Navegación – Mapa del sitio
Federica Morelli

Dominique Goncalvès, Le planteur et le roi. L’aristocratie havanaise et la couronne d’Espagne (1763-1838), Madrid, Casa de Velázquez, 2008, 460 p.

[16/11/2009]

Texto integral

1Ce livre analyse les relations entretenues entre l’oligarchie sucrière cubaine et la monarchie hispanique à une période où, sur le reste du continent, le lien colonial se trouve progressivement remis en question. Le fait que Cuba n’ait pas basculé vers l’indépendance comme la plupart des colonies espagnoles a déjà suscité nombre de tentatives d’explications. Parmi ces dernières, le lien exceptionnel entre l’élite créole et la Couronne d’Espagne a été déjà mis en évidence par l’historiographie, mais il a été toujours envisagé de manière économique. Or, l’étude de Goncalvès montre que ce lien est également tissé de fibres politiques et identitaires remarquables, qui lui confèrent une solidité extraordinaire.

2L’ouvrage s’organise en trois grandes parties. La première a pour objet l’identification de cette élite, la description de ses valeurs et de ses comportements. L’identification de ce groupe s’appuie sur des reconstructions généalogiques remarquables. Cette élite aristocratique est ensuite définie selon des critères de pouvoirs, qui sont l’exercice de charges municipales, des milices et de l’armée ou du Consulat Royal et l’ostentation de titres de Castille. La détention de ces attributs s’accompagne toujours de la possession d’au moins une plantation de canne à sucre. Cet aspect circonscrit l’élite à moins d’une quarantaine de familles ; ce qui justifie le surnom de « saccharocratie » ou « aristocratie du sucre », qui lui a été donné.

3La deuxième partie analyse les relations entre l’élite et la Couronne de 1763 à 1808. La prise et l’occupation de la Havane par les Britanniques obligea la Couronne espagnole à redéfinir le pacte colonial avec les élites de l’île : la première n’étant plus en mesure d’assurer seule la défense du verrou de son empire fut contrainte de négocier avec une élite créole déjà structurée mais pas encore identifiable comme saccharocratie. En échange de l’augmentation des impôts pour renforcer la défense de l’île, l’élite obtint trois avantages fondamentaux : 1) l’encouragement à développer la grande plantation de canne à sucre par la diminution des restrictions sur la mise en culture et surtout l’approvisionnement en esclaves ; 2) la satisfaction des aspirations de l’élite au développement et au commandement des milices ; 3) une distribution des titres de Castille d’une ampleur sans précédent dans l’histoire de l’Espagne et de son empire (une soixantaine de nouveaux chevaliers créoles sont apparus à La Havane entre 1763 et 1838, alors que depuis la conquête jusqu’à l’invasion anglaise seuls dix créoles avaient été faits chevaliers). L’augmentation des impôts sur les transactions, concomitante d’un développement des importations et des exportations, génère de très grands profits pour l’Etat permettant la mise en place d’un système de défense remarquable  de la capitale cubaine. Par ailleurs, le risque d’enrichir et d’armer des colons dans une cité fortifiée est contrebalancé par l’attribution de titres de Castille qui constituent un moyen important de fidélisation envers le monarque.

