Navigation – Plan du site
Débats | 2010
Etudes nord-américaines en France – Coord. Paul Schor
Tangi Villerbu

Écrire l’histoire de l’Ouest américain en France, 1917-1969

Writing the history of the American West in France, 1917-1969
Escribir la Historia del Oeste Norteamericano en Francia, 1917-1969
[22/01/2010]

Résumés

Il s’agit d’examiner ici les modalités d’une écriture historienne de l’Ouest américain en France entre 1917 et 1969. Une typologie des acteurs de cette mise en récit est d’abord tentée, et permet de mettre en avant à la fois l’absence d’un champ scientifique « histoire de l’Ouest américain » en France et la multiplicité des interventions, de la part des rares historiens des Etats-Unis, d’historiens d’autres espaces/temps qui trouvent dans l’analyse de l’Ouest un apport théorique éclairant, et d’auteurs extérieurs au domaine de l’histoire, qui affirment une expertise non académique sur le sujet. Une analyse de la circulation transatlantique des savoirs en histoire de l’Ouest met ensuite en exergue l’omniprésence écrasante de l’œuvre de Turner – donc de l’hypothèse de la Frontière – et de ses épigones, au risque d’étouffer les voix alternatives. Ce qui se révèle crûment à la lecture des pages effectivement consacrées par les historiens français à l’Ouest américain du 19ème siècle, où en règle générale le lyrisme le dispute au simplisme.

Haut de page

Texte intégral

1Le concept d’Ouest américain est le fruit d’une sédimentation internationale de plus de deux siècles. Il s’agit essentiellement d’un espace-temps. L’expression a priori géographique renvoie en fait à une époque très précise, le 19ème siècle, et même souvent strictement aux années 1870-1880, celles à la fois des chemins de fer transcontinentaux, des cow-boys et des campagnes contre les Apaches et les Sioux. C’est que la conquête de l’Ouest, contrairement à d’autres moments de l’histoire américaine, tout aussi importants sans doute, comme la Reconstruction, n’est pas avant tout un objet savant. Elle est un objet culturel à usages et supports multiples et dont s’emparent aussi les historiens, dans un inévitable dialogue avec tous les diffuseurs d’une culture de l’Ouest.

2En ce sens la chronologie proposée ici marque bien cette insertion d’une écriture savante de l’Ouest dans un ensemble qui la dépasse : 1917 parce que l’intervention américaine dans la Première Guerre Mondiale suscite une explosion du regard rétrospectif sur la puissance des Etats-Unis, et que penser l’Ouest signifie depuis longtemps penser les raisons et les manifestations de cette puissance ; 1969 car il y a là peut-être un tournant en cette fin des années 60, avec d’un côté la parution d’ouvrages savants pour lesquels la vision traditionnelle de la frontière est encore vivante, et de l’autre côté une culture populaire à travers laquelle d’autres voies trouvent à s’exprimer : alors qu’une trentaine d’épisodes de Lucky Luke sont déjà parus, Jean-Michel Charlier et Jean Giraud publient les premiers albums des aventures du lieutenant Blueberry, appelées à renouveler le récit de l’Ouest en jouant sans cesse avec ses codes.

  • 1  Pour faire succinct dans une question qui a suscité une abondante bibliographie : David M. Wrobel, (...)

3Écrire l’Ouest, pour l’historien qui travaille entre ces deux dates, c’est donc rencontrer, consciemment ou non, la culture populaire, les masses. C’est aussi, paradoxalement, se placer dans des marges académiques : l’Ouest, comme les Etats-Unis, ne sont pas au cœur de la recherche en France, et c’est une démarche qui n’a alors rien d’évident que de tourner ses regards au-delà des Appalaches ou du Mississippi. C’est enfin se frotter à l’hypothèse de la Frontière, fruit d’un long siècle de maturation, mise en forme savante en 1893 par Frederick Jackson Turner, et qui postule la centralité de l’expérience de l’Ouest dans la gestation de l’identité américaine, dans la naissance d’une nation démocratique. Telle qu’elle s’est inscrite dans le patrimoine américain, cette hypothèse repose sur quelques postulats simples qui sont loin d’épuiser la pensée de Turner, plus complexe que la vulgate qui en est extraite : c’est bien le mouvement de la population vers l’Ouest, en plusieurs fronts (fermiers, éleveurs, mineurs…), qui définit une nation américaine depuis le 17ème siècle, et qui aboutit à la formation d’une société à la fois profondément individualiste – des pionniers prêts à défendre leur autonomie, leur liberté – et démocratique car les défrichements créent les conditions d’une égalisation des conditions ; de surcroît le départ incessant de ces pionniers vers l’Ouest permet de maintenir la paix sociale à l’Est 1.

4L’écriture historienne de l’Ouest en France est ainsi le fruit d’initiatives personnelles, jamais de l’ouverture d’un champ académique. Ce qui explique aussi sans doute l’imprécision de l’objet Ouest, dont personne ou presque ne prend la peine de donner une claire définition.

Parcours d’écritures : trois cercles

5Il s’agit ici de traiter tant des auteurs ayant étudié spécifiquement de l’Ouest que de ceux qui au, sein d’une réflexion générale sur l’histoire américaine, ont été amenés à se pencher sur l’Ouest. Il faut semble-t-il distinguer trois cercles, révélateurs de la difficulté qu’il y a en milieu universitaire à traiter de l’Ouest et au contraire de l’importance du thème de l’Ouest hors des cercles historiens français. Chacun des groupes définis est discutable dans sa composition, et est fait d’individualités à la spécificité souvent marquée.

Les historiens des Etats-Unis

  • 2  Désiré Pasquet, Histoire politique et sociale du peuple américain. Paris, Picard, 1924 et 1931, 3 (...)

6Ils sont rares en France, ce n’est plus à démontrer. Il est pourtant possible sur la période d’en discerner quatre. Mais au sein de ce petit groupe il faudrait distinguer : un seul d’entre eux est de formation américaniste, et encore est-ce celui qui a su le moins bien, et paradoxalement, aborder l’Ouest (Marcel Giraud), les trois autres présentant comme particularité de venir à l’histoire américaine après une carrière entamée sur d’autres voies. Ainsi Désiré Pasquet, né en 1870 et agrégé d’histoire, est à l’origine un spécialiste du Royaume-Uni. Appelé dès la rentrée de 1919 à l’Ecole pratique des hautes études, il choisit d’y enseigner l’histoire américaine, sous un angle très économique. En 1925, il est nommé directeur d’étude au sein de la même institution et prend son indépendance d’avec les statistiques pour faire de l’« histoire des pays étrangers ». C’est entre 3 et 10 élèves, selon les années, qui suivent ses cours jusqu’à son décès en 1928. La publication de sa synthèse, l’Histoire politique et sociale du peuple américain, s’est échelonnée de 1924 à 1931, pour l’essentiel à titre posthume et organisée par son épouse2. L’Histoire politique et sociale du peuple américain offre une vision de grande ampleur du développement américain, une théorie générale de l’histoire américaine comme de la manière de concevoir et de faire l’histoire de ce pays en un temps où les échanges historiographiques transatlantiques demeurent rares.

  • 3  Edmond Préclin, Les Jansénistes au XVIIIe siècle et la Constitution civile du clergé. Le développe (...)
  • 4  Edmond Préclin, Histoire des Etats-Unis, Paris, Armand Colin, 1937, 221 p.
  • 5  Edmond Préclin, « Histoire des Etats-Unis. Des origines à 1787 ». Revue historique, 174 (juillet-d (...)
  • 6  Pierre Renouvin, Edmond Préclin et George Hardy, L’époque contemporaine II. La paix armée et la Gr (...)

