Navigation – Plan du site
Colloques | 2010
Influencias y confluencias: la Revolución Francesa /la Revolución de Mayo en el Rio de la Plata. Historia y memoria  / Influences et confluences: la Révolution française /la Révolution de Mai. Histoire et mémoire
Jean Piel

Un improbable écho de la “révolution de mai” argentine: la rébellion de Huánuco en 1812

[07/01/2010]

Résumés

Pendant un mois, en 1812, les autorités vice-royales du Pérou perdent complètement le contrôle de la région de Huanuco, aux mains des communautés indiennes en révolte. Intervenant à la suite de la suppression de la Vice-royauté du Rio de la Plata  par la Junte révolutionnaire de Buenos Aires en 1810 et de l'appel à l’insurrection que leur a lancé son agitateur-propagandiste Castelli depuis Tiahuanaco en mai 1811, cette rébellion a donc souvent été interprétée comme une conséquence évidente de ladite " Révolution de Mai " argentine. A y regarder de plus près pourtant, cette rébellion apparaît davantage s'inscrire dans un long cycle de révoltes anticoloniales andines qui n’avaient pas attendu la révolution porténienne pour se déclencher tout au long du 18ème siècle. A la fois indienne mais aussi créole, cette rébellion de Huanuco en 1812 n’est certes pas étrangère à la conjoncture politique ouverte en 1810 par les évènements du Rio de La Plata mais ses acteurs, ses mots d’ordre, ses formes de lutte et ses résultats à court et plus long terme en sont largement distincts.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  “En 1812, Huánuco était l'endroit le plus critique et le plus dangereux du Vice Royaume”, in J.F. (...)
  • 2  Scarlett O'Phelan Godoy, Un siglo de rebeliones anticoloniales, Perú, Bolivia : 1700 – 1783 Cuzco, (...)
  • 3  Carlos Daniel Valcárcel, La rebelión de  Tupac Amaru, Mexico, Fondo de Cultura Económica,  1943; B (...)

1Le 22 février 1812, pendant le Carnaval, les indiens des communautés circonvoisines de Huánuco envahissent en armes la ville aux cris de "Vive l’Inca Roi", "Vive le Roi Castel! ". Ils pillent les maisons et magasins des notables compromis avec les autorités coloniales espagnoles, dérobent les cloches de l’église et, par contamination de proche en proche, mettent en état d’insurrection une trentaine de communautés indigènes situées entre Tingo Maria, Huánuco et Cerro de Pasco. Pendant un mois la région échappe totalement au contrôle des autorités vice-royales du Pérou, qui ne se méprennent pas sur la gravité de la situation1. Ces dernières, réorganisées à Cerro de Pasco, écrasent les insurgés à Ambo et réoccupent Huanuco le 22 mars 1812. Elles procèdent alors aux répressions d'usage en ce genre de circonstances dans l’empire espagnol (massacres en masse dans le feu de l’action, actions judiciaires, exécutions publiques exemplaires) et dont les populations andines avaient déjà eu l’expérience lors de leurs nombreuses rébellions tout au long du XVIIIe siècle2, en particulier après la grande révolte pan-andine de 1780-1783 dirigée par Tupac Amaru et Tupac Catari3.

2Mais en 1812, la rébellion de Huánuco s'inscrit également dans un autre cycle d'insurrections anticoloniales, beaucoup plus récent celui-là: celui inauguré le 25 mai 1810 à Buenos Aires quand, au terme de journées d’intense agitation révolutionnaire connues sous le nom de Revolución de Mayo, une Junte proclame la dissolution de la vice-royauté du Rio de la Plata, premier pas vers son Indépendance face à l’Espagne. A la différence de toutes les tentatives similaires qui avaient eu lieu en Amérique du Sud depuis 1808, celle-ci sera irréversible. Irréversible, mais d’abord solitaire et assiégée par de puissantes forces armées espagnoles stationnées à Cordoba (où se sont réfugiés les royalistes hispano-argentins), au Chili (où l’Audiencia vient de destituer le Gouverneur militaire jugé trop tiède face aux menaces de subversions porténiennes), et surtout depuis le Haut Pérou (où le général Goyeneche dispose de quelques 40 000 hommes de milices et d’une armée professionnelle qui passe rapidement de 1 500 à 8 000 hommes). Pour desserrer cet étau, les républicains porténiens les plus radicaux lancent une armée plus ou moins improvisée de 5 000 hommes en direction du Haut Pérou et, pour la soutenir, en appellent au soulèvement en masse des populations des territoires concernés.

3Dans cette action, se distingue tout particulièrement Juan José Castelli, sorte de Robespierre argentin qui, dans le but de les rallier à la cause de l’Indépendance, signe le 25 mai 1811 à Tiahuanaco un décret promettant aux Indiens des Andes le droit de vote, l’abolition du servage, du tribut et du travail forcé gratuit, la restitution de leurs terres communales usurpées par les latifundiaires; et, contre trois siècles de domination coloniale, exalte leur glorieux passé incaïque. Cet appel est d’autant mieux entendu que les intéressés ne l'ont pas attendu pour passer à l'action. Travaillées par les propagandiste argentins relayés sur place par les fractions patriotiques créoles, depuis dix mois déjà des masses populaires indiennes, métisses et créoles se sont soulevées en armes pour devancer, accompagner ou couvrir l’étonnante offensive (plus de 3 000 km de Buenos Aires au lac Titicac!) de l’armée du nord libératrice argentine. Face à des forces vice-royales très supérieures en nombre et en expérience militaire, cette avancée ne se comprendrait pas sans l’appui fourni par les soulèvements en masse qui se produisent à Salta (avril 1810), Cochabamba (septembre 1810), Oruro (octobre 1810) et La Paz (mars 1811) et jamais Castelli n’aurait pu émettre son décret depuis Tiahuanaco en mai 1811.

