Navigation – Plan du site
Colloques | 2009
Conflits dans le monde hispanique. Hétérodoxies, déviances et dissidences – 5-6 février 2009 Grenoble (Université Stendhal Grenoble 3)
Laurey Braguier Gouverneur

Conflit et dissidence religieuse dans les nouveaux foyers de spiritualité castillans : ermites, recluses et sectes illuministes face au Saint-Office (1510-1563)

[12/06/2009]

Résumés

Cet article a pour objet de démontrer la naissance et le développement en Castille au XVIe siècle de nouveaux foyers de spiritualité jugés hétérodoxes par le clergé et l’Inquisition espagnole entre la fin du règne des Rois catholiques et les conclusions du Concile de Trente. Alors que l’Espagne vainc l’ultime bastion arabe en 1492 à Grenade et refonde une orthodoxie forte sous la tutelle du cardinal Cisneros pour permettre un nouvel élan religieux, trois foyers d’essence catholique : les ermites, les recluses et les illuminés, développent des rites et des pratiques religieuses fondés sur le recueillement, la pénitence et l’abandon, sans la présence d’un intercesseur ecclésiastique. Prônant une vie évangélique et un rapport direct avec la divinité, ils remettent en cause l’autorité des clercs et certains articles de foi. Ils attirent ainsi l’attention de l’Inquisition qui les perçoit comme des communautés marginales et des groupes dissidents. Notre recherche se propose donc de définir les modalités sociales, politiques et religieuses de ces nouveaux foyers de spiritualité au sein de la société et de l´Église espagnole, et de comprendre la nature du conflit qui les opposa près de vingt-cinq ans aux pouvoirs ecclésiastique et inquisitorial.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ricardo Saez, « Des mots aux choses, Préréforme, Réforme et Contre-Réforme ou la religion subordon (...)

1Le nouvel élan religieux qui touche l´Espagne à la fin du XVe siècle sous l´impulsion des Rois Catholiques entraîne dans son sillage de nouvelles formes de spiritualité à la frontière entre l´orthodoxie et l´hétérodoxie. En effet, au début du XVIe siècle, on assiste à l´établissement d´une orthodoxie plus structurée par le pouvoir temporel et spirituel. La réforme1 des ordres entreprise par le cardinal Cisneros, la construction de cathédrales qui s´accompagne de l´installation des tribunaux de l´Inquisition sur l´ensemble du territoire castillan, le développement de confréries et de la catéchèse dans les villes et les campagnes, ainsi que la création de chaires de religion et de facultés de théologie pour former le clergé et guider le fidèle, démontrent une consolidation de l´orthodoxie naissante.

2Cet établissement d´une doxa qui entérine une refonte de la vie spirituelle castillane à travers le retour à l´observance et à la règle stricte dans la majorité des ordres, ne peut cependant empêcher la naissance de nouveaux foyers hétérodoxes qui entrent en conflit avec le pouvoir royal et ecclésiastique dans la seconde décennie du XVIe siècle. En effet, entre 1510 et 1520, différentes communautés et mouvements spirituels jugés dissidents vont prospérer en marge de l´Église catholique. Il s´agit notamment des sectes illuministes définies par l´edicto de los alumbrados de 1525, mais aussi des ermites et des recluses qui développent des rites et des pratiques marginales et sont, de ce fait, poursuivis pour hétérodoxie devant les tribunaux de l´Inquisition à partir des années 1525-26.

  • 2  Bartolomé Bennassar, L´Homme espagnol, Attitudes et mentalités du XVIe au XIXe siècle, Paris, Comp (...)

3Ainsi, le renouveau religieux qui touche la Castille à l´aube de la Renaissance est bi-polaire. D´une part, il est marqué par la multiplication des manuels de piété, l’humanisme naissant qui souffle sur Alcalá avec la Bible polyglotte, l´influence des courants millénaristes et la devotio moderna qui provoquent cet « élan irrésistible vers la foi2 » chez le fidèle. D´autre part, il crée un espace propice pour ces nouveaux groupes dissidents qui souhaitent se rapprocher de Dieu à travers une foi et une pratique religieuse plus personnelles sans intercesseur ecclésiastique.

  • 3 Antonio Márquez, Los alumbrados: origen y filosofía, 1529-1569, Madrid, Taurus, 1980, p. 176.

4Il sera donc intéressant de comprendre et de préciser l´existence de nouvelles communautés hétérodoxes à l´intérieur du tissu social en réalisant une étude des pratiques spirituelles de ses membres, tout en dessinant les enjeux politiques et religieux de ce rapport de force qui s´achèvera dans la persécution et la disparition de ce premier bourgeonnement « sentant bon l´hérésie3 » à la veille de l´ouverture du Concile de Trente. En effet, en quoi les ermites, les recluses et les sectes illuministes représentent-ils des groupes dissidents ? Quels faits ou pratiques hétérodoxes leur sont reprochés ? Quels sont les principaux protagonistes de ces nouveaux foyers religieux et comment s´inscrivent-ils dans l´hétérodoxie voire l´hérésie ?