7Edmond Préclin, lui, est l’auteur d’une thèse sur le jansénisme, publiée en 1928 et qui demeure encore citée aujourd’hui par les spécialistes de la question3. Mais son deuxième ouvrage, en 1937, est un manuel d’histoire des Etats-Unis publié chez Armand Colin4. En fait sa réorientation date alors de quelques années déjà : ses premiers comptes-rendus nord-américains datent de 1930, et il avait repris le flambeau de Pasquet, très explicitement dans la lignée de ce dernier, en assurant le « Bulletin » de la Revue Historique en matière d’histoire américaine, qu’il poursuit jusqu’après la Deuxième Guerre mondiale5. Comme Pasquet, il considère que l’Ouest est fondamental pour la compréhension des Etats-Unis. Mais contrairement à lui, il n’obtient pas de poste universitaire pour enseigner cette histoire. Il demeure installé, à Besançon, officiellement comme spécialiste du 18ème siècle religieux , tout en rééditant son manuel américaniste et en rédigeant les pages sur les Etats-Unis du volume de la collection Clio sur la période 1871-1919, en 19476.

  • 7  Claude Fohlen, L’Amérique anglo-saxonne de 1815 à nos jours, Paris, Presses Universitaires de Fran (...)
  • 8  Marcel Giraud, Le Métis canadien. Son rôle dans l’histoire des provinces de l’Ouest, Paris, Instit (...)

8Claude Fohlen, lui, a une carrière lancée dans les années 1950 autour de l’histoire économique de la France du 19ème. Mais d’une part son étude de l’industrie du coton répond à un questionnement en lien fort avec les Etats-Unis – que font les Français lors de la « famine de coton » due à la Guerre de Sécession – et d’autre part un séjour à Yale pour y enseigner l’histoire de France lui offre une étiquette américaine à son retour. Il bifurque alors, dans la première moitié des années 1960, vers l’histoire des Etats-Unis, et ce définitivement. Le volume de la Nouvelle Clio sur L’Amérique anglo-saxonne7, marque une étape importante dans le développement d’un champ scientifique, et inclut un chapitre sur la notion de Frontière et les débats qu’elle suscite depuis Turner. Marcel Giraud, lui, ne s’est pas soucié d’élargir son audience. Auteur d’une thèse monumentale, en 1945, sur l’histoire des Métis de l’Ouest canadien8, il aurait pu être celui qui ouvrirait la France à une histoire des fronts pionniers ou des peuples autochtones, des rencontres issues de la conquête européenne de l’intérieur du continent nord-américain, une histoire de la Frontière et/ou de l’Ouest, en somme. Pourtant, d’une part, il n’y a dans son œuvre ni comparaison avec les Etats-Unis voisins (alors même que l’histoire des Métis est par essence transnationale) ni usage des concepts turneriens, d’autre part Giraud ne poursuit pas dans sa voie initiale : les comptes-rendus qu’il donne à la Revue historique concernent très peu l’Ouest et il se consacre ensuite exclusivement à l’histoire de la basse Louisiane française.

Des historiens à l’intérêt ponctuel pour l’Ouest

  • 9  Jacques Droz, Lucien Genet et Jean Vidalenc, L’époque contemporaine I. Restaurations et révolution (...)
  • 10  Compte-rendus de François Crouzet dans Annales ESC, 18-2 (mars-avril 1963), p. 404-406.
  • 11  Louis Dermigny, « Les Etats-Unis : historiens et sociologues au travail », Annales ESC, 15-5 (sept (...)

9Aux côtés des spécialistes, un certain nombre d’historiens qui n’ont pas fait des Etats-Unis leurs champs d’étude s’en sont ponctuellement rapprochés, à des degrés divers. Les raisons en sont multiples, à chercher dans des parcours intellectuels individuels, mais l’une d’entre elle, majeure, est l’intérêt théorique pour l’hypothèse de la Frontière. Il faut distinguer deux groupes en fonction de leur degré d’investissement dans l’histoire américaine. Ainsi de manière très ponctuelle on peut citer Jean Vidalenc, qui rédigea les pages d’histoire américaine dans le volume de la collection Clio portant sur la période 1815-1871 et y livre des indications bibliographiques montrant sa lecture attentive de Turner9. De même François Crouzet, donne en 1963 des comptes-rendus dans les Annales de la thèse sur les premiers temps de l’Indiana de Geneviève d’Haucourt ou d’une réédition du manuel d’histoire de l’Ouest de Ray Allen Billington, l’historien qui a plus œuvré en faveur d’une version consensuelle et triomphaliste, de Guerre Froide en quelque sorte, d’une histoire de l’Ouest pensée comme successions de frontières, avec une série d’obstacles – la nature, les Mexicains, les Indiens... - à surmonter par de valeureux pionniers démocrates et individualistes10. Louis Dermigny, enfin, dans les années qui suivirent la parution de sa thèse sur le commerce de Canton a offert deux commentaires, dans les Annales toujours, sur les Etats-Unis, dont l’un très argumenté, sur l’hypothèse de la Frontière en 1966 à l’occasion de la traduction de Turner en France11.

  • 12  Georges Weill, Histoire des Etats-Unis de 1787 à 1917, Paris, Félix Alcan, 1917, 216 p.
  • 13  Mais pas le premier savant : Emile Levasseur avait discuté le concept dès 1894, après une visite l (...)
  • 14  Louis Girard, Les Etats-Unis de 1812 à 1860, Paris, Centre de Documentation Universitaire, 1960, 2 (...)
  • 15  Pierre Chaunu, « Mexique et Texas : un homme de la frontière », Annales ESC, 8-3 (juillet-septembr (...)
  • 16  Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques, Paris, Armand Colin, 1964, 470 p. Il faut noter par ai (...)

10D’autres s’investissent dans le domaine de manière plus importante, mais sans s’en faire une spécialité. Il en est ainsi de George Weill, qui en 1919 publie une histoire des Etats-Unis à la demande du Comité France-Amérique12, et qui retourne immédiatement à sa spécialité première, l’histoire politique et sociale de la France contemporaine à l’université de Caen. L’Ouest est central dans son récit, et Weill est le premier historien français à utiliser le concept de Frontière13, en reprenant dans sa totalité, sans la discuter, l’hypothèse de Turner. Quelques décennies plus tard, c’est Louis Girard, spécialiste lui aussi de l’histoire de France, qui donne dans la deuxième moitié des années 1950 des cours sur les Etats-Unis au 19ème siècle à la Sorbonne, avec là encore de copieuses pages sur l’Ouest qui doivent tout à l’œuvre de Billington14. Dans les mêmes années Pierre Chaunu, qui avait donné aux Annales dès 1952 et 1953 des comptes-rendus sur les relations entre le Mexique et le Texas15 offrait dans sa synthèse continentale sur L’Amérique et les Amériques une réflexion sur les Etats-Unis du 19ème siècle dont le cadre interprétatif unique est la théorie de la Frontière, mais appliquée à l’ensemble du continent américain dans une optique comparatiste16.

  • 17  René Rémond, Les Etats-Unis devant l’opinion française, 1815-1852, Paris, A. Colin, 1962, 2 vol. , (...)
  • 18  René Rémond, Histoire des Etats-Unis, Paris, Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? », (...)

11René Rémond, enfin, était l’auteur d’une thèse qui laissait planer l’ambiguïté sur sa véritable spécialisation : étudier l’opinion française des Etats-Unis dans le premier 19ème siècle le faisait expert de deux champs, l’histoire politique de la France, et l’histoire des Etats-Unis en général17. C’est ce qui lui permit de devenir l’auteur du volume de la collection « Que sais-je ? » sur l’Histoire des Etats-Unis, profondément imprégné par l’hypothèse turnerienne et dont la première édition date de 1959, mais aussi d’éditer en 1963 – il en rédigé l’introduction – la version française de l’œuvre fondatrice de Turner, le recueil d’articles La signification de la frontière dans l’histoire américaine, quarante ans après la première édition outre-Atlantique18.

Des personnalités extérieures au champ historique

12L’Ouest américain présente la particularité d’être devenu dès le 19ème siècle un élément important de la culture occidentale, et pas seulement un domaine de recherche pour spécialistes. Ainsi l’écriture de l’Ouest se déploie avant tout hors de tout champ académique. Et même sans analyser ici la culture populaire porteuse de récits de l’Ouest, produite ou diffusée en France – roman populaire, bande dessinée, cinéma… - il convient de ne pas bouter hors de l’analyse de la narration proprement historienne un groupe très hétérogène d’auteurs qui s’immiscent dans celle-ci en s’inventant une compétence sur le sujet.

