Navigation – Plan du site
Débats | 2010
Etudes nord-américaines en France – Coord. Paul Schor
Marie-Pierre Pouly

Analystes et analyses de la curiosité américaniste des anglicistes en France

Analysts and analyses of the Americanist curiosity among French scholars of Anglophone studies
Analistas y análisis de la curiosidad americanista de los anglicistas en Francia
[13/01/2010]

Résumés

Cet article rend compte sans les dissocier des analystes et des analyses de la curiosité américaniste en France, dont les variations et les intérêts livrent une première série d’éléments de compréhension de la structure et des enjeux des études américaines en France. Tirant les leçons des lucidités et les cécités croisées qu’engendre la position des différents analystes, nous esquissons une série d’hypothèses pour comprendre la genèse et les transformations des curiosités américanistes des anglicistes en France jusque dans les années 1970 où s’établit un nouveau curriculum qui intègre durablement les études américaines (littérature et civilisation) dans le cursus angliciste.

Haut de page

Texte intégral

1La question des formes de la curiosité américaniste chez les universitaires anglicistes en France a essentiellement été posée par trois groupes d’universitaires relevant de disciplines différentes, dans différents états historiques de l’Université. Dans un premier temps, ce genre de retour synthétique sur la curiosité américaniste s’observe chez des anglicistes littéraires inspirés par le paradigme de la littérature comparée, essentiellement dans l’entre-deux-guerres ; depuis le début des années 1980, il est le fait de deux groupes en concurrence professionnelle et symbolique, se référant d’un point de vue épistémologique aux sciences sociales et plus particulièrement à l’histoire : les « civilisationnistes » s’interrogeant sur le sens de cette nouvelle spécialité au sein de l’anglais, discipline antérieurement plus exclusivement centrée sur la littérature ; les historiens américanistes, issus d’une discipline historiquement plus légitime que l’anglais, mais triplement excentrés, par rapport aux anglicistes dont ils se distinguent tout en dépendant d’eux pour l’accès aux postes universitaires, par rapport, ensuite, au tropisme national de l’histoire en France et, enfin, par rapport aux historiens américains des États-Unis.

  • 1  Tous les auteurs d’au moins deux articles ou rapports sur le sujet sont agrégés d’anglais ou d’his (...)

2L’analyse de la production américaniste, à laquelle se livrent certains membres de ces trois groupes, offre de nombreux éléments de synthèse. Il importe de souligner les enjeux liés à cette posture synthétique adoptée par des observateurs qui sont partie prenante du jeu académique. L’occupation d’une telle position de surplomb, distinctive, est essentiellement le fait des membres dominants de chaque groupe, qui y sont en quelque sorte autorisés par leur caractère « éminent » (notamment les directeurs des centres, des revues, des laboratoires les plus légitimes1) ; elle est également liée plus ou moins explicitement à la délimitation de territoires disciplinaires et scientifiques et à l’affirmation de la supériorité de l’approche épistémologique des rédacteurs : ces « histoires » des études américaines en France fonctionnent aussi comme des états des lieux à dimension prospective. Du fait de ces enjeux stratégiques, l’analyse des groupes qui se sont assigné la tâche d’écrire l’histoire des études américaines permet de souligner certains enjeux qui traversent cet univers et certains principes de sa structuration. En explicitant l’impensé de ces « histoires », leurs angles morts dus à la position des observateurs, on peut chercher à cumuler les résultats issus de divers points d’observation.

  • 2  Par exemple Thelma M. Smith et Ward L. Miner, The Contemporary American Novel in France, Durham, D (...)
  • 3  Maurice Gonnaud, américaniste littéraire, professeur émérite à l’Université de Lyon II, normalien (...)
  • 4  Régis Michaud, Français professant le français aux États-Unis, publie en 1926 un Panorama de la Li (...)
  • 5  La base de données des thèses de la période sur le domaine américain établie par Yann Philippe et (...)
  • 6  Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999.
  • 7  Voir par exemple John Guillory, Cultural Capital : The Problem of Literary Canon Formation, Chicag (...)

3Le premier groupe qui offre une vision rétrospective de la curiosité américaniste, plutôt représenté dans la première moitié du XXe siècle et associé à partir des années 1920 au noyau des anglicistes de la Faculté des lettres de la Sorbonne, emprunte aux manières de faire de la littérature comparée, relativement prégnante entre les deux guerres et jusque dans les années 1950. Ce groupe d’auteurs s’attache à mettre en évidence la réception dans leur propre pays des auteurs étrangers, ou plus généralement d’une littérature nationale donnée ; dans certains cas, ce sont des représentants de la nation étrangère qui s’intéressent à la réception de leur littérature en France2. Cette approche, dont on trouve maints exemples dans l’entre-deux-guerres3 pour les nations européennes dominantes et, de manière croissante, pour le domaine américain, rend compte, de façon parfois impressionniste, des cadres perceptifs des passeurs et intermédiaires alors dominants : critiques et revues, écrivains et, à la marge, des tastemakers et middlemen universitaires – comme Régis Michaud ou Charles Cestre4 – dont le poids grandissant est noté à partir des années 1920. Très fortement liée aux échanges internationaux de professeurs ou d’étudiants (tel professeur de la Sorbonne est invité à prononcer une conférence aux États-Unis sur le sort que réserve la France à la littérature américaine ; telle étudiante américaine à la Sorbonne dans les années 1920 étudie la réception d’un auteur particulier dans les revues françaises5) et aux enjeux diplomatiques du « rayonnement culturel », cette approche participe en réalité à l’élaboration et à la stabilisation du canon américaniste en France, et dans une certaine mesure aux États-Unis, à une époque où Paris fonctionne encore comme instance de consécration ou comme « bourse des valeurs littéraires »6. Elle diffère de ce que l’on appellerait aujourd’hui, dans une perspective sociologique, l’analyse de la constitution du « canon » (canon studies)7 précisément en ce qu’elle ne livre pas les principes sociaux de construction, de diffusion et de transmission du canon littéraire des américanistes.

