Navigation – Plan du site
Débats | 2010
Nominations et dénominations des Noirs : illustration du dialogue entre la France et les Amériques – Coord. Elsa Geneste et Silvina Testa
Serge Daget

Les mots esclave, nègre, Noir, et les jugements de valeur sur la traite négrière dans la littérature abolitionniste française de 1770 à 1845

[19/12/2009]

Résumés

Entre 1780 et 1845, une nombreuse littérature abolitionniste de la traite négrière incite à demander aux textes le terme qu'elle choisit entre « esclave », « nègre », « Noir », – et quel jugement de valeur elle prononce sur le système. Une chute dans l'utilisation des termes « esclave » et « nègre », mais inversement, l'emploi unanime du mot « Noir », soulignerait la discipline collective dans le combat littéraire, une politique concertée de propagande psychologique et, à la limite, le succès réel de la théorie abolitionniste obtenant la mutation de la vieille mentalité négrière.

Soumis à un comptage qu'on ne saurait assimiler aux techniques de la sémantique quantitative, 3 500 pages imprimées ont permis de recenser 9 600 occurrences des termes de base et des jugements de valeur. L’analyse schématique de l'idéologie intégralement formulée au XVIIIe siècle, et à laquelle les abolitionnistes du XIXe n'ajoutent rien de substantiel rappelle l’objectif principal : s'opposer aux arguties de soutien du système, en insistant sur le remords suscité par les déportations dans les concentrations esclavagistes. Mais la littérature abolitionniste s'essouffle après cent ans de tautologie.

Le constat final est ambigu : les expressions « traite des esclaves », « traite des nègres », ne sont pas anachroniques en 1845. « Traite des Noirs » participe du snobisme. Certainement responsable d'une prise de conscience mais ne s'imposant pas une mutation de son vocabulaire fondamental, la littérature abolitionniste ne suffit pas pour mesurer la mutation générale des mentalités. La traite est en voie d'extinction, mais mentalité et terminologie négrières subsistent.

Haut de page

Notes de la rédaction

Nous remercions très chaleureusement Outre-Mer. Revue Française de nous avoir autorisés à publier dans ce dossier le texte incontournable de Serge Daget, sur la question des catégories, paru initialement dans la Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer, t. LX (1973), n° 221, pp. 511-548. Les résumés sont issus de la version originale. Nous y avons ajouté une liste de mots-clé ainsi qu’une bibliographie. Nous avons par ailleurs apporté quelques modifications afin d’adapter le texte aux exigences éditoriales contemporaines, que nous ne signalerons donc par conséquent pas à chaque fois. La numérotation des notes ne correspond pas exactement à celle de l’original pour 2 raisons principales. D’abord, elles sont décalées par celle-ci même, ensuite, la note 10 de la présente version était indiquée « a » dans la version originale, nous avons choisi de la faire apparaître dans la suite du corps des notes.

Texte intégral

  • 1  Cf. Russel P. Jameson, Montesquieu et l’esclavage, thèse, Paris, Hachette, 1911, 371 p. – Nous avo (...)
  • 2  Éd. de 1781, Lausanne et Berne, chez les Sociétés typographiques, t. XXXIV.

1Au fil des lectures, quelques observations nous ont déterminé à entreprendre une enquête systématique. En Sorbonne, le 15 avril 1698, le savant docteur Germain Fromageau rendait l’avis de ses pairs sur la traite. Toute normande, sa communication employait 20 fois le mot esclave, 8 fois le mot nègre, mais jamais le mot Noir1, quelques années après la promulgation du fameux « code ». Dans le livre V, chapitre XV de L'Esprit des lois, Montesquieu mesurait strictement l'emploi de ces termes : 2 fois esclaves, 2 fois nègres, 2 fois Noir, et formulait 2 jugements de valeur sur la traite négrière. L'article Traite des nègres de L’Encyclopédie2 utilise 9 fois esclave, 8 fois nègre, jamais Noir. Cette lecture est celle d'un comptable, mais l'intérêt de l'historien était éveillé. Allant au livre de Mme Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, chapitre 2, « L'idéologie coloniale », on retenait 49 citations couvrant le XVIIIe siècle jusqu'à l'aube de la Révolution : elles donnaient à compter 36 fois esclave, 39 fois nègre, 6 fois Noir, et prononçaient 13 jugements de valeur. Ces observations rapides montraient l'emploi d'esclave moins fréquent que nègre respectivement 41,3 % et 52,3 %. Mieux, ces textes à tendance réformiste ou abolitionniste employaient bien peu le mot Noir, 6,2 %, pour l'appliquer à la traite négrière. Buffon ou Voltaire l’utilisaient comme comparatif à fonction anthropologique marquant les diverses nuances scientifiques à donner au terme nègre.

  • 3  A. Fontana, dans F. Furet, Livre et société au XVIIIe siècle, Mouton, 1970, t. II, p. 151 : « L’em (...)

2Ces résultats comptables ne semblaient pas dus au hasard, mais plutôt refléter des formes de pensée. Les problèmes affluaient, sous la curiosité de savoir si l'utilisation du mot Noir dans la littérature abolitionniste relevait d'une véritable innovation. 1re question : au cours de leur guerre de cent ans contre un système coutumier, les abolitionnistes mettent-ils l’accent sur un des trois termes, esclave, nègre, Noir, qui pouvaient désigner les individus déportés par la traite négrière dans les concentrations esclavagistes ? 2e question : en quels termes des jugements de valeur sur l'institution étaient-ils formulés, et peut-on en dresser une liste, autour de certaines variables : hommes, commerce, morale ? L'expression « traite des Noirs » est-elle substituée aux classiques expressions « traite des esclaves » ou « traite des nègres », faisant celles-ci archaïques ? Répondre à ces trois questions impliquaient de relever systématiquement dans les imprimés disponibles les occurrences3 de ce vocabulaire. La question finale était plus hasardeuse : l'idéologie abolitionniste connaît-elle des transformations significatives, susceptible d'introduire quelque mutation, lexique ou idée, dans ce siècle de mutations compris entre 1750 1845 ? C'était se demander si les abolitionnistes théoriquement victorieux de 1831, avaient été aussi progressistes que leurs devanciers de 1788, – en supposant les formulations idéologiques capables de progression constante. À cette question délicate, l'analyse même schématique de cette idéologie devait pouvoir porter des réponses.

  • 4  A. Feugères, Un précurseur de la Révolution, l’abbé Raynal, 1719-1796, Angoulême, Éd. ouvrières, 1 (...)
  • 5  Roger Mercier, L’Afrique noire dans la littérature française. Les premières images (XVIIe-XVIIIe s (...)
  • 6  Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Maspéro, 1971, 657 p.
  • 7  On le trouvera longuement décrit dans S. Daget, La France et l’abolition de la traite des Noirs, d (...)

3Il fallait s'imposer des limites. Après Jameson, Feugères ou Seeber4, Roger Mercier5 et Michèle Duchet6 ont établit la forte sensibilisation des esprits du XVIIIe siècle aux questions coloniales, en particulier l'esclavage, duquel les auteurs de l'époque dissocient rarement la traite. Inutile de reprendre ce qui est clair. Construire à partir de 1770 s'avérait une décision prudente pour éviter de faire de l’essai une somme : car toutes les œuvres exotiques antérieures étaient comptabilisables, XVIIe, XVIe siècles, et, pourquoi pas, Justinien dès le VIe. L'étude entre 1770 et 1845 plaçait en pleine période abolitionniste, au cours de trois-quarts de siècle bien repéré quant aux événements : Saint-Domingue, décret libérateur des esclaves par la Convention, confiscation de cette liberté par Bonaparte, – quasi-sommeil de l'idéologie. Puis, regermination de la vieille semence, sous la poussée purement politique d'une abolition de la traite négrière dans le monde entier, suggérée sinon imposée par la Grande-Bretagne. En pratique, la France s’y est reprise à sept fois pour légaliser l'abolition, entre 1794 et 1831 : cela donnait à penser que l'abolitionniste avait réagi à ces incertitudes. Laissons-là l'événement7.

  • 8  Nous devons à M. Gabriel Debien les éléments de la note suivante : « Le Conseil supérieur du Cap r (...)
  • 9  La « nouvelle » qui avait suscité la réaction de Régis, parue dans le Journal de Paris du vendredi (...)

4On ne pouvait entreprendre le dénombrement des écrits des colons et de leur groupe sans alourdir considérablement l'étude. Mais cela aboutit à prêter aux seuls philanthropes métropolitains l'utilisation du vocabulaire en cause, comme si les colons confrontés à des problèmes d’expression n'avaient aucune position et ne s'exprimaient pas. L'une des lacunes les plus réelles de cet essai est d'ignorer délibérément l'Amérique et l'Afrique esclavagistes. Si nous évoquons brièvement quelques tendances abolitionnistes coloniales, c'est pour suggérer que dans la littérature sur les îles, il y a un champ à défricher, si personne n’est encore occupé à le faire. La question du choix du terme pour désigner les individus se pose en permanence dans les concentrations esclavagistes8 : vingt cinq ans après les événements de Saint-Domingue, le document manuscrit reproduit ici (fig. 1) est caractéristique – et cela nous permet de déroger à notre règle de n'utiliser que les sources imprimées9.

Fig. 1. – Lettre de Toussaint Augustin Régis au rédacteur du Journal de Paris, 28 septembre 1817.

Document obligeamment communiqué par M. Rigotard, secrétaire de l’Association pour le développement des musées d’outre-mer : remis par l’Association au Musée départemental de la Martinique, il [avait été] reproduit avec l’aimable autorisation de son directeur, M. Mattioni, qui […] en a[vait] adressé la photocopie [à Serge Daget].

5Acceptons d'être partiel, en nous en tenant aux préoccupations humanitaires exprimées dans la littérature abolitionniste métropolitaine. D'ailleurs, elle pose assez la question des limites à assigner au comptage. L'écueil, c'est qu'un texte contînt un des termes à dénombrer, mais autour d'une discussion différente de notre contexte permanent de recherche : traite négrière atlantique. Certes, quand Voltaire dit des esclaves russes qu’ils se vendent, il les compare aux esclaves nègres ; mais on ne saurait rattacher cela à la notion de traite atlantique. Pour la même raison, la litanie « esclave » du chapitre de L'Esclavage des Juifs en Égypte, ou l'utilisation solitaire de ce mot dans le chapitre XXI de L'Essai sur les mœurs, ne sauraient être comptabilisées. Or, nouvel écueil, si l'esclavage en général n'est pas le propos, comment l'exclure quand l'auteur considéré ne le sépare pas de la traite atlantique ? Lorsque les auteurs abolitionnistes de la traite évoqueront les Antilles, Cayenne, le Sénégal ou Bourbon, nous compterons les occurrences, par une extension indispensable du contexte : mais toujours l’essai vise une France où le mouvement abolitionniste répand tant bien que mal ses théories, à partir d'opinions publiées en métropole, dans l'esprit métropolitain et à son usage.

  • 10  Mais leurs études, si nous les avons bien comprises, nous ont été indispensables.

6Le dénombrement procède d'un système élémentaire appliqué sur une documentation solide. Le simple comptage des mots esclave, nègre, Noir, et des jugements de valeur dans les textes imprimés les plus faciles d'accès, n'est certes pas une « méthode ». On peut s'inquiéter de sa valeur scientifique. Au moins, nous ne prétendrons nulle part approcher les « exemples » présentés par les techniciens de la sémantique quantitative, ni même nous recommander de leurs essais de révision10, lesquels appartiennent à des équipes mieux pourvues en préalables épistémologiques. L'attitude est de considérer les textes comme existant en eux-mêmes et contenant certains termes un certain nombre de fois, les dénombrer, les établir en séries, en tirer des pourcentages et les figurer sur quatre chronogrammes comparatifs. Une quantification aussi rudimentaire ne vaut qu’autant que les données soumises au comptage soient nombreuses. Or, de toutes les pages lues, toutes ne sont pas utiles. Est utile celle où apparaissent soit un des termes retenus, soit un jugement de valeur. Pour 140 textes dépouillés, environ 3 500 pages utiles ont donné à recenser un peu plus de 9 600 occurrences : preuve que la curiosité préliminaire ne demeurait pas sans réponse. Bien entendu, la critique historique traditionnelle n'avait pas préoccupé fondamentalement dans cette lecture comptable. Cependant ce genre de lecture n'avait pas interdit de trouver et de retenir des réponses à la question relative au progrès théorique de l'idéologie.

  • 11  Cf. F. Furet, op. cit., p. 105 : l’analyse sémantique est condamnée à ne pouvoir expulser de ses p (...)

7Restaient les nécessaires présupposés de signification11 des trois termes recherchés, voire des jugements de valeur. L'offensive abolitionniste n'est jamais menée par le peuple – au contraire, le petit peuple besogneux du littoral, travaillant le fer, l'alcool ou la toile, aurait plutôt à en pâtir. Le combat est d'intellectuels dont l'objectif est vite précisé : détruire les diverses résistances, la force de l'habitude, la paresse de l'esprit, le manque d'imagination ou la facilité du dire – multiples facettes d'une même chose. Sans ignorer l'économie, la politique intérieure ou extérieure, la diplomatie, les abolitionnistes demeurent aux mots et aux idées. C'est à l'étage des interprétations plus ou moins abstraites qu'on doit supposer le sens de trois termes. Cela commence par une double question.

  • 12  Ottobah Gugoano, Réflexions sur la traite et l’esclavage des Nègres traduites de l’anglais d’Ottob (...)

8Dans les réalités américaines et africaines, « esclave » définit des catégories sociales parfois subtiles, dont l'étude est exclue de notre propos. C'est une nouvelle lacune, puisque cela nie la relativité du vocabulaire. Par contre, dans son utilisation par la littérature abolitionniste française, les intentions qui recouvrent le choix du mot esclave sont-elles les mêmes que pour nègre ou Noir ? En un mot, les trois termes sont-ils interchangeables ? Pour stigmatiser l'existence faite à l’esclave, l'abolitionniste militant n'utilise ni indifféremment ni automatiquement le mot esclave. Il préfère souvent un jugement de valeur évitant le terme tout en expliquant la chose, il emploie nègre s‘il veut se référer à la nature anthropologique, Noir s’il tient pour le sentiment humanitaire – avant de découvrir Africain, vers 1790. Le choix de ce que, gens d’aujourd'hui, nous aurions tendance à considérer comme un euphémisme, est symptomatique à l'époque, de la tiédeur, de l'incertitude ou de la chaleur de l'option et de l'action abolitionniste. Dès lors, ce terme esclave, faut-il le considérer lui-même comme un jugement de valeur sur une réalité sociale ? Facile, assez répandu pour n’y pas attacher de signification précise, il n’alarme pas la conscience publique. Vague, il répond pour le politique et le social, le sadique et le badin : on est « esclave à la Grenade »12 ou esclave de ces principes, esclave de l'objet aimé ou de la volonté populaire – et celle-ci s'en fait gloire. Esclave édulcore la souffrance, s'attache à la sanction divine comme à la mode : il définirait un « gadget » si on le préfère aux élégantes de plus ou moins haut lignage précédées par leur négrillon en tenue, au Palais-Royal. Pour l'abolitionniste, sa tâche semblerait toute tracée : parce qu'en dénonçant un état de fait sociologique, son but est d'y substituer un nouvel état définit d'une manière plus morale, il se refuse à faire d'esclave un simple jugement de valeur comparativement à telle ou telle situation vécue en métropole. Son mot esclave définit un statut à abattre : le concevoir autrement serait anachronique devant les textes. Dans la pratique, il s'agit de faire disparaître le mot – au moins l'employer avec de grands scrupules pour l'appliquer à une situation sociale réputée moralement insupportable. Bien entendu, il est question ici d'une position théorique : se vérifiera-t-elle dans les textes et dans le temps ?

