Navigation – Plan du site
Débats | 2010
Nominations et dénominations des Noirs : illustration du dialogue entre la France et les Amériques – Coord. Elsa Geneste et Silvina Testa
Pierre H. Boulle

Les déclarations parisiennes de non-blancs entre 1738 et 1790 : permanence des catégories et interchangeabilité des statuts

[12/06/2017]

Résumés

À partir des quelques quatorze cents déclarations de non-blancs faites à l’Amirauté de France (Paris), couvrant les cinquante dernières années de l’Ancien Régime, l’auteur tente d’analyser les sens donnés aux termes décrivant la couleur au cours du XVIIIe siècle. Il note le quasi-monopole du terme nègre tout au long de la période, et rejette l’idée que noir l’aurait remplacé graduellement, comme c’est le cas dans la législation. L’un comme l’autre des termes peut à l’occasion être synonyme de non-blanc ou bien décrire une personne de souche africaine (ou est-indienne) pure, s’appliquer à l’esclave ou au libre. On retrouve ainsi dans les déclarations parisiennes le même genre de plurisèmes et d’ambiguïtés que ceux qui ont été identifiés dans les dictionnaires de l’époque.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 “There Are No Slaves in France”: The Political Culture of Race and Slavery in the Ancien Régime, Ne (...)

1Tout juste après les dernières élections américaines, je parlais à une connaissance montréalaise d’origine haïtienne. La conversation tourna sur la couleur du nouveau président, noir ou mulâtre ? « Mulâtre n’existe pas ici, s’exclama mon interlocuteur. On est noir ou on est blanc, et Obama est noir. Par contre, ajouta-t-il, il n'est pas nègre, vous comprenez ce que je dis ? Moi, je suis nègre, parce que je suis descendant d'esclaves, mais lui, ses parents n'ont jamais été esclaves ; son père était un Africain libre. Pour être nègre, il faut que ses ancêtres soient venus sur un navire négrier ; c’est de là que vient le terme. Sa femme est donc une négresse; car elle est issue d'esclaves, mais lui, il est noir ! » Si on laisse de côté la question de l’origine sémantique des termes nègre et négresse, la distinction faite par mon interlocuteur nous rappelle celle que Sue Peabody suggère pour l’apparition du terme noir dans la législation française de l’Ancien Régime finissant. Selon elle, il s’agirait d’« une convention linguistique qui pourrait marquer une clarification conceptuelle correspondante de la différence entre les noirs libres et esclaves »1.

  • 2 Serge Daget, « Les mots esclaves, nègre, Noir et les jugements de valeur sur la traite négrière dan (...)

2Deux autres études plus anciennes avaient déjà tenté de définir le sens de ces termes. La première s’intéresse aux traités abolitionnistes de la fin du xviiie et du début du xixe siècle, écrits par ceux qui auraient d’être particulièrement sensibles à cette évolution linguistique. L’analyse de ces textes, selon l’auteur, ne donne pas les résultats escomptés. Même chez les abolitionnistes, à part une brève période au cours de la Révolution, « esclave et nègre sont toujours ordinaires » et « Noir est de moindre utilisation »2.

  • 3 Simone Delesalle & Lucette Valensi, « Le mot ‘Nègre’ dans les dictionnaires français d’Ancien Régim (...)
  • 4 Ibid., p. 84.
  • 5 Lucette Valensi, « Nègre/Negro : Recherches dans les dictionnaires français et anglais du xviième a (...)

3L’autre étude s’intéresse au mot nègre dans les dictionnaires de l’Ancien Régime français3, là encore, un endroit privilégié pour voir l’évolution du langage. Une constatation s’impose à la lecture de cet article : si tous les dictionnaires n’ont pas un article Nègre, « il s’agit là, selon les auteurs, non pas d’une absence fortuite et innocente, mais d’un acte de censure, qui trahit l’embarras résultant de l’existence de Nègres comme peuples et comme esclaves »4. Quant à ceux qui comportent un tel article, ils révèlent une certaine ambiguïté à l’égard du terme et des jugements qui en découlent, de sorte que même lorsqu’ils portent un jugement négatif sur l’esclavage et expriment un sentiment de pitié envers les esclaves, ces dictionnaires, à l’exception du seul Dictionnaire de l’abbé Prévôt (1750), exonèrent le blanc du blâme, et chargent le nègre de défauts qui justifient son état. Cette attitude se renforce au xixe siècle, avec l’introduction du concept de race5.

  • 6 Voir par exemple AD Gironde, C4457, n° 23.
  • 7 « Etat des Negres, hommes ou femmes qui résident dans la Communauté de [laissé en blanc] au Diocese (...)

4Il est pourtant vrai que les textes législatifs semblent démontrer une certaine évolution. Alors que le Code noir original (1685), parle de « nègres esclaves », termes qu’on retrouve dans les déclarations royales qui permettent la venue d’esclaves en France en 1716 et 1738, la Déclaration du 9 août 1777 parle de « Noirs, mulâtres et autres gens de couleur de l’un ou de l’autre sexe ». En fait, cette législation ne s’applique pas uniquement aux esclaves mais aussi à ceux qui, dans le langage de la loi, « ne sont au service de personne », c'est-à-dire aux libres. Plus révélateur, donc, sont les formulaires expédiés à la même époque aux intendants, pour qu’ils recensent les « Noirs esclaves » et les « Noirs libres » qui se trouvent dans leurs généralités. La colonne de ces imprimés qui demande le nom des individus recensés est toutefois intitulée « Nègres ou Négresses esclaves » ou « arrivés libres des colonies » et lorsque complétée, la liste indique la couleur exacte du sujet, qu’il soit nègre, négresse, mulâtre ou mulâtresse6. Le terme noir n’apparaît nulle part ailleurs que dans l’intitulé du formulaire. Qui plus est, le subdélégué de Montpellier, lorsqu’il réimprime les formulaires pour sa propre juridiction remplace « Noir » par « Nègre » dans l’intitulé même7.

  • 8 Sartine à Gonnet, 15 mars 1778, AN, B163, fol. 97.