  • 8  Voir la bibliographie fouillée proposée dans Serge Ricard et Claire Delahaye, « The Study of US Hi (...)
  • 9  Comme le fait apparaître l’enquête de Jean Kempf, Rapport sur les études nord-américaines en Franc (...)
  • 10  Franck Lessay, membre du CNU section 11, dans son rapport sur la « Session de qualification de l’a (...)

4Les deux autres groupes qui ont organisé des réflexions, lancé des enquêtes ou publié des articles, des ouvrages8 voire des rapports ou des répertoires de thèses sur les objets d’étude liés à l’Amérique du nord sont en concurrence depuis les années 1960 pour la définition de la forme légitime que devrait prendre l’étude de la société américaine, tout en revendiquant une même distance vis-à-vis de la définition strictement littéraire des intérêts anglicistes. Il s’agit d’une part d’historiens de formation spécialistes de l’histoire de l’Amérique du nord, dont une fraction importante dépend institutionnellement pour leur carrière de la section 11 du Conseil National des Universités (« langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes ») et d’autre part d’anglicistes de formation, spécialistes de « civilisation » dans cette même section. La civilisation, terme ambigu et discuté, peut être définie a minima par opposition aux autres découpages intradisciplinaires en vigueur au sein de l’anglais dans le dernier quart du XXe siècle – elle ne relève ni de la littérature, ni de la linguistique ni de la didactique ou de l’anglais pour les spécialistes d’autres disciplines – mais aussi, positivement, par son rattachement aux « sciences sociales » en général, et à l’histoire en particulier (avec des sous-domaines moins importants numériquement9, quasiment absents de l’agrégation d’anglais et situés institutionnellement aux frontières de la discipline10, comme l’économie, la philosophie, les sciences politiques, le droit). Les historiens et les anglicistes dits « civilisationnistes » (ces derniers peuvent récuser ce label qui reste cependant au principe du classement des spécialités anglicistes) constituent deux groupes qui, dans leurs histoires des études américaines en France, s’interrogent sur le tropisme littéraire de la discipline, et plus spécifiquement sur la manière dont ce tropisme affecte les manières de pratiquer l’histoire ou la « civilisation » des États-Unis.

  • 11  L’historien François Weil, directeur d’études à l’EHESS condamne par exemple les « approximations (...)
  • 12  Pierre Guerlain, « Malaise dans la civilisation : les études américaines en France », Revue frança (...)
  • 13  Serge Ricard et Claire Delahaye, op. cit.
  • 14  Jean Kempf, « Histoires d’américanistes : vers une histoire de l’AFEA », Bulletin du CENA, n° 5, 1 (...)
  • 15  Ces formes de domination opposent des représentants disciplinaires attachés à des institutions don (...)

5Pour le groupe des historiens, dominant symboliquement, il s’agit implicitement de comprendre pourquoi l’anglais est une discipline accueillante en matière de postes mais pas encore assez « rigoureuse » du point de vue de la profession historienne11. Pour le groupe des anglicistes spécialistes de civilisation américaine, le « malaise dans la civilisation »12 est celui de la valeur dans le champ académique d’une recherche angliciste encore affectée par le tropisme littéraire : certains « civilisationnistes » s’irritent de ce qu’ils perçoivent comme la condescendance historienne13 ; d’autres se réjouissent de l’avènement proche ou réalisé d’une génération de civilisationnistes aussi « professionnalisée » que l’est le corps des historiens14. Dans les deux cas, c’est à l’aune de l’histoire (comme discipline) qu’est mesurée la « réussite » des civilisationnistes. C’est, par ailleurs, la même question qui est implicitement posée par les historiens et les civilisationnistes à l’histoire de l’anglicisme : celle de son déficit « scientifique » lié au poids du littéraire dans le cursus angliciste. Cette question, historiquement datée, est intimement liée à la redéfinition des anciennes disciplines de la Sorbonne autour de 1968 : la définition « trop littéraire » des études anglicistes ne « pose problème » qu’à partir des années 1960, à mesure que, d’une part, les disciplines lettrées sont soumises à la concurrence des sciences sociales et, d’autre part, qu’elles perdent en partie leur pouvoir distinctif dans les stratégies scolaires. Par ailleurs, la question n’est désignée comme un « malaise » qu’à partir du moment où le groupe des historiens, qui bénéficie d’une assise universitaire plus ancienne que les autres sciences sociales, entre en concurrence dans les années 1980-90 avec certaines disciplines de lettres et particulièrement l’anglais, qui offrent des possibilités d’accès aux postes du fait de leurs effectifs étudiants et de la demande sociale d’anglais15. Dans un contexte de malthusianisme des recrutements universitaires, les départements d’histoire, traditionnellement centrés sur l’histoire française, se refusent à recruter des historiens américanistes qui ont des chances d’être recrutés chez les anglicistes, en particulier dans les gros départements d’anglais de la région parisienne.

  • 16  Claude Fohlen, « L’histoire nord-américaine en France », Historiens et géographes,n° 375, 2001, p. (...)
  • 17  Jean Kempf, « Histoires d’américanistes : vers une histoire de l’AFEA », op. cit.

