Navigation – Plan du site
Colloques | 2007
L'idée de Révolution en Amérique latine du 19e au 20e siècle. Paris, 26-27 Janvier 2007 – Dossier édité par Eugénia Palieraki et Marianne González Alemán
Marianne Gonzalez Aleman

Le 6 septembre 1930 en Argentine : un Coup d’Etat investi de révolutions

[18/05/2007]

Résumés

Le soulèvement militaire du 6 septembre 1930, commandé par le général José Felix Uriburu, constitue l’un des points de rupture traditionnels de l’histoire contemporaine argentine. Après plusieurs mois de crise politique, sociale et économique, il provoque la chute du gouvernement constitutionnel dirigé par le président Hipólito Yrigoyen, et rompt une continuité institutionnelle qui, depuis 1862, avait difficilement réussit à s’installer. Souvent étudié pour son caractère de révélateur de la crise de la démocratie argentine et de son système de partis, ou appréhendé en tant que point de départ de l’entrée en politique d’une caste militaire de plus en plus influencée par les milieux nationalistes, la révolution de 6 septembre 1930 a toujours été prise en tant que telle, sans que sa dénomination même ne soit vraiment discutée, historicisée, mise en question. Il est vrai que dès les premières heures de la journée de septembre, l’ensemble des acteurs et des observateurs de l’événement s’accordèrent presque spontanément à parler de « révolution ». Cependant, il est clair que le mot « révolution », n’a pas signifié la même chose selon le type d’acteurs et a porté des projets différents. Dans ce sens, le mouvement minoritaire des nationalistes a du composer avec une multiplicité d’autres acteurs pour qui la journée de septembre constituait une révolution d’un autre type. Nous nous proposons donc d’analyser le sens donné à ce terme par les différents acteurs en jeu, afin de comprendre de quelle manière cet événement s’insère dans la culture politique des années 1930, et d’évaluer s’il correspond réellement à un coup d’Etat destiné à remettre en cause une démocratie délégitimée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 A titre d’exemple, voir, Ansaldi, Waldo, “La trunca transición del régimen oligárquico al régimen d (...)
  • 2 Cf. Buchrucker, Cristián, Nacionalismo y peronismo. La Argentina en la crisis ideológica mundial, B (...)

1Le soulèvement militaire du 6 septembre 1930, commandé par le général José Felix Uriburu, est souvent présenté dans l’historiographie argentine comme un point de rupture dans l’histoire du XXe siècle de ce pays. Après plusieurs mois de crise politique, sociale et économique, il provoque en effet la chute du gouvernement constitutionnel dirigé par le président Hipólito Yrigoyen, et rompt une continuité institutionnelle qui, depuis 1862, avait difficilement réussi à s’installer. Ainsi, il est souvent étudié pour son caractère de révélateur de la crise de la démocratie argentine et de son système de partis1, ou/et appréhendé en tant que point de départ de l’entrée en politique d’une caste militaire de plus en plus influencée par les milieux nationalistes2 ; influence qui, par la suite, révélera toute sa force. De ce fait, la « révolution du 6 septembre 1930 » a toujours été prise en tant que telle, sans que sa dénomination même ne soit vraiment discutée, historicisée, mise en question. Seules les causes et les logiques internes du phénomène ont finalement été prises en compte dans les récits historiques, tant des acteurs contemporains que des historiens.

  • 3 Saítta, Silvia, “6 de septiembre de 1930 o el mito de la revolución”, in Godoy, Cristina (comp.), H (...)

2Pourtant, il semble intéressant de revenir sur le sens que les acteurs du 6 septembre et de sa phase prérévolutionnaire ont donné au terme de « révolution » et au contenu « révolutionnaire » de leurs actions. En effet, pendant les mois qui précèdent la journée de septembre, le mot « révolution » est omniprésent dans l’opinion publique, et désigne ensuite immédiatement la journée de septembre. Pour Silvia Saitta, – seule chercheuse, à notre connaissance, à avoir questionné depuis l’analyse littéraire l’usage de la notion de révolution –, « face à l’incertitude politique, sociale et économique ouverte par le coup d’Etat, et à la nécessité collective de donner un sens à la crise politique et à l’équilibre menacé, les journaux articulèrent – en reprenant des représentations, des images et des perceptions déjà présentes tant dans les discours politiques que dans les communiqués officiels – une représentation globale et unificatrice du soulèvement ». Cette recherche de « représentation globale et unificatrice » aurait « trouvé dans le mot « révolution » son ancrage le plus ferme »3. Cependant, une telle vision « instrumentaliste » qui ne fait du mot « révolution » qu’un simple élément d’un dispositif médiatique visant à conférer une légitimité et un sens aux journées de septembre ne semble pas entièrement satisfaisante. D’abord parce que le coup d’Etat du 6 septembre fut d’emblée pensé par ses instigateurs comme une révolution, et ce dans le cadre d’une idéologie qu’il convient d’examiner ; ensuite parce que, pour leur part, les autres membres de l’élite politique traditionnelle opposés au gouvernement d’Yrigoyen, ont également donné, dès avant le 6 septembre, un sens « révolutionnaire » à l’éventualité d’une destitution du président radical.