  • 13  Cf. Duchet, op. cit., 2e partie, chap. 1, passim.
  • 14  Cf. par exemple, Jehan Mousnier, Journal de la traite des Noirs, Éd. de Paris, 1957, 296 p., notam (...)
  • 15  Henri Grégoire, De la littérature des nègres, Paris, Maradna, 1808, 287 p.

9D'autre part, soit le mot nègre. Pas plus que la traduction du latin, la francisation du terme espagnol portugais negro ne contribuent à éclairer le sens. Si, au moment où la langue française commence à l'employer – vers le milieu du XVIIe siècle ? – nègre n'a de signification que raciale, certaines formes d'utilisation sont bientôt péjoratives, qu'on est bien tenté de qualifier « racistes » : il est vrai qu'on a pu soutenir que le « racisme » n'avait pas cours au XVIIIe siècle ! Qu'il s'agisse de sentiment de mépris ou, à l'opposé, de tentative de compréhension d'une culture, tout le monde est d’accord, un nègre, c'est un originaire de l'Afrique noire plus ou moins coloré : un Noir vient d'ailleurs. Pour le moment, l'essentiel étant ce que les « bons esprits » du XVIIIe siècle ont reconnu au moins un triple contenu à ce terme : scientifique, les garanties par les travaux anthropologiques dont l'une des fins est d’élever le nègre dans l'esprit public au rang d'individu comme tout le monde, en insistant sur sa spécificité, par exemple Buffon ou L'Encyclopédie13 ; technique, notamment pour la comptabilité négrière dans quoi « esclave » est impuissant à distinguer la pièce d'Inde, la négresse, le négrillon ou la négritte14 ; psychologique, lié aux notions de « bon sauvage » et de sensibilité, lesquels débouchent directement sur l'idée de culture : en 1808, l'abbé Grégoire publie sa Littérature des nègres...15 Ici, le choix abolitionniste pour ce terme manifesterait une décision plus pratique que la précédente, tirer parti d'un mot plus rigoureux, mieux défini, dépassant les charges affectives puisées dans l'histoire sociale qui le font éventuellement contestable.

  • 16  Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, éd. Souriau, Paris, Les Belles lettres, 1952, xxiii-2 (...)
  • 17  Cf. infra, n. 57.
  • 18  Button, L’Ami des Hommes, mémoire présenté à la Patrie par un capitaine du commerce, Bordeaux, jan (...)

10Enfin, le mot Noir. À la limite, il n’est clair que pour le peintre. Bernardin de Saint-Pierre l'applique au drame en identifiant l'Africain messager d'une nouvelle néfaste et le ciel gros d'une tragédie cosmique16. Sauf un cas dont nous reparlerons17, exceptionnel par la violence de son énoncé, on voit peu dans les imprimés consultés du XVIIIe siècle que le terme soit automatiquement chargé du mépris implicite ou explicite dont « esclave » et « nègre » sont frappés. Mais un supplément d'information est nécessaire, qui confère un sens précis au mot « noir », et cela peut tenir dans un simple caractère d'imprimerie. En effet, les textes donnent à constater que la littérature du XVIIIe siècle met rarement la majuscule. Ainsi, lorsqu'elle apparaît, c'est pour marquer la volonté de donner une leçon, un « Noir ». Ce n'est évidemment ni par hasard ni par improvisation que les abolitionnistes se constituant en « Société des Amis des Noirs » posent une majuscule à chacun des termes dans tous les imprimés où la raison sociale – et morale – apparaît. Et ces majuscules « traumatisent » assez certains milieux de l'époque pour susciter de nombreux sarcasmes et de violentes réactions verbales, – celle, parmi d'autres, d'un capitaine négrier s'affirmant « Amis des Hommes », également avec les majuscules18. Tout ceci n'est pas épiloguer ou ergoter sur un caractère typographique mais, croyons-nous, rendre compte d'une décision mûrement délibérée. L'on est en droit de penser que, par le mot Noir, l’abolitionniste se sent maître d'un terme relativement nouveau, qu’il croirait capable d'introduire dans sa littérature de combat des substrats idéologiques. Lorsque les formules comme « l'esclave est un homme », « le nègre est un homme » paraissent dépourvues de sens – et par conséquent ne se rencontrent pratiquement jamais – parce que les habitudes de pensée appliquent plus couramment esclave ou nègre aux notions d'instruments de production ou de marchandises banales, un concept tout différent est insinué par la formule « le Noir est un homme ». Parce que Noir n'est ni entaché de préjugés ni devenu déjà stéréotypique, il plaide contre l'aliénation et contribue à fonder l'idéologie abolitionniste : il relève donc d'une innovation. Mais il faudra vérifier le succès de cette hypothèse dans les textes et dans le temps.

11Évidemment, se contenter du simple comptage de trois mots, tout intéressant que soit le résultat obtenu, désincarnerait le vocabulaire abolitionniste. Les jugements de valeur témoignent valablement pour l'idéologie et marquent une certaine gradation des niveaux de prise de conscience. Techniquement, à cause de leur diversité et de leur fréquence, la datation fine n'a pas été faite – et c'est regrettable. Par exemple, l'écart est flagrant entre le « commerce devenu nécessaire », qui est du XVIIIe siècle, et « enfer de l’espèce humaine », qui fleure son romantisme. De « pauvres créatures » à « bêtes de somme » (chez Voltaire, mais l'expression est prise à Charlevoix), de « commerce honteux » à « affreuse révolte contre l'humanité », ces formules à résonnances didactiques, affectives, stigmatisantes ou révélatrices, recouvrent un siècle d’action littéraire à vocation psychologique et sociale. Mais suffisent-elles pour emporter l'adhésion abolitionniste, c'est-à-dire l'engagement dans une « cause » humanitaire universelle ? Sont-elles simplement édulcorées par la tautologie, c'est-à-dire devenues clauses de style ? Pire : camouflent-elles l’épuisement de l'imagination et de la foi dans le combat, sous les séduisants dehors d'une terminologie de salon inconfortable ?

12Nous récapitulerons les occurrences et constituerons les séries pour établir les chronogrammes. Le commentaire comptable ira de pair avec l'analyse plus traditionnelle où sont schématisées les principales propositions abolitionnistes. Des commentaires moins circonstanciés et l’énumération particulière des jugements de valeur précéderont les réponses possibles aux quatre questions de départ.

1. Vue d'ensemble et analyse

13143 ouvrages imprimés réformistes ou abolitionnistes ont été dépouillés, de 1777 à 1845. Les auteurs sont très divers, par exemple Raynal, Condorcet dans la période prérévolutionnaire ; Brissot, Clavière, Pétion durant la révolution ; Grégoire, Sismondi, à partir du XIXe siècle, pour n’en citer que quelques uns parmi d'autres, célèbres ou anonymes. À partir de leurs écrits nous avons formé neuf séries de durée et de densité inégales, articulées sur des événements dont il faudra voir le poids dans l’usage du vocabulaire. Les produits de détail sont confondus dans des résultats globaux parfois significatifs.

  • 19  Anon., attribué à Chambon, ancien receveur des fermes du roi, Amsterdam, Rey, et Marseille, 1re éd (...)
  • 20  Daprès l‘expression de Souriau dans son éd. de Paul et Virginie, cit., p. xxii.
  • 21  Saint-Lambert, Réflexions sur le moyens de rendre meilleur l’état des nègres ou des affranchis des (...)
  • 22  Id., ibid., p. 189.

14Le premier ouvrage soumis au dénombrement systématique, L’Histoire philosophique de l'abbé Raynal, appartient aux spécialistes. Nous n'y ajouterons rien, sinon que ce qu'elle doit au Traité général du commerce de l'Amérique19 est bien mal indiquée, en général. Elle influence fortement la décision de la Convention, en 1794, car les successeurs de Raynal, Clavière par exemple, s‘empare, pour atténuer ou faire plus agressives encore, des fulminations contre la traite. L'abbé a donné des idées à tout le monde. À Bernardin de Saint-Pierre ? Le « plaidoyer »20 de celui-ci est tout en demi-teintes, perceptibles peut-être aux seules âmes sensibles. Sauf erreur, les commentateurs de Paul et Virginie n'ont pas relevé que l'auteur n'emploie jamais le mot nègre : 11 occurrences recensées sont sous la forme féminine, négresse. Cela peut être un refus de se couvrir sous la bonne conscience anthropologique de l'époque, en tout cas Bernardin ne prône jamais l'abolition immédiate, sans nuance et irrévocable. Saint-Lambert non plus, qui conseillait officieusement une administration « loin d'être hostile »21 au changement. Le poète célèbre des Saisons, engagé dans la politique et l’humanitaire, tentait de concilier deux points de vue assez contradictoires. Du strict point de vue abolitionniste son option réformiste est encore inquiétante lorsqu’il suggère de commuer la peine d'ototomie en un nombre fixe de coups de fouet – ce que l'esclave peut préférer, d'ailleurs. Elle devient redoutable dans une recommandation comme celle-ci : « Ce qu'il faut faire encore incessamment et de promettre des primes aux vaisseaux négriers qui apporteront une certaine quantité de jeunes femmes et de jeunes filles » 22 aux îles – en clair, substituer une traite à une autre. D'ailleurs, l'idée, pas nouvelle, est une école.

15Tableau 1 : Tableau récapitulatif du nombre des occurrences.

  • 23  Nous utilisons l’éd. Edhis, cit. Cette intéressante sélection d’ouvrages reproduit, malgré ses lac (...)
  • 24  Condorcet, Réflexions sur l’esclavage des Nègres…, 1788, repris de l’éd. de Neufchâtel, 1781, sign (...)

16Pour extirper l’abcès des mœurs, pour ne pas dire de la culture, dès 1781 Condorcet élevait le débat à l’universel : la machination esclavagiste accusait la responsabilité d'un monde exclusivement orienté vers l'esprit de profit. L'idéologie abolitionniste devrait craindre d'être tournée en chimère. Or, sept ans plus tard, dans le cadre d'une organisation abolitionniste et de sa propagation par la Société des Amis des Noirs – le terme dans la raison sociale est comptabilisé chaque fois, puisqu’il se veut instrument de propagande23 –, Condorcet et ses amis constatent qu'un des « moyens » à mettre en œuvre, c'est le changement de vocabulaire : avec joie, il relève dans la Constitution des jeunes États-Unis l'emploi délibéré du mot de « personnes pour désigner les Esclaves »24. Dans les deux documents séparés par sept années, le premier de 86 pages mais le second de 19 seulement, on tient une belle réponse à notre première question : les mots esclave y sont respectivement 106 et 7 ; nègre 183 et 2 ; Noir 22 et 14 ; les jugements de valeur 40 et 10. Dans le second texte et relativement à son faible nombre de pages, la progression du terme Noir est spectaculaire alors qu'inversement, esclave et nègre ont pratiquement disparu du langage abolitionniste de l'auteur. Par rapport aux œuvres contemporaines de Raynal, Bernardin ou Saint-Lambert, Condorcet porte volontairement l'accent sur l'innovation.

  • 25  Cugoano, op. cit., p. 130.
  • 26  Id., ibid., p. 167 et suiv.
  • 27  Lecointe-Marsillac, Le More-Lack, Paris, 1789, éd. Edhis, t. III, 290 p., p. 221. Ambigu, le titre (...)

17Entre 1789 et 1791, on dispose du plus grand nombre des textes consultés dans une série. Bien sûr, les tendances y sont extrêmement diverses et nombreux les thèmes développés, le tout très imbriqué. Ottobah Cugoano met au ban de l'humanité de leur propre nation ceux « qui regardent un Noir assassiné comme une bête morte »25 et, pour combattre la traite, exige des Puissances une collaboration internationale en vue d'établir sur les côtes de Guinée des croisières de répression du trafic négrier26, anticipation d’un quart de siècle pour l'avenir français. D'un auteur différent27, le More-Lack accentue l'horreur de la réalité négrière. L'objectif est de mettre à vif la sensibilité suave des lecteurs de Jean-Jacques ou de Bernardin. C'est l'étalage et l’'inventaire d'un charnier, dans quoi les atrocités individuelles ou collectives contre les déportés, les assassinats par pur sadisme le disputent aux suicides exemplaires. Certes, il s'agit de propagande. Sans doute, après ce qu’il vient de faire supporter à son lecteur, peut-on concevoir le jugement final du traducteur du More-Lack, Diannyère : « il serait dangereux d'accorder une liberté sans bornes à des nègres », tout surprenant qu'il soit : d'une certaine façon, cela s'inspire de la conduite de Raynal, lequel a répudié ses écrits de 1780.

  • 28  Brissot, 1789, éd. Edhis, t. VIII, n° 3, 56 p.
  • 29  F.-X. Lanthenas, M. Lamiral réfuté par lui-même…, Paris, 1790, éd. Edhis, t. VII, n° 4, 80 p., p.  (...)
  • 30  B.S. Frossard, Observations sur l’abolition…, Paris, 1793, éd. Edhis, t. VIII, n° 11, 33 p., p. 22
  • 31  Pétion, Discours sur la traite des Noirs, Paris, avr. 1790, éd. Edhis, t. VIII, n°1, 82 p., p. 57. (...)
  • 32  Il est encore des Aristocrates…, anon., s.l.n.d. [1790], éd. Edhis, t. IV, n. 5, 15 p., p. 4.
  • 33  Pétion, op. cit., p. 58. C’est un thème obligé de l’argumentation des esclavagistes (cf. Button, o (...)
  • 34  Pétion, op. cit., in fine.
  • 35  Viefville des Essars, Discours et projet de loi pour l’affranchissement des Nègres…, Paris, Impr. (...)
  • 36  Id., ibid., in fine.

18Ailleurs encore, dans le Mémoire sur les Noirs de l'Amérique septentrionale, on saisit un militantisme brissotin donnant de la valeur au terme neuf : esclave 51 ; nègre 26 ; Noir 79 ; jugement de valeur 628. On est au cœur de l'action des Amis des Noirs. Parmi les courants de pensée tournés vers le système colonial de l'esclavage et le problème des hommes de couleur libres, données cruciales au moment où Saint-Domingue commence à appliquer Raynal de façon exaspérée, la priorité de l'abolition de la traite est encore reconnue. L'argumentation et les moyens suggérés diffèrent. F.-X. Lanthenas met l’Afrique en question, où l'Europe doit instaurer un nouveau mode de relations, honorables et « réciproquement utiles »29. De pourvoyeuse et expéditrice, convertie en destinataire et consommatrice, cela exigerait de sauvegarder ses consommateurs30. Ceux qui s'engageraient volontairement aux îles, pour une durée déterminée et sous la garantie de l'État, reviendraient mourir sur les terres natales. Pour Pétion, la traite, gouffre subventionné, aspire les productions étrangères et travaille contre la manufacture nationale. Elle est cause d’une absurde politique économique dont le produit réel est le supplice de dizaines de milliers d'hommes : 315 individus encaqués dans un bâtiment de 140 tonneaux, c’est 315 êtres humains torturés plusieurs semaines dans un espace individuel de 0,677 m³31. Toutes les ratiocinations économiques des esclavagistes contribuent au maintien de la traite. Or, quand ces derniers prononcent leurs inculpations, assimilant aux « Martinistes » et aux « Cagliostro »32 – ces démoniaques – les Amis des Noirs, les accusant de travailler à faire entériner un « arrêt de mort contre cinq à six millions de français »33 – assertion incontrôlable, mais qui en rappelle d'autres, beaucoup plus récentes –, en trois mots, lorsqu'ils accusent les philanthropes de complot contre l'État, Pétion reculent et à son tour ne réclame plus que la conciliation de tous les intérêts34. Viefville des Essars, un jurisconsulte, le suit : il est parfaitement possible d'abolir immédiatement la traite et « l’affreux mot d’esclave »35, mais les réalités métropolitaines actuelles incitent à la prudence et recommandent par conséquent, « d'ajourner la question »36. Propagateurs raisonnables et sociétaires, Lanthenas et Pétion mettent en valeur le terme Noir, respectivement 63 et 93 fois, pour 27 et 58 fois esclave, 14 et 27 fois nègre, et deux fois 67 jugements de valeur. Réduite en chiffres, la sagesse de Viefville des Essars se mesure en 41 esclave, 14 nègre, 31 Noir et 17 jugements empruntés partout.