6La concurrence entre ces deux groupes détermine la focalisation des entrepreneurs contemporains d’histoire des études américaines en France sur la production de savoir historique sur les États-Unis. D’autre part, quand ces histoires s’intéressent exclusivement ou partiellement aux américanistes anglicistes de formation, elles sont organisées autour du schème linéaire du progrès vers des manières de faire moins littéraires et l’imposition d’une définition plus « rigoureuse » de la recherche angliciste du point de vue des sciences historiques. Cette perspective informe les périodisations retenues : des historiens, comme Claude Fohlen16, dégagent trois phases de l’histoire américaine en France, fortement liées à l’existence institutionnelle de chaires ou de postes : une première période jusqu’en 1945 où il n’y a qu’une chaire de littérature et civilisation américaine à la Sorbonne (Charles Cestre) avec quelques enseignements au Collège de France, à l’EPHE, et à l’École libre des sciences politiques (qui devient Sciences Po en 1945) ; la période de l’après-guerre jusqu’en 1968 qui se caractérise par l’intérêt accru pour les États-Unis, l’intervention des programmes culturels américains et la mise en place de programmes d’études américaines ; la période après 1968 qui voit la croissance du groupe des historiens américanistes et la multiplication des postes d’études américaines dans les départements d’anglais. De son côté, l’angliciste américaniste Jean Kempf établit un modèle des trois générations d’américanistes pour comprendre la genèse et l’évolution de l’Association française d’études américaines (AFEA)17 : une première génération littéraire est recrutée à la Sorbonne ou à Lyon dans les années 1940-50, une deuxième génération littéraire de formation, recrutée dans les années 1970, bascule vers la civilisation notamment en raison de sa politisation et obtient sa reconnaissance avec l’obtention en 1976 d’une épreuve de civilisation à l’agrégation d’anglais ; la troisième génération, contemporaine, possède une formation en sciences sociales.

7Il faudrait insister plus fortement sur le passage d’une logique antérieure d’institution, les quelques américanistes étant relativement isolés au sein d’une discipline ou d’une institution (EPHE, École libre des sciences politiques), à une logique de champs, où se constitue un marché des études américaines qui met en concurrence des prétendants aux ressources disciplinaires, institutionnelles et sociales très différentes. Ce passage s’effectue autour de 1968 avec l’accroissement des effectifs étudiants et des postes universitaires et l’éclatement de la Sorbonne ; il s’intensifie avec la raréfaction des postes dans les années 1990 et jusqu’à aujourd’hui.

8Dans la première période, la forme de la curiosité américaniste au sein de l’anglais est très fortement déterminée par la localisation de la chaire de littérature et civilisation américaines dans la Faculté de lettres de la Sorbonne et par la structure de la licence d’anglais : la littérature et les exercices exégétiques (dissertation et commentaire de textes) dominent l’organisation des certificats et de l’agrégation. Dans la seconde période, de nouveaux entrants vont contester avec succès la définition antérieure de la discipline autour de l’agrégation et de la littérature anglaise, en utilisant des ressources scientifiques (marché académique restreint) ou politiques et parfois journalistiques. Ce faisant, alors que la discipline antérieure possédait une forme de monopole des discours autorisés sur la littérature anglaise, les nouveaux entrepreneurs d’études anglaises, en annexant de nouveaux objets d’étude, s’exposent à la concurrence d’autres disciplines (histoire, science politique), d’autres institutions et d’autres champs (journalisme, politique) qui prétendent eux aussi parler légitimement du même objet d’étude.

  • 18  L’épreuve consiste en un entretien, en langue étrangère, sur la civilisation du pays où le candida (...)

9Il semble utile aussi de reconsidérer l’idée implicite qui guide l’écriture historienne de l’histoire des études américaines en France d’une progression linéaire vers l’invention de la civilisation dans les années 1960-70, vision dont on a souligné plus haut les enjeux en termes de concurrence disciplinaire. La réduction de l’avant 1968 à la domination totale de la littérature fait peu de cas de l’existence à la Sorbonne à partir de 1917 d’un enseignement de littérature et civilisation américaine prodigué par Charles Cestre ; par ailleurs, la civilisation se trouve en pointillé dans la licence d’anglais sous la forme de la préparation à une épreuve orale du certificat d’études pratiques18.

  • 19  Nous faisons le choix pour cet article de focaliser l’attention sur la structure de la discipline (...)
  • 20  La première chaire de littérature étrangère est occupée par Claude Fauriel en 1830.
  • 21  Pour la liste des chaires et de leurs occupants, voir Michel Espagne, Le Paradigme de l’étranger, (...)

10Jusqu’au début du XXe siècle, les universitaires écrivant sur les littératures de langue anglaise sont, à la Sorbonne19, des professeurs de « littératures étrangères »20 dont l’approche comparative survit sous une forme transformée dans la « littérature comparée » à partir du moment où les chaires de littératures étrangères se spécialisent par pays : c’est en 1901 qu’est créée à la Sorbonne la première chaire de langue et littérature anglaise, occupée par Alexandre Beljame (il existait cependant quelques chaires de langue et littérature anglaise en province dès 1863)21.

  • 22  Maurice Gonnaud, op. cit.
  • 23  André Chervel, Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la culture scolaire, Paris, (...)

11Auparavant entreprise par des lettrés non universitaires – à l’exception de Philarète Chasles, pour qui une chaire de langue et littérature germanique fut établie en 1841 au Collège de France, qui partageait avec les libéraux de la Monarchie de juillet un intérêt pour la civilisation américaine perçue dans son affinité avec un pragmatisme bourgeois et une croyance en la stérilité culturelle d’une nation mercantile dont la langue, les coutumes ou la littérature ne pouvaient, au mieux, qu’être des formes dégénérées de celles de l’Angleterre22 – la critique littéraire du canon anglais est, au début du XXe siècle, désormais aussi prise en charge par un corps d’universitaires. Cette spécialisation est concomitante de la fonction de préparation à l’agrégation d’anglais impartie aux Facultés de lettres avec la création des bourses d’agrégation à la fin du XIXe siècle23. Les professeurs d’anglais (le terme d’angliciste commence alors à être usité pour les désigner) occupent alors la double position de professeur et d’intermédiaire littéraire sur le marché mondain, dans la figure du critique ou dans celle de traducteur, parfois de l’écrivain.

  • 24  Cette substitution peut être rapportée d’une part au poids scientifique des historiens dans l’écon (...)
  • 25  André Tuilier, Histoire de l’université de Paris et de la Sorbonne, T. 2, De Louis XIV à la crise (...)