4Intervenant huit mois plus tard et se réclamant en apparence des mots d'ordre et du nom de Castelli (le “roi Castel”), l'action des Indiens de Huánuco s'inscrit donc bien dans le prolongement de ces insurrections patriotiques andines de 1810 à 1811, et semble donc confirmer une tradition historiographique bien établie qui fait de cette rébellion l'un des derniers échos directs de la Revolución de Mayo argentine. A y regarder de plus près pourtant, quelques questions se posent dont les réponses risquent de brouiller ce  récit trop classique du port atlantique unique déclencheur et promoteur des mouvements d’émancipation anticoloniale dans les Andes. Surtout, dans le cas de Huánuco, si l’on veut bien considérer l’improbabilité d’une rébellion d’une telle ampleur à cet endroit-là et à ce moment-là du long processus des luttes pour l’Indépendance de l’Amérique du Sud hispanique.

  • 4  Abascal de Souza, op.cit.1944; Brian Hamnet, La política contra-revolucionaria del Virrey   Abasca (...)
  • 5  Luis Durand Flores, Criollos en conflicto: Cuzco despues de Tupac Amaru, Lima Universidad de Lima, (...)

5Géographiquement en effet, cette province est beaucoup plus proche de la capitale du Pérou, bien tenue en main par Jose Fernando Abascal en 18124- un des plus talentueux vice-rois jamais envoyé en ces lieux par l’Espagne - que de l’épicentre porténien d'où sont partis les appels à la révolution deux ans plus tôt. Huanuco n’est en effet qu'à quelques 350 km de Lima, mais à plus de 3 500 km de Buenos Aires et à plus de 1 800 km de Tucuman où a dû se replier l’armée libératrice argentine après sa défaite de Guaqui le 19 juin 1811. Chronologiquement la rébellion de Huánuco  intervient à l’un  des pires moments des luttes pour l’Indépendance : huit mois trop tard après le désastre de l’armée argentine à Guaqui, deux ans trop tôt avant que cette même armée, reprise en main par Belgrano, reprenne l’offensive vers le nord, presque trois ans trop tôt avant que la rébellion du Cuzco dirigée par les frères Angulo et le Brigadier Pumacahua ne viennent prendre le relais5.

6Ainsi excentrée par rapport à l’épicentre porténien de la révolution d’Indépendance en cours et intervenant en quelque sorte à contre-temps, la rébellion de Huanuco offre de surcroît un étrange paradoxe idéologique qui peut faire douter de sa filiation politique avec la révolution argentine - mais pourrait éclairer par contre certains aspects originaux des autres rébellions andines qui se produisirent en 1810-1811 en écho à celle-ci. Certes, en se réclamant le 22 février du “roi Inca Castel, les Indiens de Huánuco semblent bien répondre (avec huit mois de retard) à l’appel que leur lançait Castelli  depuis Tiahuanaco. Mais de là à revendiquer ce leader notoirement républicain sous la figure néo-monarchique d’un Inca! On pressent donc bien que lors de sa translation des bords du Lac Titicaca à Huánuco, il s’est opéré dans l’imaginaire qui mobilise les rebelles, sinon une totale inversion des références politico-idéologiques, du moins un malentendu entre l'agitateur-initiateur (argentin) et ses partisans sur le terrain (Indiens ou andins? C’est ce qu’il nous faudra éclaircir).

1. Les échos inévitables de la “Revolución de mayo” dans les Andes après 1810.

  • 6  Séparation du Vice Royaume de La Plata de celui du Pérou en 1776; transfert du siège de la nouvell (...)
  • 7  Jean Piel, "Région et Nation: le cas du "Norte" argentin de 1778 à 1914", Bulletin de l’Institut F (...)
  • 8  Brooke Larson, The Cochabamba region of Upper Peru: 1700 – 1830, Princeton University,  1978;  Car (...)
  • 9  Spalding, op.cit., 1974.

7N'exagérons pas toutefois ces dissemblances car, depuis les réorganisations territoriales opérées par les Bourbons d’Espagne dans cette partie de leur empire après 17766, on sait à quel point la viabilité économique et fiscale du nouveau Vice-Royaume de La Plata a dépendu dans un premier temps de son hinterland andin : lingots d’argent du Potosi, tribut indigène et taxes sur le commerce muletier du nord-ouest argentin (Tucuman, Salta, Jujuy) avec le Haut Pérou et le littoral chilien7. Réciproquement, on sait comment les circuits commerciaux terrestres transandins ont été répolarisés jusque dans l’actuel Pérou central par l’essor d’un second débouché portuaire sur l’Atlantique qui venait s’ajouter à celui de Lima-Callao sur le Pacifique8. Et l’on sait le rôle que ces nouveautés ont joué déjà dans le déclenchement en 1780 de la rébellion de Tupac Amaru, cacique de Tungasuca mais aussi, comme beaucoup de ses confrères entrepreneurs muletiers (caciques indigènes ou marchands créoles), circulant en permanence entre le Cuzco et Buenos Aires9.

  • 10  Cf l’article récent, auquel celui-ci doit beaucoup, de Joelle Chassin, " El rol de los alcaldes de (...)
  • 11  Il faut 5 à 6 mois pour acheminer à dos de mules ou de lamas les charges provenant de Charcas ou P (...)

8Il n'est donc pas étonnant de retrouver en 1812, suspectés de conspiration dans la préparation de la rébellion de Huánuco, divers commerçants résidant à ce moment-là chez leurs confrères de la ville, mais eux-mêmes originaires de Cordoba, Tucuman, Cuzco, Lima et même Quito10 - c’est à dire des participants essentiels de ces échanges transandins qui s’étiraient du Rio de La Plata à l’Equateur. Il faut en effet cesser d’imaginer les Andes fini-coloniales seulement comme une mosaïque de petites sociétés provinciales autarciques (ce qu’elles sont aussi, en effet) mais également comme un vaste espace d'échanges longitudinaux de ville à ville - lents et difficiles, certes11, mais favorables à la diffusion en quelques semaines des informations et des idées en provenance de Lima (depuis le XVIe siècle ) ou de Buenos Aires, de plus en plus après 1776. En conséquence, l’élite alphabétisée des villes andines, dont celle de Huánuco,  se tient au courant, légalement ou semi-clandestinement, des nouvelles de l’extérieur à travers le courrier et les gazettes reçues depuis la vice-royale Lima et, depuis 1810, depuis la révolutionnaire Buenos Aires. A quoi il faut ajouter bien sûr leurs propres réactions et commentaires, diffusés régionalement par lettres, libelles (pourtant officiellement interdits depuis 1777), pasquins  (affichés anonymement à la porte des églises ou lus devant des assemblées discrètes) et propos de tertulias échangés à l'heure de prendre le chocolat dans les salons de l’élite.