  • 37  Cri des colons contre un ouvrage de M. l’évêque et sénateur Grégoire…, anon., atttribué à F.-R. de (...)
  • 38  Clavière, op. cit., p. 217, 219, 231.
  • 39  Id., p. 223-228, après avoir déploré que « de dix millions d’esclaves tirés des plages malheureuse (...)
  • 40  Cf. J.-C. Bénard, « L’armement honfleurais et le commerce des esclaves à la fin de XVIIIe siècle » (...)

19En 1791, à Saint-Domingue, Vincent Ogé et ses camarades ont subi le supplice de la roue. Dans les textes, la traite passe au second plan, malgré la constance militante de Brissot qui accentue le terme Noir. La synthèse de Clavière prédomine, tentative de vulgarisation de l'idéologie abolitionniste. Travaillant à convaincre tout le monde, et plus seulement les initiés convaincus, le président en exercice de la Société des Amis des Noirs utilise le vocabulaire le plus traditionnel, fût-ce au détriment de l'expression idéologique et malgré la vogue du moment pour les terminologies révolutionnaires. En somme, employer 173 fois le mot esclave en pleine ambiance de liberté exacerbée, c'est à la fois perpétuer les stéréotypes du langage de la rue et provoquer une réaction positive de dégoût pour le mot et la chose. Cette simple suggestion reçoit une apparence de confirmation par le très faible nombre d'occurrences du mot nègre, 34. Bien informé, Clavière semble déjà connaître, au moment où se produisent les événements de Saint-Domingue, la revendication des révoltés, qu'un colon relatant son expérience de la révolte publiera quelques années plus tard, livrant une indication fondamentale : « dans le principe de la révolution de Saint-Domingue, les Africains ne voulaient pas qu'on les appelât nègres, mais noirs »37. En conséquence, Clavière insiste sur Noir, utilisé 86 fois, et les jugements de valeur, 63 fois. Cela dit, il ne fait guère avancer le débat. Quelques opinions sur la traite sont textuellement reprises de l'œuvre de Raynal, en 1780, longuement citée. L'intérêt véritable est autre part, dans les pièces justificatives de la synthèse. Elles montrent les couches politisées de la nation parfaitement capables de s'associer aux options humanitaires universalistes. Mais, il est essentiel de le souligner, c'est à propos de l'esclavage, pas dans le cas de la traite. Sur dix-huit réponses reçues à une adresse de la Société des Amis des Noirs, émanant toutes de membres des sociétés des Amis de la Constitution, trois seulement se manifestent explicitement contre le trafic négrier, Pontarlier, Le Mans et Lyon38. Par contre, le club de Lisieux se lamente sur la côte de Guinée, « cette mine d'esclaves si abondante autrefois », dont les ressources tarissent de jour en jour39. En pleine Normandie productrice de beurre, d'eau de vie du pays d'Auge, de toiles, de rouenneries ou de miroirs du Havre40, Lisieux n'est pas si éloignée des ports...

  • 41  J. Raymond, Réflexions sur les véritables causes des troubles et des désastres de nos colonies…, P (...)
  • 42  C.-L. Milscent, Du régime colonial, Paris, Cercle social, 1792, éd. Edhis, t. XI, n° 6, 39 p. – Da (...)

20Entre 1792 1794, la suppression des primes à la traite et l'abolition de l'esclavage sont acquises. Or, durant cette période, l’affranchi ou le descendant d'affranchi, l'homme de couleur libre étaient préoccupés du choix des termes : ils rejetaient catégoriquement nègre ou « Noir », par quoi ils se sentaient désigner ignominieusement. Esclave définissait sans la moindre obscurité un statut social déterminé. Pour le riche colon réformateur Raymond, la libération d'un esclave n'est pas un devoir mais la récompense sanctionnant un long apprentissage de la morale dont l’esclave est biologiquement dépourvu. Il faut environ quinze ans : c'est un souci de durer, purement esclavagiste41. Dans cet ordre d'humanitarisme social, Raymond n'est pas seul ; il est confirmé par Milscent, autre réformateur42. Ces paradoxes dans la littérature abolitionniste ont pour résultat de voir s'effondrer le mot Noir, et culminer le mot esclave. Les auteurs métropolitains eux-mêmes ont à peser le choix de leurs termes : dans la période, esclave est de quatre à dix fois plus employé que Noir. Quand Chaumette prononce un discours public à l'occasion des réjouissances célébrées par l'abolition de l'esclavage, il martèle 17 fois esclave, 8 fois nègre, et seulement 2 fois le mot Noir – terme, l'oublions pas, qui parle pour l’homme non aliéné d'une quelconque manière. La situation sociale est abolie, pas l'esprit qui y présidait.

21Néanmoins, après le décret conventionnel, il paraît mal venu d'utiliser le terme lié au statut périmé. Certes, à l'usage des îles, les abolitionnistes emploient encore esclave et nègre. Mais dans les formulations métropolitaines, Noir occupe une place qu’il n’eut jamais : 64,7 % des occurrences dans la période, et les jugements de valeur 19 %. Esclave réduit à 5,4 % et nègre à 10,8 %, cette chute n'avait jamais été constatée encore et ne se reverra plus. Conséquence de l'acte libérateur du 16 pluviôse an II (4 fév. 1794), plaqué sur la situation de fait à Saint-Domingue, la Société des Amis des Noirs devait se reconvertir puisqu'elle ne sert pas d'organisme de contrôle d’application. Incontinent, ses membres s'étaient démobilisés. Ou la Révolution en avait éliminé un bon nombre. Les autres ?...

  • 43  Button, op. cit.
  • 44  Fanoudh-Siefer, Le mythe du Nègre et de l’Afrique noire dans la littérature française, de 1800 à l (...)
  • 45  Sur les finances, le commerce, la marine et les colonies, anon. attribué à Charles Emmanuel Micoud (...)
  • 46  Id., ibid., p. 65.

22Les autres se pliaient à une forte réaction esclavagiste. Certes, elle est constante depuis le départ des manifestations abolitionnistes. Elle a toujours déclaré la traite essentielle aux « villes intérieures et (aux) campagnes » ; faisait fond sur l'argument toujours incontrôlable des « millions de citoyens » que l'abolition ruinerait ; se servait de la compétence professionnelle du négrier pour démontrer qu'aux yeux du nègre, le principal intéressé en somme, celui-là n'était pas ce bourreau vilipendé par la secte humanitaire : au total, que « le mot esclave n'est qu'un mot »43. Préfigurant les plus ordinaires assertions du racisme doctrinal, l’imagerie mythique de l'Afrique et du nègre ne débute pas au XIXe siècle, il est bon de le rappeler44. Toutefois, on connaît mal la part de responsabilité d'ouvrages préconisant la réaction autour de 1802. À coup sûr, l'option s’alimente aux événements de Saint-Domingue depuis douze ans. Au-delà de Colberry et Durand, l’inspiration est clairement économiste chez Micoud d’Umons, par exemple45. Ni Ricardo, ni Jean-Baptiste Say, assurément. Ses théories, dit l'auteur, « fixées à l'époque de la paix de 1783 »46 sont donc bien antérieures au décret rétablissant l'esclavage et la traite, pris par le premier Consul, le 20 mai 1802, et montrent la permanence des dogmes esclavagistes. Le nègre est la seule véritable matière première de l'Afrique, et aucune ratiocination humanitaire n'y changera quelque chose. Pour la morale, les Amis des Noirs avaient livré des idées à reprendre. Cela posé, les données étaient évidentes :

  • 47 Ibid., p. 98.

La traite doit être considérée comme l'arme et le principe de tous les commerces directs et indirects que l'Amérique peut procurer ; que sous ce point de vue, il y aurait grand avantage à priver nos rivaux, par la contrebande, d'une partie de leurs esclaves ; que ce commerce ne doit point être livré à l'avidité des particuliers qui l’exercent selon leur vues inégales ; qu'il peut être dirigé d'une manière toute nouvelle et plus économique d'Asie en Afrique et d'Afrique en Amérique (…) ; que la traite, enfin, doit rester dans les mains ou sous l'inspection immédiate du gouvernement...47

  • 48  Valentin de Cullion, Examen de l’esclavage en général et particulièrement de l’esclavage des nègre (...)

23Ce simple devis de remise en route d'un système bien plus vaste est dépouillé de tout caractère émotionnel ou passionnel. Mais lorsqu'il apparaît, ce caractère renforce la formulation économique et l’attitude politique : par exemple, quelle est l'influence d'un ancien avocat des colons de Saint-Domingue, Valentin de Cullion48, sur le discours décisif prononcé à Adet devant le Tribunat, deux ou trois jours avant le décret tranchant de Bonaparte ? De plus, la théorie abolitionniste semble consumer dans les brasiers de Saint-Domingue. N’est-elle pas répudiée par cet article 17 de la constitution de l’île, par lequel la nécessité d'introduire des « cultivateurs » dans l'ancienne concentration esclavagiste est explicitement recommandée ? Après l'explosion des droits de l'homme, la première période de paix venue suffit pour les bafouer.

  • 49  L.-G. Pelletan, Mémoire sur la colonie française du Sénégal, Paris, Vve Panckoucke, 1802, xvi-118 (...)

24Subsiste-t-il quelques manifestations abolitionnistes ? Pelletan, ancien directeur de la Compagnie du Sénégal, n'a pas à parler des Antilles. Il s'en tient ce qu'il connaît, l'Afrique. Cela l'autorise à admettre l'esclavage tout en combattant la traite, car celle-ci se définit par la traversée atlantique. Esclavage colonial esclavage africain sont donc deux questions différentes. Cela dit, on ne saurait désagréger les « principes de sociabilité révolutionnaires »49. Or, l'Afrique elle-même propose le moyen terme : n’en pas tirer d'esclaves pour l'extérieur et s'y implanter fermement. Dans quinze ans, le principe technocratique de conserver la main-d'œuvre sur son propre sol, déjà aperçu par Lanthenas, aura fait son chemin. Mais Pelletan ne manifeste pas l'idéologie abolitionniste proprement dite.

  • 50  Cri des colons…, op. cit., n. 36. – Grégoire, De la littérature des Nègres
  • 51  On devrait citer ici une grande part de la bibliographie de langue anglaise sur l’abolition, de Co (...)

25Il faut six ans pour qu'un sursaut ait lieu. En 1808, dans un copieux volume, Grégoire brosse le portrait d'un Africain plein de capacités naturelles détruites par les postulats de soutien à l'oppression blanche. Si le Blanc s'arroge le droit d'asservir au nom de sa force matérielle, ses calomnies délibérées contre le nègre dénoncent un remords latent. Le caractère d'anthropologie culturelle de l'œuvre explique les nombreuses occurrences du mot nègre, 332, alors qu'esclave apparaît 76 fois et Noir 79. Elle suscite la vindicte d'un ancien colon, anonyme cultivateur « sans culture », mais qui, pour avoir vécu les événements de Saint-Domingue, s'acharne à réfuter les « inculpations calomnieuses » faites par l'ancien évêque et sénateur50. Dans l'éteignoir de l'Institut, Grégoire réitère, en 1812. Certes, Grégoire n'est pas Wilberforce – mais qu’eût fait un Wilberforce français dans l'immensité de l’heure impériale, et confronté non pas aux Communes mais à Napoléon ? C'est le temps du sommeil de l'idéologie abolitionniste, la fin d'une première phase. De l'autre côté de la Manche, l'année même où Grégoire publie son livre, l'Angleterre débute dans la pratique de l'abolition officielle et légale, dont elle fera l'une des principales revendications de sa politique extérieure pendant le prochain demi-siècle51.

26À partir de 1814, l'abolition française n'est plus cantonnée dans ses démarches idéologiques. La première puissance mondiale la pose en fait de politique internationale. Vaincue et contrainte, la France officielle ou réelle doit, au moins, donner le simulacre d'une application pratique de ces engagements. Chacun est tenu, du souverain au délateur anonyme, de l'armateur au petit besogneux du littoral – sur ce dernier point, malheureusement, nous ne savons rien dire encore. Il existe donc une nouvelle réalité abolitionniste, celle des textes officiels, documents imprimés en français, surtout les actes législatifs et les conventions internationales, de 1814 à 1845 : nous en comptabilisons une vingtaine, à quoi s'ajoutent les 30 ouvrages imprimés retenus sur les 100 titres recensés dans la période. Au total, 50 textes dénombrés, à propos desquelles on ne saurait préjuger d'éventuels ajustements ultérieurs.

  • 52  Dr Audouard, « Sur la traite considérée comme la cause de la fièvre jaune », Annales maritimes et (...)
  • 53  A. Lallour, La traite comme moyen…, Brest, 1848.

27Après la loi draconienne de 1831, l’abolition de la traite n’est plus au centre du débat : elle devient argument de référence, sinon clause de style. Désormais, on vise l’abolition de l'esclavage. Le Dr Audouard considère la traite « comme la cause de la fièvre jaune »52, et à ce titre soutient l'abolition. Auguste Lallour, considère la traite « comme moyen d'émancipation immédiate et de civilisation universelle »53. Entre ces deux pôles, la tautologie d'une doctrine dépassée par les événements. La traite devient l'affaire des techniciens de la répression.

  • 54  Sismonde de Sismondi, De l’intérêt de la France à l’égard de la traite des nègres, Genève, Paschou (...)
  • 55  Id. – Les Nouvelles réflexions répondent surtout aux critiquent qui ont été adressées au premier o (...)
  • 56  Id., ibid., p. 32-34.
  • 57  Comte de Saint-Morys, Aperçu sur la politique de l’Europe et sur l’administration intérieure de la (...)
  • 58  Id., p. 81, d’après Wimpfen, Voyage à Saint-Domingue pendant les années 1788, 1789, 1790, Paris, a (...)