12L’anglais trouve une forme stable comme discipline universitaire au début du XXe siècle, notamment autour des chaires de la Sorbonne, de Lille et de Lyon, et se structure sur le modèle des disciplines de lettres, elles-mêmes en transformation : à la Sorbonne, la méthode historique de Gustave Lanson se substitue à la critique rhétorique et esthétique exhibant le goût pour les « belles-lettres »24 ; parallèlement, la réforme du baccalauréat en 1902 impose dans l’interprétation des textes littéraires, du moins théoriquement, le commentaire historique au dépens du jugement esthétique25. Si la critique littéraire domine les études anglaises, les titulaires de chaires de la Sorbonne (Louis Cazamian, Charles Cestre, Émile Legouis), dans la lignée de la critique historique de Gustave Lanson et ses recrues normaliennes, se situent au pôle universitaire (plutôt que mondain) des discours sur la littérature et dans son versant historique plutôt qu’esthétique.

13Il faut donc nuancer l’opposition entre littérature et civilisation qui est faite dans les histoires des études américaines : la critique littéraire de la première moitié du XXe siècle que pratiquent à la Sorbonne les anglicistes et l’américaniste Charles Cestre tend à envisager la civilisation dans le prolongement de la littérature. Le libéralisme tainien lié à l’École libre des sciences politiques, avec le paradigme de la psychologie des peuples qu’il articule, continue d’informer les multiples articles et opuscules que les anglicistes et américanistes de l’Institut d’anglais produisent sur « l’âme » anglaise puis américaine et sert durablement de cadre permettant d’établir un lien étroit entre littérature et « civilisation », cette dernière étant entendue comme le génie, puis « l’âme », d’une nation et d’un peuple. Les écrivains américains sont jaugés en partie en fonction de leur capacité à représenter ce qui est désigné comme l’esprit américain.

  • 26  Maurice Le Breton, « Charles Cestre (1871-1958) », Études anglaises, vol. 12, 1959, p. 2.

14Par ailleurs, Charles Cestre, seul titulaire d’une maîtrise de conférence à la Sorbonne, dont la création puis la transformation en chaire en 1927 au lendemain de la première guerre mondiale obéit à des logiques diplomatiques puis philanthropiques (Donation Lee Kohns), se trouve situé à l’intersection d’un espace de la curiosité américaniste fortement structuré par une double opposition littéraire et sociale d’une part, universitaire et non universitaire d’autre part. Ces oppositions déterminent fortement l’espace du pensable. Sa position dans un espace polaire s’exprime dans l’intitulé de la chaire (littérature et civilisation) tout comme dans sa leçon inaugurale où il annonce un programme de recherche littéraire et sociologique26.

  • 27  Maurice Gonnaud, op. cit.
  • 28  Source : Brochures Croville.
  • 29  Maurice Gonnaud, op. cit.

15Charles Cestre est le plus légitime des rares universitaires s’exprimant sur la littérature américaine et s’inscrit de ce fait dans l’espace de la critique littéraire parisienne et prend part plus largement au champ littéraire (national et international). À la Revue des deux mondes qui occupe au cours du XIXe siècle une place centrale dans la canonisation de quelques écrivains américains « typiques » de « l’âme américaine », de la fraîcheur et du charme sauvage du « nouveau monde » (dont Fenimore Cooper, avec ses portraits d’une nature primitive évoquée dans un langage romantique familier constitue un élément de choix) succèdent des écrivains comme Valéry Larbaud ou André Gide qui, au début du XXe siècle, cherchent dans les styles des auteurs américains des formes d’anti-académisme (notamment le symbolisme) et de licence linguistique ou sociale, et dans les critiques qu’ils leur dédient un moyen de faire reconnaître la conception de la littérature qui est la leur27. Charles Cestre, occupant une double position de gardien et de producteur du canon littéraire américain en France, s’inscrit à la jonction de ces deux moments. Sur les 38 années entre 1918 à 1967 dont on a retrouvé les programmes, les auteurs les plus étudiés du certificat d’américain de la Sorbonne – Hawthorne (26 fois au programme) ; Poe (18) ; Emerson (15) ; Melville (8) et Whitman (8)28 – sont ceux qui ont été perçus par la génération des critiques français de la deuxième partie du XIXe siècle pour leurs qualités aristocratiques (Poe, Emerson, Hawthorne) ou leur charme sauvage et leur vitalité (Melville, Whitman, Twain)29 mais aussi certains de ceux dont la réputation a été faite par l’avant-garde du champ littéraire français du XIXe et du début du XXe siècle (notamment Baudelaire pour Poe ; Gide, Appolinaire, Larbaud pour Whitman).

  • 30  Marianne Debouzy, « Regards français sur les États-Unis : de l’observation à l’histoire », Revue F (...)
  • 31  Source : Brochures Croville.

16Par ailleurs, la curiosité américaniste du premier tiers du XXe siècle concerne tout aussi largement le monde social et politique américain, sujet d’enquêtes et de descriptions dans plusieurs univers. Au pôle universitaire (géographie, histoire, faculté de droit, EPHE, Collège de France), les États-Unis, pointe avancée du libéralisme étudié depuis longtemps par l’École libre de sciences politiques, la revue L’Économiste français et l’Académie des sciences morales et politiques, sont l’objet d’une description centrée sur le commerce, l’industrie, le droit ainsi que l’histoire des relations franco-américaines ; au pôle non universitaire, ce laboratoire d’un nouveau monde est envisagé par divers réformateurs, aux positions parfois éloignées, comme un réservoir de solutions pratiques aux transformations des sociétés modernes : délégations d’ouvriers aux expositions universelles, cercles socialistes, journalistes, ingénieurs, enquêteurs et fonctionnaires y cherchent des indices d’un rapport harmonieux entre capital et travail et étudient le réformisme du mouvement ouvrier américain (avec le modèle de l’American Federation of Labor)30. Cette présence très forte dans le champ universitaire et dans le champ politique et journalistique de l’intérêt pour l’exemple américain détermine également les curiosités de Charles Cestre, qui publie en 1921, après un séjour de recherche « sociologique » aux États-Unis, Production industrielle et justice sociale aux États-Unis et L’usine et l’habitation ouvrière aux États-Unis, ouvrages qui font l’éloge du taylorisme et de la prospérité américaine, vecteurs de bien-être social. Le programme de civilisation américaine de 1918 à 1941 est fortement déterminé par les intérêts de Charles Cestre : « production industrielle et question sociale » ou « la réforme sociale de l’industrie américaine », au XIXe siècle ou au XXe siècle, ainsi qu’une introduction à « l’histoire sociale » des États-Unis (fin XIXe en particulier), sont tous les ans au programme jusqu’en 194031.

