Navigation – Plan du site
Aude Argouse et Mona Huerta

Guide du chercheur américaniste : l’Amérique latine dans les bibliothèques et centres d’archives de Paris et d’Île de France

[24/11/2009]

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ingénieur au Centre de Recherche et de Documentation de l’Amérique latine (CREDAL), laboratoire ass (...)

1Ce guide du chercheur latino-américaniste à Paris donne quelques repères pour appréhender la ville ainsi qu’une liste des centres d’archives et bibliothèques qui conservent des documents intéressant la recherche sur l’Amérique latine. Il ne prétend pas être exhaustif, tant les archives sont vivantes et mouvantes, en particulier actuellement. En effet, il faut sans cesse rester en alerte, ce que l’Internet permet en mettant à disposition une quantité importante d’informations en ligne, parfois des archives elles-mêmes.
Ce guide s’appuie essentiellement sur le travail de Mona Huerta1, L’Amérique latine en France. Itinéraires cachés, Alma, n°3, juillet-décembre 2001, numéro spécial. On trouvera également un complément d’information indispensable sur le site du REDIAL.
Ne comprenant que l’Amérique latine, il exclut l’Amérique anglophone ainsi que l’Amérique du Nord francophone (le Québec). Il serait souhaitable de le compléter par un guide du chercheur nord-américaniste afin de proposer un jour un guide plus complet des recherches américanistes à Paris et en Île de France.

2“Les marques de l’Amérique latine en France métropolitaine sont vives et nombreuses. Elles émaillent nos lieux de vie quotidiens de manière inattendue : les pierres et les vitraux de nos églises, les pavements de nos places, les plaques de nos rues, nos pépinières et nos jardins et tous ces lieux de mémoire que sont dépôts d’archives, bibliothèques et musées.
Paris, plus que n’importe quelle autre ville au monde, garde en ses musées, bibliothèques et archives des milliers de témoignages sur les relations entre l’Amérique latine et la France, de la découverte à nos jours. Errer dans la ville à la recherche de lieux ou de symboles gravés sur un livre de pierre, est une autre façon de lire les liens tissés avec cette région du monde. (...). Les statues des libertadores et autres héros américains ornent Paris au grand étonnement des flâneurs. Bolívar, après avoir échappé à la destruction lors de la Seconde Guerre mondiale, se dresse fièrement devant le Grand Palais, San Martín est au Parc Montsouris et Francisco Santander, porte de la Muette. Autour d’un magnifique Miranda en pied, des bustes d’écrivains célèbres (Ruben Darió, José Enrique Rodó …) côtoient les effigies d’hommes politiques (José Martí, Andrés Bello …). Comme sur un sentier de grande randonnée, la promenade américaine dans Paris peut être longue. D’autres circuits conduisent à d’autres figures. Il en est ainsi des cimetières de la ville qui accueillent quelques Latino-Américains célèbres. Porfirio Diaz est au cimetière du Montparnasse et Miguel Angel Asturias est enterré au Père Lachaise sous un splendide mausolée de granit.
A cette Amérique latine figée sur l’asphalte, répond une autre Amérique latine bien vivante. Les œuvres de création contemporaine (peinture, sculpture, littérature, musique) sont présentées en permanence dans les divers centres culturels spécialisés.” [Mona Huerta]

“Paris est tout petit …”

« Paris est détestable l’été ; il n’y a plus ni bals, ni réunions, ni fêtes.»
(Dumas, Le Comte de Monte Cristo, p. 598).


3Cependant, comme partout, arriver sans s’être préparé présente un risque quand on a peu de temps … La date d’arrivée se détermine en fonction des activités que l’on veut avoir et des personnes que l’on souhaite rencontrer.

Transports : titres et trajets

Visa

4L’obtention d’un visa valable pour l’espace Schengen, dont fait partie la France, est requise pour la plupart des ressortissants des pays d’Amérique latine. La liste des nationalités non soumises à visa est communément établie par les pays membres de l’espace Schengen. Celui-ci comprend 22 pays, dits Etats membres, parmi les 27 de L’Union Européenne (UE). La Norvège, l’Islande et la Suisse, pays extérieurs à l’UE, sont associés à l’espace Schengen par un accord de coopération. En revanche, le Royaume-Uni n’en fait pas partie.

5Il est indispensable de se renseigner sur le site du service consulaire de l’ambassade de France du pays d’origine pour connaître les conditions exactes requises pour obtenir un visa « Schengen » car elles sont déterminées par des conventions internationales signées entre la France et les pays d’origine.

6Il faut savoir que des documents relatifs à l’objet et aux conditions de séjour en France peuvent être exigés dans le cadre de ces conventions (attestation d’accueil) ainsi que des documents relatifs aux moyens d’existence (espèces, chèques voyages ou cartes bancaires internationales) ou aux garanties de rapatriement (billet retour). Nous conseillons de se tenir régulièrement informé. Les délais d’obtention sont longs et la procédure est souvent fastidieuse.

7Le visa de « court séjour » permet de séjourner au maximum 90 jours ininterrompus sur le territoire de l’espace Schengen ou 90 jours interrompus sur une période de six mois. Notons aussi l’existence d’un visa de court séjour portant la mention « Etudiant-concours ». Il concerne les étudiants dont l’inscription définitive dans un établissement d’enseignement supérieur est conditionnée par la réussite d’un concours d’entrée, d’un entretien ou d’un examen. S’il réussit l’épreuve, l’étudiant reçoit une carte de séjour mention « Etudiant » et n’est pas obligé de retourner dans son pays d’origine pour demander un visa de long séjour.
Les visas de « long séjour », c'est-à-dire pour toute durée excédant trois mois, permettent de rester sur le sol français pendant la durée du visa. Ils autorisent également la circulation dans l’espace Schengen mais pas le séjour de plus de trois mois dans un autre pays membre que celui qui a émis le visa de long séjour.
Parmi les visas de long séjour, le visa de long séjour temporaire de 6 mois est défini comme visa mixte, qui vaut autorisation temporaire de séjour en France et dispense son titulaire de se rendre à la préfecture de police pour solliciter une carte de séjour.

8Nous rappelons aussi que tout travailleur temporaire étranger ou salarié étranger doit se procurer une autorisation temporaire de travail, auprès de l’OFII, notamment afin de pouvoir recevoir son salaire.

9Ces dispositions sont susceptibles de modifications régulièrement et il faut se tenir informé avec assiduité. Nous insistons sur le fait que les modifications interviennent si rapidement que les fonctionnaires chargés de recevoir les demandeurs sont parfois eux-mêmes débordés, malgré leur bonne volonté. Il n’est pas rare de devoir se rendre à plusieurs reprises dans un même bureau. Le site légifrance fournit en principe toutes les informations légales, en particulier sur le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile.

10Pour tout renseignement, il faut se reporter aux rubriques concernant les ressortissants étrangers sur le portail de l’administration française, sur celui de la préfecture de police, et plus particulièrement sur le site de ce qui, jusqu’en avril 2009, s’appelait l’Office des migrations internationales (OMI) et reste aussi connu sous ce nom, avant de devenir l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) : http://www.ofii.fr/​

11Coordonnées
Ambassades de France et consulats français à l’étranger
www.diplomatie.gouv.fr
Préfectures
www.interieur.gouv.fr
Ministère de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire
www.immigration.gouv.fr
Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII)
http://www.ofii.fr/​

Arrivée à Paris

12Deux aéroports internationaux majeurs desservent Paris : Roissy Charles de Gaulle au nord et Orly au sud-est. Pour connaître le terminal de l’arrivée, on peut se reporter au site Aéroport de Paris, www.adp.fr, qui contient les informations nécessaires ainsi que la plupart des moyens de transport proposés en coopération avec les lignes aériennes (cars Air France) ou avec les services dédiés aux aéroports (Orlybus, Orlyval, Roissybus).

13Les bus spécialisés, en provenance d’Orly, desservent le centre de Paris (Montparnasse, Denfert-Rochereau). Ceux qui viennent de Roissy desservent la porte Maillot, Opéra, ou Invalides. Depuis les deux aérogares d’Orly, Orlyval propose de rejoindre en quelques minutes une station de Réseau Express Régional d’Île de France (RER) à Antony. De là, un train RER B file vers Paris et traverse la ville du sud au nord. Du côté de Roissy, le RER B prend les passagers depuis les aérogares 1 et 2 jusqu’au centre de Paris.
Il est également possible de rejoindre Paris en bus urbains. De Roissy, le 351 se rend porte de Bagnolet (attention aux jours, apparemment le mardi il faut aller à Gallieni), qui est également une station de la ligne 3 du métro.

14Il y a un troisième aéroport, utilisé par les lignes aériennes aux prix bas, que peuvent préférer les chercheurs étudiants. Depuis quelques années, des lignes aériennes low cost sont susceptibles en effet de proposer des arrivées à l’aéroport de Beauvais, situé à une centaine de kilomètres au nord de Paris. Si le prix des vols est très attractif, il faut compter avec le temps de trajet pour rejoindre Paris et arriver Porte Maillot.

Téléphoner

15Les numéros de téléphone comportent 10 chiffres. L’indicatif de la France est le +33, suivi du numéro sans le premier 0.
Les numéros de téléphone commençant par 01, 02, 03, 04, 05 ou 09 sont des numéros au prix d’appel national, c’est-à-dire sans surtaxe. Les 06 et bientôt les 07 correspondent à des mobiles. Les 08 sont des numéros qui peuvent être surtaxés. Il faut y prêter attention.
Les numéros de 01 à 05 correspondent à cinq zones sur tout le pays : 01 est l’Île de France, incluant Paris, le 02 est la région Ouest et Nord Ouest, le 03 est la région Nord et Nord Est, le 04 et 05 correspondent respectivement aux régions sud-est et sud-ouest.

Circuler en ville

16Notez bien que Paris se traverse à pied dans le sens sud-nord (Porte d’Orléans-Porte de Clignancourt, et inversement) d’un bon pas en environ 2 heures (10 km) et dans le sens est-ouest (ou l’inverse), de porte de Pantin à Porte de Versailles en un peu moins de 2h30 (12 kilomètres). Pour ceux qui aiment marcher, Paris est tout petit …
Un site pratique pour connaître le kilométrage et les temps approximatifs de trajets, valables sur toute l’Europe et à l’intérieur de Paris : www.mappy.fr

17Bien que le réseau de transports publics soit très développé, certains trajets sont plus rapides à pied. C’est une question d’habitude.
On pourra bien évidemment utiliser Vélib’, le système de vélos urbains payants à la carte ou sur abonnement annuel. Il existe depuis le 15 juillet 2007. Paris intra-muros compte désormais une borne tous les 300 mètres. Si le service est efficace (http://www.velib.paris.fr ), il reste indispensable de connaître une loi gravitationnelle urbaine qui veut que les stations situées en hauteur soient rapidement vidées le matin …

18Pour les hivers capricieux, c’est-à-dire venteux et frais, Paris se traverse dans tous les sens grâce à la Régie Autonome des Transports Parisiens (RATP), désignée par le STIF (Syndicat des Transports d’Ile de France) pour assurer la gestion du métro, des bus et des trams, ou au Réseau Express Régional d’Île de France (RER). Toutes les informations concernant les bus, trams et métros parisiens sont contenues sur le site ergonomique www.ratp.fr. C’est LE site pour s’orienter, avec un plan interactif pratique, les plans des lignes, les horaires de passage des bus aux arrêts. L’information est censée être en temps réel mais la navigation urbaine exige le respect d’un pied de pilote de quelques minutes.

19Les tickets s’achètent à l’unité (c’est le plus onéreux) ou par carnet de 10 dans des distributeurs automatiques, une fois descendu dans une station de métro. Certains bureaux de tabac sont autorisés à en vendre. Ils ont une enseigne en forme de ticket verdâtre sur la façade. Il n’est jamais prudent d’acheter des billets à un(e) inconnu(e).
Le paiement des titres de transport achetés dans les distributeurs du métropolitain peut se faire par pièces, billets ou carte bancaire. Pour ceux qui empruntent le métro ou le bus fréquemment (plus de 10 trajets par semaine), il peut être plus avantageux de se procurer un passe Navigo qui permet un abonnement d’une semaine, d’un mois ou d’une année. Le passe, s’obtient au guichet d’une station de métro. Il est ensuite rechargeable dans des distributeurs situés dans les stations. Il n’existe pas de réduction pour les étudiants mais les chercheurs qui disposent d’un contrat de travail avec leur centre de recherche peuvent solliciter une prise en charge partielle de l’abonnement auprès de leur employeur.

20A noter que c’est dans les stations de métro que l’on trouve les photomatons, indispensables tireurs de portrait disposant de l’agrément officiel et du tarif le moins cher. On paie ces automates à l’aide de pièces.

21Pour circuler en Ile-de-France et, par exemple, aller visiter le Château de Versailles, on se reportera sur le site www.francilien.fr, qui est un site régional de la Société Nationale des Chemins de Fer – SNCF. En cas de grève ou perturbation du service, il existe un site alternatif qui permet de connaître les trains en circulation www.abcdtrains.com

Transport de nuit

22Il s’est considérablement développé ces quinze dernières années. Désormais, le métro fonctionne sur toutes les lignes jusqu’à 2 heures du matin les vendredis et samedis soirs et une heure du matin les autres soirs. Un service de bus, les noctiliens, prend le relais jusqu’à l’aube avec plus d’une quarantaine de lignes de bus.
Dans l’ensemble, Paris est une ville assez sûre. Les bus sont conduits par des chauffeurs professionnels, les stations de métro ne sont pas gigantesques et sont plutôt bien éclairées. Bien entendu, la ville n’est pas exempte de délinquance mais comme elle est très piétonne, rentrer avec les moyens de transport en commun est très naturel (et économique).

23Les taxis (au nombre de 16 400 à l’été 2009, quasi autant que les avocats inscrits au barreau de Paris, dit-on) sont agréés par la préfecture de Police. Leurs véhicules n’arborent pas de couleur particulière – jamais criardes cependant – mais un petit signal lumineux sur le toit. Une plaque noire est également apposée à l’avant du véhicule, coté droit, qui comporte l’autorisation de la préfecture inscrite en rouge.
A Paris, si un taxi peut être arrêté dans la rue n’importe où – voir cependant les règles exactes sur le site Paris.fr – il existe des bornes et des stations où ils se regroupent et attendent.
Il faut savoir que s’ils ont l’obligation de prendre un client – sauf en fin de service – il arrive encore que certains taxis aient la fâcheuse tendance à refuser les courses qu’ils jugent trop courtes ou un quatrième passager parce qu’ils n’ont pas dégagé le siège avant, etc. D’autre part, la course minimum est maintenant à 5,60 euros. La prise en charge est de 2,10 euros. Cela correspond au prix du compteur lorsque le taxi est hélé dans la rue. En revanche, quand il est réservé, le taxi arrive avec une somme correspondant au trajet qu’il a du faire pour rejoindre l’endroit où se trouve le client. Parfois, le taxi vient de loin et la somme de prise en charge peut être élevée. C’est pourquoi, à l’intérieur de Paris ou proche des portes, il vaut mieux appeler directement une borne d’appel taxis (BAT).
S’il existe plus de 430 stations de taxi à Paris généralement situées dans les lieux touristiques, de passages, proches des grandes avenues ou stations de métro, seulement 134 d'entre elles sont équipées de BAT. Ces bornes sont vertes et surmontées d’un signal lumineux indiquant “taxi”. Il convient alors de choisir la borne la plus proche de l’endroit où l’on se trouve. Il existe un numéro au prix d’un appel local pour toutes les bornes de Paris avec serveur vocal et facile à mémoriser : 01 45 30 30 30 (voir le site Paris.fr).
Pour rejoindre gares et aéroports à des heures indues, il peut être avantageux de prendre un bus de nuit plutôt qu’un taxi.

