Navigation – Plan du site
Colloques | 2009
Conflits dans le monde hispanique. Hétérodoxies, déviances et dissidences – 5-6 février 2009 Grenoble (Université Stendhal Grenoble 3)
Frédérique Langue

Les pardos vénézuéliens, hétérodoxes ou défenseurs de l’ordre social?

Une révision nécessaire dans le contexte des commémorations de l’Indépendance
[29/06/2009]

Résumés

Il s’agit ici de reconsidérer la vision qu’offrent de cet “état”/estamento aussi bien l’historiographie vénézolaniste classique que l’historiographie plus novatrice de ces dernières années, et de poursuivre la mise en évidence des pratiques effectives de la “pardocratie” évoquée pour ne pas dire dénoncée par le Libertador. Cette approche se centrera sur l’analyse du discours de certains métis les plus favorisés sur le plan social et en termes de représentation politique, et tout particulièrement des curanderos, avec, en contrepoint, les positions restrictives exprimées par les élites sociales et politiques, voire scientifiques du moment, à l’égard de ces catégories urbaines « subalternes ». Le contexte des célébrations et commémorations réalisées par les institutions académiques et culturelles des pays latino-américains concernés soulève en effet des interrogations très actuelles qu’il convient de prendre en considération, au-delà de l’imposition à cette occasion de nouvelles histoires officielles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour un bilan historiographique et en termes d’histoire des idées, nous renvoyons à notre essai «  (...)

1Refuser le stigmate de plébéienne et de mulâtre: tel est le discours dominant et réplique très exact de celui des élites créoles blanches (mantuanos) que j’ai eu l’occasion de rencontrer à maintes reprises chez les métis vénézuéliens de la fin du XVIIIe siècle et plus particulièrement chez les femmes. Je n’insisterai donc pas sur le contexte qui est celui de la Capitanía general de Venezuela puis Audience de Caracas (1786). Je me contenterai d’en rappeler les grandes lignes dans l’ordre démographique, social et politique. Il me semble beaucoup plus pertinent au vu des recherches — peu nombreuses et désormais très circonstancielles— réalisées jusqu’à présent sur le monde métis vénézuélien, de resituer la participation des pardos dans la geste d’Indépendance, de ses prémices surtout, en tenant compte, non pas des événements marquants de la chronologie “révolutionnaire” (l’histoire des Indépendances est bien souvent une histoire indigente car sur un mode événementiel exclusif, fondé de surcroît sur l’hagiographie locale et une temporalité guerrière, ainsi que sur des chapitres “par pays”), mais de l’expression au jour le jour pourrait-on dire, des sensibilités individuelles et collectives et des représentations sociales qui les sous-tendent1.

2Le XVIIIe siècle est généralement considéré dans l’historiographie américaniste, qu’il s’agisse des approches fondées sur l’histoire proprement dite ou de celles s’appuyant sur la production littéraire, comme une période de réformes politiques mais également de stabilité politique, pour des raisons qui tiennent aussi bien à la minoration des conflits qu’à l’épanouissement d’une culture coloniale partagée (le baroque, dans l’acception de J.A. Maravall) dont le raffinement n’a rien à envier au Vieux Continent. Alors même que la culture coloniale est à son apogée, les pratiques sociales et la production symbolique (perceptible aussi bien dans la production littéraire et artistique qu’au niveau des comportements et représentations qui les accompagnent), des éléments populaires subsistent au cœur même de cette culture lettrée.

3Plus encore : leur faculté d’adaptation, que nous avons, là aussi, eu l’occasion d’évoquer à maintes reprises, est indissociable d’un potentiel subversif qui en vient à questionner voire à ébranler, depuis des pratiques apparemment marginales, certains fondements de la Monarchie hispanique et du projet impérial. Ces dynamiques hétérodoxes, à caractère anti-hégémonique parfois, appellent leurs acteurs mais également les interprètes a posteriori à relativiser les modèles politiques existants après se les être appropriés en partie. Il convient dès lors d’examiner les stratégies élaborées aussi bien sur le plan des discours que sur celui des représentations qui conduisent à relativiser si ce n’est à remettre en question les rituels du pouvoir et de la stabilité matérielle qui confortent la suprématie symbolique des élites dans l’ordre politique et social, que ces élites soient « péninsulaires » ou « créoles/américaines ». Je prendrai pour ce faire l’exemple, connu mais paradoxalement non approfondi par l’historiographie spécialisée, de certains curanderos métis ou guérisseurs, qui me permettra de dégager les principaux traits du comportement et des attitudes effectivement manifestées par les représentants les plus “en vue” de cette catégorie socio-ethnique (de cette aristocratie métisse, cf. la pardocratie évoquée par le Libertador en personne), d’esquisser les réponses formulées par les élites dirigeantes créoles confrontées à cette sorte de concurrence sociale et politique, et de situer les intéressés par rapport à une norme et à une configuration sociales précises.

  • 2  Pour une définition du terme , nous envoyons au Tesoro de Covarrubias, disponible sur http://www.c (...)

4C’est en ce sens que je considèrerai ici le terme d’”hétérodoxie” (j’ai, en d’autres occasions utilisé le terme de « subversion » d’un modèle culturel), je renvoie là encore les auditeurs/lecteurs à des travaux antérieurs pour une acception plus morale voire religieuse des déviances pratiquées aussi bien par les pardos que par les aristocrates mantuanos2, même s’il convient de rappeler que les autorités morales de la Colonia n’hésitèrent pas à dénoncer les velléités d’ascension sociale des métis quand bien même leur foi — catholique — ne serait pas remise en question. Un bref parcours dans l’historiographie récente et connotée des Indépendances nous permettra par ailleurs de prendre en compte la condition métisse sur le long terme voire la mise en œuvre d’une nouvelle histoire officielle dans le cas vénézuélien.

Les élites « principales » confrontées à la réalité métisse3

  • 3  Pour les définitions applicables à la notion d’élites coloniales, nous renvoyons à nos travaux, ai (...)
  • 4  Francisco Depons, Viaje a la parte oriental de Tierra Firme en la América Meridional, Caracas, Fun (...)
  • 5  Frédérique Langue, “La pardocratie ou l’itinéraire d’une “classe dangereuse" dans le Venezuela des (...)
  • 6  Un résumé de la problématique des représentations du métis pour la Nouvelle-Espagne dans un articl (...)

5Le métis vénézuélien, et plus particulièrement dans la Province de Caracas, est une réalité vécue au quotidien tant sa présence est visible (voir les récits de voyageurs, tel François Depons4), et son poids numérique incontestable. Si l’on considère le recensement effectué par José de Castro y Araoz en 1785-1787 et les données compilées par J. Lombardi essentiellement à partir de registres paroissiaux, la province de Caracas comptait dans le milieu des années 1780 333.359 habitants, dont 44% de métis (24% de blancs, 16 d’esclaves et 16 d’indiens) concentrés majoritairement de la capitale à une frange côtière (les haciendas de cacao). En 1800-1809, le processus de métissage s’est poursuivi (427.205 hab., dont 46% de pardos, 26 de blancs, 15 d’esclaves et 13 d’indiens)En 1787, la ville de Caracas compte 29 022 habitants qui se répartissent  (toujours selon le recensement effectué par D. josé de Castro y Araoz) en 8 315 blancs, 12 073 pardos/gente de color libre, 490 indiens libres, 8 144 esclaves5. Diverses sont les appellations utilisées, qui nous renvoient en fait à ces tableaux de castas connus pour d’autres régions d’Amériques : moreno, mulato, mestizo, zambos, quinterón, personas de color quebrado6.

  • 7  Miguel Izard, El miedo a la Revolución. La lucha por la libertad en Venezuela (1777-1830), Madrid, (...)

