Navigation – Plan du site
Elizabeth Burgos

Benedict Anderson, Les bannières de la révolte. Anarchisme, littérature et imaginaire anticolonial. La naissance d'une autre mondialisation, Paris, La Découverte, 2009, 261 p.

[26/11/2009]

Texte intégral

1Avant d'aborder Anarchisme, littérature et imaginaire anticolonial. La naissance d'une autre mondialisation, il me semble utile de revenir à l'ouvrage qui a été à l'origine de la renommée internationale de l'historien britannique Benedict Anderson, spécialiste du Sud-est asiatique, L'Imaginaire national : réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme (La Découverte, 2002), car tous deux s'inscrivent dans un même axe de recherche : la question de la nation et la naissance du sentiment national dans les états issus de situations coloniales.

2Dans L'Imaginaire national, la principale idée qui a frappé l'attention du monde académique est la définition inédite de la « nation » qui pour l'auteur serait une « communauté politique imaginaire et imaginée » s'écartant ainsi de la définition conceptuelle classique.

3Dès lors ce nouveau concept est considéré par les chercheurs britanniques comme un apport théorique majeur en termes de « géographie politique ». Publié à Londres en 1983, devenu un best-seller, il propose une définition de l'idée nationale dont découle l'émergence du sentiment national et la question cruciale du nationalisme. Sans aller à l'encontre de la théorie marxiste ou de la définition classique proposée par Ernest Renan dans sa célèbre conférence « Qu'est-ce qu'une nation ? » prononcée à la Sorbonne le 11 mars 1882, Anderson se propose d'introduire au sein de ce corpus théorique, un élément jusqu'alors négligé mais pourtant fondamental : le processus de formation de la nation dans les pays émancipés d'un pouvoir colonial. L'ouvrage a suscité un intérêt considérable, en particulier auprès des chercheurs de langue anglaise, mais surtout auprès des universitaires des anciennes colonies britanniques d'Afrique et d'ailleurs. Rarement un travail de recherche académique a atteint un tel impact au point d'avoir inspiré un nouveau terrain d'étude pour tous ceux qui s'intéressent aux problèmes posés par le nationalisme ou par l'idée de nation dans le monde. Considéré aujourd'hui comme l'ouvrage incontournable sur cette épineuse question, il n'a pourtant vu le jour en France qu'en 2002.

4Benedict Anderson réfute l'hypothèse d'une origine purement européenne du nationalisme. Pour lui, le nationalisme, qui existe dans le monde entier, doit être conçu «comme une manière d'être-au-monde à laquelle nous sommes tous soumis, plutôt que simplement, l'inspiration d'une idéologie politique de quelqu'un d'autre» (p. 9). C'est tout d'abord l'étude des cas latino-américains (« pionniers du nationalisme politique moderne ») et indonésien qui sert de source d'inspiration de la définition de la nation comme «communauté politique imaginaire, et imaginée comme intrinsèquement limitée et souveraine» (p. 19). Cependant, le fait d'être des « communautés imaginées » ne veut pas dire que l'idée de nation soit fausse. Bien au contraire, pour lui, la nation est une construction du collectif dont découle des processus populaires qui rendent possible le partage en commun des croyances et des sensibilités. L'émergence du capitalisme, la diffusion de l'imprimerie, le colonialisme et les nouveaux États issus de la fin du colonialisme, sont autant d'éléments d'explication et de réflexion analysés par Anderson dans cette recherche rigoureuse et brillante.

5Les bannières de la révolte. Anarchisme, littérature et imaginaire anticolonial. La naissance d'une autre mondialisation, initialement publié à Londres (2005) sous le titre Under Three Flags. Anarchism and the Anticolonial Imagination Anderson revient, une fois encore, avec une œuvre d'une originalité incontestable.

6Selon les propres paroles de l'auteur, (p. 8) s'inspirant de Melville, il entend dresser une sorte d' « astronomie politique » afin de cartographier la « force de gravitation » qu'exerça l'anarchisme sur les mouvements nationalistes militant dans les différents coins de la planète et l'importance de la littérature comme source d'inspiration de ces luttes.

7Deux instances à première vue improbables vont constituer le fil conducteur de l'ouvrage : l'anarchisme, ennemi de l'État et qui abhorre l'idée d'appartenance nationale, apparaît sinon comme inspirateur de mouvements nationalistes, au moins comme force solidaire des militants nationalistes. La littérature vient en quelque sorte combler la place normalement dévolue aux théories politiques, comme le marxisme dont l'influence, à l'époque, était déjà bien établie en Europe. Mais le marxisme se tient à l'écart de ces expériences dans des sociétés « dépourvues de prolétariat et d'industrie moderne. » Car après tout, Marx ne meurt qu'en 1883 et l'on connaît son hostilité à l'égard de Simon Bolivar. A ses yeux, ces nationalismes qui naissaient dans les colonies, évoluent « hors de l'Histoire ». Marx et Engels n'ont jamais quitté l'Europe, en revanche, l'anarchiste Malatesta passa quatre ans à Buenos Aires. Anderson pointe d'ailleurs non sans ironie que le 1er Mai commémore l'exécution aux États-Unis d'immigrants anarchistes et non marxistes.