  • 19  Jean Canu, Histoire des Etats-Unis, Paris, Presses universitaires de France, « Que sais-je ? », 19 (...)
  • 20  Geneviève D’Haucourt, La Vie américaine, Paris, Presses universitaires de France, « Que sais-je ?  (...)
  • 21  Franck Louis Schoell, Histoire des Etats-Unis, Paris, Payot, 1965, 344 p.

13Il s’agit d’abord d’universitaires venus de champs divers et qui visitent l’histoire, en utilisant leur expérience personnelle des Etats-Unis comme une validation indubitable de leur expertise, suivant le principe simple que vivre aux Etats-Unis donne la capacité d’expliquer le pays et son histoire aux Français. Est dans ce cas Jean Canu, qui enseigne la littérature française au Bryn Mawr College, en Pennsylvanie, de 1927 à 1935. Il épouse une Américaine et rentre en France pour y obtenir un poste au lycée Pasteur et devenir un « expert » : il publie les Américains chez eux dès 1937, puis le premier « Que sais-je » d’histoire américaine en 1941 et enfin deux volumes fondamentaux en 1947, Les Etats-Unis. La Terre et les Hommes et Histoire de la Nation américaine19. Canu est un enthousiaste lyrique de la conquête de l’Ouest, qui est de fait centrale dans tous ses textes. Geneviève D’Haucourt, elle, est née en 1904. Juriste et chartiste, bibliothécaire à Brest pendant la Deuxième Guerre mondiale, elle part une trentaine d’années aux Etats-Unis après le conflit, occupant diverses fonctions, au FMI ou dans des organismes franco-américains. C’est depuis les Etats-Unis qu’elle publie un « Que sais-je » en 58 sur La Vie américaine et surtout la seule thèse française sur l’Ouest (si l’on considère l’Ouest dans une optique non restrictive, ainsi que le faisaient les acteurs de l’époque eux-mêmes, comme s’étendant en fonction des époques des Appalaches au Pacifique), La vie agricole et rurale dans l’état d’Indiana à l’époque pionnière, en 196120. Mais cette thèse de droit et non d’histoire présente la particularité de n’être absolument pas au fait de l’historiographie, et notamment de ne jamais discuter l’hypothèse de la Frontière. Franck Louis Schoell, enfin, agrégé de lettres, enseigna la littérature à l’Université de Chicago dès les années 1920 puis à Tulane, en Californie, à Mayence, et enfin s’offrit dans la France des années 1950 et 1960 une seconde carrière d’expert des Etats-Unis, avec par exemple son Histoire des Etats-Unis publiée en 196521.

  • 22  Firmin Roz, Histoire des Etats-Unis, Paris, Fayard, 1930, 475 p. et de nombreuses rééditions par l (...)
  • 23  André Maurois, Histoire des Etats-Unis 1492-1946, Paris, Albin Michel, 1946, 565 p.
  • 24  Robert Lacour-Gayet, La vie quotidienne aux Etats-Unis à la veille de la Guerre de Sécession, 1830 (...)

14Aux côtés de ces universitaires se situent des érudits de toutes sortes, journalistes, littérateurs… qui peuvent faire valoir une expérience directe dans certains cas, mais qui surtout, dans un contexte d’extrême rareté des publications universitaires américanistes, parviennent à trouver leur place dans des bibliographies académiques. Les ouvrages de synthèse de Firmin Roz22 ou d’André Maurois23, au fil de leurs rééditions, sont longtemps les plus diffusés en France, tandis que Robert Lacour-Gayet, inspecteur général des finances, se mue une fois la retraite atteinte en spécialiste amateur des Etats-Unis, et fréquente pour ce faire les bibliothèques et archives de la côte Est. Son premier ouvrage en la matière, qui porte sur les années 1830-1860, comporte trois chapitres sur l’Ouest24. Il se rapproche ainsi de quelques auteurs qui ont inauguré une spécialisation « Ouest » hors de l’université.

  • 25  Léon Lemonnier, Histoire du Far West : la ruée vers l’or en Californie, Paris, Gallimard, 1944, 46 (...)
  • 26  Compte-rendu des Mormons sous la plume de Maurice Lévy dans les Annales ESC, 4-2 (avril-juin 1949) (...)
  • 27  Jacques Chastenet, En avant vers l’Ouest. La conquête des Etats-Unis par les Américains, Paris, Pe (...)
  • 28  Jean-Louis Rieupeyrout, Histoire du Far West, Paris, Tchou, 1967, 443 p. Réédition Paris, Livre de (...)

15Le premier d’entre eux est Léon Lemonnier. Docteur, bibliothécaire, érudit prolifique, il est l’auteur après-guerre d’une trilogie chez Gallimard sur la ruée californienne, les Mormons, et le premier Ouest25. L’accueil partagé dans les Annales,seule revue à s’intéresser aux dits ouvrages mais sa présence dans leurs pages révèle surtout à quel point il manque des travaux dans ce domaine26. Et ce ne sont pas les ouvrages ponctuels de Jacques Chastenet, membre de l’Académie française, journaliste et romancier ou de Jacques Degas qui de ce point de vue marquent un réel changement27. Seul Jean-Louis Rieupeyrout est alors parvenu à se forger une réputation d’historien de l’Ouest. Professeur de français dans l’enseignement secondaire, il est d’abord auteur d’études sur le western et de matériel pédagogique sur question dans les années 1950, avant de livrer une synthèse d’Histoire du Far West chez Tchou en 1967, reprise rapidement en Livre de Poche28. Rieupeyrout s’impose alors, auprès du grand public et au fil de ses ouvrages successifs, comme le spécialiste de l’Ouest et des Indiens jusqu’aux années 1990. Son rôle de vulgarisateur est essentiel.

Le passage transatlantique de l’historiographie de l’Ouest

  • 29  Jacques Degas, op.cit., p. 211 p.

16La plupart des historiens susnommés n’ayant pas fait de recherches en archives sur le terrain Ouest – Pasquet et d’Haucourt sont les exceptions – par quel biais ont-ils connaissance de cette histoire et de cette historiographie ? Deux voies d’accès semblent possibles : par des traductions d’ouvrages américains d’abord ; par la lecture des ouvrages dans leur version originale ensuite, ce qui suppose d’avoir accès aux dits ouvrages, par des éditeurs américains ou par achat des bibliothèques universitaires françaises ou de l’American Library in Paris dont le rôle est souligné notamment par Jacques Degas29.

  • 30  Woodrow Wilson, Histoire du peuple américain, Paris, Bossard, 1918-1920, 2 vol. Eward Channing His (...)
  • 31  Henry William Elson, Histoire des Etats-Unis. Paris, Payot, 1930 [1918], 1079 p. J. T. Adams, L’av (...)
  • 32  Alan Nevins et Henry Steele Commager, Petite Histoire des Etats-Unis, New York, Overseas editions, (...)

17Les traductions d’histoires générales des Etats-Unis sont abondantes. Une première vague est due à l’intervention américaine dans la Première guerre mondiale, qui suscite un intérêt pour le pays de Wilson : la somme du président est traduite, de même que les manuels d’Edward Channing, David Saville Muzzey ou Max Farrand30. Le flot est ensuite ralenti, n’est à noter que l’effort de Payot, qui publie Henry William Elson et John Adams31. Les traductions reprennent dans les années 1940 du fait, de nouveau, du rôle international que jouent les Etats-Unis, cette fois dans la libération de l’Europe puis dans la Guerre Froide : le manuel de Steele et Commager est publié en français par les Américains eux-mêmes en 1942 dans le cadre de l’effort de guerre, puis, hormis les brochures des services diplomatiques, il faut noter une traduction des manuels de Charles et Mary Beard en 1952, de Nye et Morpurgo en 1961, et de H.C. Allen en 196732. Chacun de ces auteurs consacre évidemment des pages, plus moins longues, à l’Ouest, avec au cœur, à chaque fois, une discussion de la théorie de la Frontière. Mais il y a matière à nuancer : comme souvent depuis le 19ème siècle il peut y avoir un décalage entre l’importance fondamentale attribuée à l’Ouest dans le discours – chacun affirme qu’il est le lieu de naissance de la nation, que l’Ouest est la région la plus américaine de toutes – et sa place réelle dans un récit national qui est normalement politique et centré sur le Nord-Est. Dans le meilleur des cas l’Ouest est présent dans un chapitre sur l’expansion américaine, sous la forme d’une histoire des relations internationales, dans un chapitre sur le premier Ouest, jusqu’à la Guerre de Sécession, qui est l’occasion de dresser le portrait de pionniers en marche, et de manière plus anecdotique dans un chapitre plus général sur la croissance économique après cette même guerre, occasion de mentionner les chemins de fer, l’élevage, le blé des Plaines. On ne note aucun texte qui se dégagerait du lot en proposant une interprétation neuve, une histoire décentrée des Etats-Unis ou une critique de Turner – curieusement même l’ouvrage des Beard est de ce point de vue décevant.