Quartiers, arrondissements, rive droite, rive gauche …

24Après une scission quasi idéologique entre les deux rives de la Seine (Rive droite au nord et Rive gauche au sud), Paris se divise socialement et historiquement en quartiers et administrativement en arrondissements. Ceux-ci, au nombre de vingt, se dessinent en escargot en partant du centre, au Louvre, et en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre. Les quartiers les plus anciens de Paris se trouvent dans le quatrième arrondissement.

25Il peut arriver que l’on se réfère soit à une partie des Ier, IIe et IIIe arrondissements soit aux quartiers des Halles, de Montorgueil qui les enjambent, ou à Belleville à cheval sur les XIXe et XXe arrondissements, ou encore Montmartre, Batignolles, Odéon ou Faubourg Saint Antoine, etc. La plupart des guides de Paris comportent cette distinction.

26On trouve parfois une échelle plus grande qui consiste à parler de cinq secteurs : Centre (arrondissement I à X n’englobant qu’une partie du VIIIe) ; Sud (arrond. XIII à XV) ; Ouest (arrond. VIII (en partie), XVI et XVII) ; Nord (XVIII et XIX) ; Est (XI, XII et XX).
Chaque arrondissement est donc une division administrative et politique à la tête de laquelle se trouve un maire (en sa mairie). Le quartier a généralement un cœur et correspond à une division sociale et historique (Quartier latin).
Paris a aussi un maire qui se trouve à l’Hôtel de Ville. Toutefois, Paris est administrativement un département qui porte le numéro 75 (pour Seine, anciennement). Un excellent site de la mairie de Paris informe sur ces subtiles pratiques typiques : www.paris.fr. Ce site est très complet pour tout renseignement sur la ville de Paris.
Chaque arrondissement et chaque quartier possède une personnalité qui lui est attachée et est communément affublé d’étiquettes, discutables ou, au moins, à nuancer. Ainsi, dans une publication de presse hebdomadaire de mars 2006 qui appliquait des critères de classement par thèmes tels que commerce, crèches, culture, prix de l’immobilier, sécurité, soin ou solidarité, on trouvait par exemple que le Ier et le XVe sont plutôt famille, le IIe écolo, le IIIe et le IVe bobo (bourgeois-bohème), les Ve, VIe et XVIe chics, le VIIe chargé d’histoire, le Xe en hausse et le XIIe est très vert ; tandis que le XIVe et le XIe sont jugés moyens, le XIIIe se place sous le signe de la mixité, le XVIIe sous celui de la disparité, le XVIIIe est qualifié de grand bazar, le XIXe change énormément et le XXe est populaire et convivial.

Vivre à Paris

27En toute saison, le point le plus flou du tableau harmonieux du séjour à Paris est le logement. Si l’on peut trouver un hébergement pendant l’été, en profitant du départ en vacances de quelqu’un qui laisse son appartement, il faut toujours s’y prendre à l’avance.
Un mot d’ordre pour commencer, quelle que soit la saison : prévoir. Car à Paris les logements sont onéreux ainsi que les hôtels.

Points de chute

28Les prix et les lieux recommandables varient. Un certain nombre de sites sont proposés en ligne. Il faut compter minimum 35-40 euros la nuit pour une chambre simple dans un hôtel correct. Les hôtels et chambres d’hôte peuvent constituer des points de chute pour des séjours relativement courts, de moins de deux semaines. Au-delà, il devient plus intéressant de chercher à louer un appartement meublé. Comme partout, cela évite de prendre tous ses repas à l’extérieur. Le prix du café en salle oscille souvent entre deux et trois euros. Au comptoir, un euro et plus …
Les transports de Paris sont efficaces. Il faut choisir un quartier qui correspond plus à l’activité que l’on voudra avoir en dehors des périodes de recherches et dans lequel on sortira volontiers. La plupart des quartiers de Paris ont conservé une âme propre qui les rend attrayants. Hormis les boulevards extérieurs qui sont bruyants.
S’installer à Paris n’est donc pas très simple, à moins d’être fortuné. Paris a ses habitats idéaux, pas tout à fait imaginaires mais souvent embellis par des romans ou des films. La mythique chambre de bonne sous les toits, très romantique, est devenue rare. Souvent reliées et transformées dans les quartiers centraux en appartements mansardés, elles semblent réservées à une élite. Quand ce n’est pas le cas, la chambre de bonne est un véritable réfrigérateur l’hiver et un four l’été. Elle est souvent mal isolée. Dans ces conditions, il faut s’armer de courage et de curiosité et visiter, visiter, visiter …

29Les « bons plans » de logement existent essentiellement grâce au bouche à oreille. Arrivés à l’Université, à l’Ecole ou à l’Institut, il faut se précipiter sur les annonces qui habillent certains murs réservés à cet effet, prendre les numéros de téléphone et aller visiter. D’où l’importance du point de chute indiqué ci-dessus, pour s’arrimer dès le départ. Les quartiers du centre sont plus chers que ceux de la périphérie mais il faut inclure le transport dans les déplacements, en fonction de là où se situent les centres d’intérêt scientifique.
La Cité Universitaire internationale (Cité U), avec ses jardins, ses activités (théâtre, cinéma), ses milliers d’étudiants et de visiteurs, est un endroit idoine pour les séjours de tout type.
Le Bureau d’Accueil des Chercheurs Etrangers (BACE) s’occupe d’aider les chercheurs étrangers à trouver un logement.
Le site contient des informations concernant le logement des étudiants étrangers. C’est le Bureau d’accueil des étudiants en mobilité qui les guidera (BAEM).
Il y a un important turn over vers les mois de juin-juillet. Cela ne dispense pas de s’y prendre environ deux mois à l’avance pour décrocher la clef de la chambre idéale dans l’un des pavillons de la cité. Certains pavillons ont des règlements stricts, tels que devoir être de retour avant 23 heures et/ou ne pas avoir le droit de faire entrer d’autres personnes … Même pour un séjour de recherche, ces contraintes sont à prendre en compte.

30Dans le choix de la demeure, le paramétrage d’un élément est très important : le prix des transports. Si la nature vous attire et que vous décidiez d’aller vivre en bordure des champs, près de la forêt de Rambouillet par exemple, il faudra soit acquérir un véhicule, soit faire usage quotidiennement des moyens de transport. Le véhicule est une solution à proscrire car elle est onéreuse et peu pratique (essence, assurances, parking et bien entendu amendes puisque les places à Paris sont prises d’assaut, à moins de fréquenter les parkings urbains à 3 EUR/heure dans le centre).

Apéritifs et collines

31Les endroits où prendre un verre ou grignoter sont trop nombreux pour être recensés.
Les cafetiers de Saint-Germain ont vu bien des génies boire dans leurs tabacs. Mais, depuis début janvier 2008, il est interdit de fumer dans les lieux publics. Le Flore et les Deux Magots ne sentent donc plus le tabac d’antan. Et les célibataires peinés qui se soulageaient dans le porto à La Closerie des Lilas sont à présent non fumeurs.
Dès que le temps le permet, l’apéro se prend en fin de journée sur les terrasses ensoleillées. Les étudiants viennent ainsi se prélasser place de la Sorbonne, en partageant leurs doutes.
Certains brasseurs sont même assez fous pour faire couler leurs bières une bonne partie de la soirée à moitié prix : on trouve alors d’excellents pubs (Le Finnegan’s Wake, rue des Boulangers, Le Conelly’s Corner, rue des Patriarches, tous les deux dans le 5ème) ou des bars animés, tels le Bar des Fontaines dans le 18ème.
Comme il y a souvent du bon pinard près des buttes, on peut aussi choisir les hauteurs, telles que la colline de Chaillot ou la place du Trocadéro pour prendre un pot tout près de l’esplanade ; la colline de Belleville est moins onéreuse mais peut être bien vite pleine ; le bar du Soleil du boulevard Ménilmontant est très simple et porte bien son nom … En somme, il faut en faire, des collations, pour découvrir de nouveaux endroits !
Le marché des Enfants Rouges situé dans le troisième arrondissement, rue de Bretagne, est un endroit agréable dans l’après-midi, au soleil ou sur une terrasse chauffée.
A côté du marché d’Aligre, dans le douzième, le Baron rouge est idéal pour prendre un apéro debout, jusqu’à 22 heures, au milieu des fûts et des caisses bien remplis.
L’Art Brut de la Rue Quincampoix est une bonne adresse pour qui aime la bière trappiste à la pression.

32Quelques terrasses dans des parcs offrent la possibilité d’être au calme, éloigné des bruits de la circulation : le Café Médicis, dans le jardin du Luxembourg (VIe), le Café Véry dans les jardins des Tuileries (Ier), le Pavillon Puebla dans le parc des Buttes Chaumont (XIXe).
Sur les quais, un certain nombre d’endroits est à découvrir (Cabaret Pirate, Batofar, près de la BNF, etc.). C’est le cas aussi des anciennes gares de la Petite Ceinture, voie de chemin de fer qui faisait le tour de la ville et fut fermée en 1934 (ancienne gare de Charonne, rue de Bagnolet dans le XXe, les Jardins d’Ecole dans le XVIIIe, Les Parcs des saisons de la ville, dans le XVIIe). On peut signaler enfin l’association Les Voûtes, dans le XIIIe, qui a rénové une partie des anciens entrepôts frigorifiques (frigo) de Paris situés dans la ZAC Seine-Rive-gauche, c’est-à-dire entre la gare d’Austerlitz et la Grande Bibliothèque ou BNF. Ils proposent des activités culturelles. On trouve les renseignements sur les sites des mairies d’arrondissements. L’adresse de ces sites est composée de la manière suivante : http://www.marie(ajouter le n°arrondissement).paris.fr.
L’approche de l’hiver provoque toujours quelque émotion sur les trottoirs. Tant que la température n’avoisine pas trop le zéro, de nombreuses terrasses restent fréquentables puisqu’elles sont équipées de parasols-braseros. Le principe fait aussi le bonheur des fumeurs qui, de ce fait, ne tombent plus sous le coup de la loi du 1er janvier 2008 qui interdit de fumer dans les lieux publics fermés. Certaines terrasses closes par des tentures transparentes en plastique ont parfois tendance à ressembler à des fumoirs géants …

Un peu plus tard

33Bien sûr, il existe de nombreux restaurants réputés dans Paris. Une gastronomie très respectable peut aussi faire des heureux dans des endroits moins fameux.

  • 2 Notre rédactrice en chef signale, par exemple, le restaurant argentin El Sur, dans le Quartier lati (...)

34Le site cityvox est généreux en informations, notamment horaires et prix à la carte. Il permet une recherche par thème et le bouche à oreille fait le reste sur la réputation de l’endroit.
Le quartier situé entre les rue Jules Vallés, Paul Bert et Faidherbe Chaligny, dans le XIe à la lisière du XIIe, regorge de petits restaurants. Le Mélac rue Léon Frot, est champêtre bien qu’on y voie certains crus coûteux, et L’ami Pierre, passage de la main d’or, réserve un accueil chaleureux jusqu’à une heure avancée.
A Montmartre, les restaurants changent beaucoup. Le Potager du Père Thierry, 16 rue des Trois Frères, est une adresse sympathique de cuisine française, c’est-à-dire confit de canard, gésiers, etc. Seul inconvénient : l’étroitesse du lieu (il vaut mieux réserver) et la proximité de la salle et de la cuisine.
Le quartier de la Butte aux Cailles offre de nombreuses possibilités pour se restaurer simplement. Le café Gladines, rue des Cinq Diamants, propose une gastronomie du Sud-Ouest plutôt bon marché. Il est sympathiquement pourvu en vins corsés. Dans la même veine, un certain nombre de bars à vin bon marché se sont ouverts depuis quelques années. En termes de qualité, ils ne rivalisent pas toujours commodément avec les bars de la rue Vivienne, dans le IIe. Le 5ème Cru, 7 rue du Cardinal Lemoine dans le Ve, récemment ouvert, est une bonne adresse, avec de l’andouille à la planche !
Chez Janou, rue Verlhomme, est également un restaurant de cuisine française du Sud-Ouest avec une intéressante carte de pastis qui comblerait n’importe quel amateur d’anis qui n’est pas ingénu.
Pour les nostalgiques, il existe de nombreux restaurants ou bars dits latinos. Leur qualité est très variable et il existe un important turn over. Quelques explorations peuvent se révéler divertissantes et pleines de surprises (bonnes et moins bonnes !)2.

Sport

35Outre de nombreuses salles de sport et de remise en forme, il est possible de faire du sport en plein air dans les parcs et jardins ou dans les deux bois parisiens : Vincennes dans le XIIe et Boulogne dans le XVIe. La ville offre aussi un grand choix de piscines. La gamme oscille entre la piscine olympique (telle la piscine Georges Vallerey dans le bassin de laquelle s’entraîna Johnny Weissmuller …) et le bassin de relaxation luxueux que l’on peut trouver dans les grands hôtels. Tous les renseignements se trouvent à nouveau sur le site Paris.fr.

Wi-Fi

36Il faut savoir que la plupart des Parisiens disposent chez eux d’un accès Internet grâce à un abonnement auprès d’un FAI (Fournisseur d’Accès Internet). Par conséquent, le nombre de cyber cafés est réduit par rapport à celui d’autres métropoles. Il ne faut pas s’en étonner. Pour indiquer la présence d’un cyber café, une enseigne électrifiée en forme de @ orne la façade de ces magasins, un peu comme la croix verte des pharmacies, la “carotte” des tabacs ou le ticket verdâtre des commerçants autorisés à vendre des tickets de métro. Le prix de l’heure sur Internet est d’environ 1 euro …

37Cependant, pour ceux qui préfèrent travailler à l’aide de leur propre ordinateur portable, il est possible de se connecter gratuitement en Wi-Fi au Pass-Paris-Wi-Fi depuis des jardins publics, des squares ou, par gros temps, les bibliothèques municipales et quelques cafés (dans ce cas, il faut tout de même consommer quelque chose). Les points d’accès Wi-Fi à Paris sont assez nombreux. Toutes les informations sont disponibles sur le site Paris.fr, rubrique wifi.paris.fr.

