Navigation – Plan du site
Colloques | 2007
L'idée de Révolution en Amérique latine du 19e au 20e siècle. Paris, 26-27 Janvier 2007 – Dossier édité par Eugénia Palieraki et Marianne González Alemán
Stéphane Michonneau

Révolution de gauche, révolution de droite : lectures et appropriations d’une notion 

Commentaires de Stéphane Michonneau
[16/05/2007]

Texte intégral

1Par-delà la diversité géographique et chronologique des cas traités dans cette partie, il est peut-être possible de dégager quelques lignes de force communes qui mettront l’accent sur la notion de « révolution de droite ».

2Il est tout d’abord frappant de constater combien l’analyse sémantique est un passage obligé de toute recherche : comment les acteurs dénommaient les régimes politiques qu’ils édifiaient ? Quel sens donnaient-ils au mot « révolution » ? Quelles sont les évolutions de cet usage éventuel ? Il est clair que la révolution est avant tout un mot dont la valeur performatrice est à mesurer : quelles sont les conditions sociales et politiques qui rend efficace l’usage de la parole révolutionnaire dans la réalité ? Ainsi, pour Martin Bergel, il faut mettre en relation le discours révolutionnaire de Haya de la Torre dans le Pérou des années 1920 et les pratiques politiques de l’aprisme en 1930 puis en 1932, lors de la révolution de Trujillo. Il apparaît alors que le mot « révolution » est objet de projections diverses et parfois contradictoires. Pour Maud Chirio, la notion est un champ politique que les acteurs se disputent : les militaires brésiliens qui conduisent la « révolution » du 31 mars 1964 investissent et s’approprient de manière différente une notion ambiguë par nature. Le colonel Meira Mattos refuse même l’emploi du terme de « contre-révolution » qui renvoie à l’idée de réaction. Dans le cas argentin, Marianne González Alemán montre combien l’appellation de « Révolution de 1930 », bien qu’admise par tous, relève non seulement d’un rejeu de représentations antérieures mais aussi d’un dispositif médiatique que les instigateurs du mouvement, et les oppositions, mettent en place. Cependant, l’expression ne suffit pas à créer un consensus solide : pour une partie de l’opinion publique, il est un pronunciamento ou une « révolution populaire » portée par des militaires alors que pour une autre partie, il relève d’un coup d’Etat en vue de fonder une société nouvelle, antidémocratique et corporatiste. Ainsi, le mot de « révolution » masque deux traditions : l’une, continuiste, s’inscrit dans la lignée des révolutions juntistes du XIXe siècle ; l’autre, rupturiste, inaugure un nouveau régime inédit.

3Dans bien des cas, l’expression de « révolution » est partie liée à celle de « contre-révolution ». Le mot, revendiqué ou pas, fait référence selon les termes de Maud Chirio à une véritable « utopie autoritaire » qui se veut restauratrice d’un ordre social et politique estimé perdu. Le mouvement civico-militaire argentin, brésilien ou même chilien dans le cas développé par Stéphane Boisard, s’incarne dans une volonté de purification du corps social et de rachat : au Brésil, la « Révolution rédemptrice » ; en Argentine, une opposition binaire empruntée à Sarmiento entre civilisation et barbarie. Dans la pratique, cette conception implique une implacable répression de l’opposition, notamment communiste au Brésil en 1964, ce dernier mouvement étant considéré comme littéralement étranger. Partout prédomine donc un discours sur la « mitad enferma », sur l’autre « moitié » de la société qu’il faut éliminer coûte que coûte. L’organicisme qui préside à cette conception repose finalement sur un héritage renouvelé : d’une part, la révolution est le rejeu d’une culture catholique qui pense la communauté politique sur le mode du consensus et n’admet par conséquent aucun dissensus social. Maud Chirio souligne que la famille et Dieu sont bien, en dernier ressort, les motivations principales des militaires brésiliens. Stéphane Boisard montre combien le discours de la purification fait écho à une conception ancienne ou l’assimilation-l’élimination d’une opinion contraire s’opère toujours au détriment de l’expression du pluralisme politique. C’est pourquoi les révolutionnaires ont besoin de construire un ennemi en miroir qu’ils se proposent de combattre. D’autre part, l’éradication de la « mitad enferma » relève d’une pure utopie bien de son siècle : celle de la cohésion sociale. Même s’il est généralement admis que le légitimisme ne s’est pas développé en Amérique latine, on pourrait se demander jusqu’à quel point la conception ancienne de la Res-publica n’a pas inspiré bon nombre des mouvements réactionnaires du XXe siècle. On touche peut-être là à une singularité américaine et ibérique.