5Dans sa correspondance, le ministre tend à utiliser noir, comme par exemple lorsqu’il transmet au commissaire ordonnateur de Lorient l’ordre qui permet au sieur Richer « de passer à ses frais avec un Domestique noir à l’Isle de Bourbon »8. Toutefois, dans une autre lettre à une propriétaire qui lui demandait un ordre pour faire expédier aux colonies son domestique, il utilise les deux termes :

  • 9 Sartine à Mme Le Roy, 27 septembre 1778, AD Gironde, 6/B/14, fol. 134v (italiques ajoutées).

6Sa M[ajest]é n’a pas crû de Sa Sagesse de permettre de recevoir aux Colonies comme Esclave, un Noir qui à acquis Sa Liberté de votre propre fait, de n’avoir pas été rembarqué dans le Délai porté par ses Lettres patentes. [...] Si ce negre reste à votre service, ce ne peut être que de son gré, et il peut vous quitter, s’il le juge à propos, conformément à la Loi9.

  • 10 AD Loire-Atl., B12884.

7Peut-il s’agir d’une subtile différence soulevée par le ministre entre un noir affranchi et un nègre qui accepterait de demeurer esclave ? C’est peu probable. On pourrait plutôt penser, comme Sue Peabody le soutient, que le terme noir est devenu le terme générique pour ce que je préfère nommer un non-blanc, les termes nègre et mulâtre décrivant la filiation exacte de l’individu en question. Noir serait alors le parallèle de Black ou Afro-American aux États-Unis, où le terme s’applique quel que soit le degré de filiation de l’individu avec son ancêtre africain. C’est en fait le sens que donne aussi au terme un des huissiers nantais chargé d’amener les non-blancs qu’il intercepte au dépôt des Noirs prévu par la législation de 1777 : « [...] nous avons mis au dépôt des Noirs de cette ville le nommé UNTEL, nègre [ou mulâtre] âgé de X appartenant à Y [...] lequel Noir nous avons consigné au concierge dudit dépôt [....] »10.

  • 11 AN, F/7/8444, 5697-P. Voir au sujet de ce recensement, Michael D. Sibalis, « Les Noirs en France so (...)
  • 12 Le terme « négresse » n’est d’ailleurs évité que par l’utilisation du pluriel, comme dans la Déclar (...)

8Au cours de la Révolution, lorsque la loi spécifie enfin que tous les non-blancs sont libres en métropole, on parlera surtout de gens de couleur et même le recensement napoléonien de 1807 parle non plus de nègres, mais d’« individus Noirs ou de couleur » , différenciés entre Noirs et négresses, mulâtres et mulâtresses11. Nègre reste le terme usité pour désigner les esclaves dans la législation coloniale, mais il disparaît de la législation et du langage ministériel métropolitains. Par contre, nous noterons que le féminin de noir demeure négresse tout au long du xviiie siècle, et sans doute jusque très récemment12.

  • 13 Voir à ce sujet mon Race et esclavage dans la France de l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 2007, pp. 2 (...)
  • 14 Ibid, première partie, notamment pp. 23, 26-29 et 76-78, et les ouvrages qui y sont cités.

9Laissons toutefois de côté la législation qui, somme toute, n’est pas des plus représentatives des usages linguistiques à un moment donné. Il paraît plus utile de recenser l’utilisation des différents termes décrivant les non-blancs dans les déclarations que la loi exigeait d’eux et de leurs maîtres auxviiie siècle. Une telle série, facilement consultable, existe pour la région parisienne. Il s’agit des déclarations faites au greffe de l’Amirauté de France entre 1738 et 1790, contenues dans sept petits cahiers intitulés « Registre[s] pour servir à l’Enregistrement des Négres arrivés en france », préservés aux Archives Nationales sous la cotte Z/1D/139 (Police des Noirs). Ces déclarations ne recensent évidemment pas tous les non-blancs qui vécurent à Paris ou en banlieue, nombreux étant les gens de couleur libres et les maîtres d’esclaves, particulièrement ceux en haut de l’échelle sociale, qui négligeaient d’observer la loi13. Toutefois, leur nombre est suffisant (1442 déclarations, recouvrant 1174 individus) pour former un échantillon valable. De plus, la période qu’elles couvrent doit permettre d’observer une évolution, si celle-ci a lieu. En particulier, les dates englobent le milieu du siècle, période souvent considéré comme charnière dans l'évolution, tant dans l'histoire des Lumières que dans la construction d'une idéologie raciste14. Enfin, Paris est sans aucun doute l’endroit où sont déclarés le plus de non-blancs, résidant à Paris mais aussi en province, ce qui peut permettre un aperçu général de la situation.

10Mais tout d’abord quelques remarques générales. En premier lieu, on notera que le style des déclarations évolue au cours des cinquante-quatre années d’enregistrement. Au tout début, ce ne sont que la réplication de déclarations faites au départ des Antilles, telles qu’exigées par la législation de 1738. On copie simplement sur le registre le texte officiel soumis par le propriétaire de l’esclave. A partir de 1743, on abandonne cette option pour prendre la déclaration telle qu’exprimée par le déclarant, que ce soit le propriétaire d’un esclave ou, surtout à partir de 1762, le non-blanc lui-même.

  • 15 Les cartouches sont l’équivalent de laissez-passer.

11La seconde remarque a trait au poids de certaines années, relié aux différents textes promulgués pour contrôler la population non-blanche : Ordonnance de l’Amirauté de France du 5 avril 1762, exigeant la déclaration non seulement des esclaves, mais aussi des libres (156 déclarations) ; Déclaration du Roi du 9 août 1777, stipulant que l’absence de déclaration par les maîtres ne leur permettrait plus de retenir leurs esclaves « que de leur consentement » (387 déclarations) ; l’arrêt du Conseil d’État du 11 janvier 1778, établissant un système de cartouches pour les non-blancs demeurant en France15, faute de quoi ils seraient passibles d’expulsion (159 déclarations) ; enfin l’arrêt du 23 mars 1783, portant renouvellement des cartouches tous les trois ans (102 déclarations). Ainsi, 11 % des déclarations datent de 1762 ; 27 % de 1777 ; 11 % de 1778, 7 % de 1783, et 4 % de 1786, date du dernier renouvellement des cartouches, soit un total de 60 % des déclarations pour ces seules cinq années ; un-quart du total pour la seule année 1777. Cette multiplication des déclarations, crée une certaine similarité au cours des dernières décennies, similarité qui peut être attribuée au greffier chargé de les transcrire.

