies

113En général, et cela bien que les centres commerciaux de la ville ne paraissent pas les lieux les plus propices à l’intellectualité, il est possible de se rendre dans :

  • Tecni-Ciencia Libros

114Ces librairies se situent dans divers centres commerciaux de Caracas. Nous recommandons de visiter leur site Internet : www.tecniciencia.com

  • Librerías Nacho

115On trouve également des librairies de ce type dans plusieurs centres commerciaux comme : Centro Comercial Sambil (métro “Chacao”), Centro Comercial Ciudad Tamanaco (CCCT) (métro-bus), Centro Comercial El Recreo (métro “Sabana Grande”), Centro Comercial Boleíta Center, Centro Comercial Lido (métro “Chacaito”), Centro Comercial El Marqués et le Centro Comercial Santa Fé (métro-bus arrêt “Santa Fé”).

  • Librerías VDL Books

116Gérée par Denisse Martínez, cette librairie est située dans le Centre commercial Sambil de Chacao ; téls. : (0212) 2633048 et 2633551.

  • Librerias del Sur

117Il s’agit d’un réseau de librairies financé par l’Etat. Il existe des points de vente à peu près dans toutes les grandes stations de métro, de même que sur les grands axes commerciaux de la ville. On y trouve tous les livres publiés par le Ministère du Pouvoir Populaire pour la Culture ainsi que ceux publiés aux éditions du « El Perro y la Rana ». Pour plus de détails, voir la page Internet suivante : http://201.208.244.15:8888/​fundacion/​index.php?option=com_content&view=article&id=47&Itemid=30.

    1. Les cyber-cafés

118Si vous n’avez pas la chance de pouvoir utiliser Internet dans votre lieu de résidence, pas de panique, Caracas est plutôt bien achalandée en terme de Cybers-Cafés. En principe, il y en a au moins un dans chaque centre commercial de la ville (Sambil, Recreo, Lido, San Ignacio, etc.), donc dans les zones situées en centre-ville ou à l’Est (zones les plus sécurisées de Caracas).

119Par exemple, nous recommandons le Cyber Café Madrid, (Internet café, machines fixes et Wifi) ; adresse : Avenida Libertador, Centro Comercial Sambil, Nivel Acuario, Plaza El Arte, Chacao ; +58 212 267 1866 / +58 212 267 8326 : ouvert de 10 heures à 21 heures ; ou encore le Auyama Internet Phones and Café, près du San Ignacio, qui offre de multiples services en plus d’un lieu de travail et de consultation agréable. Pour plus de précisions, voir : http://www.auyamainternet.com/​contacto.htm

120NB : Puisque nous sommes dans le domaine de la communication, notons que les « centres d’appels ambulants » et informels que vous pourrez rencontrer dans toute la ville, notamment à la sortie du métro, proposent des tarifs très intéressants, que vous ayez à appeler des téléphones fixes ou bien des portables. Si votre séjour est relativement court, il est donc conseillé de passer par ce biais. Dans le cas contraire, l’achat d’un téléphone portable (celular) devra être envisagé.

121Après l’effort, le réconfort!

Où et comment se restaurer à Caracas ?

122Pour le chercheur étranger, la ville peut apparaître comme un “collage” de saveurs. Caracas possède en effet une variété importante de types de cuisine (nationale et internationale), depuis les endroits très onéreux jusqu’aux très bon marché (pour plus de précisions, voir par exemple la page Internet du guide Miroc Popic, www.miropopic.com/gastronomica).

123Tout d’abord, l’est de Caracas – facile d’accès et sûr – est la zone où se situent généralement les restaurants les plus coûteux de la ville ; en particulier dans les quartiers de Las Mercedes, Altamira et los Palos Grandes. La plupart d’entre eux sont spécialisés en cuisine étrangère (espagnole, française, grecque, italienne, entre autres), cuisine dite « d’auteur » (cocina de autor, dont une partie se concentre sur la nouvelle cuisine) et ce que l’on appelle la « haute cuisine vénézuélienne », véritable cuisine criolla. On trouve aussi des restaurants typiquement vénézuéliens assez économiques. En effet, de l’autre côté de la ville, et plus spécialement dans le centre (donc aux alentours des principaux dépôts d’archives et autres lieux de consultation de documents), les restaurants offrent dans leur grande majorité de la cuisine vénézuélienne souvent “casera”, délicieuse et saine pour les personnes qui ont à manger dans la rue de manière quotidienne. Distinguons en particulier une très bonne zone gastronomique située à l’Ouest de Caracas : La Candelaria, dont la réputation n’est plus à faire en matière d’excellentes « tascas » et restaurants (cuisine basque et galicienne).

