Navigation – Plan du site
Colloques | 2009
Conflits dans le monde hispanique. Hétérodoxies, déviances et dissidences – 5-6 février 2009 Grenoble (Université Stendhal Grenoble 3)
Mathias Ledroit

Les Catalans partagés entre le Roi et la Terre. Orthodoxie et hétérodoxie politiques autour de la révolte de 1640

[30/06/2009]

Résumés

Avant que ne commence l’affrontement militaire entre les troupes de Philippe IV et celles des révoltés catalans en décembre 1640, se déclare une « guerre des papiers » entre les benafectes et les malafectes. Son premier coup de plume est donné par la Proclamación Católica qui se veut avant tout une justification de l’entrée en résistance des institutions politiques catalanes contre le gouvernement central de Madrid. S’ensuit un échange d’opuscules et de folletos qui met en évidence la séparation qui s’opère au sein de la société catalane. L’article se propose d’étudier le contenu de ces manifestes afin de mettre en lumière les principales divergences entre ces deux clans et la façon dont les idéologues de la révolte ont posé les premiers jalons de l’orthodoxie politique qui triomphe en 1641 lorsque la classe dirigeante catalane décide de placer la Principauté sous la protection de la monarchie française. Cependant, cette position se fragilise en 1643, suite à l’éviction du pouvoir du Comte d’Olivarès. Apparaissent alors des textes écrits par les exilés « philippistes » qui exhortent les Catalans à retourner dans le giron de l’Espagne et remettent en cause la doctrine des révoltés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Biblioteca de Catalunya [B.C.], Carta de un confident de Madrit en ques dona alguns avisos secrets (...)
  • 2  Miquel Parets, Crònica, vol. 2 dans Memorial Histórico Español [MHE], vol. 21, p. 204-205 : « fahe (...)

1En 1640, la monarchie espagnole se trouve dans un état de crise. Outre la guerre qu’elle mène contre la France depuis 1635, elle doit faire face à deux révoltes simultanées : la guerre de restauration portugaise et la révolte des Catalans. Cette dernière commence par une série de soulèvements populaires qui culminent le 7 juin à Barcelone par la mort du vice-roi, le comte de Santa Coloma. La nouvelle, qui n’arrive à Madrid que le 12 juin, provoque la colère du roi et du Comte-duc et met un terme aux négociations diplomatiques entre le gouvernement central et les institutions politiques catalanes. Le 14 août, le Comte d’Olivarès fait voter au Conseil d’État une résolution ordonnant l’invasion militaire de la Principauté au motif de rétablir l’ordre. Mais de nombreux courriers de confidents résidant à Madrid informent les autorités catalanes du danger que représenterait une telle invasion : le gouvernement central aurait en effet l’intention de se rendre en Catalogne pour châtier les responsables de l’assassinat du vice-roi et pour abolir, par la même occasion, tous les privilèges catalans en guise de représailles1. Le 10 septembre 1640, la Generalitat et le Consell de Cent réunissent en assemblée les représentants des trois Brazos des différentes localités catalanes afin de pourvoir à la « défense naturelle de la Principauté ». Les discussions aboutissent à la décision de faire prêter serment à tous les participants de rester « fidèles à la Province sans s’écarter ni se diviser de ce qui leur sera ordonné par les Illustres Sieurs Députés »2. Quel sens faut-il donner à cet engagement ? Au nom de quoi les députés de la Generalitat engagent-ils le peuple qu’ils représentent dans une résistance et une guerre contre leur roi légitime ? Et plus généralement, envers qui doit aller la fidélité des Catalans : envers leur roi ou envers leur patrie ?

2Cependant qu’elles préparent la défense militaire, les autorités catalanes organisent la diffusion de la propagande en finançant la publication de textes destinés à justifier leur entrée en résistance contre Philippe IV et ses ministres. Nous nous proposons ici de réfléchir sur les grands textes de la propagande catalane et de montrer comment s’élabore l’orthodoxie politique qui s’imposera en janvier 1641.

1) Élaboration de l’orthodoxie politique

  • 3  B.C., Gaspar Sala, Proclamación Católica a la Magestad piadosa Filipe el Grande, Rey de las España (...)
  • 4  Karsten Neuman, « La Justificación ‘ante el mundo’: difusión y recepción de la propaganda catalana (...)

