Navigation – Plan du site
Colloques | 2009
Conflits dans le monde hispanique. Hétérodoxies, déviances et dissidences – 5-6 février 2009 Grenoble (Université Stendhal Grenoble 3)
Alice Carette

Un cas particulier de dissidence nobiliaire : la figure de don Juan Manuel dans les chroniques du règne d’Alphonse XI de Castille (1312-1350)

A specific case of noble dissidence: the figure of don Juan Manuel in the chronicles of the reign of Alfonso XI of Castile
[23/10/2009]

Résumés

Cette réflexion porte sur la représentation de don Juan Manuel (1282-1348), grand noble dissident de son temps, dans les trois chroniques du règne d’Alphonse XI de Castille (1312-1350) : la Crónica de Alfonso XI (1344), le Poema de Alfonso Onceno (1348) et la Gran Crónica de Alfonso XI (1376). Après avoir montré comment la Crónica nie la légitimité de la rébellion de don Juan et fonde notamment sa critique sur l’alliance, tour à tour passive et active, de ce dernier avec Grenade —contre laquelle la couronne de Castille est en guerre perpétuelle— cette étude démontre que la condamnation du personnage est cependant limitée par l’obligation impérieuse pour la chronique de taire certaines contradictions dans l’action politique du roi. Elle montre ensuite comment la Gran Crónica, refonte du premier texte rédigée sous le règne d’Henri II, insiste, afin de réhabiliter don Juan Manuel, sur sa participation à la guerre contre les Maures, en interpolant et en développant certains épisodes tirés du Poema.

Haut de page

Texte intégral

1Du milieu du XIIIe à la fin du XVe siècle, la Castille est le théâtre de conflits incessants entre noblesse et royauté. Sa couronne est donc, la plupart du temps, doublement en guerre : contre le royaume musulman de Grenade et contre ses grands seigneurs dissidents, souvent alliés eux-mêmes aux autres royaumes péninsulaires.

2Le règne d’Alphonse XI (1312-1350) est représentatif de cette situation. Parmi les nobles dissidents qui cherchent alors à consolider leur position aux dépens de la couronne, la figure de don Juan Manuel (1282-1348) se distingue nettement.

3Éminent littérateur, don Juan Manuel est également le plus grand noble de son époque, non seulement par son lignage — il est le neveu d’Alphonse X et le petit-fils de Ferdinand III— mais aussi par l’importance de ses territoires et le nombre de ses vassaux. Après la mort de Ferdinand IV, il prend part aux luttes pour la régence pendant la minorité d’Alphonse XI (1312-1325), et il est également le principal opposant à ce dernier durant la suite du règne. Sa haute conscience de son lignage poussa longtemps Juan Manuel à aspirer aux plus hautes sphères du pouvoir ; la frustration de ces aspirations explique en grande partie son attitude de rébellion. Son ascendance royale rend aussi son opposition particulièrement problématique pour la couronne, d’où sa place considérable dans l’historiographie royale de son époque.

4Trois chroniques relatent le règne d’Alphonse XI. La première, la Crónica de Alfonso XI (1344), rédigée par le chancelier Fernán Sánchez de Valladolid pendant le règne, est centrée sur les conflits intrasociaux qui agitent celui-ci. La seconde chronique, rimée, le Poema de Alfonso Onceno (1348), vraisemblablement composée indépendamment de la précédente, est de tonalité plus épique que politique. Enfin, la Gran Crónica de Alfonso XI reprend largement les deux textes précédents, tout en comportant une part de création. Elle aurait été composée entre 1476 et 1479, soit à la fin du règne d’Henri II, fils bâtard d’Alphonse XI, marié à Juana Manuel, fille cadette de don Juan.

  • 1  Voir Jean-Pierre Jardin, « L’historiographie trastamare : de l’unicité du modèle monarchique à la (...)
  • 2  Henri II de Trastamare monte sur le trône après l’assassinat de son demi-frère Pierre Ier « Le cru (...)

5Si les trois textes donnent une vision globalement homogène du règne, en centrant la narration sur la figure du roi et sur la légitimation de son action, leurs points de vue et contextes de rédaction respectifs impliquent certaines variations, relatives notamment à don Juan Manuel. Présenté sous un angle très négatif par la Crónica, il bénéficied’une image plus nuancée dans le Poema, qui contrebalance le récit de ses méfaits contre le roi par celui de ses exploits guerriers contre les musulmans. La Gran Crónica, rédigée alors que la lignée des Manuel a fait son retour dans le premier cercle royal, vise notamment à réhabiliter don Juan1, la légitimation de la nouvelle dynastie, arrivée au pouvoir à l’issue d’un fratricide2, passant par un pardon de ce turbulent aïeul.

6Cette étude de la représentation historiographique de don Juan Manuel et de ses relations avec le roi se limitera aux années d’exercice effectif du pouvoir de ce dernier (1325-1348/50). Après un nécessaire rappel des faits, nous analyserons les principaux ressorts utilisés par la Crónica pour dire la dissidence du grand noble, en montrant les enjeux et les limites de ce discours critique. Seront examinés ensuite les mécanismes complexes qui permettent au Poema et surtout à la Gran Crónica de nuancer l’image négative de don Juan Manuel pour le réhabiliter aux yeux de la postérité.

Rappel des faits

  • 3  Voir arbre généalogique en annexe.
  • 4  Crónica de Alfonso XI (CAXI), p. 202.
  • 5  Voir Andrés Giménez Soler, Don Juan Manuel : bibliografía y estudio crítico, Zaragoza, Academia Es (...)
  • 6  CAXI, p. 209.
  • 7  Voir arbre généalogique en annexe.