5Nous chercherons donc dans cet article à définir les modalités sociales, politiques et religieuses de ces nouveaux groupes dissidents au sein de la société et de l´Église espagnole et à comprendre la nature du conflit qui les opposa près de vingt-cinq ans aux pouvoirs ecclésiastique et inquisitorial.

6Après une première approche notionnelle des concepts d´orthodoxie, d´hétérodoxie et de dissidence au cours de notre période, nous nous interrogerons, tout d´abord, sur la progressive marginalisation des foyers érémitiques en Castille dans la première moitié du XVIe siècle, en démontrant l´évolution des conflits entre les ermites et le pouvoir ecclésiastique. Nous nous intéresserons ensuite aux recluses aussi appelées emparedadas, groupe de femmes souvent laïques qui s´inscrit parfaitement dans l´orthodoxie initiale fixée par les Rois Catholiques et les instances cléricales mais qui vont finalement glisser vers l´hétérodoxie à travers des rites et des liturgies profanes. Enfin, nous analyserons le rapport de force entre le pouvoir inquisitorial et les groupes illuministes en nous appuyant sur les principaux procès de l´Inquisition, (notamment ceux de María Cazalla, Pedro Ruiz de Alcaraz et Isabel de la Cruz) pour souligner l´existence d´une  frontière parfois poreuse entre orthodoxie et hétérodoxie, à l´heure où la Réforme et le luthéranisme se diffusent inexorablement dans l´Empire.

  • 4 Adelina Sarrión, Beatas y endemoniadas: mujeres heterodoxas ante la Inquisición siglos XVI a XIX, M (...)
  • 5  Juan de Torquemada, Summa de Ecclesia, Bibliotheca Maxima Pontificia, Roma, 1697, T. XIII, colonne(...)
  • 6  Virgilio Pinto Crespo, Inquisición y control ideológico en la España del siglo XVI, Madrid, Taurus (...)

7Comme le souligne Adelina Sarrión dans son ouvrage sur les beatas, définir la frontière entre l´orthodoxie et l´hétérodoxie n´est pas chose aisée au XVIe siècle : « Nada hay tan borroso e imposible de definir de forma definitiva como los límites entre la ortodoxia y la heterodoxia4 ». Cependant, Juan de Torquemada, l´oncle du célèbre inquisiteur Tomás de Torquemada définit l´orthodoxie dans sa Summa de Ecclesiaen l´associant au principe de vérité catholique. Elle est selon lui « lo que se refiere a los artículos de fe y lo escrito en las Sagradas escrituras y que los concilios han determinado y aprobado5». Contraire à cette norme religieuse fondée sur le dogme catholique, l´hétérodoxie renvoie donc à l´opposition, la contradiction voire la division face à une doxa établie par l´Église et le clergé. L´historien Virgilio Crespo la définit d´ailleurs simplement comme « una opinión en contra de la verdad católica6 ». Les formes d´hétérodoxie qui se développent au XVIe siècle renvoient donc à des comportements, des rites ou des pratiques qui s´opposent aux saintes Écritures ou à la hiérarchie ecclésiastique et entérinent dans les foyers de spiritualité castillans qui nous préoccupent le développement d´un conflit au sein même de l’Église.

1- Hétérodoxie et dissidence dans les foyers érémitiques : de l´abandon du monde au rejet de l´intercesseur ecclésiastique

8À la fin du XVe siècle, la communauté érémitique s´inscrit dans la pure orthodoxie. Le désir d´abandonner le monde selon le modèle des Pères du désert est un signe d´humilité et de foi qui est encouragé par l´Église. L´aventure érémitique en Espagne commence, d´ailleurs, au sein de l´ordre des franciscains à partir du XIVe siècle. En 1407, il y avait sept oratoires en Galice dans la périphérie de Saint Jacques de Compostelle. En Castille, au milieu du XVe siècle, le développement du modèle érémitique est impulsé par le frère Pedro de Villacreces.

  • 7  José García Oro, « La reforma de las órdenes religiosas en los siglos XV y XVI », Historia de la I (...)
  • 8 Testamento del obispo Pedro de Medina (AHN, Clero, leg. 3423, año 1479).

9Les ermites obtiennent aussi le soutien économique de l´Église avec des prélats réformateurs comme l´évêque Tenorio. Le nombre de ces nouveaux centres de spiritualité est estimé entre les années 1470-80 à une petite quarantaine. L´Église encourage d´ailleurs puis instrumentalise la figure du pénitent en développant surtout les aspects de pénitence et de repentir en incitant les fidèles à la modération et à l´humilité. Réunis en ermitages, les ermites pratiquent un modèle de vie fondé sur le jeûne, la souffrance et la pauvreté, ce qui entraîne le respect de la communauté religieuse et des laïcs. Les mentions dans les sources ecclésiastiques ne manquent pas et permettent d´évaluer le succès et la considération d´une grande partie des clercs envers ceux qui avaient fait ce choix de vie qui engageait leur auteur durablement en raison des contraintes sociales, morales, et disciplinaires7. On peut par exemple citer le testament du clerc Pedro de Medina qui n´oublie pas la communauté érémitique en lui transmettant un pécule parfois non négligeable : « Diez maravedis a cada ermita de la vida y el arrabal por su devoción8 ».