3Le premier opuscule paraît le 13 octobre sous le titre de Proclamación Católica3. Signée par les Conseillers de Barcelone mais composée par le frère augustin Gaspar Sala, la Plainte Catholique (c’est ainsi que le titre a été traduit en français) jouit d’une renommée immédiate4 et se situe entre le manifeste révolutionnaire et le livre de doléances.

4Pour Gaspar Sala, la menace qui pèse sur la Catalogne est une injustice qui s’ajoute aux autres, nombreuses, commises par les soldats de Philippe IV ainsi que par ses ministres depuis le commencement de la guerre contre la France. Or, l’injustice va à l’encontre de l’obligation qui est faite au bon roi d’œuvrer pour la conservation de ses royaumes et dans l’intérêt de ses sujets. De plus, le bon roi est aussi celui qui respecte les lois de ses royaumes. Contrairement à la France où l’on pratique le sacre, l’Espagne est une monarchie composée où le souverain doit prêter serment de se plier aux lois afin de faire reconnaître sa légitimité lors de la cérémonie du jurement. Par conséquent, explique Gaspar Sala, il n’est autre que le dépositaire du pouvoir populaire qu’il a obtenu via un transfert de souveraineté. La relation entre le Prince et ses vassaux est donc soumise à un pacte, dont l’origine remonterait à la reconquête finale de la Principauté au début du IXe siècle. Le pacte marque pour les Catalans la reconnaissance de la légitimité du prince et pour le nouveau souverain, il est un témoignage de la fidélité de ses vassaux. En acceptant le pacte, le nouveau monarque reconnaît la liberté originelle des Catalans.

  • 5  Jesús Villanueva López, Política y discurso histórico en la España del siglo XVII. Las polémicas s (...)

5Ce pacte trouverait son origine dans un épisode historique longuement commenté au cours de ces quelques mois et qui est désigné dans la propagande sous le nom de « auto-libération des Barcelonais » ou « entrega de Barcelona ». Cet épisode historique, qui n’apparaît dans les chroniques qu’à partir de la publication de la De Catalonia de Francesc Calça en 15885, raconte comme les Barcelonais, fatigués de l’oppression des Maures, se seraient révoltés et auraient donné la ville à Charlemagne. Ainsi, ils se seraient affranchis de la domination sarrasine et ils se seraient placés sous la protection de l’empereur franc.

6Cet acte d’auto-libération, considéré comme fondateur, serait à l’origine de tous les privilèges que les rois francs ayant succédé à Charlemagne auraient accordés aux Catalans. Précisément parce que ce pacte est la racine du lien unissant le prince à ses sujets, il ne peut être rompu sans que ne soit mise en péril la conservation de la monarchie. De surcroît, il est scellé lors d’une cérémonie solennelle : le jurement. Les deux partis, prince et sujets, sont liés à ce pacte et ne peuvent le dissoudre unilatéralement, comme l’écrit Gaspar Sala en ces mots :

  • 6  Gaspar Sala, Proclamación Católica…, op. cit., p. 114-115.

Y assi como el vasallo no puede lícitamente faltar a la fidelidad de su señor, ni éste tampoco a lo que prometió con pacto solene 6.

7Sa rupture équivaudrait à un acte de tyrannie, comme le formule plus ouvertement la Justificació en Conciència qui développe, quant à elle, la doctrine du tyrannicide en s’appuyant sur les écrits de Francisco Suárez qui avait distingué deux types de tyrans : le premier étant l’usurpateur et le second, celui qui gouverne de façon autoritaire et qui ne cherche que son intérêt personnel. Dans cette seconde catégorie, il incluait également les princes qui ne respectaient pas le jurement. Rompre le pacte, écrivait-il dans De Iuramento Fidelitatis,

  • 7  Francisco Suárez, De Iuramento Fidelitatis, dans la traduction de Luciano Pereña, Madrid, CSIC, 19 (...)

[…] es falso y contrario a la razón natural que dicta que deben cumplirse los pactos y especialmente los pactos que han sido solemnizados con juramento7.

8A fortiori, écrit Sala, la rupture du pacte est une transgression de la loi divine dans la mesure où la loi humaine n’est autre qu’une matérialisation de la volonté de Dieu. Philippe IV est donc accusé d’hétérodoxie politique et religieuse. En d’autres termes, défendre la patrie revient certes à garantir la conservation des libertés et des privilèges catalans, mais aussi, in fine, la pureté de la foi chrétienne. Dans la propagande, la défense de la patrie et la défense de la foi sont intimement liées et résister à Philippe IV se révèle être un devoir dicté d’une part par la fidélité envers la Res publica et d’autre part envers Dieu, comme on peut le lire dans la Justificació en Conciència :

  • 8  B. C., Justificació en Conciència…, op. cit., paragraphe 6 : « lo estar ab las armas en las mans é (...)