7En 1325, dès sa prise de possession du pouvoir, le jeune monarque congédie ses tuteurs. Don Juan Manuel et don Juan « el Tuerto », fils de l’infant don Juan3, sont évincés. Álvar Núñez et Garcilaso de la Vega, proches de l’infant don Felipe —ancien co-tuteur lui aussi— deviennent ses conseillers. Les deux exclus signent un pacte d’assistance mutuelle contre le roi, scellé par une promesse de mariage de la jeune Constance Manuel avec le « Tuerto ». Pour  briser cette alliance, sur les conseils de son entourage, Alphonse XI demande la main de Constance. Don Juan Manuel accepte en échange de l’adelantamiento de Murcie et de celui de la frontière de Grenade. En août 1326, il remporte une victoire sur les troupes grenadines d’Ozmín. Mais, en octobre, Alphonse XI fait assassiner don Juan el Tuerto, « que fablaba en su deservicio »4. Don Juan Manuel est informé, simultanément, semble-t’il5, de la mort de son allié et des tractations entamées par le roi pour répudier sa fille au profit de l’infante Marie du Portugal. Se sentant menacé et trahi, il abandonne la frontière et se replie sur ses terres. En 1327, Constance, officiellement répudiée, est enfermée à Toro. Don Juan, qui vient de perdre sa femme et son beau-père Jaime II d’Aragon, s’allie aux Grenadins contre Alphonse XI. Il lui écrit sa décision de se « despedir et desnaturar […] por sí et por todos sus amigos y vasallos »6. Début 1328, après la découverte de son alliance avec Grenade, il est destitué de l’adelantamiento de Murcie. Le roi et lui se livrent alors une guerre ouverte : tandis qu’Alphonse XI assiège Escalona, don Juan Manuel attaque Huete, sans qu’aucun ne parvienne au terme de son entreprise. En 1329, Alphonse XI marie sa sœur Leonor à Alphonse IV d’Aragon. Ce dernier, qui jusque-là avait prêté main-forte à son beau-frère don Juan, s’en détourne. Juan Manuel épouse Blanca Núñez de Lara, s’alliant ainsi à sa famille. Entre 1329 et 1335 ses relations avec le roi s’apaisent. Après un accord mutuel signé sur insistance du pape, don Juan redevient adelantado de Murcie et de la frontière. Mais la paix est relative : alors que le roi essaie à plusieurs reprises de le tirer de sa retraite de Peñafiel pour reprendre à ses côtés la guerre contre Grenade, don Juan, de crainte d’être assassiné, refuse toute rencontre. En 1334, Juan Manuel et ses alliés, Juan Núñez de Lara et Juan Alfonso de Haro, refusent d’accompagner le roi à Gibraltar. Alphonse XI est alors obligé d’abandonner le siège, d’où une nouvelle rupture des relations. En 1335, don Juan marie sa fille Constance à Pedro du Portugal. Ses alliés et lui se liguent avec le souverain portugais, outré que le roi castillan délaisse sa fille Marie au profit de Leonor de Guzmán7. Pour contrer l’alliance ennemie, Alphonse XI empêche Constance de quitter la Castille pour rejoindre son futur époux. Ce qui débouche, entre 1337 et 1338, sur une guerre avec le Portugal, à laquelle don Juan et ses amis participent activement. Mais les représailles d’Alphonse XI sont telles que Juan Núñez de Lara, de peur d’être tué, finit par se soumettre. Juan Manuel, réfugié quelques mois en Aragon, l’imite bientôt, et se réconcilie définitivement avec le roi. Il participe, en 1340, à la victoire du Salado (Tarifa) contre les Mérinides du Maroc puis, en 1344, à la conquête d’Algésiras.

Don Juan Manuel dans la Crónica : grandes lignes et limites du discours critique

8C’est avec une subjectivité propre à son genre que la Crónica de Alfonso XI traite la figure de don Juan Manuel et ses relations avec le roi, aux dépens du premier. La critique de don Juan s’articule autour de deux axes principaux : la mise en cause des fondements de sa dissidence et la dénonciation de ses conséquences sur la guerre contre Grenade. Toutefois, le lexique utilisé pour qualifier la dissidence de Juan Manuel révèle une limitation volontaire du discours critique.

Les griefs de don Juan Manuel et leur traitement  

  • 8  Voir Jean-Pierre Jardin, art. cit., p. 9-10.

9Malgré l’adhésion des chroniques royales au point de vue de la couronne, la voix de la noblesse, à laquelle appartiennent leurs auteurs, s’y exprime également8. C’est le cas dans la Crónica de Alfonso XI, quirelaie les arguments avancés par don Juan Manuel lui-même pour justifier sa dissidence. À notre sens, l’expression dans le texte des deux griefs récurrents de don Juan —la répudiation de sa fille aînée et la volonté de le tuer qu’il attribue au roi de 1325 à 1337— est due également à un souci de vraisemblance, ces arguments étant par ailleurs diffusés par Juan Manuel dans ses écrits. Tout en les relayant, de manière calculée ou non, le texte s’efforce néanmoins de les minimiser ou de les récuser.

La répudiation de Constance

  • 9  Don Juan Manuel, Libro de los Estados (Estados), Ian R. Mac Pherson et Robert Brian Tate (éd.),Mad (...)
  • 10  Voir note 5.
  • 11  Voir Gran Crónica de Alfonso XI (GCAXI), Diego Catalán, (éd.) Madrid : Gredos, 1976, 2 vols,I, p. (...)
  • 12  Voir CAXI, p. 200.
  • 13  Voir Jean Gautier-Dalché, « Alphonse XI a-t’il voulu la mort de don Juan Manuel ? », Don Juan Manu (...)

10Ce premier motif de plainte, principal des déshonneurs infligés par le roi auxquels le Libro de los Estados fait allusion9, est traitée par la Crónica de manière ambiguë. Si, don Juan, au moment de quitter la frontière en 1326, connaissait déjà l’intention du roi10, on comprend mieux sa décision. D’ailleurs, la Gran Crónica explique son départ non seulement par la mort de son comparse mais aussi par le chagrin (« pesar ») dû à ces rumeurs d’abandon11. La Crónica, en revanche, qui présente le projet d’épouser Constance comme une pure stratégie politique12 assez habituelle à l’époque13, diffère l’annonce de son abandon, qu’elle situe en 1327 ; ce n’est qu’alors, selon elle, que don Juan apprend la décision du roi et y réagit :

  • 14  Ibid., p. 209.

Et Don Joan desque sopo como el Rey avia enviado á Doña Costanza su fija a Toro, et que avia otorgado de casar con la Infanta fija del rey de Portogal, estando el Rey Don Alfonso en Sevilla venieron y a él mensageros de este Don Joan, con quien se envió despedir et desnaturar del Rey por sí et por todos sus amigos et vasallos, et por todos los que le oviesen de ayudar14.

11Ce revirement est justifié par un pragmatisme politique : puisque le roi a demandé Constance pour neutraliser don Juan et que ce dernier a continué à conspirer, l’union devient inutile. Dans cette logique, tout en prenant acte du motif invoqué par don Juan pour sa desnaturalización, le texte nie la légitimité de sa réaction lorsque, plus tard, il reprend ces propos du roi au légat du pape :

  • 15  Ibid., p. 213.

[…] et que [Don Juan fijo del infante Don Manuel] se envió despedir et desnaturar del Rey, non le aviendo él fecho ninguna cosa porque lo debiese facer […]15

  • 16  Estados, éd. cit., p. 207.

