Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesExtraits de thèses2009Rituel et pouvoir : sens et usage...

2009

Rituel et pouvoir : sens et usages des liturgies civiques. De la Vice-royauté du Pérou à l’orée de la République (Lima, 1735-1828)

Thèse doctorale soutenue à l’EHESS de Paris le 19 novembre 2008. Directeur de Thèse : Nathan Wachtel. Membres du Jury : Bernard Lavallé, Juan Carlos Garavaglia, Pilar González Bernaldo, Ana María Lorandi
Power and ritual : meaning and uses of civil liturgies. From the vice-royalty of Peru to the early Republic (Lima, 1735-1828)
Pablo Ortemberg

Résumés

La thèse analyse les usages et les différents sens, mais aussi les changements et les continuités des fêtes du pouvoir royal, indépendantiste puis républicain, visant à célébrer le régime et à construire l’autorité suprême à Lima, entre 1735 et 1828. À travers sa dimension rituelle, l’autorité érige son imaginaire, dans lequel elle trouve la source de son efficacité et le garant de sa continuité. La question devient particulièrement aiguë dans les périodes marquées par la crise de la monarchie, les guerres, les changements de régime politique et l’édification des nouvelles nations. L’objectif principal de la thèse comprend deux dimensions. Premièrement, une analyse des usages que les acteurs sociaux font du rituel politique, et des sens qu’ils parviennent à lui imprimer pour chaque circonstance dans laquelle il est mis en pratique. Deuxièmement, un examen des transformations et des continuités de ces schémas normatifs. On démontre, à travers le prisme du rituel, comment se manifestent dans les processus historiques les changements dans la continuité et les continuités dans le changement.

Haut de page

Texte intégral

La république catholique : caractère religieux du cérémonial politique républicain

  • 1  Ce texte est un extrait de la troisième partie de la thèse, intitulée « Les rituels politiques fac (...)
  • 2 Gaceta del Gobierno legítimo del Perú, décembre 1822, reproduite dans Colección Documental por el S (...)

1L’abandon de la symbolique et du cérémonial solaire du Protectorat n’impliquait pas un changement dans les éléments catholiques du cérémonial politique républicain1. Nous avons pu le vérifier lorsque nous avons analysé le cérémonial politique du Congrès et de la Constitution de 1823. Nous soutenons l’hypothèse selon laquelle la liturgie chrétienne était davantage invoquée par le pouvoir politique durant la “phase péruvienne”, c’est-à-dire, par le congrès National, que durant le Protectorat. Rappelons-nous que lors de la mutinerie contre Bernardo Monteagudo, il fut accusé, entre autres choses, d’être “irréligieux”. Les républicains considéraient hérétiques un certain nombre de ses mesures. De son côté, la propagande royaliste forçait la note sur le caractère sacrilège de l’émancipation en attaquant directement la figure de San Martín. Depuis Cuzco, l’éditeur Gaspar Rico publia dans la Gaceta une “chanson marrane” (Canción Marrana), dont la troisième strophe interpelle directement le Libérateur : Le temple t’embarrasse / le Rosaire te fait peur / tu ne crois pas aux mystères / du souverain Dieu Le Père / parce que si t’y croyais / il est clair et net / que, fier, tu n’outragerais pas / ses rituels sacrés”2.En plus des réformes, étudiées précédemment, ce genre d’attaque a contribué à forger l’image d’“impie étranger” qui finit par caractériser Monteagudo et a jeté le discrédit sur le projet du Protectorat. Dans tous les cas, les religieux péruviens membres du Congrès ne pouvaient pas être soupçonnés d’athéisme ni souffrir de calomnies de cette nature.

  • 3  Mariano de Vedia y Mitre, La vida de Monteagudo. Ed. Guillermo Kraft, Buenos Aires, 1950 (3 tomes) (...)

2Le pire ennemi politique de Bernardo Monteagudo à Lima était le républicain José Faustino Sánchez Carrión. Un décret émanant du Congrès où siégeait cet éminent député consigna son expulsion perpétuelle du Pérou, le condamnant à mort de manière indirecte, car il le mettait hors de la protection de la loi s’il revenait fouler le sol péruvien. Non seulement leurs projets politiques étaient opposés, mais également leurs visions de la religion ainsi que leur propre personnalité. Tandis que Monteagudo était vu comme un “sybarite”, “ostentatoire” ou un épicurien envahissant, Sánchez Carrión se montrait fidèle à son épouse, avait des manières sages et la religion catholique était l’axe de sa vie ; il avait été séminariste, avant de commencer ses études au Convictorio (Collège) San Carlos. Les biographies de Monteagudo soulignent ce contraste. Elles notent également que lorsque Bolívar ramena Monteagudo à Lima, le Libérateur s’amusa à les faire discuter à propos de la religion et d’autres thèmes. L’audacieuse libéralité de Manuelita Sáenz reçut la sympathie de Monteagudo3. Ces contrastes ne sont pas anecdotiques, car Sánchez Carrión incarnait fidèlement le membre type de l’assemblée constituante.

  • 4  Manuel Jesús Obin et Ricardo Aranda, Anales parlamentarios del Perú, Impr. del Estado, Lima, 1895; (...)

3Parmi les propositions iconographiques concernant le blason national, Gregorio Paredes suggéra une croix sur un soleil qui représentait “le véritable culte qui survécut à l’antique idolâtrie”4. Ce fut la seule fois qu’un signe religieux apparut dans les propositions indépendantistes et républicaines. La proposition oubliait non seulement la rhétorique incaïste, mais y était particulièrement opposée. Bien que sa proposition n’ait pas obtenu de consensus, c’est tout de même Gregorio Paredes qui apposa sa signature au bas du blason définitif de 1825 en tant que président du Congrès.

  • 5  “Archives Numériques de la législation du Pérou. Lois de l’an 1820 à l’an 1904-Lois non numérotées (...)
  • 6  LDC 25 septembre 1822.
  • 7  LDC 21 septembre 1822 : “obtener el favor del cielo en sus deliberaciones para la felicidad del Es (...)
  • 8  LDC 5 mai1823.
  • 9  LDC 22 mai 1823. Il était signé par le président Riva-Agüero.
  • 10  LDC 21 octobre 1822 : “se encarga a los diocesanos manden añadir en las misas la tercera oración: (...)
  • 11  LDC 22 mai 1823 : “añadir en la misa la oración: Deus qui conseris bella, etc.” (en italique dans (...)