  • 33  Henry Nash Smith, Terres vierges. De l’Ouest américain considéré comme symbole et comme mythe, Par (...)

18Il faut faire un sort particulier à deux entreprises éditoriales spécifiques. D’abord la traduction du recueil d’articles de Frederick Jackson Turner par René Rémond en 1963 : ce sont les Presses universitaires de France, peut-être pour interroger le programme de « Nouvelle Frontière » lancé par Kennedy en 1960, qui ont contacté l’historien, qui faisait figure alors de spécialiste, auteur qu’il était en 1959 du « Que sais-je ? » d’histoire des Etats-Unis. Rémond, pour qui l’entreprise ne présentait guère d’importance, s’est livré au jeu et a rédigé une maigre introduction à l’ouvrage. Un élément fondateur de la réflexion des historiens américains sur leur expérience nationale était enfin livré au public français des décennies après la parution originale, mais Rémond ne profitait pas de l’aubaine pour en donner une analyse de fond, la remettre en contexte et l’éclairer par les recherches plus récentes. Et ensuite l’exceptionnelle collection « Vent d’Ouest » chez Seghers, une entreprise unique – et qui attend son historien - qui propose dans les années 1960 une série de traductions de grands livres américains de sciences sociales ou de littérature. L’Ouest est bien servi puisque l’on y trouve l’ouvrage classique d’Henry Nash Smith sur la construction du mythe de l’Ouest comme le recueil de documents sur l’expansion continentale de Bayrd Still33. Le premier questionne le travail de Turner tandis que le second bâtit comme d’autres un monument aux pionniers.

  • 34  Désiré Pasquet, op.cit., p. 256.
  • 35  Pierre Renouvin...op.cit., p. 229.
  • 36  Jacques Droz…op.cit., p. 527.
  • 37  Pierre Chaunu, op.cit., p. 235-258.
  • 38  Claude Fohlen, op.cit., p. 322-325.

19L’analyse des lectures des textes américains non traduits passe par une analyse des bibliographies des ouvrages français, lorsqu’elles existent et sont assez précises, de même que les catalogues de bibliothèques. La première leçon à tirer d’un tel travail est l’omniprésence de Turner du début à la fin de la période. C’est l’historien qui a le plus marqué Pasquet : l’historien l’affirme34, et sa prose le confirme. Mais les successeurs de Pasquet ne disent pas autre chose et les deux volumes de la collection « Clio » le signalent bien. Edmond Préclin en 1947 y révèle que toute tentative de synthèse passe encore par le développement de l’hypothèse de la Frontière35 tandis que Jean Vidalenc en 1953 dit encore « [qu’] il faut toujours recourir à l’ouvrage » de Frederick Jackson Turner36. Chaunu fonde en 1964 tout son argumentaire sur cette même notion dans un chapitre justement intitulé « l’Amérique de la Frontière »37. L’année suivante, Claude Fohlen revient très longuement sur les débats autour de l’idée de Frontière, pour noter qu’elle fit débat dans les années 1930 chez les historiens progressistes – ce que personne avant lui n’avait relevé – mais qu’elle est en ce début des années 60 pleinement réhabilitée, et même prouvée, affirme Fohlen, par le travail de Merle Curti38.

20A côté de Turner, les grands historiens de l’Ouest sont globalement connus : Préclin et les autres ont lu Herbert Eugene Bolton, l’historien de l’héritage hispanique ou Frederic Paxson, historien des Plaines. Mais quelques noms ne font pas une culture historique. Les catalogues de bibliothèques universitaires le confirment : les auteurs en question sont bien présents dans les rayonnages français, mais de manière très mince, la plupart du temps dans une petite poignée d’établissements. Se détachent tout de même Turner, évidemment et d’autant plus qu’il est disponible en traduction, mais aussi Walter Prescott Webb et Ray Allen Billington.

  • 39  Le comptage ne prétend pas à la perfection, il est réalisé grâce au catalogue collectif du Sudoc. (...)
  • 40  Walter Prescott Webb, The Great Plains: a history of institutions and environment, Boston, Ginn an (...)
  • 41  Ray Allen Billington, Westward Expansion: A history of the American Frontier, New York, Macmillan, (...)
  • 42  Jacques Droz… op.cit., p. 528.
  • 43  François Crouzet, « Amérique du Nord », Annales ESC, 18-2 (mars-avril 1963), p. 406.
  • 44  Claude Fohlen, op.cit., p. 325.

21En effet huit bibliothèques39 possèdent l’édition originale de 1931 de l’ouvrage majeur de Webb, The Great Plains de Webb, qui introduisait notamment la variable environnementale dans l’histoire de l’Ouest40. Plus d’une vingtaine de surcroît en possèdent des éditions ultérieures. Et la mince critique est unanime : Préclin en fait un éloge exceptionnel dans la Revue historique en 1937, appelant même à une traduction – qui ne verra jamais le jour -, et Vidalenc en propose le même avis en 1953. Le manuel de Billingon, Wetsward Expansion, est disponible dans son édition originale de 194941 dans quatre bibliothèques et chaque réédition (elles sont nombreuses et courent jusqu’aux années 1990) voit ces établissements acquérir l’ouvrage. Le travail a été dans le même temps cité par Vidalenc42, puis qualifié d’« admirable synthèse » par François Crouzet dans les Annales43, et Billington est l’historien de l’Ouest que Claude Fohlen retient le plus, en référençant trois de ses travaux et en multipliant les citations. C’est d’ailleurs sur une de ces dernières qu’il clôt son chapitre sur la Frontière, en donnant donc le dernier mot à Billington et son histoire résolument blanche et masculine d’une conquête créatrice d’une nation exceptionnelle44. En de domaine il est frappant de constater à quel point le cours donné par Louis Girard à la Sorbonne est une réplique presque exacte de la structure de Westward Expansion, notamment dans la succession mécanique des frontières qui permettent à l’historien de proposer autant de tableaux, presque de scènes de genre.

  • 45  Howard Lamar, Dakota Territory: A study of frontier politics, New Haven Yale University Press, 195 (...)

22Donc, a priori, le suivi par les Français de l’historiographie de l’Ouest serait au moins honnête, bien qu’encore maigre. L’affirmation est à nuancer fortement. En effet des éléments importants échappent aux historiens français. La critique progressiste de Turner, absente jusqu’à Claude Fohlen, en est un. Mais Fohlen lui-même est sélectif. Des historiens aussi importants qu’Howard Lamar, Earl Pomeroy ou Richard C. Wade, qui entre Turner et la Nouvelle Histoire de l’Ouest des années 1980 sont ceux qui font vraiment avancer l’historiographie– certes de manière moins voyante qu’un continuateur comme Billington – sont bien présents dans la bibliographie du « Nouvelle Clio » mais pas dans le corps du texte, et ils sont en fait absents des débats. Grâce à eux, on sait pourtant dès les années 1960 que les migrants ont fait massivement appel à l’Etat fédéral et ont cherché avant tout la continuité, la reproduction des formules éprouvées sur la côte Est45, mais leur prose ne passe pas l’océan. D’autre part la bibliographie que Louis Girard donne à ses étudiants est exclusivement en français et indique comme base, dans la deuxième moitié des 1950, Pasquet, puis Beard, et la cohorte d’amateurs éclairés, les Canu, Roz, Maurois, qui ont l’immense avantage de publier dans la langue de Molière. Ce qui révèle, autant que la difficulté persistance à accéder à la culture anglophone, la perméabilité des milieux universitaires et non-universitaires dès lors que les premiers laissent des champs en friche.