28La première brochure de Sismondi étudiait surtout l'économie politique du système, et cela fit son succès. L'auteur n'ignorait pas que le « nom vague de traite ou de commerce des nègres ne frappe point immédiatement l'imagination par le tableau de tout ce qu'il désigne, et qu'on veut rétablir »54. Publié à la fin de 1814, les Nouvelles réflexions... mettent les choses au point. La question cruciale, c'est la traite. Il ne s'agit pas de l'Amérique, « mais de l'Afrique »55. Là, la mémoire européenne connaît d'étranges absences, oublie « que les Africains sont des hommes, nos égaux », aussi indépendant et libres que quiconque. Devant sa conscience aiguë de l'identité du monde – la désolation des Moluques engage les Alpes suisses – Sismondi est révolté contre la réalité actuelle de négriers criminels s'autorisant à taxer l'Afrique de barbarie56. À la même époque, abolitionniste indigné de la sensibilité « presque nulle » des colons pour qui « il y avait plus de distance d'un nègre à eux, que d'un chien à un nègre », le comte de Saint-Morys57 n'emploie qu'une fois le mot Noir. Encore, n'est-ce pas de sa propre plume, mais d'un emprunt à un ouvrage publié en 1797 par le baron de Wimpfen, définition symptomatique pour Saint-Morys d'un état d'esprit des colons qu'il craint permanent : « … un nègre, pût-t-il prouver sa descendance directe du roi nègre qui vint adorer Jésus-Christ dans la crèche (...) ne sera jamais aux yeux du plus chétif, du plus pauvre, du plus sot, du dernier des blancs, que le dernier des hommes, un vil esclave, un NOIR »58. C'est ici la seule formulation que nous ayons trouvée où le dernier terme renforce l'acception des deux précédents – au moins dans la littérature imprimée.

  • 59  [Grégoire], De la traite et de l’esclavage des Noirs et des Blancs, par un ami des hommes de toute (...)

29La violente attaque de Grégoire59 en 1815, contre le « crime » autorisé par l'acte additionnel de 1814 au bénéfice de la France et pour cinq années encore, n'a guère d'échos dans la législation abolitionniste française. Malgré les promesses de Louis XVIII aux Anglais de « décourager » la traite faite par ses sujets, durant trois ans aucun texte officiel ne vient soutenir la cause humanitaire. Tout est déterminé par le politique. Circulaires administratives, stratégie diplomatique, atermoiements et manœuvres dilatoires paraissent assurer des négriers qui n'escomptent que cela : le gouvernement de la Restauration ne voudrait pas de l'abolition, ou est incapable de l'assumer. Mais enfin, une ordonnance royale en janvier 1817, puis la première loi répressive en avril 1818, lancent avec beaucoup de prudence l’abolition légale qu'on n’a pu refuser plus longtemps à l'Angleterre : elles ne satisfont personne, et ne gêneront pas le moins du monde le trafic négrier qui, dès lors, sait exactement comment il peut opérer. Entre 1819 et 1827, dans ce cadre d'indécision officielle, il est intéressant de déceler deux grandes offensives abolitionnistes : la première débute sérieusement en 1820 et se constitue en mouvement agissant dès 1822 ; la seconde, en 1826, détermine dans quelque mesure l'adoption de la nouvelle loi française contre la traite, en 1827.

  • 60  Arch. nat., Section Outre-Mer, Généralités, 166/1347, Pasquier de Portal, 30 janv. 1820, et la rép (...)
  • 61  Charles Coquerel, « Sur la législation anglaise relative à la traite des Noirs et sur l’état actue (...)

30Un échange de correspondance au plus haut niveau, entre Pasquier et Portale, montre en deux répliques l'importance croissante de la « grande affaire » et de la terminologie qu’on doit y appliquer. Soumises aux pressions britanniques, les Affaires étrangères réclamaient à la Marine, pour les étudier, les « divers documents qui peuvent exister... relativement à la traite des Noirs »60. En 1820, J.-E. Morenas publiait la première pétition posée par un particulier devant la Chambre des députés : nous l'avons étudiée ailleurs pour ses implications politiques. Deux mois plus tard, Charles Coquerel, dans la Revue encyclopédique, livrait un article dont la valeur n'est pas dans les 17 pages d'apologétiques de l'attitude anglaise, mais dans les 3 dernières. Nous croyons tenir ici le seul cas dans lequel un abolitionniste au temps de la Charte ose nommer ses grands prédécesseurs révolutionnaires de 89. Discrètement, prudemment, les vivants, Lafayette, Grégoire, puis les morts, Necker, mais également Condorcet, Frossard, Mirabeau et, trois lignes avant la fin, l’exécrable Brissot, – tous « grands hommes » dans toutes les « grandes nations »61.

  • 62 [Auguste] B[illard], Lettre à MM. Benjamin Constant et Manuel… en réponse à quelques passages des d (...)
  • 63  In extenso dans Daget, La France et l’abolition…, p. 204-208. L’attitude de Bernard est particuliè (...)
  • 64  Broglie, Développement d’une proposition… relative à l’exécution des lois prohibitives de la trait (...)
  • 65 Constant, Discours…, t. II, p. 137-144 et 179-181.
  • 66  Id., ibid., 5 avr. 1822, p. 144.

31L'année 1821 est marquée par une seconde pétition Morenas, plus dangereuse car mieux informée. Mais surtout, c'est le premier discours militant de Benjamin Constant sur la traite, dans quoi le terme nègre domine les autres, mais qui fait la meilleure place aux jugements de valeur. L'engagement du libéral et de son ami Manuel déchaîne un ancien colon dont la réponse soi-disant autorisée par une expérience de Bourbon62, n'a d'autres buts qu’utiliser les deux noms célèbres pour insinuer les revendications coloniales et vendre la brochure. Plus intéressant, à Nantes, le procureur Bernard père donne à son ministre des indications circonstanciées sur la traite illégale63. En 1822, l'offensive abolitionniste aboutissait à la constitution d'un nouveau mouvement, sous les auspices de la Société de la morale chrétienne, d'inspiration protestante, et présidé par le duc de Broglie, force morale, sociale et politique, dont l'engagement individuel incitant à l'engagement collectif contribuera à relancer l'idéologie renaissante. Le discours de Broglie devant les Pairs64 entraîne quinze jours plus tard une intervention de Benjamin Constant à la Chambre, et une autre en juillet65, dans lesquelles le libéral invoque l'humanité, la dignité humaine – et celle de la Chambre –, les textes insuffisants de la législation abolitionniste française, la Saint-Alliance, et Saint-Domingue : « … la traite peuple vos colonies d'ennemis qui seront un jour terribles... »66. Quoique soutenues par des publications en provenance de Londres et répandues par la Société de la morale chrétienne, les résultats de l'offensive étaient négatifs : ministre de la Marine agissant dans les premiers mois de 1822, Clermont-Tonnerre, au sein du Conseil, ne pouvait que se soumettre à Villèle, dont on connaît les attaches coloniales. Par dessus tout, le chauvinisme français, et la crainte de la France officielle de paraître soumise aux ordres de la politique extérieure britannique, comme d’autres nations semblaient s'y soumettre, la Hollande, le Portugal et l'Espagne, le Brésil nouvellement indépendant, voire les États-Unis, paralysaient toute velléité de mettre efficacement fin à une traite hors la loi, par ailleurs profitable aux intérêts portuaires. Au congrès de Vérone, les diplomates discutaient de la continuation du trafic sous divers pavillons, et émettaient leur vœux dans un vocabulaire tout traditionnel : pour 6 fois le mot esclave, 2 fois le mot nègre, 1 fois Noir, ils prononçaient 18 jugements de valeur.

  • 67  Certaines pétitions sont publiées : Paris, Crapelet, 1826, 4 p. ; Le Havre, Crapelet, 1826, 3 p. – (...)
  • 68  Grégoire, De la noblesse de la peau, ou du préjugé des Blancs contre la couleur des Africains et c (...)
  • 69  Id., ibid, p. 60.
  • 70  Comte de Kergorlay, Opinion… sur le projet de loi relatif à la répression de la traite des Noirs, (...)
  • 71  Benjamin Constant, discours du 13 mars 1827, Discours…, t. II, p. 569-573. – Contrairement à ce qu (...)
  • 72  A. Billiard, Abolition de la traite et de l’esclavage dans les colonies françaises, Paris, 1827, 1 (...)

32Mobilisatrice, l’offensive de 1826 aboutit au faible résultat inscrit dans la loi de 1827, le bannissement du négrier, mesure dont le rapporteur s'empressait d'ajouter qu'elle ne pouvait être qu'exceptionnelle. Dans l'orchestration de la Société de la morale chrétienne, les négociants de Paris et des ports français – sauf Nantes et Bordeaux –67 participent. À ce moment, Peuchet publie sa suite à l'Histoire philosophique… de Raynal où l'on relève quelques observations sur la traite en Afrique noire. C'est encore Grégoire, quatre ans avant sa mort68, réglant ses comptes personnels, qui rappelle son apport décisif à l'idéologie, « seul sur la brèche » pendant vingt ans, ferme soutien quarante années durant. Désabusé, aigri, l'« ancien évêque de Blois, etc. » tourne à la misanthropie, constate sans joie que « les enfants de l’Afrique sont sûrs aujourd'hui de trouver des défenseurs »69. Quant à la Société de la morale chrétienne, Grégoire l’enterre un peu vite. Le projet de loi, sous l'impulsion de la Société, fait couler beaucoup d'encre : les esclavagistes y prennent que l'abolition couvre les honoraires dus à la Grande-Bretagne pour son soutien à la Restauration de 181470 ; Benjamin Constant y trouve une victoire de l'opinion publique sur la vanité de n'en pas tenir compte71. Mais un spécialiste comme Morenas n’est pas satisfait. La loi ne dit rien des peines indispensables pour contraindre les négriers à cesser leur trafic, et Morenas en vient à souhaiter un retour aux textes de l'Ancien Régime, lesquels, au moins, garantissaient les déportés contre certaines infamies. Sur l'autre bord, les esclavagistes, comme Billiard, recommande encore d'introduire les génitrices, deux à trois mille, à Bourbon afin d'améliorer les conditions des esclaves :« Sous ce rapport, la traite serait excusable »72. Mais surtout, que l'abolitionniste cesse d'apprendre aux esclaves « que c'est un crime de leur amener de nouveaux compagnons d'esclavage ». À Bourbon, la production intensive de sucre de canne commence. Avec d'autres textes de la même veine, on se croirait revenu en 1780, si, après juillet et l'accession au pouvoir d'abolitionnistes de longue date pour qui la philanthropie était un bon tremplin vers la politique, les textes officiels ne montraient la volonté d'annihiler la coutume. Le vocabulaire en rend compte : la dernière loi française contre la traite n'emploie que le mot Noir, exclut les autres termes et les jugements de valeur, car on ne peut pas compter comme tels, dans ce cas, les expressions crime et délit. Comparativement, il est intéressant de trouver les actes internationaux moins pointilleux : ensemble, les conventions de visite de 1831 1833, une circulaire d'application et les instructions aux commandants des stations navales produisent : esclave 12 ; nègre 0 ; Noir 14 ; jugement de valeur 10.

  • 73  F[élix] P[atron], Des Noirs… L’esclavage n’est-il pas un bienfait pour eux et un fardeau pour leur (...)
  • 74  A. De Cools, délégué de la Guadeloupe, Droit et nécessité des garanties sociales et politiques réc (...)

33Théoriquement résolue par les textes, la question est loin de l'être dans les faits ou les esprits. En 1831, Félix Patron, humaniste, distinguait entre l'objet d'horreur pour l'européen et le « bienfait (…) pour ces êtres barbares »73. L'année suivante, A. de Cools, représentants des colons, soutenait encore que les « Indes occidentales » avaient été forcées « de recevoir des naturels de l'Afrique en esclavage »74.

  • 75  Petit De Baroncourt, Simple note à M. le baron de Mackau…, en recueil, s.l.n.d. [1er juin 1844], p (...)
  • 76  Lafond De Lurcy, Un mot sur l’émancipation de l’esclavage… en réponse à M. le duc de Broglie, s.l. (...)
  • 77  Ch. Levavasseur, Esclavage de la race noire aux colonies françaises, 2e éd., Rouen, 1841, 125 p., (...)
  • 78  Aucun des 220 ouvrages recensés et dépouillés ne manque d’y faire allusion au moins une fois, abol (...)
  • 79  Lacharrière, De l’affranchissement des esclaves…, Paris, Randurel, 1836, 140 p., p. 70-71. Mais le (...)

34Les habitudes de langage sont si bien implantées, que le greffier de la Cour d'Assises de Rouen, doit annuler quatre mots à la page dans l'acte d'accusation contre un négrier, – qui sera acquitté, d'ailleurs (cf. fig. 2). En 1844, Petit de Baroncourt faisait de la traite « le transport des nègres d'une plage de l'Atlantique à l'autre »75 et Lafond de Lurcy accusait la prohibition d'avoir « plutôt nui au nègres qu’elle ne leur a profité »76. Si Charles Levavasseur est satisfait par l'abolition, c'est qu’elle peut aider la « race esclave et abrutie à sortir de son sort »77. Certes, la sélection aggrave les tendances : à coup sûr, l'idéologie abolitionniste appliquée est loin d'avoir emporté l'adhésion de la bourgeoisie pensante de la Monarchie de Juillet. Certains notables demeurent fidèles à de vieilles options libérales ou doctrinaires, d'autres sont étroitement liés aux intérêts économiques coloniaux, d'autres encore sont indifférents. Mais pour tous, la question toujours pendante de l'abolition de l'esclavage ne manque jamais de luire au fond des mémoires les torches de Saint-Domingue78. Par ailleurs, on sait que l'esclavagiste, par nécessité, se couvre sous l'étiquette nationaliste. Les attaques occasionnelles d’un Lacharrière ou d'un anonyme de Caen, en prennent plus de valeur, absolvant l'Angleterre de « machiavélisme » ou s'appuyant sur l'abolition en Uruguay ou à Hong Kong pour soutenir l'abolition française79. Lorsque la France est puissance contractante d'actes internationaux, ces protocoles évitent le mot esclave. Mais, en 1845 encore, pour s'adresser aux commandants de ses stations navales, la formule « traite des esclaves » lui paraît la plus appropriée. Toutefois, depuis 1831, le terme nègre paraît avoir disparu des actes officiels, peut-être parce que les protocoles britanniques n’emploient à peu près jamais negro, ou Black, mais à peu près toujours slave.

Fig. 2. – Extrait de l’acte d’accusation contre le sieur Joseph Fournilliet, renvoyé devant la Cour d’assises de la Seine-Inférieure pour participation « au trafic connu sous le nom de traite des Noirs », le 12 juin 1832 ; Arch. dép. Seine Maritime, U 2264, 26 juin 1832,

35Désormais, lorsqu'il s'agit d'abolition de la traite, il appartient aux techniciens de la répression d'en parler, Bouët-Willaumez, Kerhallet, Monléon pour la Marine, pour la Justice, Rieff. De notre point de vue, ils ont publié hors période, et leur vocabulaire n'a pas été comptabilisé.

36À ce long résumé sur le contenu idéologique des textes confronté aux résultats comptables, on peut superposer un commentaire plus synthétique des chronogrammes.

2. Commentaires des chronogrammes

37C'est l'évidence même : l'emploi du vocabulaire dépend étroitement des fluctuations historiques (fig. 3 a). Jusqu'en 1791, on suit l'innovation avec le mot Noir, dont l'utilisation croît d'environ 70 %. Esclave et nègre régressent respectivement de 10 et 30 %. Les jugements de valeur s'affirment.

  • 80  Archives parlementaires, 2e série, t. III, p. 692-693.

