Navigation – Plan du site
Adeline Joffres

João Resende-Santos, Neorealism, States, and the Modern Mass Army, Cambridge (et autres), Cambridge University Press, 2007, 321 p.

[13/04/2009]

Texte intégral

1Après le démantèlement progressif des divers paradigmes fondateurs du réalisme (« mainstream » absolut des décennies durant) en Relations Internationales, en particulier depuis les années 1970, l’ouvrage de João Resende-Santos, Neorealism, States, and the Modern Mass Army, offre une perspective originale à différents égards. Tout d’abord, il représente l’une des tentatives caractéritiques de la construction (ou du sauvetage ?) d’un réalisme « renouvelé » à partir des années 1990, et, ensuite, ce travail est l’un des rares ouvrages internationaliste entièrement consacré aux réalités latino-américaines dans une optique comparative qualitative et universalisante. Un double intérêt donc que cette analyse dynamique, au carrefour de diverses disciplines telles que l’histoire, la science politique et les relations internationales que João Resende-Santos mène avec brio.

2Autant complet que novateur, ce travail permet au lecteur de parcourir, au gré des sept chapitres, tant les problématiques théoriques qui animent les débats en science politique concernant le fontionnement et les divers rôles des formations militaires nationales sur divers continents, que les aspects historiques de leur évolution et mutations au cours des siècles. Abordant le thème militaire en latino-américain, on regrettera tout de même qu’aucun chapitre ne soit consacré au cas du Venezuela, même s’il en est fait mention à plusieurs reprises, notamment dans les quelques tableaux, cartes et analyses statistiques proposés par l’auteur. Ainsi, si l’on s’attarde en effet sur la structure de l’œuvre, en plus d’un chapitre généraliste concernant l’analyse des paramètres présidant à la formation des armées et des Etats en Amérique du Sud au XIXème siècle, l’auteur consacre trois chapitres à des études de cas focalisées sur l’ « émulation militaire » au Chili entre 1885 et 1914, en Argentine durant la période 1895-1930 puis au Brésil entre 1870 et 1930.

3Le concept d’ «émulation militaire », selon les mots de l’auteur, désigne l’« imitation délibérée, par un Etat, de quelconque aspect d’un système militaire d’un autre Etat qui ressemble à son propre système militaire » (p. 9). Plus précisément, il correspond aux multiples mécanismes d’apprentissage « par imitation » des techniques, pratiques et stratégies militaires que les Etats ont développé et développent toujours pour améliorer et moderniser leurs armées dans de nombreux domaines. On retrouve donc, au centre de l’analyse de Resende-Santos une étude précise de l’évolution des forces armées latino-américaines et des influences diverses (essentiellement allemande et française au XIXème siècle ; l’auteur parle d’ailleurs de « crossnational emulation ») qui ont conduit à des changements notoires dans leur organisation ou bien dans leur rôle.

4Un léger bémol nous semble tout de même devoir être apporté quant à la notion « d’émulation militaire » qui, si elle permet d’empliquer nombre de changements au sein de diverses armées, ne doit pas occulter pour autant les différences nationales, et surtout continentales persistantes. La finalité de cette thèse reste donc, selon nous, un peu harsardeuse, mais bien souvent, l’auteur propose des explications « alternatives » qui relativisent le caractère positiviste de la théorie qu’il développe et laisse une large part aux approches historiques. Ajoutons que la thèse de l’auteur est certes vérifiée dans les trois pays évoqués, mais à des périodes bien précises, ce qui n’engage en aucun cas sa validation en d’autres circonstances.

5En tout état de cause, l’argumentation et la vérification empirique sont, comme nous l’avons suggéré plus haut, en total accord avec la théorie « néo-classique » -du réalisme- en Relations Internationales selon laquelle : (1) les Relations Internationales sont indépendantes des systèmes politiques internes des Etats ; (2) les Etats, acteurs centraux du système international, sont des like units recherchant en premier lieu à préserver leur sécurité et, enfin, (3) cependant, ces unités indifférenciées –dans leur fonction et leur but- ne possèdent pas les mêmes capacités à assurer leur rôle –autrement dit, un troisième élément caractérisant le système international est son inégale distribution de la puissance. Il s’agit donc pour l’auteur d’expliquer les décisions des Etats en matière de sécurité –pourquoi utiliser la violence ? Comment organiser ces pratiques ? ... Etc.- en tenant compte de la contrainte que représente la structure du système international. Pour ce faire, l’analyse de Resende-Santos se base sur quatre aspects de l’ « émulation militaire » qui seront à la base de la structure des trois études de cas de son ouvrage : « pourquoi les Etats imitent-ils les pratiques d’autres Etats », « à quel moment le font-ils », « quel modèle, ou quel pays, choisissent-ils d’imiter », et, enfin, « la vitesse et l’échelle de meur effort d’imitation » (pp. 2-3).

6On insistera donc, pour conclure ce compte-rendu, sur l’effort théorique effectué par l’auteur qui se propose de repenser le réalisme néo-classique comme une théorie « latente » de l’imitation des comportements étatiques par les Etats du système international eux-mêmes et empirique, puisqu’il parvient à appliquer son modèle à des réalités riches au niveau explicatif et souvent peu étudiées dans ce domaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adeline Joffres, « João Resende-Santos, Neorealism, States, and the Modern Mass Army, Cambridge (et autres), Cambridge University Press, 2007, 321 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 13 avril 2009, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/55950

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page