4Au-delà du modèle rituel de Cadix fortement ancré dans la liturgie religieuse pendant les premières années de la république, le recours traditionnel aux prières et messes d’action de grâces dans la cathédrale pour pratiquement n’importe quel événement ayant trait aux intérêts de l’État était systématique. Le jour même de son installation, le Congrès dédia à San Martín une messe d’action de grâces pour les services rendus. Il fut considéré comme “le premier soldat de la liberté”5. Cinq jours plus tard, fut décrétée une action de grâces en l’honneur de l’Armée libératrice. À nouveau toutes les corporations civiles, militaires et religieuses étaient présentes, comme lors d’une fiesta de tabla, dans l’enceinte de la cathédrale pour mener à bien l’événement6. La première prière publique fut décrétée par le Congrès le jour suivant son installation, afin “d’obtenir la faveur du ciel dans les délibérations pour la félicité de l’État”7. En 1823 commencèrent les actions de grâces dédiées à Simón Bolívar8. Le “Dieu des victoires” était invoqué comme jamais, spécialement dans ces moments si critiques sur le plan militaire. Le décret du 23 mai 1823 ordonna qu’une prière collective ait lieu dans toutes les églises de la république après la grand-messe, chaque dimanche, tout le temps que durerait la guerre9. L’intervention du pouvoir politique dans la liturgie religieuse est devenue manifeste lorsque le décret qui ordonnait une messe pour la bonne destinée du Congrès commanda également que “l’on charge les diocésains de demander l’ajout d’une troisième oraison dans la messe : Deus qui corda fidelium Sancti Spiritus, etc.” (en italique dans l’original)10. Cette prière fait référence à la messe de l'Esprit Saint et fait partie de la l'oraison du Veni Sancti Spiritus qui est dite habituellement au début des réunions importantes comme les conclaves, conciles et autres occasions liturgiques ou paraliturgiques. Une ingérence similaire fut faite l’année suivante, lorsque l’on demanda aux prêtres “d’ajouter à la messe l’oraison Deus qui conseris bella, etc” (en italique dans l’original)11, dont le sens est une supplique de paix en temps de guerre. Toutefois, à la différence de l’époque vice-royale, la prière avait perdu sa fonction économique. Elle avait cessé d’être associée à des dons. Depuis l’arrivée de San Martín, un système de dons et d’impôts de guerre avait été mis en place, appelé “contributions”, en dehors de l’orbite ecclésiastique.

  • 12  LDC 22 septembre 1823 : “reconociendo la especial protección del Ser Supremo por la mediación de l (...)
  • 13  Avec ironie, Robert Proctor note dans sa chronique que le gouvernement “…fit une grande réforme, t (...)
  • 14  En 1945, un décret du président de la république d’Argentine, le général Pedro Ramírez, établit qu (...)

5Le 22 septembre 1823, le président José Bernardo Tagle promulgua un décret qui en “reconnaissant la protection spéciale de l’Être suprême par l’intermédiaire de la Très Sainte Vierge de Mercedes dans les événements heureux pour les armes de la patrie (…) déclarera la Très Sainte Vierge de Mercedes patronne des armes de la République”12. Le gouvernement l’honora deux jours plus tard, en accord avec le calendrier des saints13. Cela marque une autre différence avec la phase protectorale. San Martín n’avait pas trouvé opportun d’investir une patronne pour le Protectorat. D’un côté, il avait déjà consacré l’armée des Andes à la Vierge de Carmen avant sa traversée du Chili. D’un autre côté, sa stratégie à Lima fut de reconnaître les saints patrons de la ville et d’adapter le cérémonial à ces cultes déjà établis comme en témoigne le choix de Santa Rosa comme patronne de l’ordre du Soleil. Néanmoins, il s’agissait alors de choisir un patron ou une patronne pour l’armée de la république (en dehors du fait qu’elle était composée de forces chiliennes, rioplatenses et colombiennes). Il est possible que Tagle ait pris en compte la popularité qu’avait fini par obtenir l’image de la Merced dans le Río de la Plata, après la victoire de Manuel Belgrano à la bataille de Tucumán le 24 septembre 1812. En plus d’offrir à cette image les drapeaux capturés, elle fut choisie comme patronne et reçut le grade de général (avec remise du bâton de commandement). Belgrano se montra à nouveau reconnaissant envers ce patronage lorsqu’il obtint une autre victoire à la bataille de Salta, le 20 février 181314.

  • 15  Archivo Histórico Municipal de Lima, AHM, Correspondencia Junta Municipal 1824-1826, Caja 1, doc. (...)
  • 16 Ibid., articles 1, 2, 3 et 4. Les inspecteurs de quartier étaient chargés de faire accomplir le déc (...)

6Après la victoire à Ayacucho, tandis que le cérémonial politique se concentrait sur la figure du Libérateur, la fête de la Merced continua d’être célébrée. C’était une fête à ne pas négliger et à laquelle ne devait manquer aucun membre du gouvernement ou des corporations. Le colonel Manuel Salazar y Vicuña, préfet intérimaire du département de Lima, émit un ordre, le 22 septembre 1825, par lequel il commandait de célébrer le jour de la patronne des armes de la république15. L’ordre précisait que toutes les victoires militaires, y compris celle de Ayacucho étaient dues à l’intercession de la patronne. Le “Peuple religieux et patriote” devait orner les portes et balcons des maisons les 23 et 24 septembre. Ces jours-là, juste après sept heures du soir, il y eut des illuminations et les cloches retentirent. Le défilé des autorités devait aller du Palais jusqu’à l’église de la Merced. Pour cela, les vecinos qui vivaient le long du trajet emprunté par le défilé étaient tenus de nettoyer la rue et de décorer leur maison avec un soin particulier16.

  • 17  LDC 29 novembre 1825; et AHM, Correspondencia Junta Municipal 1824-1826, Caja 1, doc. 13, Lima 7 d (...)