  • 9  Alain Saint Saëns, Valets de dieu, suppôts du diable, ermites et réforme catholique dans l’Espagne (...)
  • 10 Ibid., p. 135.
  • 11  Juan Clímaco, Escalera espiritual, Madrid, B.A.C, 1994, p. 307.
  • 12  Antonio de Solís y Ribadeneyra, Contra la soledad, Madrid, B.A.C., 1986, p. 444.
  • 13 Fray Luis de Granada, Sermón contra los escándalos en las caídas públicas, BAE, 11, p. 42.

10Cependant, comme l´a démontré Alain Saint Saëns dans La Nostalgie du désert, la vie ascétique et évangélique des ermites est perçue tout au long de la première moitié du XVIe siècle comme de plus en plus suspecte. En effet, l´isolement permet certes le refus du monde, mais aussi la possibilité de se défaire des normes et des exigences sociales et religieuses de l´Église, c´est-à-dire de s´écarter de l´orthodoxie. Le problème avec l´orthodoxie établie est ainsi double. Au début du XVIe siècle, l´église reproche, d´une part, aux ermites une nette indépendance en soulignant l´absence de contrôle du pouvoir ecclésiastique et, d´autre part, elle évoque un problème théologique lié à la fonction même d´ermite sur la notion d´élu et de grâce qui toucherait celui-ci. En effet, les disputes entre les théologiens se multiplient puisque, pour la majorité d´entre eux, tous les hommes n´ont pas le droit ni le loisir de devenir ermite, de s´exiler et de rentrer en communication avec Dieu, car seul un petit nombre d´élus ayant subi une révélation peut y prétendre. Face à la multiplication des faux ermites9, les clercs puis les laïcs stigmatisent la solitude dangereuse de l´ermite et insistent sur sa paresse et ses déviances qui trouvent un écho dans la littérature de l’époque10. Ainsi le conflit se cristallise autour d´écrits et de pamphlets qui critiquent l´absence de médiateurs religieux. Jean Climaque déjà, dans son ouvrage L´échelle sainte, constate : « Peu d’ermites vivent leur solitude comme il le faudrait11 », et l´on peut citer parmi une abondante moisson de textes satiriques celui d´Antonio de Solís y Ribadeneyra : Contra la soledad, qui fustige les tentations de l´ermite isolé12 ou encore le Sermón contra los escándalos en las caídas públicas de Fray Luis de Granada qui affirme : « También entre aquellos hombres del desierto, hubo algunos engañados del demonio13 ».

  • 14 AHN, Inq. Logroño, Libro 832, Fol. 129r-129v.
  • 15  Inq. Cuenca, Leg 299, Exp. 4270-A.
  • 16  AHN, Inq. Logroño, Libro 834, Fol. 398.
  • 17  AHN., Inq. Toledo, Leg. 2106, Exp. 16, fol.8v.

11L´Église décide donc de prendre des mesures face aux déviances des ermites, qui refusent la présence de confesseurs et mènent une vie de plus en plus suspecte. Les procès s’intensifient en Vieille Castille, et les accusations sont multiples. Ainsi, le tribunal de Cuenca prononce en 1530 des peines de prison à vie à l´encontre de plusieurs ermites âgés de 35 à 85 ans, accusés de zoophilie ; lors de son procès14, l´ermite Pedro Sagredo de Logroño est condamné à six mois d´enfermement dans un monastère pour avoir couché avec des femmes mariées, tout comme Juan Rodríguez, gardien de l´ermitage de Belmonte qui confesse être allé au bordel suite aux accusations d´un villageois15. Malgré un nombre important de procès contre des ermites accusés d´avoir entretenu des relations charnelles, ce qui inquiète davantage l´Église ce sont les prises de position clairement hétérodoxes des ermites qui remettent en cause certains articles de foi. Ainsi, Pedro Magaña, ermite de Cinterienago près de Logroño, est incarcéré pour avoir affirmé que : « la vierge avait accouché par le genou sinon elle ne serait pas demeuré vierge16 ». De la même manière, Juan Bodeguero, originaire de Barajas est condamné lors de son procès à Tolède pour avoir déclaré que : « la vierge a conçu son fils dans les bras et non dans le ventre17 ». L’ermite critique aussi le formalisme de l’Eglise et s’en prend aux reliques, bulles ou culte des images. Juan Ruiz, ermite de Azofrín, avoue lors de son procès avoir nié l’existence du purgatoire et proféré que :

  • 18  AHN., Inq. Toledo, Leg. 2135, Exp. 8, fol.3v.

Rien ne sert d’aller à Rome lors de l’année sainte, il n’y a pas d’année sainte, toutes les années sont saintes (…) quant aux bulles de croisades, elles ne servent qu’à donner deux reales au roi18 .