  • 12  Victor Peralta Ruiz, "El impacto de las Cortes de Cádiz en el Perú: un balance historiográfico, Re (...)

9Et ceci, bien avant la Revolución de Mayo. Ce qui explique que, sur ce fond d’agitation d’idées et bien avant le 25 mai 1810, les premières Juntes sud-américaines à déclarer, sinon leur Indépendance, du moins leur autonomie loyaliste envers Ferdinand VII furent, immédiatement après la Junte porténienne toute occupée à repousser d’abord les tentatives d’invasion britannique de 1806 et 1807 dans le Rio de La Plata, des Juntes andines: en 1808, celle de Caracas ; en 1809, celles de Chuquisaca, La Paz et Quito. Certes, malgré leur "fernandisme" affiché, elles furent toutes rapidement et férocement écrasées, laissant en 1810 celle de Buenos Aires seule en lice pour continuer d’assumer et radicaliser les désirs d’Indépendance du sud du continent. Mais elles avaient eu le temps de signifier clairement que les élites créoles andines, avant de réagir à la Revolución de Mayo, avaient d’abord réagi à des évènements espagnols : émeute d’Aranjuez, abdication de Charles III et réunion des Cortes de Cadix - lesquels venaient de les encourager à élire leurs propres Juntes d’autodéfense de la patrie impériale hispano-créole menacée12.

  • 13  Les gauchos de Güemes, redoutables à cheval, mais plus encore à pied au corps à corps, couverture (...)

10Il reste qu’après 1810, en dehors de Santa Fe et Carthagène (mais si loin au nord!), le Rio de La Plata reste la seule zone libérée continuant ouvertement la lutte pour l’  indépendance en Amérique du Sud. Et la continuant avec succès puisque sa petite armée du nord improvisée, malgré des revers (Cotaigata: 27/10/1810), triomphe à Huranama (06/10/1810), Suipacha (07/11/1810) et parvient à La Paz et sur le Desaguadero en mars-avril 1811. Elle n’a pu y parvenir que parce qu’au passage elle a reçu l’appui décisif des "gauchadas" de Güemes à Salta, des "choladas" d’Oruro et des "indiadas" des environs de La Paz et Cochabamba13.

11Il ne fait donc aucun doute que, par sa radicalité politique et sa capacité à mobiliser à des fins militaires les réseaux sociaux établis le long d’une route transandine déjà ancienne vers son lointain hinterland, la Revolución de Mayo eut donc bien de profonds échos dans les Andes en 1811 et 1812. Mais les aurait-elle eus de la même façon si n'y avait existé au préalable une profonde et déjà ancienne crise de légitimité de l’ordre colonial espagnol, aussi bien dans les élites andines créoles que dans les masses indiennes qui, au terme d’un siècle de rébellions contre les abus fiscaux et d’autorité, venaient à nouveau d’entrer en fermentation quand finit par filtrer la nouvelle que les Cortes de Cadix venaient d’abolir le tribut indigène en 1810? Autre preuve (ou contre-épreuve, plutôt) du rôle déterminant de la Revolución de Mayo dans l’enchaînement des évènements de 1810-1812 : le fait que la reconquista du Haut Pérou insurgé par les troupes vice-royales après leur victoire à Guaqui de juillet à décembre 1811 entraîne l’extinction de tous les foyers d’insurrection allumés pendant l’avancée antérieure de l’armée de libération argentine. Début 1812, mission accomplie et ainsi rassuré, le général royaliste Goyeneche se retire même à l’arrière et prend ses quartiers au Cuzco. C’est alors, mais alors seulement, que se déclenche -tardive et solitaire- la rébellion de Huánuco.

2. Huánuco en 1812: écho retardataire de la “Revolución de mayo” ou nouvel avatar d’un long cycle de rébellions andines?

  • 14  CDIP, 4 : 531.  

12Pour éclairer cette question, il est tout d’abord nécessaire de revenir sur ce cri de ralliement des insurgés de Huanuco le 26 février 1812. Non sans raisons, beaucoup d’historiens ont vu dans ce "Viva el Rey Inca Castel" une preuve de la filiation de cette insurrection avec l'appel lancé huit mois plus tôt par Castelli depuis Tiahuanaco. Attention, toutefois : la déformation de son patronyme par les mutins n'est pas qu'un effet des inévitables transformations phonétiques d’un mot quand il passe de l’espagnol au quechua. En ce cas, elle révèle plutôt une très intentionnelle manipulation sémantique de la part de ceux qui ont inspiré ce mot d’ordre à la foule puis -que ce “Castel” ainsi revendiqué a l’avantage de désigner sous un seul vocable à la fois l’agitateur argentin Castel(li)et le leader local du soulèvement Caste(lo), regidor créole de Huánuco pendant les évènements. Ce que confirme ce témoignage de Carlos León, organiste de l'église de Huánuco et agitateur particulièrement actif, lorsqu'il est cité à comparaître plus tard devant le tribunal, et qu’il rapporte que courait alors dans la province une rumeur selon laquelle : un Roi couronné arrivera bientôt à Huánuco, un certain Castello de Huánuco, de la même caste (créole) que Castel de Buenos Aires14.

13Donc, selon une procédure syncrétique courante dans les Andes, les inspirateurs de la révolte ont astucieusement “confondu” en un même personnage mythique un roi couronné, un Inca, un dirigeant local et un révolutionnaire continental, rattachant du même coup sans équivoque leur mouvement à celui, plus général, des luttes continentales pour l’Indépendance, mais en l’adossant à des traditions mythiques régionales bien enracinées. Car il ne fait aucun doute que la rébellion de Huánuco prolonge bien par ailleurs le cycle des rébellions anticoloniales andines du XVIIIe siècle. Voici en effet avec quel discours "d’agit-prop" ce même Carlos León est accusé d’avoir ameuté (en espagnol et en quechua) les Indiens de Sarapata en vue du prochain soulèvement:

  • 15  Chapetón est un terme dépréciatif désignant alors les Espagnols métropolitains récemment installés (...)