[…] si nous sommes les armes à la main, c’est pour défendre Dieu notre seigneur, ses gloires et pour conserver ses constitutions, ses privilèges et ses libertés, ainsi que celles de cette Province8.

  • 9  Miquel Parets, Crònica… op. cit., p. 283.

9Ce patriotisme, mêlé de providentialisme, devient le pilier de la doctrine des révoltés, des benafectes, qui au début du mois de novembre 1640 commencent à proclamer des bans contre ceux qu’ils accusent d’être des ennemis de la patrie. Les habitants de Tortosa sont les premiers concernés. Dans le compte rendu de la session du 3 novembre de la Junta de Brazos, on peut lire qu’ils sont accusés tout d’abord de ne pas avoir envoyé de représentants pour prêter serment devant ladite Junta et, crime jugé plus grave encore, ils ont facilité l’entrée des troupes de Philippe IV en fomentant une contre-révolte9. Quelques jours plus tard, c’est le maréchal de Los Vélez, commendant en chef des troupes espagnoles, considéré comme le traître des traîtres à cause de son ascendance catalane, qui est déclaré « ennemich de la pàtria ». Les sanctions prévoient la confiscation des biens et la desinsaculació, c’est-à-dire l’interdiction totale et définitive faite à l’accusé, ainsi qu’à ses descendants, d’exercer une quelconque responsabilité politique dans la Principauté.

  • 10  Voir José Pellicer dans ses Avisos du 23 octobre : « Y S.M. ha mandado que no se responda al papel (...)

10Dans quelle mesure les autorités catalanes peuvent-elles confisquer l’autorité de Philippe IV ? Et plus généralment, la Catalogne peut-elle se soustraire à l’autorité de son seigneur naturel sans être considérée comme une province dissidente ? La monarchie n’a pas jugé bon d’intervenir dans le débat politique et Philippe IV a même interdit que l’on publie des textes visant à condamner les révoltés catalans comme l’écrit Pellicer dans ses Avisos du 23 octobre 164010. Mais en Catalogne, la question se pose et le jeune juriste Francesc Martí Viladamor y répond dans son manifeste intitulé Noticia Universal del Principado de Cataluña qui voit le jour au mois de décembre 1640, au moment où la Junta de Brazos, sous l’impulsion des députés de la Generalitat, a entrepris des négociations avec la monarchie française pour que la  Principauté se constitue en république autonome placée sous la protection de la France, selon le souhait du cardinal Richelieu.

11L’influence de Gaspar Sala dans l’argumentation de Francesc Martí Viladamor est indéniable. Dans ce traité, Francesc Martí Viladamor se livre à une révision complète de l’histoire de la Catalogne dans l’intention de prouver le bien-fondé d’une thèse totalement novatrice : le caractère électif des souverains catalans. L’auto-libération de Barcelone serait à l’origine non seulement du pacte et des privilèges, mais aussi de la coutume d’élire les princes. C’est là une remise en cause complète du caractère héréditaire de la monarchie. Selon Francesc Martí Viladamor, l’élection aurait toujours été implicite dans le processus de succession et par conséquent, si les Catalans ont toujours élu leurs souverains, conclut-il, ils peuvent tout aussi bien s’en séparer.

2) D’un roi à un autre : les répercussions de la rupture politique sur les hétérodoxes

12Le 16 janvier 1641, la Catalogne se constitue en république, marquant ainsi officiellement sa séparation de la monarchie espagnole. Le 23 janvier, les autorités de la nouvelle république se placent sous la protection de la France en élisant Louis XIII à la dignité de Comte de Barcelone. L’alliance avec la France est justifiée et célébrée dans la propagande pro-française qui y voit une nouvelle restauration de la Principauté. Dans son Sermó Chronològic, Gaspar Sala établit un parallèle historique entre l’époque de la Reconquête et la séparation de 1641, en s’appuyant sur l’épisode de l’auto-libération de Barcelone dont il a été question précédemment :

  • 11  B. C., Gaspar Sala, Sermo Chronologic del Illustre Martyr y Patro inclyt de Catalunya Sant Jordi, (...)