Livres

38Plusieurs endroits permettent de faire l’acquisition de livres d’occasion. Leur état est plus ou moins bon et leurs prix plus ou moins intéressants. Le Parc Georges Brassens, situé dans le XVe, se remplit tous les samedis et dimanches de vendeurs de livres et libraires d’occasion. On peut y faire de bonnes affaires. Les bouquinistes de Paris, installés sur les quais près de Notre-Dame, Saint-Michel, jusqu’à Sully-Morland, d’un côté, et jusqu’au Quai Voltaire, de l’autre, sont aussi une source de bonnes surprises à qui sait prendre son temps. Pour les livres d’usage à moindre prix, certaines librairies d’occasion du Quartier latin sont à explorer, dont Joseph Gibert et Gibert jeune, respectivement situés Boulevard Saint-Michel et Place Saint-Michel.
Historien du Vieux Paris ainsi que de la Colline de Chaillot ou de la Rue Saint-Antoine, Auguste-André Coussillan dit Jacques Hillairet (1886-1984) permet, grâce à ses publications, de faire connaissance avec différents quartiers de la ville. Son ouvrage Connaissance du Vieux Paris propose des itinéraires détaillés. On y trouve une foule d’explications sur les façades, les cours intérieures, les jardins, les ponts, les hôtels particuliers ou les boiseries d’église.
Il existe également des publications de revues, telles Paris villages, ou des numéros spéciaux de la presse hebdomadaire ou mensuelle qui consacrent des dossiers sur la ville ou certains quartiers et fournissent les bonnes adresses du moment. Ces publications peuvent constituer un guide des sentiers battus.
Enfin, de petites publications des éditions Parigramme permettent de connaître les meilleurs plans pour sortir (Paris gratis, terrasses de Paris, Paris à vélo …).

Cinéma

39Paris est une des villes qui comptent le plus de salles de cinéma au monde. On dénombre 88 établissements cinématographiques avec un total de 376 salles (écrans), dont 150 salles indépendantes (source paris.fr). Le tout projette environ 500 films par semaine.
Près d’un quart de ces salles (89) sont dites d’arts et d’essai. Elles permettent de voir sur grand écran des classiques, proposent des festivals (Antonioni, Bergman, etc.) tout au long de l’année. Certains films sont restés à l’affiche pendant des années (Hellzapoppin (1941) au Reflet Medicis Logos, rue Champollion près de la Sorbonne).
Dans certaines de ces sal­­­­les, il est possible d’assister à des projections de films qui ne sont pas distribués dans les complexes multisalles, des films de toute origine, ainsi que des documentaires et des courts-métrages, voire des films expérimentaux. Parmi ces salles, le Max Linder, La Pagode, le Studio des Ursulines, l’Espace Saint-Michel, l’Epée de Bois, Images d’Ailleurs, ou encore le Cinéma des cinéastes et l’Entrepôt, allient plusieurs activités culturelles. Les cinémas de la rue des Ecoles proposent généralement des rétrospectives intéressantes. Depuis toujours, l’Accatone, situé rue Cujas dans le Ve, propose des films de Pier Paolo Pasolini.
A la fois cinéma d’arts et d’essai et espace culturel des cultures latines, Le Nouveau Latina (dans le IVe) est patronné par l’Union latine et assure à Paris la diffusion de nombreuses œuvres. Il comporte deux salles, une galerie d’art et un café qui favorisent les découvertes et les échanges.

40Le Forum des Images (ex-vidéothèque de Paris) aux Halles (Ier) est un lieu important pour visionner la production cinématographique consacrée à Paris. La Cinémathèque française propose de nombreux événements, dont des rencontres autour d’œuvres cinématographiques, ainsi que l’accès à une bibliothèque et à des archives.
Parmi les multiplex, on peut citer celui qui se trouve à côté de la BNF (le Mk2), le Grand Rex et le Gaumont Kinopanorama, resté pendant longtemps l’un des plus grands écrans d’Europe, qui a la particularité d’être incurvé. Dans certaines salles, les films ne sont présentés qu’en version française, c’est-à-dire doublés (postsynchronisés).

Théâtre

41Paris compte près de 170 salles de théâtre, opéra, cabaret (comptées sur Théâtre on line, qui permet d’en connaître la programmation), dont quatre théâtres nationaux, et la Comédie Française. S’il existe des guides en ligne ainsi que des sites d’achat de billets, chaque salle dispose de son propre site et assure elle-même sa communication. Les théâtres nationaux sont en principe tenus de mettre un pourcentage de places à la vente pour le soir même aux caisses de l’établissement.

Les archives et bibliothèques

42Comme on le constatera au fil des pages qui suivent, les centres d’archives et les bibliothèques présentent souvent un triple intérêt : historique, archivistique et architectural. Les bâtiments anciens qui abritent les archives ont été soigneusement entretenus et se trouvent dans le centre de la ville. Le centre historique des Archives nationales est un ensemble d’hôtels particuliers situés dans le quartier du Marais.
L’intérêt diplomatique réciproque de la France et des pays d’Amérique latine s’est reflété dans l’édification de maisons à l’occasion d’Expositions universelles, comme la maison du Brésil ou celle du Mexique, destinées à donner une image moderne du pays concerné. La Maison du Brésil est un bâtiment remarquable, représentatif de l’architecture des années 1950.
Il faut garder à l’esprit que musées et archives se complètent et parfois se confondent dans les édifices. La science des musées s’inspire de celle des archives et des bibliothèques, parfois au grand dam des historiens qui auraient volontiers effectué d’autres classifications. C’est ainsi que la création du Musée du Quai Branly s’accompagne de la mise en place d’une médiathèque au sein de laquelle se trouve la bibliothèque du musée. Cette bibliothèque est amplement alimentée de documents qui se trouvaient au Musée de l’Homme, situé sur la rive d’en face.

43Il est très important de se munir d’une lettre de son directeur de recherche et de l’institution d’accueil en France (Université, Ecole) pour pouvoir accéder à la majorité des bibliothèques et surtout des archives. Il pourra être demandé de payer une inscription, parfois de fournir d’autres documents (photo, justificatif de domicile) pour pouvoir entrer dans les divers lieux de recherche. Le prêt de document n’est pas très fréquent, les consultations se font la plupart du temps sur place. Le prix des photocopies est souvent plus élevé que dans les magasins de reprographie. La carte d’étudiant permet de bénéficier de tarifs préférentiels pour les inscriptions dans certains endroits ; dans d’autres elle est une condition même de l’inscription. Les informations pratiques sont détaillées sur les sites.

44Signalons enfin une base de données bibliographiques qui renseigne sur l’emplacement d’un ouvrage dans les bibliothèques de France et de la Bibliothèque nationale, et renvoie systématiquement à leurs conditions d’accès, avec horaires, numéros de téléphone et conditions de prêt : le Catalogue Collectif de France, http://www.ccfr.bnf.fr.

Les archives

Le Ministère des affaires étrangères

45Les archives des Affaires étrangères sont établies sur trois sites : Nantes, Colmar et Paris. Les documents produits ou reçus depuis l’origine du dépôt par les services de l’administration centrale étaient exclusivement conservés au Quay d’Orsay. Les Archives du ministère des Affaires étrangères quitteront le site du Quai d’Orsay pour s’installer en 2009 dans un nouveau bâtiment à La Courneuve (accessible en RER B). Les informations pratiques sont sur le site : La Courneuve.

46Les travaux nécessaires au déménagement vers le nouveau site avaient contraint la direction des Archives à fermer la salle de lecture de Paris à compter du 1er juillet 2008 et la salle de lecture de Colmar à compter du 1er novembre. La réouverture au public a eu lieu le 7 septembre 2009. Afin de faciliter les recherches en cours, 3500 microfilms issus des Archives diplomatiques conservées à Paris ont été mis à la disposition du public au Centre d’Accueil et de Recherche des Archives nationales (CARAN), 11 rue des Quatre-Fils, 75003 Paris.

47Deux départements les structurent : le département des Archives courantes et intermédiaires et le département historique. La bibliothèque existante depuis 1680 est le complément imprimé des archives. Ses collections proviennent des séquestres révolutionnaires, mais aussi de dons, de legs et des acquisitions effectuées à l’étranger par les diplomates en poste.

48La division géographique a été créée en 1830 par la fusion du Bureau topographique pour la démarcation des limites, datant de 1775, et du dépôt géographique. Elle est chargée de rechercher et d’établir des cartes pour le ministère, et le fonds, dont les plus anciennes représentations remontent au XVIIe siècle, compte plus de 4000 cartes.

49Les fonds sur l’Amérique latine, fort nombreux, sont dispersés entre Paris et Nantes. Il faut se reporter au site du Ministère des Affaires étrangères pour connaître une partie des catalogues.
http://www.diplomatie.gouv.fr/​fr/​ministere_817/​archives-patrimoine_3512/​fonds-collections_5143/​index.html

50Affaires politiques – On trouve dans la série « Correspondance politique des origines à 1896 » des dépêches, des télégrammes échangés entre le ministre et les représentants diplomatiques français dans les divers pays latino-américains. La série « Mémoires et documents » contient des mémoires, des notes, des correspondances sur des sujets particuliers à un Etat.

51Pour ce qui concerne la période dite coloniale, les recherches doivent être complétées par des consultations des registres de pays européens (Espagne, Portugal, Angleterre et Hollande).

52Dans la série « Correspondance politique et commerciale », qui réunit des documents datant de 1897 à 1918, se trouvent quelques dossiers sur l’Amérique latine et les Caraïbes. « Négociations commerciales » concerne surtout la révision des tarifs douaniers et le renouvellement des traités de commerce au XIXe siècle.

53Une sous-série « Seconde Guerre mondiale » permet d’avoir accès à des informations sur la diplomatie des puissances de l’Amérique latine et sur la politique du Comité national français.

54L’ensemble des collections du MAE contient des documents sur divers supports (imprimés, enregistrements sonores et audiovisuels, bandes magnétiques, informatique, etc.).

55Iconothèque Le fonds iconographique mérite quelques commentaires. C’est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale que les photographies et les estampes conservées dans les collections ont été réunies dans un fonds spécifique.

56Parmi les collections, on peut citer celle de Fontenay, diplomate en poste entre 1898 et 1914. A partir du XIXe siècle, l’action de la France en Amérique latine se développe autour de trois axes : les investissements de capitaux, les flux migratoires, la diffusion de la culture. Deux échecs marquent cette période : le désastre de Napoléon III au Mexique et le scandale de Panama. Les photographies du fonds iconographique illustrent ces différents aspects des relations de la France et des pays latino-américains.

57L’explorateur Charles Wiener était consul de France et ses photographies sont conservées ici.

58Enfin, il faut signaler l’existence d’un fonds important concernant l’histoire du Brésil et conservé aux Affaires étrangères.

59Coordonnées
Ministère des Affaires étrangères et européennes
Direction des Archives
3, rue Suzanne Masson
93126 La Courneuve Cedex
Contacter le Centre des Archives de Nantes :
archives.cadn@diplomatie.gouv.fr
Contacter le Centre des Archives de Colmar :
archives.colmar@diplomatie.gouv.fr
Renseignements auprès de la bibliothèque :
biblio.archives@diplomatie.gouv.fr
Renseignements sur la conservation des traités :
traites.PARIS-ARD@diplomatie.gouv.fr
traites.archives@diplomatie.gouv.fr]
Adresse : Ministère des Affaires étrangères
Direction des Archives - Conservation des Traités
37 , Quai d’Orsay
75007 PARIS

Archives nationales Fontainebleau-Paris-Pierrefitte-sur-seine

60Le centre historique des Archives nationales (CHAN) conserve et communique des archives de France disponibles depuis les Mérovingiens jusqu’en 1958. Aux archives des établissements et organismes d’Ancien Régime, disparus à la Révolution, se sont ajoutés au fil du temps, les archives des administrations centrales de l’Etat, des archives privées et les minutes des notaires parisiens. Depuis le XIXe siècle, ces fonds sont installés dans le quartier du Marais, au centre de Paris, ainsi qu’à Pierrefitte et Fontainebleau, accessibles en train depuis Paris.

61En effet, lors de son second mandat, le président Chirac a annoncé (9 mars 2004) la décision gouvernementale de construire un nouveau centre pour les Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine. Le maître d’œuvre retenu pour cette édification est l’architecte Massimiliano Fuksas. Le bâtiment prévu, de 60 000 m2, disposera d’une capacité de stockage de 320 km linéaires.

62Dans les services des archives nationales, les documents relatifs à l’Amérique latine et aux Caraïbes y sont nombreux et dispersés. Ils se répartissent entre la section ancienne (Ancien Régime) et la section moderne (1789-1940) et concernent les relations entre la France et l’Amérique depuis les premières années de la découverte. Pour les localiser, il est indispensable de consulter les inventaires, guides et outils bibliographiques, disponibles en ligne : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/​chan/​

63Le Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales (CARAN), créé en 1988, offre aux lecteurs de nombreux instruments de recherche et constitue un guide indispensable, en partie disponible en ligne sur le site du CHAN.
Le Centre des Archives contemporaines dont les collections sont le prolongement du Centre historique des Archives nationales, reçoit, traite, conserve, communique et valorise les documents d’archives provenant des administrations centrales de l’Etat, postérieures à 1958. Ce service mis en place en 1969 dans les anciens locaux de l’OTAN, a bénéficié de deux bâtiments nouveaux en 1978 et 1984. Les documents qui y sont conservés répondent à tous les domaines d’intervention de l’Etat au plan politique, économique, social, culturel ou technique. Ceux-ci sont divers quant à leurs supports : affiches, plans, photographies, microformes, enregistrements sonores ou audiovisuels et archives électroniques. En complément des fonds d’origine privée, émanant de personnes (anciens ministres, personnalités politiques) ou de structures associatives, le centre héberge une partie des collections du Centre historique des Archives nationales. Des papiers concernant l’Amérique latine peuvent être identifiés dans tous les domaines de l’intervention de l’Etat et notamment dans les dossiers provenant des différents ministères. Des documents relatifs à la coopération bilatérale ou multilatérale, au commerce, à la santé ou aux échanges internationaux de tous types peuvent la concerner. Par ailleurs, on rencontre de nombreux dossiers contemporains intéressant les départements d’outre-mer en Amérique : Guyane, Martinique et Guadeloupe.
Les fonds conservés au sein de ces archives sont d’une telle ampleur qu’il est difficile d’en donner les grandes orientations. On trouvera notamment une nombreuse documentation concernant les anciennes colonies françaises d’Amérique.

64Coordonnées
Nous renvoyons au site des Archives nationales et à sa page
Instruments de recherche et base de données

Etablissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD)

65L’ECPAD, anciennement Etablissement cinématographique et photographique des armées (ECPA), a été installé dans le fort d’Ivry et conserve, au titre des archives nationales, des photographies et des films sur l’ensemble des conflits ou des opérations et missions militaires conduites par les divers corps de l’armée française. L’ECPAD recueille ce type d’archives depuis 1915.

66La médiathèque de la Défense comprend ainsi près de 3 millions de photographies et 21 000 titres de films.

67Ces archives ne peuvent concerner l’Amérique que pour les documents relatifs à la Guyane et aux Antilles. Une collection de films et documentaires étrangers relative aux armées, obtenues par dons ou échanges, représentant un grand nombre de pays dans le monde, peut être consultée.