12Aux yeux de don Juan, la répudiation de Constance, qui porte atteinte à son honneur (honra) est un motif légitime pour faire la guerre, comme il l’affirme dans le Libro de los Estados16. D’un côté, la Crónica se fait l’écho de la plainte de don Juan à ce sujet, en reprenant les propos qu’il adresse au roi d’Aragon :

  • 17  Ibid., p. 210. Voir aussi : «[…] et dieronle [Don Juan Manuel et Don Juan Núñez al Rey de Aragón] (...)

[…] enviosele querellar quel rey de Castiella le facia muchos tuertos et muchos males : señaladamiente que le avia dexado su fija, et que queria tomar otra muger, et por esto quel se avia despedido et desnaturado dél, et que le facia guerra en la tierra ; […] .17

13Elle montre même comment Alphonse XI aborde lui-même la question, dans une volonté manifeste d’apaisement :

  • 18  Ibid, p. 220 et p. 240.

 […] et que esso mesmo faria en lo de don Joan Manuel, si alguna querella dél avia fuera del casamiento de su fija Doña Costanza : et que por esto faria ayuda et merced a Doña Costanza, porque oviese casmamiento onrado18.

14De l’autre, elle minimise cette doléance. En effet, si elle en prend acte et reconnaît la nécessité de remédier à ses conséquences, jamais elle ne l’associe au terme honra, ce qui revient à invalider la justification de la rébellion de don Juan.

Peur du roi

  • 19  François, Foronda, « El miedo al rey », e-Spania, 4 | décembre 2007, [En ligne], mis en ligne le 0 (...)
  • 20  Comme le souligne F. Foronda, «  el miedo surge cuando se quiebra y se recompone la cercanía regia (...)

15L’autre argument par lequel don Juan justifie son insoumission est le soupçon puis la certitude que le monarque veut attenter à sa vie, ce qui suscite chez luiune constante « peur du roi ». Cette « émotion politique nobiliaire » analysée par François Foronda19 et dont l’expression est récurrente dans les chroniques de Fernán Sánchez et Pero López de Ayala, préside aux échanges entre le grand noble et son souverain de 132520 à 1337, y compris pendant les intervalles de paix.

16Ce motif apparaît dès le récit de l’année 1325, don Juan « el Tuerto » et don Juan Manuel présentant la prétendue volonté du roi de les faire assassiner comme le déclencheur de la discorde (« desavenencia »). :

  • 21  Voir CAXI, p. 199.

[…] et fuéronse para Çigales, que era de Don Joan fijo del infante Don Joan, diciendo a los suyos que el Rey los mandaba matar, et que iban desavenidos dél21.

  • 22  Ibid., p. 220.
  • 23  « […] et don Joan fijo del Infante Don Manuel, rescelando, que pues el Rey estaba en tregua con lo (...)

17La conviction persistante de la malveillance royale à son encontre pousse don Juan à refuser toute rencontre avec le monarque22 et explique la présence du champ lexical de la peur (« rescelar », « miedo ») dans les évocations de leurs relations23.

  • 24  Estados, éd. cit.,p. 261.
  • 25  Alfonso X el Sabio, Quarta Partida, Benito Monfort (éd.), Valence, 1767, titre XXIV, loi V, p.144.

18L’expression de sa peur a pour don Juan Manuel une double utilité. D’abord, celle de légitimer son attitude dissidente et notamment, sa desnaturalización. Dans le Libro de los Estados24, il reprend en effet les motifs pour lesquels, selon la Quarta Partida25, le natural peut être contraintà une telle décision, à savoir lorsque le roi attente à sa vie sans jugement, le déshérite injustement ou le déshonore par l’intermédiaire de sa femme. La Crónica reflète partiellement ce raisonnement en expliquant ainsi l’attitude de don Juan :

  • 26  CAXI, p. 233.

[…] ca su voluntat tenia puesta en daño et en deservicio del Rey de Castiella en quanto el podiesse, como aquel que con miedo del Rey de cada dia rescelaba la muerte26.

  • 27  « […] cuando el miedo se expresa es prácticamente utilizado en el proceso de escrituración como el (...)
  • 28  Voir note 23.

19Ensuite, celle de se protéger, en « plaidant coupable » pourrait-on dire, comme l’a également montré F. Foronda27. C’est bien ce que fait don Juan dans cette requête adressée au roi par l’intermédiaire de Leonor de Guzmán et formulée après confession de larcins, commis, selon lui, sous l’effet de la peur (« por muchos miedos que le ponian del Rey »)28:

  • 29  CAXI, p. 230.

[…] que quissiesse saber esto, et que fallaria que non eran tantas las tomas como al Rey le avian dicho ; nin le quisiese poner en tanta culpa como le ponian los que mal le querian. Et […] que non oviese saña de Don Joan por esta razón29.

20La Crónica traite la peur de don Juan de façon similaire à la répudiation de Constance. D’abord, elle l’ignore et présente la réaction qu’elle suscite comme infondée, en affirmant l’étonnement que celle-ci déclenche chez le roi :

  • 30  Ibid., p. 203. Voir aussi, lorsque le roi apprend que don Juan s’apprête à lui faire la guerre : « (...)

[…] et don Joan fijo del infante don Manuel desque sopo que don Joan fijo del infante don Joan era muerto, partióse luego dende, et fuése para el regno de Murcia a un logar suyo que dicen Chinchiella ; et estido y, […], et non veno al rey : et el Rey fue desto muy maravillado, ca non le avia fecho a este don Joan ninguna cosa porque debiese él irse de la frontera, et desamparar el menester en que él estaba en servicio del Rey en la guerra de los Moros por el oficio del Adelantamiento que tenia dél30.

  • 31  Voir F. Foronda, art. cit.

21Ensuite, elle prend acte de son existence, ainsi que de ses conséquences (dont l’abandon de la frontière) et de la nécessité d’y remédier. Pour cela, le roi doit faire basculer ses relations avec don Juan d’un « pôle émotionnel négatif », où la terreur (« espanto ») inspirée par un roi arbitraire entraîne le désamour et la peur (« miedo »), vers un « pôle positif », où la crainte naturelle du roi (« temor ») inspire l’amour (« amor ») pour ce dernier, ces sentiments étant calqués sur la crainte et l’amour de Dieu31. C’est dans ce but qu’Alphonse XI s’efforce, à Peñafiel, de regagner la confiance de don Juan :

  • 32  Ibid., p. 243-244.Voir aussi : « Et el rey dixole, que pues le perdonaba, que su voluntad era de l (...)