Catégoriser : un moyen de distinguer les origines ?

  • 16 On peut penser que les deux individus dont la couleur n'est pas déclarée sont, eux aussi, descendan (...)

12Le Tableau 1, ci-dessous, démontre l’importance des descendants d’Africains parmi les individus déclarés à Paris. Jusqu’à la décennie 1760-69, ils représentent la quasi-totalité (sinon la totalité16) des recensés et en dehors de la décennie 1770-79, pas moins de 84 % de ceux-ci. Quant à la plus faible proportion des années 1770, elle n’est expliquée que par l’irruption de déclarations de libres, n’indiquant pas toujours leur couleur mais qui, sans doute, sont eux-aussi pour la plupart, descendants d’Africains.

13(Tableau 1 : Les origines des non-blancs déclarés à Paris, 1738-1790)

  • 17 Sur la législation couvrant la résidence des non-blancs en France, voir mon Race et esclavage, ch. (...)
  • 18 Déclaration du 11 février 1778, AN, Z/1D/139, reg. 7, fol. 12.
  • 19 Déclaration du 6 octobre 1774, par leur frère, Alexandre Carvalho, lui aussi accompagné d’un domest (...)
  • 20 Déclaration de Jacob, sauvage, par le capitaine Jean-Bapiste Béranger, 22 mai 1762, ibid., reg. 5, (...)

14Nous noterons aussi le fait qu’aucun originaire des Indes n’est déclaré avant la décennie 1760. Deux facteurs peuvent expliquer ceci. D’une part, la Déclaration du Roi du 15 décembre 1738, qui est à l’origine des registres de déclarations (art. 3), ne s’applique qu’aux esclaves amenés en France des colonies de plantation (Antilles et Mascareignes) et, le plus souvent, ceux-ci sont d’origine africaine. Avec l’Ordonnance de l’Amirauté de France du 5 avril 1762, l’enregistrement est rendu obligatoire pour les non-blancs libres, de quelque colonie qu’ils viennent, si bien que les Orientaux, qu’ils soient libres ou esclaves, tombent sous le coup de la législation. Cette obligation est réitérée et renforcée dans la Déclaration du Roi du 9 août 1777 (art. 10), et dans l’Arrêt du Conseil d’État du 11 janvier 1778, qui s’adresse spécifiquement aux libres17. Toutefois, ces prescriptions légales n’expliquent pas entièrement le phénomène. Tout aussi important, sinon plus, est la perte de l’Inde par la France au cours de la guerre de Sept Ans, et l’occupation des cinq comptoirs français par les Anglais au cours de la guerre de l’Indépendance Américaine. Ces deux guerres entraînent un retour en métropole de nombreux officiels, avec leurs domestiques. C’est ainsi que lorsque le comte d’Estaing est fait prisonnier par les Anglais, son domestique, Pierre Alain César, né à la côte de Coromandel, l’accompagne en Angleterre puis rentre avec lui en France en 176218. De même, Jeanne et Marie Carvalho, épouses des frères Law de Lauriston, dont l’un était gouverneur des comptoirs de l’Inde et l’autre est mort major-général des troupes françaises en Inde, retournent en France en 1774, accompagnées de quatre Indiennes à leur service19. La perte du Canada au cours de la guerre de Sept Ans est aussi responsable pour la déclaration de quatre « sauvages ». Le premier accompagne un capitaine des troupes du Canada, rentré en France suite à la Conquête. Les trois autres, esclaves, ont été amenés par un négociant de Montréal à la même époque. Sa déclaration, comme beaucoup d’autres à cette époque, mentionne spécifiquement l’Ordonnance de 176220.

Les résidents de souche africaine : quels statuts pour quelles catégories ?

  • 21 Médéric-Louis-Élie Moreau de Saint-Méry, Description topographique [...) de la partie française de (...)
  • 22 Selon Jacques de Cauna, L’Eldorado des Aquitains. Gascons, Basques et Béarnais aux Iles d’Amérique (...)

15Des neuf catégories qui, selon Moreau de Saint-Méry, séparent les hommes blancs des « Nègres » à Saint-Domingue21, seules quatre se retrouvent dans les déclarations (voir le Tableau 2, ci-dessous). Les griffes (3/4 noirs), les mulâtres (moitié noirs, moitié blancs), les quarterons (3/4 blancs) et les métifs ou mestifs (7/8 blancs) accompagnent les noirs de pure souche africaine, nommés « Nègres » par l’auteur22. Que les autres catégories n’apparaissent pas n’a rien de surprenant, dans la mesure où certaines d’entre-elles semblent plus exprimer la volonté de mettre au point un système de comptabilité idéale que refléter la réalité elle-même. Pour exemple, souvenons-nous que celui que Moreau de Saint-Méry nomme « sang-mêlé » ne possède au plus qu’un soixante-troisième de sang noir, qu’il ne pouvait donc qu’être issu d’un métissage d’un ancêtre noir distant de six générations, avant même l’établissement des Français à Saint-Domingue !

16(Tableau 2 : Désignation des individus de descendance africaine ou malgache, 1738-1790)

  • 23 AN, Z/1D1/139, reg. 6, fol. 16 ; Jacky Ryckebusch, Bertrand-François Mahé de La Bourdonnais, entre (...)
  • 24 Déclaration du 28 juillet 1777. AN, Z/1D/139, reg. 6, fol. 18 ; enregistrement du certificat de bap (...)