Et alors que nous étions sur le point d’être tous égorgés et emprisonnés, les armes de Sa Magesté Très Chrétienne sont arrivées en toute hâte […]. C’est là une amitié véritable, une amitié de cep touffu et abondant qui orne en même temps qu’il est bénéfique : vitis vera11.

13Par ailleurs, sa démonstration, empreinte de providentialisme, repose sur l’idée que la constitution ou la décomposition d’un État est l’œuvre de Dieu ; partant, l’alliance avec la monarchie française et la décomposition de la monarchie espagnole (il ne faut pas oublier que le Portugal est indépendant depuis le mois de décembre) n’est que le fruit de la volonté divine. L’alliance est renforcée par les succès militaires de la coalition franco-catalane et plus précisément par la victoire remportée contre les troupes du maréchal de Los Vélez à la bataille de Montjuich le 26 janvier 1641.

14La rupture politique a pour conséquence immédiate la multiplication des expulsions des malafectes et des Castillans. Le 16 février, le président de la Generalitat, Pau Claris, signe le décret d’expulsion des moines castillans du monastère de Montserrat. Officiellement, l’ordre est censé empêcher toute collaboration entre ces derniers et les ennemis. Mais c’est aussi pour éviter d’éventuels contentieux entre Catalans et Castillans :

  • 12  Cité par Josep Sanabre dans « Les repersucions de la Guerra dels Segadors en el monestir de Montse (...)

[…] les Sieurs Députés, soucieux de la conservation de la Catalogne, du bien public ainsi que de celui des particuliers, ont décidé que tous les moines et les frères de nation castillane s’en retournent en leur terre afin que, eux en la leur et nous en la nôtre, chacun puisse veiller sur sa patrie sans que cela ne porte préjudice à un tiers12.

  • 13  Joan Busquets, Catalunya del barroc vista des de Girona, Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Mo (...)

15Il est cependant difficile de dire si ces expulsions sont dues à la nationalité des moines ou à leur fidélité envers Philippe IV. Certes se développe une rhétorique anti-castillane assez virulente à partir de la séparation et qui rappelle fortement les écrits francophobes des permières années du XVIIe siècle. Toutefois, il semblerait que ce soit plus particulièrement le respect de l’allégeance envers le roi d’Espagne qui soit persécuté, dans la mesure où il implique un refus de reconnaître l’autorité du nouveau comte de Barcelone. Les expulsions des évêques en sont sans doute la meilleure illustration. Entre 1641 et 1643, la quasi totalité des évêques ont quitté la Catalogne de gré ou de force et il ne reste que l’évêque de Vic, le Catalan Ramon de Sentmenat et celui de Gérone, le Galicien Gregorio Parcero. Le cas de ce dernier s’avère très significatif dans la mesure où il avait été le seul en 1640 à soutenir et à encourager les soulèvements populaires. Il avait été jusqu’à excommunier les soldats des tercios de Juan de Arce et de Leonardo de Molas et avait même participé financièrement à la fortification de Gérone13. Argumentant qu’il avait été nommé par Philippe IV, Gregorio Parcero se refuse à prêter allégeance à Louis XIII, ce qui lui vaut d’être expulsé le 6 février 1643. Depuis le monastère de Montserrat de Madrid, il écrit au Pape une lettre qui souligne bien l’idée que c’est sa fidélité envers Philippe IV qui lui vaut d’être considéré comme un hétérodoxe.

16Mais l’euphorie provoquée par la séparation de la Catalogne et de la monarchie espagnole ne dure qu’un temps et la population catalane commence à voir d’un très mauvais œil l’alliance avec la France et la présence des soldats français sur le territoire. L’année 1643 constitue un tournant: le principal ennemi de l’Espagne, Olivarès, le nouveau Néron, est destitué et les tentations de retourner dans le giron de l’Espagne sont de plus en plus grandes au fur et à mesure que Philippe IV avance dans sa reconquête du territoire. Les révoltes contre les Français se multiplient, comme par exemple en 1643 où les dirigeants du Val d’Aran conspirent pour rendre la capitale à Philippe IV, ce qui entraîne une répression violente de la part de l’administration française. À la fin du mois de mars 1643, le gouverneur général de Catalogne, Josep Margarit, écrit au cardinal de Mazarin pour l’informer que

  • 14  Cité par Josep Sanabre, Acción de Francia en Cataluña, Barcelone, Acadèmia de Bones Lletres 1959, (...)