[…] Et […] el Rey estido allí con Don Joan fasta muy tarde fablando en otras cosas de que tomaban placer. Et esto facia el Rey por le facer perder el miedo que Don Joan tenia : ca le avían dicho a don Joan que el Rey lo quería matar32.

  • 33  Ibid., p. 237-238.
  • 34  « Et este alongamiento desta tregua queria el rey de Castiella, por aver tiempo de asosegar a Don (...)

22Les efforts royaux pour rassurer et soumettre don Juan sont manifestes. Ainsi, Alphonse XI n’hésite pas à accuser publiquement de mensonge les tiers par l’intermédiaire desquels don Juan affirme être informé des intentions royales, comme Alvar Díaz, qu’il frappe de disgrâce33. En outre, il oppose systématiquement aux méfaits de don Juan sa propre magnanimité et, bien qu’il brandisse à de rares occasions son intention de le faire châtier34, le roi affirme sa préférence pour une paix avec le grand noble plutôt que pour la rancœur et le châtiment :

  • 35  CAXI, p. 233. Voir aussi, ibid., p. 213.

[…] ; pero non quiso el Rey en este tiempo parar mientes a todos estos merescimientos que Don Joan le facia, nin cató por gelo estrañar ; mas quiso traerle al su servicio por buena manera : […]35.

23Relayer les griefs de don Juan en les minimisant permet au texte de donner raison au roi sous des dehors d’impartialité. Mais en niant le bien-fondé des doléances de don Juan tout en montrant comment le roi s’efforce d’y remédier, la Crónica se contredit elle-même.

La dissidence de don Juan Manuel, obstacle à la guerre contre Grenade.

  • 36  Voir Ibid., p. 285.
  • 37  Voir Alice Carette, La Représentation de la frontière de Grenade dans les chroniques royales parti (...)

24Si la dissidence de don Juan Manuel perturbe la politique intérieure castillane, la Crónica montre qu’elle a aussi de lourdes conséquences sur sa politique extérieure. Elle affecte, en effet, les relations de la Castille avec l’Aragon, le Portugal, Rome et même la France36, mais surtout avec Grenade. Or, le principal argument de légitimation de la monarchie castillane, abondamment relayé par les chroniques royales37, est précisément sa mission de lutte contre l’islam péninsulaire, en vue de la restauration de l’unité chrétienne antérieure à 711. Ce que le texte reproche le plus directement à don Juan est donc d’entraver cette mission divine de la couronne.

25 Don Juan, même sans combattre Alphonse XI aux côtés de l’émir grenadin, apparaît en effet comme l’allié objectif de ce dernier. Sa responsabilité dans les retards ou les interruptions de la guerre contre Grenade par des trêves est invoquée à de nombreuses reprises. C’est le cas lorsque le roi doit renoncer à une campagne ou l’interrompre pour empêcher la destruction et la ruine de ses terres castillanes par don Juan, comme lors du siège de Gibraltar :

  • 38  CAXI, p. 256-257. Voir aussi, ibid., p. 232 et p. 244.

[…] pues don Joan fijo del infante don Manuel, et don Joan Núñez, et don Joan Alfonso de Haro andaban por la tierra faciendo aquellas cosas que le enviaron decir, que non cumplia al Rey de se retardar allí en ninguna manera, et por esto que seria muy bien de aver alguna avenencia con los Moros38.

26C’est également le cas, même en période de paix entre eux, lorsque don Juan refuse de lui rendre sur la frontière le service pour lequel il est rémunéré. La Crónica insiste sur la double répercussion économiquede la rébellion de don Juan, qui perçoit de la couronne une rétribution élevée pour son service d’adelantado sans prêter le service correspondant, et dont les agressions répétées sur les terres castillanes grèvent la fiscalité du royaume, privant ainsi la guerre de l’une de ses principales sources de financement:

  • 39  CAXI, p. 227-228.

[…] E este rey don Alfonso, veyendo de como Don Joan fijo del infante don Manuel non queria sosegar en su servicio, et que levara del los dineros, et non gelos fuera servir : et otrosí que le facia grand daño en la tierra, et en quanto Don Joan asi lo feciesse, non podrian los de la tierra darle lo que él avia menester para la guerra de los Moros ; et otrosí veyendo que otorgando al Rey de Granada lo que le enviaba pedir, que lo ganaba por su vasallo, et que lo tiraba de ayuda de don Joan, por esto ovo a otorgar la tregua al rey de Granada39.

27Si l’influence décisive de don Juan Manuel sur le déroulement de la guerre contre Grenade est le principal argument de sa critique directe dans la Crónica, elle constitue pourtant aussi, paradoxalement, sa principale limite.

Une critique inachevée : le lexique de la dissidence et le non-dit de la trahison

  • 40  Ibid., p. 213.
  • 41  « […] ca como quier que Don Joan me ha fecho algunos enojos, no querria su muerte, mas querrialo a (...)

28Si le texte s’efforce de démontrer que les causes de la dissidence de don Juan sont injustifiées et que ses conséquences sont lourdes pour la couronne, comment énonce-t-il les faits en eux-mêmes ? Au-delà des axes thématiques de la critique, le lexique de la dissidence de don Juan est très significatif. On en trouve un concentré représentatif dans le chapitre consacré à la visite des légats du pape au roi lors du siège d’Escalona40. Le chroniqueur y reprend ces propos du souverain au sujet de don Juan : « se partió dende [de la frontera] », « non quiso venir », « non avia voluntad de venir a su servicio », « envió poner amistad con el rey de Granada para le deservir », « labró et fortaleció todos sus castiellos, et los basteció del pan et de las viandas que tomó de los logares de la tierra del Rey », « se envió despedir et desnaturar del rey ». Cette énumération montre le nombre et la variété des torts de don Juan et leur gradation, du refus de service à la desnaturalización. Néanmoins, le roi n’en tire d’autre conséquence qu’un refus momentané de se réconcilier avec don Juan Manuel, comme le pape le lui demande. Le substantif utilisé dans ce passage pour qualifier les actes de don Juan est celui de yerro :« Don Juan cayera en muy grandes yerros », « todos estos yerros que le avia fecho »,  « que le dixiesse [al Papa] todos estos yerros que Don Juan avia fechos al rey ». A ce terme, on peut ajouter enojos41, utilisé ailleurs. Mais un terme clé est absent, celui de trayción.

  • 42  Fernando Gómez Redondo, « Don Juan Manuel, Trastámara », Cahiers de linguistique et de civilisatio (...)