Un récit historique français de l’Ouest

23Finalement quel récit de l’Ouest produisent les historiens français ? Il faut en ce domaine distinguer deux périodes : les années 1920-1930 d’une part, durant lesquelles des pistes sont ouvertes et les années 1940 à 1960 d’autre part, années de la répétition du mythe. Dans la première période, Pasquet propose la plus aboutie des histoires françaises des Etats-Unis. Il opère par emprunts, à Turner certes, mais aussi à l’école française de géographie dans son approche de la formation de régions économiques, ou à la science politique, et il n’hésite pas à inventer des sources neuves, celles d’une histoire du très contemporain – statistiques d’entreprises ou d’administrations, enquêtes orales. En liant une histoire turnerienne très attentive à l’espace, proto-environnementale par instants, et une géographie française souhaitant éclairer les fondements spatiaux de l’histoire des sociétés, il produit un modèle a priori innovant. Mais il livre malgré tout un récit qui ne s’éloigne guère du canon en voie de sédimentation depuis plus d’un siècle. Il fait une synthèse d’une histoire de la Frontière, dont il voit l’achèvement en 1890 avec la ruée vers l’Oklahoma. Edmond Préclin, qui se dit son successeur, ne cesse d’insister dans ses « bulletins » de la Revue Historique sur les pistes ouvertes par une histoire de l’Ouest dont il considère qu’elle est fondamentale pour la compréhension du phénomène américain. On trouve sous sa plume les expressions modernes de « forces profondes » et de « mentalités », toujours en rapport avec l’Ouest : l’avancée vers l’Ouest, « la fringale de terres neuves », voilà ce qu’il faut élucider dans l’histoire américaine. Et ce en développant des axes originaux, très éloignés de l’histoire politique : les modes d’exploitation des terres, l’étude monographique de petites villes temporaires ou de villages de colonisation, l’accumulation du capital à la suite d’un article de Frederic Paxson, ou une histoire à la fois environnementale et technologique à la suite de Walter Prescott Webb. Malheureusement Préclin n’a pas donné suite à ses intuitions, et personne n’a repris le flambeau alors qu’il y avait là matière à faire se rencontrer l’Ouest et la discipline historique telle que se construisait en France à l’époque, autour des Annales notamment – mais pas seulement, car c’est bien dans la vénérable Revue historique que Préclin s’exprimait.

  • 46  Louis Girard, Les Etats-Unis de 1861…op.cit., p. 149.
  • 47  René Rémond, Histoire…op.cit., 53.
  • 48  Jean Canu, Histoire…op.cit., p. 25.
  • 49  Robert Lacour-Gayet, op.cit., p. 124.

24Or après-guerre, il n’y a pas d’historien français pour travailler le terrain Ouest en s’immergeant dans les sources primaires, en leur posant des questions neuves. Les « frontièristes épiques » qui s’expriment alors, en lien avec l’école américaine dite du consensus comme avec la culture populaire (les manuels d’histoire ne proposent guère mieux que les westerns cinématographiques) n’offrent en règle générale que la répétition du même récit national, fondé sur la synthèse de lectures américaines. La prose française s’inscrit pleinement dans l’historiographie américaine elle-même à condition d’oublier que celle-ci est déjà traversée de conflits : ne traverse l’océan que la vision exceptionnaliste et consensuelle de l’histoire de la Frontière. En effet tous, dès l’Ouest évoqué, reprennent le schéma narratif, popularisé désormais par Billington davantage que par Turner, des frontières successives, et le développent sur un mode clairement épique : il s’agit de montrer comment les familles de pionniers, en s’installant dans l’Ouest, en luttant contre la nature, en éliminant les Indiens et les Espagnols puis les Mexicains, forgent une nation nouvelle. La définition de la Frontière est la même chez tous les auteurs : « limite mouvante entre le pays civilisé et le pays sauvage46 » pour Louis Girard, « ligne de démarcation entre les territoires défrichés et l’espace encore vierge47 » pour René Rémond. L’Ouest est « un continent immense, pratiquement vide, ouvert aux espoirs et aux efforts de plusieurs générations d’hommes48 » le « mot magique49 » qui met en branle la société. On est dans une mystique du territoire. Et il est besoin pour en faire l’histoire d’en passer par une narration romanesque : Robert Lacout-Gayet et Jean Canu utilisent ainsi le même procédé, à savoir qu’ils suivent ainsi une caravane imaginaire de pionniers s’enfonçant dans l’Ouest, dans l’Ohio pour les uns, dans la Prairie au-delà du Mississippi pour les autres :

« La caravane a quitté Independence. Regardons-la serpenter à travers la Prairie.

Femmes, enfants, provisions, outils sont entassés dans des chariots, dont les toits de toile grossière, maintenus par des tiges de fer, ont à peu près la forme d’une demi-circonférence. Ces lourds fourgons ont tous reçu un nom : rough and ready, gold seeker, on my way, now or never, sont parmi les plus fréquents. Allégé de son chargement, leur plancher peut être surélevé au passage des gués. En marche ordinaire, il ploie sous le fardeau qu’il doit soutenir. Il a fallu, en effet, prévoir que, pendant des centaines et des centaines de kilomètres, aucune ressource ne serait trouvée sur place, en dehors des produits de la chasse et de la pêche. Une liste des vivres et des instruments indispensables a été méthodiquement dressée avant le départ. […] A ces poids [de vivres] déjà considérables, il fallait, bien entendu, ajouter - en en multipliant le nombre par l’effectif masculin de l’expédition - une ou deux haches par individu, une scie, une plane pour dégrossir le bois, deux ou trois ciseaux de menuisier, une pioche, une bêche et une pelle, sans oublier des stocks de cartouches aussi importants que possible.

On ne sera pas surpris que, dans ces conditions, l’attelage des chariots ait été un problème d’une extrême importance. Les points de vue variaient. Boeufs, chevaux et mules avaient leurs partisans.Les premiers présentaient l’avantage d’être robustes et résistants, mais leur traction était particulièrement lente ; puis, dans les passages sablonneux ou marécageux, ils s’enlisaient facilement. Les seconds se prêtaient à une marche plus rapide ; toutefois, ils ne convenaient guère qu’à des chargements restreints, et leur fragilité ne permettait pas de compter sur eux en toutes circonstances. Les mules - beaucoup l’affirmaient - étaient douées de qualités auxquelles leurs concurrents ne pouvaient pas prétendre ; infatigables, frugales, obstinées, on aurait cru à les voir qu’elles étaient, elles aussi, fascinées par l’appel de l’Ouest. Malheureusement elles étaient bruyantes, et leurs braiements, un peu trop matinaux, devançaient même le lever du soleil. Leur caractère, d’autre part, n’était pas facile ; plusieurs hommes étaient nécessaires pour les atteler au moment du départ, et dans cette opération quotidienne les blessés étaient fréquents.

La mise en marche de la caravane, généralement aux premiers rayons de l’aurore, ne manquait pas d’ailleurs de piquant. Le vacarme et le désordre s’y mêlaient de façon fort pittoresque. « Quel branle-bas ! Quel tumulte ! Tout le monde appelait àgrands cris les animaux ; les conducteurs de chariots juraient ; le bétail mugissait ; des cloches sonnaient ; on entendait un bruit de chaînes, de jougs, de harnais, les fouets claquaient.... » Enfin, on était prêt ! La colonne s’étendait souvent sur plus d’un mille. Les voitures étaient réunies par groupes de quatre ou cinq, et chaque section prenait la tête à tour de rôle afin de répartir équitablement l’inconfort inévitable de la poussière. Les hommes suivaient, souvent à pied. Beaucoup, cependant, cavalcadaient autour des chariots, ou les précédaient à titre d’éclaireurs ; quelques-uns fermaient la marche. Certains étaient spécialement chargés de pousser devant eux le bétail et les chevaux libres, toujours très nombreux. Ils portaient tous la même tenue : chemise rouge à col attaché, manteau de laine rude aux vastes poches descendant jusqu’aux genoux, pantalons serrés dans de hautes bottes, ceinture de cuir, grand chapeau de feutre ; surtout, un pistolet chargé, un couteau de chasse et un poignard.