3Mais le mot « révolution », n’a pas signifié la même chose selon le type d’acteurs. Selon nous, il n’a pas tant unifié l’opinion autour d’une représentation du soulèvement acceptable pour tous qu’il n’a d’abord porté des projets différents et concurrents. Dans ce sens, le mouvement minoritaire des nationalistes a dû composer avec une multiplicité d’autres acteurs pour qui la journée de septembre constituait une révolution d’un autre type. C’est pourquoi la problématique mérite d’être posée à l’inverse : cette révolution, planifiée au départ comme un soulèvement purement militaire sensé établir un régime fort, respectueux des hiérarchies sociales et politiques, a dû composer avec d’autres projections sur l’événement pour prendre l’aspect final d’un mouvement civico-militaire. Il nous semble donc intéressant d’analyser le sens donné à ce terme par les différents acteurs en jeu, afin de comprendre de quelle manière cet événement s’insère dans la culture politique des années 1930, et d’évaluer s’il correspond réellement à un coup d’Etat destiné à remettre en cause une démocratie délégitimée.

La révolution de 6 septembre 1930 : crise de la démocratie et rôle nouveau joué par l’armée

4Comme nous l’avons déjà évoqué, le mouvement du 6 septembre 1930 est souvent présenté comme une expression de la faiblesse de l’expérience démocratique argentine impulsée par la Loi Sáenz Peña. En 1912, celle-ci établit le Suffrage Universel masculin, secret et obligatoire, bouleversant les règles du jeu politique jusque-là en vigueur en Argentine et favorisant la mise en place d’un système de partis compétitif et pluraliste. Le vote cesse alors de n’être qu’un acte rituel censé légitimer, à travers une série de manipulations électorales, le pouvoir exclusif de l’élite gouvernante. En 1916, le premier président de la République élu selon les principes de cette loi est le représentant de l’Union Civique Radicale (U.C.R.) : Hipólito Yrigoyen. A partir de cette date et jusqu’au 6 septembre 1930, l’Argentine est d’ailleurs exclusivement dirigée par des radicaux (1916-1922 : H. Yrigoyen ; 1922-1928 : M. T. Alvear ; 1928-1930 : H. Yrigoyen). Néanmoins, durant toute cette période, le processus de démocratisation du régime présente quelques caractéristiques qui font obstacle à son enracinement profond : les conservateurs qui possèdent la majorité au Sénat, obstruent presque systématiquement les prises de décision du président qui les a dépossédés de leur pouvoir. Les dissidences et les fractures successives au sein des partis « démocratiques » d’opposition rendent difficile leur fonction représentative et la consolidation de leur rôle de relais entre la société civile et l’Etat. Quand à Yrigoyen, sa croyance dans sa mission historique, et sa conception du rôle de président comme exécuteur suprême du mandat du peuple, prive le Législatif de sa fonction pour le réduire à un simple organe technique. Malgré cela, le parti d’Yrigoyen, l’U.C.R., reste le parti majoritaire en Argentine jusqu’en 1928, et le prestige de son leader auprès des secteurs populaires est au plus haut lorsqu’à cette date celui-ci assume son deuxième mandat présidentiel.

5Dans le monde de l’élite politique, les critiques de la démocratie ou « démagogie » radicale se sont faites entendre dès les premiers pas de celle-ci en 1916. Ainsi par exemple, le fonctionnement de la machine électorale radicale, fondée sur les caudillos de comité, et le personnalisme d’Yrigoyen, ont depuis longtemps constitué des éléments de dénonciation chers aux partis politiques opposés au leader radical. Mais, à partir de 1928, ces critiques prennent une ampleur croissante lorsque l’opposition vérifie concrètement que le résultat des urnes est invariablement favorable au vieux leader populaire qu’est Yrigoyen et que, par la suite, celui-ci semble incapable de résoudre les problèmes posés par les conséquences de la crise économique mondiale de 1929. Au début de l’année 1930, l’opposition au président radical mobilise ainsi une grande partie de la classe politique, de la presse et de l’Armée, alors que la popularité du leader radical semble s’éroder auprès des couches populaires. L’éventualité qu’une « révolution » puisse sortir le pays de la crise est alors dans l’air du temps.

  • 4 Sur ce sujet, voir : García Molina, Fernando, Mayo, Carlos, Archivo del General Uriburu. Autoritari (...)

6Parmi les milieux porteurs de cette critique « anti-yrigoyenniste », l’Armée constitue un pôle important. De nombreux officiers se sont en effet détournés d’Yrigoyen lors de son deuxième mandat, heurtés par ses tentatives d’introduire des critères politiques dans le système de promotion des gradés, ainsi que par son imperméabilité aux demandes de financements formulées par les autorités militaires. Par ailleurs, la professionnalisation de l’Armée, et son processus de germanisation initié à partir de 1905, ont progressivement conforté les militaires dans leur conception de leur rôle politique et leur capacité d’intervention au sein de la société argentine4.

7C’est dans ce contexte général, qu’émergent, en 1930, les premiers projets de conspiration au sein de l’institution armée. Deux groupes d’officiers se préparent alors à renverser le président. Le premier, d’inspiration « nationaliste » est dirigé depuis 1929 par le général Uriburu et se propose de changer le système existant ; le second, dont le général Justo apparaît comme le chef de file en 1930, est favorable à l’éviction du président Hipólito Yrigoyen, mais selon des critères différents. En lien avec l’opposition civile, le projet consiste, à affaiblir et isoler Yrigoyen par l’activation d’un mouvement d’opinion, puis à exiger sa démission grâce à la formation d’une union de tous les partis d’opposition, ou éventuellement par un intervention militaire. Il s’agirait ensuite de rétablir théoriquement la normalité institutionnelle par de nouvelles élections.

