Navigation – Plan du site
Aude Argouse

Michel Bertrand et Rodolfo de Roux (eds.), De l’un au multiple. Dynamismes identitaires en Amérique latine, 2009, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 293 p.

[30/09/2009]

Texte intégral

1Le livre que nous présentons est composé de six contributions, articulées autour de trois thèmes qui sous-tendent la réflexion générale que propose cet ouvrage sur les identités nationales en Amérique latine : le métissage, la religion et la nation.
Chacune des trois parties est divisée en deux contributions. Deux sont consacrées à l’Amérique latine dans son ensemble (Edgardo Manero et Rodolfo de Roux López). Parmi les quatre restantes, trois concernent le Mexique (Evelyne Sánchez, Michel Bertrand et Guillermo Zermeño) et la dernière, le Brésil (Richard Marin).

2L’Amérique latine dans son ensemble est analysée à travers le prisme de la religion et celui de la nation. La revendication nationale fait l’objet de l’article de Edgardo Manero qui l’aborde sous un angle comparatiste des divers modes d’organisation des mouvements dans la dernière décennie du XXe siècle. Cela permet à l’auteur de mettre en lumière l’existence de visées politiques et stratégiques partagées par des mouvements sociaux venus de différents pays, ainsi que celle d’une « référence partagée à une mythologie de ‘gauche’ latino-américaine ». Le rejet du néolibéralisme est le dénominateur commun de ces mouvements et constitue, selon l’auteur, « l’un des phénomènes les plus significatifs de l’histoire récente de l’Amérique latine. » La nation, au sens où Anderson l’avait énoncée, à savoir une « communauté imaginée », sert les mouvements de résistance en question et demeure le lien social le plus fort dans les sociétés concernées. Le « désordre global de l’Amérique latine » constitue une réponse au Nouvel ordre mondial imposé au lendemain de l’effondrement de l’Union Soviétique. Le nationalisme qui en découle est alors considéré par l’auteur comme un nationalisme défensif lié à l’anti-impérialisme.

3A cet article fait pendant celui de Rodolfo de Roux, également consacré à tout le continent. Affirmant que l’Amérique latine est un « continent catholique », l’auteur montre comment l’Eglise, grâce à un don d’ubiquité politique et sociale, a surmonté la crise engendrée par les Indépendances dans la première moitié du XIXe siècle et contribua au façonnement des « républiques catholiques » du continent. L’ancrage de l’Eglise dans la société était multiple, aussi bien auprès des élites que des personnes du commun, des Blancs, Métis et Créoles que des Indiens. Ainsi, le revirement de situation relatif au soutien des papes à la Couronne d’Espagne dans les années 1820, a été précédé de nombreuses actions du clergé en faveur des indépendances. Ces événements, comme le souligne l’auteur, sont autant d’indicateurs de l’autonomie de l’institution ecclésiastique.

4Cela n’empêcha pas les courants libéraux d’alimenter une hostilité à l’Eglise catholique à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, au motif notamment de sa dépendance à un pouvoir étranger. La montée du protestantisme, au milieu des années 1930, et l’accélération de celle des églises pentecôtistes, vers le milieu du XXe siècle, porta également un coup à l’hégémonie catholique sur le continent. Mais c’est surtout depuis le dernier tiers du XXe siècle que l’Eglise se trouve confrontée à une nouvelle crise, qui a sa cause dans l’avènement du modèle de « république pluriculturelle » et dans la sécularisation d’une partie de la société. L’Eglise catholique s’est alors lancée dans une « Nouvelle Evangélisation » du continent. Ainsi, la construction de la nation qui au XIXe, dans les pays d’Amérique latine comme ailleurs, passait par la reconnaissance et la protection de sa souveraineté contre la puissance étrangère que représentait l’Eglise catholique, est devenue, un siècle plus tard, le fer de lance de cette église pour « recatholiser » le continent.

5Toutefois, les secteurs les plus conservateurs des sociétés latino-américaines, de confession catholique, ont amplement soutenu la mondialisation, tant du point de vue idéologique que de celui de ses implications économiques (ouverture des marchés à la concurrence). La construction nationale n’est par conséquent absolument pas univoque et Moreno affirme même que la « bourgeoisie nie la Nation pour préserver son régime social. »

6Evelyne Sánchez entreprend d’analyser les discours attenants à la proposition de loi présentée au Congrès constituant en 1856, visant à établir la liberté des cultes au Mexique. Cette liberté de cultes avait pour objectif, entre autres, d’influer sur les flux migratoires. L’auteur montre que le débat autour de cette liberté de cultes portait sur la définition même de l’identité nationale mexicaine. Elle révèle que les discussions au sein du courant libéral, qui tournent autour de la construction même d’une homogénéité identitaire, confèrent une importance primordiale à l’idée de race. Contrairement aux conservateurs qui se fondaient sur un héritage unificateur qui était la religion catholique, les libéraux tentaient d’attirer sur le sol mexicain des migrants venus d’Europe.