Sur terrain favorable, on faisait parfois plus de 20 milles par jour, mais c’était là une allure exceptionnelle : on s’estimait heureux quand on arrivait à couvrir 120 milles en une semaine. Une halte d’une heure avait généralement lieu vers midi. Le chef de l’expédition, choisi avant le départ, en profitait pour tenir un conseil de guerre avec les plus expérimentés de ses compagnons ; au besoin, il agissait comme juge, mais en s’entourant alors d’un jury tiré au sort. L’étape se terminait vers le coucher du soleil. Les animaux étaient déharnachés, dessellés, et mis au pâturage ; une forge portative permettait de remplacer au besoin les fers des chevaux. Les tentes étaient dépliées ; on allait chercher du bois et de l’eau, et les femmes se mettaient à la cuisine. Si le sel et le poivre manquent, qu’elles se rassurent ! Elles n’ont qu’à prendre de la viande de mulet, à l’assaisonner de poudre à fusil et à la brûler légèrement : leurs maris trouveront cette préparation parfaite. Tandis que le dîner se préparait, les hommes disposaient les chariots en les serrant les uns contre les autres en forme de circonférence, pour former un rempart autour du camp. Les sentinelles étaient désignées : à tour de rôle, elles prenaient la garde, attentives au moindre bruit ; quand, un peu trop nerveuses, elles confon­daient avec l’approche d’un Indien le frémissement du vent dans les herbes, et que leur coup de fusil prématuré éveillait tout le camp, elles étaient, le lendemain, l’objet de plaisanteries sans fin.

  • 50  Robert Lacour-Gayet, op.cit. p. 130-133.

La soirée était la seule heure douce de la journée. Certains méditaient et lisaient la Bible. Autour des feux, on bavardait, on plaisantait, on riait ; quelques-uns écrivaient des lettres qu’ils comptaient confier au premier relais ; des idylles s’entamaient ; s’il y avait un violon, jeunes gens et jeunes filles esquissaient une danse ; parfois, les notes aigrelettes d’une flûte éveillaient chez les voyageurs une sensation de nostalgie ; surtout on chantait. Toujours les mêmes chansons, dont on ne se lassait pas de répéter les rythmes joyeux ou mélancoliques50. »

« L’Ouest ! Il est difficile d’imaginer le pouvoir magique qu’exerça pendant ceux siècles ce petit mot sur des générations et des générations d’Américains, et qu’il n’a pas perdu aujourd’hui encore. L’Ouest, ce fut, dans l’or du soleil couchant, un mirage de richesse et de gloire toujours plus lointain et toujours plus attirant. […].

L’Ouest n’a pas besoin de saints, et ferme les yeux aux menues faiblesses humaines qui ne nuisent pas à l’effort créateur, mais il a son code et sa morale, hostiles aux paresseux et aux parasites, aux égoïstes et aux fourbes. Le travail, le dévouement de chacun et de tous, suffisent à peine à tant de dangers et de luttes.

Il faut d’abord, de la région civilisée où nous sommes nés, gagner tant bien que mal la frontière de l’Ohio, où nous attend la terre à posséder. Cinquième ou sixième fils d’un fermier de Pennsylvanie ou d’un pêcheur de la Nouvelle-Angleterre, pas d’autres perspectives, si nous nous enracinons sur place, que de travailler pour le compte de quelqu’un d’autre, à la campagne ou à l’usine. Grand merci ! Allons tenter notre chance à l’Ouest, comme déjà quelques-uns de nos aînés, de nos oncles, de nos cousins, de nos voisins, l’ont fait. De la plupart d’entre eux, pas de nouvelles, bonnes nouvelles : on apprendrait leur mort plutôt que leur réussite ; ils n’ont guère le temps d’écrire, s’ils le savent, et encore moins le goût de regarder en arrière. Partons donc, mais après nous être marié à quelque brave et forte fille de notre connaissance, car pour trouver femme là-bas, il n’y faut guère songer.[….

Le mieux, lorsqu’on le peut, c’est de s’associer à deux ou trois familles, pour acheter une de ces voitures à quatre roues appelées « Conestogas », du nom du village de Pennsylvanie où on se mit à les fabriquer : étroites et allongées, taillées en forme de bateau, elles ne paient pas de mine, mais elles résistent aux fondrières, aux pentes et aux montées, et trois chevaux suffisent à les tirer. On y entasse, à l’abri d’une grande bâche verte, literie, ustensiles de ménage, provisions de bouche, Bibles, armes, plants de rosiers et de pommiers pour rappeler le pays natal, femmes et enfants. Les hommes, tantôt chevauchent sur l’attelage, tantôt marchent à pied, le fusil en bandoulière sur l’épaule : rien de tel pour éviter les mauvaises rencontres. Deux ou trois vaches suivent l’équipage, qui ne dépasse guère le petit trot, et s’avance le plus souvent au pas. Nous ne sommes pas pressés ; la voiture fait maison chaque soir, à la tombée de la nuit.

[…]

Notre « Conestoga » s’avance cahin-caha au milieu d’un paysage singulier : beaucoup de bois surmontent encore les molles collines, mais, au bas des pentes, s’étendent des terrains à moitié défrichés, éclaircis du plus gros de leurs arbres, où les mauvaises herbes cachent à peine les souches laissées derrière eux par les pionniers : ces gaillards expéditifs ont vite fait d’entailler l’écorce à un ou deux pieds de haut, l’arbre sèche sur pied, ils lui donnent le coup de grâce, et en avant, plus à l’ouest, vers de nouvelles forêts à aménager grossièrement, et à revendre à des ama­teurs moins énergiques. Avec leurs bénéfices et la vente du bois abattu, ces avant-gardes auraient vite de quoi s’établir quelque part pour de bon ; mais l’habitude leur est devenue naturelle de se déplacer sans cesse, ils ne peuvent tenir en place. Maintenant cependant que la frontière a atteint à peu près la limite de la forêt, ces bûcherons errants et désormais oisifs commencent à se fixer.

Nous sommes assez grands pour abattre par nous-mêmes notre coin de forêt. Inutile d’acheter deux fois plus cher un emplacement dégrossi à la diable. Le sol est propriété fédérale, arpentée, relevée sur un cadastre rigoureusement géométrique, par les soins de l’Union. […].

  • 51  Jean Canu, Histoire de la nation…op.cit., p. 129-137.

En cette fin de printemps, le travail commence. La clairière est vite élargie, les voisins aident à construire une cabane de troncs d’arbres ; le jour de l’installation, le whisky coule à flots, et l’on danse comme au vieux pays : c’est un jour de fête. Mais il faut songer à l’an prochain à épargner les provisions déjà bien entamées. Semons vite du maïs, du blé, du chanvre ; plantons des légumes. Il sera temps ensuite d’entourer notre propriété d’une palissade de troncs d’arbres, de construire un abri pour les vaches et un autre pour le bois, peut-être même d’équarrir quel­ques planches en forme de table ou de huche pour ajouter au mobilier que nous avons apporté. L’hiver peut venir, nous tiendrons bon jusqu’au printemps. L’an prochain, ce sera la vie abondante et large51. »

25 Mais ce lyrisme n’est pas l’apanage des amateurs. Ces Français ne font que paraphraser les ouvrages des historiens américains tels Nevins et Commager ou Billington. Et René Rémond ne fait pas autre chose en 1959, dans un passage qui est demeuré inchangé au fil des rééditions du « Que sais-je ? » en question jusqu’à la dernière en date, la 19ème, en 2003 :

  • 52  René Rémond, op.cit., p. 53-54.