17À part les mulâtres et mulâtresses, qui représentent un-quart des déclarés, les catégories métissées ne comptent que peu (à peine 3 %). Mais plus le teint est clair, plus la proportion de libres s’élève, ce qui suggère qu’à l’intérieur de la catégorie de ceux dont la couleur n’est pas indiquée – souvent des libres qui se déclarent eux-mêmes – nombreuses sont les personnes issues d’un métissage aux colonies. Ainsi, Marie Madeleine Mahé, qui se déclare le 14 juillet 1777, ne mentionne pas sa couleur, mais nous savons par d’autres sources qu’elle est une mulâtresse, fille illégitime de l’ancien gouverneur de l’Ile de France, Mahé de la Bourdonnais23. La déclaration de François Faudry, faite le 28 juillet de la même année, n’en dit pas plus sur sa couleur. C’est en se référant à son extrait d’acte de baptême qui fait foi de son statut d’affranchi et qu’il a pris soin, six mois plus tôt, de faire enregistrer, qu’on apprend qu’il est au minimum un mulâtre. Ce document l’indique en effet comme fils illégitime de Rose, une esclave, et du sieur Cherbon24.

  • 25 AN, Z/1D/139, reg. 4, fol. 15v.
  • 26 Déclaration de François Lemaire, 6 sept. 1751, ibid., reg. 2, fol. 2-v.
  • 27 Henri-Paulin Panon-Desbassayns, Petit journal des époques pour servir à ma mémoire (1784-1786), Ann (...)

18Alors que les femmes de pure souche africaine sont uniquement catégorisées en négresses ou « négrites » (négrillonnes), jamais comme noires, les hommes sont recensés sous cinq intitulés : noir, nègre, négrillon, Africain ou caffre. Passons rapidement sur ces deux derniers termes, présents dans seulement deux cas. Le 4 mai 1762, Michel de Lamur, capitaine au régiment de Lally, déclare qu’il a amené avec lui de Pondichéry « Pierre dit Zamor, africain » et trois jeunes enfants de nation indienne qu’il se propose d’instruire et de renvoyer chez eux lorsque la navigation « sera libre »25. Pour une fois, c’est l’origine plutôt que la couleur qui est soulignée, mais le cas, rappelons-le, est exceptionnel. Le second se nomme Hector. Il s‘agit d’« un Esclave masle caffre de mosembique » qui accompagne en France son maître, membre du Conseil supérieur de Pondichéry26. Le terme caffre n’a peut-être pas, dans le français du xviiie siècle, le sens péjoratif qu’il a pris en Afrique du Sud (Kaffir). Il semble plutôt être un synonyme de noir ou nègre d’origine africaine particulier aux Mascareignes. C’est ainsi qu’un planteur de l’Ile Bourbon, en voyage en France, utilise le terme pour décrire le cuisinier d’une connaissance parisienne, bien qu'il note que son maître l’a « ramené d’Amérique »27.

  • 28 AN, Z/1D/139, reg. 6, fol. 27-v.
  • 29 Déclaration du 24 sept. 1770, ibid., reg. 5, fols 28v-29.
  • 30 Déclaration du 27 déc. 1766, ibid., fols 24v-25.

19C’est sans équivoque le terme nègre qui domine les déclarations. Alors que noir n’est utilisé que dix fois pour décrire les origines africaines d’un sujet particulier (0,9 % des cas), nègre est utilisé 507 fois, soit pour plus de la moitié des déclarations. Plus révélateur encore sont les sens assignés à ces termes, au-delà de l’identité ethnique qu’ils désignent. Nous avons suggéré plus haut, sur la base de documents administratifs, une tendance à utiliser noir comme terme générique équivalant au Black nord-américain, et nègre ou mulâtre comme marquage de la couleur, donc de la filiation d’un sujet spécifique. On pourrait interpréter dans le même sens la déclaration parisienne de Germain de Mazières, au sujet d’un « jeune Noir natif de Madagascar » qui l’a accompagné de Bourbon en France, mais ce serait l’unique cas28. Au contraire, lorsque les deux termes sont utilisés dans la même déclaration, c’est noir qui identifie la couleur, nègre étant utilisé comme générique. Ainsi, l’ancien capitaine de vaisseau de la Compagnie des Indes, Luc du Gilly, est accompagné en France par Manuel, « noir de Sopholet, cotte de Mosambique » et compte « Repasser aux isles avec ledit negre après qu’il aura terminé ses affaires en france »29. De même, Philippe Letort, ancien garde-magasin et caissier général de la Compagnie des Indes à l’Ile Bourbon, a ramené avec lui « quatre negres ou negresses » qui sont identifiés nommément comme L’Eveillé, « noir » de Madagascar, Lazard et Anselme, « noir[s] créole[s] » de Bourbon, et Marthe, « negresse créole » du même lieu30.

  • 31 Déclaration du 5 mars 1761, ibid., reg. 3, fol. 24-v.
  • 32 Déclaration du 10 mai 1776, ibid., reg. 5, fol. 32.
  • 33 Déclaration du 30 mars 1763, ibid., fol. 14.

20A l'occasion, le statut d'esclave s'ajoute à la signification de nègre. Par exemple, Jacques Deselle, le maître d'hôtel de Mme de Baquencourt, déclare au nom du marquis de Chamboy que ce dernier est venu en France avec « deux negres qu'il a acheté à Pondichery ». Il décrit l'un comme « noir d'afrique de la côte de Mozambik » et l'autre comme « noir malteint de l'isle de Madagascar »31. Esclave est sans doute aussi le sens que donne Marie-Félicité Casaubon à nègre lorsqu'elle déclare qu'elle a à son service François surnommé La France « en qualité de domestique négre »32. C'est certainement le cas du marquis de Brancas qui déclare en tant que « negre Esclave Mulastre de nation » son domestique Numa33.

  • 34 Déclaration du 4 mars 1780, ibid., reg. 7, fol. 4
  • 35 Ibid., fol. 45.
  • 36 Voir à ce sujet le chapitre premier de mon Race et esclavage, op. cit., intitulé « Le discours d’op (...)