38Révolte sociale et psychologique, la brutalité de Saint-Domingue marque fortement la littérature abolitionniste. L'innovation n'y résiste pas. Le terme Noir paraît, du coup, frappé d'interdit. On atténue les jugements de valeur. Nègre, auréolé par la garantie de la science du siècle, exprime convenablement aux esprits métropolitains la réalité humaine. Esclave exprime mieux encore la réalité sociologique. Dix ans plus tard, les innovations abolitionnistes seront jugées responsables de « désespoirs et (de) mort »80.

39Après le décret relatif à « l'esclavage des nègres », porteur de liberté, tout semble se passer « comme si » les termes liés à une longue habitude devaient disparaître ensemble. La Révolution a donné à la France métropolitaine l’impression réconfortante d'être logique avec elle-même en détruisant le statut qui la niait. Des mots révolus ne pouvaient pas être opposés à la situation actuelle.

40Le renversement est total avec la proximité de la paix d'Amiens. La décision consulaire, politiquement, est une option d'Ancien Régime. La restauration de l'esclavage n’impose pas esclave, mais Noir est estompé. C'est le triomphe de nègre qui, par surcroît, bénéficie d'assurer la continuité révolutionnaire et consulaire. Grégoire travaille à le fonder en culture, car il sent à l'idée une vocation universelle, encore que le mot ait été déclaré inacceptable par les premiers intéressés – n'oublions pas l'indication procurée par F.-R. de Tussac.

41La Restauration et la Monarchie de Juillet consacrent la victoire théorique de l’idéologie abolitionniste. Noir n'expulse pas les autres termes, mais il a récupéré la vigueur de ses forts instants de la révolution et la conserve pendant une trentaine d'années. Cela indique d'abord l'adaptation française du vocabulaire des décisions internationales. Cela marque ensuite le refus des libéraux et doctrinaires d'user des termes liés aux options conservatrices des colonies. Néanmoins, les préoccupations portent également sur le statut social. Les jugements de valeur sur un système désormais illégal n'ont jamais eu tant à s'exprimer.

42Désormais, tout se rattache de près ou de loin à l'abolition de l'esclavage : la traite est dépassée. Cela s’inscrit comme un retour aux conditions de 1792 et aux indécisions officielles des années 1820 : un semblant d'équilibre dialectique s’installe.

43Faut-il pousser la gageure interprétative jusqu'à faire parler des chronogrammes par couple de termes ? Cela confine au domaine de la contemplation anxieuse...

44Dans le couple esclave/nègre (fig. 3 b), les termes réagissent aux mêmes influences. Ils sont parfois employés 4 fois sur 5. Et cependant, il n’est pas possible de les déclarer interchangeables ou parallèles. La littérature esclavagiste les considère d’une proche synonymie : mais celle-ci n'est pas assurée pour la littérature abolitionniste. Esclave s'aligne sur l’évènement et la réaction de pensée immédiate. Nègre manifeste de l'autonomie, jusqu'à devenir antithétique à esclave. Esclave, jugement de valeur ? Nous avons dit que c'est impossible, car anachronique face aux textes et à la mentalité abolitionniste. Faut-il considérer que le concept moderne d’aliénation est un jugement de valeur, appliqué au social ? Le point de vue esclavagiste considère peut-être que le mot esclave couvre un jugement de valeur – donc subjectif et contestable - mais certainement pas le point de vue abolitionniste. Quant à nègre, la signification est de source génétique et biologique pour les philanthropes. Ni parallèles ni interchangeables.

45Le couple esclave/Noir (fig. 3 c) accentue un antagonisme rigoureux entre les deux termes durant une période. Comme le disait Viefville des Essars, l'essentiel est de détruire « l’affreux mot d’esclave ». C’est apparent jusqu'en 1818, mais avec la première loi française à tendance abolitionniste, l'antagonisme se change en quasi-contiguïté. Interchangeabilité, là encore ? Toujours impossible à cause de la dualité affirmée des deux concepts liés aux deux termes. Faut-il trouver dans cette promiscuité que la coutume langagière est à ce point corrosive qu'elle peut dissoudre une vénérable tentative porteuse d’innovation ? Ou l’indécision sur le choix des abolitionnistes de la seconde vague s'explique-t-elle par l'échec des expériences de la première ? La lutte pour le mot ne vaut pas la lutte pour le fait et, dès lors, le mot n'a plus tellement d'importance.

46Mais la véritable caricature de l'équivoque dans le modèle du couple nègre/Noir (fig. 3 d). Deux mots, chassés l'un et l'autre aux extrêmes comme repousser l'un par l'autre. On peut se refuser à interpréter, car c'est redoutable. On peut suggérer. Somme toute, nègre paraît un terme objectif, investi de rigueur scientifique. Noir paraît un terme subjectif, mal assuré parce que nouveau. Or, quand les militants abolitionnistes sont portés à croire à l'abolition prochaine de l'esclavage, vers 1834, ils réutilisent immédiatement le vieux mot connu, de même qu'on se réfugie dans ses certitudes : simultanément, l’innovation disparait ou presque. C'est le paradoxe le plus évident de la caricature. À partir de 1834, on emploie presque autant nègre que durant les événements de Saint-Domingue en 1791, qui terrifièrent la métropole : nègre serait-il le terme employé pour désigner l'Africain lorsqu'on en a peur ? Au minimum, est-il un avertissement ? Cessons là l'extrapolation, et revenons à l'histoire.

47Une étude à prétention exhaustive, pour atteindre son but, devrait impérativement comptabiliser l’utilisation des termes chez les adversaires des abolitions de la traite et de l'esclavage, afin de dresser un état comparatif, seul valablement explicite et significatif. Ce serait d'une étude aussi volumineuse que celle-ci, le tout aboutissant à la thèse. Néanmoins, comme il est suggéré dans un schéma à travers Félix Patron, de Cools et Petit de Baroncourt, entre autres, nous pourrons assurer qu'on y verrait qu’une adroite stratégie stylistique leur donne de s'approprier strictement le vocabulaire et les formes abolitionnistes. Dans l'optique de notre travail, que peut avoir de révélant le pamphlet d'un Button, en 1790, qui pour mieux s'opposer aux abolitionnistes leur retourne mot à mot leur vocabulaire ? Le résultat serait faussé par cette inversion et ne ferait, au totale, qu'embrouiller encore mieux les interprétations contestables. Il reste à sortir du carcan que notre système imposait aux auteurs. Pénétrant dans la liberté d'expression – relative – constituée par les jugements de valeur, c'est à notre tour de nous plier à des formes de pensée et d'expressions dont peu ressemblent aux nôtres : il s'agit de ne pas perdre de vue qu’entre 1770 et 1845, la « sensibilité » et le romantisme déterminent un certain langage.

3. Les jugements de valeur

48La liste ci-dessous relèverait de l'étude sémantique quantitative telle que les techniciens l’ont définie : à partir de la fréquence des termes, établir puis comparer les rapports, les classer autour d'un ou plusieurs thèmes, les analyser selon leurs fonctions grammaticales, découvrir et recouvrir le « champ sémantique ». Comme non spécialiste, nous n'aurons pas l'imprudence – l'impudence ? – d’aller nous égarer dans un domaine où nous ne pouvons rien, sinon formuler des vœux pour que les données proposées passent de l’informel au formel.

49Nous appelons jugements de valeur toute expression qui accompagne l'un des trois mots étudiés ou, au contraire, toute expression mise à la place d'un de ses trois mots ; tout qualitatif ou toute épithète se rapportant au trafic négrier proprement dit ; toute opinion individuelle, originale ou stéréotypée, d'un auteur sur la question de la traite. Mais aussi, les jugements de valeur peuvent être indépendants et constituer un énoncé autonome. Sur le plan qualitatif, ils indiquent que les auteurs, consciemment ou non, manifestaient par eux leurs réticences, leurs répugnances ou leur ardeur à l'égard de la situation de fait et du vocabulaire esclavagistes. Au total, des formulations très diverses s'inscrivent dans un nombre assez réduit de stéréotypes : à la limite, quelle que soit la variable arbitrairement déterminée, homme, commerce, morale, chaque jugement de valeur ressortit à la dernière, la variable morale. Ils réunissent beaucoup de moralisation aristocratique, mais se délectent peut-être à l'horreur ou à l’exotisme ressentis dans un salon confortable et évoqué par le bourgeois, tandis que la réalité de la rue toute proche – est-elle très différente ? – on ne la voit pas toujours ou on feint de ne pas la saisir. Cela, d'ailleurs, doit être nuancé : tous les abolitionnistes ne l'ignoraient pas, et les différents comités de la Société de la morale chrétienne en témoignent, – et beaucoup d'esclavagistes s'en faisaient une arme efficace.

50Sur le plan quantitatif, hormis l'accident constitué par l'œuvre de Grégoire en 1808, c'est la seule catégorie d'occurrence dans laquelle on ne voit pas de fluctuations spectaculaires et où se dessine même une progression en fin de période. Au détail, sauf une marge d'erreur probable de 1 à 4 %, les jugements de valeur sont employés 1 843 fois, soit 19,1 % du total des occurrences. Ainsi, durant trois quarts de siècle, quiconque pris le parti abolitionniste émis automatiquement une fois sur cinq une opinion « personnelle » sur son propos, et pratiquement toujours à résonance morale.

51– variable homme : 860 occurrences, soit 46,7 % des jugements de valeur.

52Groupe 1 : espèce humaine, créature humaine, classe d'hommes, homme, race, classe malheureuse, sauvage, population, semblable, enfants de l'Afrique, frères africains. À ces termes apparaissant 200 fois, nous ajoutons 194 occurrences du mot « Africain », sur lequel nous reviendrons dans un instant.

53Groupe 2 : malheureux. Cet élément est isolé de 210 fois. Il qualifie indifféremment n'importe quel autre terme, y compris esclave, nègre, Noir.

54Groupe 3 : innocentes créatures, opprimés, condamnés, exportés, victimes de l'avarice et de la cupidité, milliers, millions, myriades, innombrables victimes innocentes, infortunés, oubliés de tout l'univers. Ces expressions sont utilisées 106 fois.

55Groupe 4 : bras, personnes, individus, captifs, frères amis, domestiques, cultivateurs, ouvriers, esclaves humains, objets de spéculation : 64 fois. « Esclaves humains » paraît une tautologie, et « objets de spéculation » pourra se rattacher à la variable commerce.

56Groupe 5 : rebut, tristes débris, instruments, meubles, infortunés objets, matière première, homme marchandise, nègre marchandise : 20 emplois. À propos de ces deux dernières expressions, ils s'insèreraient également dans la variable commerce s'il n’était manifeste sous la plume abolitionniste que l'expression est destinée à choquer le lecteur, le second terme étant implicitement récusé. On ne doit pas oublier que l'idée globale ne s'adresse pas au lecteur rationaliste du XXe siècle, mais à l’âme sensible des XVIIIe et XIXe siècles : autrement dit, il ne s'agit pas d'économie mais de morale.

57Groupe 6 : bêtes de somme. Utilisé 31 fois, l'élément fait école et se dégrade en 43 sous-produits : troupeau vil, vil bétail, animaux, animaux de boucherie, pièces de bétail, ravalés au rang de bête, bêtes de chasse, abrutis. Cela va jusqu'au quasi-jeu de mots : serfs.

58Dans le groupe 1, l'insertion du terme Africain en tant que jugement de valeur est bien entendue aberrante. Il s'agit plutôt d'une substitution aux termes esclave, nègre, Noir, que d'un réel élément de la variable. C'est une nouveauté remarquable, mais de médiocre succès : employer 34 fois jusqu'en 1795, le mot Africain apparaît ensuite à 160 reprises. L'amalgamer à la variable homme est abusif, sauf comme palliatif : par rapport aux 7 800 occurrences des termes de base, il n'était pas possible de conférer une signification statistique au faible nombre de ce nouveau mot. Certes, cela ne veut pas dire que son apparition est de hasard, au contraire, elle suggère qu’on a découvert vers 1795 un vocable moins chargé de péjoration et capable de couvrir à la fois les réalités scientifiques, sociales, culturelles et morales.

59Avec 8,8 % du total général des occurrences, la variable « homme » appuie la revendication principale du combat abolitionniste : l'Africain n'est pas une marchandise.

60– Variable commerce : 560 occurrences, soit 30,2 % des jugements de valeur.

61Groupe 1 : charger, négocier, vendre, acheter, voler, trafiquer des producteurs. Le groupe apparaît dans 61 emplois.

62Groupe 2 : ce commerce, ce négoce, ce trafic. 147 occurrences pratiquement toujours accompagnées d'une surenchère comparative.

63Groupe 3 : (aussi … que…) barbare, inique, cruel, honteux, odieux, exécrable, infâme, horrible, abominable, injuste, inhumain, criminel, absurde, désastreux, ruineux, dénaturé, affreux, homicide, impolitique, immoral, vil, révoltant, atroce, sacrilège, infernal, sanguinaire, désavantageux, illicite, funeste, déshonorant, condamnable, qui apparaissent 277 fois.

64Groupe 4 : infâme métier, le plus monstrueux, marché odieux, négoce malheureusement nécessaire, devenu nécessaire, vol de chair humaine, misérable lucre, commerce de sang, de l'oppression, fauteurs de ce commerce, tolérance abominable, barbare, odieuse, pratique criminelle, vaste tombeau, tombe flottante, piraterie, infâme profit, vues mercantiles, bénéfices d’une atrocité, bourreaux ravisseurs, marchands de chair humaine, trafic contre lequel la nature réclame en vain, spéculation, importation, exportation, expéditions, contrebande frauduleuse, combinaison de fraude, chasseurs d'hommes. On comptait l'expression à 90 reprises accolées à l'un des éléments des groupes 2 et 3.

65560 utilisations forment un véritable précis des jugements de valeur contre l'activité négrière. Dans cette avalanche verbale, les mots appartenant au vocabulaire des leaders abolitionnistes britanniques, « homicide » et « impolitique » n’apparaissent qu’une dizaine de fois : les jugements ne sont pas inspirés par la propagande étrangère. Par contre, durant toute la période, « infâme », « odieux », « honteux », entérinés à la fin par les actes internationaux, sont les plus fréquents. Il est inutile de décider sur la vigueur spéciale de l'un ou l'autre de ces déterminants. Nous ne faisons pas une découverte en montrant qu’ils soulignent l’impossibilité de qualifier le système sans avoir recours à un langage manichéen.

66– Variable morale : 423 occurrences, soit 23 % des jugements de valeur.

67Groupe 1 : crime. L’élément est isolé 135 fois.

68Groupe 2 : criminels, scandale, carnage, atrocité, calamité, machiavélisme, brigandage, conspiration, persécution, tyrannie, infamie, cloaques, infection, immondice, ignominie, cruauté, iniquité : 75 occurrences.

69Groupe 3 : forfait abominable, exécrable, pratique criminelle, fait honteux, horreur généralisée, dégradation universelle, épouvantable fléau, désastre pour l'humanité, abus révoltant, le plus atroce de tous les crimes, crime qui souille le crime, droit cruel, misère publique, sang innocent, horrible tyrannie, barbare infamie, hommes déhontés, grande affaire, système d’injustice et de cruauté, indifférence coupable, traitement affreux, sort affreux, contre nature, assassinat prémédité, abomination profonde, préjugé désespérant, captivité perpétuelle, travail éternel, système horrible, infâme calcul, avidité dévorante, révoltante injustice, horrible vengeance, horrible souillure. Ces expressions ont été dénombrées 120 fois.