  • 5 Pour plus d’information sur ce sujet, se reporter à : Devoto, Fernando, Nacionalismo, fascismo y tr (...)

8Pourtant, c’est surtout le général Uriburu qui associe son nom à la révolution du 6 septembre 1930. Dès 1929, ce dernier se met en contact avec un groupe de jeunes nationalistes d’inspiration maurrassienne5, pour commencer à mettre en place une révolution. Mais cette révolution pensée par les Uriburistes ne semble pas se limiter à une simple destitution du président en fonction. Selon des propos d’Uriburu en décembre 1929, et rapportés par Carlos Ibarguren, il s’agirait :

  • 6 Ibarguren, Carlos, La historia que he vivido, Buenos Aires, Ediciones Peuser, 1954, p. 384.

« de faire une vraie révolution, qui change de nombreux aspects de notre régime constitutionnel, modifie la Constitution et évite que le règne de la démagogie qui aujourd’hui nous insupporte ne se répète. Je ne ferais pas une révolte pour le bénéfice des politiques, mais un soulèvement transcendantal et constructif en me passant des partis. »6

9Le projet du général Uriburu semble entièrement compris dans cette phrase. La révolution qu’il souhaite mettre en place avec l’aide de quelques officiers et des jeunes nationalistes paraît consister en un coup d’Etat purement militaire, censé impulser un changement profond et radical du régime, c’est-à-dire un changement des institutions pour mettre fin au libéralisme. Selon les mémoires du colonel Sarobe, son projet vise en effet à supprimer la loi Sáenz Peña et modifier la constitution pour instaurer un système de représentation corporatif. Il s’agit donc d’extirper les racines du mal que sont, selon lui, le libéralisme et la démocratie, et dont la démagogie d’Yrigoyen n’est que la conséquence logique.

10Peu de sources directes nous renseignent plus en profondeur sur le projet du général Uriburu au-delà de ces grandes lignes générales. Par contre, les écrits du groupe de nationalistes qui le soutiennent et l’inspirent sont nombreux. Réunis dans la revue La Nueva República et le journal La Fronda, ceux-ci animent dès 1929 une campagne d’opposition violente au président Yrigoyen. Leur conception de la révolution qu’ils appellent de leurs vœux se situe dans le cadre d’une pensée typiquement conservatrice révolutionnaire.

11Ainsi, la campagne d’agitation prérévolutionnaire qu’ils conduisent se présente d’abord comme une réaction face à la menace que représente le système démocratique libéral. En juillet 1929, ils forment d’ailleurs la Ligue Républicaine, un groupe d’action censé mener dans la rue un travail de déstabilisation du régime. A sa création, celle-ci est présentée dans le programme d’action :

  • 7 Irazusta, Julio, “Bases y programa de acción de la Liga Republicana”, in Irazusta, Julio, El pensam (...)

« comme une réaction contre le système du gouvernement actuel dans son triple aspect politique, administratif et institutionnel. »7

  • 8 Palacio, Ernesto, La Nueva República, 28/06/1930.
  • 9 Irazusta, Julio, La Nueva República, 08/11/1930.
  • 10 Palacio, Ernesto, La Nueva República, 18/06/1930.
  • 11 Irazusta, Rodolfo, La Nueva República, 08/11/1930.

12Leur action prétend ainsi susciter une « réaction violente contre le régime8 », c’est-à-dire « un mouvement de défense vital contre l’intoxication des dogmes du libéralisme démocratique9 ». Comme toute pensée de ce type, le libéralisme et la démocratie sont considérés comme des agents de dissolution de la société, l’un favorisant les intérêts et les droits individuels aux dépends de ceux de la communauté, l’autre abandonnant « le sort du pays aux fluctuations sentimentales des masses10 ». Le « despotisme » d’Yrigoyen n’est que la conséquence logique d’un système qu’il devient capital de combattre. En 1930, la révolution apparaît donc comme une question de « salut », une « rédemption nationale11 », une réaction salvatrice qui permettra de restaurer l’ordre naturel dans la société. Car cette révolution recouvre également le caractère d’une restauration, celle de l’ordre et des hiérarchies naturelles :

« Si l’on regarde bien notre grand mouvement, il signifie la restauration de notre tradition ».

  • 12 Bedoya, Fulgencia, La Nueva República, 26/07/1930.

« La Nueva República possède une doctrine admirable d’ordre et de hiérarchie, non pas fondée sur la prédominance d’une force déterminée par la société, mais dans la participation équilibrée de celles-ci, ordonnées selon leur vocation naturelle »12.

13Il s’agit donc de restaurer la tradition, ainsi que l’ordre et les hiérarchies qui la sous-tendent. La révolution s’entend ici dans son sens étymologique, comme un retour aux sources. Cependant, pour les membres de la Nueva República, elle doit également conduire à une rupture radicale avec la tradition libérale, à une « réorganisation nationale » pour établir la forme politique dont a besoin l’Argentine : la République, celle qui aurait dû exister si la Constitution de 1953 n’avait pas été interprétée dans un sens libéral ; « Une république hiérarchique qui réponde aux différences réelles de la société ». La situation critique dans laquelle se trouve le pays en 1929-1930, apparaît comme le moment décisif pour effectuer cette révolution salvatrice, cette réaction violente, et les forces armées, sont toutes désignées pour la mettre en oeuvre :

  • 13 Irazusta, Rodolfo, « La dificultad de la revolución », in Julio Irazusta, El pensamiento político n (...)