29S’il est communément admis que don Juan Manuel est l’objet d’une sévère critique de la part de la Crónica, il ne nous semble pas exact que celle-ci soit aussi « implacable » que l’affirme Fernando Gómez Redondo42. Si elle l’était, en effet, elle conduirait à mettre en évidence les contradictions de l’attitude du roi vis-à-vis du grand noble, fragilisant du même coup l’image d’Alphonse XI. Car don Juan, soumis et pardonné plutôt que jugé et condamné, est un cas frappant de non-application de la justice royale.

  • 43  Jean Gautier-Dalché, art. cit., p. 138.

30D’un point de vue juridique, comme l’a montré Jean Gautier-Dalché43, la peur de don Juan était justifiée par sa conscience qu’il était, légalement parlant, un traître, méritant pour cela la mort et la confiscation de ses biens, comme stipulé dans la loi II du titre II de la Séptima Partida d’Alphonse X. En effet, certains de ses agissements, relatés par la Crónica, illustrent parfaitement plusieurs des formes de trayción (« laesae maiestatis crimen ») énumérés dans la loi I du titre II. C’est le cas notamment pour les trois cas suivants :

  • 44  Alfonso X el Sabio, Séptima Partida, Benito Monfort (éd.), Valence, 1767, p. 37-38.

[..] La segunda manera es si alguno se pone con los enemigos por guerrear o fazer mal a rey o al reyno o les ayuda, de fecho o de consejo : o les enbia carta, o mandado, por que los aperciba de alguna cosa contra el Rey, e a daño de la tierra ; […] La sesta es, si alguno desamparasse al Rey en batalla, o se fuesse a los enemigos, o a otra parte, o se fuesse de la hueste en otra manera, sin su mandado, ante del tiempo que devia servir […] La setena es, si alguno fiziesse bolliçio, o alevantamiento, en el reyno, faziendo Juras, o Cofradias de Cavalleros, o de Villas, contra el Rey ; de que nasciesse daño a el, o a la tierra44.

31En s’alliant avec les rois de Grenade, d’Aragon et du Portugal contre celui de Castille, don Juan est coupable de la deuxième forme de trahison ; en quittant la frontière dont il est l’adelantado, il l’est de la sixième ; en se liguant contre le roi avec d’autres nobles, de la septième… Il est donc paradoxal que la Crónica, tout en relatant ces épisodes en détail, ne les qualifie jamais d’actes de trahison. Ce paradoxe est d’autant plus frappant qu’elle qualifie a posteriori certaines actions du « Tuerto », au cours d’un jugement post-mortem, de faits de trahison, en se référant clairement, quoique sans le citer, à la Séptima Partida :

  • 45  CAXI, p. 202-203. Voir aussi le cas d’Alvar Núñez. ibid., p. 219.

[…] et el Rey mandó llamar a a todos los que eran allí con él, et asentóse en un estrado cubierto de paño prieto, et díxoles todas las cosas que avia sabido en que andaba Don Joan en su deservicio, lo uno por se le alzar en el regno contra él, et lo otro faciendo fablas con algunos en su deseredamiento ; et otrosi en las posturas que enviara poner con los Reyes de Aragón et de Portogal contra él, et otras cosas muchas que les  y contó : por las quales el Rey dixo que Don Joan era caido en caso de traición, et juzgólo por traydor45.

  • 46  Voir CAXI, p. 201-202.
  • 47  Ibid., p. 199.

32L’inégalité de traitement entre le « Tuerto » et don Juan Manuel est manifeste. D’une part parce que des faits similaires leur sont reprochés, d’autre part parce que, selon la Crónica, le roi savait que don Juan Manuel, informé du danger encouru par son ami, lui avait réaffirmé son soutien46 contre le roi, conformément à leur accord initial47.

  • 48  « […] por traer plata para labrar, facia levar fuera del regno muchos ganados, et mucho pan, et mu (...)
  • 49  Voir Séptima Partida, éd. cit., p. 39.

33En se focalisant sur le caractère infondé des griefs de don Juan et sur les conséquences de sa dissidence, la Crónica s’efforce de détourner l’attention du lecteur de sa trahison taboue. Ainsi, lorsqu’elle évoque les faux coronados qu’il fait frapper, elle se contente de souligner les conséquences économiques de cette entreprise48. En évitant de pointer la gravité intrinsèque de l’acte —frapper une fausse monnaie est l’une des formes de trahison énumérées par la Séptima Partida49—, le chroniqueur tait la trahison et évite la question de son châtiment.

34L’absence de qualification et de jugement pour trahison se justifie du point de vue pragmatique et s’explique par la contradiction interne de la nature de la mission royale, rappelée dans le récit de l’année 1327 :

  • 50  CAXI, p. 203. Voir aussi ibid., p. 222.

Pero él [el Rey] non dexó […] de poner en obra dos cosas las mas principales que Dios le encomendó en el regno, la una la justicia, et la otra la guerra de los Moros ; […]50

  • 51  Voir J. Gautier-Dalché, art. cit., p. 140.
  • 52  Don Juan, malgré sa peur du roi, en était lui-même conscient, qui écrivait : « […] Ca mucho deve f (...)

35Pour Alphonse XI, ces deux missions sont incompatibles : faire exécuter don Juan, même sous couvert de justice, aurait pu retourner contre lui les appuis portugais et aragonais du grand noble51 ; mais surtout, il avait besoin du concours actif de Juan Manuel et de ses vassaux pour mener à bien sa campagne contre l’Islam52.

36Les liens entre don Juan Manuel et Alphonse XI ne s’inscrivent pas dans un simple rapport roi-justiciable, mais dans une relation triangulaire dont le troisième protagoniste est Grenade. Traiter don Juan Manuel en ennemi obligerait le roi à traiter Grenade en ami ; or, il préfère passer outre les affronts de don Juan afin de se consacrer, à ses côtés, à la guerre contre l’Islam. C’est cette cause supérieure, socle de la légitimation de la monarchie castillane, qui justifie en dernière instance l’exception juridique dont Juan Manuel fait l’objet, ainsi que son pardon.

Don Juan Manuel dans la Gran Crónica : portée et limites de la réhabilitation

  • 53  GCAXI, introducción, p. 150.
  • 54  Ibid., p. 136.