Los cómplices han sido castigados con garrote en sus mismas villas para que sirva de ejemplo14.

17Cependant, la France ne parvient pas à arrêter l’avancée des troupes espagnoles qui sont désormais maîtresses de tout le Sud de la Principauté et qui reconquièrent, au début de l’année 1644, la ville de Lérida, suite à quoi Philippe IV accorde un premier pardon général aux Catalans :

  • 15  B. C., « Nos Don Felipe … », 25 avril 1644.

 […] ofrecemos perdon general a todos los vasallos, y naturales dellos, de qualquiere estado, grado, condicion, edad, y calidad que sean; y les aseguramos […] que reduzidos a nuestra obediencia, como lo estavan antes, los tendremos por perdonados de todos y qualesquiere cargos, delitos y penas que huvienren incurrido por su obediencia, y sedicion; y desde aora para entonces los admitamos a nuestra gracia […]15.

18Cette reconquête, quoique provisoire puisque les Français reprennent Lérida peu après, laisse entrevoir la possibilité d’une restauration, du moins chez les exilés qui commencent à écrire pour encourager les leurs à cesser cette guerre qu’ils considèrent inutile et à renoncer à une alliance avec la France qu’ils jugent néfaste.

3) La réaction des « philippistes »

  • 16  B. C., Petrus Moliner, Lágrimas del Geremías Catalan Ilergeter Pastor: Viertelas en los Elisios Ca (...)

19La reconquête progressive du territoire par les soldats de Philippe IV et l’éviction du Comte d’Olivarès fragilisent la position des révoltés. À partir de 1646 apparaissent plusieurs ouvrages écrits par ceux qui avaient été contraints à l’exil six ans auparavant. Il s’agit pour l’essentiel de nobles ou de membres de la haute hiérarchie ecclésiastique qui s’accordent pour dire, comme Petrus Molina, que les responsables de la perte de la Catalogne sont « cuatro ambiciosos de mejor fortuna, remoleando la Provincia del tranquilo mundo de paz al proceloso golfo de su naufragio »16 qui, par la même, sont, comme l’écrit Alexandre Ros, « los homicidas de tus privilegios [il s’adresse à la Catalogne], los asesinos de tu República, los verdugos de tu libertad y la causa de tu desdicha esclavitud ».

20Pour beaucoup d’entre eux, l’alliance avec la France est non seulement illégale, mais aussi contre nature, car comme l’écrit Alexandre Ros, les Français et les Catalans sont trop différents et, par ailleurs, ils ont toujours été ennemis :

  • 17  B. C., Alexandre Ros, Cataluña desengañada, Naples, Egidio Longo, 1646, p. 280 et 220 respectiveme (...)

toda la opresión de españoles y franceses a nacido en Cataluña17.

  • 18  Ibidem., p. 427.

21Gabriel Rius, quant à lui, accuse les Français d’avoir donné droit de cité à l’hérésie protestante, reprenant à son compte le stéréotype de la France luthérienne présent dans les esprits espagnols depuis le XVIe siècle. Il est donc nécessaire à ses yeux que la Catalogne retourne dans le giron de la monarchie espagnole, seule garante en Europe de l’orthodoxie catholique. L’image de Philippe IV dans ces textes est celle d’un bon monarque, d’un roi paternel qui cherche à «  sacar de su estado la dura servidumbre de los franceses »18.

  • 19  B. C., Ramon Dalmau de Rocabertí, Presagios Fatales del Mando Frances en Cataluña, Saragosse, Pedr (...)

22À l’exception de ces deux points, les avis divergent ensuite sur les conditions dans lesquelles la Catalogne doit réintégrer la monarchie espagnole. Ramon Dalmau de Rocabertí est par exemple favorable à un maintien des privilèges, considérant la théorie développée dans les années 1620 et 1630 d’une loi supérieure à laquelle sont subordonnés le Prince et les représentants du peuple19. D’autres, comme Alexandre Ros, pensent que des modifications s’imposent : la Catalogne peut conserver son système constitutionnel à condition qu’il soit mis entièrement au service du bien commun de la monarchie dans son ensemble.

  • 20  Jesús Villanueva López, Política y discurso històrico…, op. cit., p. 150-155.
  • 21  B. C., Gabriel Rius, Cristal de la verdad, espeio de Cataluña, Saragosse, Pedro Lanaja y Lamarca, (...)