  • 32  Marguerite-Marie Dubois, « Visage familier de Charles Cestre », Études anglaises, vol. 12, 1959, p (...)

17La position particulière de Charles Cestre, « esprit double », et l’ensemble des déterminations sur le pensable américaniste que fait peser la structure de l’espace de production des savoirs sur les États-Unis dans les années 1920, s’objective dans la nécrologie que lui consacre la revue « mère » de l’anglicisme (Études anglaises) : « Esprit double, C. Cestre s’intégrait d’instinct dans la culture et la civilisation des États-Unis, dont il possédait l’intelligence du passé, parce que son tempérament s’accordait avec les directions de la pensée américaine [sous-entendu : l’idéalisme américain]. Mais il ne restait pas étranger pour autant au courant moderne de la littérature, dont les audaces et les obscurités n’étaient pas sans le séduire après l’avoir intrigué. Étonnante souplesse de ce rationaliste, penché sur le symbolisme d’une poésie abstruse afin d’y découvrir une introuvable logique. Les questions sociales et financières lui paraissaient également liées à l’ensemble de la vie culturelle ; c’est avec le plus vif intérêt qu’il se documentait auprès des personnalités de l’industrie, du commerce, de la banque ou des grandes administrations. »32

  • 33  André Tuilier, op. cit., p. 491.
  • 34  À l’écrit, les candidats rédigent une composition (en français ou en anglais) sur un sujet de litt (...)

18Le décret du 20 septembre 1920 introduit dans les licences de lettres le régime des certificats qui était en vigueur dans la licence ès sciences depuis la fin du XIXe siècle33. La licence d’anglais acquière une forme stable de quatre certificats (études littéraires classiques, littérature anglaise, philologie anglaise, études pratiques), partagée par les autres licences de langues et dont les programmes respectifs sont fixés par les professeurs spécialisés de chaque faculté. La forme stable de la licence établie en 1920 (pour toutes les disciplines de lettres) reprend, pour l’anglais, les formes déjà établies dans les moutures précédentes de la licence et dans les épreuves d’agrégation : centralité de la littérature, de la dissertation, de l’explication de textes, de l’histoire littéraire, l’ensemble portant sur le domaine britannique (et, le plus souvent, anglais). Les épreuves de la licence d’anglais préparent directement à l’agrégation. La philologie, dont le certificat est réputé difficile, et la civilisation, préparée à l’oral du certificat d’études pratiques, occupent une place marginale dans le cursus, comme en témoigne leur absence à l’agrégation d’anglais. Cependant, le certificat de littérature et civilisation américaines, certificat spécial de la Faculté de lettres de Paris créé par l’arrêté du 15 avril 1921, accorde une certaine place à la civilisation34. Ce certificat, associé à l’Institut d’anglais, est connexe des études anglaises sans faire partie de la licence d’enseignement.

  • 35  907 étudiants sont inscrits à ce certificat en 1957 soit théoriquement les deux tiers de l’effecti (...)
  • 36  Paul Rozenberg, « Les problèmes de la recherche en lettres : un cas, l’anglais », document ronéoté (...)

19Une dernière modification avant la réforme Fouchet de 1966 supprime, en 1948, le certificat d’études littéraires classiques de la licence, remplacé par une année de propédeutique entre le baccalauréat et la licence. Les étudiants choisissent désormais le quatrième certificat de la licence parmi une liste dans laquelle figure le certificat dit « d’américain » (littérature et civilisation américaines) : cette modification au cadre de la licence d’anglais contribue à rendre quasi obligatoire le certificat de littérature et civilisation américaines. Quoique ces transformations règlementaires ne visent pas à promouvoir les études américaines, c’est le certificat d’américain, déjà constitué, qui bénéficie du report des étudiants anglicistes35. Dès l’année suivante (1949), deux auteurs américains sont inscrits au programme de l’agrégation d’anglais, ce qui entraîne le recrutement de nouveaux assistants, maîtres assistants ou professeurs chargés de ces enseignements ainsi qu’une croissance nette du nombre et de la part des étudiants inscrits en thèse principale de littérature américaine (3 inscrits, soit 7,5 % du total des inscrits en thèse principale d’anglais de 1946 à 1950 ; 34 inscrits, soit 27,4 % des inscrits entre 1956 et 1960)36. La transformation de la structure des licences semble donc un élément décisif pour comprendre l’intégration croissante du domaine américain au sein du cursus d’anglais, dans un contexte favorable aux enseignements sur les États-Unis (notamment : poids grandissant des États-Unis dans l’ordre mondial ; politique diplomatique et culturelle de l’après-guerre ; facilitation des conditions d’accès aux États-Unis).

20L’intégration croissante du domaine américain au sein de la licence puis de l’agrégation d’anglais, liée à la transformation du certificat libre d’américain en certificat obligatoire de facto pour les prétendants à l’agrégation d’anglais, s’accompagne alors d’une « littérarisation » croissante du programme du certificat d’américain pour préparer en amont une épreuve d’agrégation sur deux auteurs américains ; par ailleurs, la structure littéraire de la licence d’anglais tend à s’imposer plus nettement à ce certificat désormais parallèle à celui de littérature anglaise. À cela il faut ajouter le départ à la retraite de Charles Cestre en 1942, remplacé par Maurice Le Breton, plus spécifiquement centré sur la littérature, et après la crise dans les années 1930 et la deuxième guerre mondiale, le moindre poids (temporaire) de la constellation des observateurs réformateurs intéressés par la « question sociale » américaine.

