Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2009Ludmila Okouneva, Brésil: les par...

Rogelio de la Mora Valencia

Ludmila Okouneva, Brésil: les particularités du projet démocratique. Les grands sujets de l’histoire politique contemporaine du géant latino-américain, 1960–2006 (Л.С. Окунева. Бразилия: особенности демократического проекта. Страницы новейшей политической истории латиноамериканского гиганта [1960-е гг.–2006 г.]),Moscou, Maison d’édition de l’Université des Relations Internationales de Moscou auprès du Ministère des Affaires Etrangères de Russie (Université MGIMO), 2008, 824 p.

[26/05/2009]

Entrées d’index

Palabras claves :

Brasil, democracia, historia política
Haut de page

Texte intégral

1Comme son titre l’indique, l’ouvrage est consacré à l’analyse des tendances et des étapes les plus importantes de l’histoire politique contemporaine du géant latino-américain. L’auteur met en relief les problèmes de la modernisation politique et de la transition vers la démocratie au Brésil, de la deuxième moitié des années 1960 à 2006. Les grands axes de cette recherche portent sur la spécificité des origines de la démocratisation, les caractéristiques de l’émergence et de l’évolution du projet démocratique et les particularités propres à la période de consolidation de la démocratie au Brésil. S’appuyant sur un vaste corpus brésilien et étranger de sources, l’auteur présente une étude critique de l’évolution et du renouvellement des institutions politiques. L’un des enjeux de l’étude de L. Okouneva consiste à mettre en évidence les moyens choisis par la société civile afin de parvenir à consolider la démocratie, et à mettre en évidence la coexistence de différents projets de modernisation, soutenus par les acteurs politiques distincts allant de la droite autoritaire à la gauche, en passant par le centre-gauche.

2L’auteur dresse un tableau de l’évolution du régime démocratique brésilien, des sérieux obstacles qu’il a surmontés, en passant par plusieurs étapes. Tout d’abord, le rejet de l’héritage des militaires etla volonté de ne pas succomber à la tentation d’une thérapie de choc afin de résoudre les problèmes de la modernisation socio-économique ; puis le choix de « remettre les compteurs à zéro » et de revenir au développement inspiré du modèle social-démocrate; enfin, la nécessité de recourir à une alternative au néolibéralisme, en entreprenant pour ce faire des changements radicaux. Ces avatars de la « variante brésilienne » sont analysés dans le cadre du « tournant à gauche » que plusieurs pays d’Amérique latine ont expérimenté au cours des dernières décennies.  

3L’étude de L. Okouneva est composée de trois grandes parties, comportant au total neuf chapitres bien équilibrés. La première partie est consacrée à l’interprétation du rôle que les élites intellectuelles ont joué dans le processus de la rénovation politique tout au long des années 1960 et jusqu’au début des années 1980. Dans cette optique, le premier chapitre présente les principaux courants de la pensée politique du Brésil, de la théorie de la dépendance aux concepts de la rénovation politique. Le second chapitre se penche sur les problèmes de modernisation économique, politique et sociale, ainsi que sur les concepts liés à la démocratie dans la pensée politique.

4Le second volet de l’ouvrage expose la contradiction existant entre le projet démocratique de la seconde moitié des années 1980 et celui du début de la décennie suivante. Cette partie, composée de cinq chapitres, ne la rend pas moins profonde et digne d’intérêt. Cette idée centrale se dégage au fil des étapes décrites par l’auteur :« la thérapie de choc» du président Fernando Collor (1990-1992); les difficultés de la modernisation vues par les historiens et les sociologues, mais également par les élites industrielles, ce qui permet de mieux saisir le rôle qu’elles ont joué dans la modernisation; les particularités de la société civile et de la culture politique des Brésiliens, qui se seraient transformées en obstacle à la modernisation au seuil des années 1980 et 1990; l’ascension et la chute de Fernando Collor, où est passé au crible, entre autres thèmes, son caractère populiste; le développement post-autoritaire (l’étude des débats dans les milieux intellectuels brésiliens sur la perestroïka, le capitalisme et le socialisme) mérite enfin d’être souligné.