« La frontière de peuplement qui marque la ligne de démarca­tion entre les territoires défrichés et l’espace encore vierge, est un front perpétuellement mobile : tantôt en avance et tantôt en retrait, elle coïncide rarement avec la frontière politique. D’autre part le même emplacement voit passer des occupants ; c’est cette relève continue qui donne à l’avant-gardeassez de force pou progresser toujours plus loin vers l’Ouest. Ils se sont d’abord engagés dans les quelques passes qui franchissent les Alleghanies, puis ont redescendu le versant opposé, le long des rivières qui ouvrent des trouées dans l’épais manteau des forêts l’Ohio est la principale voie de pénétration, avec son système d’affluents. La voie d’eau est aussi un chemin qui marche : on passe du chariot au radeau. Un radeau est vite construit pour ces hommes exercés au métier de bûcheron : il suffit de quelques coups de hache ; on embarque sur des bateaux à fond plat (flat boats) à cause des bancs de sable qui encombrent le fleuve. Plus tard, au delà du Mississippi, on utilisera surtout des wagons bâchés, tirés par des chevaux ou une paire de boeufs. Le terme du voyage, marqué par la limite extrême du peuplement, atteint, on décharge le bateau dont les planches vont dresser un abri provisoire : on abat les arbres à la ronde, on remet à plus tard d’extirper les souches, et on sème un peu de blé ou de maïs ; on élève quelques volailles. L’année suivante, on arrache les souches, le cercle de la clairière s’agrandit, on aménage la cabane. Quelques pionniers viennent bientôt s’établir dans le voisinage, c’est-à-dire à un mille ou deux. Partout, de place en place, sous la hache, la forêt se troue de mille clairières, qui se rejoignent peu à peu ; des chemins de bois les relient. Bientôt quelque commerçant avisé ouvre un magasin qui fait taverne et où les pionniers trouvent les articles indispensables des semences, de la poudre, du sel, des clous, des fers pour les chevaux, du tissu. Un début de vie collective s’ébauche, on s’entend pour édifier en commun un bâtiment en planches qui tiendra lieu tout à la fois d’école, de temple et de tribunal le jour où un juge est de passage, on élit des responsables pour pourvoir aux intérêts de la petite communauté. Un village est né aventure émouvante où la civilisation se propage avec une merveilleuse vitalité. Désormais ce coin de terre est rattaché au reste du monde : une route l’y relie, la poste fédérale le dessert, l’administration y délègue un de ses agents, le voilà incorporé. Ceux qui préfèrent la solitude à la société des hommes et l’aventure individuelle à l’exploitation régulière ont déjà repris leur marche en avant, et recommencent plus loin une seconde ou une troisième expérience. Ceci se répétant chaque année, naissent ainsi des centaines de nou­veaux centres habités. C’est de la multitude de ces défrichements sur tout le front, que s’accroît chaque année le corps des Etats-Unis ; c’est aussi la somme de ces aventures individuelles qui forge une nouvelle nation52. »

26 Ce récit vaut essentiellement pour la période qui précède la Guerre de Sécession. Après, les « frontières » des mineurs, des cow-boys, avec la montée du progressisme, sont trop prisonnières de logiques industrielles, commerciales, brutalement capitalistes, pour susciter le même enthousiasme : le récit est nostalgique des fermiers héroïques des premiers temps, porteurs mythique des idéaux jeffersoniens.

  • 53  Pierre Chaunu, op.cit., p. 238-242.
  • 54  Ibid., p. 300, 307.

27Pour l’heure, dans les années 1950-1960, le seul historien qui se détache par l’originalité de sa vision est Pierre Chaunu. Car s’il reprend bien le concept de « frontière » sans jamais le critiquer, c’est pour se livrer à une étude comparée et non verser dans l’exceptionnalisme que l’on trouve partout ailleurs. Ainsi les « résistances et conflits de Frontière » sont présentés à travers l’exemple canadien des Métis ce qui permet, de manière implicite un décloisonnement de l’histoire des Etats-Unis, la création d’un récit transnational53. Celui-ci n’est qu’ébauché, pourtant, et ce ne sont pas quelques mentions de l’Ouest américain lorsqu’il est question d’évoquer le Brésil54 qui changent la donne : Chaunu a su envisager des pistes, modifier certains angles de vue, mais est demeuré prisonnier trop souvent encore de l’orthodoxie turnerienne réinventée par Billington.

28De ce point de vue les trois Histoire du Far West parues entre 1967 et 1969, celles de Chastenet, Degas et Rieupeyrout, peinent à se distinguer. Certes les défricheurs de forêts du Kentucky ou de l’Ohio n’ont plus leur place, les pionniers de Jean Canu sont exclus de l’histoire de l’Ouest, remplacés qu’ils sont pour le premier 19ème siècle par les trappeurs des Plaines et des Rocheuses, ou les explorateurs. Mais les Indiens demeurent encore soit hors du récit soit perçus comme son introduction, auquel cas ils ne font que résister puis disparaître, et les héros demeurent ceux des décennies précédentes, même si l’on admet peut-être plus souvent leur part d’ombre. Il est encore difficile d’apercevoir, au loin, un autre modèle, une histoire intégratrice qui n’oublierait aucun des acteurs de l’histoire de l’Ouest et en modifierait en conséquence le cadre conceptuel comme chronologique. En attendant, on ne peut que conclure à l’extrême faiblesse de la contribution des historiens français à une historiographie originale de l’Ouest américain.

Haut de page

Notes

1  Pour faire succinct dans une question qui a suscité une abondante bibliographie : David M. Wrobel, The end of American exceptionnalism: Frontier anxiety from the old West to the New Deal, Lawrence, University Press of Kansas, 1993, 233 p. Allan G. Bogue, Frederick Jackson Turner: strange roads going down, Norman, University of Oklahoma Press, 1998, 557 p. Le dernier bilan en date: « Forum: The American West Enters the Twenty-First Century: Appraisal on the State of a Field », dirigé par David M. Wrobel, The Historian, 66, 3 (Fall 2004), p. 437-564

2  Désiré Pasquet, Histoire politique et sociale du peuple américain. Paris, Picard, 1924 et 1931, 3 vol. , 1087 p. Sur Pasquet voir Tangi Villerbu, La Conquête de l’Ouest. Le récit français de la nation américaine au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 262-272.

3  Edmond Préclin, Les Jansénistes au XVIIIe siècle et la Constitution civile du clergé. Le développement du richérisme, sa propagation dans le bas clergé, 1713-1791, Paris, J. Gamber, 1928, 572 p.

4  Edmond Préclin, Histoire des Etats-Unis, Paris, Armand Colin, 1937, 221 p.

5  Edmond Préclin, « Histoire des Etats-Unis. Des origines à 1787 ». Revue historique, 174 (juillet-décembre 1934), p. 269-303, « Histoire des Etats-Unis ». Revue historique, 174 (juillet-décembre 1934), p. 519-574, et « Histoire des Etats-Unis (1934 à 1940) », Revue historique, (1945), p. Désiré Pasquet avait débuté dans l’exercice : « Bulletin critique. Histoire des Etats-Unis ». Revue historique, 139 (janvier-avril 1922), p. 232-259.

6  Pierre Renouvin, Edmond Préclin et George Hardy, L’époque contemporaine II. La paix armée et la Grande Guerre (1871-1919), Paris, Presses Universitaires de France, « Clio », 1947.

7  Claude Fohlen, L’Amérique anglo-saxonne de 1815 à nos jours, Paris, Presses Universitaires de France, « Nouvelle Clio », 1965, 374 p.

8  Marcel Giraud, Le Métis canadien. Son rôle dans l’histoire des provinces de l’Ouest, Paris, Institut d’ethnologie, 1945, 2 vol. , 1316 p.

9  Jacques Droz, Lucien Genet et Jean Vidalenc, L’époque contemporaine I. Restaurations et révolutions (1815-1871), Paris, Presses universitaires de France, « Clio », 1953.

10  Compte-rendus de François Crouzet dans Annales ESC, 18-2 (mars-avril 1963), p. 404-406.

11  Louis Dermigny, « Les Etats-Unis : historiens et sociologues au travail », Annales ESC, 15-5 (septembre-octobre 1960), p. 974-992, dans lequel le plus grand bien est dit du « Que sais-je ? » de René Rémond, mentionné plus loin, « petit livre si suggestif », p. 975. Et « Amérique et démocratie », Annales ESC, 21-3 (mai-juin 1966), p. 573-607.

12  Georges Weill, Histoire des Etats-Unis de 1787 à 1917, Paris, Félix Alcan, 1917, 216 p.

13  Mais pas le premier savant : Emile Levasseur avait discuté le concept dès 1894, après une visite l’année précédente à l’Exposition de Chicago durant laquelle Turner l’avait présenté, dans L’agriculture aux Etats-Unis, Paris, Berger-Levrault et Cie, 1894, 479 p.

