Navigation – Plan du site
Sílvia Capanema P. de Almeida

Nous, marins, citoyens brésiliens et républicains” : identités, modernité et mémoire de la révolte des matelots de 1910

Thèse soutenue à l'EHESS de Paris le 01/12/2009. Directeur de thèse :Juan Carlos Garavaglia. Membres du jury : Arlette Farge, Nikita Harwich, Marco Morel, Jorge Santiago.
We, sailors and citizens of the republic of Brazil”: identities, modernization and the record of the past in the Mutiny of 1910
Nós, marinheiros, cidadãos brasileiros e republicanos”: identidades, modernidade e memória na revolta de 1910
[26/01/2010]

Résumés

En novembre 1910, plus de 2000 marins brésiliens prirent le contrôle des principaux bâtiments de guerre de la République et braquèrent leurs canons sur la capitale Rio de Janeiro afin d’obtenir l’abolition des châtiments corporels dans la Marine. Victorieux dans un premier temps, les marins furent trahis et massacrés plus tard, suscitant l’émotion de l’opinion publique. Devenue depuis un lieu de mémoire, la Revolta da Chibata (Révolte du Fouet) contribua à créer un nouvel héros national : “l’amiral noir” João Cândido. Une étude plus approfondie des marins et de leurs conditions de vie permet de nouvelles lectures. Ces jeunes hommes, pour la plupart originaires du nord-est du Brésil, formés à l’école des apprentis marins, souvent noirs ou métis, mais aussi blancs, voyageaient dans de nombreux pays étrangers où ils pouvaient échanger leurs expériences avec d’autres matelots. À bord cependant, ils demeuraient soumis à une discipline rigoureuse et confrontés à la persistance de préjugés hérités du régime esclavagiste, dans le contexte de la modernisation de la Marine de guerre. Les marins aspiraient pourtant à devenir des acteurs à part entière de ce processus et revendiquaient la liberté, condition première de la citoyenneté. Ils organisèrent une des plus importantes révoltes de la période, un soulèvement aux implications politiques multiples marquant le passage de revendications sur l’usage du corps physique du marin à l’émergence d’une conscience commune : celle du Corps des Marins Nationaux. La question posée est celle de l’identité des marins, de la modernisation de l’Armada aux temps de la Première République et de la place de l’événement dans la mémoire nationale.

Haut de page

Texte intégral

Du tatouage chez les marins brésiliens à l'aube du XXe siècle : vers une identité commune ?1

  • 1  Cet article est un extrait d'une partie du quatrième chapitre de notre thèse, intitulé “Corps marq (...)
  • 2  Chico Buarque et Ruy Guerra, Tatuagem, 1973. “Je voudrais rester sur ton corps comme un tatouage, (...)

“Quero ficar no teu corpo feito tatuagem, que é para te dar coragem, para seguir viagem, quando a noite vem. (...) E nos músculos exaustos dos teus braços, repousar frouxa, murcha, farta, morta de cansaço. (…) Corações de mãe, arpões, sereias e serpentes, que te rabiscam o corpo todo mas não sentes2.”

  • 3  “Identités, origines et trajectoires : un profil collectif des marins et soldats navals”, p. 150-1 (...)

1Les musiciens et poètes contemporains brésiliens Chico Buarque et Ruy Guerra ont composé cette chanson (Tatuagem) en 1973. Oublions évidemment l’anachronisme de cet exemple et essayons d’être sensible à certains éléments suggérés par ces paroles sur la “fonction” des tatouages : l’inscription des lettres et dessins sur le corps pouvant combler le vide d’une absence (“pour te donner du courage, pour poursuivre le voyage quand la nuit tombe”), absence peut-être habituelle chez les marins, qui pouvaient passer des mois en voyage et surtout, dans le cas de la Marine brésilienne, étaient en grande partie originaires d’autres États de la République tout en vivant à Rio, comme nous le démontrons dans le chapitre 3 de la thèse en question3.

  • 4  Michel Verge-Franceschi, “Tatouage”, In: Michel Verge-Franceschi, Dictionnaire d'histoire maritime (...)

2Nous savons que le tatouage fut introduit dans le monde occidental dès le au XVIe siècle par les marins, notamment français et anglais, envoyés en mission en Polynésie. Si les galériens du roi étaient déjà marqués, les matelots voulurent imiter les coutumes autochtones et garder un souvenir de leurs voyages. Quelques bateaux transportèrent même des tatoueurs en Europe. En ce qui concerne les motifs, alors que les marins anglais préféraient des motifs religieux, les Français désiraient reproduire un état d'âme ou l'être aimé et absent (visages, initiales, serments). Néanmoins, en France, des décrets ministériels interdirent le tatouage en 1831, 1841 et 1860, tandis qu'il devenait un objet d'étude scientifique. Au début du XXe siècle, les motifs deviennent volontiers “crapuleux”, le tatouage étant considéré comme une infraction à la discipline en 1910 et devant être un signe particulier à signaler sur le livret matricule des militaires en 1913 dans la Marine française4.

  • 5  Le Gabinete de Identificação da Marinha (GIM) – le bureau d’identification de la Marine – fut créé (...)
  • 6  Nous remarquons ici que des tatouages sur d’autres parties du corps des marins, comme le dos, pouv (...)