6Il convient à cet égard de rappeler certaines caractéristiques de ce territoire longtemps marginal dans l’économie politique de l’empire espagnol, qui expliqueront d’une part cette très forte croissance numérique de cette catégorie socio-ethnique, et l’évolution des représentations sociales la concernant. Les importations d’esclaves (au-delà des besoins locaux, le port de La Guaira est un point d’arrivée et de répartition de cette main d’œuvre, concentrant de 1774 à 1807  24 % du total des importations d’esclaves en Amérique espagnole) dès le deuxième tiers du XVIe siècle, mais surtout, l’essor de la production et de l’exportation de cacao, grâce à laquelle la province se tourne désormais « vers l’extérieur » comme l’indique une étude désormais classique (M. Lucena Salmoral)7. A tel point que, lorsqu’on travaille sur les élites locales, l’aristocratie créole blanche des mantuanos, les archives (inventaires divers) ne montrent que deux signes de richesse : le nombre d’esclaves, et celui des plants de cacao. Jamais l’extension des domaines concernées, des haciendas productrices, n’est mentionnée, à la différence de la situation observée dans d’autres régions d’Amérique espagnole.

  • 8  Irma Marina Mendoza, « El cabildo de pardos en Nirgua siglos XVII y XVIII », Anuario de Estudios B (...)
  • 9  Publiée dans S.R. Cortes, Idem, II, p. 58-65.
  • 10  Frédérique Langue, « Mestizaje y rendención en Venezuela. De las milicias coloniales a la Revoluci (...)

7Dès le XVIIe siècle, les pardos, dont la majorité était libre (un père blanc avait en effet faculté d’accorder la liberté à ses enfants mulâtres, nés de l’union avec une esclave), sont même présents dans les cabildos/échevinages de la province, ainsi à Nirgua, cas certes exemplaire de pouvoir politique. Dès le XVIe siècle même, les privilèges accordés aux pardos sur le plan juridique n’ont rien à envier à ceux des « Espagnols européens » selon la terminologie en usage dans la Province, ainsi la possibilité de contracter un mariage avec un(e) blanc(he), d’entrer dans les ordres, ou d’occuper des charges publiques8 Tout au long du XVIIe siècle cependant, et plus encore au XVIIIe siècle, un certain nombre de prohibitions se mettent en place, confortant le statut d’exception des aristocrates créoles, ou « pères de famille » selon les Constitutions synodales (1687). Elles justifieront nombre de recours déposées devant les tribunaux royaux par les intéressés, et plus encore après la promulgation de ce texte fondamental pour l’histoire sociale de la Province qu’est la Real Cédula de Gracias al Sacar (10 février 1795)9. Dans deux domaines surtout, les pardos, confinés à des emplois tels qu’artisans, soldats, journaliers, contremaîtres (et bénéficiant cependant du climat de prospérité de la province) mais tout aussi bien petits commerçants et propriétaires fonciers à Caracas (cas des familles Bejarano, Mexías Landaeta, ou Piñango) vont exercer une pression non négligeable : celui de l’éducation (entrée à l’Université) et des milices10.

  • 11  Or, depuis 1643, les pardos sont exclus du service militaire dans les troupes permanentes et ne pe (...)

8Un épisode résume la position défensive pratiquée à cet égard par le cabildo caraqueño, « monopolisé » en quelque sorte par les mantuanos (cf. RC de alternativa en 1771, afin que les « Espagnols européens » puissent accéder aux charges d’alcalde) : en 1769, Sebastían de Miranda (père de Francisco) est néanmoins désigné comme capitaine de la Sixième Compagnie de Fusiliers du nouveau Bataillon de Blancs Volontaires. Le cabildo s’insurge à cette occasion contre la désignation d’un homme qui exerçait la profession de mercader público, et que la rumeur désignait comme métis, invoquant les circonstances suivantes : « el ser un hombre ordinario, el ser bajo su condición, y bajas sus conexiones ...  11.

9Suite au blanchiment de la partie la plus aisée de cette population extrêmement hétérogène (500 reales de vellón pour la dispense de la qualité de pardo, 800 pour celle de quinterón), les cabildantes s’appliquèrent à limiter l’application de la RC de Gracias al sacar (les actes du Cabildo montrent que plusieurs rappels de la Couronne leur furent adressés en ce sens). Les emplois du Consulat de commerce, créé en 1793, leur demeurèrent cependant inaccessibles. Seul l’accès à l’Ecole de médecine, eu égard au manque de médecins (cirujanos) et autres curanderos, était tolérée. D’après ses statuts, l’université de Caracas (créée en 1721) n’accepta en effet et jusqu’en 1822 que des aspirants blancs (« notoriamente blanco », légitimes, descendants de « vieux chrétiens » (« personas blancas, limpias de toda mala raza de judío, mulato o negro, gentes de conocida estimación, no penitenciados por la Santa Inquisición »  condition attestée par la présentation des actes de baptême des intéressés et de leurs ascendants ainsi que par quatre témoins de qualité comparable).

  • 12   S. Rodulfo Cortes, Idem , vol. 2 pp. 58 et ss. Ildefonso Leal, "La universidad de Caracas y los p (...)

10Jusqu’en 1809, les dispositions prises par la Couronne afin d’y remédier restèrent sans effet12 Tel fut le cas au début du XIXe siècle, lorsque Diego Mejías Bejarano tenta d’y inscrire son fils Lorenzo : le conseil universitaire (Claustro Universitario) s’y opposa, indiquant que seules les jeunes à la naissance « sans tâche et d’origine européenne » pouvaient y prétendre, la dispense obtenue n’entraînant pas l’acceptation des pardos à l’université. Le 20 octobre 1803, les représentants de l’Université envoient à la Couronne une lettre qui insiste sur les origines serviles de ces derniers, leur manque de retenue, prédisant la fin de l’université. Les pardos descendent en effet de

  • 13  Ildefonso Leal, Historia de la UCV, Caracas, UCV-Ediciones del rectorado, 1981, p. 113. S.R. Corté (...)

« ... hombres inclinados al robo, sanguinarios, suicidas, cubiertos por lo común de la confusión de las costumbres más bárbaras, estos hombres son los ascendientes que forman el principal tronco de la genealogía de los pardos  ... »13.

11Dans le cas de Lorenzo Bejarano, s’il pouvait en principe s’inscrire à l’université sur ordre de la Couronne, il semblerait toutefois que l’université ait persisté dans son exigence d’un certificat de limpieza de sangre jusqu’en 1822 (en témoigna le Capitaine Général Manuel de Guevara Vasconcelos). A plusieurs reprises, le Claustro Universitario fit savoir à la Couronne qu’il fallait éviter à tout prix que les pardos bénéficiaires d’une dispense ne puissent l’utiliser afin d’occuper des « emplois de république » ou de hautes charges politiques, ecclésiastiques, militaires ou civiles et se placer au niveau des aristocrates blancs. Il convient bien évidemment d’y ajouter, dans le contexte des « révolutions atlantiques » et principalement de la Révolution française,la crainte de la révolution, motivée par des événements récents tels que le soulèvement des partisans du « Jacobin noir » Chirinos dans la serranía de Coro (1795), ou encore la conspiration de Gual y España (1797):

« Estos hombres, dotados de un talento perverso y de una oposición tan declarada al cuerpo de los blancos, si la carrera de las letras les abre las puertas a los honores y empleos, si las luces y conocimientos desarrolllan las perniciosas semillas de igualdad y predominio, si el empeño de acopiar libros ..., pone entre sus manos alguna de las monstruosas producciones subversivas de las máximas de nuestro gobierno, destructoras de todo orden social y enemigas de toda dominación; si estas obras inicuas, infames, sediciosas que produjo la falsa política de tantos publicistas extranjeros llegan a ser de frecuente lectura ... es bien fácil se deslumbren con el falso brillo de una igualdad mal entendida que produciría impresiones siniestras ».

12Dans le dossier d’entrée à l’université de Lorenzo Bejarano (1803) est ainsi évoquée

13« la posiblidad insurrecional de aquellos apátridas africanos contre el régimen monárquico, la estabilidad política de la Colonia, los privilegios de los grupos europeos y la ruptura del equilibrio sostenido por las leyes en materia social, que prescribía, de manera taxativa, la conservación de la pureza étnica y la nobleza de los venidos de Castilla » .

