Navigation – Plan du site
Colloques | 2007
L'idée de Révolution en Amérique latine du 19e au 20e siècle. Paris, 26-27 Janvier 2007 – Dossier édité par Eugénia Palieraki et Marianne González Alemán

Présentation: "L'idée de révolution en Amérique latine du 19e au 20e siècle"

Centre de Recherches d’histoire de l’Amérique latine et du monde ibérique(Institut Pierre Renouvin – Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne) UMR 8168 « Mondes américains, sociétés, circulations, pouvoirs ».Paris, 26-27 Janvier 2007
[26/09/2007]

Dans le continent latino-américain, le projet de construction d’un ordre social et politique idéal s’est souvent pensé en termes d’un changement radical. La tentation révolutionnaire, déjà présente dans l’origine des états nationaux, n’a jamais cessé de séduire les acteurs sociaux et politiques.

Signaler, toutefois, que le paradigme révolutionnaire fut une constante de l’histoire politique latino-américaine des 19e et 20e siècles, risque de reproduire la réputation, qui ne cesse de poursuivre le continent latino-américain. Celle qui veut que ce soit celui-là le continent révolutionnaire par excellence, terre de tous les possibles, là où les deux facettes de la révolution se rejoignent, celle identifiée au chaos, au désordre et à la violence, et celle assimilée à l’utopie, à l’idéalisme. Ce goût pour la révolution, considéré comme « typiquement latino-américain », et qui peut être à la fois motif d’orgueil national ou de mépris vis-à-vis d’une démocratie représentative créole.

Le principal défi reste, à notre avis, celui d’historiciser la référence révolutionnaire. Ce désir de rupture qui revient sans cesse, comment fut-il pensé et mis en oeuvre dans des contextes historiques différents ? Comment établir les moments clés de mutation du paradigme révolutionnaire et comment les interroger ? Il s’agit, donc, ici de retracer l’évolution de l’idée révolutionnaire, en choisissant comme points de départ certains moments et lieux privilégiés.

Le colloque est organisé en trois sessions, à la fois thématiques et chronologiques, traversées par trois axes, qui structureront notre réflexion :

  • 1) Un premier axe centré sur les continuités et les ruptures dans la construction des différents paradigmes révolutionnaires.

  • 2) Un deuxième axe centré sur la lecture et la reconstruction du passé révolutionnaire.

  • 3) Le troisième et dernier axe va porter sur la rencontre et interaction entre deux espaces de référence : le national et l’international ; sur l’emploi et l’intégration des références révolutionnaires mondiales dans le cadre national.

Comité d’organisation

  • Marianne González-Alemán (Université de Paris I, Université de Buenos Aires, UMR 8168)

  • Isidro Vanegas (Université de Paris I, Université de l’Externado – Bogota, UMR 8168)

  • Eugénia Palieraki (Université de Paris I, Université Catholique de Santiago, UMR 8168)