« Si l’armée sert à quelque chose c’est précisément à rétablir le principe d’autorité déplacé par l’influence populeuse, à soutenir l’ordre altéré par une loi absurde. Recourir à la force, réclamer l’intervention de l’armée dans de telles circonstances est parfaitement légitime. Mais si cette intervention ne signifie pas autre chose que la rénovation et la continuation de la farce électorale, il vaut mieux que cela n’arrive pas ».13

14La révolution portée par les conspirateurs associés au général Uriburu vise ainsi à en finir avec le système libéral démocratique argentin au moyen d’un soulèvement purement militaire (éventuellement secondé par la LR) et de l’établissement d’un régime du même ordre.

La révolution civile : un mythe mobilisateur sans lequel on ne peut rien

15Cependant, le projet uriburiste n’est qu’un des fils qui a conduit au 6 septembre 1930. Parallèlement aux conspirations militaires, une opposition civile fait entendre sa voix depuis juillet 1929, par des rassemblements et des conférences dans les rues Buenos Aires, dans la presse et au Parlement. A partir d’août 1930, son action s’intensifie fortement et celle-ci se constitue en une sorte de « front démocratique » qui s’exprime ardemment dans les théâtres de la capitale et au cours de manifestations dans le centre de la ville, pour demander la démission d’Yrigoyen aux cris de « vive la révolution !». Ce mouvement d’opposition, largement relayé par les principaux journaux, et essentiellement composé des membres des partis que l’on pourrait qualifier de « démocrates conservateurs » (Parti Socialiste Indépendant, Union Civique Radicale Antipersonnaliste, Parti Démocrate Progressiste), ainsi que des Fédérations d’étudiants, projette sur le mot « révolution » un tout autre sens. Cette agitation civique réactive, en actes et en parole, le mythe révolutionnaire tel qu’il existe dans la culture politique libérale argentine. Ainsi, l’expérience que ces acteurs se convainquent de vivre semble reprendre l’ensemble des éléments constitutifs des expériences révolutionnaires précédentes et nous renseigne sur les systèmes culturels de référence qui fondent la légitimité politique de l’époque.

16Leur action, tout d’abord, se présente comme une réaction contre la tyrannie d’Yrigoyen. Dans les slogans, les discours et les manifestes de l’opposition, le président est constamment qualifié de dictatorial, anticonstitutionnel et responsable du chaos dont souffre le pays. Ces accusations ont bien sûr des correspondances avec la situation politique concrète du pays : elles font notamment référence aux interventions décidées par Yrigoyen dans les provinces de San Juan et Mendoza pour empêcher les gouverneurs élus d’assumer leurs fonction, mais aussi aux violences que ces questions ont entraîné dans ces provinces, ainsi qu’à la paralysie parlementaire que les discussions sur le sujet ont entraînée. Mais ces caractérisations du président participent avant tout de l’activation et la construction du contexte « révolutionnaire » qui se met en place, et font référence à des éléments clefs de l’imaginaire politique argentin. Ainsi, la supposée tyrannie du président radical est très souvent comparée à celle de Juan Manuel de Rosas. Par exemple, dans son discours lors du premier meeting du front d’opposition organisé au Teatro Nuevo, le 20 août 1930, le député du Parti Socialiste Indépendant Augusto Bunge déclare :

  • 14 Crítica, 21/08/1930.

« Maintenant, nous sommes face à un unicato (…) qui du point de vue social et économique et dans ses aspects psychopathiques rappelle la tyrannie de Rosas dans sa dernière période »14

17Le « dictateur » des années 1830-1850 Juan Manuel de Rosas représente, selon la tradition libérale, la tyrannie sanglante et barbare qui a retardé d’un quart de siècle le progrès argentin. Cette comparaison identifie ainsi l’action de l’opposition à une nouvelle bataille que doit livrer la « civilisation » contre la « barbarie » et l’inscrit dans le cadre de la grande tradition libérale argentine. Qualifier le gouvernement d’Yrigoyen d’unicato, c’est faire référence à tout ce qui va à l’encontre des principes de séparation des pouvoirs, ainsi que de l’équilibre entre pouvoir central et pouvoir des provinces, fondements mêmes du système libéral argentin ; c’est aussi imputer les succès radicaux à des pratiques telles que le clientélisme de comité, la politisation des postes de fonctionnaires, et les interventions ; pratiques qui rappellent les pires traditions du passé argentin : le personnalisme et le caudillisme.

18En conséquence, l’action de l’opposition revendique un caractère purificateur. Elle doit, selon le discours du député démocrate Aguirre Cámara au Teatro Nuevo, « Sauver la crise, sauver le pays, sauver la république, sauver le règne de la constitution » ; elle vise à déclencher, selon Francisco Raynelli, dirigeant des Comités « Action », interviewé par le journal Crítica le 9 août 1930, un « salubre bouleversement national ».

19Et c’est par un soulèvement du peuple, troisième élément de ce mythe de l’imaginaire politique argentin, que le pays doit se débarrasser de la tyrannie d’Yrigoyen. Selon un orateur, le Dr. R. Moreno, lors du meeting d’opposition du 20/08/1930 au teatro Nuevo:

  • 15 Crítica, 21/08/1930.