7En effet, la fête civique autour de la personne de Simón Bolívar n’excluait pas la symbiose entre pouvoir politique et liturgie chrétienne. Un décret du 29 novembre 1825, à peu de jours du premier anniversaire de la victoire de Ayacucho, ordonnait la célébration solennelle, chaque année, de l’octave de la Fête-Dieu17. Les festivités annuelles de l’Immaculée Conception les 8 et 9 décembre commémorent simultanément des événements politico-militaires : d’un côté, l’aide qui a été apportée par l’invocation des chefs militaires avant de se lancer dans la bataille d’Ayacucho ; de l’autre, la coïncidence entre la Fête-Dieu et l’entrée de Bolívar dans Lima en novembre 1824, après l’occupation de la ville par les royalistes pendant près d’un an.

8Après le départ de Bolívar, le Congrès adopta en 1828 San José comme saint patron de la république. Cela peut être interprété comme une réponse à la réaction populaire face à la politique de diminution des jours fériés religieux. Le 20 mars, le président de La Mar publia un décret :

  • 18  Biblioteca Nacional de Lima, BNL, Sala Investigadores, Manuscritos. Édit imprimé le 28 mars 1828, (...)

“Considérant 1) que le peuple désire la restitution de certains jours festifs antérieurement supprimés ; 2) qu’il est convenable d’accéder à son désir sans que cela porte préjudice aux industries et aux mines ; 3) que les Péruviens font preuve d’une dévotion particulière au glorieux Saint José et que dans presque toutes les églises de la République on le commémore chaque mois ; décrète […] art. 2 ° : le Congrès choisit et prend pour patron de la République le glorieux Saint José et se place sous son patronage spécial. Sa fête principale sera de tabla, avec la présence des corporations dans toutes les cathédrales et églises mères.”18

9Cette décision a pu également être influencée, outre la concession au sentiment populaire, par l’opinion de celui qui était alors président du Congrès National, le clerc Javier Luna Pizarro et qui sera plus tard nommé évêque de Lima. Il est probable que la coïncidence de cette fête avec le prénom du président José La Mar ait aussi compté. Mais un élément lié au choix de San José paraît plus important : la veille du jour de cette même année (le 18 mars 1828), le Congrès venait de promulguer la constitution politique de la République péruvienne.

  • 19 La Prensa Peruana, n°19, jeudi 20 mars 1828.

10La différence d’un jour entre la Constitution et la San José ne suffit pas à nous faire oublier que la même coïncidence se produisit avec la constitution de Cadix. La république avait par conséquent sa nouvelle “Pepa”. Enfin, il est intéressant de remarquer que, dans un édit promulgué quelques jours plus tard, le vicaire Francisco Javier de Echagüe ratifiait la liste des jours fériés religieux rétablis. Non seulement il incluait le jour de San José, parce qu’il était patron de la République, mais aussi celui de Santa Rosa, en tant que “Patronne de la Nation”19.

11Enfin, la présence de Simón Bolívar ainsi que les victoires militaires ont permis l’incorporation d’un nouveau système cérémonial qui coexistait désormais avec les rituels politico-religieux traditionnels, que nous analyserons plus loin. Cependant, la période qui commence avec le départ de San Martín et se termine avec la victoire de Ayacucho ne connaît aucune innovation dans les fêtes civiques. Le rituel politico-religieux traditionnel a même été renforcé (actions de grâce, messes, calendrier des saints). Cette continuité de l’usage politique traditionnel de la liturgie chrétienne suggère diverses interprétations. En premier lieu, il est possible que la brièveté du gouvernement parlementaire, avant la dictature de Bolívar, ait rendu impossible la création de nouveaux rituels. On peut avancer aussi que les anciens n’étaient pas en mesure d’acquérir un caractère nouveau. La prolongation de la guerre constituait également un obstacle à la consolidation d’un nouveau système de célébration patriotique. À l’opposé, la république, bien qu’elle connût des hésitations, paraît avoir disposé de temps pour imposer une nouvelle symbolique. San Martín, malgré un passage assez bref au gouvernement, avait non seulement institué une nouvelle symbolique, mais aussi stimulé les défilés civiques. Monteagudo, quant à lui, intégra les femmes et les enfants à la nouvelle liturgie patriotique, ainsi que nous l’avons vu dans la partie précédente. Par conséquent, nous réitérons la question : pourquoi les républicains du premier Congrès constituant n’ont-ils pas insisté sur la pédagogie festive ? En deuxième lieu, l’assemblée a fait preuve de manque d’autorité sur la question. Il est certain que l’inconsistance de la première assemblée constituante était flagrante pendant les deux occupations de l’armée royaliste dans la ville de Lima. Le peu de charisme de la junte gouvernementale peut avoir ainsi donné lieu à une propagande du nouveau régime de faible ampleur. Une troisième hypothèse réside dans “l’évasion du conflit”. Ainsi que cela s’était produit avec le nom Pérou, créer un nouveau rituel civique aurait suscité des discussions interminables entre les députés. En somme, bien qu’aucune innovation dans le cérémonial politique n’ait eu lieu durant cette période, une préoccupation a été réitérée : que le cérémonial politique obtienne chaque fois davantage l’assentiment national. Cette inquiétude était accompagnée d’un effort pour créer de nouvelles dates officielles qui convertiraient l’éphéméride de l’Indépendance américaine en la première éphéméride de la République péruvienne.

“Péruanisation” du rituel politique et nouveau calendrier civique avant Junín et Ayacucho

  • 20  LDC 23 novembre 1822.

12Moins de deux mois après l’installation du Congrès souverain, un décret modifiait ce qu’avait établi San Martín le 15 février selon lequel on devait prononcer l’expression “¡Viva la Patria!” au début et à la fin de chaque action publique. Cet usage devait être repris “dans les tribunaux de n’importe quelle juridiction”, ainsi que “dans les théâtres et autres divertissements publics”. Cependant, la phrase devait être modifiée et devenait “¡Viva el Perú!20. À la différence d’autres pays de la région, la culture nationale péruvienne actuelle maintient vivace ce topique perlocutoire, singularité de la communauté imaginée qui était en gestation en 1822. Ce décret nous paraît refléter la préoccupation des députés d’attribuer un caractère national à l’Indépendance.

  • 21  LDC 31 octobre 1822 : “una fiesta nacional”.
  • 22 Ibid.: “Por decreto posterior se dispondrá la forma de esta solemnidad”.

13Les députés décidèrent de nouvelles dates pour un calendrier civique national. Le 30 octobre, précisément, un décret établit que le 20 septembre devait faire partie du calendrier, car c’est la date à laquelle le Congrès s’est installé. On devait célébrer ce jour une “fête nationale”21. Toutefois, le manque d’innovation concernant ce type de cérémonie redevient évident dans l’article 2 de ce même décret : “par un décret postérieur seront prises les dispositions concernant la forme de cette solennité”22.