68Coordonnées
Etablissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense
2-8 route du Fort
94205 Ivry sur Seine Cédex
+33(0)1 49 60 58 91
http://www.ecpad.fr

Les archives Gaumont-Pathé

69Créée en 1896 par Charles Pathé et son frère Emile, la société Pathé s’est développée et imposée dans l’ensemble des secteurs de l’industrie cinématographique : production, distribution, exploitation de salles de cinéma, etc. En fondant le Pathé Journal en 1909, Charles Pathé invente avant ses concurrents les actualités cinématographiques. Ayant accumulé en plus d’un siècle d’existence un patrimoine archivistique considérable, celui-ci est traité, conservé et diffusé par le service des archives de la société. Les informations que l’on y trouve proviennent du monde entier, et donc de l’ensemble des pays d’Amérique latine.

70De son côté, la doyenne des compagnies cinématographiques françaises, la société Gaumont possède une importante cinémathèque. Depuis 1897, elle a filmé tous les documents d’actualité qu’elle diffuse à partir de 1910 par le biais de son magazine cinématographique Gaumont Actualités. La cinémathèque est chargée de conserver ces Actualités Gaumont et Éclair (1910-1980), les films documentaires (1900-1950) et les films muets de fiction (1895-1930). Tous les sujets sont couverts ainsi que tous les continents. Les Actualités Gaumont et Éclair constituent en particulier un témoignage unique sur l’évolution politique, artistique et sociale durant les trois quarts du XXe siècle. On peut découvrir des reportages, des images non montées, des portraits de personnalités ou encore de grands épisodes de l’histoire contemporaine. Cette somme archivistique représente, pour les différents pays d’Amérique latine, plus de 2 300 documents.

71En décembre 2003, la Cinémathèque Gaumont, qui se trouvait à Neuilly, et Pathé Archives se regroupèrent pour donner naissance à Gaumont Pathé Archives. Cette nouvelle entité est la première banque francophone d’images animées, noir et blanc et couleur. Le catalogue de ces archives est proposé en ligne sur Internet. Le site affiche plus de 250 000 documents, 17 000 films documentaires, 14 000 heures d’archives.

72Coordonnées
Gaumont Pathé Archives
24, rue du Docteur Bauer
93400 Saint Ouen
+33 01 49 48 15 15
contact@gaumontpathearchives.com
http://www.gaumontpathearchives.com

Bibliothèques

La Bibliothèque nationale de France

73Cette bibliothèque possède l’une des plus importantes collections au monde d’œuvres imprimées sur papier ou tout autre type de supports (brochures, périodiques, mais aussi estampes, photographies, cartes, partitions musicales, manuscrits, disques, bandes magnétiques, films, etc.) couvrant l’ensemble de la connaissance. Le secteur latino-américain ne représente qu’une part infime de l’activité de la bibliothèque et les fonds patrimoniaux qui y sont conservés se différencient totalement de ceux d’une bibliothèque de recherche spécialisée dont la mission est de suivre en priorité l’actualité scientifique. L’absence de regroupement géographique est l’obstacle majeur pour qui veut évaluer ces fonds. La BNF a eu le souci, au cours de son histoire, de publier puis d’informatiser et de rendre accessibles à distance ses catalogues. La mise en œuvre de répertoires par domaines, en revanche, n’a guère été favorisée. Si l’Argentine, Cuba et le Brésil ont fait l’objet de programmes d’inventaires particuliers, des pans entiers d’information sur les autres pays restent à découvrir qui, à défaut d’un inventaire, ont suscité une ample et utile description. Les thèmes les plus représentatifs de ces collections sont les voyages, les histoires et la littérature.

74La BNF possède de nombreux écrits sur les découvertes scientifiques, l’évangélisation ou encore les polémiques à propos de la nature humaine des Indiens. La Bibliothèque royale, devenue Bibliothèque nationale constituée à l’origine par les collections de Charles V puis par celles de ses successeurs, recèle de nombreux trésors. Parmi les premiers documents conservés, signalons ceux qui relatent les voyages, les conquêtes et/ou velléités coloniales françaises, notamment en France équinoxiale et antarctique aux XVIe et XVIIe siècles.

75Les collections littéraires bénéficient des œuvres de nombreux auteurs latino-américains. Notons, par exemple, que le Guatémaltèque Miguel Angel Asturias, prix Nobel de littérature, a fait don de ses manuscrits en 1974. Cette prestigieuse donation vient enrichir des collections qui comprennent également quelques ouvrages d’écrivains des XVIIe et XVIIIe siècles dont ceux de Sor Juana Inès de la Cruz.

76Parmi les autres richesses de la Nationale, mentionnons également les collections de publications officielles du début de l’époque de l’Indépendance, devenues rares. Le Jornal de debates del Parlamento Uruguayo (1874-1932) ou le Repertorio Paraguayo ((1842-1845) sont de celles-là. Des collections de journaux anciens très peu diffusés en Amérique latine comme le Courrier hispano-français (1888-1889), L’écho sud-américain (1887-1889), La Colonie hispano-américaine de Paris (1894), pour ne citer que quelques exemples, sont autant de pièces qui peuvent témoigner de la valeur des fonds conservés. Ajoutons que le Département des périodiques est riche de bulletins et revues d’associations, d’organisations politiques et de centres académiques, qui témoignent à la fois de la rareté des fonds et de leur dispersion.

77Les fonds de l’Amérique latine les plus anciens illustrent les premiers éléments connus de son histoire. Le Département des manuscrits orientaux identifie un ensemble important de manuscrits mexicains (428). Certains datent de l’époque précolombienne, et parmi ceux-ci signalons le fameux Codex de Paris, l’un des quatre codex hiéroglyphiques mayas connus à ce jour. Il y a également des copies de codex bien connus. Ils constituent une somme de témoignages importants. Les principaux donateurs furent sans doute Joseph Marius Alexis Aubin et Charles, Eugène, Espéridion Goupil. Ce fonds – ses origines et ses richesses – a fait l’objet d’un numéro spécial du Journal de la Société des Américanistes.

78Les relations très anciennes entre la France et les pays de l’Amérique latine expliquent l’importance des fonds patrimoniaux de la BNF pour les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. La plupart d’entre eux est le fruit des confiscations opérées par la Révolution de 1789. Les collections des XIXe et XXe siècles sont également très fournies. Signalons les dons de collections spéciales :

79Le don de Victor Schoelcher rassemble 1776 titres légués. Les éléments les plus précieux de cette collection sont les journaux publiés dans la Caraïbe durant une période de presque cinquante années au XIXe siècle. Ils concernent naturellement les intérêts de prédilection du donateur : la traite négrière, l’esclavage et son abolition. De nombreux documents sur les colonies britanniques, leur évolution sociale et politique, leur statut ainsi que les rapports remis à la Chambre des Communes pour l’abolition de l’esclavage complètent cet ensemble très homogène et très riche.

80Le don de Léonce Angrand (1808-1886) est l’un des plus significatifs. Ce diplomate et archéologue français légua en 1885 un fonds riche de plus de 1 200 pièces (ouvrages et documents divers). Le fonds Angrand est presque entièrement constitué d’ouvrages d’histoire et de géographie de toutes les régions d’Amérique. La plupart des titres concernent l’Amérique latine, en particulier le Mexique et l’Amérique centrale. Quelques ouvrages traitent des Indiens et de leurs langues, et l’on trouve divers projets de canal entre les océans Pacifique et Atlantique. Presque tous les ouvrages datent du XIXe siècle et les titres les plus anciens remontent au XVIIIe. Ce fonds comprend des livres imprimés, des manuscrits, des cartes, des gravures, des journaux et des photographies. Parmi les ouvrages sur l’Argentine, il convient de signaler des exemplaires précieux comme le Guia de forasteros del virreynato de Buenos Aires para el año de 1803. Il constitue, avec les 43 libelles imprimés de 1806 à 1808 sur la prise de Buenos Aires par les Anglais, l’un des titres les plus anciens du fonds.

81Le don d’Antonio Aida a été fait au nom de la Comisión Nacional de Cooperación Intelectual, en 1938. Il comprend environ 1 000 titres, édités pour l’essentiel dans les années 1920 et 1930 et rassemble des auteurs argentins dans des domaines divers sur une très grande variété de sujets (histoire, politique, littérature, folklore, droit, géographie, voyages et biographies). Certains proviennent d’instituts, de centres de recherche et des universités argentines mais la grande majorité de ces ouvrages est le fruit de l’activité éditoriale de Buenos Aires à cette époque. Cent manuels scolaires du secondaire et des éditions argentines de traductions d’écrivains européens, font de cette collection un précieux outil de travail.

82La Société de Géographie a déposé, en 1941, au Département des Cartes et Plans, ses archives et son important fonds d’ouvrages, de périodiques, de manuscrits, de cartes et plans et de photographies. Au total, 100 000 livres et brochures environ, dont 10 000 ouvrages au moins concernant l’Amérique latine. Ces fonds rassemblés depuis la naissance de la Société en 1821 constituent une source précieuse pour approfondir l’histoire comparée des sociétés savantes et mesurer leur rôle au XIXe siècle. Les ouvrages conservés sur l’Amérique centrale et du Sud sont au nombre de 1 330 dans le fonds Bonaparte et 2 189 dans le fonds général qui a été dépouillé jusqu’en 1929. Nicole Simon a réalisé un inventaire assez exhaustif du fonds cubain de la bibliothèque de cette société mettant au jour toute la richesse de la science géographique cubaine au XIXe siècle. Ce département dispose également d’autres fonds intéressant l’Amérique latine et les Caraïbes. Le ministère des Affaires étrangères y a notamment déposé la collection de Jean-Baptiste Bourguigon d’Anville (1697-1782), géographe du Roi. Celle-ci est composée de 10 500 feuilles dont un certain nombre concerne l’Amérique.

83Le don du docteur Agustin Larrauri représente plus de 400 volumes reçus en 1981. Ami de nombreux poètes de sa génération, Larrauri avait réuni une bibliothèque importante, dont les ouvrages, publiés principalement dans les années 1930-1950 concernent la littérature argentine. La plupart des documents de cette collection sont les plaquettes de poésie confidentielles faisant de cet ensemble l’une des plus rares et des plus précieuses références qui soient.

84Le don d’Alain Guy, professeur de philosophie espagnole de l’Université de Toulouse le Mirail, est particulièrement intéressant par son unité intellectuelle. Sa bibliothèque personnelle est riche de 7 000 documents qui permettent d’offrir aux lecteurs un ample panorama sur la philosophie hispanique et ibéro-américaine.

85Beaucoup d’autres documents sur l’Amérique latine et les Caraïbes peuvent être identifiés dans l’ensemble des départements de la bibliothèque. Le département de l’audiovisuel, par exemple, conserve un fonds cubain de 152 numéros et permet l’écoute de différentes musiques ainsi que des discours politiques, des années 1960 aux années 1980. Un fonds « Brésil » est disponible dans ce même département. Il est constitué de 3 000 titres dont la moitié provient d’une donation du producteur Michel Simon à l’ambassade du Brésil, et l’autre d’acquisitions ou de dons reçus par l’ambassade elle-même. Tous les courants de la musique brésilienne (classique, populaire ou traditionnelle) des années 1950-1990 y sont répertoriés. De même le cabinet des estampes réserve quelques surprises aux amateurs de l’Amérique latine. Parmi de nombreux documents concernant cette région (gravures, photographies, dessins, aquarelles, etc.) signalons la présence des albums d’esquisses et de dessins réalisés dans l’Amérique latine au XIXe siècle par le diplomate et collectionneur Léonce Angrand.

86L’accès à ces collections se fait en ligne, sur le site de la Bnf. Ajoutons que « Gallica », la bibliothèque numérique de la Nationale, permet d’avoir accès à des ouvrages rares en texte intégral.

87Coordonnées
Bibliothèque nationale de France
Pour toutes les informations sur les différents sites de la BNF, nous renvoyons au site internet très complet
http://www.bnf.fr

La maison du Brésil

88Cette bibliothèque compte plus de 7000 ouvrages en portugais et en français couvrant divers domaines. L’histoire du pays, sa géographie, ses littératures, les beaux-arts ou encore les questions d’ordre économique, social et politique sont des secteurs amplement documentés. La consultation sur place est ouverte à tout public qui peut également emprunter à domicile.

89Le bâtiment est le fruit d’une collaboration conflictuelle tenue désormais pour représentative de l’architecture du XXe siècle. Le gouvernement brésilien avait chargé Lucio Costa de mener à bien le projet en 1952. Après avoir esquissé et décrit la “maison de l’étudiant brésilien”, il en confie la réalisation à Le Corbusier. Finalement, les propositions du Français s’imposent et Costa se détache peu à peu. A noter également que le mobilier est dessiné par Charlotte Pierrand et Jean Prouvé.

90Coordonnées
Maison du Brésil – Cité internationale universitaire
7, boulevard Jourdan
75014 Paris
Tél : +33 (0) 1 58 10 23 01
Fax : +33 (0) 1 45 81 36 60
Email : mbresil.biblio@dialoleane.com
http://www.maisondubresil.org

Société de l’histoire du protestantisme français

91Dispose au centre de Paris d’une bibliothèque fort riche sur tous les thèmes concernant la religion protestante et l’histoire de ses membres en France et dans le monde.

92Une information précieuse et nourrie sur L’Amérique latine et les Antilles peut être identifiée dans ses collections. Celle-ci concerne les premières aventures huguenotes au XVIe siècle dans la France équinoxiale, les implantations en Nouvelle-France et en Louisiane et plus largement toutes les questions concernant la diffusion du protestantisme dans les terres américaines à des périodes variées. Des documents rares, des classiques, des cartes, des gravures sont également inscrites à l’inventaire.

93Coordonnées
Contact SHPF
Mmes Florences Poinsot et Sophié Vié
54, rue des Saints-Pères
75007 Paris
Tél : 01 45 48 62 07
Fax : 01 45 44 94 87
shpf@shpf.com
http://www.shpf.fr

Bibliothèque du Saulchoir

94C’est la bibliothèque de la province de France de l’ordre des prêcheurs (dominicains). Fondée en Côte d’Or en 1865, elle est installée à Paris depuis 1973. Elle compte parmi les plus importantes bibliothèques privées de France et le fonds scientifique qu’elle propose à son lectorat est l’un des tous premiers du pays dans le domaine des sciences humaines et religieuses. Ses collections de presque 300 000 volumes offrent, en particulier, 2000 éditions du XVIe siècle, 40 000 des XVIIe et XVIIIe siècles, des brochures, des manuscrits, des images religieuses, 1500 dessins, 2300 collections de périodiques. Dans les domaines de spécialité de ce dépôt documentaire aussi riche qu’homogène, les questions concernant l’Amérique latine, la présence et l’influence dominicaines dans ce continent sont inscrites au catalogue.