70Groupe 4 : exploitation de l'homme, prix du sang et de l'oppression, insatiable soif de sang, nuisible à l'espèce humaine, attrait du crime, affreuse dégradation, dégradation de l’homme au niveau de la brute, au-dessous de la brute, attentat lèse-majesté, outrage à la dignité, triomphe de l'égoïsme, se salir les mains, atteinte perpétuelle à la morale publique, à la conscience publique, horrible consommation d'hommes, source de démoralisation, exécration du genre humain, marchandise universellement proscrite, opprobre des siècles, maladie morale profonde, un des plus grands maux, affreuse révolte contre l'humanité, contre la nature, gouffre pour l’espèce humaine, enfer de l’espèce humaine, sacrifice à la barbarie, la plus barbare des industries, blesse tous les droits de l’humanité, les droits de l’homme, honte des hommes et des nations, expatriation malheureuse, destruction de l'homme par d'autres hommes, moyen odieux pour détruire les hommes, horrible accumulation de crimes, foule de meurtres, immolation. Ces dernières formules apparaissent à 63 reprises.

71On ne doit pas assimiler l'ordre d'énumération à l’ordre chronologique. Certes, la datation fine de ces jugements de valeur n'est pas impossible, mais nous y avons renoncé faute de moyens matériels suffisants. Une indication, toutefois : bien avant les auteurs du XIXe siècle, leurs prédécesseurs réclamaient implicitement la peine capitale contre le « crime » qu'ils dénonçaient, – dès 1770. Cinquante ans plus tard, le duc de Broglie devant les Pairs, qualifiait la traite de « crime qui souille le crime ». Devant les Députés, un jugement identique est officiellement prononcé par le gouvernement dans le débat préalable à la loi de 1827. Déjà classique, après cela le jugement est usé. D'une façon générale, pour être de portée morale, le terme morale lui-même apparaît peu : le capitaine d'infanterie qui décèle dans une pratique accoutumée par deux siècles d'exercice une « maladie morale profonde » devient dès lors d'une candeur touchante.

72Moins que les mots esclave, nègre, Noir, les jugements de valeur réagissent cependant à l'événement. L’esclavage disparu, on pourrait ne porter sur lui que des impressions rétrospectives : ils sont encore 19 % de toutes les occurrences entre 1795 et 1801. L’esclavage restauré, en 1802, ils devraient s'exprimer de plus belle : ils tombent à 6,8 %, et c'est sous la plus unique de l'évêque Grégoire, sénateur par Napoléon, qui suit ainsi fidèlement Condorcet et Brissot, lesquels avaient fini, – ces purs –, par abandonner l'emploi des jugements de valeur. Ces derniers vont culminer dans les épisodes d'indécision et de velléités officielles au XIXe siècle. Encore une fois, c'est le romantisme et l'époque où la traite commence à devenir à l'usage du public le thème de « récit » ou de « nouvelle » – tous ne sont pas Prosper de Mérimée.

73Certes les jugements de valeur portent. Mais on ne peut s'empêcher de se demander s'ils ne sont pas, parfois, un quelconque camouflage à l’aide de grands mots sonores, bien trop littéraires pour la réalité qu'ils recouvrent. En fin de compte, parce qu'ils sont outrés et finissent par constituer eux-mêmes des stéréotypes, ils aboutissent au témoignage de l'essoufflement d'une littérature contrainte depuis un siècle à se répéter, honoris causa, ou presque.

74La curiosité n'a pas produit de grandes révélations. Un moyen simple appliqué sur un corpus recevable a procuré des résultats assez nombreux pour les qualifier de crédibles. D'une part, ils sont objectifs. D'autre part, ils suggèrent quelques impressions.

75Dans certains cas, les abolitionnistes mettent l'accent sur le mot neuf. C'est lorsqu’ils se sentent cohérents et structurés, participant d'une sorte de loge pour qui les mots soutenant les idées possèdent un sens. Mais celui-ci était-il communicable ; est-il communiqué ?

76Depuis longtemps la réponse aux deux premières questions est connue : durant son combat séculaire, la littérature abolitionniste a employé à peu près indifféremment les trois termes de base dont elle disposait pour désigner les individus déportés dans les concentrations esclavagistes. Non seulement esclave et nègre sont toujours ordinaires, mais Noir est de moindre utilisation – à raison de 25 % du premier et 10 % du second terme de la triade. Ainsi, loin d'insister sur le mot supposé chargé de valeur novatrice, elle a préféré les mots assurés d’une perception immédiate quitte à se faire le support des stéréotypes. On ne discerne ni accord unanime, ni politique concertée pour l'emploi du vocabulaire : il reste le fait d'une décision individuelle laissée aux sensibilités et aux engagements personnels, n’est jamais intégré dans une discipline collective et uniforme, ne correspond jamais à un système de propagande psychologique intensive autour d'une notion privilégiée.

77Dès lors, on ne peut attendre que l'expression « traite des Noirs » fasse disparaître les vieilles formules « traite des esclaves » ou « traite des nègres ». Contre la terminologie officielle, d'ailleurs bien relâchée elle-même, instituée par ordonnance royale de janvier 1817, on ne voit pas qu'en 1845 les expressions « traite des esclaves » ou « traite des nègres » soient archaïques ou historiquement anachroniques. Le système abolitionniste pourtant directement intéressé à leur disparition dans les faits et dans les mots, les reçoit peut-être mieux encore que l'expression « traite des Noirs », cette dernière, par surcroît, comme entachée de snobisme moral et intellectuel, voire de cet esthétisme qui perce parfois dans les jugements de valeur, – ce qui entraîne à souligner qu'à propos de ceux-là, les techniciens de la sémantique quantitative pourraient vraisemblablement affiner la typologie.

  • 81  Nous avons souvent dit, ailleurs, ce que l’étude doit à Y. Debbash, « Poésie et traite : l’opinion (...)

78En second lieu, on souhaiterait apporter une réponse simple à une question complexe, mais c'est malaisé en ce qui concerne la quatrième, plus impressionniste qu'objective. Le premier élément de la réponse insiste sur le fait que l'étude systématique de la littérature abolitionniste dans la période considérée permet une précision intéressante : la coupure instaurée par la décision du premier Consul en floréal an X fausse la perspective. Les douze années de sommeil autoriseraient théoriquement à se placer au moment où il se passe à nouveau quelque chose, c'est-à-dire en 1814. Alors, parce qu'il est politiquement interdit à l'abolitionniste constitutionnel de la Restauration de se référer à ses sources révolutionnaires et conventionnelles, l'on croirait facilement qu'il invente tout en 1814. Ce serait une grande erreur, d'ailleurs aperçue en son temps par un historien et depuis, partiellement corrigée par un autre81. En fait, toute la théorie abolitionniste est construite au XVIIIe siècle, et précisément entre 1788 et 1791. Rien de fondamentalement nouveau n'est apporté plus tard, pas même la fameuse théorie des « 3 C », christianisation, civilisation, commerce, qu'on pourrait énoncer aussi utilement dans un ordre différent. Les « 3 C » sont inscrits par fragments ou globalement chez certains auteurs antérieurement même à la synthèse de Clavière. Le XIXe siècle n'invente rien en fait d'idéologie abolitionniste, continue sans le dire, sauf le cas de Charles Coquerel, le XVIIIe. Aucun apport ? Si. Après 1814, sensibilisée aux nouvelles formules des économistes, parmi lesquels elle met l'accent sur la nécessité de maintenir les producteurs sur leur propre sol, l'idéologie est conduite par les circonstances à être plus originale qu'avant. C'est, notamment, par ses contradictions entre l'élargissement aux conditions internationales et, inversement, une certaine insertion dans les options nationalistes : car on peut être abolitionnistes plus ou moins inspirés par l'Angleterre et redouter la puissante Grande-Bretagne. Parce qu’on est abolitionniste, on accuse l’incapacité française à assumer l'abolition, mais on accuse également celle du Portugal, de l'Espagne, voire des États-Unis ou du Brésil, quand cela ne va pas jusqu'à insinuer que l'Angleterre, d'une certaine façon… Aujourd'hui encore, l’historiographie en France tient ces questions dans des brumes tenaces.

79Le second élément de réponse à la dernière question constate que les abolitionnistes prétendent à l' « objectivité », comme si cela était possible devant un problème posé le plus souvent sur le plan de la morale. Mais la prudence domine, viscérale chez les réformistes, raisonnée chez les révolutionnaires, les libéraux et les doctrinaires. Aucun n'ignore les conditions économiques, réputées préjudiciables à l'intérêt général mais profitables aux tenants du système. En tout état de cause, l'abolition est condamnée à piétiner devant le mur protecteur des intérêts dénoncés par son combat. Contre cette réalité, les mots ne pouvaient pas grand-chose. Rarement aveugle, l'argumentation anti-esclavagiste éprouve immédiatement les résistances, mesure très vite qu'elle n'est pas inépuisable, aperçoit bientôt ses propres limites et son incapacité à se renouveler. Filet dans ses principes et leur formulation, elle échoue dans son opposition à de sempiternelles arguties solidement appuyées sur la croyance au dynamisme économique permanent du système.

  • 82  Cf. Tudesq, Les grands notables en France (1840-1849), Paris, Presses universitaires de France, 19 (...)
  • 83  Schoelcher, De la pétition des ouvriers pour l’abolition immédiate de l’esclavage, Paris, Pagnerre (...)

80Enfin, parvient-elle à élargir substantiellement le nombre de ses auditeurs ? Malgré l'emploi de préférence des stéréotypes populaires – où la popularisation des stéréotypes –, leurs appels permanents à la conscience publique, les abolitionnistes les lancent dans un bel esprit de classe seulement aux classes qu'ils croient susceptibles de les comprendre. À coup sûr, ils ont contribué à la prise de conscience générale. Mais sur le détail, on manque par trop d'information : chiffre et diffusion des publications, accessibilité réelle de leur vocabulaire au temps du feuilleton de masse, par exemple. En somme, nous avons tendance à affirmer que l'opinion publique est abolitionniste82, mais nous ignorons si le peuple l’est en profondeur. Certes, en 1844, la pétition des ouvriers pour l'abolition immédiate de l'esclavage est une belle manifestation réunissant 7 000 signatures, « nombre rare à trouver même pour une idée de la plus grande valeur », selon Schoelcher83. Celui-ci reconnaît implicitement que ses ouvriers sont guidés par 1 000 intellectuels dont l'adhésion aurait été spontanée : n'en doutons pas, ils sont depuis longtemps préparés. Les ouvriers probablement beaucoup moins et la spontanéité authentique serait peut-être mieux placée de ce côté-là. Mais, encore une fois, impossible de l'affirmer. Le certain, c'est qu'après dix ans d'efforts, la vraisemblance de l'abolition n'est plus du domaine de la chimère, mais à portée de la main. Cette victoire abolitionniste résulte-t-elle d'une véritable mutation des mentalités ? Prudemment, on peut en convenir, mais sans laisser de rappeler qu'il aura fallu cent ans pour faire admettre que le Noir est un homme – et tous les abolitionnistes ne l'affirmaient pas. S'il y a mutation des mentalités, on sera loin de l'attribuer globalement à l'efficacité de l'idéologie et de son vocabulaire.

81Bien entendu, isolément, la littérature abolitionniste est insuffisante pour rendre compte de l'état d'esprit général devant l'abolition, ou les abolitions, de la traite et de l’esclavage. Bien entendu, cela allait sans dire pour de nombreux lecteurs. Pourtant, dans la perspective d'une recherche sur la répression la traite négrière atlantique par la France du XIXe site, la curiosité débouche sur le constat que le vieux fonds de terminologie négrière n'avait pas disparu dans l'esprit même de ses adversaires. Dans quelle mesure cela conforterait-il la mentalité esclavagiste, et permettrait-il que quelques années plus tard une théorie sur l'inégalité des races puisse publier des formules cohérentes, assez rapidement reçues et justifiant bientôt en partie d’un nouveau mode d'exploitation et d’aliénation ?

Haut de page

Bibliographie

Anonyme (1790). Il est encore des aristocrates, ou Réponse à l'infâme auteur d'un écrit intitulé : "Découverte d'une conspiration contre les intérêts de la France", s.l.n.d., éd. Edhis, t. IV.

Chambon (1783). Traité général du commerce de l'Amérique, Amsterdam, Rey, et Marseille, 1re éd., 1764, 3e éd., Marseille, J. Mossy. .

Audouard, Dr. (1838). « Sur la traite considérée comme la cause de la fièvre jaune », Annales maritimes et coloniales, Vol. XXIII, t. I, p. 289 et suiv.

Bénard, J.-C. (1969). « L’armement honfleurais et le commerce des esclaves à la fin de XVIIIe siècle », Annales de Normandie, n° 3, p. 349-363.

Billard, Auguste (1821). Lettre à MM. Benjamin Constant et Manuel… en réponse à quelques passages des discours qu’ils ont prononcés sur la traite des Noirs dans la séance du 27 juin 1821, Paris, Ladvocat.

_________ (1827). Abolition de la traite et de l’esclavage dans les colonies françaises, Paris.

Bonnefoux et Paris (1971). Dictionnaire de la Marine à voiles, fac-sim de l’éd. de 1856 (2e éd.), Paris, Éd. de la Courtille, Hier et Demain, 1971.

Brissot de Warville, Jacques-Pierre (1789). Mémoire sur les Noirs de l'Amérique septentrionale : lu à l'assemblée de la Société des Amis des Noirs, le 9 février 1789, éd. Edhis, t. VIII.

Broglie, Duc de (1822). Développement d’une proposition… relative à l’exécution des lois prohibitives de la traite des Noirs, impr. par ordre de la Chambre, Paris.

Button, (1790). L’Ami des Hommes, mémoire présenté à la Patrie par un capitaine du commerce, Bordeaux.

Condorcet (1788). Réflexions sur l’esclavage des Nègres…, 1788, repris de l’éd. de Neufchâtel, 1781, signée par le « Pasteur Schwartz »…, éd. Edhis, t. VI.

Condorcet (1804). « Au Corps Electoral, contre l’esclavage des Noirs », Œuvres complètes, Brunswick, Paris, Heinrichs, t. XVI, p. 147-166.

Constant, Benjamin (1827). Discours de M ; Benjamin Constant à la Chambre des Députés, Paris, Dupont, 2 vol.

Cools, A. de (1832). Droit et nécessité des garanties sociales et politiques réclamées par les colonies françaises…, Paris, Delaunay.

________ (1834). Réponse à M. de Sismondi, Paris.

Coquerel, Charles (1820). « Sur la législation anglaise relative à la traite des Noirs et sur l’état actuel des nègres affranchis », Revue encyclopédique.

Cullion, Valentin de (1802). Examen de l’esclavage en général et particulièrement de l’esclavage des nègres dans les colonies françaises de l’Amérique, Paris, Desenne.

Daget, Serge (1969). La France et l’abolition de la traite des Noirs, de 1814 à 1831. Introduction à l’étude de la répression française de la traite…, thèse de 3e cycle, Paris, Centre d’Études africaines.

Daget, Serge (1971), « L’abolition de la traite des Noirs en France 1814-1831 », Cahiers d’études africaines, Vol. XI, n° 41, p. 14-58.

Debbash, Y. (1961). « Poésie et traite : l’opinion française sur le commerce négrier au début du XIXe siècle », Revue française d’histoire d’outre-mer, t. XLVIII, n°172-173, p. 311-352.

Deschamps, H. (1972). Histoire de la traite des Noirs e l’Antiquité à nos jours, Paris, Fayard.