  • 23  LDC 15 novembre 1822.
  • 24 Ibid.: “solo se entonará el Te Deum después de la misa mayor, sin asistencia del Gobierno” (c’est n (...)
  • 25  Voir dans ce travail, p. 596-597.

14Quelques jours plus tard, le Congrès crut bon de formaliser un calendrier civique national, qui distinguerait les fêtes religieuses auxquelles devait assister le gouvernement (fiestas de tabla), des commémorations civiques qui requéraient aussi une présence dans la cathédrale23. Parmi les premières se trouvaient le mercredi des Cendres ; le dimanche des Rameaux ; Jeudi et Vendredi Saints ; le deuxième jour de Pâques de la Résurrection ; celui de l’Ascension de la Vierge ; le 30 août, fête de Santa Rosa ; le 8 et 26 décembre de l’Immaculée Conception. Si nous comparons avec le calendrier protectoral proposé par Monteagudo, nous voyons qu’il n’y a aucune différence. Cependant, le contraste apparaît avec les anniversaires civico-politiques. Les congressistes décidèrent que le gouvernement devait être présent à l’église pour commémorer seulement le 28 juillet, jour de l’Indépendance du Pérou, et le 20 septembre, anniversaire de l’installation du Congrès. Le 12 février, date anniversaire de la bataille de Chacabuco ; le 5 avril, celle de la bataille de Maipú ; le 8 septembre, celle du débarquement de l’Armée Libératrice ; le 6 décembre, celle de la bataille de Pasco ; et le 29 décembre, celle de l’indépendance du département de Trujillo “on entonnera seulement le Te Deum après la grand-messe, sansla présence du gouvernement” (c’est nous qui soulignons)24. La comparaison de cette liste avec la proposition de Monteagudo25 montre la suppression des anniversaires du Statut Provisoire et ceux de l’ordre du Soleil, ce qui n’est pas étonnant. En revanche, on peut être surpris par l’annulation des anniversaires de l’indépendance du Chili (18 septembre) et de la révolution de Mai – indiquée par Monteagudo comme “indépendance de Buenos Aires – (25 mai). Il ne restait alors que les batailles gagnées par l’Armée libératrice. Cela montre que le calendrier civique péruvien avait adopté un caractère exclusivement péruvien qui marquait les frontières de façon symbolique dans la construction d’une mémoire-identité nationale, distincte des Provinces Unies du Río de la Plata et du Chili. Cela était renforcé par l’établissement comme fêtes de tabla l’anniversaire de l’indépendance péruvienne et celui de l’installation du Congrès de la république du Pérou uniquement.

  • 26  Face à l’inévitable occupation royaliste de Lima durant le mois de juin 1823, les députés émirent (...)

15Toutefois, la perte du caractère continental de l’émancipation ou bien la nationalisation de la guerre contre les royalistes n’était pas la seule chose qu’on pouvait lire dans ce calendrier. De la même façon, l’Indépendance de Trujillo fut exclue définitivement, aussi bien comme fête de tabla que comme date de commémoration. Par conséquent, en octobre 1822 commença un processus de nationalisation de la fête de l’Indépendance ainsi qu’une “liménisation” de cette fête26. C’est un premier pas que fit Lima pour signaler de manière différente le centralisme vice-royal que Cuzco lui avait arraché depuis environ un an.

  • 27  LDC 17 décembre 1822 : “que la Junta Gubernativa remita al ejército expedicionario del Sur compete (...)

16Les fêtes civico-religieuses devaient avoir lieu sur l’intégralité du territoire de la république. L’accomplissement du cérémonial politique ne fut jamais aussi important que durant cette période de lutte territoriale contre les royalistes. Pendant ces années, l’espace péruvien se trouvait divisé et ses frontières étaient redéfinies en permanence (fig. 76). La spatialité du rituel recouvrait une importance majeure. Par conséquent, le cérémonial politique que nous avons décrit jusqu’à maintenant avait pour fonction d’assurer la cohésion morale de la république et de garantir la fidélité des pueblos présents sur le territoire disputé. L’article 7 du décret commandant de prêter serment aux fondements de la constitution républicaine établissait : “que la junte gouvernementale remette à l’armée expéditionnaire du Sud le nombre adéquat d’exemplaires afin que le général en chef puisse recevoir le serment, qu’il prêterait en personne au préalable, conformément à l’ordonnance ; et avertissant que l’on procède de même dans les pueblos qui seront libérés au fur et à mesure” (C’est nous qui soulignons)27. L’article 8 exigeait que soient ensuite remises les attestations de serment.

  • 28  LDC 18 janvier 1823.
  • 29 Ibid.: “un Cóndor [qui le toucherait] con el pie izquierdo, las alas extendidas y el pico abierto, (...)

17La république devait littéralement gagner du terrain. Le seul projet monumental qu’il y avait entre le Protectorat et la victoire de Junín fut celui d’ériger un obélisque à Arica en honneur de l’expédition des Intermedios (vers les ports intermédiaires au sud du Callao) qui venaient de débarquer sur ces plages28. Le monument visait à affirmer la présence de l’État sur le territoire en conflit, d’où le choix de ce port symbolique loin de Lima. C’était la première fois depuis l’Indépendance que l’on projetait depuis la capitale l’édification d’un monument en dehors de son espace urbain ou périurbain. Néanmoins, comme fréquemment à l’époque, l’obélisque ne fut jamais construit. D’après le projet, la face orientée vers la mer devait porter les noms des chefs de l’armée du Sud. La face sud, ceux des chefs des corps du Chili ; la face Est, ceux des chefs du corps du Río de la Plata ; le côté nord, ceux du Pérou. Au milieu, on aurait dû lire : “La République du Pérou à l’Armée du Sud”. Plus intéressant, la représentation prévue pour orner le sommet : “un Condor [qui serait posé] sur la patte gauche, les ailes déployées et le bec ouvert, regardant vers la route empruntée par l’Armée à la recherche de l’ennemi, et symbole de la célérité et de la bravoure avec lesquelles elle l’a poursuivi et capturé”29. À nouveau, on incluait les animaux dans les emblèmes relatifs au sort des armes.