21Par contre, dans certains cas, c'est noir qui est associé au statut d'esclave, comme, par exemple, chez le chevalier de Junca, qui déclare Jean-Baptiste Darius et Pierre Romain, indiquant que « les surnommés Noirs appartiennent à M. de Meyon [ou Neyon ?] fils, Capit[ain]e aydemajor au Regiment de la Guadeloupe où ils sont nés »34. De même, Pierre Ripel de Bernnonville, major des troupes coloniales de l'Ile de Bourbon, déclare le 1er août 1789, qu'il a fait embarquer à Bordeaux « un noir esclave lui appartenant » nommé Denis35. Ces deux dernières déclarations datent de la fin de l'Ancien Régime, si bien qu'on pourrait y voir une illustration de l’évolution des usages de nègre à noir suggérée par certains. Il est néanmoins peu probable qu’une telle évolution ait concerné le milieu des propriétaires d'esclaves, alors que les débuts de la campagne abolitionniste tendent à renforcer le discours esclavagiste36. D'ailleurs, les autres utilisations du terme, plus nombreuses, datent des décennies précédentes.

  • 37 Claude Wanquet, Histoire d'une révolution : la Réunion, 1789-1803, 3 tomes, Marseille, J. Lafitte, (...)

22Assez significativement, le terme noir est le plus souvent utilisé par les planteurs et officiels venus de l'océan Indien (Mascareignes ou Inde). S'agirait-il d'une caractéristique régionale, noir représentant l'homme de couleur, comme caffre représenterait l'Africain ? Ou bien rencontrons-nous ici l'effet du particularisme linguistique de l'Ile Bourbon, où la plupart des propriétaires étant métissés, noir est synonyme d’esclave et blanc de libre, indépendamment de la couleur de l'intéressé37 ?

23L’utilisation du terme noir est suffisamment rare pour lui interdire une quelconque valeur statistique. Par contre, nous avons suffisamment de « nègres » pour vérifier si le terme désigne surtout esclaves. Dans le cas des sujets d’origine africaine pour lesquels nous avons pu déterminer le statut (40 % des cas), un-tiers sont libres, pourcentage qui va en augmentant à mesure qu’on exige la déclaration des libres, tant est si bien qu’au cours des dernières décennies de l’Ancien Régime, les « nègres libres » sont majoritaires. Le terme s’applique donc ici à l’une comme à l’autre des catégories.

Les Orientaux : quelles origines pour quelles catégories ?

  • 38 Déclarations du 24 juillet 1762 et du 1 avril 1763, AN, Z/1D/139, reg. 5, fols 11v & 14-v.
  • 39 Ajoutons à ces déclarations, celle de Jean-Jacques Courtin, commandant pour la Compagne des Indes à (...)
  • 40 Déclaration du 7 mars 1760, ibid., reg. 3, fol. 17. Sur le problème de la couleur et des origines e (...)

24Comme le Tableau 3 l'indique, nègre et noir se retrouvent dans le vocabulaire des Indes, dans à peu près les mêmes proportions que pour les hommes de souche africaine. Il reste toutefois que la question de la signification attachée à ces termes est encore moins évidente que dans le cas des Africains. Comment savoir si ceux des individus qui sont décrits comme tels sont véritablement de souche orientale ? Va encore pour ceux qui sont décrits comme « nègres indiens » ou « Noirs indiens » pour lesquels on peut admettre qu’ils soient d’origine orientale. Encore mieux sont ceux pour lesquels la couleur est associée à la culture indienne ou à une région de l’Inde, comme c’est le cas du nommé Lafleur, « negre [...] de la caste indienne », ou d'un certain Cupidon, « négrillon nation Malabar »38. Cependant, il existe de nombreux cas d'individus recensés sous les catégories « nègres », « négresses », « mulâtres » ou « mulâtresses » pour lesquels la naissance en Inde ou le départ d'Inde est la seule indication d'origine. Or, nous savons qu'il existait en Inde, de longue date, une population d'origine africaine, population à laquelle s'ajoutaient encore de nouvelles arrivées d'Afrique. On en a pour preuve plusieurs déclarations, dont celles déjà citées de « Pierre dit Zamor, africain », amené en France de Pondichéry et de deux « noirs » achetés au même lieu, l’un né en Mozambique, et l’autre à Madagascar39. Comment peut-on distinguer les uns des autres ? Peut-on même être certain que Pedre Alemghis ou Alemgiris, « negre de nation maure » amené de Masulipatam (Machilipatnam), est un Indien de religion islamique ou bien s'agit-il d'un Africain venu des côtes d’Afrique orientale historiquement influencées par l'Islam40 ?

25(Tableau 3 : Désignation des individus de descendance est-indienne, 1738-1790)

  • 41 Coupa (22 mai 1762, AN, Z1D/139, reg. 5, fol. 5) ; Paul (28 avril 1774, ibid., fol. 30v) ; Marie, “ (...)
  • 42 Crack, « jeune negre natif du Bingale » (20 août 1774, ibid., reg. 5, fol. 30v) ; Antoine, « Domest (...)
  • 43 Déclaration du 2 octobre 1766, AN, Z/1D/139, reg. 5, fol. 23 ; requête du 3 octobre 1766, AN, Z/1D/ (...)

26Même si nous acceptons que tous ceux qui sont venus de l'Inde soient d'origine indienne, à l'exception de ceux qui sont spécifiquement déclarés d'origine africaine, le problème de la couleur en Inde persiste. On pourrait croire, par exemple, que nègre s'appliquerait aux natifs du sud de l'Inde et à ceux issus des castes inférieures, et que mulâtre décrirait les Indiens du nord et les brahmanes, souvent plus clairs de teint. Certains cas le suggèrent. Plusieurs individus sont déclarés mulâtres nés au Bengale, alors que Coupa est un « nègre » qui vient de la côte de Coromandel et que Paul est indiqué comme « nègre indien de caste pariay [pariah ?] »41. Toutefois, autant de « nègres », sinon plus, semblent venir du Bengale, et au moins un mulâtre vient de Madras (Chennai), sur la côte du Coromandel42. Dans le cas de la seule déclaration impliquant un non-blanc venu de l'Insulinde, on pourrait peut-être exclure une influence africaine. Il s'agit d'un « negre malay » nommé Basque qu'un employé de la Compagnie des Indes a ramené avec lui. Encore que la requête en liberté que Basque dépose le lendemain de la déclaration de son maître l'indique comme mulâtre, né à Batavia, métropole de la Compagnie hollandaise et donc très probablement un centre de contact entre différentes ethnies, y compris africaines43.