Les villages du district de Huamalies, voilà plus de trois cents ans que les chapetones les tiennent en esclavage et ont usurpé ce royaume après avoir lâchement assassiné notre Inca Atahualpa. Eux seuls vous dominent et s’emparent de l’argent des indiens. Préparez vos frondes et vos "riguis" pour le soulèvement qui vous rendra libres15.

14Très clairement apparaît ici, derrière une révolte dont le caractère indien a tellement frappé les contemporains et, après eux, les historiens, une conspirationcréole - mais créole andine, c’est à dire habile à manipuler les figures de l’imaginaire collectif de ses indiens en invoquant la mort ignominieuse et légendaire d'Atahualpa, en détournant les rancœurs légitimes d’une masse exploitée contre la rapacité des seuls Espagnols d’Espagne récemment arrivés dans les Andes pour faire suer le poncho, en prenant le risque d’un appel au peuple en armes - mais en armes pré-modernes appartenant aux traditions d’une paysannerie pratiquant aussi l’élevage extensif de punas.

15Bien entendu, un tel appel aux armes (assez inconcevable en de tels termes de la part des élites porténiennes en direction de leurs milices noires ou mulâtres ou de leurs montoneras de gauchos - à l’exception, peut-être, de la "boleadora") exige en retour de ces créoles andins qu’ils se départissent de leurs préjugés racistes et antipopulaires. Donc qu’ils se guérissent de la peur panique que leur inspire la "barbarie indienne " et qui les poursuit, sinon depuis la Conquista, du moins depuis la grande rébellion de 1780-1783. Mais également, revers de la même névrose colonialiste, de cet autre préjugé qui fonctionne bien quand, matées leurs résistances et leurs révoltes, les masses indiennes s'enferment dans leur silence séculaires, qui révèle, selon ces conceptions,  une "nature indienne" fondée sur le mensonge, la passivité et la lâcheté. D’où ce curieux libelle autocritique qui circulait à Huánuco avant le soulèvement:

  • 16  "Entonces si que diran/ Los de calson enbreado/ Carajos que me he enganado/  Aunque lo reconozco t (...)

Alors bien sûr qu’ils diront / Ces Messieurs aux culottes empesées / Nom de Dieu, ce que j’ai pu me tromper/ Mais bien que je le reconnaisse sur le tard / L’Indien n’est pas aussi trouillard/ Que je l’avais pensé16.

  • 17  Conspiration d’Aguilar et Ubalde en 1805 au Cuzco; rébellion du cabildo de Caracas en 1808;  Junte (...)

16Même si c’est sous la forme plaisante de cette pièce du génie littéraire provincial andin du début du XIXème siècle, ce li- belle est éclairant sur les difficultés spécifiques qui furent celles des élites créoles andines dans l’art d’en appeler au peuple en cas de révolte ou de révolution. Mais aussi comment, à ce moment-là, encouragées par le précédent de la Revolución de Mayo, elles commencent enfin à envisager les moyens de dépasser les limites de leurs précédentes conjurations et conspirations qui, toutes, s'étaient terminées dans les Andes par des échecs tragiques depuis 180517.

17Quant aux paysanneries indiennes dont ces élites créoles semblent enfin souhaiter le soutien, enfermées qu’elles sont depuis le XVIe siècle dans l’apartheid stipulé par les Lois des Indes et cantonnées sous tutelle étroite dans les communautés de la Couronne ou les haciendas et campements miniers des grands propriétaires du sol et du sous-sol, les individus qui les composent restent étroitement dépendants de leurs cadres communautaristes qui les rend spontanément assez hermétiques aux promesses de libertés et de promotions sociales individuelles qui ont pu rallier à la révolution les plèbes Porténiennes, parce qu’elles répondaient assez bien aux aspirations profondes de masses populaires urbaines récemment issues de l’esclavage et ayant foi dans les opportunités offertes par un marché portuaire en expansion ou les gauchadas, dont le mode de vie individualiste et rustique d’éleveurs à cheval dans un espace sans barrières les rendaient particulièrement mobiles et mobilisables.

18De sorte que, sous le même vocable de “liberté", et selon que l'on fût docker ou gaucho sur les bords du Rio de La Plata ou mineur ou paysan quechua ou aymara dans les Andes, on n’entendait probablement pas le même chose et les formes de lutte pour y parvenir ne pouvaient être tout à fait les mêmes. Dans la pampa, la lutte pour la libération fut dès le départ conçue comme l’association guerrière d’individus en armes pour conquérir une république contractuelle. Dans les hautes vallées et sur les punas, la lutte resterait jusqu'à la fin un soulèvement fédéral de solidarités communautaires afin de les affranchir des tutelles trop pesantes que leur imposaient depuis les origines et chacun à leur tour tous les Etats centralistes dont elles étaient par ailleurs un rouage fonctionnel indépassable.

19A partir de telles dissemblances structurelles, il était donc inévitable que les insurrections andines suscitées par la Revolución de Mayo se développent selon des dynamiques très différentes des siennes, particulièrement après l’échec militaire de son armée à Guaqui, quand celle-ci n’est plus en mesure de les soutenir directement. Ce qui est particulièrement le cas de la rébellion de Huánuco qui, à la différence de celles qui viennent de la précéder, ne bénéficie à aucun moment du moindre soutien militaire proche, et encore moins de la proximité de son inspirateur initial, puisque Juan José Castelli, rappelé à Buenos Aires pour y être soumis à procès, est en train à ce moment-là d'y mourir d’un cancer.

3.1810-1812: un tournant dans le cycle des rébellions andines contemporaines?

20De ce qui précède, se dégagent donc les idées suivantes. En premier lieu, les soulèvements anticoloniaux intervenant dans les Andes du nord de l’Argentine au Pérou central entre 1810 et 1812 se produisent bien en effet en écho et à l’appel de la Revolución de Mayo argentine. Mais selon des modalités qui, par bien des aspects, en font plus les prolongements des rébellions andines du XVIIIè siècle – anticoloniales, elles aussi, mais sans perspectives de dépassement (nationalitaire) déjà clairement affirmées. Enfin, dans une conjoncture récente de court terme de crise impériale provoquée au départ plus par les malheurs de la métropole espagnole que par la " Revolución de Mayo, qui n’en est elle-même qu’une conséquence - la plus précocement radicale, certes - mais parmi d’autres puisque bien avant elle la crise de légitimité impériale dans les Andes avait commencé entre Caracas et Chuquisaca dès les années 1805 - 1808 (au reste elle-même précédée de la terrible secousse de la grande rébellion de 1780 - 1783).