18Cette trajectoire empruntée par la symbolique de l’Indépendance pour s’affirmer révèle que le premier gouvernement autonome tenta de définir les limites d’un territoire non seulement “libéré”, mais aussi “péruvien”. Il nous semble que l’expérience d’avoir été gouvernés par des “étrangers” dans la phase protectorale contribua en grande partie à cette impulsion de “péruanisation” consciente de la république. La méfiance générée chez beaucoup par l’association avec la Grande Colombie, qui remontait à son annexion de Guayaquil, a pu également accélérer les premiers pas de la définition politique de “péruanité”(l’identité péruvienne). Parallèlement à ces processus de différenciation avec les autres nations indépendantes, ce qui s’était passé dans la ville de Lima constituait le scénario idéal pour le déploiement d’une guerre de symboles politiques, alors qu’elle était occupée à deux reprises par les troupes royalistes. L’espace de la ville dut être exorcisé plusieurs fois par les deux camps.

Les royalistes de nouveau à Lima : des exorcismes symboliques

19Quand, au milieu de l’année 1823, les troupes de Canterac se trouvèrent suffisamment proches de la capitale, le Congrès considéra qu’il fallait abandonner la ville, et avec une grande partie de sa population, se réfugier dans la forteresse du Callao. Le témoignage de Proctor, un Anglais résidant à Lima, offre une image éloquente de ces moments :

  • 30  Robert Proctor, op. cit., p. 205-206.

“Le dimanche matin, le 15 juin, par une faveur spéciale, on nous a donné un permis et un passeport pour quarante mules et, en les enfermant dans le patio de la maison, nous les avons chargées de bagages, d’argent, de livres et de quelques meubles, et nous avons trouvé un officiel pour les accompagner à la sortie de Lima […] À douze heures, nous sommes sortis par le Callao, les femmes sur une carriole et moi à cheval. Le chemin était littéralement rempli de toute sorte de véhicules, chevaux chargés, mules, ânes et piétons. Le Callao était plein de gens, alors que des milliers étaient encore en route pour y venir.”30

  • 31  Quelques heures avant l’entrée des troupes royalistes dans la ville, Proctor décida de rentrer à c (...)
  • 32  Trois presses furent sauvegardées parce qu’elles avaient été cachées ainsi que la presse du gouver (...)

20La garde civique créée par Monteagudo, qui servait à présent le gouvernement républicain, emmena les prisonniers péninsulaires dans la forteresse. Bien que la majorité des habitants de la ville se soit réfugiée au Callao, beaucoup qui conservaient des sentiments hésitants vis-à-vis de la cause indépendantiste étaient restés chez eux31. Canterac passa un mois dans la ville, exigeant les contributions et procédant à des confiscations. Lorsqu’il l’abandonna le 16 juillet, il s’assura de la destruction des machines de l’hôtel de la Monnaie et d’autant de presses d’imprimeries qu’il put en trouver32. Le lendemain, le Congrès destitua Riva Agüero et nomma Torre y Tagle président, tandis qu’ils attendaient l’arrivée de Bolívar. Sucre fut nommé plus tard. Suite au conflit ouvert que cela provoqua, Riva Agüero prit la décision de s’établir à Trujillo avec un gouvernement parallèle ne reconnaissant pas l’autorité du Congrès de Lima.

  • 33  LDC 18 juillet 1823.

21Le 18 juillet, le Congrès édicta un arrêt donnant son accord à la suggestion de la municipalité de faire dire une messe d’action de grâces avec un Te Deum pour remercier Dieu d’avoir libéré “pour toujours” Lima. Le gouvernement pensa que cela n’était pas convenable, car les premières mesures qui devaient être prises visaient à rétablir la sécurité et l’ordre. Après avoir reconsidéré la suggestion, il entrevit les bénéfices pour l’ordre et la sécurité que comportait une telle cérémonie. À notre avis, le rituel pour “exorciser” l’espace profané par les royalistes parut nécessaire. Cela a également pu constituer un “test de patriotisme”, tel que nous l’avons vu en diverses occasions depuis la vice-royauté. Le programme incluait l’illumination et le carillon général entre sept et huit heures du soir les 19, 20 et 21. Le 20, le gouvernement et les corporations civiles, militaires et religieuses se réunirent dans la cathédrale pour participer à la messe et au Te Deum33. C’était un cérémonial politique à caractère solennel émanant du sommet du pouvoir. La participation populaire et l’ambiance festive se limitaient aux illuminations et aux tintements des cloches. Le programme ne comportait aucun divertissement public, probablement pour éviter les débordements dans une conjoncture d’une extrême fragilité politique. De plus, ce n’est pas la première fois que nous pouvons observer la fonction exorciste du rituel politique ; elle était présente dans les deux camps.

22Parmi les titres, les honneurs et les cadeaux que le Congrès constituant remis courtoisement à San Martín lors de sa cérémonie de départ, se trouvait le pennon royal de la ville qu’il conserva fièrement parmi ses biens les plus chers jusqu’à la fin de ses jours en France. À sa mort, son cercueil fut recouvert de cet étendard, avant d’être rendu au Pérou à la demande du président Ramón Castilla en 1861. Cet emblème, comme nous l’avons dit, avait été saisi par San Martín les premiers jours de son entrée à Lima. De manière erronée, le Libérateur s’y référait toujours comme à l’étendard de Pizarro, croyant que c’était l’emblème de la conquête espagnole, alors qu’en réalité c’était celui du pouvoir espagnol en Amérique. Nous avons analysé l’importance symbolique des drapeaux et des rituels qui leur sont associés, dans les deux camps. San Martín se préoccupa de trouver le pennon royal, qu’un Espagnol avait caché au sud de Lima. Quelque chose d’analogue se produisit lorsque les troupes royalistes revinrent occuper Lima en 1824, cette fois-ci pendant presqu’un an.

23La chronique anonyme Anales de la Provincia de Lima contient un récit intéressant à propos de l’incident survenu avec l’étendard de la Liberté, c’est-à-dire celui avec lequel fut proclamée l’Indépendance le 28 juillet 1821. Le militaire royaliste García Camba déploya tous ses efforts pour le retrouver et le conserver comme trophée, en même temps qu’il prétendait exorciser la ville de la profanation révolutionnaire. Voici le fragment de texte :

  • 34  Anonyme (s/d), Anales de la Provincia de Lima, s/r. AHM, f. 13: “En los primeros días de la llegad (...)