Diannyère (1788). La Révolution française et l’abolition de l’esclavage, Paris, Éd. d’histoire sociale (Edhis), 1968, 12 vol. in-8°, t. X, n° 1.

Duchet, Michèle (1971). Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, paris, Maspéro.

Fanoudh-Siefer (1968). Le mythe du Nègre et de l’Afrique noire dans la littérature française, de 1800 à la deuxième Guerre mondiale, Paris, Klincksieck,

Feugères, A. (1922). Un précurseur de la Révolution, l’abbé Raynal, 1719-1796, Angoulême, Éd. ouvrières.

Frossard, B.S. (1793). Observations sur l’abolition…, Paris, éd. Edhis, t. VIII.

Furet, François (1970). Livre et société au XVIIIe siècle, Paris, Mouton, 2 tomes.

________ (1971). « L’Histoire quantitative et la construction du fait historique », Annales, économies, sociétés, civilisations, janv/févr., pp. 63-75

Grégoire (1808). De la littérature des nègres, Paris, Maradna.

 ________ (1815). De la traite et de l’esclavage des Noirs et des Blancs, par un ami des hommes de toutes couleurs, Paris, Egron,

________ (1826). De la noblesse de la peau, ou du préjugé des Blancs contre la couleur des Africains et celle de leurs descendants noirs ou sang-mêlés, Paris, Baudoin.

Gugoano, Ottobah (1788). Réflexions sur la traite et l’esclavage des Nègres, Londres, Paris, Royez.

Guiraud, Pierre (1954). Les caractères statistiques du vocabulaire, Paris, Presses Universitaires de France.

Kergorlay, Comte de (1827). Opinion… sur le projet de loi relatif à la répression de la traite des Noirs, impr. par ordre de la Chambre.

Lacharrière (1836). De l’affranchissement des esclaves…, Paris, Randurel.

Lafond De Lurcy (1844). Un mot sur l’émancipation de l’esclavage… en réponse à M. le duc de Broglie, s.l.n.d. Donday-Dupré.

Lallour, A. (1848). La traite comme moyen…, Brest.

Lanthenas, F.-X. (1790). M. Lamiral réfuté par lui-même…, Paris, éd. Edhis, t. VII.

Lecointe-Marsillac (1789). Le More-Lack, Paris, 1789, éd. Edhis, t. III.

Levavasseur, Charles (1841). Esclavage de la race noire aux colonies françaises, 2e éd., Rouen.

Mercier, Roger (1962). L’Afrique noire dans la littérature française. Les premières images (XVIIe-XVIIIe siècles), Dakar, Université de Dakar, Faculté des lettres et sciences humaines.

Micoud d’Umons, C.-E. (1802). Sur les finances, le commerce, la marine et les colonies, Paris, 2 t. en 1 vol..

Milscent, C.-L. (1792). Du régime colonial, Paris, Cercle social, éd. Edhis, t. XI.

Morenas, J.-E. (1821). Première pétition… (1820), et Seconde pétition contre la traite des Noirs présentée à la Chambre de Députés le 19 mars 1821 et à celle des Pairs le 26, Paris, Mme Jeune-Homme-Crémière.

 _______ (1828). Précis historique de la traite des Noirs et de l’esclavage colonial…, Paris, l’auteur et Firmin-Didot.

Mousnier, Jehan (1957). Journal de la traite des Noirs, Éd. de Paris.

Muller, Ch. (1967). Études de statistique lexicale, le vocabulaire de Corneille, Paris, Larousse.

Patron, Félix (1831). Des Noirs… L’esclavage n’est-il pas un bienfait pour eux et un fardeau pour leurs maîtres ?, Paris, C. Mary.

Pelletan, L.-G. (1802). Mémoire sur la colonie française du Sénégal, Paris, Vve Panckoucke.

Pétion (1790). Discours sur la traite des Noirs, Paris, éd. Edhis, t. VII.

Petit De Baroncourt (1844), Simple note à M. le baron de Mackau…, en recueil, s.l.n.d.

Raymond, J. (1793). Réflexions sur les véritables causes des troubles et des désastres de nos colonies…, Paris, Impr. des Patriotes, éd. Edhis, t. XI, n° 7.

Saint-Morys, Comte de (1815). Aperçu sur la politique de l’Europe et sur l’administration intérieure de la France, Paris, Michaud, Delaunay et Dentu.

Saint-Pierre, Bernardin de (1952). Paul et Virginie, éd. Souriau, Paris, Les Belles lettres.

Schoelcher (1844). De la pétition des ouvriers pour l’abolition immédiate de l’esclavage, Paris, Pagnerre.

________ (1948). Esclavage et colonisation, textes choisis et annotés par Emile Tersen, préface de Ch.-A. Julien, Paris, Presses universitaires de France.

Seeber, E.D. (1937). Antislavery Opinon in France during the Second Half of the Eighteenth Century, Paris, Les Belles lettres.

Sismondi, Sismonde de (1814). De l’intérêt de la France à l’égard de la traite des nègres, Genève, Paschoud.

________ (1833). De la condition dans laquelle il convient de placer les nègres en les affranchissant…, s.l.

Tudesq (1964). Les grands notables en France (1840-1849), Paris, Presses universitaires de France.

Tussac, F.-R. de (1810). Cri des colons contre un ouvrage de M. l’évêque et sénateur Grégoire…, Paris,

Vendryès, Joseph (1950). Le Langage, introduction linguistique à l’histoire, Paris, Albin Michel.

Viefville des Essars (1790), Discours et projet de loi pour l’affranchissement des Nègres…, Paris, Impr. Nat., 1790, éd. Edhis, t. VII.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Cf. Russel P. Jameson, Montesquieu et l’esclavage, thèse, Paris, Hachette, 1911, 371 p. – Nous avons adopté ici la graphie Noir, seul orthographe correcte pour le substantif Noir dans son acception ethnique sans que cela préjuge sauf mention contraire, de la graphie en usage aux XVIIIe et XIXe siècles ; bien entendu les citations de textes de l’époque respectent la graphie employée par chaque auteur.

2  Éd. de 1781, Lausanne et Berne, chez les Sociétés typographiques, t. XXXIV.

3  A. Fontana, dans F. Furet, Livre et société au XVIIIe siècle, Mouton, 1970, t. II, p. 151 : « L’emploi d’un mot dans un énoncé constitue une occurrence de même mot ».

4  A. Feugères, Un précurseur de la Révolution, l’abbé Raynal, 1719-1796, Angoulême, Éd. ouvrières, 1922, 459 p. – E.D. Seeber, Antislavery Opinon in France during the Second Half of the Eighteenth Century, Paris, Les Belles lettres, 1937, 238 p.

5  Roger Mercier, L’Afrique noire dans la littérature française. Les premières images (XVIIe-XVIIIe siècles), Dakar, Université de Dakar, Faculté des lettres et sciences humaines, 1962, 242 p. (Publ. de la section de langues et littératures. 11.)

6  Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Maspéro, 1971, 657 p.

7  On le trouvera longuement décrit dans S. Daget, La France et l’abolition de la traite des Noirs, de 1814 à 1831. Introduction à l’étude de la répression française de la traite…, thèse de 3e cycle, Paris, Centre d’Études africaines, 1969, 258 p., multigr., travail résumé dans notre article des Cahiers d’études africaines, Vol. XI (1971), n° 41 (1er trim.), p. 14-58. – La traite est implicitement abolie en février 1794, officiellement en mars 1915, juillet (ou novembre) 1815, janvier 1817, avril 1818, avril 1827, mars 1831.

8  Nous devons à M. Gabriel Debien les éléments de la note suivante : « Le Conseil supérieur du Cap reprochait aux jésuites qui desservaient les paroisses des environs du Cap de se tenir trop près des esclaves en général et de ceux de leur plantation en particulier, de ne pas les désigner, comme il convenait, du nom d’esclave (*) mais de celui de « serviteurs » comme on appelait autrefois les engagés quand ils travaillaient au côté des noirs ». (*) : « Le mot esclaves n’étant pas dans l’usage, c’était nègres qu’ils devaient les appeler ». – D’après la Relation d’une conspiration tramée par les nègres dans l’île de Saint-Domingue, 24 juin 1758, s.l.n.d., in-8°, 8 p.

9  La « nouvelle » qui avait suscité la réaction de Régis, parue dans le Journal de Paris du vendredi 26 septembre 1817, n° 269, était ainsi libellée :

« Les dernières nouvelles reçues de la Martinique portent que les nègres paraissent assez soumis ; ils reconnaissent généralement que leur sort, dans cette colonie, est préférable à celui des nègres de Saint-Domingue, qui, pour être libres, n’en sont pas moins très malheureux. La cruelle tyrannie que Christophe exerce est au-delà de toute expression. »

C’est assez dire que la lettre de Régis ne fut pas publiée (bien que le Journal possédât une rubrique de lettres de lecteurs).

Le signataire de cette lettre, T[oussain]t Augustin Régis (et non, comme on pourrait lire, le Dr Augustin Régis : il n’est pas docteur en médecine de ce nom dans l’Almanach du commerce de Paris… de J. de La Tynna pour 1817, ni dans l’Indicateur des adresses de médecins…, Paris, Maldan, 1822), né le 1er novembre 1777 au Cap-Français à Saint-Domingue, de Jean-Louis Régis et de « dame Marie-Anne Geneviève, de famille libre », fit une carrière militaire quelque peu entravée par sa qualité de « nègre » : sergent dans les troupes franches de Saint-Domingue de l’an 4, sous-lieutenant à la 10e brigade coloniale en l’an 9, adjoint à l’état-major le 29 messidor an 10, il est renvoyé en France par Rochambeau avec tous les autres officiers « de couleur », « par mesure de sûreté », le 28 brumaire an 11. Incorporé dans le bataillon des Pionniers noirs en juin 1803, il est nommé en 1806 secrétaire de place à Mantoue, puis lieutenant au 3e régiment de ligne italien le 1er décembre 1810. En demi-solde au 1er septembre 1815, il sera mis à la retraite en 1818 ; le ministre de la Guerre s’était opposé à ce qu’il aille jouir de sa demi-solde à « Saint-Domingue », à cause de sa « couleur ». Régis mourut en 1847. (Service historique de l’Armée, classement alphabétique et dossier de Pensions, 1re série, n° 8964.)

10  Mais leurs études, si nous les avons bien comprises, nous ont été indispensables.

Outre le classique de Joseph Vendryès, Le Langage, introduction linguistique à l’histoire ; Pierre Guiraud, Les caractères statistiques du vocabulaire, Paris, Presses Universitaires de France, 1954, 116 p. ; l’ouvrage de F. Furet cité, notamment p. ix et 95-96 et ibid. l’étude d’A. Fontana, principalement la partie méthodologique. Nous n’osons pas même nous inspirer de Ch. Muller, Études de statistique lexical, le vocabulaire de Corneille, Paris, Larousse, 1967, 379 p., mais nous nous couvririons volontiers de la formule de F. Furet, « L’Histoire quantitative et la construction du fait historique », Annales, économies, sociétés, civilisations, janv. Févr. 1971, p. 63-75 : « (L’histoire sérielle) n’implique ni prétention à l’exhaustivité de l’ensemble documentaire décrit, ni système d’interprétation global, ni formulation mathématique… », p. 65. La parenthèse indique tout ce que l’on doit aux travaux de P. Chaunu.

11  Cf. F. Furet, op. cit., p. 105 : l’analyse sémantique est condamnée à ne pouvoir expulser de ses procédures de recherches des présupposés de signification, et à partir du sens pour aboutir au sens ».

12  Ottobah Gugoano, Réflexions sur la traite et l’esclavage des Nègres traduites de l’anglais d’Ottobah Cugoano, africain, esclave à la Grenade et libre en Angleterre, trad. Diannyère, 1788, La Révolution française et l’abolition de l’esclavage, Paris, Éd. d’histoire sociale (Edhis), 1968, 12 vol. in-8°, t. X, n° 1.

13  Cf. Duchet, op. cit., 2e partie, chap. 1, passim.

14  Cf. par exemple, Jehan Mousnier, Journal de la traite des Noirs, Éd. de Paris, 1957, 296 p., notamment p. 147-196, journal de Breton La Vallée.

15  Henri Grégoire, De la littérature des nègres, Paris, Maradna, 1808, 287 p.

16  Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, éd. Souriau, Paris, Les Belles lettres, 1952, xxiii-239 p., p. 195.

17  Cf. infra, n. 57.

18  Button, L’Ami des Hommes, mémoire présenté à la Patrie par un capitaine du commerce, Bordeaux, janv. 1790, 20 p.

19  Anon., attribué à Chambon, ancien receveur des fermes du roi, Amsterdam, Rey, et Marseille, 1re éd., 1764, 3e éd., Marseille, J. Mossy, 1783, 2 vol. in-4°, cartes et figues (très belles).

20  Daprès l‘expression de Souriau dans son éd. de Paul et Virginie, cit., p. xxii.

21  Saint-Lambert, Réflexions sur le moyens de rendre meilleur l’état des nègres ou des affranchis des colonies, 1787, cité dans Duchet, op. cit., p. 181-193, p. 178.

22  Id., ibid., p. 189.

23  Nous utilisons l’éd. Edhis, cit. Cette intéressante sélection d’ouvrages reproduit, malgré ses lacunes (notamment les deux volumes de Frossard en 1788 et l’absence totale de références à Du Pont de Nemours, par exemple, dont on sait la constance abolitionniste), procure une base bibliographique que les ouvrages des spécialistes sauront utiliser. Noter qu’en 1826, Grégoire dénombraient 700 titres relatifs à l’abolition, sans préciser toutefois par ce terme s’il liait les deus abolitions de la traite, de l’esclavage. Il serait utile de rouvrir ses papiers à la bibliothèque de l’Arsenal.

24  Condorcet, Réflexions sur l’esclavage des Nègres…, 1788, repris de l’éd. de Neufchâtel, 1781, signée par le « Pasteur Schwartz »…, éd. Edhis, t. VI, n° 2, p. 84, n. 1, souligné par le post-scriptum de « l’éditeur » de 1788. Nous retrouverons en chemin cette insistance sur le vocabulaire. – « Au Corps Electoral, contre l’esclavage des Noirs »…, Œuvres complètes, Brunswick, Paris, Heinrichs, 1804, t. XVI, p. 147-166.

25  Cugoano, op. cit., p. 130.

26  Id., ibid., p. 167 et suiv.

27  Lecointe-Marsillac, Le More-Lack, Paris, 1789, éd. Edhis, t. III, 290 p., p. 221. Ambigu, le titre doit être apparenté à du jargon de professionnel négrier britannique.

28  Brissot, 1789, éd. Edhis, t. VIII, n° 3, 56 p.

29  F.-X. Lanthenas, M. Lamiral réfuté par lui-même…, Paris, 1790, éd. Edhis, t. VII, n° 4, 80 p., p. 12 et 79.

30  B.S. Frossard, Observations sur l’abolition…, Paris, 1793, éd. Edhis, t. VIII, n° 11, 33 p., p. 22.

31  Pétion, Discours sur la traite des Noirs, Paris, avr. 1790, éd. Edhis, t. VIII, n°1, 82 p., p. 57. Pétion fait imprimer mais ne prononce pas le discours car, à propos de « l’affaire des colonies », la discussion n’a pas été ouverte. Relativement au tonnage des négriers, Pétion semble opposer le « tonneau réel » au « tonneau de registre », et conclut à une « continance » d’environ 3 hommes par tonneau. Notre chiffre de 0,677 m3 est obtenu sur la base du tonneau d’arrimage ou d’encombrement, la place occupée par le chargement et non son poids. Cela représente 42 pieds cubiques ou 1,5 m3 environ, soit un peu plus de 2 hommes par tonneau. Pour cette base de calcul, cf. Bonnefoux et Paris, Dictionnaire de la Marine à voiles, fac-sim de l’éd. de 1856 (2e éd.), Paris, Éd. de la Courtille, Hier et Demain, 1971, art. « Tonneau », p. 699.