14Porteurs de l’ « ignominie de la barbarie et de l’infamie de l’esclavage », les pardos sont perçus comme violents, ignorants, vindicatifs. De ce rejet témoigne la réaction du cabildo aux dispenses accordées à de futurs protagonistes de l’Indépendance tels Diego Mejías Bejarano (curandero de profession) de la qualité de pardo (RC 12/6/1796) et Juan Gabriel Landaeta, fils du capitaine de milice de pardos Miguel Landaeta, de celle de mestizo (RC 15/9/1797). Le dossier présenté par Diego Mejías Bejarano à l’appui de sa demande du distintivo de Don (celui-là même que nous avons eu l’occasion de détailler dans le cas des trois métisses de Carora, et dont l’usage s’était généralisé dans la province, pour désigner des personnes blanches de bonne réputation et à l’honneur sans tache) est particulièrement explicite. Dans le dossier transmis à la Cámara de Indias, l’intéressé indique que, « malgré sa condition de pardo libre », il mérite, de par sa conduite et sa réussite à la faculté de médecine,

  • 14  I. Leal, Idem, p. 115. AGI, Caracas, 399 : memorial de Diego Mejías Bejarano a la Cámara de Indias (...)

« la mayor estimación y trato con los principales sujetos de aquella Ciudad y Provincia acreditándose últimamente con el Reverndo Obispo luego que llegó, en cuya virtud, y mediante la franquicia que SM le ha dignado conceder por el arancel de 10 de febrero de 1795 para gracias al sacar, solicita se le dispense la gracia de distintivo de Don incluso en dicho arancel y bajo el servicio que previene de mil ducados de vellón que se halla pronto a entregar”14.

15Le juge confirma qu’en vertu de cette même RC du 10 février 1795, Mejías Bejarano avait proposé 1 000 ducados de vellón. Et fit l’observation suivante, qui va dans le sens des dossiers que nous avons eu l’occasion d’analyser, qui insistaient sur les us et coutumes de la province, circonstance très fréquente dans le « droit des Indes » et dûment soulignée par l’un de ses meilleurs connaisseurs (Ots Capdequí), dossiers dans lesquels les protagonistes n’hésitent par à remonter aux temps anciens, y compris dans le cas des requérants ... métis :

  • 15  Frédérique Langue, “ Le passeur malgré lui. L’aristocratie mantuana comme médiateur culturel (Vene (...)

“al mismo tiempo es constante que le distintivo de Don en España es un título honorífico, que se aplica con propiedad sólo a la nobleza y caballeros constituidos en dignidad y tanto que aunque el Covarrubias dice que se daba antes a los nobles, se ve poco usado en nuestras historias antiguas pues de ellas aparece que el primero a quien se le dio con el título de Rey fue al Infante Don Pelayo y que posteriormente lo introdujo Froila aunque no generalmente para toda la nobleza, sino es para aquellas personas que además de ser nobles, se hallan constituidas en alguna dignidad. Que en Cataluña a ninguno se le permite que tome el distintivo de Don, sin que este declarado por el Rey, la nobleza de su familia y en Castilla, en ningún instrumento público se admite, este tratamiento de las personas del estado llano general como no concurra en ellas el servir algún empleo honorífico, o se hallen adornadas con títulos respectivos a las facultades mayores  nobles artes. Que de lo expuesto se infiere que el distintivo de don es un titulo de dignidad que solo debe darse en el día a la nobleza y a las personas del estado general, cuando se hallan adornadas con algun empleo honorífico, y no en otro caso, aun cuando sean hombres buenos, y de familias antiguas, sin mezcal de casta alguna, que es a las que en concepto del Señor Fiscal se contrae la regulación del arancel, pero no a las personas que por razon de su oficio, o ya por su origen de castas, no estan en el concepto comun, en la clase del mejor aprecio en el estado general de hombres buenos, como se explican las leyes, bajo cuyo concepto concurriendo como concurre en Diego Mejias la calidad de pardo, inferior por esta clase a los hombres buenos de España, no parece que debe concedérsele un distintivo de que estos no gozan, sino se les dispensa por SM »15.

16Fait ne manquant pas d’intérêt, la polémique traversa l’Atlantique : le représentant (apoderado) de l’université de Caracas à Madrid envoya en mars 1805 une lettre à la Couronne, demandant que ne soit pas transférée aux enfants de Mejías Bejarano la dispense de la qualité de pardo que le médecin avait obtenu en date du 12 juillet 1796. Les autorités ecclésiastiques, en la personne de l’évêque Francisco Ibarra, ne manquaient pas d’appuyer le cabildo dans ses réticences, considérant toutefois que trop rares étaient les pardos qui pouvaient faire état d’une vocation véritable, d’une formation solide et de fréquentations tout aussi respectables (pour entrer dans les ordres). L’application de ce texte (RC de gracias al sacar) ne pouvait que transformer :

  • 16  Représentation du Cabildo de Caracas à la Couronne, à propos de la Real Cédula du 10/II/1795, 28 n (...)

«  .... esta preciosa parte del universo en un conjunto asqueroso y hediondo de pecados, delitos, y maldades de todo género »16.

17A la subversion « égalitariste » de l’ordre public s’ajoutait la remise en question de leur propre statut d’exception, ils demandèrent donc :

« que se los conserve con el honor de sus ascendientes y con los pensamientos de sus mayores ahorrándoles el ultraje que les resulta de la mezcla de los Pardos con las gracias que ofrece la Real Cédula de la elevación que les promete, de la igualdad que les anuncia, y del desorden y corrupción a que los expone con semejante franqueza ... ».

  • 17  Nous avons analysé les déclinaisons du modèle culturel hispanique et la prégnance de l’honneur en (...)

18Peu d’auteurs, prompts à se limiter à des descriptions ou à invoquer la seule « lutte des classes » si ce n’est des exclus, se sont penchés sur les exposés de motifs de ces métis « blanchis », documents fort proches en réalité des documents de type « relation de mérites et services » présentés par les aristocrates blancs afin d’obtenir une charge militaire, la croix d’un ordre militaire voire un titre de noblesse. Leur mode de vie était calqué par ailleurs sur celui de leurs aristocratiques modèles, certains de ces métis disposant en effet d’une fortune suffisante non seulement pour acheter ces dispenses mais également pour vivre dans une relative opulence, qui contraste, soit dit en passant, avec la décadence des patrimoines lignagers et par conséquent du style de vie ... des mantuanos. Plus encore : leur structure mentale pour reprendre l’expression de B. Bennassar  n’avait rien à envier à celle de la noblesse créole si l’on considère non seulement l’ «  oubli » volontaire de leur condition ethnique (seule l’  âme » important, d’après D. Mejías Bejarano) mais également les très nombreux cas d’opposition au mariage/de disensos al matrimonio au cours desquels les pardos aventajados y beneméritos refusaient, au nom de leur honneur, toute alliance matrimoniale de leurs rejetons avec une personne de couleur17.