12Dès lors, le conflit s´institutionnalise avec la convocation de plusieurs synodes entre 1535 et 1560. Il y est décidé la création d´une licence renouvelable selon la bonne conduite de l’ermite émanant de l´archevêché ainsi que le contrôle régulier de l’ermitage par un prélat. Alors que le nombre d´ermitages chute drastiquement entre 1530 et 1550, leur mobilité est elle aussi contrôlée et réduite puisque chaque ermite doit désormais être attaché pendant une durée de trois à cinq ans au même sanctuaire avant de changer de lieu.

13Après le Concile de Trente, on assiste à la disparition progressive de la figure de l´ermite. Sa solitude fait peur et il ne trouve plus de protecteurs ni dans le monde laïc ni dans la sphère ecclésiastique, et comme l´affirme Alain Saint Saëns :

  • 19  Alain Saint Saëns, Valets de Dieu, suppôts du diable, ermites et réforme catholique dans l´Espagne (...)

L´ermite dans l´Espagne des Habsbourg incarne la fin d´un monde et personnifie la lente agonie d´un mode de vie qui avait jusque là survécu bon gré mal gré à la tourmente des siècles. Son entêtement et sa superbe en font un vaincu d´avance19 .

14Les pratiques de l´ermite jugées déviantes et hétérodoxes, sont ainsi sévèrement sanctionnées et la figure même de l´ermite disparaît ainsi de la carte spirituelle entre la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle. De la même manière un autre foyer de spiritualité, lui aussi d’essence et de religion catholique attire notre attention : les recluses. Tout comme les trois foyers de spiritualité que nous nous accordons à étudier dans le présent article, elles s’inscrivent elles-aussi dans la pure orthodoxie et sont présentes dès le bas Moyen Age. Cependant, leur indépendance et autonomie dans leur relation au divin transforment ces modèles de sainteté au cours de la même période en hétérodoxes.

2- Les recluses: entre pénitence et liturgies profanes

  • 20  « Souviens-toi de ma condition car il en sera de même pour toi, la mienne hier, la tienne aujourd’ (...)

15Au début du XVe siècle, la réclusion volontaire est un mode de vie religieux bien organisé. Les sources sont plutôt rares sur les recluses qui sont aussi appelées emmurées (emparedadas). On trouve peu de discours ou de confessions de ces femmes souvent analphabètes, et seuls les archivos municipales des villes fournissent des informations sur l’âge, l´origine sociale et la sélection de ces femmes. En Castille, le nombre des reclusas est estimé à plus de deux cents. Il s´agit dans la majorité des cas de femmes âgées entre 16 et 40 ans qui proviennent de milieux sociaux plutôt défavorisés (paysannerie, petit artisanat). Dans de rares cas, certaines de ces femmes appartiennent à la petite noblesse, auquel cas, elles font vœux de pauvreté en décidant de mener une vie de pénitence dans une petite cellule. L’emparedada s´inscrit au départ, elle aussi, pleinement dans l´orthodoxie. Elle possède un confesseur, qui est l´unique présence humaine avec qui elle entre en contact quelques minutes par jour. Le reste de la journée est occupé à prier. Les documents de l´Archivo Histórico Nacional, et notamment les visites pastorales nous renseignent sur les conditions de vie et la dévotion des emparedadas. Elles souffrent en général un véritable supplice presque christique puisqu´elles vivent dans une cellule de trois mètres carrés souvent insalubre où elles pratiquent le jeûne et dorment le moins possible. Elles se nourrissent grâce aux aumônes laissées par les laïcs par un trou fait dans le mur qui constitue l´unique lien avec le monde extérieur. Ces cellules qui se situent souvent dans les murailles de l´entrée des villes et qui sont attenantes aux chapelles et à certaines églises sont particulièrement sombres, et seule une légère ouverture utilisée pour les aumônes laisse passer la lumière du jour. La cellule représente, au-delà de son austérité, un supplice en soi. Elle est en général suffisamment basse pour que la recluse ne puisse pas s´y tenir debout et suffisamment étroite pour qu´elle ne puisse pas non plus s´y allonger. À l’extérieur au-dessus des ventanillas qui laissent passer la faible lumière du jour était souvent écrit en latin : « Memo resto juditii mei sic enim erit et tuum, mihi heri et tibi hodie20».

16L´hétérodoxie de cette forme de souffrance et de pénitence provient de l´origine même de ce mouvement. Les Pères d´Égypte qui fuyaient la ville se cherchèrent un refuge naturel dans les rochers et ils exprimaient par là même leur refus du monde mais aussi leur indépendance par rapport à l´Église et à un quelconque contrôle dogmatique et orthodoxe. Ils cherchaient non seulement une indépendance vis-à-vis de la civilisation et du Monde mais aussi des autres hommes, de l´institution religieuse, et de ses sacrements. Aux XVe et XVIe siècles, c´est la pratique de l´oraison mentale et la difficulté pour contrôler leurs agissements et pratiques religieuses qui attirent l´attention du Saint-Office. La recluse a en effet un lien et un espace intime non contrôlés avec le monde grâce à l´espace profane qui lui est laissé pour communiquer avec l´extérieur et recevoir officiellement les aumônes et de quoi se nourrir.