124Dans le reste de la ville fleurissent les “areperas” qui représentent certainement les véritables restaurants de cuisine typiquement vénézuélienne. Entrer dans une arepera, c’est donc approcher la culture gastronomique du pays au plus près. Dans ces restaurants, il est possible de savourer, entre autres : des “Arepas” (pain ou plat à base de maïs, fourré de multiples manières), des “Cachapas” (sorte de crèpe à base de maïs doux – jojoto – généralement sucrée et accompagnée de fromage frais “de mano” ou “guayanés”), un “Pabellón” (considéré comme le plat national, le Pabellón  consiste en une portion de viande – carne mechada –, une autre de riz, de haricots noirs (caraotas negras) ainsi que de fines tranches de bananes frite –plátano maduro –appelées “tajadas”), un “Asado Negro” (consiste en une viande grillée accompagnée d’une sauce noire préparée à l’aide de multiples ingrédients, en particulier le papelón), un « Asado Criollo » (viande grillée accompagnée d’une sauce « de aliños »), un « Mondongo » (soupe préférée des Vénézuéliens qui consiste en une soupe de panse de porc ornée de légumes coupés en dés et de tranches de maïs doux), un « Hervido de res, pescado o gallina » (ces soupes sont très importantes dans la diète locale et se consomment en particulier lorsque les Vénézuéliens dînent tard dans la soirée et en fin de semaine), et enfin des « Tajadas con queso blanco ».

Une « Cachapa »

Source : http://i138.photobucket.com/​albums/​q266/​atauro8/​PICT0253.jpg. Retouches ; Nohemy Marchan.

Un « Pabellón Criollo »

Source : http://upload.wikimedia.org/​wikipedia/​commons/​thumb/​8/​80/​Pabellón_Criollo.jpg/800px-Pabellón_Criollo.jpg. Retouches : Nohemy Marchan.

125En matinée, ce type de lieu n’est pas très fréquenté, sauf pour ceux qui désirent déguster un petit déjeuner « criollo ». A l’heure du déjeuner, en revanche, il y a foule. Il faut dire que c’est le moment idéal pour déguster les arepas en guise de pain accompagnant le plat principal, alors qu’en soirée, les « arepas » fourrées se transforment en plat de résistance pour le dîner de nombreux « Caraqueños ». La plupart des Areperas jouent sur la variété des “guisos” (farce) disposés dans les comptoirs, véritables vitrines des goûts hétéroclites des Vénézuéliens en la matière. Entre autres, voici quelques compositions fameuses : fromage “de mano”, “guayanés”, “amarillo”, jambon, “pernil” (jambon du porc grillé), chorizo, “carne mechada”, poulet en sauce, “asado criollo”, “bacalao a la vinagreta”…

Arepa « Reina Pepiada »

Source : http://www.cantv.net/​images/​redes/​resenas/​157426.jpg. Retouches : Nohemy Marchan.

126Et quelques-unes des plus appréciées encore : la Reina Pepiada (salade de poule et avocat), la Pelua (fromage amarillo avec carne mechada), la Sifrina (fromage amarillo avec Reina Pepiada), la Dominó (haricots noirs et fromage frai “de mano”) à partir desquelles les restaurateurs laissent souvent libre cours à leur imagination – on raconte même que certaines personnes mangent des arepas fourrées aux oeufs de cailles avec sauce « rosada », au fromage « amarillo » et à la fameuse sauce guasacaca.

127Mentionnons ensuite d’autres restaurants importants dans la capitale vénézuélienne et accessibles à tous publics : les « Polleras » dont la spécialité est le poulet “en brasa”. Ce type d’établissement, idéal pour la pause déjeuner (rapidité et variété), se rencontre dans toute la ville. Ajoutons également l’abondance de restaurants spécialisés en viandes, aussi bien onéreux que bon marché : les “Parilleras”. Celles-ci proposent une variété remarquable de coupes de viande (« churrasco de Santa Bárbara, de solomo de cuerito, centro de lomito » etc.), lesquelles peuvent être acompagnées de chorizos, boudins ou de « chinchurrias » (tripes). Les plus gros appétits se lanceront à l’assaut d’une « Parrilla Argentina ». Notons qu’il est également possible de déguster une bonne parrilla dans toutes les polleras, accompagnée de manioc frit (ou à la vapeur) et de fromage « de mano ».