19La question du mariage entre « inégaux » (desiguales),  aussi bien du point de vue ethnique qu’économique est un autre point que j’ai eu l’occasion d’aborder à plusieurs reprises dans cette étude systématique et sur le long terme du métissage des représentations tel qu’il s’exprime dans cette région d ’Amérique espagnol voire dans le Venezuela « républicain », encore marqué à certains égards, du sceau de cette société d’Ancien Régime (estamentos). Le texte « fondateur » en est à cet égard la Real Pragmática de Matrimonios (1776, précisée en 1803) valable aussi bien en Espagne qu’aux Indes, censée éviter aux élites blanches toute mésalliance mais qui, dans les faits, et dans le cas de la Province de Caracas, a été beaucoup plus utilisée par les autres catégories sociales tout aussi soucieuses de leur « honneur » et de ce que l’on peut appeler leur « généalogie sociale ». Les autorités morales et politiques de la Province en firent également un usage peu modéré jusqu’à la veille de l’Indépendance, et dont nous nous contenterons ici de mentionner un exemple, celui d’un médecin pardo précisément. En juillet 1804, doña María del Carmen Correa, âgée de 23 ans, orpheline de père et mère (elle n’avait plus que des frères et des oncles), et Juan Joseph Jiménez, originaires (naturales) de Caracas présentent une demande de dispense de la qualité de pardo en faveur de ce dernier. La situation était en effet délicate :

“Exponen que la Da. Maria del Carmen Correa habiendo incurrido en una fragilidad propia de su débil sexo, a esfuerzos de las seducciones y solicitudes de una persona con quien por su estado no podía contraer matrimonio, se alarmaron sus parientes, y la redujeron con escándalo a la vergonzosa prisión del Hospicio de aquella capital donde hace dos años subsiste. Que hallándose desesperanzada de tomar estado por aquel suceso, y el abandono total de sus deudos, la solicitó para casarse Juan Josef Jiménez, joven que aunque de condición Pardo, es honrado, virtuoso y aplicado al ejercicio de la cirugía en que está examinado, y contrajeron esponsales teniendo presente la libertad que se concede a los mayores de las edades de 23 años que tiene dicha Da María por la última Real Pragmática de matrimonios. Y que cuando creyeron que esta Real disposición se observase sin glosas, ni interpretaciones, para verificar su matrimonio, declaró esta Rl Audiencia no pueden casarse los blancos con Pardos. En cuya atención solicitaron la correspondiente licencia al efecto, y que se dispense a Juan Josef Jiménez la calidad de Pardo en consideración a su honradez y buen servicio del público en su ejercicio de cirujano como consta de los documentos que acompañan”.

20L’origine modeste des deux contractants (ils ne sont pas vecinos de Caracas), n’exclut pas ici l’usage du distinctif précédemment évoqué (don, doña), du moins dans le cas de la jeune femme. Quant à Juan Josef Jiménez, âgé de 23 ans en mai 1804, il était le fils légitime (circonstance favorable par conséquent) de Rafael Antonio y de María Justa Lizamos, pardos libres. Il était entré comme assistant chirurgien à l’Hôpital de San Pablo (Caracas), avait passé avec succès l’examen du protomedicato en octobre 1800. Comme nombre de médecins pardos, il avait été affecté comme chirurgien remplaçant (cirujano interino) au Bataillon de milices de pardos, en raison de l’absence du titulaire, du 12 novembre 1802 au 20 juin 1803, à la satisfaction de tous (“desempeñando con esmero y acierto sus funciones como se comprueba de la certificación dada en 24 de junio último por el teniente coronel y ayudante mayor de este cuerpo D. Julian Izquierdo »). Le chirurgien en chef de l’Hôpital de San Pablo attesta également (8 juillet 1801) que depuis sept ans, il y officiait à la satisfaction de tous (de practicante meritorio). L’ensemble des documents fournis en faisaient un sujet

“de arreglada conducta, buena vida y costumbres, de cristianos procederes sin haber dado la más leve nota, y al contrario siempre se le ha visto aplicado a su ejercicio en que ha dado pruebas de su adelantamiento y también de su exactitud y caridad en la asistencia y cuidado de los enfermos”.

  • 18  AGI, Caracas, 404.vv Representación de Da Maria del Carmen Correa y Juan Josef Ximenez 30/7/1804. (...)

21La résolution du Conseil des Indes (6 novembre 1804) accorda les deux dispenses (celle du mariage, la jeune femme étant orpheline, et celle de la qualité de pardo pour son prétendant), sous réserve du versement de la somme correspondante, les deux impétrants présentant toutes les garanties d’ « honneur » et de « qualité », le président de l’Audience et le Capitaine général étant désormais autorisés (novembre 1806) à clôre le dossier en ce sens18.

Quand nécessité fait loi : le protomedicato de Caracas et l’affaire des mulâtres

22Les circonstances même de la croissance démographique de la désormais prospère Province du Venezuela ne furent pas sans incidences sur la vie quotidienne de ses habitants. A Caracas notamment, au-delà des conflits de préséances, des querelles d’honneur, des «mésalliances » requérant — dans la mesure du possible — le blanchiment du métis concerné, et des déviances en tout genre commises par toutes les catégories sociales quant à la morale et aux bonnes mœurs (mais le « silence perpétuel » ensevelit les erreurs des mantuanos), des faits très concrets contribuent à faire du pardo un personnage non seulement indispensable mais recherché dans certaines activités. Tel est le cas de la médecine, confrontée à un manque de praticiens, et dans le même temps à une extrême rigidité des normes sociales régissant sa pratique, très variable cependant selon l’endroit étudié. Il semblerait que le contrôle exercé sur les pratiques de soin des groupes sociaux et ethniques « subalternes », aussi bien du point de vue des organismes officiels qu’ecclésiastiques, ait même permis l‘émergence, voie la « prolifération » si l’on en croit E. Amodio, de curanderos parfois reconnus voire investis d’un caractère religieux.

  • 19  Emanuele Amodio, « El médico y la curandera », en E. Amodio (coord.), La vida cotidiana en Venezue (...)

23L’absence de Tribunal permanent du Saint-Office expliquerait en partie cette tolérance. Et la multiplication au XVIIIe siècle d’individus dépourvus de titres universitaires ou d’autorisations d’exercer, ou le faisant parfois depuis des herboristeries, ce qui va dans le sens de l’incorporation des pratiques locales dans ce domaine à la médecine transférée d’Espagne vers le Nouveau Monde, en d’autres termes de l’élaboration de syncrétismes trouvant à s’exprimer en la personne de ces curanderos. Le terme brujería n’apparaît pas toujours explicitement dans ce type de document, au profit de l’expression « curar supersticiosamente ». Les quelques procès connus, intentés à des curanderos, l’auraient été pour des raisons autres. Tel est le cas de l’indien Juan Alonso de la Cruz, accusé d’utiliser la superstition (Valencia, 1761). Il mélangeait en effet sa science des herbes (il avait été l’assistant d’un médecin reconnu) à des prières voire à des maléfices, utilisant ainsi vers de terre et serpents. Les curiosos et surtout les curanderos deviennent en fait une catégorie polysémique dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, incluant aussi bien les individus utilisant la « superstition » et les « charlatans » que les nouveaux médecins issus de la médecine clinique mais dépourvus d’autorisation d’exercer19.

24En 1793, l’instance en la matière, le Protomédicato de Caracas, en la personne de Felipe Tamarín et de son assesseur Joseph Bernabé Díaz, demande que l’exercice de la médecine et de la chirurgie soit interdite aux mulâtres. Cette institution de création récente (par RC de 1777) avait notamment pour tâche de réguler le nombre et la formation des praticiens, de contrôler les curanderos, barberos-sangradores, boticarios et cirujanos, de faire passer des examens et d’accorder des licences, d’informer sur les herbes médicinales et d’éliminer toute pratique « alternative » que dénonçaient par ailleurs les médecins officiels. Or, dans la ville de Caracas, les praticiens faisaient parfois défaut . Les pardos n’étaient donc que tolérés dans cet exercice, en tant que curanderos. Certains d’entre eux devinrent même célèbres, ainsi un médecin portugais sans titres (« el portugués ») ou un chirurgien italien, ou encore certains « médicos yerbateros » ou « curiosos algebristas » (Diego José de los Reyes y José Luciano de la Santa respectivement).