Conclusions

27Revenons pour conclure sur les thèses que nous avons citées au tout début de notre exposé. L’adoption du terme noir plutôt que nègre dans la législation, soulignée par Sue Peabody, ne semble pas s’être propagée aux déclarations parisiennes. Si, à l’occasion, noir a le sens générique de racine, c’est aussi le cas – et plus souvent – pour nègre qui, comme Serge Daget l’a démontré dans son traitement des écrits abolitionniste, demeure – ici en très forte proportion – le terme préféré tout au long de la période étudiée. Par ailleurs, si deux déclarations qui utilisent noir proviennent des années 1780, les autres datent du début de la période, si bien qu’on est tenté d’y voir, plutôt qu’une évolution temporelle, l’indication d’une particularité régionale propre à l’océan Indien, comme pour caffre.

28Quant au sens du terme nègre, on y retrouve les équivalences identifiées par Delesalle et Valensi : nègre = peuple (ou plus correctement, racine) ; nègre = esclave. Mais les mêmes équivalences se retrouvent pour noir. Par ailleurs, on a vu qu'à l'occasion, l'utilisation de l'un comme de l'autre terme peut être interprétée comme se rapportant à peuple et à esclave, en parallèle au plurisème (nègre = peuple + esclave) que ces auteurs identifient dans un certain nombre de dictionnaires. Mais nous entrons ici dans la conjecture.

  • 44 Voir la déclaration de son épouse par « M. Barbeaux, bourgeois », sous le titre de « D[emoise]lle D (...)
  • 45 Déclaration du 18 juin 1762, ibid., fol. 10 (italiques ajoutées).

29De même, il est difficile de déceler dans les déclarations, les jugements de valeur associés aux termes qui définissent les déclarants en tant que non-blancs. En fait, ce n’est pas sur les termes que nous avons étudiés que les déclarations expriment un jugement de valeur, mais dans les titres par lesquels les intervenants sont identifiés. Des titres tels que sieur, Madame, le chevalier ou la marquise sont réservés pour les propriétaires et les déclarants blancs, alors que les sujets des déclarations sont présentés uniquement par leur prénoms ou surnoms, précédés à la rigueur par le nommé et pouvant être suivis par la qualité : « le nommé UNTEL, nègre libre ou esclave » ou bien « un nègre » ou « un esclave nommé UNTEL ». Dans les cas de libres faisant leurs propres déclarations, l’accent est mis sur le statut et rarement sur la couleur, si bien qu’on peut penser que cette dernière, si elle est indiquée, aurait été le fait du greffier chargé d’enregistrer la déclaration. Lorsqu'il s'agit d'une personne tenant un certain rang, le greffier peut accepter d’inscrire un titre, mais c’est exceptionnel44. Alors, que penser d’une déclaration, absolument unique, dans laquelle le greffier transcrit la déclaration du « sieur André Coffy, negre »45 ?

  • 46 Déclaration du 21 mai 1777, ibid., reg. 6, fol. 13 v.

30 Dans une toute autre perspective, la déclaration qui nous rend le plus perplexe est celle d'une certaine Marie Louise Suzanne, « Creole de l'Isle Bourbon » âgée de trente ans, qui déclare « avoir été mariée à Noé Maizières, blanc, dont elle a eu deux Enfants également blancs »46. Nous avons placé ces deux enfants parmi la catégorie des déclarés sans couleur, comme leur mère. Mais quelle est l’origine de cette dernière ? Elle est très certainement une non-blanche (sinon pourquoi faire une déclaration ?). A-t-elle du sang africain, de quelque degré que ce soit, ou bien est-elle une Indienne au teint particulièrement clair ? Nous ne pouvons le savoir. Tout aussi curieux est le fait que la déclaration de ses enfants, « également blancs », ait été acceptée. Ne sommes-nous pas confrontés ici à autant d’ambiguïtés que dans les dictionnaires de l'Ancien Régime ?

Haut de page

Bibliographie

Boulle, Pierre H. (2007). Race et esclavage dans la France de l’Ancien Régime, Paris, Perrin.

Cauna, Jacques de (1998). L’Eldorado des Aquitains. Gascons, Basques et Béarnais aux Iles d’Amérique (XVIIe-XVIIIe siècles), Biarritz, Atlantica.

Daget, Serge (1993). « Les mots esclaves, nègre, Noir et les jugements de valeur sur la traite négrière dans la littérature abolitionniste française de 1770 à 1845 », Revue française d’histoire d’Outre-mer, t. 40, n° 220, p. 511-48.

Delesalle, Simone & Valensi, Lucette (1972). « Le mot ‘Nègre’ dans les dictionnaires français d’ancien régime : Histoire et lexicographie », Langue française, n° 15, p. 79-104.

Medjigbodo, Nicole (2007). La construction du concept de 'Race' et les récits des voyageurs anglais et français sur la Côte des Esclaves et le Royaume du Danhomé (1670-1865), Lille, ANTL.

Moreau de Saint-Méry, Médéric-Louis-Elie (1958). Description topographique (…) de la partie française de l’isle de Saint-Domingue, nouvelle éd. par Blanche Mauvet & Etienne Taillemite, 3 tomes, Paris, Société d’histoire des colonies (rééd. 2004).

Panon-Desbassayns, Henri-Paulin (1990). Petit journal des époques pour servir à ma mémoire (1784-1786), éd. par Annie Lafforgue, Saint-Gilles-les-Hauts, Réunion, Musée historique.

Peabody, Sue (1996). “There Are No Slaves in France”: The Political Culture of Race and Slavery in the Ancien Régime, New York & Oxford, Oxford University Press.