17Le rapport de force aux débuts des années 1520-1525 tourne, une fois n´est pas coutume, en faveur de l´Inquisition qui condamne ces femmes. Même si certaines reclusas purent bénéficier de la protection de clercs comme c’est le cas pour Mari Diaz, recluse à Avila, avec l’évêque Alvaro de Mendoza, les quelques procès qui ont lieu entre 1530 et 1545 accusent ces femmes pour la pratique de l´oraison mentale, l’absence de l´intercesseur ecclésiastique, ou encore pour de fausses révélations, et le cas échéant, de visions inspirées par le diable.

  • 21  AHN, Clero, C. 3. 129.

18Parfois, la volonté de s´unir à Dieu et de rompre avec le monde est si forte qu´elle entraîne des pratiques et des rites qui sont associés à une liturgie profane. En effet, les emparedadas choisissent de se faire emmurer et enfermer définitivement lorsqu´elles se sentent suffisamment proches du Seigneur et touchées par la grâce et l´esprit divin. Ainsi, au cours d´une cérémonie, la cellule est définitivement murée : la recluse perd son unique lien avec le monde terrestre et demeure dans l´obscurité la plus totale. La « mort au monde » est ainsi à prendre au sens propre, et la cellule devient la tombe de la emparedada dans cette liturgie proprement hétérodoxe. Comme le démontrent les conclusions du procès contre María Fernández, « existe un aspecto litúrgico transgredido y peligroso21 », et ces rites et pratiques commencent à être condamnés de plus en plus souvent par l´Inquisition dans le premier tiers du XVIe siècle. L´affaire remonte même au Saint-Siège, et Rome répudie à donner sa caution à ces rituels qu´elle juge profondément hétérodoxes, car seul Dieu décide de l´heure de la mort du fidèle, et ce choix délibéré de la emparedada s´apparente à un suicide.

19Une nouvelle fois, le clergé décide de contrôler les emparedadas, en les obligeant à assister aux offices et en restant sous la garde et le contrôle d´un confesseur à qui elles doivent narrer leurs transports et leurs visions.

20Pour terminer nous allons nous intéresser à un troisième foyer de spiritualité catholique, qui semble lui aussi s’inscrire dans l’orthodoxie par sa lecture zélée des Evangiles et ses formes de pénitence et de recueillement collectif, mais qui à l’heure où Luther maintient ses thèses à Worms et menace l’unité chrétienne, est perçu comme potentiellement dangereux par l’Inquisition.

3- Piété et hétérodoxie du mouvement illuministe

21Au début du XVIe siècle, l´Espagne n´échappe pas au souffle humaniste et à la devotio moderna : le fidèle est davantage en quête de nouvelles formes de vie religieuse plus appropriées, à savoir moins formelles et plus intérieures avec le désir d´un salut à chercher au moyen d´une foi plus intense et plus personnelle. De nouveaux ouvrages didactiques sont publiés sous forme de manuels de piété pour guider les fidèles et leur permettre d´établir une relation plus intime et plus profonde avec la divinité, comme El exercitario de la vida espiritual de García de Cisneros et le Tratado de la Vida espiritual de san Vincente Ferrier en 1510. C´est dans ce contexte que se développe le groupe des illuminés (alumbrados) contre lequel l´Inquisition va lutter pendant plus de vingt ans. Les premières occurrences du mot l´associent déjà à la déviance et l´hétérodoxie ; l´adjectif castillan alumbrado est ainsi utilisé par un franciscain, le frère Antonio de Pastrana, dès 1501, pour avertir Cisneros des dangereuses déviations d´un frère du couvent d´Ocaña. Le décret du Chapitre général des Franciscains de Tolède en 1524 condamne une voie spirituelle récemment inventée, qu´il nomme « via illuminatorum seu dimittentium se ». Le décret inquisitorial de Tolède l´année suivante définit les nouveaux substantifs :

 Alumbrados : se creen iluminados por el Espíritu Santo. Como San Pablos, Moises y la Virgen María .

22D´après les sources ce mouvement spirituel se développe à partir de 1510, autour d´Isabel de la Cruz. Sœur du tiers-ordre franciscain, elle vit à Guadalajara, sa ville natale dans la paroisse de Santo Tomás. C´est la mère spirituelle des alumbrados de 1525. Son procès a disparu, mais on en retrouve certains détails biographiques dans le procès d´Alcaraz. Sa renommée se déplace entre les villages de La Alcarriaet Escalona. Pedro Ruiz de Alcazar, Francisca Hernández, Francisco Ortiz, Bernardino Tovar et Juan de Vergara sont les autres protagonistes de ce mouvement spirituel qui se situe dans la fervente région de Tolède. Réunis dans leurs maisons, ils prônent une nouvelle conception de l’amour de Dieu. Pour la plupart, la perfection se trouve dans l´abandon à Dieu. Selon eux, les œuvres de la miséricorde comme choisir, demander, jeûner, ne sont rien sans l´amour. L’introspection, la quête spirituelle grâce à l’oraison mentale et les visions et transports prophétiques représentent les principales pratiques religieuss qui leur permettent de se rapprocher du Seigneur.  Organisant des lectures des Evangiles devant des laïcs, ils commentent certains passages et jugent le clergé. Ceux-ci ne doivent pas s´inquiéter de la chair, de la discipline, du jeûne et des prières car les œuvres et agissements extérieurs sont bas et inutiles. L’Inquisition qui a fort à faire avec les judéos-convers et les morisques tardent avant de s’attaquer à ce groupe composé de quelques vieux chrétiens. Cependant, l’Inquisition, suite aux dénonciations de Mari Nuñez le 13 mai 1519 devant l´inquisiteur tolédan Sancho Vélez, convoque finalement Isabel de la Cruz en 1524.  Cette même année, le chapitre provincial de Tolède présidé par Francisco de Quiñones, fait paraître la décision suivante :