4La troisième partie est centrée sur l’attitude de l’élite créole face aux crises qui, à partir de 1808, secouent la monarchie espagnole. La fidélité des havanais à la Couronne durant toute cette période s’explique par deux raisons fondamentales : 1) la peur des révoltes d’esclaves ; 2) le maintien des distinctions sociales. Lorsqu’il revint en Espagne en 1814, Ferdinand VII récompensa la fidélité havanaise par de nouvelles concessions de titres et par la nomination de créoles à des postes clefs de l’administration civile et militaire, tant en métropole que dans les colonies. Une série des lois favorisa les saccharocrates, notamment concernant la possession de la terre, la protection officielle de la traite et l’autorisation du libre commerce en 1818 ; ce qui permit aux élites de conserver l’essentiel de leur pouvoir politique et de leur influence sociale même pendant le « Trienio Liberal ». Pourtant, à partir des années 1820, le groupe de familles dominant commence à montrer les premiers signes de fragilité : l’endogamie poussée à outrance compromet le renouvellement des générations. De plus, les dépenses somptuaires et l’investissement exclusif dans la grande plantation commencent à rendre les planteurs dépendants de leurs adversaires : les commerçants métropolitains. Ces derniers, monopolisant la traite désormais clandestine, voient leur pouvoir sans cesse grandir. Toutefois, en 1833 la mort du roi et l’instauration d’un nouveau gouvernement libéral ne changent pas l’ordre des choses. La constitution n’est pas appliquée à Cuba, et le renvoi des députés  libéraux cubains en 1837, souvent considéré comme un abus d’autorité de la part du pouvoir métropolitain, est réinterprété ici comme un témoignage de faiblesse, puisqu’il se fait sous les applaudissements de l’aristocratie. Cela explique pourquoi cette étude s’arrête à la date de 1838 : elle correspond au renvoi en métropole du capitaine général qui prétendait assujettir la saccharocratie. Ces événements montrent combien était encore solide, en plein XIXe siècle, ce lien entre pouvoir créole et pouvoir métropolitain défini sous l’Ancien Régime.

5Si la question qui se trouve au cœur de ce travail n’est pas en soi nouvelle, le mérite de Dominique Goncalvès consiste en l’avoir renouvelée grâce à une approche originale. Alors que l’historiographie a analysée l’existence d’un véritable « modèle cubain » à partir de la perspective économique et du règne de la plantation, du politique et de la réforme de l’Etat colonial, du social à travers le poids de l’esclavage, ce livre analyse les acteurs sociaux présents au sommet du pouvoir en menant une prosopographie minutieuse et une étude des échanges, des convergences d’intérêts entre ces élites et la monarchie espagnole. Il s’agit en effet d’une perspective -celle sur l’étude des élites aristocratiques, anti-indépendantistes, racistes et esclavagistes- complètement oubliée par l’historiographie cubaine qui, dès 1959, a favorisé, presque exclusivement et selon une interprétation marxiste, deux grands thèmes d’études : l’émergence de la conscience nationale  et l’esclavage.

6L’originalité de ce livre est donc d’ avoir contribué à formuler une explication plus articulée de la non indépendance cubaine. A côté des approches qui insistent sur le syndrome de Saint Domingue et sur les avantages économiques donnés aux planteurs, il faut sans doutes inclure la politique de négociation continue entre les élites et la Couronne qui ne s’arrêta pas à l’époque des réformes bourboniennes mais qui se poursuivit pendant une bonne partie du XIXe siècle. Les dimensions culturelles, urbanistiques (la construction des bâtiments qui modèlent le caractère aristocratique de la ville) et de politique internationale (la participation des élites havanaises à certains expéditions militaires, comme celles de Louisiane en 1769, d’Alger en 1775 ou dans l’Amérique du nord pendant les guerres d’indépendance des treize colonies) participent de cette stratégie contribuant à insérer l’île dans un contexte atlantique. Selon les études les plus récentes sur la période bourbonienne, qui tendent à relativiser le projet centraliste en faveur d’une co-participation de différents groupes américains au projet réformiste, la spécificité du modèle cubain résiderait à mon avis non seulement dans le type de pacte formulé après les invasions anglaises mais surtout dans la politique particulière adoptée par la métropole envers Cuba après la crise de 1808.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Federica Morelli, « Dominique Goncalvès, Le planteur et le roi. L’aristocratie havanaise et la couronne d’Espagne (1763-1838), Madrid, Casa de Velázquez, 2008, 460 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En línea], Reseñas y ensayos historiográficos, Puesto en línea el 16 noviembre 2009, consultado el 18 octubre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/57557

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página