Navigation – Plan du site
Adeline Joffres

Olivier Dabène (Dir.), Amérique latine, les élections contre la démocratie ?, Paris, Presses de Sciences Po, 2007, 381 p.

[24/04/2009]

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage ambitieux sonnerait presque comme un oxymore, et semble, pour le moins, vouloir soulever un ennuyeux paradoxe. En effet, comment le phénomène électoral –dans toute sa complexité procédurale (campagne, financement, législation électorale…etc) et avec tous les acteurs qu’il mobilise (votants, candidats, partis politiques, militants, … Etc.)-, en tant que l’un des symboles de la démocratie moderne, pourrait-il, dans le même temps, lui être nuisible ? La réponse, se trouve en partie dans la conception « occidentaliste » de la démocratie libérale, envisagée –surtout à partir de « l’après seconde Guerre Mondiale »- comme un ensemble de principes, de règles et de pratiques en accord avec les droits humains fondamentaux et exigeant le respect de nombreuses conditions qualitatives propres à l’exercice de la citoyenneté. Un autre élément, découlant en quelque sorte du précédent argument, est l’évolution politique et historique distincte des pratiques démocratiques en Amérique latine, couplées aux nouveaux débats théoriques qui ont émergé ces dernières années au sujet de ce concept –la démocratie- somme toute idéal-typique.

2Ainsi, la « vague d’élections » qui déferla sur l’Amérique latine entre 2005 et 2006 (limites temporelles fixées pour la rédaction de l’ouvrage, mais que l’on peut étendre, dans l’absolut, au moins jusqu’en 2007), comme la qualifie Olivier Dabène dans son chapitre introductif, allait-elle donner l’opportunité aux chercheurs latino-américanistes –politologues, sociologues et historiens, entre autres- d’analyser, de comparer, « de dégager des tendances générales, [de] mettre à jour des singularités et des contrastes, ou [de] dévoiler des effets de contagions », (p 12). Dans cette perspective, les difficultés à relever devant le défi d’une telle variété d’études sont à la hauteur de l’intérêt que représentent ces-dernières.

3Le parti pris est tout d’abord celui d’un ouvrage clair, avec des lignes et une méthodologie bien définies afin de construire un outil pédagogique utile. On saluera à ce propos l’optique de politique comparée relativement bien menée. Par ailleurs, la pluridisciplinarité, parfaitement en accord avec le sujet traité et l’aire culturelle dans laquelle il beigne, permet au lecteur d’avoir une vision relativement complète des problématiques liées à la démocratie latino-américaine et à son actualité. On assiste tout d’abord à un passage en revue des hypothèses de travail sur lesquelles se sont basé les diverses contributions, accompagnées d’une rapide présentation de la struture de l’œuvre. La première partie de l’ouvrage, mêlant science politique et sociologie électorale, est ensuite consacrée aux pratiques électorales observées en 2006 au Brésil, au Chili, en Colombie et au Pérou avec un chapitre transversal dédié aux contextes particulièrement marqués par la polarisation. Puis, une seconde partie, fort intéressante et novatrice pour ce genre d’ouvrage, insiste sur l’articulation interne-externe (national-international) en analysant les différentes modalités d’internationalisation des élections –ou du thème électoral- via les campagnes, la pratique discursive, les intérêts politiques et économiques ou encore les alliances externes, en Bolivie, en Equateur, au Mexique, au Brésil ainsi qu’au Venezuela.

4Par ailleurs, on soulignera également l’intérêt de la conclusion, nuancée comme se doit de l’être toute analyse latino-américaniste, insistant sur les caractéristiques qu’ont révélé ces élections de 2005-2006 : la vitalité de la démocratie, les changements de comportements électoraux, ainsi que la recherche d’une nouvelle forme de démocratie. L’idée d’une postface qui fait office d’étude transversale centrée sur la notion de « capital politique », à nos yeux judicieusement mobilisée pour le cas de l’Amérique latine, nous a elle aussi paru appropriée et aurait peut-être même pu faire l’objet d’une troisième partie, dans la mesure où cela aurait permis d’aborder d’autres thèmes transversaux.

5En définitive, on remarquera l’effort entrepris avec cet ouvrage, aussi bien au niveau qualitatif que quantitatif. Sur le plan qualitatif, les contributions de chercheurs latino-américains sont bien sûr plus qu’appréciables, de même que la diversité disciplinaires de l’ensemble des auteurs et les outils méthodologiques utilisés. D’autre part, au niveau quantitatif, il faut saluer le nombre tout à fait satisfaisant de pays traités –bien que l’on remarque, entre autre, l’absence notoire de l’Argentine pour des raisons de délais éditoriaux, alors que deux chapitres sont expressément consacrés au Brésil et au Mexique dont un portant sur la polarisation, thème déjà abordé pour ce même pays dans la première partie- ainsi que la présence et l’utilisation d’outils statistiques nombreux et variés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adeline Joffres, « Olivier Dabène (Dir.), Amérique latine, les élections contre la démocratie ?, Paris, Presses de Sciences Po, 2007, 381 p.  », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 24 avril 2009, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/55990

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page