  • 22  Wadding, Annales Minorum, XVI, (rééd.), Florence, Quaracchi, 1931, p. 216.

Si en esta provincia es hallado algún fraile que pertenezca a esa escandalosa vía, recién inventada de los alumbrados o dejados (...) sea encarcelado22.

23Les chefs d´accusation retenus contre Isabel de la Cruz sont réunis dans dix chapitres, ce qui fait un total de cent quarante-six propositions accusatrices. L´abnégation d´Isabel, qui remet en cause les pratiques religieuses de l´Église en refusant la prière orale ou certains sacrements, lui valent un rapprochement avec la pensée luthérienne encore en germe. Les juges retiennent finalement sa conception erronée de l´amour, son rejet de l´enfer, de la bulle d´excommunication et des actes et manifestations extérieures.

  • 23  Milagros Ortega Costa, Proceso de la inquisición contra María de Cazalla, Madrid, F.U.E, 1978, f. (...)

24L´affaire concernant María de Cazalla, autre accusée d´illuminisme, est assez similaire. Le Saint-Office tarde une nouvelle fois avant d´ouvrir le procès en 1524. María de Cazalla sait également lire, et dans le procès on affirme qu´elle connaît très bien la Bible. Les témoignages retenus contre elle en 1525 nous apprennent qu´elle commente les Évangiles23. Elle affirme dans son procès qu´elle n´est point satisfaite du christianisme tel qu´il est pratiqué. Les cérémonies n´ont pour elle aucune importance, la confession et la communion lui paraissent insatisfaisantes. Elle critique les vendeurs de Bulle, elle voit dans l´érasmisme une manière de combattre la corruption générale de l´Église. Enfin Pedro de Alcazar, refuse lui aussi certaines pratiques comme les mementos lors des messes (proposition 23) qui s´apparentent à un exercice mécanique, car il préfère se réfugier dans l´oraison mentale, beaucoup plus efficace, selon lui, pour se rapprocher du Seigneur.

25 La réaction de l’Inquisition s’est donc fait attendre, mais consciente du danger de cette nouvelle doctrine qui rejette l’autorité et les sacrements de l’Eglise catholique, elle publie l´édit des alumbrados du 23 septembre 1525 pour calmer les ardeurs de groupes évangéliques souhaitant se passer de l’intercesseur ecclésiastique dans leur pratiques religieuses. L’édit condamne surtout la impecabilidad, c´est-à-dire « cuando uno tiene la certeza de estar en el amor de Dios ya no puede cometer ningún error dogmático ni pecar» (proposition 9).

  • 24  Carlo Ginzburg évoque ainsi l´existence d´une culture populaire qui déforme les métaphores bibliqu (...)

26Le Saint-Office lors des procès, condamne ainsi la grande liberté de penser des alumbrados face à la vie monacale, aux indulgences, aux excommunications, à l´abstinence ou aux sacrements. Les théories personnelles de Pedro de Alcazar sur la messe et l´eucharistie rentrent en contradiction avec certains articles de foi. Ses interprétations personnelles sur l´existence et l´union divine ne sont pas sans rappeler celles du meunier italien Menocchio mises en évidence par Carlo Ginsburg24. L´Inquisition l´attaque donc surtout sur le plan doctrinal et sur ses propos tenus aux autres fidèles dans la ville qui contredisent les Saintes Écritures. Son hétérodoxie provient donc chez lui non point de pratiques hétérodoxes mais au contraire de contrevérités purement dogmatiques. On pourra ainsi citer le principal chef d´accusation retenu contre lui en 1525 :

  • 25  Antonio Márquez, Los alumbrados, origen y filosofía, 1525-1569, op. cit., p. 184.

Enseñaba sin dar ningún otro entendimiento, que el corazón del hombre era Dios, y de aquí infería que nuestro corazón era mayor que Dios25

27Ces trois procès qui ont un fort retentissement en Castille démontrent bien l´importance de l´existence de foyers hétérodoxes et l´ancrage d´une spiritualité populaire se fondant sur une relation plus intime avec la divinité et refusant une approche mécanique et impersonnelle de la religion. L´Église, ne souhaitant pas intervenir dans un premier temps face à des mouvements religieux qu´elle ne perçoit pas comme hétérodoxes, est finalement consciente du danger de ces nouvelles formes de vie spirituelle qui refusent les enseignements et le formalisme de l’Eglise, à une époque où Luther est de plus en plus soutenu dans l’Empire.L´Inquisition qualifie d´ailleurs de luthériennes les propositions 7, 26, 28, où il est reproché le rejet de la pénitence, la valeur des indulgences, et l´exclusivité de la lettre des Saintes Écritures comme école et source de vie spirituelle.