  • 18  A Oruro en 1781, les mineurs Juan de Dios Rodríguez, Diego Flores et les capitaines de milices Iri (...)
  • 19  A Oruro en 1781, les mercédaires et le curé Méndez. A Huánuco en 1812, l’augustin Fray Marcos Dura (...)
  • 20  A Oruro en 1781, Sebastian Pagador (capitaine de milice et chef de la conspiration ). A Huánuco en (...)
  • 21  Les “yungas” sont les hautes et basses vallées de piémont situées entre l’Amazonie et les hautes t (...)

21Nous nous retrouvons donc une fois de plus en ce cas précis, face à un problème classique du déterminisme historique et qui pourrait se formuler ainsi : la quasi synchronie de deux évènements (ici : la révolution argentine et les rébellions andines de 1810 à 1812) démontre-t-elle un rapport de causalité de l’un sur l’autre ou les deux évènements ne sont-ils eux-mêmes que les conséquences d’une autre cause, tierce ( la crise de la métropole espagnole, accélérée après 1808 ) ? A sa manière, la rébellion de Huanuco contribue à répondre à cette question. Ne bénéficiant pas d’appui logistique militaire externe, elle ne peut compter que sur ses seules forces, régionales. En quoi elle ressemble beaucoup plus aux rébellions andines du XVIIIe siècle qu'à ses contemporaines alto-péruviennes de 1810 - 1811. Et tout particulièrement à la rébellion d’Oruro de 1781 où, comme dans son cas, derrière le soulèvement indien, on re- trouve le rôle essentiel joué par  des fractions assez semblables de l’élite créole : des commerçants et des mineurs18, des membres influents du clergé local19  et quelques notables convertis en leaders20. En quoi elle s’apparente aussi, malgré sa brièveté, à la guerre de guérillas menée par les commandants Lira et Lanza, pratiquement seuls et sans appui de l’Argentine, contre les forces espagnoles dans les yungas  boliviennes de 1814 à 182521.

  • 22  Alberto Flores Galindo, Buscando un Inca : identidad y utopia en los Andes, Lima, Instituto de Apo (...)

22Les insurrections suscitées dans les Andes en 1810 - 1812 par la Revolución de Mayo  correspondraient donc à un tournant dans l’histoire de longue durée des rébellions andines du XVIIIe au XXe siècles. Aussi dépourvues au départ de perspectives programmatiques clairement constituées que celles qui les avaient précédées depuis un siècle - même "l’utopie andine"d’un Tupac Amaru n'a jamais été complètement énoncée - elles commencent à bénéficier des perspectives nationalitaires concrètement ouvertes par les premiers succès des révolutionnaires argentins de 1810 22. A partir de ce moment, l’échec des rébellions commence à ne plus apparaître comme inéluctable, du moins tant que l'alliance initiale entre patriotes créoles et révoltés indiens se maintient. Si elle s’effrite sous l’effet de la peur qu’inspire aux créoles les débordements des masses indiennes mobilisées (ce qui est le cas à Huánuco à la mi-mars 1812 comme au Cuzco en 1782 ), le destin de ces rébellions andines est scellé. Et plus encore quand, les Indépendances nationales acquises et qui ont éliminé par définition les "chapetones", élites créoles andines et masses indiennes se retrouvent face à face dans une situation d’exploitation néo-coloniale interne dont les modalités n’ont guère changé depuis la période coloniale. Les nouvelles rébellions andines qui surgiront alors inévitablement serviront à régler des comptes entre factions créoles libérales ou conservatrices se disputant le pouvoir ou bien, en se transformant en choc frontal, à se transformer en " guerre de castes " entre exploiteurs créoles et/ou métis et exploités indigènes. D’andines, ces rébellions deviendront indiennes - offrant désormais des caractéristiques qui les éloi- gneront encore plus du modèle de la Revolución de Mayo.

4. Sous les échos de la “Revolución de mayo”, des échos d’origine bien plus lointaine encore.

  • 23  Si l'on excepte celle de Huanta en 1830 quand, déçus par la politique de la nouvelle République pé (...)
  • 24  CDIP, 1: 173.
  • 25  Yves Mari Bercé, Le roi caché: sauveurs et imposteurs, mythes politiques populaires dans l’Europe (...)

23La rébellion de Huánuco en 1812 est sans doute l’une des dernières23 à se faire l’écho des espérances "fernandistes" qui avaient soutenu l’action des Juntes autonomistes andines antérieures. A la veille de l’insurrection courait en effet ici une rumeur prétendant que "Ferdinand VII était prisonnier et qu’à Jerusalem le Roi d’Espagne avait abdiqué en faveur du prétendu Inca"24. Ce genre de nouvelles, mêlant connaissance incertaine d’évènements historiques récents mais lointains ( l’abdication de Charles III après l’émeute d’Aranjuez, la captivité de son héritier dynastique aux mains des Français ), réminiscences bibliques ( prouvant l’imprégnation des esprits indigènes par trois siècles de prédication catholique ) et attente messianique du retour d’un Inca, est donc spécifiquement andin (et même, indien) et appartient en même temps au registre des consciences populaires européennes d’Ancien Régime quand leurs sociétés sont en crise depuis le XVIème siècle : celui du retour d'un "roi caché " mais légitime qui va rétablir la justice contre le " mauvais gouvernement " dans son royaume25. Dans des circonstances semblables, mais très loin de là, ne trouve-t-on pas cette rumeur qui courait avant l’insurrection du curé Hidalgo au Mexique en 1810:

  • 26  Le gachupin est un Espagnol d’Espagne. C’est l’équivalent mexicain de "chapetón" dans les Andes. M (...)

J’ ai entendu dire chez les indiens du commun qu’ils allaient recevoir le roi tlaxcatlèque qui allait être couronné sur ordre du Roi, notre seigneur, et qu’il y avait un ordre dudit Roi d’Espagne pour que les "gachupines" retournent en Espagne26.

