Navigation – Plan du site
Aude Argouse

Bastien Bosa & Eric Wittersheim (eds.), Luttes autochtones, trajectoires postcoloniales.(Amériques, Pacifique), Paris, Editions Karthala, 2009, 268 p., coll. Les terrains du siècle

[30/11/2009]

Texte intégral

  • 1 Victoria Chenaut González et María Teresa Sierra, Pueblos indígenas ante el derecho, México, CIESAS (...)

1Ce livre présente diverses études de cas – la Nouvelle-Calédonie, le Mexique et les Etats-Unis, l’Australie, le Chili, la Colombie, le Panama, l’Equateur et la Guyane – concernant l’entrée des représentants des luttes autochtones dans les champs d’action politique et juridique. Ces études empiriques s’inscrivent dans une ethnographie et une anthropologie des peuples et des individus indigènes qui propose d’allier une réflexion théorique et des recherches de terrain de première main effectuées ces dernières années. En 1995, le travail de Victoria Chenaut et Maria Teresa Sierra sur le Mexique, Pueblos indígenas ante el derecho, issu d’une rencontre qui s’était tenue à Vera Cruz en 1992, avait agrandi l’espace de réflexion puisqu’étaient conviés des avocats, des sociologues, des ethnologues et des anthropologues1. Dans l’ouvrage de Eric Wittersheim et Bastien Bosa, les auteurs ne sont pas professionnels du droit mais universitaires et chercheurs et l’on peut saluer la présence de doctorants, venus de disciplines différentes (sciences politiques, anthropologie, sociologie), conférant à l’ensemble une nature proprement réflexive et dynamique. Ces études laissent une part importante à la prise de parole militante et montrent très pertinemment combien les enquêtes de terrain se sont trouvées considérablement modifiées par la reconnaissance de la question indigène sur le plan international.

2L’espace de réflexion est agrandi dans sa géographie puisqu’il s’étend de part et d’autre du Pacifique et du nord au sud de l’Amérique. L’ambition de cet ouvrage n’est pas de couvrir une zone gigantesque mais de donner à voir une déclinaison d’un phénomène au moins double – l’action politique des agents et la réception des discours institutionnels internationaux – dans des contextes variés, c'est-à-dire en tenant compte de singularités locales.

3Divisé en trois parties, l’ensemble des contributions entend décliner le phénomène de la participation politique des autochtones selon trois registres de légitimation identifiés à l’échelle municipale (élections, coutumes et militantisme) ; selon les techniques juridiques de revendication utilisées dans des procès ; enfin, selon l’engagement ou le désengagement de certains agents. La déclinaison se fait dans des contextes de territoires historiquement placés sous des souverainetés différentes : française pour la Nouvelle-Calédonie et la Guyane, anglaise pour l’Australie et les Etats-Unis et espagnole pour le Mexique, le Panama, la Colombie, l’Equateur et le Chili.

  • 2 Adam Kuper, « The return of the Native », Current Anthropology, 2003, vol. 44, n°3, pp. 389-402.

4L’ouvrage constitue aussi une réponse à un texte de Adam Kuper datant de 2003 dans lequel l’anthropologue sud africain affirme que les revendications indigènes induisent un essentialisme inquiétant et un « retour au primitivisme »2. A. Kuper remet par conséquent en question la légalité de certaines décisions concernant des revendications indigènes. La réaction des auteurs de Luttes autochtones, en particulier ses coordinateurs, vise à démontrer qu’en aucun cas les revendications indigènes ne peuvent être assimilées à des « supercheries », quand d’autres ne le seraient pas.
Cependant, le prétexte du livre ne conduit pas les auteurs – et c’est pour le mieux – à démontrer la légitimité de formes de discriminations positives fréquemment dénoncées par ceux qui visent à rendre irrecevables les actions en revendication des peuples indigènes. Le piège de l’idéologie ne se referme donc pas sur les auteurs qui s’en tiennent à des notions d’autorité sociale et de participation politique et abordent, non sans précautions, les questions intimement liées de la propriété, de la souveraineté et de la citoyenneté. Elles semblent ainsi constituer en filigrane les facettes de l’objet principal des luttes autochtones.

5Celles-ci apparaissent comme des stratégies autour des énoncés qui jusqu’à récemment étaient dictés par les Etats. L’entrée dans le discours politique des représentants autochtones les fait précisément sortir des luttes clandestines et leur permet de faire porter par le discours la confrontation vis-à-vis de certaines logiques institutionnelles, tout en recherchant l’institutionnalisation de pratiques. L’affiliation partisane n’est d’ailleurs pas forcément en cause.