37La Gran Crónica doit, tout en transmettant une image plus favorable de don Juan, préserver celle d’Alphonse XI. Sa marge de manœuvre peut donc sembler extrêmement étroite. Pourtant, la limitation de la condamnation de don Juan par la Crónica facilite son travail de réhabilitation. Diego Catalán évoque la « coexistencia en la Gran Crónica de dos actitudes históricas contradictorias, heredada la una de la Crónica y propia la otra del relato interpolado »53, et précise que la plupart de ces contradictions internes concernent don Juan Manuel. La Gran Crónica, en effet, reprend presque exactement les passages de la Crónica sur ses différends avec le roi, mais nuance la critique par des altérations de l’ordre du récit ou des ajouts d’épisodes déjà présents dans le Poema54. Ces variations portent sur le seul point susceptible de redorer l’image de Juan Manuel sans ternir celle du roi : sa participation à la guerre contre l’Islam. Ce thème concilie d’autant mieux les deux exigences de la Gran Crónica qu’il est également récurrent dans le discours sur le roi et permet donc de présenter le grand noble comme son émule et son fidèle serviteur.

  • 55  CAXI, p. 201. Les mêmes faits sont rappelés, plus succinctement encore, p. 207.

38Alors que la Crónica axe une bonne partie de son argumentation contre don Juan sur son alliance objective avec Grenade, elle passe sous silence ses exploits guerriers contre les musulmans, afin que le roi apparaisse comme seul moteur la guerre sainte. C’est le cas pour la victoire contre Ozmín, remportée en août 1326 par l’adelantado Juan Manuel et rapportée du point de vue du roi en un bref chapitre55. Les sept strophes consacrées par le Poema à cet épisode sont, en revanche, centrées sur la figure de don Juan Manuel, dont le texte affirme le plaisir (« plazer ») à se lancer dans le combat. Il insiste à la fois sur l’impression de puissance militaire (ayuntó muy gran poder », « con gran poder de mesnada ») et de finesse stratégique (« caudillo sotil ») que lui inspire Juan Manuel. La Gran Crónica consacre, elle, trois chapitres à cet épisode, montrant un don Juan  désireux de « dar onra a su estado, aviendo voluntad de servir bien al rrey su señor ». Dans son récit très détaillé de la bataille, elle met en avant le courage guerrier de don Juan, qui n’hésite pas à risquer sa vie (« poner el cuerpo en aventura »), ainsi que sa dévotion religieuse :

  • 56 GCAXI, I, p. 388.

E quando esto vio don Joan, derribose del cavallo en tierra, e tomó la espada Lobera, que en aquel tiempo era suya, e besola en rremembranza de la Cruz en que nuestro Señor puso las sus espaldas, e fizo su oracion diziendo : Señor, miembre sete de mi e de los christianos que aqui son ayuntados por loor e reverençia de la Santa Vera Cruz en que Jhesu Christo tomo muerte e pasion por el monte Calvario. E acabando su oraçion cabalgó e llamó a altas bozes Dios et Santa María que fuesen en su ayuda, e hizo bolver la delantera ; e llamando al bienaventurado Sanctiago escudo de la christiandad, fue ferir en los moros. […] 56

  • 57  Sur les représentations guerrières du roi et de la noblesse, voir Alice Carette,p. 298-329 et 391- (...)

39Le discours sur don Juan est aligné sur le discours sur le roi, le courage etla dévotion étant également des motifs récurrents de la représentation guerrière de ce dernier57. La mention de son épée, la Lobera, souligne par ailleurs sa parenté avec Ferdinand III, dont il l’a héritée via son propre père, et son appartenance au lignage royal, gage de légitimité et de valeur.

  • 58  CAXI, p. 325-326.

40La Crónica est également très elliptique sur la participation de don Juan Manuel aux combats des années 1340 : après l’annonce de sa réconciliation avec le souverain, Fernán Sánchez se contente de le nommer en tête des listes des nobles qui accompagnent le roi à Tarifa et Algésiras et de préciser qu’il redevient adelantado à la mort du précédent titulaire. La seule exception est plutôt négative, puisqu’elle mentionne que don Juan, vexé par la réflexion d’un jeune noble, s’arrête un moment dans son effort, ce qui remet à nouveau en cause sa volonté de servir le roi58.

  • 59  Voir PAO, p. 270-271.

41Le Poema, au contraire, accorde une place de choix à don Juan, dont il efface les erreurs lors de son entrée en scène à Tarifa, en lui faisant exprimer son repentir (« pequé », « so culpado », « vos erré ») d’avoir mal agi contre le roi et contre les Chrétiens et sa volonté, pour se racheter, d’aller combattre contre les Maures, comme il aime et sait le faire (« de luchar con los paganos/siempre ove gran sabor », « vos avredes gran plaçer/quando me vierdes lidiar »)59.

  • 60  Voir CAXI, p. 324.

42La Gran Crónica développe de nouveau certains vers du Poema, qui mettent en scène don Juan dans des épisodes absents de la Crónica. Elle consigne ainsi son rôle dans une action déterminante dans la victoire chrétienne à Tarifa : l’envoi nocturne de troupes chrétiennes dans la ville, pour surprendre l’ennemi. Alors que pour la Crónica l’idée émane du roi60, la Gran Crónica  la présente, dans une interpolation, comme une proposition de don Juan adoptée par Alphonse XI :

  • 61  GCAX, II, p. 411. Episode repris du PAO, éd. cit., p. 295-296.

 E fablo luego don Joan Manuel, e dixo al rrey que fuesse la su merçed de enbiar aquella noche a Tariffa unos mill y quinientos omes a caballo ; […] e que estos estarian en una haz al rrostro del rrey de Benamarin, e quando firiessen la batalla, que estos podrien ferir en los moros e les fazer muy gran daño e al rey muy grand serviçio61.

43Là encore, la Gran Crónica concilie ses deux exigences— préservation de l’image royale et réhabilitation de don Juan—en présentant le noble comme l’émule du roi. Comme ce dernier, il est en effet présenté en fin stratège, mais aussi en chef guerrier apte à insuffler le courage à ses troupes. Ainsi, lorsqu’avant la bataille il promet aux rois chrétiens de les convier, après la victoire à venir, à un repas dans la tente du roi Mérinide, le chroniqueur écrit :

  • 62  Ibid., p. 407. Episode repris du PAO,éd. cit.,p. 270.

El qual conbite los rreyes le tobieron en grado por las palabras buenas que dezie e el gran esfuerço que dava a las gentes 62.

  • 63  Ibid., p. 413. Voir aussi PAO, éd. cit.,p. 299.

44Comme celle du roi, en outre, la présence de don Juan réconforte les assiégés de Tarifa, qui, lorsqu’il entre enfin dans la ville, en conçoivent un « grand plazer »63.

  • 64  « […] lo primero, faredes serviçio a Dios ; lo ál, faredes vuestra onra e bivredes en vuestro offi (...)