Ryckebusch, Jacky (1989). Bertrand-François Mahé de La Bourdonnais, entre les Indes et les Mascareignes, Sainte-Clotilde, Réunion, Editions du CRI.

Sibalis, Michael D. (2003). « Les Noirs en France sous Napoléon : l’enquête de 1807 », in Yves Bénot & Marcel Dorigny (dir.), Rétablissement de l’esclavage dans les colonies françaises, 1802 (...), Paris, Maisonneuve & Larose, p. 95-106.

Trudel, Marcel (1990). Dictionnaire des esclaves et de leurs propriétaires au Canada français, La Salle, QC, Hurtubise HMH.

Valensi, Lucette (1977). « Nègre/Negro : Recherches dans les dictionnaires français et anglais du XVIIème au XIXème siècle », in Pierre Guiral & Emile Temime (dir.), L’idée de race dans la pensée politique française contemporaine, Paris, Editions du CNRS, pp. 163-67.

Wanquet, Claude (1980). Histoire d'une révolution : la Réunion, 1789-1803, 3 tomes, Marseille, J. Lafitte, (t. 1).

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 “There Are No Slaves in France”: The Political Culture of Race and Slavery in the Ancien Régime, New York & Oxford, Oxford University Press, 1996, p. 114. En fait, elle suggère correctement que le terme noir s’applique dans la législation à tous les noirs, qu’ils soient libres ou esclaves, en remplacement du terme nègre, trop lié à l’esclavage.

2 Serge Daget, « Les mots esclaves, nègre, Noir et les jugements de valeur sur la traite négrière dans la littérature abolitionniste française de 1770 à 1845 », Revue française d’histoire d’Outre-mer, t. 40, n° 221, 1973, pp. 511-48 ; la citation est à la p. 544.

3 Simone Delesalle & Lucette Valensi, « Le mot ‘Nègre’ dans les dictionnaires français d’Ancien Régime : Histoire et lexicographie », Langue française, n° 15, 1972, pp. 79-104.

4 Ibid., p. 84.

5 Lucette Valensi, « Nègre/Negro : Recherches dans les dictionnaires français et anglais du xviième au xixème siècles », dans Pierre Guiral et Emile Temime (dir.), L’idée de race dans la pensée politique française contemporaine, Paris, Editions du CNRS, 1977, pp. 163-167.

6 Voir par exemple AD Gironde, C4457, n° 23.

7 « Etat des Negres, hommes ou femmes qui résident dans la Communauté de [laissé en blanc] au Diocese de Montpellier. Année 1777 », AD Hérault, C39.

8 Sartine à Gonnet, 15 mars 1778, AN, B163, fol. 97.

9 Sartine à Mme Le Roy, 27 septembre 1778, AD Gironde, 6/B/14, fol. 134v (italiques ajoutées).

10 AD Loire-Atl., B12884.

11 AN, F/7/8444, 5697-P. Voir au sujet de ce recensement, Michael D. Sibalis, « Les Noirs en France sous Napoléon : l’enquête de 1807 », in Yves Bénot & Marcel Dorigny (dir.), Rétablissement de l’esclavage dans les colonies françaises, 1802. Aux origines d’Haïti, Paris, Maisonneuve & Larose, 2003, pp. 95-106.

12 Le terme « négresse » n’est d’ailleurs évité que par l’utilisation du pluriel, comme dans la Déclaration du 9 août 1777, où l’on parle de « Noirs [...] de l’un ou de l’autre sexe ».

13 Voir à ce sujet mon Race et esclavage dans la France de l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 2007, pp. 216-17.

14 Ibid, première partie, notamment pp. 23, 26-29 et 76-78, et les ouvrages qui y sont cités.

15 Les cartouches sont l’équivalent de laissez-passer.

16 On peut penser que les deux individus dont la couleur n'est pas déclarée sont, eux aussi, descendants d’Africains. L’un est né à la Martinique et l’autre, moins certain, est né au Portugal.

17 Sur la législation couvrant la résidence des non-blancs en France, voir mon Race et esclavage, ch. 4.

18 Déclaration du 11 février 1778, AN, Z/1D/139, reg. 7, fol. 12.

19 Déclaration du 6 octobre 1774, par leur frère, Alexandre Carvalho, lui aussi accompagné d’un domestique indien, ibid., reg.. 5, fol. 31.

20 Déclaration de Jacob, sauvage, par le capitaine Jean-Bapiste Béranger, 22 mai 1762, ibid., reg. 5, fol. 5 ; déclaration de Jean Gaston, Marguerite et Amaranthe, sauvage et sauvagesses âgés de six à onze ans, au nom de Louis Périssault, négociant à Paris, 5 mai 1762, ibid., reg. 4, fol. 11v. Périssault est mentionné en tant que négociant à Montréal, et Jean Gaston et Marguerite-Amaranthe [sic] comme ses « esclaves panis », baptisés à Montréal en 1760, par Marcel Trudel dans son Dictionnaire des esclaves et de leurs propriétaires au Canada français, La Salle, QC, Hurtubise HMH, 1990, p. 396. Le terme panis est utilisé en Nouvelle-France pour désigner les esclaves amérindiens venus de l’ouest, achetés par les Français à leurs alliés autochtones, quelle que soit la nation d’origine de ces esclaves.

21 Médéric-Louis-Élie Moreau de Saint-Méry, Description topographique [...) de la partie française de l’isle de Saint-Domingue, nouv. éd. par Blanche Mauvet & Etienne Taillemite, 3 tomes, Paris, Société d’histoire des colonies françaises, 1958 (rééd. 2004), t. I, p. 83-111 ; voir en particulier la p. 100.

22 Selon Jacques de Cauna, L’Eldorado des Aquitains. Gascons, Basques et Béarnais aux Iles d’Amérique (xviie-xviiie siècles), Biarritz, Atlantica, 1998, p. 188, les termes métis ou métives ne s’appliqueraient qu’ « aux très rares descendants d’Indiens ». Il est donc difficile de savoir quel sens donner – 7/8 blanc ou de souche amérindienne – à ces termes dans les déclarations parisiennes.