21À l’Institut d’anglais dans les années 1950-60, tout semble indiquer l’existence d’une réaction conservatrice, au niveau des contenus disciplinaires, à mesure que se réduisent les chances d’accès aux postes universitaires élevés pour les assistants, maîtres assistants et les thésards de plus en plus nombreux. L’évolution des sujets de cours sur la période 1950-60 livre de nombreux indices de cette « réaction littéraire », avec une recrudescence de la littérature anglaise et un retour à des méthodes d’analyse littéraire plus anciennes. Alors que les inscriptions en thèse d’anglais augmentent très rapidement, les chances de soutenir une thèse d’anglais entamée sont divisées par trois entre la fin des années 1940 et la fin des années 1960. La dépendance au « patron » pour la thèse s’en trouve renforcée. Avec la concurrence de plus en plus forte pour la concrétisation des thèses, les chances de réussite se concentrent de plus en plus sur les thèses de facture classique portant sur la littérature anglaise avec une forte recrudescence des plans de thèse « sa vie, son œuvre » (76 % de 1950 à 67 mais 86 % des thèses soutenues de 1962 à 1967). Alors que les domaines marginaux augmentent dans les inscriptions en thèses (civilisation, linguistique, américain), les nouveaux recrutements dans les années 1960 ne sont font qu’en littérature.

22La restriction des chances d’accès aux postes élevés, accompagnée d’un recentrement autour d’une définition très classique de la discipline (« sa vie son œuvre »), favorise une humeur contestataire. L’aspiration à l’ouverture et à la « modernité » dans la « recherche » ne relève pas seulement, pour les maîtres assistants qui s’en font l’écho, d’une revendication strictement catégorielle mais aussi d’une perception diffuse des transformations nécessaires pour que la discipline et ses produits trouvent une valeur sur différents marchés intellectuels en cours de transformation avec, notamment, la montée des sciences sociales. C’est dans cette perspective qu’il faut analyser les formulations alternatives de la discipline qui seront énoncées après 1968, à Vincennes, Charles V et ailleurs.

23Au cours des années 1960, l’inscription de sujets de thèse « déviants » par rapport à l’orthodoxie littéraire angliciste prend deux formes : la contestation du plan « sa vie son œuvre » avec la mise en avant de la nécessité d’opérer une conversion structuraliste dans la critique littéraire angliciste, et par ailleurs, l’intérêt thématique pour les groupes sociaux marginaux ou les thèmes politiques. À la veille de 1968, ces thèses « déviantes », portant souvent sur le domaine américain littéraire (l’inscription en civilisation étant interdite de fait par les « patrons »), sont le fait d’individus qui, dans les années suivantes, seront impliqués dans les entreprises contestataires de la forme disciplinaire ancienne.

24En dépit de la position encore relativement marginale de « l’américain » et de l’imaginaire contestataire potentiellement mobilisable en référence à l’Amérique des sixties, les professeurs d’américain de la Sorbonne, au profil littéraire classique, ne fournissent aucun « leader » charismatique susceptible de fédérer la contestation des maîtres assistants, des assistants, et dans une certaine mesure, des étudiants. Les américanistes « de rang B » (assistants et maîtres-assistants) sont, comme les linguistes, fortement mobilisés : il s’agit des deux groupes qui sont dominés dans la structure de la licence d’anglais. Pour la plupart ostensiblement « de gauche », ceux qui deviendront des leaders à Charles V et Vincennes possèdent une notoriété intellectuelle, médiatique et politique plus grande que celle de leurs aînés professeurs. Le Conseil exécutif de l’Institut d’anglais dirigé par le linguiste Antoine Culioli, élu le 22 juin 1968 à l’issue de la mobilisation, comptera, parmi les 14 enseignants titulaires, 4 linguistes et 4 américanistes. À l’issue de la mobilisation de mai-juin 1968, avec la reconfiguration des possibles permise par la création de nouveaux lieux (loi sur les universités d’Edgar Faure), la plupart des contestataires réunis en mai-juin 1968 à l’Institut d’anglais (en particulier linguistes et américanistes) se dirigent vers l’Institut d’anglais Charles V, créé autour d’Antoine Culioli, et vers Vincennes, où seront fortement développées les études américaines (littérature et civilisation).

25La formulation d’une définition alternative du contenu disciplinaire, qui informe particulièrement « l’invention » du curriculum d’américain, passe par la redéfinition partielle de l’ancien cursus angliciste à travers une série de déplacements et d’emprunts compatibles avec les dispositions disciplinaires des outsiders (formés aux études anglaises) : renversements de l’ordre des certificats de l’ancienne licence, contestant à la littérature anglaise sa suprématie, remplacée par celle, espérée, des éléments déjà existants mais marginaux dans la même licence : linguistique, civilisation, américain ; recours au formalisme que permet la référence à la linguistique structurale appliquée à la littérature (thèmes structuraux), détour par la psychanalyse comme « science » des textes qui autorise la reconversion de dispositions exégétiques, emprunts à la sociologie et à l’histoire, déjà présentes en pointillé dans le cursus de licence d’anglais (certificat d’étude pratique). À cela se superposera la subversion politique des thèmes envisageables par la systématisation de l’étude des groupes et des cultures dominés, en homologie de position avec les « contestataires » (jazz, cinéma, femmes, noirs, juifs, ouvriers, etc.) et par l’emprunt conceptuel à l’arsenal théorique du marxisme (impérialisme, colonialisme, oppression, révolution vs réformisme, idéologie). À la célébration de l’ancien canon se substitue la volonté de « découvrir » de nouveaux auteurs, minoritaires et, plus généralement, la mise en avant du « contemporain ».

