Navegação – Mapa do site
Aude Argouse

Antonio Lorente Medina (ed.), Carlos de Sigüenza y Góngora. Oriental Planeta evangélico, Madrid, Universidad de Navarra, Iberoamericana-Vervuert, 2008, 121 p.

[03/02/2009]

Texto integral

1L’ouvrage de Antonio Lorente Medina est une édition inédite de Oriental planeta evangélico, œuvre de Carlos de Sigüenza y Góngora, figure littéraire et scientifique du Mexique (1645-1700). Elle fait l’objet d’une introduction suivie d’une notice explicative quant à ses origines et péripéties. Oriental planeta evangélico retrace les « prouesses missionnaires » de Saint François Xavier en Orient. Elle ne fut pas publiée malgré la volonté de l’auteur. Lorente propose une version modernisée de l’édition de 1700 réalisée par le neveu de Sigüenza, qui se trouve actuellement à l’Université d’Austin (Texas). Elle est agrémentée d’une très utile bibliographie sur don Carlos de Sigüenza y Góngora.

2Antonio Lorente propose d’abord une biographie de l’auteur. Sa personnalité « baroque » s’affirme, au-delà de ses productions écrites, à l’occasion de ses rapports houleux avec la Compagnie de Jésus et de son séjour à l’Université. Ce fut également le cas lorsqu’il exerça la charge de cosmographe royal, en particulier à partir de 1688, à l’arrivée du vice-roi comte de Galve. Celui-ci sut en effet reconnaître en Sigüenza ses « mérites et sa valeur », attisant également ses inimitiés.

3Expulsé de la Compagnie de Jésus, en raison d’un comportement incompatible avec l’ordre, Sigüenza s’inscrit en 1667 à l’Université. Il parcourt un peu les enseignements, du droit canon aux mathématiques.  Il en vient à postuler à la chaire de troisième rang de mathématiques et d’astrologie laissée vacante par le décès de Luis Becerra Tanco. Pour Lorente, ce parcours « hésitant » est la marque du peu d’intérêt que suscite chez Sigüenza l’université, au regard de ses véritables « passions intellectuelles », et d’une frustration constante de n’avoir jamais pu réintégrer la Compagnie de Jésus.

  • 1  Gruzinski, Serge, Les quatre parties du monde. Histoire d'une mondialisation, Paris, Editions de L (...)

4Pourtant, Carlos de Sigüenza y Góngora n’est pas considéré, d’après Serge Gruzinski, comme une personnalité originale mais plutôt comme quelqu’un qui « répercuta des transformations de la philosophie européenne sans être jamais influencé par des traditions de pensée qui lui seraient extérieures »1. Pour Lorente, l’œuvre cosmologique et astrologique de Sigüenza en fait en revanche un formidable représentant de la pensée hispanique en matière d’astronomie, en particulier grâce à ses observations lors du passage de la comète de Halley en 1681.

5Le discours de Sigüenza, présent dans ses œuvres poétiques, reflète surtout le climat spirituel de la Nouvelle-Espagne au XVIIe siècle, c'est-à-dire imprégné de catholicisme tridentin et animé de symbolisme. Sigüenza contribua même très fortement, par ses poèmes imagés, à « fixer la tradition », conférant à chaque groupe social sa représentation quasi emblématique : l’Indien, le Métis, l’Espagnol et le Créole. La figure de Sigüenza est devenue le « paradigme des pulsions et des désirs de la société de la Nouvelle-Espagne ». En ce sens, affirme Lorente dès la première page, « ses écrits constituent le corpus fondamental de la culture créole, dont la cohérence finale paraît déterminée par le fort patriotisme de ses origines ».  

6Les notions de « patrie » et de « nation » renvoient par ailleurs à une certaine épistémologie baroque du patriotisme, que le compilateur de cet ouvrage en trois parties, dont seule la dernière est de Sigüenza, propose de découvrir dans l’œuvre de cet exceptionnel penseur, qui exerça entre autres le métier d’écrivain public. Ainsi, imprégné de catholicisme hispanique et soucieux d’une lecture érudite des faits et récits de sa terre natale, Sigüenza illustre parfaitement un cas « d’hybridisme discursif ». Celui-ci serait soumis à l’impératif objectif de concilier orthodoxie de l’historien et orthodoxie catholique. C’est du moins la vision offerte par Lorente qui, de manière tout à fait pertinente, relève dans la tension textuelle des relations historiques, les fondements conscients d’un « être mexicain », tel que Sigüenza le construisait à travers ses œuvres.  

Topo da página

Notas

1  Gruzinski, Serge, Les quatre parties du monde. Histoire d'une mondialisation, Paris, Editions de La Martinière, 2004, 479 p.

Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Aude Argouse, « Antonio Lorente Medina (ed.), Carlos de Sigüenza y Góngora. Oriental Planeta evangélico, Madrid, Universidad de Navarra, Iberoamericana-Vervuert, 2008, 121 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [Online], Resenhas e ensaios historiográficos, posto online no dia 03 fevereiro 2009, consultado o 20 setembro 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/54043

Topo da página

Autor

Aude Argouse

Artigos do mesmo autor

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Topo da página