5La troisième et dernière partie est intitulée « Du début de la démocratisation à la consolidation de la démocratie : les particularités et les contradictions, les paradoxes et les acquis du Brésil (la première moitié des années 1990–2006) ». Dans ces deux chapitres, L. Okouneva aborde des thèmes comme « l’ère Cardoso », considérée comme une nouvelle étape de la transformation politique, ou encore la gauche brésilienne au pouvoir. L’auteur dresse ici un bilan des réformes sociales entreprises pendant le premier mandat du président Lula da Silva.

6Notons également que, dans les différentes parties de l’ouvrage, le lecteur trouvera non seulement un examen critique et détaillédes cinq campagnes présidentielles (1989, 1994, 1998, 2002 et 2006), mais aussi des portraits politiques des quatre présidents (Fernando Collor, Itamar Franco, Fernando Henrique Cardoso y Luiz Inácio Lula da Silva) avec un bilan de leurs mandats respectifs. Tout en étant consciente de l’arbitraire qui se glisse souvent dans les typologies, L. Okouneva revisite avec méthode les particularités des changements opérés au Brésil, afin de mettre en évidence des traits similaires de développement lors de la transition vers la démocratie dans d’autres « États-géants », dont la Russie. Dans cette perspective, l’analyse du cas brésilien dépasse les limites de son propre champ et, passant du particulier au général, peut servir de base à une réflexion, tant sur les problèmes de la modernisation politique et sociale que sur les voies de la démocratisation empruntées par d’autres pays « post-autoritaires ». Cette analyse exhaustive du projet démocratique, menée aux niveaux diachronique et synchronique, conduit l’auteur à formuler quatre grands blocs de conclusions.

7I. L’évolution du projet démocratique et des phénomènes qui en résultent correspond essentiellement, soit à une « démocratie introduite d'en haut », soit à celle qui « est née d’en bas ». Un examen du contenu des pratiques démocratiques permet de confirmer l’hypothèse initiale d’incompatibilité entre démocratie et misère. Il est question également des pratiques électorales, du type et des formes de la fonction de leader politique, sans oublier la problématique du populisme – son apparition et son essence dans une société en transition –, sa compatibilité ou son incompatibilité avec la démocratie et « le national-populaire ».

8II. Cet ensemble de propos s’inscrit dans le cadre du débat historiographique au sujet de la corrélation entre modernisation et traditionalisme. Il en résulte des considérations préalables, développées surtout dans une sous-partie, « La modernisation versus le traditionalisme : est-ce que le traditionalisme constitue un obstacle pour la modernisation? Réflexions sur les paradoxes du traditionalisme » (chapitre V). L’auteur en conclut que le traditionalisme, au-delà de sa signification habituelle de « frein » à la modernisation, devrait être interprété plutôt comme un phénomène qui permet à la fois d’alléger ou d’atténuer les effets destructifs (les coûts et les défis de la mondialisation) et de s’opposer à une homogénéisation.

9III. Une analyse des singularités et similitudes des pays post-autoritaires (Brésil, Russie et les pays d’Europe de l’Est) est au cœur du troisième groupe de conclusions. Les caractéristiques considérées par l’auteur comme des « éléments réguliers de la transition démocratique », propres à tous les Etats post-autoritaires, ont fait preuve de leur efficacité et de leur validité en tant que repères conceptuels.Ces mêmes régularités pourront servir de point de départ à de nouvelles analyses lorsqu’il s’agira d’apprécier la contribution brésilienne au processus de démocratisation dans un monde globalisé. L’intérêt particulier consisteraalors à comparer les étapes initiales des réformes dans les pays mentionnés, puisqu’elles témoignent de phénomènes typologiquement similaires ; cette proximité est due à leur essence même et va au-delà de coïncidences formelles. Les phénomènes typiques de ce moment de rupture seraient les suivants : l’apparition du projet démocratique au sein même du régime autoritaire/totalitaire ; la formation de nouvelles élites dirigeantes ; le lien étroit entre sphères économique et politique ; les effets de la thérapie de chocet son coût social ; la conscience sociale et ses transformations ; les paradoxes et les métamorphoses de la culture politique ; l’image du « nouveau leader politique » et le rôle du populisme ; le manque de confiance dans les partispolitiques et la désillusion quant à leur incapacité d’accompagner de véritables changements sociaux.