7Les enjeux de la construction identitaire nationale passent alors par une lecture des identités collectives des pays latino-américains. La contribution de Richard Marin sur le Brésil contemporain permet de saisir dans un contexte national, depuis son indépendance à la fin du XIXe, la complexité discursive de cette construction. C’est à ce moment, où le discours sur la dégénérescence liée au métissage paraît à son comble et où le pays nouvellement indépendant adopte ses premières mesures de discrimination ethnique, qu’émerge « une interprétation positive et métisse de la nation ». La modernité brésilienne, nationale, se construit en puisant dans les traditions populaires et régionales du pays et non plus en prenant appui sur les théories évolutionnistes. Le gouvernement de Getulio Vargas procède, à partir des années 1930, à une « ‘nationalisation’ sous contrôle » de la culture populaire brésilienne.

8Utilisant l’image du miroir brisé, Richard Marin montre que c’est seulement au tournant des années 1980 que les nouveaux acteurs ethniques (Indiens et Noirs) de la lutte contre la discrimination raciale mettent à mal l’idée d’une démocratie qui tentait d’effacer les différentes nations formant le Brésil. Pourtant, l’auteur rappelle à juste titre que la mode, apparue dans les années 1990, de l’afrobrésilianité est aussi – surtout ? – objet d’une mercantilisation. Celle-ci interroge indéniablement certaines des motivations de la construction identitaire ainsi que ses effets, dont celui de transformer une question avant tout sociale en question raciale.

9Le Brésil ne semble donc jamais pouvoir s’inscrire dans la répartition attendue (Blanc, Indien, Noir) qui caractérise l’Amérique latine. Mais Michel Bertrand, dans son article consacré au Mexique, démontre que ce n’est pas tant la répartition que la transgression des frontières qui caractérise le métissage comme processus identitaire propre à certains pays latino-américains. Les frontières ethniques héritées de la période coloniale laissent place à deux modèles, conservateur et libéral, qui se rejoignent dans la construction d’une identité nationale. La juxtaposition des composantes ethniques de la société préconisée dans le premier cas, et l’effacement des différences identitaires dans l’autre cas aboutissaient à la nécessité d’élaborer une identité nationale forte et homogène. Comme l’avait montré Ulrich Mücke dans un article consacré au Pérou du XIXe siècle : tandis que la monarchie catholique avait placé l’Indien au cœur de ses préoccupations, la République avait tenté de le marginaliser complètement au nom de l’homogénéité de la Nation.

10Guillermo Zermeño reprend, dans son article également consacré au processus de métissage au Mexique, la trajectoire de la notion de métissage, marquée par son exaltation dans la première moitié du XXe siècle. Cette contribution et la précédente permettent de comprendre notamment que le contexte mexicain déborde les frontières géographiques du pays : la renaissance de la composante indienne de la nation se fait, au sortir des années 1910, avec l’identification des Mexicains à une culture hispano-américaine, c’est-à-dire à la fois héritière de l’universalisme chrétien espagnol et des racines indiennes d’une partie de sa population. Même si les auteurs n’en parlent pas, nous nous demandons dans quelle mesure l’exposition ibéroaméricaine de Séville en 1929, consacrée à la raza hispanica, a été motivée par ce débat.

11On peut néanmoins se poser la question de savoir quel est l’objet de la transgression évoquée tout au long de ces articles, à l’exception de celui qui concerne le Brésil : la soi-disant ségrégation, dont Magnus Mörner avait édifié les contours et qui est reprise ici, mais qui enferme une dialectique inconfortable entre norme et pratique ; ou bien précisément celle d’un interdit qui concerne la définition de soi sous la monarchie catholique.

12Enfin, il nous semble toujours délicat de parler d’Amérique latine sans préciser l’origine de cette idée. Mais la densité de chacune des contributions de cet ouvrage, la rigueur du plan d’ensemble et surtout la perspective historique proposée par chaque auteur permettent de saisir pleinement la possibilité d’une réflexion sur la « question identitaire » en Amérique latine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Michel Bertrand et Rodolfo de Roux (eds.), De l’un au multiple. Dynamismes identitaires en Amérique latine, 2009, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 293 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 30 septembre 2009, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/57262

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page