Navigation – Plan du site
Colloques | 2009
Journée d’Étude - Séminaire « Usages politiques du passé » IEP-Master HRI / IDA-Rennes / EHESS-Mascipo- (VIe Journée d’Histoire des sensibilités) / Programme ANR Indiens dans la Guerre du Chaco – Rennes, IEP, 28 mai 2009
Alejandro M. Rabinovich

Les formes de la guerre et la situation stratégique de l’Indien. Les armées des guerres de l’Indépendance dans les régions de la Plata au début du 19e siècle

[06/07/2009]

Résumés

Après la révolution de 1810, et notamment après la chute de l’État central en 1820, la société du Río de la Plata fut bouleversée par une longue période de fragmentation territoriale, de guerre révolutionnaire et de militarisation totale. Ce travail exploratoire vise à identifier les principales transformations survenues dans les pratiques de guerre hispano-créoles, afin de mieux mesurer leur impact sur la situation stratégique des peuples indigènes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir, parmi beaucoup d’autres, Nicolas Richard (compil.), Mala Guerra. Los indígenas en la guerra (...)

1Les dernières années témoignent de l’éclosion d’un nouveau courant d’études qui, depuis l’anthropologie et l’histoire, s’adonne à l’étude du phénomène guerrier dans les sociétés indiennes du Cône sud de l’Amérique. Jusqu’ici, à notre connaissance, cette nouvelle ligne de recherche, centrée évidemment sur les unités de combat indiennes, ne s’est occupée des forces militaires de la société hispano-américaine que dans deux cas : 1- Les unités propres à la guerre de frontière, notamment celles qui étaient ethniquement mixtes 2- Les armées d’occupation et de colonisation, utilisées dans les grandes incursions dans le territoire indien1.

2À partir du cas du Río de la Plata postrévolutionnaire, cette présentation vise à collaborer à cette entreprise collective depuis une perspective peu explorée à ce jour : celle de la transformation de la dynamique militaire propre à la société hispano-créole elle-même, et de son influence sur la situation stratégique des peuples indigènes. En effet, après l’Indépendance, et notamment après la chute de l’État central du Río de la Plata en 1820, le front que les winkas opposaient à l’Indien changea notablement par rapport à celui de l’époque coloniale.

3Première donnée incontournable, ce front se fragmenta sensiblement aussi bien d’un point de vue politique que militaire : là où les indiens de jadis faisaient face à un gouvernement colonial unifié, ils trouvaient maintenant plus d’une douzaine de gouvernements provinciaux, chacun doté d’une force militaire et du droit de guerre. Ces provinces se faisaient la guerre quasiment en permanence, se regroupaient dans des coalitions politico-militaires opposées, se déchiraient sous forme de factions irréconciliables.

  • 2  Pour une approche générale de cette dynamique, voir Brian R. Ferguson, Neil L. Whitehead, War in t (...)

4Le jeu des alliances s’en trouva évidemment enrichi, et les indiens exploitèrent adroitement la possibilité de rejoindre les forces d’une province ou d’une faction contre les autres. Mais le risque et l’intensité des guerres intra-ethniques en furent également décuplés, les partialités indiennes participant à part entière au processus de désintégration2.

5Plus important encore pour notre travail, cette fragmentation modifia notablement la manière dont les hispano-créoles faisaient la guerre, aussi bien contre l’Indien qu’entre eux, et ceci pour toute une série d’aspects extrêmement significatifs. Dans les points suivants, nous repérerons les lignes générales de ce développement de la culture de guerre locale. On gardera cependant à l’esprit que chaque point ne représente qu’une tendance relative, et non un résultat absolu et achevé :

6Les milices l’emportèrent sur les armées de ligne : à l’exception partielle de Buenos Aires, les provinces, considérées individuellement, ne pouvaient plus affronter le coût de maintenir sur pied une armée permanente. Elles eurent donc recours, massivement, à des forces militaires mobilisées de manière intermittente. De par leur structure et leurs pratiques, ces milices s’éloignaient du modèle de la militarisation régulière et du soldat professionnel: les miliciens étaient des citoyens en armes qui conservaient leurs métiers et occupations quotidiennes; ils étaient pauvrement armés et entraînés ; ils devaient vivre des ressources du pays.