« Dans cette situation de profondes altérations, de non respect de la Constitution, de violation des lois organiques, d’impossibilité de l’exercice parlementaire, nous, les hommes de l’opposition (…) avons décidé d’appeler le peuple pour qu’il combatte cette anormalité par son droit de souverain ».15

20Les leaders de l’opposition affichent ainsi leur attachement à la légalité institutionnelle et à la démocratie. La « révolution » scandée lors des manifestations, correspond à un rétablissement de la « normalité institutionnelle » du régime.

21Enfin, la réaction civique, cette lutte que doit mener le peuple contre la tyrannie, s’inscrit dans une certaine continuité historique. Elle s’inscrit dans la lignée des révolutions « libératrices » de l’histoire argentine. Ainsi, bien sûr, il est fait référence à la Révolution de Mai en 1810, à la bataille de Caseros au cours de laquelle le général Urquiza a défait Juan Manuel de Rosas, même au 14 juillet 1789, mais c’est surtout la révolution de 1890 qui fait figure de référence (A. Bunge) :

  • 16 Crítica, 23/08/1930.

« Le peuple de la Capitale et celui de toute la République doivent faire sentir (au président) leur rejet absolu et que sa démission est la seule sortie de la situation dans laquelle il s’est mise. Nous devons rester fermes dans nos objectifs suivre les chemins de la légalité tant que ceux-ci seront fermés par la prépotence. Nous devons contribuer à ce que le mouvement d’opposition soit si puissant que, comme en 1890, le gouvernement, derrière ses canons, ses mitraillettes et ses sbires politiques ne s’écroule tout seul. »16.

22Quant à un journaliste du quotidien populaire Crítica, il commente la manifestation qui le 20 août 1930 est venu protester devant la maison du gouvernement par ces mots :

  • 17 Critica, 21/08/1930.

« La clameur populaire s’est faufilée hier soir dans les interstices des balcons et des portes de la Maison Rose. Le cri qui a troublé le sommeil de Monsieur Yrigoyen est le même que celui qu’entendit Juárez Celman lors des inoubliables journées de 1890 »17

23Yrigoyen est ainsi comparé à Juárez Celman, dernier président jusqu’alors à avoir démissionné suite à la révolution civico-militaire de 1890, menée par un mouvement de citoyens et quelques effectifs de l’Armée, en faveur d’élections plus transparentes et efficaces. Une fois encore, cette référence exprime la volonté des opposants au gouvernement de se placer dans le cadre des luttes précédentes contre les dérives despotiques et pour le rétablissement de la pureté du régime.

24Ainsi, le mouvement d’opposition qui doit mener à la démission du président en place cherche à s’inscrire dans le prolongement des révolutions « libératrices » précédentes, et reprend dans le discours, les éléments mobilisateurs qui composent le mythe révolutionnaire argentin : le soulèvement contre la tyrannie, le rôle central du peuple, la lutte de la « civilisation » contre la « barbarie », le gouvernement de la loi contre le gouvernement personnel. On ne retrouve donc pas la notion de changement radical des structures politiques, économiques et sociales du régime : au contraire, il s’agit d’en défendre la continuité.

  • 18 Sur le processus d’enracinement de la démocratie dans la société argentine entre 1912 et 1945, voir (...)
  • 19 A la veille du 6 septembre, dans un entretien publié par la revue Nosotros (n°256, septembre 1930), (...)

25En ayant recours aux éléments du mythe révolutionnaire de la culture politique argentine, la classe politique traditionnelle donne un sens à ses actions, les modèle et leur confère une légitimité. En effet, les appels au peuple, à la défense de la démocratie et de la Constitution donnent au mouvement d’opposition les apparences de la légalité et la légitimité dont il a besoin. D’abord parce que depuis la loi Sáenz Peña de 1912, l’enracinement démocratique est réel dans la société argentine, et le suffrage universel fonde indiscutablement le principe de légitimité des gouvernants18. Pour gagner l’adhésion des secteurs populaires, il s’avère indispensable de se référer à la souveraineté du peuple et d’inscrire le mouvement révolutionnaire dans la légalité. Par ailleurs, c’est aussi par tradition culturelle que l’élite politique se pose en défenseur de la démocratie contre la tyrannie. Et l’inscription de la révolution dans le cadre de la lutte entre la « civilisation » et la « barbarie » n’y est pas étrangère. En effet, depuis la deuxième moitié du XIXe siècle, la construction démocratique est considérée par les hommes politiques de la tradition libérale comme la clef de voûte d’un pays moderne et d’une société qui aurait atteint un haut niveau de civilisation. Par ailleurs, certains acteurs (ex : Roberto F. Giusti19 ou les membres du mouvement estudiantin réformiste), semblent réellement convaincus que la mobilisation va dans le sens d’une sorte de progressisme historique pour empêcher un retour des forces conservatrices.

  • 20 Crítica, 21/08/1930.
  • 21 La Nación, 20/08/1930.