95Coordonnées
Contact : Jérôme Rousse-Lacordaire
Bibliothèque du Saulchoir
43bis, rue de la Glacière
75013 Paris
Tél : 01 44 08 71 90
courrier@bibliothequedusaulchoir.org
http://www.bibliothequedusaulchoir.org

Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne

96C’est la première bibliothèque universitaire du pays. Sa longue histoire explique la richesse et la variété de ses fonds. Cette institution qui a suivi toutes les évolutions de l’Université française a amassé un patrimoine scientifique sans équivalent dans le pays. L’histoire, la géographie, l’archéologie, l’ethnologie et la littérature sont ses domaines de prédilection et l’attribution d’une mission nationale d’acquisition spécifique en histoire moderne lui a permis de compléter ses collections à partir de 1982, sur tous les aspects de cette discipline, y compris ceux qui documentent les pays ibériques et américains.

97Comme beaucoup d’autres, la vieille bibliothèque de La Sorbonne fut dispersée à la Révolution. Lors de sa recomposition, un fonds ancien, fruit pour l’essentiel des confiscations révolutionnaires, lui permit d’acquérir quelques unes des sources historiques sur l’Amérique latine parmi les plus connues : signalons en particulier l’édition originale de Bernard Diaz de Castillo, Véritable histoire de la conquête de la Nouvelle Espagne (Madrid, 1632) ou encore l’édition originale des Décades de Antonio Herrera y Tordesillas (Madrid, J. Flamenco & J. de la Cuesta, 1601-1615). On trouve également plusieurs éditions de la Conquête du Mexique de Antonio Solis y Rivadeneyra, chroniqueur officiel des Indes de 1661 à 1686. L’œuvre de ce dernier et celle de Inca Garcilaso de la Vega (1539-1617) sont, dans ce fonds ancien, les œuvres les mieux représentées.

98La Bibliothèque de la Sorbonne est le siège officiel du service des échanges universitaires. Les travaux de recherche constituent donc une des richesses de l’établissement. Bibliothèque de l’Université de France, dès sa recréation en 1812, de nombreux travaux de recherche sur l’Amérique latine s’y trouvent consignés au sein de collections pluridisciplinaires et pluri-thématiques.

99Une autre source d’acquisition réside dans les dons de particuliers ou d’institutions. Les relations en ce domaine avec le Brésil sont parmi les plus anciennes puisque dès 1869 l’Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro commence à envoyer gratuitement sa revue, premier témoignage des longs rapports institués avec l’Amérique méridionale. Beaucoup de sociétés savantes suivront cette voie comme de nombreux autres organismes (Légation d’Uruguay en 1874, ministère de l’Instruction Publique du Mexique en 1934, Bibliothèque nationale de Bogotá en 1936 et 1938). Ajoutons que les dons réguliers de nombreuses institutions latino-américaines (Ministère de l’Education du Venezuela, Université du Zulia, Bibliothèque universitaire de Caracas, etc.) viennent compléter ces fonds et contribuent à faire de cette bibliothèque l’une des plus importantes.

100Coordonnées
http://www.bibliotheque.sorbonne.fr
17, rue de la Sorbonne
75005 Paris
ATTENTION Adresse courrier
13, rue de la Sorbonne
75005 Paris

Bibliothèque Sainte-Geneviève

101Avec plus de trois millions de volumes, un fonds ancien considérable et un « cabinet de curiosités » surprenant, la bibliothèque Sainte Geneviève peut rivaliser avec la Sorbonne, sa prestigieuse voisine. Elle est fondée en 1624 par les chanoines génovéfains, et le premier d'entre eux le Cardinal de La Rochefoucault, lui lègue 600 livres. Considérablement enrichie en 1710 par le legs de Maurice Charles Le Tellier (un des ses bibliothécaires), sa vocation universitaire est déjà bien assise au XVIIIe siècle. En 1790, au moment de la sécularisation de l'abbaye, en pleine tourmente révolutionnaire, elle réussit à conserver l’intégralité de ses collections, contrairement à l’ancienne Bibliothèque de la Sorbonne. Devenue bibliothèque du Panthéon, elle reçoit de l’Assemblée nationale, en même temps que de nombreux livres confisqués, le privilège de devenir bibliothèque publique.
La consultation du catalogue de la bibliothèque montre combien l’Amérique est représentée dans les fonds anciens et en particulier ceux du XIXe siècle. Le fonds hispanique par exemple est riche d’ouvrages couvrant la période 1492-1808. Par ailleurs, une part importante est faite à la littérature de voyage. Soulignons que l’écrivain Ferdinand Denis, administrateur en poste de 1841 à 1885, est à l’origine d’un fonds spécifique sur l’Amérique latine. Spécialiste des civilisations et des littératures du Brésil, du Portugal et d’Espagne, il s’appliqua à enrichir la Bibliothèque par ses achats concernant ces pays et lui légua ses archives et sa collection personnelle de livres. Les directeurs qui se sont succédé à la tête de l’institution ont eu à cœur de maintenir la richesse et l’actualité des collections.

102On notera qu’aujourd’hui, cette bibliothèque est habilitée à recevoir le dépôt légal d’imprimeur. La totalité des documents imprimés dans la région parisienne y est donc conservée.

103Il convient de rappeler enfin l’existence à Sainte Geneviève de la très précieuse collection Jacques Doucet. Cette collection est particulièrement riche pour la littérature française du XXe siècle. Si l’on tient compte des liens d’avant-garde littéraire et artistique de l’Amérique latine avec la France de l’entre-deux-guerres, on peut imaginer sans peine pouvoir y trouver des documents certes plus précieux par leur singularité que par leur nombre : correspondance inédite des différents donateurs du fonds (et en particulier André Breton et les surréalistes) avec des écrivains latino-américains, revues, brochures, plaquettes rares, éditions d’art signées par des artistes latino-américains, tels que Wolfgang Paalen, Wifredo Lam, Roberto Matta, etc.

104Coordonnées
http://www-bsg.univ-paris1.fr/​home.htm
10, place du Panthéon
75005 Paris
Tél. 01 44 41 97 97
Fax 01 44 41 97 96
bsgmail@univ-paris1.fr

Bibliothèque publique d’information (BPI)

105C’est la fameuse bibliothèque du centre Georges Pompidou, fondée en 1977, et ouverte le dimanche. L’ensemble des documents sur l’Amérique latine illustre plus particulièrement les aspects sociologiques, politiques, économiques et anthropologiques des différents pays de la région. Des dossiers constitués par pays, écrivains, artistes, cinéastes, à partir de la presse hebdomadaire et quotidienne française ainsi que de nombreux documents audiovisuels complètent l’offre latino-américaine.

106La BPI propose également la possibilité d’apprendre des langues (portugais, espagnol, créole antillais) par des méthodes audio-orales et des documents vidéo. Il convient de signaler que la bibliothèque reçoit les éditions dominicales de journaux latino-américains, prestation rare dans l’ensemble des bibliothèques françaises spécialisées sur l’Amérique latine.

107Coordonnées
http://www.bpi.fr/​fr/​index/​informations_generales.html
Téléphone : standard
+33(0)1 44 78 12 33
renseignements
+33(0)1 44 78 12 75
10h - 22h en semaine, sauf le mardi
11h - 22h week-end et jours fériés (sauf 1er mai)
Entrée
rue Beaubourg
75004 Paris
Adresse postale
Bibliothèque publique d'information
75197 Paris Cedex 04
Fax+33(0) 1 44 78 12 15

Collège de France et Bibliothèque de l’Institut Mémoires de l’Edition contemporaine (IMEC)

108La bibliothèque de l'Institut Mémoires de l'Edition Contemporaine (IMEC) était située à Paris avant son transfert à Caen. Elle est consacrée à l'histoire du livre et à la production éditoriale française vue sous tous ses aspects.

109Trois grands ensembles la constituent : les archives, les fonds documentaires qui leur sont étroitement associés (publications de et sur l'auteur, travaux universitaires, dossiers de presse, monographies, collections de revues, documentation variée) et les fonds de référence qui offrent au lecteur les outils de recherche indispensables sur les domaines de compétence de l'IMEC. L'Amérique latine et les Antilles ne sont pas à proprement parler au centre des collections, mais on trouve de multiples renseignements les concernant dans les catalogues des éditeurs, les revues (et notamment dans la Revue des Deux Mondes), et enfin dans quelques fonds d'archives.

110Celui de Roger Bastide, dont l'œuvre et la mémoire sont préservées et diffusées conjointement par l'Institut et la revue-hommage Bastidiana, intéresse particulièrement le Brésil. Roger Bastide (1898-1974) qui fut professeur de sociologie à Sao Paulo de 1938 à 1947, fit paraître de nombreux ouvrages et études en français et portugais portant sur les religions africaines au Brésil et en Afrique. Ses derniers travaux s'attachent à l'étude des maladies mentales chez les Africains et les Antillais vivant en France, thème sur lequel il a réuni une importante documentation. On trouve non seulement ses manuscrits, mais ses dossiers de travail, ses archives éditoriales et professionnelles, sa correspondance, ses archives iconographiques et audiovisuelles, ses publications et les publications et travaux universitaires que son œuvre a suscités. Ajoutons que l'on peut consulter d'importants dossiers réunissant enquêtes et documents sur le candomblé au Brésil.
On trouve dans la bibliothèque du Laboratoire d’Anthropologie sociale fondé par Claude Lévi-Strauss, de nombreux documents d’anthropologie américaine. Parmi les fonds secondaires se trouve la bibliothèque de travail du grand hispaniste Marcel Bataillon qui compte 13 000 titres. L’histoire coloniale du Mexique et celle du Pérou y sont particulièrement à l’honneur dans un fonds globalement spécialisé sur l’humanisme et l’histoire de la Péninsule ibérique. Dans les archives personnelles de cet ancien administrateur du Collège de France, on trouve ses notes de travail, sa correspondance avec de nombreux chercheurs latino-américains ainsi qu’avec les différents acteurs des études latino-américaines en France, études qu’il contribua à mettre en place et à développer.
A présent, c’est à l’IMEC (Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine) qu’il faut se rendre pour consulter cette bibliothèque, qui se trouve à L’Abbaye d’Ardenne, à Caen, en Normandie.
Nous renvoyons par ailleurs volontiers à l’IMEC pour des consultations d’autres auteurs, dont la liste est trop longue pour être reproduite ici mais que l’on trouvera sur le site.

111Coordonnées
Nous renvoyons directement au site complet
http://www.college-de-france.fr/​default/​EN/​all/​inf_adr/​index.htm

112Site de l’IMEC
http://www.imec-archives.com

Fondation nationale de sciences politiques

113La Fondation nationale des sciences politiques (FIMSP) voit le jour en 1945. En son sein les services documentaires commencent à développer des collections dont le noyau d'origine est constitué par la bibliothèque de la vieille Ecole libre des sciences politiques fondée à Paris en 1871. L'intérêt de cet établissement pour l'Amérique latine y est relativement ancien. La présence au sein de la FNSP d'un important Centre d'étude et de recherche des relations internationales (CERI) favorise les acquisitions étrangères et notamment celles concernant les pays du sous-continent. Ce centre fut créé en 1952 afin d'éclairer la vie politique, intérieure et extérieure, des Etats étrangers, et de replacer ces études géographiquement délimitées dans le contexte global des relations internationales et des problèmes politiques mondiaux. L'Amérique latine est loin d'y être un secteur minoritaire et les fichiers sont riches de références. Nombreux sont les titres de périodiques régulièrement dépouillés à la FNSP, traitement rare dans les autres bibliothèques de France. De même, d'importants dossiers établis depuis 1945, à partir de la presse française et des grands hebdomadaires étrangers, permettent de documenter de nombreuses questions latino-américaines. Depuis 1980, la bibliothèque de la Fondation est le centre d'acquisition et de diffusion de l'information scientifique et technique pour les sciences politiques. L'attribution de cette mission prend en compte l'importance de ses fonds sur cette discipline et, dans ce domaine, sa couverture est internationale.

114Coordonnées
Sciences Po
27, rue Saint-Guillaume
75337 Paris Cédex 07
Tél : 01 45 49 50 50
Fax : 01 42 22 31 26
http://www.sciences-po.fr/​portail

Institut de France

115Une collection spécifique sur l'Amérique latine est disponible à l'Institut de France : le fonds « Bolívar ». Ce fonds, séparé du fonds général, est composé de nombreux documents rares et précieux. Notons en particulier que cette bibliothèque est sans doute la seule bibliothèque du pays à posséder les œuvres complètes de Humboldt. Deux donations de diplomates latino-américains sont à l'origine de cette collection. Le legs Carrillo y Navas intervint en 1890. Les ouvrages déposés étaient ceux d'une bibliothèque Simon Bolívar constituée à Paris en 1882 par les nouveaux Etats latino-américains désireux de glorifier dans la capitale française la mémoire du Libertador. L'Institut de France conserve le catalogue de cette bibliothèque et son règlement intérieur. Ce fonds fut complété, en 1930, par le legs d'Ignacio Gutiérrez Ponce. Le fonds Bolívar est riche de 3000 volumes et 100 titres de revues, il permet d'étudier la région au XIX siècle. La période 1850-1914 est de loin la mieux représentée. De précieux documents concernent toutefois la première moitié du siècle et l'Indépendance.

116Il convient cependant de lever une ambiguïté : malgré son nom, le fonds ne possède pas de manuscrits ou de documents exceptionnels de Bolívar ou des autres libérateurs. Les documents sont pour la plupart des ouvrages latino-américains du XIX siècle, dont le sujet est souvent la création des Etats-nations. Quelques livres de droit et science politique complètent une collection relativement homogène.

117L'Institut de France conserve par ailleurs une série de documents fort intéressants pour ce qui est de l'Amérique : Benjamin Delessert (1773-1847), banquier, mécène, ami de Humboldt, avait constitué une bibliothèque qui fut poursuivie à la mort de ce dernier jusqu'en 1869, par son frère avant d'être léguée à l'Académie des sciences. Celle-ci contient presque 9 000 volumes parmi lesquels on trouve un grand nombre d'herbiers, des gravures et des dessins de plantes. Signalons la présence dans ces collections des plantes d'Amérique relevées par le père Plumier. L'Académie des inscriptions et belles lettres encouragea les grandes expéditions archéologiques du siècle, la bibliothèque possède donc les photographies des monuments de l'antiquité mexicaine par Alfred Mausiey et Désiré Charnay. Parmi les plus belles pièces conservées dans cette précieuse bibliothèque, remarquons enfin la présence de la série complète des Oiseaux d’Amérique de Aubudon.

118Coordonnées
http://www.institut-de-france.fr/​index.php

119Bibliothèque de l'Institut
23, quai de Conti
75270 Paris cedex 06
Téléphone : 01 44 41 44 10
Télécopie : 01 44 41 44 11
http://www.institut-de-france.fr/​rubrique_Les_Bibliotheques-Introduction.html?arbo=53&page=177

Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine (IHEAL)

120A l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine, la bibliothèque et le centre de documentation Pierre Monbeig – du nom du premier directeur de l’institution – conservent certainement les plus importantes collections de France spécialisées sur la région latino-américaine et caraïbe dans le domaine des sciences de l’homme et de la société. Actuellement, la bibliothèque conserve quelques 30 000 volumes et 2500 titres de périodiques dont 1000 collections courantes sont disponibles au centre de documentation.