25En 1702, un médecin obtint du gouverneur une ordonnance contraignant — de toute évidence sans grand succès — les curanderos à présenter leurs titre, sous peine d’amende (200 pesos). Dès 1741, un médecin canarien installé à Caracas, Carlos Alfonso y Barrios, propose sans davantage de succés malgré l’appui de l’université, que soit créée une institution de contrôle ou protomedicato. Ce ne sera qu’en 1775 qu’une nouvelle proposition, émanant cete fois du médecin mallorquin Lorenzo Campins y Ballester (installé à Caracas depuis 1762 et professeur/catedrático de médecine, il inaugura d’ailleurs la chaire de médecine dès 1763) sera prise en compte. Il en sera d’ailleurs le premier titulaire (protomédico à partir de 1777), mais également médecin à l’hôpital et au Collège séminaire, examinateur, alcalde de leprosos, et juez mayor de la profession. Campins considérait lui aussi comme préjudiciable la prolifération des curanderos et curiosos, facteur de découragement des prétendants au titre de médecin. Dans la ligne des lettrés retranchés à l’université, qui insistaient sur le fait que la présence de pardos à l’université décourageraient les blancs d’y étudier et ne contribuerait qu’à faire perdre tout prestige aux différents cursus proposés (en désaccord avec le Gouverneur Joseph Carlos Agüero, plus conscient des nécessités de classes populaires par ailleurs ... désargentées, il faut d’ailleurs signaler que les Gouverneurs allaient parfois accorder des autorisations d’exercer, à l’encontre des décisions prises par le protomedicato. Des positions plus réalistes furent également enregistrées ... au cabildo)), le protomédico suivant produisit donc l’argumentation selon laquelle :

  • 20  AGI, Caracas, 241 : El Consejo de Indias al Gobernador, 15 de marzo de 1776 ; AGI, Caracas, 397 : (...)

« se tolerasen de los curiosos y curanderos mulatos los más hábiles y de mejor conducta que hubiese entre los que se habían destinado y ocupaban en este ejercicio, único medio de que en aquel tiempo puede hacerse uso y escogerse entre la necesidad y la desaplicación de las personas blancas  a tan noble estudio sin otra causa que estar tolerados los curanderos y el poco fruto que por esta razón podían esperar de sus tareas »20.

  • 21  AGI, Caracas 185 et 269 pour les références à deux curanderas, en particulier doña Gregoria Ramos. (...)

26La formation des curanderos — qui pouvaient être, mais exceptionnellement, des curanderas, surtout des comadronas— s’appuyait en fait sur des lectures de livres et brochures sur la médecine, très répandus alors à Caracas, mais aussi sur la pratique quotidienne acquise aux côtés de médecins diplômés de l’Académie espagnole ou d’autres institutions européennes21. Il convient ici de revenir sur le nombre des médecins en général, parfois considéré comme notoirement insuffisant, ou au contraire, dans des études postérieures à la période coloniale, comme adapté aux circonstances démographiques de la province. Le protomédico F. Tamariz recensa en 1795 un total de 23 praticiens : 10 médecins blancs, 5 chirurgiens blancs et 8 chirurgiens mulâtres, un nombre à première vue insuffisant mais qu’il convient de relativiser en fonction de la composition ethnique de la ville, et du fait que les maîtres prenaient en main la santé de leurs esclaves et ne se souciaient guère d’engager un médecin. La question ne se posait donc que pour les catégories « subalternes » de la population, d’où le succès des curanderos pardos.

27Dans ces conditions, et s’appuyant sur le titre 6 du livre V de la Recopilación de Leyes de los Reynos de las Indias (1681), le protomedicato prit la décision d’évaluer cinq de ces praticiens métis, Juan Joseph Castro, Juan Joseph Torres, Diego Mexias, Martín Pereira et Juan Nepomuceno Núñez, à même de renforcer les effectifs composés 11 médecins et 9 chirurgiens blancs, en attendant que soient formés les étudiants inscrits à l’Université. Des praticiens pardos et vecinos de Caracas (Juan José de Castro, Juan Josef de la Torre y Diego Obelmejía) élevèrent d’ailleurs une « représentation » à la Couronne, rappelant fort opportunément qu’une RC du 14/5/1777 avait porté création du protomedicato de Caracas, le plaçant sous la responsabilité du Dr Loreno Campins,

“con expresa determinación de que no se excluyese a los de la clase de los exponentes del ejercicio de la medicina, precediendo el examen de una Junta compuesta de dos diputados, de los cabildos eclesiástico y secular, algunos prelados de las religiones, el rector de la universidad y el mismo protomédico, con asistencia del Gobernador y Capitán General ».  

  • 22  AGI, Caracas, 397 : Dn Felipe Tamarin, protomédico, y Joseph Bernabé Diaz su asesor a SM, Caracas, (...)

28L’examen en question consistait à faire la preuve de sa compétence (habilidad) et d’une « conduite civile et morale irréprochable »22. Felipe Tamarín insiste cependant sur les « inconvénients » qu’entraîne la tolérance à l’égard de l’une des catégories concernées par cette science, à savoir des curanderos mulatos :

«  …. Porque carecen de la noticia y conocimiento de los principios elementares del arte de curar y porque a su sombra y estimulados de su ejemplo son  muchos los que, abandonando las mecánicas en que podrian ser utiles al Estado y a sus familias, se introducen a recetar, y a enviar remedios de sus casas, haciendo con esto irreparables daños u perjuicios y poniendo al Protomedicato en la precision de formar procesos y de arrastrar con muchas personas de respeto que les dispensan su patrocinio e indiscreto favor, y ven con desprecio el tribunal del Protomedicato, como porque los jovenes blancos, que dan buenas esperanzas, y pueden ser provechosos y servir de honra a su patria, hijos, padres y parientes, desmayaran seguramente y abandonaran la carrera, si continua como hasta ahora la mezcla, union y tolerancia de los referidos curanderos, parece haber llegado el caso de que absolutamente cesen ».

29Ce « mélange » (mezcla) rendant plus difficile pour un public non avisé (le « vulgaire »/el vulgo)la distinction entre les vrais médecins et ce type de praticiens — « los empíricos, y nuevos prácticos « —, les résultats obtenus par ces derniers ne seraient pas convaincants. Sans compter le fait que la profession perd en prestige et que les « sujets décents », renoncent à étudier la médecine en semblable compagnie (« se retraen las personas blancas par no ser tenidas en menos »,), d’autres en venant à considérer comme des « citoyens obscurs et sans prestige» (« ciudadanos oscuros y sin lustre ») les médecins et chirurgiens officiellement formés, jugeant même inutiles les démarches entreprises par le Protomedicato. Malgré l’utilité notoire et la nécessité de leur profession, médecins et chirurgiens ne sont pas considérés comme des « personnes recommandables » :

  • 23  Idem.  Représentation en date du 6 mai 1793.

« Tal es la preocupación del vulgo y tan poca la estimación en que son tenidos los médicos y cirujanos a quienes a pesar de la necesidad que hay de valerse de ellos, y de la notoria utilidad con su ejercicio, no falta quien los repute por indignos de ser colocados en el rango de personas recomendables; y así es que en varias casas y visitas de enfermos los reciben las criadas u otros domésticos de inferior clase, teniendo los dueños a especia de bajeza, abatimiento y familiaridad demasiada el rozarse con unos hombres cuya ocupación y oficio es propio o común de mulatos”23.

30Le discours de ce protomédico, également professeur de la « faculté » et examinateur de l’université de Caracas et alcalde de leprosos pour la ville s’oriente toutefois vers une interprétation « classique » des capacités et comportements des mulâtres : oublieux des « arts mécaniques » dont l’exercice leur revient « traditionnellement », oisifs, ils ne saisiraient en fait dans l’exercice de la médecine que l’opportunité d’échapper au service militaire dans les milices urbaines et de renforcer statut social et ... orgueil. Les professions concernées (médecins et chirurgiens) exigeant capacités et études, peu de mulâtres seraient à même d’en remplir les exigences :

  • 24  Idem.  Représentation en date du 6 mai 1793.