45Ainsi, l’engagement historique de don Juan, à la fin de sa vie, au service de son roi et contre les ennemis de la foi, constitue, pour l’auteur de la Gran Crónica, le principal instrument de sa réhabilitation. Démarche qui s’inscrit, d’ailleurs, dans la continuité de la pensée de Juan Manuel : Patronio, dans le Conde Lucanor affirme, en effet, que guerroyer contre les Maures est, pour un seigneur, la meilleure façon de servir Dieu et de faire honneur à son rang, en méritant son salaire64.

Conclusion 

46La Crónica de Alfonso XI se focalise sur le don Juan Manuel dissident des années 1325-1337, dont le portrait critique sert essentiellement à mettre en valeur, par contraste, la figure royale. Le texte, certes, ne tire pas toutes les conséquences de ses agissements, pour ne pas fragiliser l’image du roi. Toutefois, il dresse un portrait globalement négatif de don Juan, présenté sinon comme un traître, du moins comme un ennemi obstiné de la couronne. Absent, ou presque, des chapitres de la Crónica consacrés aux années 1340, don Juan s’y voit privé, en outre, de toute possibilité de rachat. Si la Gran Crónica reprend fidèlement le récit des méfaits de don Juan Manuel jusqu’en 1337,l’essentiel de son effort de réhabilitation se joue sur le récit des années suivantes, qui dépeint un don Juan désireux de servir Dieu et le roi en combattant contre l’Infidèle. Mais sa tâche est facilitée par la limitation de la critique déjà inhérente à la Crónica, et elle ne fait qu’achever de justifier le pardon royal de don Juan, illustre dissident rallié politiquement et militairement à la couronne, à la fin de sa vie, et unie à elle, après sa mort, par une alliance matrimoniale.

Haut de page

Bibliographie

1) Sources

Alfonso X el Sabio, Quarta Partida, Benito Monfort (éd.), Valence, 1767.

Alfonso X el Sabio, Segunda Partida, Andrea De Portonariis (éd.), Salamanque, 1555.

Alfonso X el Sabio, Séptima Partida, Benito Monfort (éd.), Valence, 1767.

Crónica de Alfonso XI, in Crónicas de los Reyes de Castilla, CayetanoRosell(éd.), Tomo I, Madrid, Atlas (B.A.E., 66), 1953, p. 174-392.

Gran Crónica de Alfonso XI, Diego Catalán, (éd.) Madrid : Gredos, 1976, 2 vols.

Manuel, don Juan, Libro de los Estados, Ian R. Mac Pherson et Robert Brian Tate (éd.),Madrid, Castalia (Clásicos Castalia, 192), 1991.

Manuel, don Juan, El Conde Lucanor, Alfonso I. Sotelo (éd.), Madrid, Cátedra (Letras Hispánicas, 53), 1997.

Poema de Alfonso Onceno, Juan Victorio (éd.), Madrid, Cátedra (Letras Hispánicas, 291), 1991.

2) Etudes

Carette, Alice, La Représentation de la frontière de Grenade dans les chroniques royales particulières castillanes des XIVe et XVe siècles, thèse de  doctorat, ENSLH/Université Lyon II, 2007, 2 t.

Foronda, François, « El miedo al rey », e-Spania, 4 | décembre 2007, [En ligne], mis en ligne le 02 janvier 2008. URL : http://e-spania.revues.org/index2273.html  Consulté le 26 mai 2009.

Gautier-Dalché, Jean, « Alphonse XI a-t’il voulu la mort de don Juan Manuel ? », Don Juan Manuel, VII centenario, Universidad de Murcia/Academia Alfonso X el Sabio, Murcie, 1982, p. 135-147.

Giménez Soler, Andrés, Don Juan Manuel : bibliografía y estudio crítico, Zaragoza, Academia Española, 1932.

Gómez Redondo, Fernando, « Don Juan Manuel, Trastámara », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales (25), 2002, p. 163-181.

Herrera Casado, Antonio, « El estado itinerante de don Juan Manuel », Actas del I Congreso Internacional de Caminería Hispánica, Tomo II, p. 11-28.

Jardin, Jean-Pierre, « L’historiographie trastamare : de l’unicité du modèle monarchique à la pluralité des modèles chevaleresques », in Jean-Pierre SANCHEZ (coord.), L’univers de la chevalerie en Castille, Paris, éditions du temps, 2000, p. 9-29.

Martin, Georges « Le concept de « naturalité » (naturaleza) dans les Sept parties, d’Alphonse X le Sage », e-Spania, 5 | juin 2008, [En ligne], mis en ligne le 09 mai 2008. URL : http://e-spania.revues.org/index10753.html  Consulté le 12 mai 2009.

Haut de page

Notes

1  Voir Jean-Pierre Jardin, « L’historiographie trastamare : de l’unicité du modèle monarchique à la pluralité des modèles chevaleresques », in Jean-Pierre Sanchez (coord.), L’univers de la chevalerie en Castille, Paris, éditions du temps, 2000, p. 11.

2  Henri II de Trastamare monte sur le trône après l’assassinat de son demi-frère Pierre Ier « Le cruel ». Voir arbre généalogique en annexe.

3  Voir arbre généalogique en annexe.

4  Crónica de Alfonso XI (CAXI), p. 202.

5  Voir Andrés Giménez Soler, Don Juan Manuel : bibliografía y estudio crítico, Zaragoza, Academia Española, 1932 p. 82.

6  CAXI, p. 209.

7  Voir arbre généalogique en annexe.

8  Voir Jean-Pierre Jardin, art. cit., p. 9-10.

9  Don Juan Manuel, Libro de los Estados (Estados), Ian R. Mac Pherson et Robert Brian Tate (éd.),Madrid, Castalia (Clásicos Castalia, 192), 1991, p. 207.

10  Voir note 5.

11  Voir Gran Crónica de Alfonso XI (GCAXI), Diego Catalán, (éd.) Madrid : Gredos, 1976, 2 vols,I, p. 397.

12  Voir CAXI, p. 200.

13  Voir Jean Gautier-Dalché, « Alphonse XI a-t’il voulu la mort de don Juan Manuel ? », Don Juan Manuel, VII centenario, Universidad de Murcia/Academia Alfonso X el Sabio, Murcie, 1982, p. 144.

14  Ibid., p. 209.

15  Ibid., p. 213.

16  Estados, éd. cit., p. 207.

17  Ibid., p. 210. Voir aussi : «[…] et dieronle [Don Juan Manuel et Don Juan Núñez al Rey de Aragón]  muchas querellas de su señor : Don Joan fijo del infante don Manuel, querellandose del casamiento de su fija, et otrosí querellando quel rey le quisiera matar doc veces en Peñafiel, et otros desaguisados que decia que avia recebido del Rey de Castiella. », ibid., p. 254.