4Au-delà des problèmes sémantiques qui sont indissociables des pratiques politiques, se pose également le problème des fondements sociaux de telles révolutions. Une matrice commune associe des groupes d’étudiants dont Haya de la Torre est une sorte de modèle et des groupes de militaires. Marianne González Alemán montre que la rencontre de ces deux types d’acteurs est l’objet d’une négociation politique en vue de constituer un « mouvement civico-militaire » d’un genre particulier. Ce processus dépend étroitement de la composition de chacune des parties : intellectuels d’avant-garde dans le cas de l’aprisme, courant démocrate et conservateur argentin d’un côté ; militaires golpistes et militaires de pronunciamento de l’autre comme l’illustre parfaitement la dissension entre les généraux Iriburu et Justo. Ainsi, les différents chercheurs posent le problème des appuis sociaux des régimes autoritaires. Si Maud Chirio et Marianne González Alemán mettent l’accent sur les acteurs militaires, Martin Bergel met en évidence la double légitimité qui inspire le mouvement étudiant apriste, à partir de la révolution universitaire de Cordoba en 1918. Ainsi, l’aprisme relève d’une légitimité intellectuelle mais aussi militante, fondée sur un « retour au peuple » qui est un écho lointain du populisme russe de la fin du XIXe siècle. Dans leur volonté commune « d’aller au peuple », les étudiants et les militaires cherchent à nouer un lien, à favoriser une identification entre eux et le peuple qui les constitue en groupe au-dessus des partis. D’où l’importance des rituels d’acclamation que Marianne González Alemán met en valeur. La cohérence interne qui sous-tend cette démarche est de nature religieuse : dans l’aprisme, les révolutionnaires sont des « coreligionnaires » et des fervents partisans de Haya de la Torre agissent en apôtres d’une parole révélée. Une fois encore, la logique révolutionnaire repose sur une pensée catholique héritée du corps social très éloignée des critères libéraux.

5C’est peut-être à cette source que les révolutions conservatrices puisent un certain messianisme de dimension continentale. Dans le cas péruvien, Martin Bergel insiste sur l’extension des réseaux apristes en Amérique. Haya de la Torre semble assumer une forme de panaméricanisme révolutionnaire qui permet au Pérou d’assumer ouvertement une prétention impériale auquel ses élites n’ont jamais totalement renoncé. Ce cas permet donc de faire jouer la notion de révolution à différentes échelles : locale, nationale mais aussi internationale. La révolution autoritaire est donc un phénomène global dont il faut penser la déclinaison du supranationale jusqu’au local.

6Au total, les différents articles invitent à ne pas penser la révolution comme le passage de quelque chose à quelque chose d’autre. La révolution surgit bien au contraire au moment où un vide de pouvoir révèle au grand jour un désajustement entre des formes de rationalité politique différentes et héritées. Elle est donc le moment particulier où se réagencent des éléments anciens afin de créer une combinaison nouvelle. C’est pourquoi les auteurs soulignent tous à différents titres l’importance des effets de mémoire : la révolution se veut à la fois le rejeu d’un événement plus ancien qui lui sert de référent (les guerres d’indépendance par exemple) et une innovation politique créatrice qui est un point de départ vers un avenir radieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Michonneau, « Révolution de gauche, révolution de droite : lectures et appropriations d’une notion  », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 16 mai 2007, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/5371 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.5371

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page