Y como no puede disputarse que la medicina y cirugía, después de ser antes y profesiones recomendables, ultimes y necesarias, exigen para su conocimiento y penetración un talento sobresaliente y un estudio fundamental, largo y continuo, se percibe sin violencia que los mulatos, que apenas saben leer y escribir y no han cultivado el entendimiento, cursado universidades, ni adquirido una mediana teoría, sobre que recaen el acierto y buenos efectos de la práctica, cum scientia exercitatus faciat, non exercitium peritus, tampoco podrán ser médicos ni cirujanos provechosos para la salud de los hombres”24.

31L’organisation informelle de ces praticiens majoritairement curanderos posait en outre un autre problème au protomédico : publicité par affiches publiques, « notifications personnelles », envoi de médicaments depuis leur résidence au mépris de la loi. Le détenteur de l’autorité médicale n’hésite donc pas à rappeler l’extrême nécessité pour le « bien public »  (pública felicidad) qu’à représenté la création de cette institution (Protomedicato) et les dispositions prises par celle-ci afin de réguler et l’ordonner l’exercice d’une profession honorable où cohabitent cependant praticiens reconnus, herboristes et autres apothicaires ou curanderos. Il insiste donc sur la « tolérance » qui a prévalu jusqu’alors ainsi que sur la nécessité suivante :

“no se admitan a estos respectivos ejercicios los idiotas, ignorantes o poco prácticos, sino que han de preceder los correspondientes cursos en universidad aprobada y un riguroso examen …”

32Le contrôle des écoles dispensant ce type d’enseignement  est également en ligne de mire de ce défenseur de l’autorité. Il existait en effet à Caracas une école d’  « anatomie castillane », qui fonctionnait dans la maison de Don Manuel Carmona, protomédico de ... Santo Domingo. Toujours selon le responsable de l’institution, cette école ouverte officiellement (licencia del tribunal de gobierno), avec l’accord du gouverneur en personne, était fort fréquentée, bien que les jeunes blancs se soient retirés en raison de l’affluence des mulâtres, malgré la condition mise par l’administration locale à l’ouverture de cette école, à savoir de n’y accueillir que des blancs. Autre sujet de discorde, l’obstination manifestée par les curanderos mulatos dans la pratique de leur art :

“Se dice con notoriedad que a la fecha ya han ocurrido a VM los médicos y cirujanos mulatos por medio de los que entre ellos han hecho cabeza y de los más protegidos aquí, o de mayores facultades, pretendiendo contra las disposiciones del derecho, intenciones de los Reyes, y bien público, el que se les continúe el permiso y tolerancia en un tiempo en que ha cesado la necesidad y causa que la motivó, y que para colorir y recomendar su suplica han acopiado algunos documentos, en cuya consecución manobrado todo su efecto la sugestión, la parcialidad y la imprudente protección que experimentan de varios sujetos visibles, y aun del mismo Dr. Carmona que debiendo residir en la isla de Santo Domingo como protomédico de alli, ha mas de un año habita en esta capital sin destino fijo, y parece que ha venido de intento a deslucir el protomedicato, ya acalorándolos para el recurso, ya difamando entre ellos sus providencias y reformas, ya manifestando desafecto a los médicos y cirujanos blancos, y ya queriendo sostener la enseñanza publica de la anatomía a los mulatos ».

  • 25 Idem, RC 21/6/1793 Aránjuez, al Gobernador Capitán General de Caracas.

33Le protomedicato et son sassesseur D. Joseph Antonio Anzola (licencié en médecine et juge par intérim du protomedicato de la ville) tout en exigeant que cesse « absolument » la « tolérance » pratiquée en faveur des curanderos mulatos, et que cette école soit fermée, souhaitait toutefois se réserver la possibilité d’employer ceux qui feraient preuve de « la meilleure conduite et habileté », sous peine d’une amende de 50 pesos (plus un mois de prison la deuxième fois, et 100 pesos et un an de bagne pour la troisième contravention). Le 21 juin 1793, une cédule royale est promulguée, autorisant les pardos à étudier l’ « anatomie » et à continuer d’exercer la médecine «  en beneficio de la pública salud de estos mis vasallos ». Ce n’est qu’en 1809 que Tamariz obtiendra de l’Audience l’annulation de la cédule royale de 1777 (de tolérance des curanderos) et parviendra à les exclure — en théorie — de la profession, consacrant la victoire d’un nouveau savoir et d’institutions de contrôle issus des Lumières sur les pratiques anciennement attestées. Le résultat en fut en effet très symbolique, les gouverneurs parfois suivis par le cabildo préférant au nom du bien public tolérer malgré tout les curanderos, et la guerre d’Indépendance rendant ensuite illusoire toute tentative de contrôle 25.

Une « classe dangereuse » dans la révolution d’Indépendance, réalités et contradictions

  • 26  Marixa Lasso, « Race War and Nation in Caribbean Gran Colombia, Cartagena, 1810–1832 », The Americ (...)
  • 27  Frédérique Langue, “Bolívar, mantuano y heroe. Representaciones y sensibilidades ante el mito repu (...)

34La participation de cette catégorie socio-ethnique à la guerre d’Indépendance soulève ainsi un problème heuristique de choix, et que mettent trop peu en évidence les études des imaginaires nationaux fondés sur la race26. Une Indépendance mythifiée à des degrés et des moments divers de l’histoire nationale (depuis le XIXe siècle), une histoire instrumentalisée notamment par le biais du culte bolivarien dont le décryptage a été lancé par G. Carrera Damas, et poursuivi par E. Pino Iturrieta, ou encore une nouvelle écriture de l’histoire redonnant leur place aux oubliés et aux vaincus de l’historiographie « de classe» (propos du Centro Nacional de Historia), propos non sans intérêt si l’on considère la place prédominante accordée dans les historiografías patrias voire dans les symboliques républicaines aux próceres, precursores et divers héros en majorité des créoles blancs : tel serait, grosso modo, le tableau actuel, pas nécessairement conflictuel, des réinterprétations de l’Indépendance dans le cas vénézuélien. Il faut souligner à cet égard le rôle essentiel joué par l’historiographie marxiste dans la remise à plat du panorama des acteurs de l’Indépendance27.

35Un obstacle majeur attend en effet les tenants d’un manichéisme sans faille (généralement des historiens improvisés mais en aucun cas professionnels), quelle que soit leur option idéologique ... actuelle, et plus encore dans la mesure où « le temps présent » tend désormais à orienter  voire à fausser/falsifier l’interprétation du passé : l’extrême hétérogénéité sociale et politique de la population métisse (de l’esclave au pardo benemérito), les attitudes non seulement sujettes à caution mais aussi nous dirions aujourd’hui politiquement incorrectes de certains éléments de ces classes subalternes, qui expliquent en partie que l’Indépendance ait été une « guerre civile » (Carrera) et pas seulement une revendication de citoyenneté pleine et indivisible, sous l’influence en partie, du « modèle » franco-antillais et des « sans chemises » révolutionnaires (nom d’ailleurs de l’un de ces groupes d’ailleurs).

  • 28  Alejandro Gómez, « The « pardo Question » », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, n°8, 2008, http://nuevomun (...)

36Le soulèvement « multiethnique » de 1797 à La Guaira et à Caracas (des pardos, libres de color, mulatos,  aux « petits-blancs »/blancos de orilla, et canarios/isleños), le rôle des milices métisses à cette occasion, ainsi que la popularité initiale voire l’enthousiasme déclenché par Francisco de Miranda en attestent peut-être plus que tout autre événement. L’absence des pardos beneméritos y fut en effet notoire, de même qu’au sein de la Société patriotique en 1811, motivée par la méfiance à l’égard de ces clubs politiques fréquentés par des gens de « basse condition », inspirés des sans-culottes français, une méfiance qui rejoignait dans les faits celle de nombreux blancs créoles. Plusieurs capitaines de milices pardas offrirent ainsi leur collaboration au Capitaine général afin d’étouffer l’épisode connu comme la conspiration des mantuanos (1808)28.  