“Dans les premiers jours de l’arrivée de l’Armée royale, le gouverneur don Andrés García Camba exigea de l’alcalde municipal qui était en fonction cette année, don Francisco Mendoza, la remise de l’étendard avec lequel fut proclamée l’Indépendance dans cette capitale le 28 juillet 1821 ; mais celui-ci, ainsi que d’autres regidores répondirent qu’ils ignoraient où il se trouvait. Celui-là insista, en admonestant la corporation. Malgré cette seconde sommation, on ne put procéder à la remise. Le 10, le général Camba ordonna la réunion du cabildo pour le lendemain. Le 11, un piquet de troupe se constitua dans la salle du conseil, accompagné d’autres individus. Alors, en s’adressant aux membres du cabildo, il les informa que leurs fonctions avaient pris fin et que les personnes venues avec lui devaient les remplacer. À la suite de quoi, il exigea à nouveau de l’alcalde absous la remise de l’étendard ; et après que celui-ci ait répondu n’avoir rien à ajouter à ce qui avait été exposé auparavant, le gouverneur irrité menaça les conseillers municipaux sortants de le faire emprisonner au Callao, à la disposition du général Rodil, s’ils ne pouvaient assurer la remise le jour même. Grâce à la force de cette menace, l’étendard fut remis à la tombée de la nuit entre les mains de l’archidiacre de cette église [non précisée] docteur Don Ygnacio Mier, par l’intermédiaire d’une femme, dont le nom n’a pas été divulgué, et transmis immédiatement au gouverneur.”34

  • 35  Cela commence ainsi: “Je peux constater que dans cette ville il existe quelques étendards de révol (...)
  • 36  AHM Cabildo, Alcaldía, Gobierno realista 1823-1824, Oficio del gobernador García Camba du 7 mars 1 (...)
  • 37  AHM Cabildo, Alcaldía, Gobierno realista 1823-1824, Oficio del gobernador García Camba du 9 mars 1 (...)

24Camba envoya la première note de service à la municipalité le 5 mars 182435 et la suivante deux jours après36. Dans une autre, il expliquait son obstination au sujet de l’étendard. Cela répondait à l’importance que lui avaient attribuée les révolutionnaires. La mauvaise volonté des membres du cabildo provoqua leur remplacement et ils évitèrent de justesse la prison (pas tous) en remettant l’étendard au dernier moment. Furieux de ne pas obtenir de réponse satisfaisante, Camba annonça à la municipalité : “je viens d’ordonner l’arrestation de Don Miguel Gaspar de la Fuente y Pacheco, de la maison duquel venait l’étendard en question, scandalisant les bien-pensants de la ville, juste après notre retrait en juillet dernier”37.

  • 38  AHM Cabildo, Alcaldía, Gobierno realista 1823-1824, oficios varios.

25L’exorcisme royaliste incluait aussi la restauration du cérémonial monarchique. Cela coïncida par hasard avec les nouvelles de la restauration absolutiste de Ferdinand VII dans la péninsule, qui mettait un terme au triennat libéral (1820-1823). Camba décréta que l’on célèbre le jour de San Fernando, l’onomastique du roi ; le 25 juillet, jour de Santiago, patron des Espagnes, ainsi que toutes les dates étudiées qui formaient le répertoire cérémoniel de la monarchie38. De plus, ces cérémonies permettaient aux habitants de Lima de prouver leur loyauté au roi. Et l’assistance dans les cérémonies laissait voir beaucoup de patriotes d’antan convertis à la foi de Fernando.

26La présence de Bolívar et des troupes colombiennes était perçue par beaucoup comme une menace pour leurs intérêts. L’ex-président Tagle et son rival Riva Agüero s’opposaient, chacun de son côté, à ce que Bolívar prenne le mandat suprême. Bolívar les poursuivit. René Lesson note dans son journal que l’année précédente :

  • 39  René P. Lesson, “Situación del Perú en 1823”, dans CDIP, T XXVII “Relaciones de viajeros”, V. 2, p (...)

“Un négociant de Lima arriva à proférer en ma présence ces paroles remarquables : ‘jusqu’à aujourd’hui, nous avons rejeté les secours intéressés de Bolívar, mais maintenant nous sommes obligés de choisir entre deux maux le moindre, et il est certain que nos amis de Colombie nous dévaliseront avec plus de plaisir que nos amis espagnols’. (C’est nous qui soulignons.)”39

27De son côté, Proctor observe que :

  • 40  Robert Proctor, op. cit., p. 329.

“Le dimanche suivant l’entrée des royalistes ont été célébrées des messes d’action de grâces dans la cathédrale, pour l’entrée des troupes du roi, avec un sermon à propos des bénédictions de l’armée espagnole prononcé par le même prêtre que j’avais entendu chanter les éloges de Bolívar lors d’une occasion précédente de même nature (…) Torre Tagle, Berindoaga et Echevarría (ex-président du département de Lima) ont eu l’imprudence de se montrer à la lumière du jour, et on les a vus s’asseoir et s’enivrer librement en compagnie des chefs espagnols.”40

28Dans une autre partie, nous avons évoqué la versatilité de la politique des orateurs liméniens. Le clerc Justo José Figuerola, auteur de l’éloge chaleureux offert à San Martín au nom de l’université de San Marcos lors de sa réception, était l’un des rares qui étaient restés à Lima l’année précédente, pendant le mois d’occupation royale. Renonçant à son investiture de député du Congrès de la république, il fut désigné par le capitaine royaliste Monet comme syndic procureur (Síndico Procurador).

  • 41 Ibid., p. 329-330: “únicos dueños legítimos del Perú”.
  • 42  José Bernardo, Marqués de Torre Tagle, Manifiesto del Marqués de Torre Tagle sobre algunos sucesos (...)

29Proctor commente que, pendant ces jours-là, Torre Tagle publia une proclamation contre Bolívar dans laquelle il le qualifiait “d’envahisseur” et de “destructeur du pays”. Il faisait l’éloge des Espagnols, “uniques propriétaires légitimes du Pérou”41. De manière significative, il signa sa proclamation : “le marquis de Torre Tagle”42. Torre Tagle ainsi qu’un certain nombre de Liméniens se sentaient plus espagnols que colombiens. De telle sorte que jusqu’en 1824, la démarcation politico-symbolique naissante de la “péruanité” continuait, pour une bonne part, d’être compatible avec l’identité espagnole. Dans cette conjoncture, la résistance à Bolívar avait rénové l’amour pour la Mère patrie.