24Comment interpréter ces références syncrétiques? Comme la résistance d'une mémoire collective tenace, mais déformée par les mécanismes de la tradition orale d'une population analphabète? Ou bien comme le résultat d’une reconstruction récente effectuée par des agitateurs créoles habiles à jouer de ce qu’ils connaissent du monde mental de leurs indiens ? Pencherait en faveur de cette seconde hypothèse cette autre rumeur qui courait à Huánuco concernant l'arrivée imminente d'un libérateur, où les allusions ethnographiques à une culture pré-incaïque quasi disparue en 1812 et de toute façon localisée à plus de 600 km de là au nord, semblent plus le fait d’un créole cultivé que d’une tradition populaire locale et quechua, dont l’horizon mental spontané est en général limité à sa communauté ou à son canton:

  • 27  CDIP, 1: 145.

Et qu’ils sachent que le dit Roi (Ferdinand VII? l'Inca Castel?) était à Jauja, et qu’Indiens et Indiennes aillent le recevoir en dansant à la mode des Chimos antiques27.

25Beaucoup plus spécifiquement centre-andine, par contre, est cette autre rumeur, certes contaminée par des images bibliques, mais profondément compénétrée d’allusions qui, au terme de trois siècles de subversion indienne du message ecclésiastique, ont transformé les croyances populaires dans le Christ de la cathédrale du Cuzco en “Seigneur des Tremblements de Terre":

  • 28  CDIP, 1: 134 et 136-137.

Et maintenant arrivait en force le Roi Inca ou Samson, dont les pas ébranlaient la terre. Il venait par les hautes terres en tuant tous les Espagnols. Que tous ceux qui les avaient suivis les abandonnent et viennent s’unir aux Indiens, auxquels il ne serait fait aucun mal, mais au contraire il venait leur restituer leurs terres 28.

26Comment, à cette annonce de l'arrivée d’une violence vengeresse et tellurique progressant dans les Andes par les lignes de crêtes, ne pas voir une réminiscence des stratégies de conquête des anciennes armées incaïques ? Comment ne pas y voir l’annonce du lieutenant Gutiérrez qui, lorsqu'il dirige une nouvelle rébellion indienne autour de Puno vers 1914, se fait reconnaître de ses partisans sous le nom de guerre de  Rumi Maqui , “le géant de pierre”. De toute évidence, les représentations mentales qui aidèrent à mobiliser les rebelles de Huánuco étaient très éloignées de celles du peuple en armes de la Revolución de Mayo !

  • 29  Cf note 13.

27Mais plus probants encore que les mots de cette rébellion (après tout, peut-être déjà déformés par des prévenus en train de réécrire leur propre histoire pour se disculper devant le tribunal qui les poursuit), en sont les gestes et les comportements. Or ceux qui sont rapportés lors de ce même procès, et tels qu’on en retrouve de très semblables lors des paroxysmes de violences du XVIII siècle, ou de 1811 à Sicasica29 ou de l’impitoyable guerre civile qui opposa dans les années 1980 - 1990 le Sentier Lumineux à l’armée péruvienne, confirment des permanences ou des résurgences dans l’art de mener la " guerre du peuple " dans les Andes, qu'on retrouverait difficilement tels quels ailleurs - fût-ce sur les bords du Rio de La Plata. Passons sur les violences, saccages, pillages et actes sacrilèges, habituels en ce genre de circonstances dans les Andes comme dans les insurrections populaires de l’Europe moderne et contemporaine ; et communs à toutes les troupes sud-américaines depuis la Conquista, qu’elles soient régulières ou irrégulières, noires, métisses, indiennes ou créoles. Mais parlons de certains traits de cruauté originaux, incompréhensibles si l’on ne prend pas en compte leur expressivité symbolique, indéchiffrable hors de leur contexte anthropo-historique dont l’origine est sans doute à rechercher dans la manière ancestrale dont les groupes ethniques se disputaient l’espace andin bien avant les arbitrages territoriaux de l’empire incaïque.

  • 30  Les mutins assemblés de sept des communautés rebelles découpent en morceaux la langue et les oreil (...)
  • 31  La belle mère d’un des alcaldes, hostile à la rébellion, est condamnée à mort par les rebelles. L’ (...)

28Ainsi à Huánuco en 1812, comme dans de nombreux endroits où éclatent des rébellions andines à d’autres époques, on assiste à des actes d’anthropophagie30 et à des sacrifices humains31, qui nous renvoient à un passé très archaïque et n’ont évidemment que peu à voir avec la Philosophie des Lumières ou les pétitions de principe de la Revolución de Mayo. Mais qui révèlent que, après trois siècles de prédication chrétienne mais aussi d’exclusion légale de laRépublique des Indiens de droits réservés à la République des Espagnols, la Couronne d’Espagne (et, après elle, les élites dirigeantes créoles qui accédèrent à sa suite au pouvoir d’Etat) a laissé subsister dans les profondeurs des mentalités collectives indigènes de redoutables héritages psycho-culturels sur lesquels les éthiques progressistes de la modernité n’ont eu guère de prise.

Conclusion: Huánuco et les insurrections de 1810-1812 seraient-elles les premières rébellions indiennes des républiques andines indépendantes?

29Echo excentré, tardif et paradoxal de la Revolución de Mayo,  la rébellion de Huánuco de 1812 nous invite donc à remettre en cause, d’une part une vision trop linéaire de l’enchaînement des luttes pour l’Indépendance de l’Amérique du Sud, d’autre part une vision trop anthropo-culturaliste et continuiste de l'histoire des rébellions andines du XVIIIe au XXe siècle. Car elle n’est ni le duplicata pur et simple des récentes insurrections alto-péruviennes provoquées en écho de la révolution argentine en 1810 et 1811 (et encore moins la copie de celle-ci); ni la simple répétition des rébellions andines antérieures qui secouaient périodiquement l’ordre colonial depuis un siècle. Sans le regain d’espérance soulevé par le défi lancé à l’Espagne en 1810 par les révolutionnaires porténiens, elle n’aurait probablement pas eu lieu à ce moment-là.

  • 32  Chassin, op. cit., 2008.