23Jesús Villanueva López a distingué un troisième groupe qu’il appelle « círculo erudito aragonés20 » dont Gabriel Rius est le principal représentant. Ses thèses nient catégoriquement le caractère électif du souverain et partant l’existence de pactes originels. Revenant à son tour sur les grands épisodes historiques de la Principauté, il situe l’acte fondateur dans la reconquête de Wilfried le Velu qui aurait obtenu l’indépendance de la Principauté par un acte de conquête et donc par un transfert de pouvoir non pas du peuple envers lui, mais de l’empereur franc envers lui. En d’autres termes, l’acte de reconquête l’aurait doté d’un pouvoir absolu qu’il aurait choisi de ne pas exercer. Le pouvoir absolu du monarque aurait donc été affaibli par toute une série de pactes concédés au cours de l’histoire par la volonté des Princes et le jurement serait une de ces concessions accordées en 1283 par le comte de Barcelone Ramon Berenguer. Ainsi, Rius conserve la tradition pactiste si chère aux Catalans et la renverse en en faisant un signe de la libéralité des Princes21.

  • 22  B. C., Josep Bonaventura, Insidia enemigas. Desengany de Ben-afectes, Barcelone, Sebastián de Corm (...)

24Il semblerait que l’expression des hétérodoxes ait bénéficié d’un certain écho en Catalogne. Indépendamment des conspirations et des soulèvements populaires contre l’administration française, on voit apparaître des écrits moins érudits qui mettent en garde contre ces thèses qui pourraient précipiter la perte de la Catalogne. Les partisans du retour à la monarchie espagnole sont définis comme les membre d’une secte, comme cela est le cas par exemple dans ce bref écrit de Josep Bonaventura intitulé Insidias enemigas. Desengany de Ben-afectes publié à Barcelone en 1647 et qui retrace un dialogue entre un fils séduit par les thèses des malafectes et un père benafecte qui tente de le désenchanter. Dans les arguments du fils, on retrouve l’idée que la révolte de 1640 est le fruit de l’ambition de quatre personnes qui cherchaient à fonder « un gouvernement absolu et despotique, et gouverner cette tyrannie »22.

25Le fils prétend se faire l’écho des plaintes populaires à l’encontre de la tyrannie des ministres de Louis XIV ainsi que de la fragilité de son armée qui a désormais perdu la plus grande partie du territoire. Le père voit dans ces arguments l’expression d’une pensée erronée et contrairement à son fils, il ne croit pas que les malafectes soient de plus en plus nombreux, mais plutôt qu’ils le laissent penser pour rallier les gens à leur cause, autrement dit qu’ils font du prosélytisme. Toutefois, on décèle derrière les arguments du père un certain désabusement. L’euphorie provoquée par l’alliance avec la France (du moins celle que décrivaient les textes de 1641) semble ne plus être aussi énergique et l’alliance avec la monarchie française qui apparaissait comme l’ultime salut de la Catalogne est désormais perçue comme un remède contre le pire. Le père se fait l’écho d’une certaine désillusion sur l’exercice du pouvoir et sur les dirigeants (les monarques) qui ne se préoccupent, dit-il, plus du bien commun mais de leur renommée internationale.

Conclusion

26En définitive, la frontière séparant l’orthodoxie et l’hétérodoxie en politique est extrêmement poreuse, contrairement à la religion qui, pour sa part, recourt à l’établissement d’un dogme pour définir ce en quoi il est bon de croire ou de ne pas croire. Pendant les douze années que dure la Guerre des Moissonneurs, de 1640 à 1652, deux secteurs de la société catalane s’affrontent sur la conception du pouvoir royal qui n’a pas de définition officielle reconnue dans l’ensemble de la monarchie espagnole. Les révoltés et les philippistes s’accusent mutuellement d’hétérodoxes en échangeant, à quelques nuances près, les mêmes arguments. Il semblerait donc que dans ce cas précis, la frontière soit fixée par la perception des faits : alors que les révoltés de 1640 considèrent que Philippe IV a transgressé la loi des hommes, et partant la loi divine, en allant ouvertement contre elle, les philippistes pensent que c’est la rupture et l’alliance avec l’ennemie jurée de la monarchie espagnole qui constitue la principale transgression. Autrement dit, l’orthodoxie en politique serait essentiellement une question de point de vue.