128Il existe enfin, dans cette partie de la ville, de nombreux restaurants étrangers, des plus classiques et “infâmes” chaînes de restauration rapide (Mac Donald’s, Wendy’s, KFC, Church Chiken’s, Arturo’s, Burger King, Dominos pizzas, Pizza Hut, etc.) jusqu’aux restaurants chinois (merveilleux pour leur service de livraison à domicile et à emporter), japonais, arabes, etc.

129A propos de service à emporter, l’une des particularités des restaurants de Caracas est la possibilité, dans l’éventualité où vous laisseriez une portion de votre plat à l’issue d’un copieux repas, de pouvoir demander au serveur qu’il vous la réserve « para llevar » (vous repartirez alors avec celle-ci, convenablement empaquetée). En revanche, il est une autre singularité bien moins charitable qui consiste à facturer le service 10 % alors qu’il est d’usage de toujours laisser un pourboire ...

130Pour se restaurer à bas prix et à son goût, il existe de nombreux restaurants de type “self-service” où la nourriture, très variée, est vendue au kilo (citons par exemple « Kilomanía » en face de l’Assemblée Nationale, près de la Place Bolivar, métro Capitolio). De nombreux établissements proposent également un “Menú Ejecutivo” composé d’une soupe, d’un plat principal et d’une boisson. Notons que ce type de restaurant ne fonctionne généralement que le midi (du moins sous ces modalités commerciales). Ensuite, dans la rue, lieu de toutes les découvertes et de tous les possibles, de nombreux vendeurs ambulants ou qui possèdent un petit point de vente proposent des petits déjeuners, notamment des arepas fourrées et des « empanadas » (sorte de « tortilla » mexicaine fourrée et frite) ou encore des « pastelitos andinos » (généralement fourrés à la viande et au riz ou bien au jambon-fromage), tout cela accompagné d’une gamme de jus naturels délicieux relativement variée (recommandé!) ou d’une « Malta » (sorte de bière brune sucrée et sans alcool, une des boissons nationales chéries des Vénézuéliens).

131Aussi, de midi à minuit, les perroscalenteros – vendeurs de hot dogs et hamburgers – sont-ils à pied d’œuvre et colorent-ils le bitume des Caraqueños (aussi bien au sens figuré qu’au sens propre, les amateurs arrosant toujours gracieusement leur « perro » ou leur hamburger de nombreuses sauces multicolores qui terminent leur périple… en partie par terre, surtout pour les novices). Cette restauration rapide vénézuélienne est présente dans toute la ville, en particulier dans la zone de Plaza Venezuela. La rue est également le lieu de « savoureux » personnages populaires : les vendeurs ambulants qui sillonent avenues et places accompagnés de leur chargement de « chicha » (boisson fraîche à base de germes de blé), d’« avena » (boisson chaude ou tiède à base d’avoine), de « cepillados » (glace pilée de diverses saveurs accomapgnée de lait concentré) ou encore de merveilleuses spécialités sucrées vénézuéliennes. Le soir, on rencontre plutôt des vendeurs de “tamales”, “hallaquitas de chicharrón”, de maïz doux et de “pinchos” de viande rouge et de poulet ; néanmoins, même les plus gourmands vous recommanderont de ne jamais vous y risquer. Enfin, les autres endroits qui proposent généralement des prix raisonnables sont les boulangeries. Le matin, nombreux sont les Caraqueños à venir y déguster un « cachito » (sorte de pain généralement fourré au jambon), des mini pains au jambon de dinde-fromage « de crema », le tout accompagné d’une tasse de café au lait (café con leche ou « marroncito »), allongé (le fameux guayoyo) ou serré (negrito) ou bien d’un bouteille (ou pot) de jus de fruits pasteurisé (ou naturel).

132Par ailleurs, à certaines périodes de l’année, il est primordial de faire un détour par les restaurants de Caracas, notamment en décembre, période à partir de laquelle se déguste le Plat de Noël (Plato Navideño) qui consiste en une composition agrémentée d’une « hallaca » (plat traditionnel de Noël), une tranche de « pan de jamón » (également typique de cette période ; pain fourré au jambon, olives et raisins secs), un morceau de cuisse de porc cuisiné au four et une portion de salade de poule.

Le fameux « Plato Navideño »

Photo : A. Joffres. Retouches : Nohemy Marchan.

133NB : Ne jamais manger dans les terminaux d’autobus. Si vous devez vous déplacer dans l’intérieur du pays, pensez donc à ce détail et… prévoyez une bonne couverture (l’air conditionné est toujours très fort).

134Bon appétit !