8Le livre se centre sur la fin du XIX siècle et sur les mouvements d'insurrection nationalistes à Cuba (1895) et aux Philippines (1896). Ces deux dernières colonies de l'Empire espagnol ont coordonné pendant un temps leur action. Ce serait le premier exemple d'une coordination intercontinentale de cette nature dont les représentants se retrouvaient à Paris, Hong Kong, Londres et New York. Grâceaux archives locales et à la maîtrise des langues régionales, l'auteur a pu établir au combien les nationalistes chinois suivaient de près et avec intérêt les événements qui se déroulaient à Cuba et aux Philippines. À leur tour, Philippins et Cubains trouvaient des alliés parmi les anarchistes français, espagnols, italiens, belges et britanniques. De là l'idée d'une « autre mondialisation. » Ce sont ces interconnexions planétaires qui sont à l'origine de cette mondialisation des mouvements indépendantistes.

9C'est sur un arrière fonds où se déroulent les trois guerres les plus longues et meurtrières de cette période - guerre civile en Chine, aux États-Unis, la guerre de Crimée et la guerre de la Triple Alliance contre le Paraguay - ainsi qu'une Europe ravagée par une vague de terrorisme d'origine anarchiste, sans oublier l'éveil des rivalités entre puissances impérialistes, que les principaux acteurs du livre vont jouer leurs rôles de militants politiques qui se déplacent à travers l'Asie, l'Europe et l'Amérique. À l'époque, il n'existait pas encore de « langue internationale » telle que l'anglais. Ainsi les Philippins écrivaient en allemand, en anglais, en japonais, et entre eux, ils correspondaient en français, espagnol ou en tagalog. Ces polyglottes communiquaient de manière efficace car « ils pratiquaient un internationalisme sans compromis ».

10La trame du livre est portée par la biographie de trois patriotes philippins nés au début des années 1860 : José Rizal, jeune médecin philippin (1861-1896) qui a voué sa courte vie à deux grands projets : libérer son pays du joug espagnol et écrire des romans. Il n'en écrira que deux, mais le premier, Noli me Tangere, œuvre picaresque qui décrit le monde colonial des Philippines, deviendra un grand classique de la littérature castillane ; Isabelo de los Reyes, pionnier de l'anthropologie aux Philippines et journaliste d'opinion, et Mariano Ponce, organisateur du mouvement nationaliste philippin. De Manille à Madrid, de Paris à La Havane, l'auteur reconstitue la formation d'une pensée indépendantiste et comment celle-ci se nourrira des influences qu'au fur et mesure nos héros vont rencontrer au cours de leurs pérégrinations, devenant ainsi les prophètes du nationalisme philippin.

11Dans les deux premiers chapitres l'auteur situe le contexte de son sujet. Manille dans les années 1880 et les protagonistes avant qu'ils n'entament le long voyage initiatique et leur retour au point de départ et au dénouement tragique pour Rizal qui, tel un héros romantique, a péri sous le feu d'un peloton d'exécution. Ces deux chapitres offrent une étude comparée de deux ouvrages qui vont faire corps avec leurs auteurs et devenir les symboles de la résistance anticoloniale aux Philippines. El folk-lore filipino (Manille, 1887) de Isabelo de los Reyes, et le remarquable El Filibusterismo (Gand, 1891), second roman de Rizal qui n'a rien à envier aux romans du « boom » latino-américain des années 1960-1970. Le premier utilise les travaux d'ethnologues et de folkloristes européens de l'époque dont il se sert pour décrédibiliser l'image faussée des Philippines que les autorités coloniales religieuses et laïques de son pays avaient créée. Quant au romancier, il s'inspire avec profusion de figures clés de l'avant-garde littéraire française, espagnole et hollandaise et devient le premier exemple de sujet colonial à produire un roman à contenu violemment anticolonial hors d'Europe.

12Le troisième chapitre abandonne l'aspect littéraire pour se centrer sur l'aspect politique, ayant toujours comme point d'ancrage El Filibusterismo, mais cette fois-ci pour expliquer les années de formation intellectuelle de Rizal en Europe de 1882 á 1891, et des conséquences de la publication de son premier roman, Noli me tangere, qui fit de lui le symbole de la lutte anticoloniale aux Philippines. El Filibusterismo est un roman de texture davantage universelle, une immense fresque où l'on voie évoluer, des Espagnols et des Philippins, mais également des personnages venus de France, de Chine, des États-Unis, de Cuba. La toile de fond dessine la présence de Bismarck, d'Alfred Nobel, le nihilisme en Russie, l'anarchisme à Barcelone et en Andalousie.