26Mais cette insistance sur le caractère tyrannique et barbare du président Yrigoyen trahit également un certain élitisme politique. Car si le principe de souveraineté populaire n’est pas remis en cause, sa mise en pratique semble avoir déçu les espérances. Ainsi, ce n’est pas le peuple immature, la « plèbe » radicale dominée par des loyautés irrationnelles qui descend dans la rue, mais « le peuple conscient et libre », « la force morale de l’opinion publique éclairée »20, dont le « caractère est clairement populaire bien que toujours restant toujours dans le cadre de la plus stricte culture21 ». Par ailleurs, les qualités spécifiques du peuple de Buenos Aires, largement démontrées lors des révolutions précédentes, sont souvent mises en avant. On retrouve ainsi en filigrane les critiques faites à la mise en pratique de cette démocratisation par une partie du peuple qui, jugé immature, vote inlassablement pour des tyrans.

  • 22 Sabato, Hilda, La política en las calles. Entre el voto y la movilización. Buenos Aires, 1862 – 188 (...)

27Le recours à la « révolution » apparaît donc comme un mécanisme de régulation face à une perte de confiance dans la capacité régénératrice des instruments légaux du suffrage. Dans cette optique, faire démissionner le président Yrigoyen au moyen d’un soulèvement civique et/ou civico-militaire pour éradiquer le radicalisme à un moment où l’opinion générale s’en détourne, semble licite et désirable. Comme en 1890, 1893, 1905, lors des « révolutions radicales », un tel mouvement révolutionnaire permettra de restaurer les institutions authentiques du régime. Par ailleurs, cette utilisation des rues de Buenos Aires comme scène de l’agitation révolutionnaire est à mettre en relation avec les pratiques internes à la culture et tradition politique argentine. En effet, H. Sabato a mis en lumière, pour la fin du XIXe siècle, le rôle crucial d’une « culture de la mobilisation » de rue comme mécanisme d’intervention politique et de représentation des intérêts collectifs du peuple, complémentaire et supplétoire au vote, et bénéfique pour le bon fonctionnement du régime22. La « révolution » en marche est d’ailleurs souvent présentée par les acteurs comme un élément cyclique, purificateur et nécessaire pour assurer la bonne continuité du régime. Selon Augusto Bunge par exemple :

  • 23 Critica, 23/08/1930.

« Il semble que l’histoire de chaque pays ait un rythme propre. La nôtre, c’est le peuple de Buenos Aires en tant que nation qui l’initie avec le Cabildo Abierto de 1810. Après la crise de rénovation des valeurs qui a entraîné avec elle la tyrannie de Rosas vers 1850, c’est le mouvement d’Entre Ríos qui la destitue à Caseros, 40 ans après la Révolution de Mai. De même, après la crise qui culmina avec la reconnaissance de BsAs comme capitale, le peuple de BsAs s’est levé en 1890 contre l’unicato et l’affaiblissement de la monnaie. (…). Aujourd’hui, nous sommes face à un unicato mille fois pire (etc.) »23

28La révolution n’est finalement qu’un mode d’intervention politique parmi d’autres, une mise en scène légitimatrice du peuple dans la rue.

Conclusion :

29A la veille du 6 septembre, Uriburu et ses collaborateurs doivent se rendre à l’évidence : aucune unité de la capitale ou de ses environs n’est fermement engagée dans la conspiration. Un coup d’Etat strictement militaire n’est donc pas possible. Afin de sauver « sa » révolution, Uriburu se voit rapidement obligé de se plier aux exigences du secteur légaliste de l’armée. Cela signifie en conséquence qu’il doit orienter son manifeste dans un sens plus démocratique et faire participer les partis de l’opposition au soulèvement. Finalement, comme en 1890, ce sont les civils qui devront se présenter en groupe dans les garnisons afin de convaincre les officiers de se joindre au mouvement.

30Le jour J, très peu d’officiers acceptent d’ailleurs de participer au soulèvement. Seuls 600 cadets et officiers du collège militaire et un détachement de l’Ecole de transmission se dirigent vers la Casa Rosada, sous les acclamations du public. Quant à l’événement en lui-même, il n’est pas non plus vécu comme un coup d’Etat militaire. Selon La Nacion du 7 septembre 1930, le soulèvement de la veille s’est apparenté à un « mouvement populaire, une véritable apothéose civique » ; pour Crítica, « Hommes, femmes, enfants de toutes les classes », bref, le peuple argentin dans sa diversité, mais unanime, est descendu dans la rue, accompagné de l’Armée. Pour La Prensa, il s’est agit d’un « mouvement civique de grandes proportions avec la participation du peuple et de respectables et enthousiastes masses populaires ». Quand au général Uriburu, dans le manifeste publié le 6 septembre, il affirme :

  • 24 « Pasajes del manifiesto corregido por el teniente coronel Sarobe tal cual fue dado a publicidad el (...)

« Le gouvernement provisoire, inspiré par le bien public, et affirmant les sentiments patriotiques qui l’animent, proclame son respect pour la Constitution et pour les lois en vigueur, et son désir de retourner le plus vite possible à la normalité en offrant à l’opinion publique les garanties absolues afin que la Nation puisse élire ses nouveaux et légitimes représentants dans les plus brefs délais au moyen d’élections libres »24.

31De même, lors du grand rassemblement réuni sur la Place de Mai au lendemain du soulèvement, pour assister aux prises de fonctions du nouveau gouvernement, le ministre Matías G. Sánchez Sorondo, qualifie la révolution de la veille par ces mots :

  • 25 « Discurso del ministro del Interior, Matías G. Sánchez Sorondo, pronunciado desde los balcones de (...)