10IV. En ce qui concerne la spécificité brésilienne du « tournant à gauche » en Amérique latine, l’auteur formule de nouvelles pistes de recherche autour dequestions telles que les éléments de continuité dans les réformes ou la rupture définitive avec le passé ou encore la possibilité ou l’impossibilité de concilier, dans le cadre d’unemême ligne politique, une action économique d’inspiration néolibérale et des politiques sociales destinées à changer profondément l’image social du Brésil.

11Certaines pages de l’ouvrage portent sur les relations franco-brésiliennes dans le domaine de l’échange des idées. En analysant les racines historiques de l’Etat brésilien, l’auteur aborde la problématique de l’influence du positivisme français du XIXe siècle sur la pensée politique brésilienne de l’époque. L. Okouneva présente également un état de la question dans l’historiographie brésilienne, qui met en relief les débats politiques autour de l’imaginaire républicain français dans l’ambiance politique du début de la Première République au Brésil. L’auteur souligne également l’influence du marxisme occidental (et surtout de sa version française incarnée par l’oeuvre de Louis Althusser) sur la pensée politique brésilienne des années 1960 et notamment sur la formation idéologique des grands hommes politiques et des chercheurs brésiliens, précurseurs de « l’ouverture démocratique », tels que Fernando Henrique Cardoso. L’approche de l’auteur permet aussi de faire émergerquelques traits importants unissant la gauche brésilienne à son homologue françaiseet leur intérêt mutuel qui s’est manifesté dans les bases idéologiques de la social-démocratie des deux pays ; dans le cas du Brésil, ces tendances  se sont manifestées dans la formation du Parti des travailleurs (qui a rassemblé plusieurs courants idéologiques, y compris la social-démocratie) et ont influencé la vision du monde de Lula lui-même.

12Pour conclure cette présentation de l’ouvrage de L. Okouneva, ajoutons qu’une des nombreuses qualités de son étude originale – sans doute destinée à devenir l’incontournable œuvre de référence non seulement pour les « brésilianistes » mais aussi pour les chercheurs qui travaillent sur la Russie, sur l’Europe de l’Est et sur l’Amérique latine en général – est le mérite d’avoir établi et défini les critères de l’analyse comparatiste des nations qui ont emprunté le chemin des réformes démocratiques : nations certeséloignées géographiquement, mais qui se ressemblent sur plusieurs aspects politiques de leur histoire récente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rogelio de la Mora Valencia, « Ludmila Okouneva, Brésil: les particularités du projet démocratique. Les grands sujets de l’histoire politique contemporaine du géant latino-américain, 1960–2006 (Л.С. Окунева. Бразилия: особенности демократического проекта. Страницы новейшей политической истории латиноамериканского гиганта [1960-е гг.–2006 г.]),Moscou, Maison d’édition de l’Université des Relations Internationales de Moscou auprès du Ministère des Affaires Etrangères de Russie (Université MGIMO), 2008, 824 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 26 mai 2009, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/56116 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.56116

Haut de page

Auteur

Rogelio de la Mora Valencia

Enseignant Chercheur à l’Instituto de Investigaciones Histórico Sociales, Universidad Veracruzana, Mexique. E-mail: rdelamora@uv.mx

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search