121Les relations institutionnelles tissées au fil des années ont permis soit des dons réguliers, soit des échanges avec les principales institutions d’Amérique ou d’Europe. C’est ainsi que sont inscrites au catalogue les publications du Colegio de Mexico, de l’Académie Nationale d’Histoire du Venezuela, de l’Instituto Caro y Cuervo de Bogota, de la Escuela de Estudios Hispàno-Américanos de Séville, de l'IberoAmerikanisches Institut de Berlin, et d'autres encore. Les organismes internationaux de développement comme l'OCDE et les organismes interaméricains (CEPAL, Comisión Económica para América Latina ; OIT-PREALC, Programme régional pour l'Amérique latine et les Caraïbes de l'Organisation internationale du travail ; OEA, Organisation des états américains ; BID, Banque interaméricaine du Développement; FLACSO, Facultad Latino-Américana de Ciencias Sociales, etc.) comptent parmi les principaux donateurs réguliers. La reconnaissance internationale dont jouit l'institution est à l'origine de ces dépôts.

122En dehors de ces donations régulières, l'IHEAL a bénéficié depuis sa fondation de dons ponctuels, importants par leur nombre comme par leur qualité scientifique. Des institutions ont ainsi participé à l'accroissement des collections. En 1975, le CNRS permet l'achat du fonds latino-américain réuni par Fernand Braudel dans sa bibliothèque personnelle. D'autres institutions encore, ont choisi après leur dissolution de « survivre » en confiant leurs fonds à l'Institut. C'est le cas du CETRAL (Centre de recherche sur l'Amérique latine et le Tiers monde) en 1986 et du Centre Lebret en 1994.

123Les dons personnels sont cependant les plus significatifs et les plus nombreux. Les étudiants et les chercheurs sont les premiers dépositaires. En 1992, Gustave Beyhaut, professeur à l'université de Paris III, dépose à la Bibliothèque environ 500 livres portant principalement sur les problèmes politiques de l'Argentine, de l'Uruguay et du Chili des années 1970-1980. Peu après, une donation d'Alain Rouquié de 400 titres de politique contemporaine dont un grand nombre concerne l'Argentine vient compléter les collections de la Bibliothèque. Pierre Gilhodès est lui aussi, à la même époque, donateur d'un fond substantiel traitant pour l'essentiel des questions sociales et agraires en Colombie.
Pour notables qu'ils soient, ces dons n'égalent pas l'importance de deux donations reçues par les services documentaires. Les fonds Carelli (Brésil) et Saignes (Bolivie et Andes) comportent 2 000 titres chacun.

124Coordonnées
IHEAL
28 rue Saint Guillaume
75007 Paris
http://www.iheal.univ-paris3.fr/​

Documentation française

125La Documentation française sous tutelle du Premier ministre, est a priori destinée davantage aux serviteurs de l'Etat qu'aux chercheurs, enseignants ou autres publics. Créée en 1945, cette institution a participé à la reconstruction de la France et à son développement, comme les autres grands instruments nationaux : l'INSEE - Institut national de la statistique et des études économiques ou l'INED - Institut national des études démographiques. Les documents conservés dans cette bibliothèque inter-administrative concernent en priorité la France et ses problèmes politiques, économiques et sociaux. L'information sur l'ensemble des autres pays du monde y est présente, mais c'est surtout dans son Centre d'information de documentation internationale contemporaine (CIDIC-DF) que l'on trouvera les documents nécessaires à la documentation de l'Amérique latine.

126L'originalité de ce centre qui ne dispose pas de fonds séparé, réside dans la réalisation de dossiers de presse établis à partir de la presse française et internationale. Chacun de ces dossiers est illustré par des informations financières. La Documentation française est par ailleurs dépositaire de tous les documents édités par la Banque mondiale (BM), le Fonds monétaire international (FMI) et l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

127Coordonnées
La documentation française
29 Quai Voltaire
75007 Paris
http://www.ladocumentationfrançaise.fr

Maison de Auguste Comte

128L’influence du philosophe français Auguste Comte en Amérique latine et en particulier au Brésil, est bien connue. Sa devise « Ordem e progresso », qui figure sur le drapeau brésilien en dit long sur l’attirance qu’il exerça sur les élites de ce pays à une période clé de leur histoire: abolition de l'esclavage en 1888, fin de la monarchie et proclamation de la République en 1889, nouvelle constitution en 1891. Peu savent, en revanche, que la gestion de l'héritage du maître est, à Paris, très largement prise en charge par des Brésiliens. C'est ainsi qu'Auguste Comte au Père-Lachaise repose sur un terrain offert par une famille brésilienne, que le monument qui lui est consacré est dû à un sculpteur brésilien et que l'Église positiviste du Brésil lui a dédié un ex-voto sur sa tombe. Un buste de Clotilde de Vaux, inspiratrice du philosophe, fut offert à la ville de Paris en 1989, à l'occasion du bicentenaire de la Révolution française et du centenaire de la proclamation de la République au Brésil. L'immeuble où elle vécut dans le Marais fut acheté à la fin du XIXe siècle par des positivistes brésiliens qui, en 1903, y fondèrent une Chapelle de l'Humanité, l'une des dernières en Europe que l'on peut encore visiter. L'appartement où vécut Auguste Comte de 1841 à sa mort en 1857, est aujourd'hui un musée : la Maison d'Auguste Comte. L'immeuble abrite aussi un centre de documentation et de recherche créé par le scientifique brésilien Paulo Carneiro. Ce centre, ouvert aux chercheurs, détient entre autres documents une correspondance fournie entre les positivistes français et étrangers, et un ensemble de livres et de brochures sur le positivisme dans le monde, dû à des auteurs internationaux, latino-américains notamment.

129Coordonnées
10, rue Monsieur le Prince
75006 Paris
Tél : 01 43 26 08 56
Fax : 01 43 54 82 71
http://www.augustecomte.org

Maison du Mexique Bibliothèque Sor Juana Inès de la Cruz

130Fondée en 1953, la bibliothèque Inès de la Cruz de la maison du Mexique est située au cœur de la Cité universitaire internationale. 150 titres de revues et d’environ 27 000 volumes y sont exclusivement consacrés au Mexique. Un dépôt initial d'importance, deux donations essentielles de la maison éditrice Fondo de Cultura Económica et du Colegio de Mexico qui ont facilité la mise à jour des collections à partir de 1975 dans les différents domaines de la sociologie et de l'économie, et des dons systématiques d'éditeurs mexicains – les principales entités académiques et culturelles mexicaines continuent à faire bénéficier la bibliothèque de leurs publications – en font à la fois une vitrine pour l'édition nationale de ce pays et un lieu privilégié pour l'étude du Mexique en France.

131La bibliothèque offre aussi l'accès à l'ensemble de certaines collections, que l'on trouve rarement au complet en Europe : c'est le cas de l'imposante collection de la « Bibliothèque historique mexicaine d'œuvres inédites » (1936-1953), de celles « des écrivains mexicains » (1944-1966), des « Tradiciones, Leyendas y Sucedidos del Mexico Virreinal » et de la « Bibliothèque de l'étudiant universitaire » (depuis 1939), pour ne citer ici que quelques-uns des trésors qu'elle réserve à ses lecteurs.

132Coordonnées
Bibliothèque Sor Juana Inès de la Cruz
Cité universitaire internationale
9, boulevard Jourdan
75014 Paris
Tél : 01 44 16 18 00
Fax : 01 45 89 78 57
http://www.ciup.fr/​mexique.htm
http://www.ciup.fr/​bibliotheques.htm
http://www.casademexico.org

Bibliothèque du Muséum d’Histoire naturelle

133Le jardin royal des plantes médicinales, créé en 1635, devient en 1783 Muséum national d’Histoire naturelle. Les collections zoologiques, minéralogiques et botaniques, que l’on peut visiter, concernent tous les pays du monde et, à ce titre, ceux de l’Amérique latine et des Caraïbes. A noter également les herbiers du muséum qui constituent aujourd’hui la plus importante collection de ce type connue dans le monde (8 millions de spécimens). Plusieurs ensembles particuliers se sont accumulés au cours de l’histoire et réunissent des plantes de tous les pays. En ce qui concerne les pays d’Amérique, on trouve dans l’herbier de Joseph de Jussieu des récoltes faites au Pérou entre 1736 et 1770.

134Héritière des livres et manuscrits du Jardin du Roi, la bibliothèque du Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) a été créée par un décret de la Convention nationale le 10 juin 1793. Sa mission dictée par les conventionnels était de réunir tous les ouvrages consacrés « à l'anatomie, à la minéralogie, à la chimie, à la botanique, à la zoologie, aux voyages qui ont des rapports avec l'histoire naturelle ». Les fonds imprimés anciens composés de 105 000 volumes dont 950 éditions de la Renaissance, comptent à partir du XVIIe siècle tous les grands ouvrages illustrés concernant la faune, la flore et les expéditions scientifiques. En plus de ces trésors, la bibliothèque possède des inventaires de jardins ou de cabinets de curiosités abondamment illustrés des XVIIe et XVIIIe siècles.

135Les récits de voyage sont très certainement l'un des points forts de la collection. De l'expédition d'André Thévet dans la France antarctique en 1558, aux voyages scientifiques du XIXe siècle, toutes sortes de relations sont recensées. Elles sont pour la plupart le fruit d'une collaboration soutenue entre artistes et scientifiques. C'est ainsi qu'est conservé l'ensemble des manuscrits et dessins rapportés au XVIIe siècle par le père Plumier qui explora et décrivit le premier la faune et la flore des Antilles. Son travail reste inédit pour une large part. Rares également, les six volumes abondamment illustrés du Nouveau voyage aux Isles de l'Amérique (1722), du père Labat sont également inscrits au catalogue. D'autres explorateurs de la région sont présents dans ces riches collections. C'est le cas des œuvres du père Feuillée explorateur, au début du XVIIIe siècle, du Chili et du Pérou. L'œuvre des voyageurs naturalistes du XIXe siècle qui, en particulier, ont exploré les terres américaines constitue une part importante de ces fonds. Parmi eux, Alcide d'Orbigny fut sans doute l'un des plus productifs. Il rapporta de nombreux documents de ses voyages. Ses écrits, ses esquisses, ses notes, ses relevés, ses journaux, sont tous consignés ici. Notons enfin que cette bibliothèque est dépositaire de l'une des plus belles et des plus complètes collections françaises d'atlas de voyages publiés au XIXe siècle. À ces œuvres il convient d'ajouter les remarquables ouvrages illustrés de la faune et de la flore comme The Birds of America de Jean-Jacques Audubon (1828-1837).

136La bibliothèque du muséum a accumulé au cours du temps les archives de nombreux savants et artistes. Les carnets de terrains, les notes de voyages, les relevés, les cartes, les dessins ou encore les volumineuses correspondances contribuent à éclairer les chercheurs, historiens des sciences en particulier. Les recueils du père Plumier botaniste du roi (XVIIe siècle), les planches d'Alcide d'Orbigny ou les papiers d'Aimé Bonpland (XIXe siècle), pour ne citer ici que quelques exemples, ne cessent d'émerveiller par les véritables œuvres d'art qu'ils contiennent.

137Coordonnées
http://www.mnhn.fr/​museum/​foffice/​transverse/​transverse/​accueil.xsp
38, rue Geoffroy Saint-Hilaire
75005 Paris
Tél : +33(0) 1 40 79 36 27
Fax : +33(0) 1 40 79 36 56
bcmweb@mnhn.fr

Bibliothèque du Musée de l’Homme

138Le Musée de l'Homme occupe une place particulière dans ce catalogue d'établissements dépositaires d'informations sur l'Amérique latine. Les premiers fonds spécifiques conservés par la bibliothèque remontent à la création, en 1878, du musée d'Ethnographie du Trocadéro. À la demande du directeur Georges-Henri Rivière, ils furent organisés à partir de 1929 par Yvonne Oddon qui ouvrit la bibliothèque du musée d'Ethnographie.

139Lors de la fondation du musée de l'Homme, inauguré au moment de l'Exposition universelle de 1937, la bibliothèque pouvait déjà faire état d'importantes collections spécialisées en ethnologie, anthropologie et préhistoire. Elle possédait 250 000 volumes, 1 500 microformes, 5 000 titres de périodiques, 1 800 cartes, 700 pièces iconographiques (peintures, dessins, fusains, aquarelles, affiches). Bien que les fonds ne soient pas spécialisés sur l'Amérique latine, le nombre des documents sur cette région du monde y était relativement significatif (500 titres de périodiques sont relatifs à l'ensemble du continent, 9 000 ouvrages concernent l'Amérique du Sud, 8 000 l'Amérique moyenne et 1 500 les Antilles).
Ces chiffres ne peuvent guère surprendre : les archives de la Société des Américanistes ainsi que les nombreux ouvrages qu'elle reçoit du monde entier sont déposés à la bibliothèque depuis plus d'un siècle. La présence d'importantes collections latino-américaines dans les fonds s'explique également par le rôle éminent que Paul Rivet, co-fondateur du musée avec Georges-Henri Rivière, joua dans la mise en place des études sur l'Amérique latine en France. Sa bibliothèque personnelle et ses archives (17 mètres linéaires, 10 000 lettres) furent déposées dans cet établissement. D'autres prestigieux spécialistes de l'Amérique latine (Alfred Métraux, Roger Bastide, Jacques et Georgette Soustelle, Guy Stresser-Péan) ont légué au musée de l'Homme, tout ou partie de leurs collections personnelles.

140Le secteur Amérique de la bibliothèque s'intéressait à l'ethnologie, à la linguistique amérindienne et à l'archéologie précolombienne. Une importante collection de reproductions de manuscrits du Mexique préhispanique et colonial et tous les Congrès des américanistes, depuis le premier qui eut lieu à Nancy, étaient inscrits à l'inventaire.

141L'octroi, en 1982, d'un statut de diffusion scientifique en ethnologie et préhistoire reconnaissait la spécificité disciplinaire de ces fonds.

142Le service de la photothèque hérita des fonds du musée d'Ethnographie et de ceux du Laboratoire d'anthropologie du muséum dont les chercheurs avaient compris très tôt, l'intérêt de la photographie pour leur enseignement. De cette politique il résultait des fonds considérables qui comptent 176 daguerréotypes, 10 000 tirages environ du XIXe siècle aux années 1920, 41 000 plaques de verre négatives, 18 000 plaques de verre positives, 270 000 tirages modernes, 74 000 négatifs et 28 000 ektachromes.

143L'Amérique latine, dans ces fonds, était caractérisée par quelques trésors. Les photographies de Désiré Charnay réalisées au Mexique dans la deuxième moitié du XIXe siècle, 300 plaques négatives ramenées en 1883 de Terre de Feu par la mission scientifique du cap Horn ; les photographies de Jacques Soustelle, d'Alfred Métraux et de Claude Lévi-Strauss en font partie.