7La taille moyenne des unités militaires diminua considérablement : là où les armées de la guerre d’Indépendance pouvaient compter avec un effectif de 4000 ou 5000 hommes, organisés dans des bataillons de 600, 700, 800 soldats, les forces provinciales dépassaient rarement les 1000 ou 2000 hommes, divisés en de petits escadrons, voire des compagnies. Ainsi, dans les luttes pour le pouvoir dans chaque province, on vit parfois des forces armées de 200 ou 300 miliciens à peine, qui entamaient des manœuvres décisives.

8L’équilibre entre les trois armes pencha durablement au profit de la cavalerie : les rangs des milices provinciales étant nourris majoritairement par les habitants de la campagne, naturellement cavaliers, l’infanterie se vit réduite à quelques compagnies « civiques » pour chaque ville ou village. De plus en plus souvent, les armées provinciales en campagne ne comptaient guère d’infanterie ou d’artillerie. Elles évoluèrent au contraire vers un modèle quasi-universel de dragons ou chasseurs montés. À l’exception de Buenos Aires, en bataille les fantassins se comptaient à peine par dizaines, et les armées disposaient tout au plus d’une pièce d’artillerie ou deux.

9Les armes blanches devinrent plus importantes par rapport aux armes à feu : face à la difficulté de se procurer des fusils et des munitions en quantité, les forces provinciales adoptèrent un armement de plus en plus sommaire. En même temps, au niveau des valeurs et discours militaires, le combat à l’arme blanche, la charge, le choc et la mêlée (entrevero) étaient de plus en plus célébrés comme des actions particulièrement courageuses et « belles », tandis que le feu avait tendance à être considéré comme une arme secondaire, voire « lâche ».   

10Parmi les armes blanches elles-mêmes, la lance, le couteau et les boleadoras devinrent plus importantes que le sabre et l’épée : au début de la guerre d’Indépendance, les soldats de cavalerie méprisaient complètement l’utilisation de la lance. Cet état d’esprit fut renversé par une série d’actions pédagogiques de la part des chefs militaires, et notamment par l’expérience de son utilité dans la bataille. Le geste d’emmancher le couteau sur une canne tacuara devint le symbole même de la mobilisation paysanne. En même temps, les armes exclusivement militaires (sabre, épée, arme à feu) cédèrent progressivement leur place aux armes propres au mode de vie des habitants de la campagne (couteau, boleadora, lazo). Des baïonnettes, et même de vieux sabres, furent expressément raccourcis afin d’en faire des facones (longs couteaux paysans).

11La guerre de guérilla l’emporta sur le modèle de la bataille décisive : sur le terrain, l’importance des incursions, raids, embuscades et guerres de ressources en général s’accrut notablement par rapport aux combats généraux. Ceux-ci existaient toujours mais leur résultat, vue la mobilité croissante des troupes, était rarement décisif.  

  • 3  Carlos A. Mayo et Amalia Latrubesse ont déjà montré jusqu’à quel point le mode de vie des habitant (...)

12Le résultat accumulatif de ces facteurs fut une guerre qui, de par sa forme et sa dynamique, ressemblait de plus en plus à celle que faisaient les indiens eux-mêmes. La taille des unités, leur équipement, leurs tactiques, se rapprochaient, sans se confondre, de celles des guerriers indigènes de la Pampa et du Chaco3.

13Un nombre de conséquences importantes – qui sont en même temps autant de causes – se dégagent de ce rapprochement de la culture de guerre.

14Le poids relatif des unités guerrières indiennes par rapport aux unités hispano-créoles se vit considérablement accru, ce qui rendait plus précieux leur service et plus redoutable leur attaque.

15Les unités guerrières indiennes pouvaient être intégrées plus facilement aux forces militaires hispano-créoles, et vice-versa.