  • 26  Jean Baruzi, Saint Jean de la Croix et le problème de l´expérience mystique, Paris, Salvator, 1999

28illuminisme représente donc surtout un mouvement de contestation par rapport à l´Église, et pour reprendre une formule de Jean Baruzi, l´illuminisme est « la claire expression d´une tendance générale de rejet et de méfiance envers le formalisme religieux26».

29Pour autant, on ne peut pas affirmer que les alumbrados cherchèrent à rentrer en dissidence et provoquer une véritable révolution mais seulement une réforme, pour permettre une plus forte implication du fidèle face à une approche jusqu’alors trop souvent mécanique et impersonnelle de la religion. Cette conception plus modérée est d’ailleurs partagée par le professeur Melquiades Andrés Martín :

  • 27  M. Andrés Martín, « Los alumbrados de 1525 como reforma intermedia », Salmenticensis 24 (1977), p. (...)

Los alumbrados constituyen una reforma, o movimiento de reforma, encarnado en una vía nueva de espiritualidad, no de corte intelectual como el erasmismo sino existencial, experimental : la base ideológica la tomaron de la vía mística del recogimiento, mal entendida y aplicada27.

  • 28  Sur la modération des peines contre les alumbrados voir Jean-Pierre Dedieu, L’Administration de la (...)

30La légèreté des peines témoigne d’ailleurs d´une étonnante clémence de la part du Saint-Office28, qui perçut le mouvement comme condamnable mais devant être modérément sanctionné, à la suite non seulement de l´implication de hautes personnalités – qui ne furent finalement pas inquiétées – mais aussi de l´amalgame avec le recueillement et les manuels de spiritualité encouragés par l´Église. Cela permet donc de souligner une certaine difficulté du pouvoir ecclésiastique pour définir clairement le caractère hétérodoxe de la doctrine illuministe, qui a encouragé la dévotion, l’ascèse et la spiritualité chez les laïcs.

31Ainsi, le 22 juillet 1529 a lieu l´autodafé de Tolède avec Isabel et Pedro Ruiz de Alcazar accompagnés du clerc Gaspar de Bedoya, qui sont fouettés et condamnés à l´enfermement. Cette même année sont emprisonnés dans des couvents la beata de Vallladolid Francisca Hernández, Francisco Ortiz, Bernardino Tovar et Juan de Vergara. En 1530, Juan López de Celaín fut le seul à être condamné à mort pour illuminisme et surtout luthéranisme. Ce grand nombre de procès tout comme leur longueur dans le temps tranche avec l’absence de fermeté des peines, exceptée pour Celaín qui paya de sa vie son hérésie. En effet, Pedro Ruiz de Alcaraz fut condamné à cinquante coups de fouet et à la prison à vie, mais il fut gracié de même qu´Isabel de la Cruz ; María de Cazalla fut libérée en 1534, faute de preuves.

32Ainsi, les alumbrados développèrent certaines pratiques hétérodoxes mais l´Église leur reprocha davantage, au vu des accusations, un rejet d´une partie du dogme et des rites sacrés à travers des interprétations personnelles des Saintes écritures. Les communautés d’ermites, de recluses, et les sectes illuministes, ne constituent nullement une typologie exhaustive des hétérodoxes en ce début de XVIe siècle. Cependant, ces trois mouvements se revendiquant catholiques, démontrent de manière similaire un ancrage initial dans l’orthodoxie et une interprétation erronée des enseignements de l’Eglise qui s’inscrivent dans le renouveau religieux qui touche la Castille au début du XVIe siècle. Leur refus commun de l’intercesseur et de la hiérarchie ecclésiastique, leur désir de promouvoir une foi plus intérieure et un amour direct avec la divinité dans des communications parfois extatiques, soulignent indubitablement la naissance d’un courant réformateur qui cristallise une crise de la spiritualité dans l’ensemble de la société espagnole. Malgré la Réforme entreprise par Cisneros qui tend à refonder une orthodoxie forte pour guider le fidèle, ce dernier est heurté par la réification du sacré, la corruption et les déviances de l´Église. Pour l´ermite, la recluse, où de nombreux alumbrados dont la vie est rythmée par les rites et les sacrements de l´Église catholique, la religion passe moins par les œuvres ou l´obéissance au clergé que par la pratique de l´Évangile et un rapport intime avec Dieu. Cependant, l´isolement, l´autonomie et l´interprétation directe des Saintes Écritures chez les membres de ces nouveaux foyers de spiritualité inquiètent l´Église et l´Inquisition qui répriment dans un premier temps – certes modérément – ce mouvement, à l´heure où la Réforme entreprise par Luther commence à gronder dans l´Empire. Une trentaine d´années plus tard, dans un contexte politico-religieux bien différent puisque l´Espagne lutte pour maintenir l´unité catholique dans l´Empire, les laïcs soumis aux mêmes accusations relatives au dogme et à l’autorité de l’Eglise seront associés au luthéranisme et périront dans les flammes des bûchers de Séville et Valladolid.