144Le musée de l’Homme possédait des collections archéologiques américaines qui étaient conservées entre 1850 et 1887 au musée du Louvre. Celles-ci provenaient des cabinets de curiosités royaux et du ministère de la Marine. Des collections particulières s’y ajoutaient : celle du diplomate Léonce Angrand, qui vécut au Pérou de 1834 à 1838, celles de Vivant Denon et de Lemoyne, consul de France à Lima de 1840 à 1849. D’autres voyageurs avaient également déposé au Louvre leurs collections avant la création, en 1878, du Musée Ethnographique du Trocadero. En 1887, ces ensembles rejoignirent le nouveau musée de la Colline de Chaillot, en même temps que les collections américaines des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye et de la société de Géographie.
Les archives du Musée de l’Homme comptent également des archives sonores (5 000 disques noirs, près de 600 cylindres, des disques compacts, près de 5 000 bandes magnétiques), ainsi que des archives audiovisuelles (films de chercheurs, enregistrements inédits, 35 000 phonogrammes) et contribuent avec les instruments de musique à préserver la mémoire musicale des sociétés non occidentales évoquées dans les collections.
Provenant d’achats, de legs, de donations, ces collections furent en permanence enrichies par le matériel de terrain des enseignants et des chercheurs. Un important matériel de recherche et d’enseignement est par conséquent consigné dans ses réserves.

145Le Musée de l’homme est actuellement fermé au public. Une partie de ses fonds, concernant notamment l’ethnologie et l’anthropologie, a été transférée au Musée du Quai Branly et à la bibliothèque du Musée du Quai Branly.
Le Musée de L’homme, situé au Trocadéro, est depuis lors en rénovation jusqu’en 2012. L’évolution du projet peut-être consultée sur http://www.museedelhomme.fr. Le site renvoie à un blog du projet de rénovation, très utile et très bien renseigné, ainsi qu’à un agenda des activités du musée hors les murs, dont des conférences, expositions permanentes et temporaires, des projections de films.

Bibliothèque du Musée du Quai Branly

146Le Musée du Quai Branly est dédié aux Civilisations non occidentales.
En affectant le bâtiment réalisé pour l'exposition coloniale de 1931 à un nouveau musée des Arts africains et océaniens en 1960, André Malraux redonnait des lettres de noblesse à des œuvres qualifiées avant lui d'art colonial. Ces œuvres, majoritairement issues des colonies d'Afrique et d'Océanie dépendantes de la France, provenaient pour partie des territoires français d'Amérique, Antilles et Guyane. Une belle collection d'ethnographie guyanaise du début du XXe siècle (plus de cent pièces) dévoile la richesse des cultures galibi, saramaka, wayane-roucouyenne, boni ou wayapi. Des objets, peintures et autres témoignages de la vie quotidienne provenant des différentes îles caraïbes mettent en valeur rites et modes de vie. Photographies, gravures, estampes, affiches complètent enfin ce précieux ensemble, et en sous-sol du musée, un aquarium présentant la faune aquatique intertropicale, donnait à voir des poissons et d'autres animaux marins ramenés d'Afrique, d'Amérique et d'Asie.
Les collections de ce musée, ainsi qu’une partie des collections de la bibliothèque du Musée de l’Homme ont aujourd’hui intégré le Musée du Quai Branly (MQB), qui a ouvert ses portes en 2006. Environ 300 000 objets ont aussi été transférés du Musée de l’Homme.
La documentation scientifique est présentée sous la forme de quatre catalogues, consultables en ligne : objets, iconothèque, médiathèque, documentation muséale et des archives. Une recherche fédérée est possible, qui combine plusieurs catalogues.
On notera aussi la possibilité de trouver sur le site de la documentation scientifique du MQB des bibliographies thématiques, parmi lesquelles « Les arts populaires mexicains », « Claude Levi-Srauss », « Planète métisse ».
La bibliothèque du MQB, intégrant le pôle documentaire appelé Médiathèque, fait état d’un catalogue de quelque 200 000 notices d’imprimés et plus de 4 000 références de documents audiovisuels.
Enfin, le fonds Henry Reichlen rassemble tous les types de documentation liée aux travaux scientifiques des époux Reichlen : cartes, notes, tirés à part, carnets. En 1938, les époux Reichlen partent pour l’Argentine, sous l’égide du musée d’Histoire naturelle de Fribourg (Suisse). Henry Reichlen est nommé assistant technique au musée archéologique de Santiago del Estero. Rentré en Europe, il poursuit des études d’ethnologie et est nommé par Paul Rivet responsable par intérim du département Amérique du Musée de l’Homme (1940-1947). Il fait ensuite partie de la mission ethnologique française au Pérou, de 1947 à 1952. Il parcourt le pays en compagnie de sa femme, Paule Barret, également anthropologue physique. Les époux Reichlen contribuent à une meilleure connaissance de l’archéologie péruvienne, en particulier dans le département de Cajamarca. Henry Reichlen rejoint en 1958 l’ethnologue Annette Emperaire en Patagonie chilienne et participe aux fouilles du site de Ponsonby, sur lequel vient de décéder accidentellement José Emperaire. Reichlen aidera Annette Empéraire à finir ce qu’elle avait commencé avec son mari, en se rendant également sur le site de fouilles des grottes Fell et Oosin Aike. Intéressé aux sciences naturelles et humaines, Reichlen se penche aussi sur des objets des collections du musée de l’Homme provenant de Martinique, Californie et Amazonie. On lui doit la publication dans le JSA du manuscrit Boscana, conservé à la BNF à Paris, considéré comme “le document ethnographique le plus important laissé sur les Indiens de Californie par les franciscains, qui les ont convertis de 1812 à 1822”.

147Coordonnées
Musée du Quai Branly (MQB)
37, quai Branly
75007 Paris
Tél : 01 56 61 70 00
http://www.quaibranly.fr
Médiathèque d’étude et de recherche
222, rue de l’Université
75007 Paris

Musée de la Marine

148Le Musée national de la Marine à Paris dispose d'une bibliothèque de 30 000 volumes anciens et modernes, français et étrangers couvrant l'ensemble du domaine maritime. On y trouve des ouvrages, des périodiques et divers autres documents sur l'Amérique latine et les Antilles : dossiers documentaires thématiques (typologie de navires, marine marchande, pêche, uniformes...), des dossiers nominatifs par bâtiments (uniquement marine de guerre), des dossiers biographiques et des œuvres d'artistes de marine, des photographies, des albums de voyage et des dessins d'embarcations relevés sur les côtes de l'Amérique du Sud du XIXe siècle.
Il est également à la tête de plus de 5 000 œuvres, objets et maquettes concernant l’ensemble du domaine maritime répartis entre les musées du Palais de Chaillot, de Toulon, de Brest, de Port-Louis et de Rochefort. Les collections latino-américaines ne sont pas anodines : on peut en effet relever les maquettes de paquebots et des affiches de compagnies maritimes pour les liaisons transatlantiques, des modèles de bateaux traditionnels réalisées à partir de relevés d’embarcations du XIXe siècle, et des reproductions de clippers qui assuraient la ligne d’Amérique du Sud pour le transport des nitrates. Des œuvres, des objets et des souvenirs liés aux campagnes militaires françaises dans les pays d’Amérique latine et notamment au Mexique complètent les collections. Ainsi, le musée possède une cloche mexicaine, résultat d’une prise de guerre. Une curiosité : à Paris comme à Rochefort, une copie de la toise de La Condamine qui mesura l’Equateur fait partie des collections.

149Coordonnées
Palais de Chaillot
17 place du Trocadéro
75116 PARIS
Tél : 33 (0)1 53 65 69 69
Fax : 33 (0)1 53 65 69 65
http://www.musee-marine.fr/​site/​fr/​presentation_palais_chaillot_trocadero

Centre de recherche sur l’histoire de l’Amérique latine et du monde ibérique – Institut Pierre Renouvin – Bibliothèque François Chevalier

150Dirigé jusqu’en novembre 2002 par le Professeur François-Xavier Guerra, le Centre de recherches sur l'histoire de l'Amérique latine et du monde ibérique (CRALMI) de l'Université de la Sorbonne-Paris I, a la charge d'une bibliothèque spécialisée de premier plan. Désormais sous la direction du Professeur Annick Lempérière, la bibliothèque a été créée en 1979 par François Chevalier.
La bibliothèque François Chevalier possède environ 5 000 volumes concernant plus particulièrement le Mexique et les origines de la Révolution mexicaine mais aussi le Venezuela, les Pays andins, l'histoire agraire et la religion populaire. La majorité des titres proviennent de la bibliothèque personnelle du fondateur versée dans les collections de cette précieuse bibliothèque. Le professeur François Chevalier a été en poste à l'Institut d'Amérique latine de Mexico où il a été successivement bibliothécaire et directeur, à l'Institut français d'études andines de Lima et à la Casa de Velazquez de Madrid. Sa bibliothèque personnelle est abondamment nourrie de livres d'histoire coloniale latino-américains que l'on ne trouve nulle part ailleurs en France. La collection de tirés à part issus de revues internationales sont sans doute l'une des richesses de ce centre. Le don de François Chevalier qui concerne également ses archives, s'élargit à ses carnets de terrain, ses études, ses dossiers de travail, ses photographies et ses films fort nombreux. L'ensemble de cette collection donne actuellement lieu à une recherche spécifique sur l'itinéraire scientifique de ce grand historien.

151Coordonnées
Institut Pierre Renouvin
1, rue Victor Cousin
75005 Paris
Tél : +33 (0) 1 40 46 27 90
ipr@univ-paris1.fr
http://ipr.univ-paris1.fr/​spip.php?rubrique11

152Centre de recherche sur l’Amérique latine et le monde ibérique
17, rue de la Sorbonne
Escalier C, 3e étage
75005 Paris
Tél : +33(0) 1 40 46 28 39
cralmi@univ-paris1.fr
http://ipr.univ-paris1.fr/​spip.php?article6
Réception : Eugenia Palieraki
Renseignements : Véronique Hébrard
Pour effectuer une recherche :
http://www.reseau-amerique-latine.fr/​bdd.php?base=chevalier2

Centre de recherche sur l’Amérique préhispanique (C.R.A.P.) et la bibliothèque Michelet

153Anciennement Centre de recherches en archéologie précolombienne de l'université de la Sorbonne-Paris 1, le C.R.A.P. a été fondé en 1973. Il réunissait environ 3 000 documents et 30 titres de périodiques spécialisés en archéologie, ethnohistoire et muséographie. L'ambassade du Mexique en France contribua à l'enrichissement des collections grâce à un don relativement important. Ce centre, rare sinon unique en France sur ce thème, a développé des recherches et une expertise sur l'identification, la localisation et la description des objets amérindiens présents dans les collections des musées de France et d'Europe.
Le C.R.A.P. est désormais Centre de recherche sur l’Amérique préhispanique, issu d’un enseignement spécialisé sur l’Amérique préhispanique au sein de l’UFR d’histoire de l’art et d’archéologie de l’université Paris IV.
La bibliothèque d’art et d’archéologie du Centre Michelet, auquel le C.R.A.P. est rattaché, a ouvert ses portes en 1997 dans les anciens locaux de la Bibliothèque Doucet. Il s’agit d’une convention entre les universités Panthéon-Sorbonne (Paris-I) et Paris-Sorbonne (IV). En février 2006, la bibliothèque de l’UFR de musique et de musicologie de Paris-Sorbonne a été intégrée à cet ensemble.
Les collections de la bibliothèque regroupent environ 100 000 livres et revues, dont 45 000 consacrés à l’histoire de l’art du Ve au XXe siècle et 22 000 documents consacrés à la musique et à la musicologie.

154Coordonnées
Centre Michelet d’histoire de l’art et archéologie
3, rue Michelet
75006 Paris
Tél : +33 (0) 1 53 73 70 90
Fax : +33 (0) 1 53 73 70 98
Marie-Daniele.Schaeffer@paris-sorbonne.fr
http://www.paris-sorbonne.fr/​fr/​spip.php?article427

Institut hispanique de Paris- UFR d’Etudes Ibériques et Latino-américaines et la bibliothèque Marcel Bataillon

155L'Institut hispanique de Paris, issu du Centre privé d'études franco-hispaniques fondé en 1913, ouvrit ses portes en 1928. Sa bibliothèque porte le nom, depuis 1978, du prestigieux historien et hispaniste Marcel Bataillon qui enseigna dans cet établissement de 1937 à 1945.
Spécialisée dans les études ibériques et latino-américaines, elle fait partie depuis 2001 du service commun de documentation de l'université de la Sorbonne-Paris IV. Elle conserve moins de documents sur l'Amérique latine que sur la Péninsule ibérique, car à la création de l'Institut des Hautes Etudes de l'Amérique Latine en 1954, le partage des acquisitions entre ces deux bibliothèques s'est effectué clairement pour que l'IHEAL couvre les besoins en information sur la région. La bibliothèque hispanique conserve en conséquence dans ce domaine des travaux universitaires et quelques documents nécessaires aux enseignements.
Elle affiche 250 000 ouvrages, 160 titres de périodiques dont 54 en cours, ainsi que des thèses et des ouvrages rares contenus dans les legs de professeurs (Aurelio Viñas, Marcel Bataillon, entre autres). Il convient de souligner l’importance de son fonds ancien dont un inventaire minutieux a été réalisé par Jean-Michel Guittard. Quelques pièces concernent l'Amérique latine, notamment des manuscrits du siècle d'or dont certains, relatifs aux acteurs de l'histoire de la conquête et de la colonisation du Pérou, constituent assurément l'un des apports les plus originaux de ce fonds.

156Coordonnées
31, rue Gay-Lussac
75005 Paris
Tél : + 33(0) 1 40 51 25 00
iberique@paris-sorbonne.fr
http://www.univ-paris4.fr/​fr/​spip.php?rubrique1253

Institut d’études portugaises, brésiliennes et d’Afrique lusophone de Paris

157L'Institut d'études portugaises, brésiliennes et d’Afrique lusophone de Paris fondé en 1919 est attaché à l'université de la Sorbonne nouvelle Paris III. Sa bibliothèque possède des fonds rares et précieux sur le Portugal et le Brésil (plus de 30 000 ouvrages, 370 titres de périodiques, 600 diapositives), constitués en grande partie par des legs de professeurs (Georges Le Gentil, E. Lambert, Marcel Bataillon) ou des dons particuliers (Cicero Dias, Marqués de Faria). Longtemps fermée au public, elle fait désormais partie du service commun de documentation de son université de rattachement qui permet de donner accès à un fonds à bien des égards exceptionnel.

158Coordonnées
17, rue de la Sorbonne
75230 Paris
Tél : +33 (0) 1 40 46 29 19
Fax : +33 (0) 1 43 25 74 71
Responsable
Alain.Dupuis@univ-paris3.fr
http://www.scd.univ-paris3.fr

Université de Sorbonne Nouvelle Paris III

159L'université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III propose de nombreux enseignements dans le domaine des sciences humaines et plus particulièrement dans les disciplines de langues, civilisations et littératures. Le secteur ibérique et ibéro-américain y est fort développé et l'on trouve dans la bibliothèque de cet établissement de nombreux ouvrages (livres, périodiques, travaux universitaires) illustrant ces disciplines. Le fonds dans ces domaines s'est enrichi du don fait par Claude Fell, grand spécialiste des littératures latino-américaines.