37Les positions des uns et des autres, des élites métisses — la pardocracia selon Bolívar — et des élites blanches, n’étaient pas totalement inconciliables comme l’a montré l’étude a contrario et sur le moyen terme des dispenses de « qualité »/couleur et l’échec relatif des pardos beneméritos de parvenir à une limpieza de colores. Plus tard, ces métis devaient d’ailleurs créer leur propre club politique, et diffuser les idéaux libéraux de citoyenneté. Leur choix d’appuyer finalement les revendications autonomistes qui conduiront au 19 avril 1810 s’inscrit dans cette réflexion éminemment politique. Les mesures prises en leur faveur par le gouvernement autonome alla ainsi dans le sens d’une suppression des discriminations évoquées, de la possibilité d’être promus dans les milices au-delà du grade de capitaine, et surtout, d’être partie prenante de la représentation politique. Le règlement électoral approuvé par Junta Suprema à la fin de l’année 1810 leur permit en effet d’être électeurs afin de choisir les députés qui allaient siéger au nouveau congrès général. Bien que ce nombreux pardos aient réuni les qualités (matérielles) requises pour être députés, il est intéressant de noter qu’aucun d’entre eux ne se présenta.

  • 29  Voir sur ce point et pour une remise à plat de la problématique notamment la question des secteurs (...)

38Autre paradoxe ou contradiction interne, mais seulement partielle si l’on se réfère à l’exclusivisme social de la Colonia, fut l’exclusion des secteurs sociaux-économiques moyens ou populaires de la population de couleur, malgré ou en raison peut-être de l’activisme de ces derniers, inspirés du républicanisme radical et de l’égalitarisme français. L’exclusion des castas de la participation au pouvoir politique, et telle que l’avait retracée Blanco White dans El Español, ou encore l’archevêque de Caracas Narciso Coll y Prat, est en effet l’un des thèmes majeurs du conflit dans sa version politico-institutionnelle, qui contribue cependant à amplifier ce déficit à la fois historiographique, artistique, et mémoriel, voire des « conventions historiographiques » qui affectent l’histoire des conflits, tout particulièrement dans sa version pré-indépendentiste, et sous l’influence persistante voire inéluctable, du mythe héroïque associé à la personne du Libertador, « pour et par le peuple » à travers le temps29.

Haut de page

Notes

1  Pour un bilan historiographique et en termes d’histoire des idées, nous renvoyons à notre essai « Retour sur une société de mondes atlantiques. Le Venezuela colonial ou une historiographie des marges », Caravelle, n°91, 2008.

2  Pour une définition du terme , nous envoyons au Tesoro de Covarrubias, disponible sur http://www.cervantesvirtual.com/servlet/SirveObras/80250529545703831976613/index.htm

Voir également les différentes éditions du Nuevo Tesoro Lexicográfico de la Lengua Española de la RAE  http://buscon.rae.es/  Dans le domaine littéraire et de l’histoire des idées, voir les positionnements de Mabel Moraña, i.e ; dans Revisiting the Colonial Question in Latin America (Mabel Moraña, Carlos A Juáregui et alt.), Madrid, Iberoamericana Editorial, 2007 : “The Indian Tumult of 1692 and the Folds of Baroque Celebrations. Historiography, Popular Subversion and Creole Agency in Colonial Mexico”, p. 79 ss., et de Roberto Breña, « José María Blanco White y la independencia: ¿Una postura pro–americana?» Número 3, Junio 2002 Historia Constitucional, http://hc.rediris.es/  Frédérique Langue, Aristócratas, honor y subversión en la Venezuela del siglo XVIII, Caracas, Academia Nacional de la Historia, 2000, 339 p. Préface Elías Pino Iturrieta.

3  Pour les définitions applicables à la notion d’élites coloniales, nous renvoyons à nos travaux, ainsi qu’à la synthèse récente de Pilar Ponce Leiva et y Arrigo Amadori, « Historiografía sobre élites en la América Hispana: 1992-2005 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, n°8-2008 (BAC)  http://nuevomundo.revues.org/index38773.html

4  Francisco Depons, Viaje a la parte oriental de Tierra Firme en la América Meridional, Caracas, Fundación de Promoción Cultural de Venezuela, 1987.

5  Frédérique Langue, “La pardocratie ou l’itinéraire d’une “classe dangereuse" dans le Venezuela des XVIIIe et XIXe siècles”, Caravelle, n°67, 1997, p. 57-72. P. Michael McKinley, Caracas antes de la Independencia, Caracas, Monte Avila, 1985, p. 22.

6  Un résumé de la problématique des représentations du métis pour la Nouvelle-Espagne dans un article certes non récent mais assez complet, pour la Nouvelle-Espagne : Efraín Castro Morales, « Los cuadros de castas de la Nueva Espa~ã », en JGSWGLAS, n°20, 1983, p. 671-690. http://americas.sas.ac.uk/publications/docs/genero_segunda4_Castro.pdf   Et pour une approche plus récente,qui demanderait toutefois à être complétée sur le plan bibliographique  et ar conséquent comparatif : Pilar Lopez-Bejarano, « Dynamiques Métisses. Tissages autour du travail et de l’honneur. Nouvelle-Grenade XVIIIe siècle », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, n°9, 2008 : http://nuevomundo.revues.org/index19303.html

7  Miguel Izard, El miedo a la Revolución. La lucha por la libertad en Venezuela (1777-1830), Madrid, Tecnos, 1979, p. 58, 129-131.

8  Irma Marina Mendoza, « El cabildo de pardos en Nirgua siglos XVII y XVIII », Anuario de Estudios Bolivarianos, Año IV, n°4, 1995, p. 95-120.

9  Publiée dans S.R. Cortes, Idem, II, p. 58-65.

10  Frédérique Langue, « Mestizaje y rendención en Venezuela. De las milicias coloniales a la Revolución Bolivariana », en Irwin, Domingo, Castillo, Hernán, Langue, Frédérique (Coords.: Pretorianismo venezolano del siglo XXI. Ensayo sobre las relaciones civiles y militares venezolanas, Universidad Católica Andrés Bello, Caracas, 2007, págs. 259-299.

11  Or, depuis 1643, les pardos sont exclus du service militaire dans les troupes permanentes et ne peuvent accéder à un grade supérieur à celui de capitaine dans les milices. Santiago Gerardo Suárez, Las milicias. Instituciones militares hispanoamericanas, Caracas, Academia Nacional de la Historia, 1984, p. 132.

12   S. Rodulfo Cortes, Idem , vol. 2 pp. 58 et ss. Ildefonso Leal, "La universidad de Caracas y los pardos", Revista de Historia (UCV), Vol. III, n°15, marzo de 1963, p. 51-74.

13  Ildefonso Leal, Historia de la UCV, Caracas, UCV-Ediciones del rectorado, 1981, p. 113. S.R. Cortés, Idem, II, p. 191, 203 : « Informe de la Universidad de Caracas sobre los perjuicios que pueden seguirse de permitir que los hijos de Diego Mexías y otros se reciban en los estudios geenrales deella, dispensándole para el efecto la calidad de pardo », Caracas, 6 de octubre de 1803. Pour d’autres exemples de ces stéréotypes, voir les études de cas réalisées exclusivement à partir de l’ouvrage de S.R Cortés, Luis Felipe Pellicer, La vivencia del honor en la Provincia de Venezeula 1774-1809. Estudios de casos, Caracas, Fundación Polar, 1996. Du même auteur, une autre liste d’études de cas, cette fois à partir de documentos de l’AGN, Entre el honor y la pasión, Caracas, UCV-Fondo Editorial de Humanidades, 2005.

14  I. Leal, Idem, p. 115. AGI, Caracas, 399 : memorial de Diego Mejías Bejarano a la Cámara de Indias, 4/3/1796. S. R . Cortes, Idem, I, p. 410-411-449.