14  Louis Girard, Les Etats-Unis de 1812 à 1860, Paris, Centre de Documentation Universitaire, 1960, 246 p., et Les Etats-Unis de 1861 à 1898, Paris, Centre de Documentation Universitaire, 1959, 310 p.

15  Pierre Chaunu, « Mexique et Texas : un homme de la frontière », Annales ESC, 8-3 (juillet-septembre 1953), p. 423-425. « Collaboration mexicano-américaine et rapports de bon voisinage », Annales ESC, 12-3 (juillet-septembre 1957), p. 134-136.

16  Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques, Paris, Armand Colin, 1964, 470 p. Il faut noter par ailleurs que lorsque Jean-Pierre Berthe discute longuement l’ouvrage de Chaunu, c’est en s’appuyant lui aussi sur l’hypothèse de Turner, voir « ‘L’Amérique’ de Pierre Chaunu », Annales ESC, 21-5 (septembre-octobre 1966), p. 1091-1102.

17  René Rémond, Les Etats-Unis devant l’opinion française, 1815-1852, Paris, A. Colin, 1962, 2 vol. , 968 p.

18  René Rémond, Histoire des Etats-Unis, Paris, Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? », 1959, 128 p. Et Frederick Jackson Turner, La Frontière dans l’histoire des Etats-Unis, traduction Annie Rambert, préface de René RémondParis, Presses Universitaires de France, 1963, 328 p.

19  Jean Canu, Histoire des Etats-Unis, Paris, Presses universitaires de France, « Que sais-je ? », 1941, 128 p. Les Etats-Unis. 1. La terre et les hommes, Paris,La Renaissance du livre, 350 p. Histoire de la nation américaine, Paris, éditions du Chêne, 1947, 515 p.

20  Geneviève D’Haucourt, La Vie américaine, Paris, Presses universitaires de France, « Que sais-je ? », 128 p. La vie agricole et rurale dans l’état d’Indiana à l’époque pionnière, Paris, La Haye, Mouton, 1961, 410 p.

21  Franck Louis Schoell, Histoire des Etats-Unis, Paris, Payot, 1965, 344 p.

22  Firmin Roz, Histoire des Etats-Unis, Paris, Fayard, 1930, 475 p. et de nombreuses rééditions par la suite.

23  André Maurois, Histoire des Etats-Unis 1492-1946, Paris, Albin Michel, 1946, 565 p.

24  Robert Lacour-Gayet, La vie quotidienne aux Etats-Unis à la veille de la Guerre de Sécession, 1830-1860, Paris, Hachette, « La Vie quotidienne », 1957, 292 p.

25  Léon Lemonnier, Histoire du Far West : la ruée vers l’or en Californie, Paris, Gallimard, 1944, 467 p. Histoire du Far West : les Mormons, Paris, Gallimard, 1948, 515 p. La guerre indienne et la formation des premiers Etats de l’Ouest, 1760-1783, Paris, Gallimard, 1952, 517 p.

26  Compte-rendu des Mormons sous la plume de Maurice Lévy dans les Annales ESC, 4-2 (avril-juin 1949), p. 253. Lévy signale un livre « attachant » rédigé avec « brio » mais scientifiquement pauvre. Mais deux ans auparavant la même revue insistait sur la qualité de La ruée vers l’or, « un ouvrage d’ensemble, le premier dans notre langue », ce qui en soi fait toute sa valeur : compte-rendu signé P. L., Annales ESC, 2-2 (avril-juin 1947), p. 250-251.

27  Jacques Chastenet, En avant vers l’Ouest. La conquête des Etats-Unis par les Américains, Paris, Perrin, 1967, 318 p. Réédition sous le même titre, Paris, Presses Pocket, 1969, 311 p. Jacques Degas, Histoire de l’Ouest américain, Paris, Nouvelles éditions latines, 1969, 220 p.

28  Jean-Louis Rieupeyrout, Histoire du Far West, Paris, Tchou, 1967, 443 p. Réédition Paris, Livre de Poche, 1975, 443 p., mais sous une forme abrégée et non illustrée.

29  Jacques Degas, op.cit., p. 211 p.

30  Woodrow Wilson, Histoire du peuple américain, Paris, Bossard, 1918-1920, 2 vol. Eward Channing Histoire des Etats-Unis d’Amérique (1765-1865), Paris, A. Colin, 1919 [1896], 431 p. David Saville Muzzey, Histoire des Etats-Unis d’Amérique, Paris, Larousse, 1921 [1911], 744 p. Max Farrand, Les Etats-Unis : formation historique de la nation américaine, Paris, Hachette, 1919 [1918], 235 p.

31  Henry William Elson, Histoire des Etats-Unis. Paris, Payot, 1930 [1918], 1079 p. J. T. Adams, L’aventure américaine : Histoire nouvelle des Etats-Unisn par un Américain, Paris, Payot, 1933, 428 p.

32  Alan Nevins et Henry Steele Commager, Petite Histoire des Etats-Unis, New York, Overseas editions, 1942, 438 p. Charles et Mary Beard, Histoire des Etats-Unis, Paris, Hachette, 1952 [1942], 455 p. Russel Blaine Nye et Jack Eric Morpurgo, Histoire des Etats-Unis, Paris, Gallimard, 1961 [1955], 563 p. Harry Cranbrook Allen, Les Etats-Unis. Histoire/politique/économie, Vervies, Gérard, « Marabout université », 1967, 283 et 288 p.

33  Henry Nash Smith, Terres vierges. De l’Ouest américain considéré comme symbole et comme mythe, Paris, Seghers, 1967 [1950], 509 p ; Bayrd Still, Pionniers vers l’Ouest, Traduction par Eric Deschodt, Paris, Seghers, 1965 [1961]. 2 vol. 191 et 208 p.

34  Désiré Pasquet, op.cit., p. 256.

35  Pierre Renouvin...op.cit., p. 229.

36  Jacques Droz…op.cit., p. 527.

37  Pierre Chaunu, op.cit., p. 235-258.

38  Claude Fohlen, op.cit., p. 322-325.

39  Le comptage ne prétend pas à la perfection, il est réalisé grâce au catalogue collectif du Sudoc. Doublons et défauts de rétroconversion de certains fonds anciens peuvent jouer.

40  Walter Prescott Webb, The Great Plains: a history of institutions and environment, Boston, Ginn and Company, 1931, 525 p.

41  Ray Allen Billington, Westward Expansion: A history of the American Frontier, New York, Macmillan, 1949, 873 p.

42  Jacques Droz… op.cit., p. 528.

43  François Crouzet, « Amérique du Nord », Annales ESC, 18-2 (mars-avril 1963), p. 406.

44  Claude Fohlen, op.cit., p. 325.

45  Howard Lamar, Dakota Territory: A study of frontier politics, New Haven Yale University Press, 1956, 304 p. et The Far Southwest 1846-1912: A Territorial history, New Haven, Yale University Press, 1966, 560 p. Earl Pomeroy, The territories and the United States, 1861-1890: studies in colonial administration, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1947, 163 p. In search of the golden West; the tourist in Western America, New York, Knopf , 1957, 233 p. et The Pacific slope: a history of California, Oregon, Washington, Idaho, Utah, and Nevada, New York, Knopf, 403 p. Richard C. Wade, The urban frontier; the rise of western cities, 1790-1830, Cambridge, Harvard University Press, 1959, 362 p.

46  Louis Girard, Les Etats-Unis de 1861…op.cit., p. 149.

47  René Rémond, Histoire…op.cit., 53.

48  Jean Canu, Histoire…op.cit., p. 25.

49  Robert Lacour-Gayet, op.cit., p. 124.

50  Robert Lacour-Gayet, op.cit. p. 130-133.

51  Jean Canu, Histoire de la nation…op.cit., p. 129-137.

52  René Rémond, op.cit., p. 53-54.

53  Pierre Chaunu, op.cit., p. 238-242.

54  Ibid., p. 300, 307.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tangi Villerbu, « Écrire l’histoire de l’Ouest américain en France, 1917-1969 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 22 janvier 2010, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/58661 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.58661

Haut de page

Auteur

Tangi Villerbu

Maître de conférences en histoire contemporaine, Université de La Rochelle, tvillerb@univ-lr.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page