Haut de page

Notes

1  Ricardo Saez, « Des mots aux choses, Préréforme, Réforme et Contre-Réforme ou la religion subordonnée à l´emprise de l´État », Pinto y Raya, 1 (1994) p. 9-10.

2  Bartolomé Bennassar, L´Homme espagnol, Attitudes et mentalités du XVIe au XIXe siècle, Paris, Complexe, 2003, p. 58-68.

3 Antonio Márquez, Los alumbrados: origen y filosofía, 1529-1569, Madrid, Taurus, 1980, p. 176.

4 Adelina Sarrión, Beatas y endemoniadas: mujeres heterodoxas ante la Inquisición siglos XVI a XIX, Madrid, Alianza, 2003, p. 9.

5  Juan de Torquemada, Summa de Ecclesia, Bibliotheca Maxima Pontificia, Roma, 1697, T. XIII, colonne 283.

6  Virgilio Pinto Crespo, Inquisición y control ideológico en la España del siglo XVI, Madrid, Taurus, 1983, p. 113.

7  José García Oro, « La reforma de las órdenes religiosas en los siglos XV y XVI », Historia de la Iglesia en España, Ricardo Garcia Villoslada (dir.), Madrid, Yarza, 1979, p. 245.

8 Testamento del obispo Pedro de Medina (AHN, Clero, leg. 3423, año 1479).

9  Alain Saint Saëns, Valets de dieu, suppôts du diable, ermites et réforme catholique dans l’Espagne des Habsbourg, San Francisco, Melen Press, 1996.

10 Ibid., p. 135.

11  Juan Clímaco, Escalera espiritual, Madrid, B.A.C, 1994, p. 307.

12  Antonio de Solís y Ribadeneyra, Contra la soledad, Madrid, B.A.C., 1986, p. 444.

13 Fray Luis de Granada, Sermón contra los escándalos en las caídas públicas, BAE, 11, p. 42.

14 AHN, Inq. Logroño, Libro 832, Fol. 129r-129v.

15  Inq. Cuenca, Leg 299, Exp. 4270-A.

16  AHN, Inq. Logroño, Libro 834, Fol. 398.

17  AHN., Inq. Toledo, Leg. 2106, Exp. 16, fol.8v.

18  AHN., Inq. Toledo, Leg. 2135, Exp. 8, fol.3v.

19  Alain Saint Saëns, Valets de Dieu, suppôts du diable, ermites et réforme catholique dans l´Espagne des Habsbourg, San Francisco, Melen Press, 1996, p. 119.

20  « Souviens-toi de ma condition car il en sera de même pour toi, la mienne hier, la tienne aujourd’hui ».

21  AHN, Clero, C. 3. 129.

22  Wadding, Annales Minorum, XVI, (rééd.), Florence, Quaracchi, 1931, p. 216.

23  Milagros Ortega Costa, Proceso de la inquisición contra María de Cazalla, Madrid, F.U.E, 1978, f. XXXVI : « Catalina Alonso, veçina de Pastrana, muger de Francisco de Buencuchillo, aviendo jurado en forma, dixo que avrá cuatro años se fue a casa de la Çerezeda, vecinda de la dicha ciudad, a oyr doctrina de María de Cazalla e que leya un libro de San Pablo y dezía cosas de serviçio de Dios y que amasemos a Dios ».

24  Carlo Ginzburg évoque ainsi l´existence d´une culture populaire qui déforme les métaphores bibliques et les associe à la trivialité des angoisses et pensées quotidiennes. Le meunier Menocchio, qui savait lui aussi lire et écrire avouera : « j´ai le cerveau subtil et j´ai voulu réfléchir sur les choses élevées que je ne connaissais pas… ». Le fromage et les vers, Paris, Flammarion, 1980, p. 175.

25  Antonio Márquez, Los alumbrados, origen y filosofía, 1525-1569, op. cit., p. 184.

26  Jean Baruzi, Saint Jean de la Croix et le problème de l´expérience mystique, Paris, Salvator, 1999.

27  M. Andrés Martín, « Los alumbrados de 1525 como reforma intermedia », Salmenticensis 24 (1977), p. 307-334.

28  Sur la modération des peines contre les alumbrados voir Jean-Pierre Dedieu, L’Administration de la foi, L´Inquisition de Tolède XVI-XVIIe siècles, Madrid, B.C.V., 2000, p. 49.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurey Braguier Gouverneur, « Conflit et dissidence religieuse dans les nouveaux foyers de spiritualité castillans : ermites, recluses et sectes illuministes face au Saint-Office (1510-1563) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 12 juin 2009, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/56303 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.56303

Haut de page

Auteur

Laurey Braguier Gouverneur

CELAM, Université Rennes 2, laureynzo[at]hotmail[point]com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page