6Les rapports de force, qui constituent le pouvoir, sont rendus visibles par la prise de parole. Le contrôle politique passe en effet par celui de la parole politique, comme le souligne Benoît Trépied dans son article sur la Nouvelle-Calédonie : « Aucun texte juridique n’ayant figé l’état du rapport de force entre ces différents acteurs, toute action publique d’envergure (…) représente une occasion pour chaque groupe de se positionner vis-à-vis des autres en mettant en avant sa propre légitimité. »
Cependant, les luttes autochtones sont, dans l’exercice du pouvoir, amenées à le légitimer – quand bien même leur autorité le serait selon la personnalité des représentants, par exemple. Ainsi, dans son article sur les expériences municipales en Equateur, Nadège Mazars souligne la différence entre un modèle représentatif et un modèle participatif. Dans ce dernier « la légitimité s’inscrit dans le cadre d’un rapport discursif impliquant chacun. » C’est, selon l’auteur, ce modèle participatif qui assure « l’authenticité de la représentation ». Comme dans le cas de la coutume en Guyane, étudié par Stéphanie Guyon, l’institutionnalisation de la participation collective est l’objectif des élus.

7Dans la seconde partie de l’ouvrage, intitulée « les usages sociaux du droit : criminalisation et victimisation des peuples autochtones », les deux auteurs s’attachent aux techniques juridiques de revendication utilisées en Colombie et au Chili à partir de l’analyse de deux procès. C’est autour de la notion de « cause indigène » que Angela Santamaria présente le cas de défense de victimes de déplacement forcé du Haut Naya, en Colombie. Cette cause indigène est sous-tendue par un discours de « victimisation » des peuples indigènes produit par le Comité de solidarité avec les victimes du massacre et des déplacements forcés du Haut Naya, perpétrés dans le courant de l’année 2001. L’auteur témoigne du processus « d’objectivation des expériences » et de la douleur pour saisir, dans le champ juridique, le destin de ces personnes qui demandent réparation à la justice. Mettant en avant l’existence d’une division sociale et raciale du travail juridique de défense qui s’appuie à la fois sur des éléments de droits et sur des éléments de fait, l’auteur parvient à montrer que la « construction de la cause », c'est-à-dire la raison juridique du procès, se fait par une chaîne d’intermédiaires qui va des victimes aux juristes chargés d’argumenter devant les instances judiciaires. La raison juridique s’articule autour de trois axes principaux de revendications que l’auteur analyse : la responsabilité, les indemnités et la résolution des conflits territoriaux impliquant des groupes indigènes.

8De son côté, Fabien Le Bonniec analyse la construction d’une accusation, celle d’association illicite terroriste, qui permit d’inculper et placer en détention préventive des membres présumés de l’organisation mapuche Coordinadora de comunidades en conflicto Arauco Malleco (CAM), au mois de décembre 2002. L’auteur explique que son « engagement » à étudier la criminalisation de la demande territoriale mapuche vient d’une sensibilité personnelle puisqu’il avait rencontré les inculpés auparavant. C’est alors en se rendant dans les différents lieux de la criminalisation qu’il perçoit la nécessité d’en faire une ethnographie. Il affirme en effet que « la pratique de l’ethnographie peut, dans des moments dramatiques comme le sont l’enfermement arbitraire ou un procès, contribuer à appréhender les conflits sociaux d’une façon à la fois critique et différente de celle proposée par les différents agents du dispositif judiciaire (…). » Cet engagement l’amène à assister pendant trois semaines aux auditions, dont il rend compte en mettant l’accent, de façon tout à fait judicieuse, d’une part, sur la sensibilité propre aux arguments qui y sont développés tant par la défense que par l’accusation et, d’autre part, sur la perception du sensible dans un endroit tel qu’un tribunal. Sur ce plan, il nous semble que les contributions de Fabien Le Bonniec et de Angela Santamaria invitent à l’étude comparative des lieux de criminalisation et de réparation du point d’une sensibilité au droit et d’une sensibilité du droit.

9Enfin, dans la dernière partie, ce sont les trajectoires personnelles de militants autochtones qui sont étudiées dans trois contextes distincts : les Etats-Unis et le désengagement d’un militant zapatiste immigré, étudié par Alejandra Aquino Moreschi à travers une analyse de migration comme désertion, menace et libération ; l’Australie et les « enfants volés » dans les années 1930, analysé par Bastien Bosa ; le Panama et le rôle des passeurs culturels pendant la première moitié du XIXe siècle, étudié par Monica Martínez Mauri.

10Cet ouvrage, par la générosité de ses contributions, conforte l’idée que les participants, individus et peuples autochtones, produisent des énoncés qui, eux-mêmes, déterminent les luttes autochtones. Celles-ci, par leur ancrage politique et juridique, désignent et dessinent les différents lieux de leurs expressions qui les rendent, dans le même temps, davantage visibles.

Haut de page

Notes

1 Victoria Chenaut González et María Teresa Sierra, Pueblos indígenas ante el derecho, México, CIESAS/Centro Francés de Estudios Mexicanos y Centroamericanos, 1995, 370 p.

2 Adam Kuper, « The return of the Native », Current Anthropology, 2003, vol. 44, n°3, pp. 389-402.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Bastien Bosa & Eric Wittersheim (eds.), Luttes autochtones, trajectoires postcoloniales.(Amériques, Pacifique), Paris, Editions Karthala, 2009, 268 p., coll. Les terrains du siècle », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 30 novembre 2009, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/57901

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page