32  Il est encore des Aristocrates…, anon., s.l.n.d. [1790], éd. Edhis, t. IV, n. 5, 15 p., p. 4.

33  Pétion, op. cit., p. 58. C’est un thème obligé de l’argumentation des esclavagistes (cf. Button, op. cit.), que les abolitionnistes s’acharnent à détruire. En 1827 encore, le duc de Fitz-James, à la Chambre des Pairs, parle de la ruine de « cent mille Français », par l’abolition de la traite. Bien entendu, ces chiffres sont incontrôlables. En tout cas, ils indiquent que, pour l’esprit du temps, un tiers de la population française vit de quelque façon de la traite et, plus tard, qu’une fraction de la population actives serait affectée par la rupture du système.

34  Pétion, op. cit., in fine.

35  Viefville des Essars, Discours et projet de loi pour l’affranchissement des Nègres…, Paris, Impr. nat., 1790, éd. Edhis, t. VII, n° 6, 40 p., p. 18.

36  Id., ibid., in fine.

37  Cri des colons contre un ouvrage de M. l’évêque et sénateur Grégoire…, anon., atttribué à F.-R. de Tussac, Paris, 1810, 321 p., p. 33. Noter le début de l’intitulé, parodie du célèbre ouvrage de Clarkson, Le cri des Africains…

38  Clavière, op. cit., p. 217, 219, 231.

39  Id., p. 223-228, après avoir déploré que « de dix millions d’esclaves tirés des plages malheureuses de l’Afrique, il ne nous en reste dans nos colonies que seize cent mille ».

40  Cf. J.-C. Bénard, « L’armement honfleurais et le commerce des esclaves à la fin de XVIIIe siècle », Annales de Normandie, oct. 1969, n° 3, p. 349-363, fondé sur un article de J. Vidalenc.

41  J. Raymond, Réflexions sur les véritables causes des troubles et des désastres de nos colonies…, Paris, Impr. des Patriotes, 1793, éd. Edhis, t. XI, n° 7, 36 p., p. 19 et suiv. Ici, l’orthographe est celle des titres et des signatures. Duchet et Edhis écrivent Raimond.

42  C.-L. Milscent, Du régime colonial, Paris, Cercle social, 1792, éd. Edhis, t. XI, n° 6, 39 p. – Dans sa Littérature des Nègres…, Grégoire précise que Raymond et Milscent sont « nègres ou sang-mêlés », p ix.

43  Button, op. cit.

44  Fanoudh-Siefer, Le mythe du Nègre et de l’Afrique noire dans la littérature française, de 1800 à la deuxième Guerre mondiale, Paris, Klincksieck, 1968, 210 p., Publ. de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Paris-Nanterre, série B, essais, 3, donne en effet à croire que le baron Roger serait le premier à dresser le portrait anthropologique, social et psychologique des Africains, et que les fondements du racisme se découvrent chez Pierre Loti… Faut-il qualifier de lacune l’omission d’un ouvrage comme de lui de R. Mercier ?...

45  Sur les finances, le commerce, la marine et les colonies, anon. attribué à Charles Emmanuel Micoud d’Umons, né en 1763, ancien ordonnateur de la Marine, préfet de l’Ourthe, sous la Constituante, Paris, 1802, 2 t. en 1 vol., 223 et 267 p.

46  Id., ibid., p. 65.

47 Ibid., p. 98.

48  Valentin de Cullion, Examen de l’esclavage en général et particulièrement de l’esclavage des nègres dans les colonies françaises de l’Amérique, Paris, Desenne, 1802.

49  L.-G. Pelletan, Mémoire sur la colonie française du Sénégal, Paris, Vve Panckoucke, 1802, xvi-118 p., p. 75.

50  Cri des colons…, op. cit., n. 36. – Grégoire, De la littérature des Nègres

51  On devrait citer ici une grande part de la bibliographie de langue anglaise sur l’abolition, de Coupland à Curtin, de Mathieson à Lloyd. Il est intéressant de rattacher cette observation à une constatation faite par le consul de France à Londres, le baron Séguier, dans son excellent rapport envoyé aux Affaires étrangères et à la Marine, en janvier 1820 ; cf. Daget, La France et l’abolition…, p. 92 et suiv.

52  Dr Audouard, « Sur la traite considérée comme la cause de la fièvre jaune », Annales maritimes et coloniales, 1838, Vol. XXIII, t. I, p. 289 et suiv.

53  A. Lallour, La traite comme moyen…, Brest, 1848.

54  Sismonde de Sismondi, De l’intérêt de la France à l’égard de la traite des nègres, Genève, Paschoud, 1814, 3e éd., augm. Des Nouvelles réflexions sur la traite, 59 et 46 p., p. 6.

55  Id. – Les Nouvelles réflexions répondent surtout aux critiquent qui ont été adressées au premier ouvrage, et notamment celle du Journal des débats du 20 oct. 1814, sous la signature de R.R., cf. p. 17.

56  Id., ibid., p. 32-34.

57  Comte de Saint-Morys, Aperçu sur la politique de l’Europe et sur l’administration intérieure de la France, Paris, Michaud, Delaunay et Dentu, 1815, 107 p., p. 37-88.

58  Id., p. 81, d’après Wimpfen, Voyage à Saint-Domingue pendant les années 1788, 1789, 1790, Paris, an V.

59  [Grégoire], De la traite et de l’esclavage des Noirs et des Blancs, par un ami des hommes de toutes couleurs, Paris, Egron, 1815, 84 p. – Dans son ouvrage de 1826, ci-dessous n. 66, Grégoire s’attribue explicitement la paternité de cet anonyme.

60  Arch. nat., Section Outre-Mer, Généralités, 166/1347, Pasquier de Portal, 30 janv. 1820, et la réponse du 1 fév. Cet échange de ministre à ministre s’inscrit dans une grande période d’activité de la Marine, consécutive à une offensive abolitionniste anglaise, sensible sur le plan diplomatique.

61  Charles Coquerel, « Sur la législation anglaise relative à la traite des Noirs et sur l’état actuel des nègres affranchis », Revue encyclopédique, août 1820, 20 p. Pour cet hommage aux initiateurs révolutionnaires, cf. p. 17-20. Réponse privée aux Affaires étrangères et à la Marine sur les nécessités de connaître les actes officiels britanniques, ce texte précède de plusieurs mois les résultats de l’enquête officielle française. Ce n’est qu’en octobre 1821, que Portal annoncera au Conseil des ministres que « 19 actes en Conseil ou actes du Parlement, la plupart fort étendus » forment le corpus abolitionniste légal de l’Angleterre ; cf. Arch. nat., S.O.M., Généralités, 152/1273, 43 f. La France peut y opposer deux ordonnances royales et une loi que chacun déclare insuffisantes. Le conseil d’octobre 1821 résulte de pressions anglaises qui vont jusqu’à mettre en cause « la maison régnante ». Il n’en sortira rien pour l’abolition.

62 [Auguste] B[illard], Lettre à MM. Benjamin Constant et Manuel… en réponse à quelques passages des discours qu’ils ont prononcés sur la traite des Noirs dans la séance du 27 juin 1821, Paris, Ladvocat, 1821, 26 p. – Le discours dans Discours de M. Benjamin Constant à la Chambre des Députés, Paris, Dupont, 2 vol., t. I, 1827, 580 p., p. 548-560. Les autres discours, t. II, 1828, 644 p. – Sur le Discours de 1821, cf. Daget, art. cit., p. 36, n. 7 – Constant y rend hommage à J.-E. Morenas, Première pétition… (1820), et Seconde pétition contre la traite des Noirs présentée à la Chambre de Députés le 19 mars 1821 et à celle des Pairs le 26, Paris, Mme Jeune-Homme-Crémière, 1821, 62 p.

63  In extenso dans Daget, La France et l’abolition…, p. 204-208. L’attitude de Bernard est particulièrement courageuse, lorsqu’on songe que la plupart de ses attaches personnelles sont nantaises. Dans le sein de la Justice, il paraît bien être le seul procureur, à cette époque, à témoigner cette manière.

64  Broglie, Développement d’une proposition… relative à l’exécution des lois prohibitives de la traite des Noirs, impr. par ordre de la Chambre, Paris, 1822, 109 p. + annexes non pag. (45 p.).

65 Constant, Discours…, t. II, p. 137-144 et 179-181.

66  Id., ibid., 5 avr. 1822, p. 144.

67  Certaines pétitions sont publiées : Paris, Crapelet, 1826, 4 p. ; Le Havre, Crapelet, 1826, 3 p. – On trouve les originaux des autres aux Arch. nat., S.O.M., Généralités, 191/1475, avec les signatures. Voir également les dénonciations anonymes. Les pétitions comportent au total environ 300 signatures des négociants notables les plus en vue de l’époque. L’abstention de Nantes est compréhensible, d’un certain point de vue : entre 1824 et 1826, Nantes aurait envoyé 163 navires à la traite, plus de la moitié de ce qui est soupçonné entre 1814 et 1831. L’abstention de Bordeaux est plus étonnante, mais on sait l’intérêt réciproque des deux ports, dont la solidarité économique se manifesterait là encore.

68  Grégoire, De la noblesse de la peau, ou du préjugé des Blancs contre la couleur des Africains et celle de leurs descendants noirs ou sang-mêlés, Paris, Baudoin, 1826, 76 p. – L’expression « noblesse de la peau » est prise dans un texte de l’abbé de Cournand, 1790, éd. Edhis, t. IV, n° 3, p. 5.

69  Id., ibid, p. 60.

70  Comte de Kergorlay, Opinion… sur le projet de loi relatif à la répression de la traite des Noirs, impr. par ordre de la Chambre, n° 26, 22 janv. 1827, 16 p., repris avec toutes les autres interventions dans les Annales maritimes et coloniales, t. I, 1827, 2e partie.

71  Benjamin Constant, discours du 13 mars 1827, Discours…, t. II, p. 569-573. – Contrairement à ce que nous avions indiqué dans notre thèse de 3e cycle, p. 314, Constant était bien membre de la Société de la morale chrétienne ; sur le Tableau du Conseil d’administration et des divers comités de la Société… pour les années 1826-1827, il figure au comité de rédaction du Journal, au comité de publication en faveur des Grecs, et à la commission pour le prix à décerner au meilleur ouvrage sur le courage civil. En 1826-1827, la société comprend 358 adhérents, ce qui dénote une augmentation constante des effectifs depuis 1822 et invalide en partie l’opinion exprimée par Ch. De Rémusat, Mémoires de ma vie, t. II, p. 69-71. On trouve sur la listes des membres : « Orléans (A.A.R. Mgr le duc d’) », parmi d’autres noms de la famille royale. Intéressant également d’y voir figurer Thomas-God, Dobrée, armateur à Nantes, et un certain Adet : quel lien avec l’initiateur du décret du premier Consul de 1802 ?

72  A. Billiard, Abolition de la traite et de l’esclavage dans les colonies françaises, Paris, 1827, 122 p. – Pour Morenas : Précis historique de la traite des Noirs et de l’esclavage colonial…, Paris, l’auteur et Firmin-Didot, 1828, in-8°, v-viii-423 p.

73  F[élix] P[atron], Des Noirs… L’esclavage n’est-il pas un bienfait pour eux et un fardeau pour leurs maîtres ?, Paris, C. Mary, 1831, 24 p., p. 20 : « l’horreur que ce nom d’esclave inspire… ».

74  A. De Cools, délégué de la Guadeloupe, Droit et nécessité des garanties sociales et politiques réclamées par les colonies françaises…, Paris, Delaunay, 1832, 80 p., p. 79. On peut voir également sa Réponse à M. de Sismondi, Paris, janv. 1834, 32 p., faite à l’occasion d’un article de ce dernier, De la condition dans laquelle il convient de placer les nègres en les affranchissant…, s.l., 1833, 27 p.

75  Petit De Baroncourt, Simple note à M. le baron de Mackau…, en recueil, s.l.n.d. [1er juin 1844], p. 134-159, p. 141.

76  Lafond De Lurcy, Un mot sur l’émancipation de l’esclavage… en réponse à M. le duc de Broglie, s.l.n.d. [1844], Donday-Dupré, 36 p., p. 29.

77  Ch. Levavasseur, Esclavage de la race noire aux colonies françaises, 2e éd., Rouen, 1841, 125 p., p. 92-93.

78  Aucun des 220 ouvrages recensés et dépouillés ne manque d’y faire allusion au moins une fois, abolitionniste ou esclavagiste.

79  Lacharrière, De l’affranchissement des esclaves…, Paris, Randurel, 1836, 140 p., p. 70-71. Mais le colon de la Guadeloupe reparaît dans ses Réflexions sur l’affranchissement…, s.l.n.d., 38 p., avec toutes ses manifestations d’opinions raciales : odeur, paresse, bêtise du nègre, etc., p. 6.

Lacharrière établit, p. 13, une typologie, beaucoup trop longue pour la citer in-extenso. Nous retiendrons que le terme nègre désigne l’Africain en général ; le terme esclave une condition particulière de l’Africain ; le terme Noir est réservé à des cas singuliers – peut-être liés à la culture, ce n’est pas clair. En tous cas, selon le terme employé pour désigner un Africain, on détermine le statut de l’individu dont on parle. Il ne semble pas qu’on puisse dire, selon Lacharrière, « esclave noir », mais peut-être « esclave nègre ». En second lieu, L’esclavage et la traite des Noirs, anon., Caen, Hardel, 1844, 8 p.

80  Archives parlementaires, 2e série, t. III, p. 692-693.

81  Nous avons souvent dit, ailleurs, ce que l’étude doit à Y. Debbash, « Poésie et traite : l’opinion française sur le commerce négrier au début du XIXe siècle », Revue française d’histoire d’outre-mer, t. XLVIII (1961), n°172-173, p. 311-352, qui connaît certains points de liaison entre les deux phases abolitionnistes. – H. Deschamps, Histoire de la traite des Noirs e l’Antiquité à nos jours, Paris, Fayard, 1972, 338 p., p. 149-200.

82  Cf. Tudesq, Les grands notables en France (1840-1849), Paris, Presses universitaires de France, 1964, t. II, notamment le chap. IV, p. 834 et suiv. « La question de l’esclavage et les notables ».

83  Schoelcher, De la pétition des ouvriers pour l’abolition immédiate de l’esclavage, Paris, Pagnerre, 1844, 24 p., p. 1, La brochure ne dit rien d’original sur la pétition elle-même, et se borne à reprendre les arguments législatifs destinés aux Chambres. Bien entendu, sur Schoelcher, on consultera, Esclavage et colonisation, textes choisis et annotés par Emile Tersen, préface de Ch.-A. Julien, Paris, Presses universitaires de France, 1948, qui est encore indispensable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Daget, « Les mots esclave, nègre, Noir, et les jugements de valeur sur la traite négrière dans la littérature abolitionniste française de 1770 à 1845 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 19 décembre 2009, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/58128 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.58128

Haut de page

Auteur

Serge Daget

1927-1992 ; Historien

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page