Haut de page

Bibliographie

Casanova, Pascale, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999.

Chervel, André, Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la culture scolaire, Paris, Éditions Kimé/INRP, 1993.

Espagne, Michel, Le Paradigme de l’étranger, Paris, Cerf, 1993.

Guillory, John, Cultural Capital: The Problem of Literary Canon Formation, Chicago, University of Chicago Press, 1993.

Haut de page

Notes

1  Tous les auteurs d’au moins deux articles ou rapports sur le sujet sont agrégés d’anglais ou d’histoire, professeurs des Universités à Paris ou à Lyon, anciens membres des jurys d’agrégation et/ou du CNU de leur discipline (histoire ou anglais), occupant pour certains des responsabilités administratives et scientifiques importantes : Marianne Debouzy, agrégée d’anglais, professeur émérite d’histoire à Paris VIII ; Maurice Gonnaud, agrégé d’anglais, normalien Ulm, professeur émérite de littérature américaine à Lyon, président d’honneur de l’Association française d’études américaines (AFEA) ; Pierre Guerlain, professeur de civilisation américaine à Paris X Nanterre ; François Weil, normalien Ulm, agrégé d’histoire, directeur d’étude à l’EHESS, ancien directeur du Centre d’Études Nord Américaines, président de l’EHESS depuis 2009 ; Jean Kempf, agrégé d’anglais, professeur de civilisation américaine à Lyon II, directeur des Presses Universitaires de Lyon ; Serge Ricard, agrégé d’anglais, professeur émérite de civilisation américaine à Paris III.

2  Par exemple Thelma M. Smith et Ward L. Miner, The Contemporary American Novel in France, Durham, Duke University Press, 1955.

3  Maurice Gonnaud, américaniste littéraire, professeur émérite à l’Université de Lyon II, normalien Ulm agrégé d’anglais en 1949, a réactivé récemment cette approche pratiquée jusque dans les années 1950 (l’ouvrage de Cyrille Arnavon, Les Lettres américaines devant la critique française, Paris, Les Belles Lettres, 1951, en est un des derniers exemples marquants). Maurice Gonnaud, « Democratic Aesthetics », Transatlantica, 2007:1, Democratic Aesthetics [En ligne] : http://transatlantica.revues.org/document1206.html.

4  Régis Michaud, Français professant le français aux États-Unis, publie en 1926 un Panorama de la Littérature Américaine Contemporaine, tandis que Charles Cestre, premier étudiant d’échange entre Harvard et la Sorbonne en 1897-98, aux États-Unis pendant la première guerre mondiale et, à son retour, chargé de cours de littérature et civilisation américaines à la Sorbonne à partir de 1918 dans une maîtrise de conférences transformée en 1927 en chaire dont il est le premier titulaire, publie également en 1926 une Anthologie de la littérature américaine puis en 1945 une Histoire de la littérature américaine.

5  La base de données des thèses de la période sur le domaine américain établie par Yann Philippe et Paul Schor révèle que ce sont souvent des Américains et des Américaines préparant un doctorat d’université à la Faculté des lettres de la Sorbonne, sous la direction d’un spécialiste de littérature américaine (Charles Cestre) ou de littérature comparée (Fernand Baldensperger ou Paul Hazard) qui choisissent ce genre de sujet (par exemple : « Fenimore Cooper et Edgar Poë, d’après la critique française du XIXe siècle » ; « La contribution d’un Américain au symbolisme français : Stuart Merril » ; « Le roman de Bas-de-Cuir. Étude sur Fenimore Cooper et son influence en France » ; « La littérature américaine dans la Revue des Deux Mondes (1831-1900) » ; « Les Derniers Jugements des écrivains français sur la civilisation américaine » ; « L’influence du symbolisme sur la poésie américaine (de 1910 à 1920) ».)

6  Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999.

7  Voir par exemple John Guillory, Cultural Capital : The Problem of Literary Canon Formation, Chicago, University of Chicago Press, 1993.

8  Voir la bibliographie fouillée proposée dans Serge Ricard et Claire Delahaye, « The Study of US History in France » in Cornelis A. Van Minnen & Sylvia L. Hilton, Teaching and Studying US History in Europe : Past, Present and Future, VU. Amsterdam, University Press, 2007, p. 101-115.

9  Comme le fait apparaître l’enquête de Jean Kempf, Rapport sur les études nord-américaines en France, rapport remis à Ketty Schwarz le 25 mars 2001, p. 10-12 : http://etudes.americaines.free.fr

10  Franck Lessay, membre du CNU section 11, dans son rapport sur la « Session de qualification de l’année 2005 : statistiques relatives aux domaines de recherche » souligne que certains domaines comme le droit, la philosophie ou l’économie sont étrangers aux classements internes de la discipline.

11  L’historien François Weil, directeur d’études à l’EHESS condamne par exemple les « approximations de la "civilisation américaine" ». François Weil, La Revue Tocqueville, vol. 21, n° 1, 2000, p. 106.

12  Pierre Guerlain, « Malaise dans la civilisation : les études américaines en France », Revue française d’études américaines, n° 83, janvier 2000, p. 28-46.

13  Serge Ricard et Claire Delahaye, op. cit.

14  Jean Kempf, « Histoires d’américanistes : vers une histoire de l’AFEA », Bulletin du CENA, n° 5, 1999.

15  Ces formes de domination opposent des représentants disciplinaires attachés à des institutions dont le prestige renforce l’effet de domination : les historiens américanistes de la période récente, fortement liés pour leur formation à Ulm, l’EHESS et Paris 1, cherchent ensuite des postes en Section 11 (anglais) dans des lieux moins prestigieux (Paris 8, Paris 7, Paris 10).