Les lieux culturels et de sortie

135A Caracas, les centres d’activités culturelles sont principalement situés aux alentours de la station de métro “Bellas Artes”. Dans ces divers espaces culturels, il est notamment possible d’apprécier, tant les œuvres de peintres vénézuéliens et étrangers que d’accéder à des salles de cinéma et autres lieux de divertissement. Ainsi, l’Ateneo de Caracas ou encore le Théâtre Teresa Carreño sont-ils des endroits idéaux pour assister à des concerts en tous genres (à ne pas manquer : un concert de l’Orchestre Juvenil et Infantile du Venezuela, http://www.fesnojiv.gob.ve/​es/​conciertos.html), à des pièces de théâtre ou encore à des opéras ou à des ballets. L’une des particularités fabuleuses de ces lieux où s’exprime la culture par-delà les classes sociales est le coût dérisoire des activités proposées.

Ateneo de Caracas

Source ; http://www.ateneodecaracas.org/​imagenes/​sede_ateneo3.jpg. Retouches : Nohemy Marchan.

Théâtre « Teresa Carreño »

Source : http://www.araira.org. Retouches : Nohemy Marchan.

136Ensuite, en passant par le boulevard des artisans, vous pourrez découvrir la “Place des Musées” où se concentrent le Musée des Sciences, le Musée des Beaux Arts et la Galerie d’Art Nationale où fonctionne une importante salle de cinéma : la Cinémathèque Nationale. Notons au passage qu’actuellement, le nouveau siège de la Galerie d’Art Nationale est en cours de construction (métro Bellas Artes, sortie « Avenida México »).

Galeria de Arte Nacional

Source : http://www.venezuelatuya.com/​caracas/​museos/​ganentrada.jpg. Retouches : Nohemy Marchan.

137Si vous vous dirigez vers l’Hôtel Alba (anciennement Hilton Caracas), vous parviendrez au Musée d’Art Contemporain où sont exposées les oeuvres des plus importants peintres et sculpteurs nationaux et internationaux du XXème siècle.

Museo de Arte Contemporáneo

Source : http://farm3.static.flickr.com/​2202/​2221744092_ca7c04c2b8.jpg?v=0. Retouches : Nohemy Marchan.

138En prenant le Métro-Bus ou un carritoBellas Artes-San Bernardino”, vous atteindrez enfin la “Quinta Anauco” qui offre une vision de la vie quotidienne ainsi que des maisons « mantuanas » caraqueñas du XVIIIème siècle.

139Enfin, il est important de préciser qu’à Caracas, tous les musées sont entièrement gratuits.

140Par ailleurs, l’U.C.V représente un autre lieu d’importance où l’art prend vie au quotidien. En divers lieux de l’Université, il est en effet possible d’assister à une exposition (dans la Galerie d’Art), de profiter des œuvres d’Art que compte l’architecture même de l’enceinte de l’U.C.V. et, en fin de semaine, de profiter de concerts divers et variés, des récitals de l’ « Orchestre Synphonique de Caracas » aux spectacles d’artistes étrangers et autres ; cela, notamment, dans son impressionante Aula Magna qui est une œuvre d’art en elle-même. Notons qu’il est fort agréable de flâner dans les allées du jardin botanique de l’U.C.V.

141Aussi, plus à l’est de la ville, dans la zone d’Altamira, le chercheur pourra s’attarder à ses heures perdues dans le Centre d’Etudes Latino-Américaines “Rómulo Gallegos” (CELARG) ainsi que dans le Centre Culturel « La Estancia ». Le CELARG offre aux intellectuels caraqueños, et au public en général, divers cycles de conférences, des salles de cinéma, des bibliothèques et plusieurs salles d’exposition. C’est là qu’est remis le prix international le plus important de la littérature vénézuélienne, le Prix Rómulo Gallegos. Quant au Centre Culturel « La Estancia », il s’avère être, encore une fois, un havre de paix pour les habitants de la ville. Cette maison coloniale donne vie à des expositions artistiques et des cycles de conférences et autres ateliers.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/52423/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adeline Joffres et Miguel Felipe Dorta, « Guide du chercheur américaniste : Caracas, Venezuela », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Guide du chercheur américaniste, mis en ligne le 30 janvier 2009, consulté le 01 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/52423 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.52423

Haut de page

Auteurs

Adeline Joffres

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, adeline.joffres[at]gmail[dot]com 

Articles du même auteur

Miguel Felipe Dorta

Universidad Central de Venezuela, ramosucre[a]gmail(dot]com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search