18  Ibid, p. 220 et p. 240.

19  François, Foronda, « El miedo al rey », e-Spania, 4 | décembre 2007, [En ligne], mis en ligne le 02 janvier 2008. URL : http://e-spania.revues.org/index2273.html. Consulté le 15 avril 2009.

20  Comme le souligne F. Foronda, «  el miedo surge cuando se quiebra y se recompone la cercanía regia, tanto globalmente […] como particularmente, cuando se inicia lo que se suele llamar el « reinado personal » de cada rey. […] ». Art. cit.

21  Voir CAXI, p. 199.

22  Ibid., p. 220.

23  « […] et don Joan fijo del Infante Don Manuel, rescelando, que pues el Rey estaba en tregua con los Moros, queria ser contra él, envió y sus mandaderos, con quien le envió decir, que algunas tomas que él et los suyos avian fecho poco tiempo avia en la tierra, que las fecieran non podiendo escusar de lo tomar para mantenimiento dél et de los que con él andaban, los quales avia atraer por muchos miedos que le ponian del rey ; […]. » Ibid., p. 230.

24  Estados, éd. cit.,p. 261.

25  Alfonso X el Sabio, Quarta Partida, Benito Monfort (éd.), Valence, 1767, titre XXIV, loi V, p.144.

26  CAXI, p. 233.

27  « […] cuando el miedo se expresa es prácticamente utilizado en el proceso de escrituración como el reconocimiento por parte del grande de que ya se ha situado fuera de este sistema de garantía, es decir que está traicionando o a punto de hacerlo (“mal andante”) — para protegerse desde el punto de vista del que dice tener miedo, —  […] », F. Foronda, art. cit.

28  Voir note 23.

29  CAXI, p. 230.

30  Ibid., p. 203. Voir aussi, lorsque le roi apprend que don Juan s’apprête à lui faire la guerre : « Et el Rey teniala por mucho estraño, porque seyendo Don Joan su vasallo, et teniendo dél grand contía de dineros de tierra, cataba todas estas maneras para lo deservir. », ibid., p. 233.

31  Voir F. Foronda, art. cit.

32  Ibid., p. 243-244.Voir aussi : « Et el rey dixole, que pues le perdonaba, que su voluntad era de le querer para su servicio ; et que fuese seguro que el rey non le mataria ni le prenderia ni le faria otro malo alguno », ibid., p. 293.

33  Ibid., p. 237-238.

34  « Et este alongamiento desta tregua queria el rey de Castiella, por aver tiempo de asosegar a Don Joan en el su servicio, o para facer contra él tal estrañamiento, porque forzadamiente veniese al su servicio », Ibid., p. 232. « Et como quiera quel Rey podia muy bien estrañar a Don Joan todos estos yerros que le avia fecho, pero desque el Rey se quisiesse escusar de tomar trabajo en esto, que en el su regno avia vasallos que gelo estrañasen, asi como el merescia. » Ibid., p. 214.

35  CAXI, p. 233. Voir aussi, ibid., p. 213.

36  Voir Ibid., p. 285.

37  Voir Alice Carette, La Représentation de la frontière de Grenade dans les chroniques royales particulières castillanes des XIVe et XVe siècles, thèse de  doctorat, ENSLH/Lyon II, 2007, tome 2, p. 283-360.

38  CAXI, p. 256-257. Voir aussi, ibid., p. 232 et p. 244.

39  CAXI, p. 227-228.

40  Ibid., p. 213.

41  « […] ca como quier que Don Joan me ha fecho algunos enojos, no querria su muerte, mas querrialo a mi servicio. », ibid., p. 137. « […] et el Rey dixo que les perdonaba todos los enojos que le avian fecho […], ibid., p. 240.

42  Fernando Gómez Redondo, « Don Juan Manuel, Trastámara », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales (25), 2002, p. 163.

43  Jean Gautier-Dalché, art. cit., p. 138.

44  Alfonso X el Sabio, Séptima Partida, Benito Monfort (éd.), Valence, 1767, p. 37-38.

45  CAXI, p. 202-203. Voir aussi le cas d’Alvar Núñez. ibid., p. 219.

46  Voir CAXI, p. 201-202.

47  Ibid., p. 199.

48  « […] por traer plata para labrar, facia levar fuera del regno muchos ganados, et mucho pan, et muchas mercaderías. Et esto fué una de la razones porque estonce ovo gran careza en todas las cosas del regno. » Ibid., p. 233.

49  Voir Séptima Partida, éd. cit., p. 39.

50  CAXI, p. 203. Voir aussi ibid., p. 222.

51  Voir J. Gautier-Dalché, art. cit., p. 140.

52  Don Juan, malgré sa peur du roi, en était lui-même conscient, qui écrivait : « […] Ca mucho deve foír [el enperador] de matar los omnes : lo uno, porque después que el omne es muerto, perdido es todo el su servicio et el bien que puede fazer, ca en la muerte nunca ay cobro ; et demás, que los parientes et los que an deudo con él, aunque la muerte sea con justiçia et con derecho, sienpre los coraçones fincan más amanzellados que ante que aquella muerte fuese fecha. » Estados, p. 206.

53  GCAXI, introducción, p. 150.

54  Ibid., p. 136.

55  CAXI, p. 201. Les mêmes faits sont rappelés, plus succinctement encore, p. 207.

56 GCAXI, I, p. 388.

57  Sur les représentations guerrières du roi et de la noblesse, voir Alice Carette,p. 298-329 et 391-419.

58  CAXI, p. 325-326.

59  Voir PAO, p. 270-271.

60  Voir CAXI, p. 324.

61  GCAX, II, p. 411. Episode repris du PAO, éd. cit., p. 295-296.

62  Ibid., p. 407. Episode repris du PAO,éd. cit.,p. 270.

63  Ibid., p. 413. Voir aussi PAO, éd. cit.,p. 299.

64  « […] lo primero, faredes serviçio a Dios ; lo ál, faredes vuestra onra e bivredes en vuestro offiçio e vuestro meester e non estaredes comiendo el pan de balde, que es una cosa que non paresçe bien a ningund grand señor […]. » Lucanor, éd. cit.,p. 221.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Carette, « Un cas particulier de dissidence nobiliaire : la figure de don Juan Manuel dans les chroniques du règne d’Alphonse XI de Castille (1312-1350) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 23 octobre 2009, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/57331 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.57331

Haut de page

Auteur

Alice Carette

ILCEA/CERHIUS, Université Stendhal-Grenoble3, MCF  alice.carette@u-grenoble3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page