30Malgré les caractères irréductiblement andins de son scénario (conspiration créole initiatrice, soulèvement en masse des communautés indiennes - débordements incontrôlés de ces dernières qui effraient les créoles, divisions, répression, échec), on y pressent des nouveautés qui annoncent des temps nouveaux. A juste titre Joelle Chassin insiste donc à ce propos32 sur les conséquences de la politique de la Couronne d’Espagne au lendemain de la grande peur qu’avait suscité la rébellion pan-andine de 1780 - 1783. Celle-ci n’avait pu prendre une telle importance que parce qu’elle avait bénéficié de l’encadrement et de l’expérience dirigeante trans-locale et trans-régionale de cette fraction de la noblesse héréditaire indigène des caciques et curacas à laquelle appartenaient ses leaders Tupac Amaru et Tupac Catari. Afin d’en prévenir la répétition, le pouvoir colonial avait donc pratiqué depuis, sous couvert d’une “extirpation des Incas”, une politique systématique d’élimination ou d’abaissement de l’autorité de ces caciques et, afin de préserver la responsabilité fiscale collective des com- munautés indigènes devant le tribut et le travail forcé, les avait remplacés à la tête des communautés par des alcaldes indigènes assistés de leur cabildo nommés ou élus pour un an - pensant ainsi rendre ceux-ci plus dépendants et plus dociles. Ce faisant, elle achevait de fractionner en autant de patriotismes de clochers que de villages les anciennes solidarités clientélaires et/ou ethniques dont les caciques avaient été les chefs “naturels”, et plaçait les nouveaux alcaldes indigènes sous la dépendance renforcée des notables hispano-créoles des chefs lieux de province.

  • 33  Callas, op.cit., 2006.
  • 34  Sala y Vila, op. cit. 1991.
  • 35  Sébastien Cavillon, Apoderados et caciques du Département de La Paz (Bolivie) de 1880 à 1935 : app (...)

31Et pendant une génération, cette politique avait assez bien fonctionné pour garantir à peu près l’ordre. Mais quand se généralisa la crise impériale après le désastre de Trafalgar en 1805 et l’invasion de l’Espagne par les troupes napoléoniennes en 1808, elle révéla ses failles - en particulier dans le Haut Pérou et à Huánuco. Quand en effet s’accélèrent les contradictions entre "chapetones"  et créoles, ces derniers se retrouvent bénéficier d’un pouvoir clientélaire sur les alcaldes indigènes que la Couronne elle-même a contribué à renforcer depuis 1786. Ce qui explique avec quelle relative facilité des patriotes créoles andins ont pu, par leur intermédiaire  procéder à des mobilisations en masse après 1810. Est-ce à dire que ces alcaldes indigènes ne furent que de simples rouages exécutant des directives créoles ? Certainement pas, ni à Oruro en 1781 ou 181133, ni à Huanuco en 1812, ni au Cuzco en 181434, ni en Bolivie lors des grandes mobilisations politiques de 1880 à 193535.

  • 36  Chassin, op. cit. ,2008.

32A Huánuco ce sont en effet les alcaldes indigènes qui font converger à l’heure convenue les hommes en armes de leurs communautés sur la ville le 26 février 1812. Ils démontrent ainsi leur fiabilité et leurs capacités autonomes de commandement à leurs alliés, les conjurés créoles faisant partie de la conspiration et qui, sans eux et leur protection, n’auraient jamais pu tenir les préalables réunions secrètes dans les villages. Ce sont encore eux qui prennent la direction militaire du mouvement quand il doit affronter les premières rencontres avec les forces de répression. En témoigne toute une correspondance de guerre d’alcalde à alcalde (qui savent donc lire et écrire en espagnol ou en quechu) enregistrée à charge et citée lors du procès qui suivit36, et qui confirme que vers la mi-mars 1812 cette rébellion andine est en train de devenir indienne. Et c’est bien, déjà, le prototype du scénario qui va devenir le plus fréquent dans les rébellions qui vont désormais se succéder dans les Andes jusqu'au XXè siècle. A ce moment-là, donc, même si elle a été déclenchée en contrecoup de la Revolución de Mayo, la rébellion de Huánuco est en train de se développer selon une logique fort différente de la sienne ainsi que de la plupart de celles qui l’ont précédée dans les Andes avant 1810. Elle est en train de rejoindre le cycle des rébellions andines contemporaines - celles des républiques andines indépendantes fondées sur la reproduction séculaire de l'apartheid qui sépare les masses indiennes des élites dirigeantes créoles.

Haut de page

Notes

1  “En 1812, Huánuco était l'endroit le plus critique et le plus dangereux du Vice Royaume”, in J.F. Abascal de Souza, Memorias de Gobierno,  2 vols., Sevilla, Escuela de Estudios Hispano Americanos,1944.

2  Scarlett O'Phelan Godoy, Un siglo de rebeliones anticoloniales, Perú, Bolivia : 1700 – 1783 Cuzco, Centro Bartolomé de Las Casas,1988.

3  Carlos Daniel Valcárcel, La rebelión de  Tupac Amaru, Mexico, Fondo de Cultura Económica,  1943; Boleslao Lewin, La rebelión de Tupac Amaru y los origenes de la emancipación americana, Buenos Aires, Hachette, 1957; Jean Piel, " Cómo interpretar la rebelión pan-andina de 1780-1783? " in Meyer, Jean (coord ), Tres levantamientos populares: Pugachov, Tupac Amaru, Hidalgo, Mexico, CEMCA / CNCAM, 1992.

4  Abascal de Souza, op.cit.1944; Brian Hamnet, La política contra-revolucionaria del Virrey   Abascal : 1806 - 1816 , Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 2000.

5  Luis Durand Flores, Criollos en conflicto: Cuzco despues de Tupac Amaru, Lima Universidad de Lima, 1985; Sala y Vila, N.," La participacion indigena en la rebelión de los Angulos y Pumacahua : 1814 - 1815" in García Jordán e M. Izard (Eds.), Conquista y resistencia en la historia de América, Universidad de Barcelona,1991.

6  Séparation du Vice Royaume de La Plata de celui du Pérou en 1776; transfert du siège de la nouvelle Intendance de Huánuco à Tarma en 1784; rattachement de l’Intendance de Puno au Vice Royaume du Pérou en 1796.

7  Jean Piel, "Région et Nation: le cas du "Norte" argentin de 1778 à 1914", Bulletin de l’Institut Français d’Etudes Andines, XVIII: 2: 299-350, Lima,1989; Karen Spalding, De indio a campesino: cambios en la estructura social del Peru colonial , Lima, I.E.P., 1974.