13Le quatrième chapitre se centre sur les quatre dernières années de la vie de Rizal, de son retour au pays natal en 1891 jusqu'à son exécution en 1896. Une grande partie de ce chapitre est vouée à Rizal et à l'échec de son projet, vouloir fonder une colonie philippine au nord-est de Bornéo, ainsi qu'à ses relations houleuses avec le mouvement Katipunan, à l'origine d'un mouvement armé contre le pouvoir espagnol en 1896. Rizal s'était opposé aussi bien aux méthodes brutales des indépendantistes ultra, qu'à l'oppression du pouvoir colonial espagnol. Ce chapitre traite également des communautés d'émigrés cubains en Floride et à New York, ce qui permit à Martí d'organiser une insurrection armée en 1895.

14Le cinquième chapitre dessine comme nul autre la complexité et la richesse de ces réseaux intercontinentaux participant de la première mondialisation ; il a comme toile de fond une Barcelone en état de guerre au lendemain de l'attentat anarchiste le plus sanglant d'une longue série qui va secouer la ville. La répression fut sanglante. La loi martiale fut décrétée par la Premier ministre Cánovas, (assassiné en 1897 par un jeune anarchiste italien) et autorise les pratiques de torture dans la forteresse de Montjuïc. Parmi les prisonniers se trouvait l'anarchiste cubain Tárrida del Mármol. Libéré, il s'installe à Paris et publie des articles dans la Revue blanche, à l'époque la revue d'avant-garde française par excellence où il dénonçait les vagues de répression pratiquées par le pouvoir espagnol à Cuba, Porto Rico, Barcelone et les Philippines. Ses alliés parisiens étaient Félix Fénéon et Georges Clemenceau. Le premier est un brillant critique d'art mais aussi militant anarchiste et anti-impérialiste. Clemenceau, maire de Montmartre pendant la Commune, s'est engagé dans la lutte contre les pouvoirs coloniaux.

15Les deux derniers chapitres sont consacrés à l'activité d'Isabelo de los Reyes et de Mariano Ponce, grand ami de Rizal. L'auteur s'intéresse surtout à la correspondance de Ponce avec des Philippins, mais aussi avec de nombreux étrangers, couvrant une aire géographique planétaire : Mexico, Nouvelle-Orléans, New York, Barcelone, Paris, Londres, Amsterdam Shanghai, Tokyo, Singapour. L'auteur prend la mesure de son influence au Japon et au sein de la communauté chinoise qui y résidait.

16Isabelo, quant à lui, fut emprisonné après l'insurrection de Katipunan et envoyé à Barcelone dans la prison de Montjuïc, où il se lia d'amitié avec des anarchistes catalans. De retour aux Philippines il va affronter le nouveau régime colonial imposé par les États-Unis. Il fit entrer les œuvres de Kropotkine, Marx et Malatesta aux et fonda le premier syndicat aux Philippines.

17Pour clore le livre, l'auteur tient à rendre hommage à Isabelo de los Reyes et à Mariano Ponce, car si des centaines de statues et monuments en honneur de Rizal décorent les places aux Philippines, ces deux hommes exceptionnels sont tombés dans l'oubli, alors qu'ils sont des « nœuds essentiels dans la complexité infinie des réseaux intercontinentaux caractéristiques de l'âge de là première mondialisation ».

18Benedict Anderson nous entraîne sur les traces des protagonistes de l'indépendance des Philippines, à travers un voyage littéraire et politique allant de Manille à Madrid, et puis Hong Kong, Yokohama, Vienne, Macao, Barcelone, Paris, Cadix, Singapour, etc. Il décèle les influences politiques et littéraires et les liens entre le soulèvement armé à Cuba et les manifestations anti-impérialistes en Chine et au Japon, les rapports avec les milieux anarchistes espagnols, des cercles littéraires parisiens et du monde universitaire allemand. Il montre notamment à quel point l'anarchisme européen eut une influence déterminante - plus que le marxisme - sur la formation intellectuelle des militants anticolonialistes de l'époque.

19Un travail de recherche exemplaire qui devrait inspirer les américanistes qui se consacrent à l'étude des indépendances et de l'émergence de la nation en Amérique latine. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Burgos, « Benedict Anderson, Les bannières de la révolte. Anarchisme, littérature et imaginaire anticolonial. La naissance d'une autre mondialisation, Paris, La Découverte, 2009, 261 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 26 novembre 2009, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/57655

Haut de page

Auteur

Elizabeth Burgos

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page