16Les indiens pouvaient plus facilement être enrôlés à titre individuel dans les unités militaires hispano-créoles, et les hispano-créoles dans les unités indiennes.

17Nous croyons que la situation générale peut être décrite dans les termes suivants. Tout au long de l’étape coloniale, et dans les premières années de l’indépendance, le problème militaire de l’Indien se posa aux marges de la présence effective de l’État. Après 1820 et la chute de l’État central, le Río de la Plata entra dans une étape où pendant plusieurs années le pouvoir et les formes étatiques reculèrent partout. Sur le plan militaire, le corrélat direct de ce repli fut l’adoption d’une forme de guerre de plus en plus adaptée au terrain : mouvement, cheval, lance tacuara. Sur ce point, Paysan et Indien se rencontraient inévitablement.

18En même temps, cet état de choses pose une série de questions sujettes à débat : Ce « métissage » apparent de la guerre fut-il favorable à la capacité des indiens pour résister aux forces militaires winkas ? Profitèrent-ils de la situation de fragmentation de la société hispano-créole ou furent-ils victimes d’une fragmentation politico-militaire analogue? La fin de la fragmentation politique et le retour à un modèle militaire régulier furent-ils donc décisifs lorsque, vers 1870, le rapport de forces pencha définitivement du côté des blancs ?

Haut de page

Notes

1  Voir, parmi beaucoup d’autres, Nicolas Richard (compil.), Mala Guerra. Los indígenas en la guerra del Chaco (1932-35), Asunción, Paris, ServiLibro, CoLibris, 2008 ; Nicolas Richard, Luc Capdevila, Capucine Boidin (dirs.), Les Guerres du Paraguay aux XIXe et XXe siècles, Paris, CoLibris, 2007 ; Guillaume Boccara, Guerre et ethnogenèse Mapuche dans le Chili colonial. L'invention du soi, Paris, L'Harmattan, 1998 ; Raul J. Mandrini (dir.), Vivir entre dos mundos. Conflicto y convivencia en las fronteras del sur de la Argentina. Siglos XVIII y XIX., Buenos Aires, Taurus, 2006  ; Daniel Villar, Juan F. Jiménez, Silvia Ratto, Conflicto, poder y justicia en la frontera bonaerense, 1818-1832., Bahía Blanca, Santa Rosa, Universidad Nacional del Sur, Universidad Nacional de la Pampa, 2003.

2  Pour une approche générale de cette dynamique, voir Brian R. Ferguson, Neil L. Whitehead, War in the Tribal Zone. Expanding States and Indigenous Warfare, Santa Fe, School of American Research Press, 1992. Pour le cas du Río de la Plata, voir Martha Bechis, "De hermanos a enemigos: los comienzos del conflicto entre los criollos republicanos y los aborígenes del área arauco-pampeana, 1814-1818”, in Susana Bandieri (dir.), Cruzando la cordillera. La frontera argentino-chilena como espacio social, Neuquén, CEHIR, 2001, pp. 65-99.

3  Carlos A. Mayo et Amalia Latrubesse ont déjà montré jusqu’à quel point le mode de vie des habitants espagnols de la campagne et celui de leurs voisins indiens se ressemblaient. Eléments matériels, techniques du corps, méthodes de travail : sur tous les points, ces deux cultures équestres se rapprochaient plus que les contemporains ne voulaient l’admettre, ce qui explique la relative facilité avec laquelle des habitants de part et d’autre pouvaient à un moment donné passer de l’autre côté. Voir : Terratenientes, soldados y cautivos. La frontera, 1736-1815, Buenos Aires, Ed. Biblos, 1998, pp. 96-101.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alejandro M. Rabinovich, « Les formes de la guerre et la situation stratégique de l’Indien. Les armées des guerres de l’Indépendance dans les régions de la Plata au début du 19e siècle », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 06 juillet 2009, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/56423 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.56423

Haut de page

Auteur

Alejandro M. Rabinovich

EHESS    alejandrorabinovichatgmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page