Haut de page

Bibliographie

Bonaventura, Josep, Insidias Enemigas. Desengany de Ben-afectes, Barcelone, Sebastián Cormellas, 1647.

Martí Viladamor, Francesc, Noticia Universal de Cataluña, Barcelone, Sebastian y Jaime Matevat, 1640.

Moliner, Petrus, Lágrimas del Geremías Catalán Ilergeter Pastor; Viertelas en los Elisios Canpos Tarragoneses, òi Troianos: Adecuadas a la Real Clemencia de Filipo IV, el Grande, Rei de las Españas, Tarragone, Viuda Roberta, 1644.

Nos Don Felipe… premier pardon général de Philippe IV accordé aux Catalans le 25 avril 1644.

Parets, Miquel, De los muchos sucesos dignos de memoria que han ocurrido en Barcelona y otros lugares de Cataluña, dans Celesti Pujol i Camps, Memorial Histórico Español, vol. XX-XXV, Madrid, édition, 1888-1893.

Pellicer, José, Avisos, dans Seminario Erudito que comprehende varias obras inéditas…de nuestros mejores autores antiguos y modernos. Dalas a luz don Antonio Valladares, Madrid, Antonio, Espinosa, 1790, vol. XXXI.

Rius, Gabriel, Cristal de la verdad, espejo de Cataluña, Saragosse, Pedro Lanaja y Lamarca, 1646.

Rocabertí, Ramon Dalmau de., Presagios Fatales del Mando Frances en Cataluña, Saragosse, Pedro Lanaja y Lamarca, 1646.

Ros, Alexandre, Cataluña desengañada, Naples, Egidio Longo, 1646.

Sala, Gaspar, Proclamación Católicaa la Magestad piadosa Filipe el Grande, Rey de las Españas, y Emperador de las Indias, Barcelone, Sebastian y Jaime Matevat, 1640.

Sala, Gaspar, Sermó Chronologic del Illustre Martyr y Patro inclyt de Catalunya Sant Jordi, Barcelone, Gabriel Nogués, 1641.

Suárez, Francisco, De Iuramento Fidelitatis, traduction de Luciano Pereña, Madrid, CSIC, 1978.

Menéndez Pelayo, Marcelino, Historia de los heterodoxos españoles, Biblioteca de Autores Cristianos, Madrid, 1965, 2 vol.

Sales, Núria, Els segles de la decadència. Segles xvi-xviii[1989], Barcelone, Edicions 62, 2002.

Sanabre, Josep, « Les repercucions de la Guerra dels Segadors en el monastir de Montserrat », Analecta Montserratensia, 1962, vol. IX, p. 103-134.

Sanabre, Josep, Acción de Francia en Cataluña en la pugna por la hegemonía de Europa, 1640-1659, Barcelone, Acadèmia de Bones Lletres, 1956.

Serra, Eva, « 1640: una revolució política. La implicació de les institucions » dans Eva Serra (coord.), La revolució catalana de 1640, Barcelone, Crítica, 1991, p. 3-65.

Simon i Tarrés, Antoni, Els orígens ideológics de la revolució catalana de 1640, Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1999.

Simon i Tarrés, Antoni, Construccions polítiques i identitats nacionals. Catalunya i els orígens de l’estat modern espanyol, Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 2005.

Torres, Xavier, La Guerra dels Segadors, Vic, Eumo Editorial, 2006.

Torres, Xavier, « Nosaltres, els Macabeus: el patriotisme català a la Guerra dels Segadors » dans Joaquim Albareda (coord.), Una relació difícil. Catalunya i l’Espanya moderna (segles xvii-xix), Barcelone, Editorial Base, 2007, p. 85-107.

Torres, Xavier, « Pactisme i patriotisme a la Catalunya de la Guerra dels Segadors »,  Recerques, 32, 1995, p. 45-62.

Haut de page

Notes

1  Biblioteca de Catalunya [B.C.], Carta de un confident de Madrit en ques dona alguns avisos secrets importants al Principat de Cathalunya, fol. 244. 

2  Miquel Parets, Crònica, vol. 2 dans Memorial Histórico Español [MHE], vol. 21, p. 204-205 : « fahels à la Provincia, y no se apartaran, nis dividiran, del que los serà ordenat y disposat per los molt Illes Srs Deputats ».Toutes les citations apparaissant en français dans le texte sont des traductions du catalan faites par l’auteur.