« Le peuple, ébranlé, désespéré, rendu à lui-même, a retrouvé ses anciennes vertus du civisme argentin, s’est levé, s’est mis en marche et en toute simplicité, sans un coup de feu, (…) a occupé la Maison du Gouvernement et s’apprête à la nettoyer. (…). Le 6 septembre 1930 marque l’histoire argentine comme une grande date nationale aux côtés du 25 mai et du 3 février : ce sont les révolutions libératrices ”25.

  • 26 Arlt, Roberto, « Balconeando la Revolución », in El Mundo, 08/09/1930. “Cette révolution fut des pl (...)

32Tout ceci nous suggère plusieurs réflexions. Tout d’abord, la tradition libérale et le système politique qu’Uriburu s’était promis d’amender semblent avoir finalement repris les rênes de cette révolution pour obliger le général à capituler. Le mouvement conservateur révolutionnaire pensé par les uriburistes n’était en effet pas pensable dans l’Argentine des années 30. D’ailleurs, le gouvernement de facto s’est auto-intitulé « provisoire » et le pays semble l’avoir vécu comme tel, comme un interlude. Pour triompher, il apparaît donc qu’une révolution ne pouvait pas être pensée autrement que comme une mobilisation civique ou civico-militaire ; un mouvement du « peuple » pour demander un changement de gouvernement, pour rectifier le cours des choses et pour permettre la continuité du régime dans ses formes authentiques. En descendant dans la rue, les habitants de la capitale ont fourni à la révolution uriburiste un éphémère, mais indispensable cadre populaire. Les Historiens divergent sur la qualité et la quantité de manifestants présents sur la Place de Mai le 6 septembre. Des témoignages comme ceux de Roberto Arlt26 (pourtant opposé à Uriburu) ou certaines photos de l’époque nous indiquent qu’à leur passage, les militaires reçurent les acclamations des vecinos de la capitale. Par ailleurs, il est clair que le 7 septembre, le rassemblement sur la Place de Mai était numériquement important. Mais en réalité, peu importent les chiffres. Ce qui nous intéresse ici concerne plutôt le fait qu’un général qui aspire au pouvoir en 1930, doive encore compter sur un soutien civil important, ancrer solidement son action dans les formes politiques traditionnelles et la légitimer par un recours à la souveraineté du peuple. Le rassemblement du 7 septembre 1930 en est d’ailleurs une claire expression. Ne pouvant se présenter devant le Congrès pour prendre ses fonctions, le nouveau gouvernement se présente publiquement devant le peuple de Buenos Aires depuis les balcons de la Casa Rosada. Cette mise en scène est la preuve de cette nécessité d’être désigné ou consacré par le peuple, ne serait-ce que par des voies alternatives au vote.

33Il semble donc que, contrairement à ce qu’annonçait Leopoldo Lugones en 1927, « l’heure de l’épée » n’ait pas encore sonné. D’ailleurs, l’armée ne s’est pas massivement insurgée le 6 septembre, la plupart des officiers ont ainsi montré leur loyauté envers la tradition libérale. Seule une poignée de jeunes cadets a réellement pris part au mouvement que l’on a parfois appelée la « révolution des lieutenants ».

Haut de page

Notes

1 A titre d’exemple, voir, Ansaldi, Waldo, “La trunca transición del régimen oligárquico al régimen democrático”, in Falcon, Ricardo, Democracia, conflicto social y renovación de ideas, Nueva Historia Argentina, Buenos Aires: Editorial Sudamericana, 2000, pp. 15-58.

2 Cf. Buchrucker, Cristián, Nacionalismo y peronismo. La Argentina en la crisis ideológica mundial, Buenos Aires: Editorial sudamericana, 1999, 410 p.; Zanatta, Loris, Del estado liberal a la Nación Católica. Iglesia y ejército en los orígenes del peronismo. 1930-1943, Buenos Aires: Universidad de Quilmes Ediciones, 1996, 413 p.; McGee Deutsch, Sandra, Contrarrevolución en la Argentina 1900-1932. La Liga Patriótica Argentina, UNQuilmes Editorial, Bernal: 2003, 267 p.; Finchelstein, Federico, Fascismo, liturgia e imaginario. El mito del general Uriburu y la Argentina nacionalista, Buenos Aires: Fondo de Cultura Económica de Argentina, 2002, 157 p.; Klein, Marcus, “The Legión Cívica Argentina and the Radicalisation of Argentine Nacionalismo during the Década Infame”, in E.I.A.L., Estudios Interdisciplinarios de América Latina y el Caribe, Vol. 13 - nº 2, julio – diciembre 2002, http://www.tau.ac.il/eial/XIII_2/klein.html.

3 Saítta, Silvia, “6 de septiembre de 1930 o el mito de la revolución”, in Godoy, Cristina (comp.), Historiografía y memoria colectiva: tiempos y territorios, Buenos Aires: Miño y Dávila Editores, 2002, pp. 179-197.

4 Sur ce sujet, voir : García Molina, Fernando, Mayo, Carlos, Archivo del General Uriburu. Autoritarismo y ejército, BsAs, CEAL, 1986, 242 p.; Rouquié, Alain, Pouvoir militaire et société politique en République argentine, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977, 772 p. ; Potash, Robert A., El ejército y la política en la Argentina. 1928 – 1945. De Yrigoyen a Perón, Buenos Aires, Hyspamérica, 1986, 441 p.