8  Brooke Larson, The Cochabamba region of Upper Peru: 1700 – 1830, Princeton University,  1978;  Carlos Sempat Assadourian, El sistema de la economia colonial : mercado interno, regiones y espacio economico, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 1982; Magdalena Chocano, Comercio en Cerro de Pasco a fines de la época colonial, Lima, UNMSM, 1982; Guillermo Céspedes del Castillo, Lima y Buenos Aires : repercusiones economicas y politicas de la creacion del Virreynato de La Plata, Sevilla, E.E.H.A.,1947.

9  Spalding, op.cit., 1974.

10  Cf l’article récent, auquel celui-ci doit beaucoup, de Joelle Chassin, " El rol de los alcaldes de indios en las insurecciones andinas (Perú a inicios del siglo XIX)”, Bulletin de l’I.F.E.A, XXXVII, 1: 227 – 241, Lima 2008. La plupart des références sont tirées de la Colección Documental de la Indepencia del Peru – dorénavant Jean CDIP.

11  Il faut 5 à 6 mois pour acheminer à dos de mules ou de lamas les charges provenant de Charcas ou Potosi jusqu’à Buenos Aires.

12  Victor Peralta Ruiz, "El impacto de las Cortes de Cádiz en el Perú: un balance historiográfico, Revista de Indias, LXVIII : 2, N° 242, Sevilla, 2008; Marie-Danielle Demelas y François Xavier Guerra, Orígenes de la democracia en España y América : el aprendizaje de la democracia representativa (1804 - 1814), Lima, Fondo editorial del Congreso del Perú, 2008.

13  Les gauchos de Güemes, redoutables à cheval, mais plus encore à pied au corps à corps, couverture enroulée sur le bras gauche et la navaja à la main droite. Les cholos d'Oruro, miliciens métis des quartiers populaires, massacrent sans pitié les soldats royalistes qui avaient   crû trouver refuge dans l'église de Sicasica le 06 octobre 1811. Les Indiens des communautés rurales proches de Cochabamba et La Paz, qui assiègent depuis les hauteurs ces villes quand s'y sont retranchées les forces royalistes.

14  CDIP, 4 : 531.  

15  Chapetón est un terme dépréciatif désignant alors les Espagnols métropolitains récemment installés dans les Andes, en général pour y faire rapidement fortune. Les riguis ou boleadoras   sont des armes constituées de 2 ou 3 boules attachées à des lanières de cuir, servant à capturer au lancer les animaux en entravant leurs pattes en pleine course; CDIP, 4: 554 et 557-55

16  "Entonces si que diran/ Los de calson enbreado/ Carajos que me he enganado/  Aunque lo reconozco tarde/ Que el Yndio no es tan cobarde/ Como yo lo habia imaginado”, CDIP, 3 : 111.

17  Conspiration d’Aguilar et Ubalde en 1805 au Cuzco; rébellion du cabildo de Caracas en 1808;  Juntes autonomistes en 1809 de Quito; Chuquisaca (dirigée par Monteagudo) et La Paz   (dirigée par Murillo).  

18  A Oruro en 1781, les mineurs Juan de Dios Rodríguez, Diego Flores et les capitaines de milices Iriarte, Menacho, Quiroz. A Huánuco en 1812, les mineurs et commerçants Moyano, Ledesma, Villavicencio.  

19  A Oruro en 1781, les mercédaires et le curé Méndez. A Huánuco en 1812, l’augustin Fray Marcos Durand Martel et l’organiste de l’église Carlos León.

20  A Oruro en 1781, Sebastian Pagador (capitaine de milice et chef de la conspiration ). A Huánuco en 1812, le "général" Castillo, regidor de Huánuco pendant le soulèvement, d’après   Chassin, op cit , 2008 et Fernando Callas, "La sublevación de Oruro: ¿la primogénita ? " in La Razon , La Paz, 2006.

21  Les “yungas” sont les hautes et basses vallées de piémont situées entre l’Amazonie et les hautes terres andines. Sur cette guerre de guérillas boliviennes, cf. Mqarie-Danielle Demelas,   Nacimiento de la guerra de guerrilla : el diario de Juan Santos Vargas (1814 - 1825 ), La Paz, IFEA/ Plural, 2008

22  Alberto Flores Galindo, Buscando un Inca : identidad y utopia en los Andes, Lima, Instituto de Apoyo rural,1994.

23  Si l'on excepte celle de Huanta en 1830 quand, déçus par la politique de la nouvelle République péruvienne indépendante qui vient de rétablir le tribut indigène, les indiens se soulèvent au nom du Roi d’Espagne, Ferdinand VII.

24  CDIP, 1: 173.

25  Yves Mari Bercé, Le roi caché: sauveurs et imposteurs, mythes politiques populaires dans l’Europe moderne, Paris, Fayard,1990.

26  Le gachupin est un Espagnol d’Espagne. C’est l’équivalent mexicain de "chapetón" dans les Andes. Meyer, op. cit.,1992.

27  CDIP, 1: 145.

28  CDIP, 1: 134 et 136-137.

29  Cf note 13.

30  Les mutins assemblés de sept des communautés rebelles découpent en morceaux la langue et les oreilles d’un ennemi, les cuisinent et les mangent. Quant à la cervelle, les alcaldes présents s’en barbouillent le visage,  CDIP, 4: 667.

31  La belle mère d’un des alcaldes, hostile à la rébellion, est condamnée à mort par les rebelles. L’arme chargée de l’exécuter s’étant enrayée, elle est déclarée "capac hucha" (victim expiatoire désignée ) et, comme telle, enterrée vivante, les mains attachées derrière le dos. Ibid.

32  Chassin, op. cit., 2008.

33  Callas, op.cit., 2006.

34  Sala y Vila, op. cit. 1991.

35  Sébastien Cavillon, Apoderados et caciques du Département de La Paz (Bolivie) de 1880 à 1935 : apprentissage et appropriation des pratiques politiques, Thèse de Doctorat de l’Université de Paris VII, 2004.

36  Chassin, op. cit. ,2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Piel, « Un improbable écho de la “révolution de mai” argentine: la rébellion de Huánuco en 1812 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 07 janvier 2010, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/58415 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.58415

Haut de page

Auteur

Jean Piel

Université de Paris-VII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page