  • 43  Susy Sánchez, “Clima, hambre y enfermedad en Lima durante la guerra independentista (1817-1826)”, (...)

30Quelques jours après que Sucre a obtenu la victoire définitive à Ayacucho et après la nouvelle entrée de Bolívar à Lima, le général Rodil accueillit au Callao les Liméniens royalistes. Le port fut alors assiégé pendant cinq jours. Ajoutant la cruauté à l’obstination, Rodil demanda que l’on fusille tout déserteur potentiel. Tandis que les reclus du Callao mouraient chaque jour de faim et de maladies, le général espagnol s’efforçait d’accomplir l’intégralité du répertoire cérémoniel dans la chapelle de la forteresse43.

Haut de page

Notes

1  Ce texte est un extrait de la troisième partie de la thèse, intitulée « Les rituels politiques face à la guerre de l’indépendance et l’invention de l’État nation ». Plus exactement, il correspond aux sous-sections 3.4 – 3.5 – 3.6 de la section 3, intitulée « Le cérémonial sous la République : de la “phase péruvienne” à la liturgie bolivarienne », du chapitre 2, intitulé « De la refondation symbolique du cérémonial sanmartinien aux liturgies républicaines bolivariennes ».

2 Gaceta del Gobierno legítimo del Perú, décembre 1822, reproduite dans Colección Documental por el Sesquicentenario de la Independencia del Perú, Comisión por el Sesquicentenario de la Independencia peruana, CDIP, Tome XXII, “Gobierno virreinal del Cuzco”, p. 184 : “Te incomoda el templo, / te asusta el Rosario, / no crees en los misterios / del Dios soberano, / pues si los creyeras / es muy fijo y claro / no ultrajaras fiero / sus ritos sagrados”.

3  Mariano de Vedia y Mitre, La vida de Monteagudo. Ed. Guillermo Kraft, Buenos Aires, 1950 (3 tomes), t. 3, p. 122.

4  Manuel Jesús Obin et Ricardo Aranda, Anales parlamentarios del Perú, Impr. del Estado, Lima, 1895; cité par Natalia Majluf, “Los fabricantes de emblemas. Los símbolos nacionales en la transición republicana. Perú, 1820-1825”, in Ramón Mujica Pinilla (coord.), Visión y símbolos. Del virreinato criollo a la república peruana. Colección Arte y Tesoros del Perú, Banco de Crédito, Lima, 2006, p. 203-241, p. 224: “el culto verdadero subsistiendo al antiguo idolátrico”.

5  “Archives Numériques de la législation du Pérou. Lois de l’an 1820 à l’an 1904-Lois non numérotées” http://www.congreso.gob.pe/ntley/LeyNoNumeP.htm (dernier accès décembre 2007), dorénavant LDC, 20 septembre 1822 : “el primer soldado de la libertad”.

6  LDC 25 septembre 1822.

7  LDC 21 septembre 1822 : “obtener el favor del cielo en sus deliberaciones para la felicidad del Estado”.

8  LDC 5 mai1823.

9  LDC 22 mai 1823. Il était signé par le président Riva-Agüero.

10  LDC 21 octobre 1822 : “se encarga a los diocesanos manden añadir en las misas la tercera oración: Deus qui corda fidelium Sancti Spiritus, etc.” (en italique dans l’original).

11  LDC 22 mai 1823 : “añadir en la misa la oración: Deus qui conseris bella, etc.” (en italique dans l’original).

12  LDC 22 septembre 1823 : “reconociendo la especial protección del Ser Supremo por la mediación de la Santísima Virgen de Mercedes en los acontecimientos felices para las armas de la patria (…) se declarará a la Virgen Santísima de Mercedes, patrona de las armas de la República”.

13  Avec ironie, Robert Proctor note dans sa chronique que le gouvernement “…fit une grande réforme, très importante, lorsqu’il changea le saint patron des armées, car le précédent n’avait pas eu le succès attendu…”. Robert Proctor, “El Perú entre 1823 y 1824”. Reproduit dans CDIP, Tome XXVII, “Relaciones de Viajeros”, vol. 2, p. 187-339, p. 290.

14  En 1945, un décret du président de la république d’Argentine, le général Pedro Ramírez, établit que la Vierge, selon les invocations de Notre Dame des Mercedes, et Nuestra Señora del Carmen, furent reconnues au grade de “général” de l’armée argentine. De nos jours, la Vierge del Carmen est la patronne de l’armée péruvienne.

15  Archivo Histórico Municipal de Lima, AHM, Correspondencia Junta Municipal 1824-1826, Caja 1, doc. 10.

16 Ibid., articles 1, 2, 3 et 4. Les inspecteurs de quartier étaient chargés de faire accomplir le décret. Nous signalons ici l’absence de la municipalité comme corporation dans l’organisation de la cérémonie.

17  LDC 29 novembre 1825; et AHM, Correspondencia Junta Municipal 1824-1826, Caja 1, doc. 13, Lima 7 décembre 1825.

18  Biblioteca Nacional de Lima, BNL, Sala Investigadores, Manuscritos. Édit imprimé le 28 mars 1828, placé par erreur dans D11555, intitulé “sobre reducir a menor número las fiestas que celebren nuestra Santa Madre Iglesia. Arequipa. 4 de diciembre de 1826”, 24 fs. : “Considerando 1º Que el pueblo desea la restitución de ciertos días festivos anteriormente suprimidos; 2º Que es conveniente acceder a su deseo sin que perjudique a las labores de industria y minería; 3º Que los peruanos profesan particular devoción al glorioso San José, y que casi en todas las iglesias de la República se celebra su conmemoración un día cada mes; Decreta (…) art. 2º : el Congreso elige y toma por patrono de la República al glorioso San José, y lo pone bajo su especial patrocinio. Su fiesta principal será de tabla, con asistencia de las corporaciones en todas las catedrales y matrices”.

19 La Prensa Peruana, n°19, jeudi 20 mars 1828.

20  LDC 23 novembre 1822.

21  LDC 31 octobre 1822 : “una fiesta nacional”.

22 Ibid.: “Por decreto posterior se dispondrá la forma de esta solemnidad”.

23  LDC 15 novembre 1822.

24 Ibid.: “solo se entonará el Te Deum después de la misa mayor, sin asistencia del Gobierno” (c’est nous qui soulignons).