3  B.C., Gaspar Sala, Proclamación Católica a la Magestad piadosa Filipe el Grande, Rey de las Españas, y Emperador de las Indias, Barcelone, Sebastian y Jaime Matevad, 1640.

4  Karsten Neuman, « La Justificación ‘ante el mundo’: difusión y recepción de la propaganda catalana en Europa en 1640 », Pedralbes, 18-2, 1998, p. 373-381.

5  Jesús Villanueva López, Política y discurso histórico en la España del siglo XVII. Las polémicas sobre los orígenes medievales de Cataluña, Alicante, Publicaciones de la Universidad de Alicante, 2004.

6  Gaspar Sala, Proclamación Católica…, op. cit., p. 114-115.

7  Francisco Suárez, De Iuramento Fidelitatis, dans la traduction de Luciano Pereña, Madrid, CSIC, 1978, p 74.

8  B. C., Justificació en Conciència…, op. cit., paragraphe 6 : « lo estar ab las armas en las mans és en defensa de Déu nostre senyor, de sas pròpias honras, y vidas, y conservació de sas constitucions, privilegis y llibertats, y de la mateixa Provincia ».

9  Miquel Parets, Crònica… op. cit., p. 283.

10  Voir José Pellicer dans ses Avisos du 23 octobre : « Y S.M. ha mandado que no se responda al papel [la Proclamación Católica]: y aunque Don Josef Pellicer como Cronista mayor de Aragón había empezado, le ordenaron no pasase adelante », p. 231.

11  B. C., Gaspar Sala, Sermo Chronologic del Illustre Martyr y Patro inclyt de Catalunya Sant Jordi, Barcelone, Gabriel Nogués, 1641 : « Y ara que estavem a dos dits de ser tots degollats, y ca[u]tivats, han vingut les armes de Sa Magestat Christianissima, ab la diligencia […]. Esta es amistat verdadera, amistad de sep frondòs, y fructifero, que adorne juntament y aprofite: vitis vera ». Le texte n’est pas paginé.

12  Cité par Josep Sanabre dans « Les repersucions de la Guerra dels Segadors en el monestir de Montserrat », Analecta Montserratensia, vol. IX, 1962, p. 103-134. La citation est à la page 116 : « […] dits Srs. Diputats atenint a la major conservació d’esta provincia de Catalunya, benefici públic i particular, han resolt que tots los monjos i frares de nació castellana se en tornassen en sa terra, perque en ella i nosaltres en la nostra, cada hu sens prejudici de tercera persona, pogués mirar per sa pàtria ».

13  Joan Busquets, Catalunya del barroc vista des de Girona, Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1994, vol. 1.

14  Cité par Josep Sanabre, Acción de Francia en Cataluña, Barcelone, Acadèmia de Bones Lletres 1959, p. 275.

15  B. C., « Nos Don Felipe … », 25 avril 1644.

16  B. C., Petrus Moliner, Lágrimas del Geremías Catalan Ilergeter Pastor: Viertelas en los Elisios Canpos Tarragoneses, òi Troianos: Adecuadas a la Real Clemencia de Filipo IV, el Grande, Rei de las Españas, Tarragone, Viuda Roberta, 1644, p. 10.

17  B. C., Alexandre Ros, Cataluña desengañada, Naples, Egidio Longo, 1646, p. 280 et 220 respectivement.

18  Ibidem., p. 427.

19  B. C., Ramon Dalmau de Rocabertí, Presagios Fatales del Mando Frances en Cataluña, Saragosse, Pedro Lanaja y Lamarca, 1646.

20  Jesús Villanueva López, Política y discurso històrico…, op. cit., p. 150-155.

21  B. C., Gabriel Rius, Cristal de la verdad, espeio de Cataluña, Saragosse, Pedro Lanaja y Lamarca, 1646.

22  B. C., Josep Bonaventura, Insidia enemigas. Desengany de Ben-afectes, Barcelone, Sebastián de Cormellas, 1647 : « un govern absolut, y despotic, y conservar aquella Tyrania ». Le texte n’est pas paginé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathias Ledroit, « Les Catalans partagés entre le Roi et la Terre. Orthodoxie et hétérodoxie politiques autour de la révolte de 1640 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 30 juin 2009, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/56569 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.56569

Haut de page

Auteur

Mathias Ledroit

CLEA, Université Paris-Sorbonne, Paris IV, Doctorant, Mathias_ledroit[at]yahoo[point]fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page