160Coordonnées
13, rue de Santeuil
75231 Paris cedex 05
Tél : +33 (0) 1 45 87 48 29
Fax : +33 (0) 1 45 87 48 26
http://www.scd.univ-paris3.fr

BDIC- Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

161Bien que située hors de Paris, la BDIC de Nanterre mérite d’être signalée parmi les ressources documentaires de Paris, notamment parce qu’elle est desservie très facilement. Les fonds relatifs à l’Amérique latine ont été constitués dès les origines en 1917, la bibliothèque conserve un nombre important de titres, souvent rares, concernant cette région du monde pendant la Première Guerre mondiale. Les collections sont rassemblées ici davantage par centres d’intérêt que par pays, l’accent est mis sur certaines nations à différents moments historiques : l’Argentine de Perón, le Chili d’Allende ou Cuba sous Castro, par exemple. Dans l’ensemble prédominent les travaux d’économistes, de sociologues, de politologues, d’historiens ou de géographes. La presse, y compris la presse périodique, les collections de documents divers (brochures, tracts, enregistrements sonores, films, archives, etc.) constituent un corpus considérable pour la connaissance de l’Amérique latine contemporaine. Le fonds est essentiellement consacré au développement et à l’évolution politique des différents pays, aux oppositions, aux conflits internationaux et aux mouvements sociaux. Une part importante est faite aux guérillas et aux organisations clandestines.
Le Musée d’histoire contemporaine, département de cet établissement exceptionnel, possède de nombreuses collections d’affiches venant d’Amérique latine ou d’Europe (mouvements de soutien aux Latino-Américains par exemple).
La spécificité et l’ampleur des collections rendent possible l’étude des relations interaméricaines multilatérales, les relations bilatérales entre les différents pays et les liens entre ces pays et l’Europe. Par ailleurs, la BDIC reçoit régulièrement divers dons d’ouvrages, périodiques et documents sur des thèmes variés (vie politique, publications de partis, associations de défense des droits de l’Homme, questions économiques, etc.). Des fonds d’organismes disparus, souvent actifs sur le terrain de la solidarité ont été déposés dans cet établissement et viennent y grossir l’offre d’informations proposée. C’est le cas, parmi d’autres, du CID-Centre international pour le développement (1964-1984) ou du CETRAL-Centre d’études sur le tiers-monde et l’Amérique latine (1975-1986).

162De façon générale, tous les pays du continent américain sont concernés dans ces collections. Toutefois, les fonds argentins et boliviens sont sans doute les plus spécifiques. Du point de vue de l’histoire ouvrière et sociale argentine, la BDIC présente toute une collection d’ouvrages de l’époque de la Première Guerre mondiale, permettant de connaître les positions de la société face à la guerre. Pour les périodiques, les exemplaires de La Razón, La Argentina, Los Andes, de la province de Mendoza, les collections des journaux de collectivités étrangères : le Giornale d’Italia de Buenos Aires et le Argentinisches Tageblatt, représentent une importante matière première pour analyser la réalité argentine du début du siècle. Pour l’étude des organisations et courants politiques ouvriers, la bibliothèque conserve, par exemple, quelques numéros de journaux anarchistes, de nombreux titres d’autres partis comme Acción Socialista, La Internacional, organe du parti communiste argentin, mais aussi les journaux de plusieurs unions ouvrières. Les courants marxistes peuvent être étudiés à partir d’une documentation rare et diversifiée comme le libre du sénateur socialiste Del Valle Ibarlucea, La cuestión internacional y el PS, pour la période de la Première Guerre mondiale, ou le texte de José Ingenerios, La Democracia funcional en Rusia.
Les collections boliviennes sont moins fournies et plus rares : depuis 1985, la BDIC participe à un programme de récupération des archives et documents relatifs à l’histoire de la Centrale ouvrière bolivienne (COB). La documentation collectée (livres et brochures, interviews, documents internes, tracts …) concerne la vie politique, économique et sociale bolivienne. D’autres archives de ce pays ont pu être sauvegardées et notamment celles du Mouvement national révolutionnaire.
Par ailleurs, la BDIC achète régulièrement des microfilms étrangers permettant de compléter les collections françaises. C’est ainsi que l’on peut avoir accès aux fonds conservés à Washington sur les relations USA-Amérique latine depuis 1910 jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. De façon générale d’autres thèmes peuvent être abordés compte tenu de l’extrême richesse et variété de ces fonds.

163Coordonnées
BDIC
6, allée de l’Université
92001 Nanterre cedex
Tél : +33 (0) 1 40 97 79 00
Fax : +33 (0) 1 40 97 79 40
http://www.bdic.fr/​index.php
courrier.bdic@u-paris10.fr

Colegio de España

164Le Colegio de España possède une bibliothèque de plus 19 000 ouvrages en langue espagnole, ainsi que 250 titres de périodiques et une médiathèque. On y trouve de nombreux ouvrages parus récemment en Espagne. Outre sa bibliothèque, le Colegio est aussi un lieu animé d’échanges culturels et de conférences, séminaires ou ateliers de recherche qui se déroulent au sein de son cadre agréable.

165Coordonnées
7E bd Jourdan
75014 Paris
Tel : +33 (0) 1 40 78 32 00
Fax : +33 (0) 1 45 80 39 58
http://www.bdic.fr/​index.php
biblioteca@colesp.org

Bibliothèque Octavio Paz - Institut Cervantes

166L’institut Cervantes de Paris, inauguré en 1952, possède une bibliothèque intéressante permettant, comme au Colegio de España, d’avoir accès à des livres parus chez des Editeurs espagnols et dont la diffusion n’est pas toujours assurée en France. La bibliothèque Octavio Paz propose environ 50 000 monographies, 300 périodiques, dont des quotidiens, ainsi qu’une médiathèque (DVD, VHS, CD, etc.) et des thèses doctorales microfilmées.

167Coordonnées
11, Av. Marceau
75116 Paris
Tel.: 01-47-20-70-79
Fax: 01-47-20-58-38
Responsable
Paz V. de Troya
bibpar@cervantes.es
Rocío Álvarez
bibpar1@cervantes.es

Musée du Louvre

168Fondé en 1793 par la République française, le musée du Louvre constitue l'un des tout premiers musées européens. Les collections, de caractère encyclopédique, sont organisées en sept départements et rassemblent des œuvres datant de la naissance des grandes civilisations antiques jusqu'à la première moitié du XIXe siècle. Certaines d'entre elles inspirées par l'Amérique sont inscrites au catalogue et sont présentées au public au gré des expositions. Etranges parfois, elles témoignent toujours du goût de leur époque. Choses vues : le peintre hollandais Frans Post peint le Brésil tel qu'il l'a rencontre dans la deuxième moitié du XVIIe siècle : sucrerie, fort, paysages, «fazenda»; Alexandre Jean Noël vers la fin du XVIIIe siècle réalise des dessins scientifiques à partir de la réalité qu'il rencontre. Dans l'ensemble ce sont des œuvres de facture différente qui ne peuvent que charmer ou surprendre. Certaines y entrèrent avec la création par Charles X du musée Dauphin en 1827, quelques-unes proviennent des collections du ministère de la Marine. Plusieurs ont appartenu à Vivant Denon, d'autres ont été ramenées par Cook, Bougainville, Lapérouse ou Dumont d'Urville.

169Coordonnées
http://www.louvre.fr

Le Centre Georges Pompidou

170Le centre Georges Pompidou contient les richesses du musée national d’Art moderne et du Centre de création industrielle, qui restent méconnues. De la peinture aux nouveaux médias, un nombre important d’œuvres des plus grands artistes latino-américains du XXe siècle se trouve dans les collections. Nous avons à maintes reprises souligné la présence des toiles de Matta et Wifredo Lam dans les musées français. Le musée national d’Art moderne possède pour ces deux artistes, des œuvres majeures, comptant certainement parmi les plus décisives qu’ils aient produites. Elles sont loin cependant d’être les seules œuvres latino-américaines inscrites à l’inventaire. Nous ne pouvons ici en dresser le catalogue, mais si nous considérons le seul Brésil, quelques exemplaires peuvent être choisis dans le domaine des arts plastiques, du dessin, de la photographie, du film ou de la vidéo afin de suggérer la richesse de ces collections et d’inviter le public à se déplacer. Au gré des expositions, il pourra admirer les œuvres d’artistes comme Arthur-Luis Piza ou Sergio Telles, des photographies de Sebastião Salgado, de Alecio de Andrade, de Miguel Rio Branco, de Chistiano Mascaro, des sculptures de Franz Krajcberg, des toiles de Monteiro ou des vidéos d’Eder Santos. Toutes ne sont pas dans les galeries permanentes. Fort heureusement, des expositions temporaires relativement fréquentes permettent au public d’apprécier l’immense variété, puissance et profondeur des œuvres produites par des créateurs et des courants artistiques d’outre-Atlantique.

171Coordonnées
Centre Pompidou
75191 Paris cedex 04
+33(0)1 44 78 12 33
http://www.centrepompidou.fr

Service historique de la Défense - Vincennes

172Les services historiques des armées étaient au nombre de quatre avant 2005 : le service historique de l’armée de l’air, le service historique de l’Armée de terre, le service historique de la Marine et le service historique de la Gendarmerie nationale. Les trois premiers étaient abrités au Château de Vincennes, le quatrième au Fort de Charenton à Maisons-Alfort. Aujourd’hui viennent s’ajouter les archives de l’armement, situées à Châtellerault. Les archives de la Gendarmerie sont conservées dans plusieurs centres (Le Blanc, Fontainebleau) et sont consultables au service historique de la Défense à Vincennes mais doivent faire l’objet d’une réservation.
Les archives versées à ces différents services, aujourd’hui regroupés en un seul, le service historique de la défense, font partie des services de la Défense. Elles ne dépendent pas du ministère de la Culture. Ce service historique de la Défense recueille, conserve, classe et communique les documents provenant du ministère de la Défense et des forces, services, établissements et organismes des armées comme de toute autre structure rattachée à ce ministère.
Pour les archives concernant l’Amérique latine, nombreuses dans ces différentes institutions, un Guide des sources de l’histoire de l’Amérique latine et des Antilles dans les archives françaises a été réalisé par les Archives nationales, sous l’égide de l’Unesco en 1984. Les principales séries intéressant l’Amérique latine y sont signalées. Il serait trop long de détailler ici l’ensemble des dossiers déposés. Nous nous contenterons d’indiquer globalement le type de documents que l’on peut trouver dans les archives militaires, en conservant les cadres de l’ancienne division en quatre services distincts, comme c’est toujours l’usage.
De très rares documents concernent l’Amérique latine dans les archives de l’Armée de l’air. Tout au plus trouve-t-on des pièces touchant au personnel cubain et brésilien dans l’aéronautique militaire durant la Grande guerre et quelques minces dossiers concernant l’Argentine, l’Uruguay, le Chili, le Guatemala et le Brésil entre les deux guerres.
Dans les archives du service historique de l’Armée de terre, on trouve de nombreux dossiers grâce auxquels on peut mesurer la politique du pays dans les îles françaises d’Amérique et dans les autres pays de la région, de l’Ancien Régime à la période contemporaine. Citons quelques exemples parmi tant d’autres : plusieurs cartons concernent les expéditions françaises à Saint -Domingue en 1792 ou au Mexique en 1863, d’autres séries proposent des rapports et des mémoires sur la situation des différents pays, sur le mouvement des troupes, sur la justice militaire, sur le siège des places étrangères, sur la propagande ennemie pendant les deux guerres mondiales, etc. Des cartes, des plans, des atlas historiques, des photographies, des gravures et des estampes sont autant de documents qui enrichissent une documentation déjà très fournie.
Les documents conservés dans les archives du service historique de la Marine sont la suite chronologique des séries déposées aux Archives nationales. Les fonds anciens, des XVIIe et XVIIIe siècles, se trouvent donc au centre historique des archives nationales, à Paris.
Les documents postérieurs à 1870 se trouvent à Vincennes, mais il existe de nombreuses exceptions à cette règle. Les documents que l’on trouve dans ces fonds témoignent de la forte présence de la Marine française dans l’océan Atlantique au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Pour trouver des documents sur l’Amérique latine, on peut consulter de nombreux dossiers et notamment les diverses correspondances conservées dans les divisions navales de l’Atlantique. On trouve de multiples renseignements dans d’autres séries sur les armements, sur les marines étrangères et notamment sur les marines marchandes d’Amérique latine et des Antilles. Mais un grand nombre d’autres séries, comme celles relatives au personnel, au matériel naval, à la guerre de 1914-1918, recèlent de nombreuses informations spécialisées. Après 1920, les archives sont incomplètes car un certain nombre d’entre elles ont été détruites durant la Seconde Guerre mondiale. Un grand nombre de cartes et plans relatifs aux fortifications sont disponibles dans ce dépôt qui conserve par ailleurs une iconographie fort riche sur différents supports. Les archives des arrondissements maritimes sont conservées à Cherbourg, Brest, Lorient, Rochefort et Toulon. Ajoutons que ces différents services sont à la tête d’importantes bibliothèques spécialisées, qui permettent de compléter les recherches. 20 000 volumes pour le service historique de l’Armée de l’air, 300 000 pour celui e l’Armée de terre et plus de 600 000 volumes pour le service historique de la marine.
Pour l’ensemble des coordonnées, nous renvoyons directement au site Internet, qui comporte les informations et les orientations nécessaires, ainsi qu’un catalogue des archives et un accès à des fonds en ligne.

173Coordonnées
http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr

Haut de page

Notes

1 Ingénieur au Centre de Recherche et de Documentation de l’Amérique latine (CREDAL), laboratoire associé à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine, de l’université de la Sorbonne Nouvelle. Elle est également présidente du REDIAL, Réseau européen documentation et d’information sur l’Amérique latine.

2 Notre rédactrice en chef signale, par exemple, le restaurant argentin El Sur, dans le Quartier latin.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits photo©AA
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/57639/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Crédits photo©AA
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/57639/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Crédits photo©AA
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/57639/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Crédits photo©AA
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/57639/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Crédits photo©AA
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/57639/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Crédits photo©AA
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/57639/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Crédits photo©AA
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/57639/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Crédits photo©AA
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/57639/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Crédits photo©AA
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/57639/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Crédits Photo©AA
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/57639/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Crédits photo©AA
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/57639/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Crédits photo©AA
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/57639/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Crédits photo©AA
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/57639/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Crédits photo©AA
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/57639/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Crédits photo©AA
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/57639/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse et Mona Huerta, « Guide du chercheur américaniste : l’Amérique latine dans les bibliothèques et centres d’archives de Paris et d’Île de France », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Guide du chercheur américaniste, mis en ligne le 24 novembre 2009, consulté le 20 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/57639 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.57639

Haut de page

Auteurs

Aude Argouse

Articles du même auteur

Mona Huerta

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page