15  Frédérique Langue, “ Le passeur malgré lui. L’aristocratie mantuana comme médiateur culturel (Venezuela XVIIIe siècle) ”, Passeurs culturels. Mécanismes de métissage, coord. L. Bénat-Tachot et S. Gruzinski), Paris, Presses universitaires de Marne-la-Vallée/Editions de la Maison des sciences de l'homme, 2001, p. 69-90. AGI, Caracas, 399. S.R. Cortes, Idem, I, p. 429.

16  Représentation du Cabildo de Caracas à la Couronne, à propos de la Real Cédula du 10/II/1795, 28 novembre 1796, en S. R. Cortes, Op. cit., t. II, p. 93-94. F. Langue, « De moralista a arbitrista: Don Franciso de Ibarra, obispo deVenezuela (1798-1806) », Anuario de Estudios Americanos, Historiografía y bibliografía, t. XLIX, n°1, 1992, p. 55-30.

17  Nous avons analysé les déclinaisons du modèle culturel hispanique et la prégnance de l’honneur en diverses occasions. Cf. Frédérique Langue, “Las ansias del vivir y las normas del querer. Amores y “mala vida” en Venezuela colonial”, Quimeras de amor, honor y pecado en el siglo XVIII venezolano, coord. Elías Pino Iturrieta, Caracas, Planeta, 1994, p. 35-64 ; « Le cercle des alliances. Stratégies d’honneur et de fortune des aristocrates vénézuéliens au XVIIIe siècle”, Annales, 54e année, n°2, 1999, p. 453-480. S.R. Cortes, Idem, II, p. 51, 88-91. Et “ Le passeur malgré lui. .. », Op.cit. Evoquer les « pardosprivilegiés » comme le font certains auteurs qui se penchent sur un thème à  la mode ou tentent de faire de l’histoire des « mentalités » sans s’apppuyer sur des définitions contextualisées, ne revient qu’à appliquer une jugement de valeur contemporain et par conséquent anachronique, sur un système de représentations  et des généalogies sociales très exactement antagoniques .

18  AGI, Caracas, 404.vv Representación de Da Maria del Carmen Correa y Juan Josef Ximenez 30/7/1804. Demande présentée devant la Deuxième chambre (sala segunda). RC 17/7/1803 pour la 2e version de la Real Pragmática de matrimonios. Sur l’hospice de la Charité et le traitement réservé aux femmes « pécheresses » dans le Venezuela colonial, nous renvoyons à nos travaux : “Las ansias del vivir y las normas del querer. Amores y “mala vida” en Venezuela colonial”, Quimeras de amor, honor y pecado en el siglo XVIII venezolano, coord. Elías Pino Iturrieta, Caracas, Planeta, 1994, p. 35-64 ; “ Las mantuanas escandalosas. Irreverencia y transgresiones femeninas en la aristocracia venezolana del siglo XVIII ”, XIII Coloquio de Historia Canario Americana - VIII Congreso Internacional de Historia de América AEA (1998), Las Palmas de Gran Canaria, Ediciones del Cabildo de Gran Canaria, 2000 (CD Rom) ; "Silencio, honor y desgarramiento: familias mantuanas del siglo XVIII", in Historia, género y familia en Iberoamérica, siglos XVI-XX, coord. Dora Dávila, Caracas, Universidad Católica Andrés Bello-Konrad Adenauer Stiffnung, 2004, p. 103-126 ; “Quand le diable mène la danse. Regards pieux sur des diversions profanes (Venezuela XVIIIe siècle) “, Nuevo Mundo Mundos Nuevos, n6-2006, http://nuevomundo.revues.org/document1786.html ; “Sensibilités métisses et affinités électives: mantuanas et pardas dans le Venezuela du XVIIIe siècle “, Clio, n°27, 2008, p. 75-99.

19  Emanuele Amodio, « El médico y la curandera », en E. Amodio (coord.), La vida cotidiana en Venezuela durante el siglo XVIII, Maracaibo, Gobernación del Estado Zulia/Universidad del Zulia, 1998, p. 238-239. Du même auteur, « Curanderos y médicos ilustrados. La creación del protomedicato en Venezuela a finales del siglo XVIII », Asclepio, XLIX(I), 1997, p. 95-129. Ricardo Archila, Historia de la medicina en Venezuela, Caracas, Ministerio de Sanidad, 1961.

20  AGI, Caracas, 241 : El Consejo de Indias al Gobernador, 15 de marzo de 1776 ; AGI, Caracas, 397 : Dn Felipe Tamarin, protomédico, y Joseph Bernabé Diaz su asesor a SM, Caracas, 19/6/1793. E. Amodio, Idem, p. 244-245. Du même auteur, sur l’itinéraire de ces élites médicales et le contrôle social et scientifique mis en place : « Curanderos y médicos ilustrados. La creación del Protomedicato en Venezuela a fiales del siglo XVIII », Asclepio, XLIX(1), 1997, p. 95-130 ; « La tan apetecible profesión de médico. De Campins a Vargas : la constitución de la élite médica en Caracas, 1750-1850 », Tierra Firme, n°62, 1998, p. 293-321.

21  AGI, Caracas 185 et 269 pour les références à deux curanderas, en particulier doña Gregoria Ramos. E. Amodio, Idem, p. 240-241, 250.

22  AGI, Caracas, 397 : Dn Felipe Tamarin, protomédico, y Joseph Bernabé Diaz su asesor a SM, Caracas, 19/6/1793. Sur les conditions d’examen, quelles que soient les origines ethniques de l’impétrant, voir le premier cas mentionné par Yolanda Texera Arnal (et publié dans une histoire de la médecine de 1931), « Médicos, cirujanos y curanderos en la Capitanía General de Venezuela. Estudio de un expediente », Asclepio, LII-1, 2000, p. 37-52.

23  Idem.  Représentation en date du 6 mai 1793.

24  Idem.  Représentation en date du 6 mai 1793.

25 Idem, RC 21/6/1793 Aránjuez, al Gobernador Capitán General de Caracas.

26  Marixa Lasso, « Race War and Nation in Caribbean Gran Colombia, Cartagena, 1810–1832 », The American Historical Review, vol. III, n°2, 2006 ;  & « El día de la Independencia : una revisión necesaria », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, n°8-2008, http://nuevomundo.revues.org/index32872.html

27  Frédérique Langue, “Bolívar, mantuano y heroe. Representaciones y sensibilidades ante el mito republicano “, Nuevo Mundo Mundos Nuevos, n°8, http://nuevomundo.revues.org/document14632.html

28  Alejandro Gómez, « The « pardo Question » », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, n°8, 2008, http://nuevomundo.revues.org/index34503.html

29  Voir sur ce point et pour une remise à plat de la problématique notamment la question des secteurs politiques radicaux de la révolution d’Indépendance, l’excellente synthèse d’Alejandro Gómez, « La Revolución de Caracas desde abajo », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, n°8-2008, http://nuevomundo.revues.org/index32982.html Narciso Coll y Prat, memoriales sobre la Independencia de Venezuela, Caracas, Academia Nacional de la Historia, 1960, p. 181. Pour la conjuration de 1808, voir Frédérique Langue, “El pensamiento venezolano de la emancipación y la conjuración de los mantuanos”, III Congrés Latinoaméricain de l’Université de Varsovie, 16-18 juin 1995, Memorias, Varsovie, vol. 2, p. 97-105, et l’ouvrage plus récent d’Inés Quintero, La Conjura de los Mantuanos, Caracas, Universidad Católica Andrés Bello, 2002. De la même auteure, Francisco de Miranda, Caracas, El Nacional/Banco del Caribe, 2001 et sur les « conventions » générées par cette période, « Historiografía e independencia en Venezuela », M. Chust y J.A. Serrano (Eds.), Debates sobre las independencias iberoamericanas, Madrid, Iberoamericana-Ahila, 2007, p. 221-236.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue, « Les pardos vénézuéliens, hétérodoxes ou défenseurs de l’ordre social? », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 29 juin 2009, consulté le 21 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/56302 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.56302

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

Mascipo-CNRS, flangue[at]ehess[point]fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page