25  Voir dans ce travail, p. 596-597.

26  Face à l’inévitable occupation royaliste de Lima durant le mois de juin 1823, les députés émirent un décret exigeant que la représentation nationale “… soit établie dans cette capitale comme le centre des peuples qu’elles représente” (“…se conserve en esta capital como centro de los pueblos que representa”). LDC 13 juin 1823. Pour des raisons de force majeure cela ne fut pas accompli.

27  LDC 17 décembre 1822 : “que la Junta Gubernativa remita al ejército expedicionario del Sur competente número de ejemplares a fin de que el general en jefe le reciba el juramento, prestándolo él antes conforme a ordenanza; previniéndole se practique igual acto por los pueblos que se vayan libertando”.

28  LDC 18 janvier 1823.

29 Ibid.: “un Cóndor [qui le toucherait] con el pie izquierdo, las alas extendidas y el pico abierto, mirando hacia el camino por donde ha marchado el ejército en busca del enemigo, y que denote la celeridad y bravura con que le persigue y hace presa”.

30  Robert Proctor, op. cit., p. 205-206.

31  Quelques heures avant l’entrée des troupes royalistes dans la ville, Proctor décida de rentrer à cheval pour s’informer des événements et dissoudre les rumeurs contradictoires. Il note : “À peine rentré en ville j’ai vu les rues désertes (…) J’ai rendu visite à quelques amis ayant décidé de rester à Lima et c'étaient ceux qui n’avaient pas adhéré la cause patriote. Les commerçants qui avaient migré avaient laissé sur place des employés chargés de leurs boutiques et des marchandises”. Robert Proctor, op. cit., p. 206.

32  Trois presses furent sauvegardées parce qu’elles avaient été cachées ainsi que la presse du gouvernement, emportée par les députés au port de Callao. James Thomson, “Impresiones de Lima entre 1822 y 1824”, reproduit dans CDIP, Tome XXVII, “Relaciones de Viajeros”, Vol. 2, p. 1-83, p. 38-39.

33  LDC 18 juillet 1823.

34  Anonyme (s/d), Anales de la Provincia de Lima, s/r. AHM, f. 13: “En los primeros días de la llegada del ejército real, el gobernador don Andrés García Camba exigió del alcalde municipal que lo era este año, don Francisco Mendoza, la entrega del estandarte con que se juró la independencia en esta capital el 28 de julio de 1821; mas este, y demás regidores contestaron que ignoraban dónde existía. Aquél insistió en la entrega, apercibiendo a la corporación. A pesar de esta segunda intimación no se verificó la entrega. El día 10 mandó el general Camba citar a cabildo para el siguiente 11. En este, se constituyó en la sala consistorial con un piquete de tropa, y varios otros individuos. Entonces, dirigiéndose a los miembros de la Municipalidad les previno, que habían cesado en el ejercicio de sus funciones, y que las personas que lo acompañaban debían sustituirlos. En seguida volvió a exigir del alcalde absuelto la entrega del estandarte; y habiendo contestado este que nada tenía que añadir a lo que antes había expuesto, se irritó el gobernador, amenazó a los Municipales cesantes, que los haría conducir presos al Callao a disposición del general Rodil si no verificaban la entrega en el mismo día. En fuerza de esta conminación, por la noche fue puesto el estandarte en manos del Arcediano de esta Yglesia doctor Don Ygnacio Mier, por conducto de una señora, cuyo nombre se ocultó, y transmitido inmediatamente al Gobernador”.

35  Cela commence ainsi: “Je peux constater que dans cette ville il existe quelques étendards de révolution et que l’un parmi eux correspondait à cette corporation…”, AHM Cabildo, Alcaldía, Gobierno realista 1823-1824, Oficio del gobernador García Camba du 5 mars 1824 : “Me consta que existían en esta Ciudad algunos estandartes de revolución y que uno esencialmente correspondía a esa corporación…”.

36  AHM Cabildo, Alcaldía, Gobierno realista 1823-1824, Oficio del gobernador García Camba du 7 mars 1824.

37  AHM Cabildo, Alcaldía, Gobierno realista 1823-1824, Oficio del gobernador García Camba du 9 mars 1824 : “acabo de disponer el arresto de Don Miguel Gaspar de la Fuente y Pacheco, de cuya casa salió el expresado estandarte con escándalo de los sensatos de la ciudad, después de nuestra retirada en julio último”.

38  AHM Cabildo, Alcaldía, Gobierno realista 1823-1824, oficios varios.

39  René P. Lesson, “Situación del Perú en 1823”, dans CDIP, T XXVII “Relaciones de viajeros”, V. 2, p. 339-402, p. 354.

40  Robert Proctor, op. cit., p. 329.

41 Ibid., p. 329-330: “únicos dueños legítimos del Perú”.

42  José Bernardo, Marqués de Torre Tagle, Manifiesto del Marqués de Torre Tagle sobre algunos sucesos notables de su gobierno. s/n, Lima, 1824. Il est indigné : “Qui, sinon beaucoup de ceux qui se disent défenseurs de la patrie, ont liquidé nos fortunes, dévasté nos champs, abandonné nos coutumes, opprimé et humilié les pueblos ?” (“¿Quienes, sino muchos de los llamados defensores de la patria, han acabado con nuestras fortunas, arrasado nuestros campos, relajado nuestras costumbres, oprimido y vejado a los pueblos?”), op. cit., p. XVIV; Sobre los cambios de bando, Timothy Anna, La caída del gobierno español en el Perú, el dilema de la independencia. IEP, Lima, 2003 [première éd. en anglais en 1979], p. 226.

43  Susy Sánchez, “Clima, hambre y enfermedad en Lima durante la guerra independentista (1817-1826)”, in Scarlett O’Phelan (coord.), La Independencia del Perú. De los Borbones a Bolívar. Instituto Riva Agüero-Pontificia Universidad Católica, Lima, 2001, p. 237-263, p. 258.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pablo Ortemberg, « Rituel et pouvoir : sens et usages des liturgies civiques. De la Vice-royauté du Pérou à l’orée de la République (Lima, 1735-1828) »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 30 mars 2009, consulté le 20 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/55897 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.55897

Haut de page

Auteur

Pablo Ortemberg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search