23 AN, Z/1D1/139, reg. 6, fol. 16 ; Jacky Ryckebusch, Bertrand-François Mahé de La Bourdonnais, entre les Indes et les Mascareignes, Sainte-Clotilde, Réunion, Editions du CRI, 1989, p. 22.

24 Déclaration du 28 juillet 1777. AN, Z/1D/139, reg. 6, fol. 18 ; enregistrement du certificat de baptême, 10 janvier 1777, ibid., reg. 5, fols 34v-35. Sa requête à la Table de Marbre, du même jour (AN, Z/1D/135), le nomme François Cherbon, nègre libre, bien qu’il soit évidemment mulâtre ou quarteron.

25 AN, Z/1D/139, reg. 4, fol. 15v.

26 Déclaration de François Lemaire, 6 sept. 1751, ibid., reg. 2, fol. 2-v.

27 Henri-Paulin Panon-Desbassayns, Petit journal des époques pour servir à ma mémoire (1784-1786), Annie Lafforgue (éd.), Saint Gilles-les-Hauts, Réunion, Musée historique, 1990, p. 53. La naissance de Rémy Tanasse en Martinique est indiquée dans la déclaration faite le 6 août 1777 à son sujet, AN, Z/1D/139, reg. 6, fol. 19v.

28 AN, Z/1D/139, reg. 6, fol. 27-v.

29 Déclaration du 24 sept. 1770, ibid., reg. 5, fols 28v-29.

30 Déclaration du 27 déc. 1766, ibid., fols 24v-25.

31 Déclaration du 5 mars 1761, ibid., reg. 3, fol. 24-v.

32 Déclaration du 10 mai 1776, ibid., reg. 5, fol. 32.

33 Déclaration du 30 mars 1763, ibid., fol. 14.

34 Déclaration du 4 mars 1780, ibid., reg. 7, fol. 4

35 Ibid., fol. 45.

36 Voir à ce sujet le chapitre premier de mon Race et esclavage, op. cit., intitulé « Le discours d’opposition à l’abolitionnisme au xviiie siècle », notamment pp. 29-34. Voir aussi Nicole Medjigbodo, La construction du concept de 'Race' et les récits des voyageurs anglais et français sur la Côte des Esclaves et le Royaume du Danhomé (1670-1865), Lille, ANTL, 2007, pp. 331-67 (« Les apologistes de l'esclavage, détracteurs des Noirs ») qui toutefois traite plutôt de l'Angleterre que de la France.

37 Claude Wanquet, Histoire d'une révolution : la Réunion, 1789-1803, 3 tomes, Marseille, J. Lafitte, 1980, t. 1, pp. 215-18

38 Déclarations du 24 juillet 1762 et du 1 avril 1763, AN, Z/1D/139, reg. 5, fols 11v & 14-v.

39 Ajoutons à ces déclarations, celle de Jean-Jacques Courtin, commandant pour la Compagne des Indes à Dacca, qui a « ramené des Indes orientales » trois nègres et une négresse, dont « Pollexandre de nation affriquaine » (Déclaration du 26 janvier 1763, ibid., reg. 5, fol. 13v).

40 Déclaration du 7 mars 1760, ibid., reg. 3, fol. 17. Sur le problème de la couleur et des origines en Inde, voir mon Race et esclavage, op. cit., pp. 147-149, basé sur un corpus plus vaste que celui-ci.

41 Coupa (22 mai 1762, AN, Z1D/139, reg. 5, fol. 5) ; Paul (28 avril 1774, ibid., fol. 30v) ; Marie, “ mulatresse de Bengale » (6 mai 1777, ibid., reg. 6, fol. 3) ; Jean Narcisse, “ mulatre [...] né à Chadernagar » (12 avril 1787, ibid., reg. 7, fol. 42).

42 Crack, « jeune negre natif du Bingale » (20 août 1774, ibid., reg. 5, fol. 30v) ; Antoine, « Domestique noir né a Bengale » (27 mai 1783, ibid., reg. 7, fol. 30v) ; Joseph Delmonte, « Mulatre né a Madras » (14 juin 1783, ibid., fol. 31).

43 Déclaration du 2 octobre 1766, AN, Z/1D/139, reg. 5, fol. 23 ; requête du 3 octobre 1766, AN, Z/1D/133.. Une déclaration, datée du 16 février 1778, ibid., reg. 7, fol. 15, provient d'un autre natif de l'Insulinde, mais sa couleur n'est pas indiquée. Il s'agit du fils du roi de Timor, lequel est un tupas (métis) né d'un père Portugais et d'une indigène des Moluques. Le fils est venu en 1750 avec un père Jacobin qui le dévalise et l'abandonne à son arrivée. Sur cette histoire, voir Anne Lombard-Jourdan, « Infortunes d'un Prince de Timor accueilli en France sous Louis XV, » Archipel, n°16, 1978, pp. 91-133, qui toutefois le croyait alors décédé aux environs de 1774, alors qu'on parle encore de lui six ans plus tard (Min. Marine à LeNoir, Lt-gén. Police Paris, 10 janv. 1780, AN, Colonies, B171, fol. 9v).

44 Voir la déclaration de son épouse par « M. Barbeaux, bourgeois », sous le titre de « D[emoise]lle Dorothée Le Blanc », native de Pondichéry, 10 février 1778, AN, Z/1D/139, reg. 7, fol. 11. Par contre, le futur chevalier de Saint-George, le « Mozart noir », est déclaré le 12 mai 1762 par son maître d'armes comme « un mulâtre nommé Joseph Ritondaine, libre », ibid., reg. 5, fol. 2.

45 Déclaration du 18 juin 1762, ibid., fol. 10 (italiques ajoutées).

46 Déclaration du 21 mai 1777, ibid., reg. 6, fol. 13 v.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre H. Boulle, « Les déclarations parisiennes de non-blancs entre 1738 et 1790 : permanence des catégories et interchangeabilité des statuts », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 12 juin 2017, consulté le 26 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/58021 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.58021

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page