5 Pour plus d’information sur ce sujet, se reporter à : Devoto, Fernando, Nacionalismo, fascismo y tradicionalismo en la Argentina moderna: una historia, Buenos Aires, Siglo Veintiuno de Argentina Editores, 2002, 306 p.; Mutsuki, Noriko, Julio Irazusta : treinta años de nacionalismo argentino, prólogo Fernando Devoto, Buenos Aires, Editorial Biblos, 2004, 238 p.; Buchrucker, Cristián, Op. Cit.

6 Ibarguren, Carlos, La historia que he vivido, Buenos Aires, Ediciones Peuser, 1954, p. 384.

7 Irazusta, Julio, “Bases y programa de acción de la Liga Republicana”, in Irazusta, Julio, El pensamiento político nacionalista, obligado editora, 1975, pp. 25-27.

8 Palacio, Ernesto, La Nueva República, 28/06/1930.

9 Irazusta, Julio, La Nueva República, 08/11/1930.

10 Palacio, Ernesto, La Nueva República, 18/06/1930.

11 Irazusta, Rodolfo, La Nueva República, 08/11/1930.

12 Bedoya, Fulgencia, La Nueva República, 26/07/1930.

13 Irazusta, Rodolfo, « La dificultad de la revolución », in Julio Irazusta, El pensamiento político nacionalista, Buenos Aires, Ed. Obligado, 1975, pp. 73-75.

14 Crítica, 21/08/1930.

15 Crítica, 21/08/1930.

16 Crítica, 23/08/1930.

17 Critica, 21/08/1930.

18 Sur le processus d’enracinement de la démocratie dans la société argentine entre 1912 et 1945, voir, gutiérrez, Leandro y romero, Luis Alberto, « La construcción de la ciudadanía, 1912-1955 », in Sectores populares, cultura y política: Buenos Aires en la entreguerras, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 1995, 212 p. ; Romero, Luis Alberto, Sociedad democrática y política democrática en la Argentina del siglo XX, Universidad Nacional de Quilmes, 2004, 255 p.; De Privitellio, Luciano, Vecinos y ciudadanos. Política y sociedad en la Buenos Aires de entreguerras, Buenos Aires: Siglo XXI Editores Argentina, 2003, 248 p.

19 A la veille du 6 septembre, dans un entretien publié par la revue Nosotros (n°256, septembre 1930), ce député du Parti Socialiste Indépendant semblait convaincu que la logique de l’histoire ne permettrait pas de retour en arrière. Se félicitant de l’activité manifestante de l’opposition, il affirmait ainsi que la force de l’enracinement démocratique serait la plus forte : « l’on ne nettoie pas d’un simple coup d’éponge vingt ans de progrès politique et social. […] Il est peut-être utile ponctuellement que ces hommes prudents entrent en scène, mais leur présence n’est pas indispensable et ils ne sont pas appelés à rester. Personne de croira aujourd’hui que le gouvernement doit être exclusivement composé de membres des clubs mondains ».

20 Crítica, 21/08/1930.

21 La Nación, 20/08/1930.

22 Sabato, Hilda, La política en las calles. Entre el voto y la movilización. Buenos Aires, 1862 – 1880, Buenos Aires : Editorial Sudamericana, 1998, 290 p.

23 Critica, 23/08/1930.

24 « Pasajes del manifiesto corregido por el teniente coronel Sarobe tal cual fue dado a publicidad el 6 de septiembre de 1930 », in Tulio Halperin Donghi, La Republica imposible (1930-1945), Biblioteca del Pensamiento Argentino, Buenos Aires: Ariel Historia, 2004, p. 335.

25 « Discurso del ministro del Interior, Matías G. Sánchez Sorondo, pronunciado desde los balcones de la Casa de Gobierno », in Tulio Halperin Donghi, La Republica imposible (1930-1945), Biblioteca del Pensamiento Argentino, Buenos Aires: Ariel Historia, 2004, p. 335-336.

26 Arlt, Roberto, « Balconeando la Revolución », in El Mundo, 08/09/1930. “Cette révolution fut des plus sympathiques parce qu’il n’y a pas eu d’épisodes où les participants passent d’un extrême à l’autre. Par exemple, le samedi, dans la rue Callao, tout ne fut que gloire : des jeunes filles, tous âges et tous teints confondus, lançaient des chocolats, des bombons, des bouquets de violettes et de lys sur le passage des cadets. (…) Tout ne fut qu’une promenade, une révolution sans en être une ; toutes les jeunes filles applaudissaient. Il ne manquait plus qu’un orchestre pour que tout le monde se mette à danser. (…) La population montait sur les toits ; les aéroplanes dessinaient des cercles au-dessus de la ville et de nombreuses personnes se dirigeaient vers le centre « pour aller voir la révolution ». C’est que, s’il y a bien quelque chose qui nous caractérise, nous, les portègnes, c’est que nous sommes, ou nous constituons, le peuple le plus « balconant » de la planète. (…) Il ne manquait plus que les serpentins. Fiers, les gens regardaient leurs prochains comme pour leur dire : « Ça y est, nous aussi nous avons notre révolution ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Gonzalez Aleman, « Le 6 septembre 1930 en Argentine : un Coup d’Etat investi de révolutions », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 18 mai 2007, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/5385 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.5385

Haut de page

Auteur

Marianne Gonzalez Aleman

Université de Paris I – MASCIPO, Université de Buenos Aires

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page