16  Claude Fohlen, « L’histoire nord-américaine en France », Historiens et géographes,n° 375, 2001, p. 301-308 ; Claude Fohlen, « Les débuts de l’histoire américaine en France », Revue Française d’Études Américaines, n° 13 février 1982, p. 27-40.

17  Jean Kempf, « Histoires d’américanistes : vers une histoire de l’AFEA », op. cit.

18  L’épreuve consiste en un entretien, en langue étrangère, sur la civilisation du pays où le candidat a séjourné, d’après un programme d’ouvrages à étudier. Il va de soi que l’actualisation de la possibilité d’étudier la civilisation américaine dépend donc des conditions de séjour aux États-Unis. Les candidats séjourneront plus souvent en Grande-Bretagne tant que les possibilités de séjour d’étude aux États-Unis resteront faibles (les anglicistes normaliens se voient par exemple empêchés d’y réaliser leur lectorat faute d’accords avec les universités américaines qui préfèrent les agrégés de lettres dans les départements de français : trois y séjournent entre 1927 et 1931, contre 16 en Angleterre ; cf. Archives nationales AJ/61/202) et les moyens de transport peu praticables.

19  Nous faisons le choix pour cet article de focaliser l’attention sur la structure de la discipline à la Sorbonne, véritable centre de gravité de la discipline jusqu’à la fin des années 1960, qui tend à donner à l’ensemble de la discipline la plupart de ses traits les plus essentiels.

20  La première chaire de littérature étrangère est occupée par Claude Fauriel en 1830.

21  Pour la liste des chaires et de leurs occupants, voir Michel Espagne, Le Paradigme de l’étranger, Paris, Cerf, 1993. La première chaire de littérature comparée est créée à Lyon en 1896 et la discipline s’établit plus nettement dans les années 1920 (Fernand Baldensperger et Paul Hazard fondent en 1921 la Revue de littérature comparée). Dans cette nouvelle division du travail, les titulaires de chaires de littérature comparée continuent à évoquer les littératures étrangères, parfois la littérature américaine, souvent sous l’angle des réceptions et influences binationales. Fernand Baldensperger, agrégé d’allemand, titulaire d’une charge de cours de littérature comparée à la Sorbonne à partir de 1910, écrit par exemple plusieurs articles sur la littérature américaine dans la première moitié du XXe siècle (par exemple « Walt Whitman and France » dans The Columbia University Quarterly en 1919).

22  Maurice Gonnaud, op. cit.

23  André Chervel, Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la culture scolaire, Paris, Éditions Kimé/INRP, 1993, p. 173-181.

24  Cette substitution peut être rapportée d’une part au poids scientifique des historiens dans l’économie universitaire de la IIIe République et d’autre part au travail d’opposition politique et scientifique de normaliens socialistes qui obtiennent, à la fin du XIXe siècle, des chaires à la Faculté de Paris, comme Gustave Lanson et Ferdinand Brunot, modèles des anglicistes de la Sorbonne (Louis Cazamian, normalien, rédige avec Émile Legouis, l’autre professeur de littérature anglaise de la Sorbonne dans les années 1910-1930, une Histoire de la littérature anglaise de plus de 1320 pages).

25  André Tuilier, Histoire de l’université de Paris et de la Sorbonne, T. 2, De Louis XIV à la crise de 1968, Paris, Nouvelle librairie de France, 1994, p. 444.

26  Maurice Le Breton, « Charles Cestre (1871-1958) », Études anglaises, vol. 12, 1959, p. 2.

27  Maurice Gonnaud, op. cit.

28  Source : Brochures Croville.

29  Maurice Gonnaud, op. cit.

30  Marianne Debouzy, « Regards français sur les États-Unis : de l’observation à l’histoire », Revue Française d’Études Américaines, n° 13, février 1982, p. 41.

31  Source : Brochures Croville.

32  Marguerite-Marie Dubois, « Visage familier de Charles Cestre », Études anglaises, vol. 12, 1959, p. 6.

33  André Tuilier, op. cit., p. 491.

34  À l’écrit, les candidats rédigent une composition (en français ou en anglais) sur un sujet de littérature ou de civilisation américaines, d’après un programme de questions de littérature (programme de 1923-24 : la littérature de la Nouvelle Angleterre au milieu du XIXe siècle (Emerson, Longfellow, Whittier, Hawthorne, Thoreau, Holmes) et de questions de civilisation (en 1923-24 : 1) le chemin de fer (histoire, importance) ; 2) la réforme sociale de l’industrie américaine au XXe siècle) ; à l’oral, ils sont interrogés successivement sur la littérature américaine et la civilisation américaine puis doivent expliquer un texte d’un auteur américain, choisi parmi ceux inscrits au programme (en 1923-24 : Edgar Poe, J. G. Whittier, Hawthorne, Sidney Lanier). Source : Brochure Croville, programme de la Faculté des lettres de la Sorbonne, 1923-24.

35  907 étudiants sont inscrits à ce certificat en 1957 soit théoriquement les deux tiers de l’effectif du certificat de littérature anglaise, un peu moins sans doute étant donnée l’inscription à ce certificat « optionnel » d’étudiants d’autres disciplines. Source : base Acadoc, Adoc IS9, statistiques des examens et diplômes de l’enseignement supérieur, facultés de lettres métropole et Alger. La totalité de la vingtaine d’anciens étudiants d’anglais de la période interviewés, devenus ensuite anglicistes, déclarent avoir suivi ce certificat.

36  Paul Rozenberg, « Les problèmes de la recherche en lettres : un cas, l’anglais », document ronéoté, 20 pages, janvier 1968. Fonds 1968 du Centre d’histoire sociale, Fonds 1, carton 5, dossier anglais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Pierre Pouly, « Analystes et analyses de la curiosité américaniste des anglicistes en France », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 13 janvier 2010, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/58502 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.58502

Haut de page

Auteur

Marie-Pierre Pouly

Institut d’études politiques de Toulouse/GRESCO, Université de Limoges, marie.pouly@numericable.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page