3Les archives du GIM (le Service d'identification de la Marine) nous réservent aussi des surprises en ce domaine : dans leursouci de ficher les individus en fournissant le maximum de données sur leurs corps afin qu’ils soient facilement identifiables en cas de nécessité (promotions, punitions), les agents de ce service ont aussi fait des notes sur les tatouages ou autres signes portés par les membres de la Marine5. Sur les fiches, dans un cadre réservé aux “marques particulières, cicatrices et tatouages” et divisé en trois sections “main droite, main gauche et tête6“, ils indiquaient et décrivaient les différents signes, comme les cicatrices sur les bras ou la tête, les marques visibles de variole, les dessins tatoués. Plus tard, cet espace des fiches sera aussi utilisé pour joindre les photos, faute d’un cadre destiné exclusivement pour cette fin.

4Dans la plupart des cas, ces cadres restaient vides. Mais nombreux sont les registres où on lit “cicatrice provoquée par blessure”, “signes de variole” et, le cas échéant, la description du tatouage. Parfois, l’agent identificateur reproduisait ou essayait de reproduire les dessins inscrits sur le corps de l’identifié, comme nous le voyons sur la fiche de l'image 1.

  • 7  Nous avons consulté les livres 1, 2, 3, 4 et 5 de Marins Nationaux du Service d'Identification de (...)
  • 8  Ces fiches indiquaient soit que l’individu vivait dans la prison à l’Ilha das Cobras, soit qu’il é (...)
  • 9  Pour les classifications de couleur, se rapporter au chapitre 3 et aussi à : Sílvia Capanema P. de (...)

5Avant de saisir le sens de ces dessins, il nous faut faire une brève analyse quantitative de ces marques corporelles7. Dans le premier livre de marins nationaux, 13 registres (5,2% des 250 fiches) indiquent que le marin identifié avait un tatouage, contre 11 chez les soldats navals (11% sur un total de 100 fiches analysés du premier livre de 1908).Dans ces groupes, souvent (dans 20 cas, pour un total de 24 marins et soldats possédant un tatouage), l’individu identifié présentait plus d’un tatouage. Souvent aussi, sur 7 cas de marins et 3 de soldats tatoués, ces individus avaient déjà connu la prison : soit les cellules militaires, soit ils étaient passés par la police avant d’être enrôlés dans la Marine8. L’échantillon étudié montre que les personnes qui avaient un tatouage étaient : 13 identifiés comme “Pardos”, 9 étaient de couleur blanche et 2 étaient identifiés comme de couleur mate. Aucun d’entre eux n’était identifié comme Noir9.

6Si dans certains cas les identificateurs de la Marine indiquent “tatouage illisible”, en général, les dessins tatoués peuvent être divisés en quatre groupes : des initiales ou des noms de personnes,des symboles typiques de la Marine (tels que les ancres), symboles extérieurs au domaine de la Marine signifiant l’amour ou l’amitié (les cœurs percés, les mains entrelacées), d’autres symboles extérieurs à la Marine ayant d’autres significations (des étoiles, les “cinq points”, des branches, des animaux, des croix). Certains individus portaient plus d’un signe combiné, comme, par exemple, les initiales et les cœurs percés.

7À ce titre, la fiche 178 reproduite ci-contre (image 1) est particulièrement intéressante. Il s’agit du marin José da Silva de Azevedo, âgé de 18 ans, né dans la capitale fédérale et ayant reçu une éducation rudimentaire. Il était “Blanc bronzé”, selon l’identification de sa couleur, et avait une petite moustache sur la lèvre. Il était en outre célibataire et habitait le Corps de Marin Nationaux, toujours d’après sa fiche. Il portait une véritable profusion de symboles tatoués : sur la main et le bras droit, il y avait un cœur percé, deux croix différentes, une branche, une étoile, les “cinq points”, le nom Adélia et d'autres symboles difficiles à identifier ; sur la main et bras gauche, il avait le nom Maria A.S.A, une branche, les initiales J.S.A (peut-être de José da Silva Azevedo), des petits points. Ce matelot avait tatoué sur son corps la plupart des symboles communs que nous trouverons chez les autres marins et soldats.

Image 1 : Modèle de fiche du GIM portant la description des tatouages

Image 1 : Modèle de fiche du GIM portant la description des tatouages

Source : L1, MN, 1908, fiche 178

  • 10  Le “vagabondage” était une contravention prévue dans le Code Pénal de la République de 1890, ainsi (...)

8Le marin de couleur blanche Jacinto Pereira Cândido da Silva était aide-maçon de profession, âgé de 19 ans et né dans la capitale fédérale. Lui-aussi avait tatoué, sur le bras droit, des initiales qui semblent se rapporter à son propre nom : J.P.C. et une flèche qui “faisait le tour de ces lettres”. Son casier judiciaire indique qu’il avait été détenu pour vagabondage en juin 1907 et qu’il portait le nom de Jacinto Pereira Cândido (sans le dernier nom, da Silva), ce qui correspond aux initiales tatouées10. Un autre marin, João de Oliveira (25 ans, né à Rio, célibataire, sans instruction et “Pardo”) avait tatoué son propre prénom “João” sur le bras, à côté de plusieurs autres initiales.Mais ces initiales étaient normalement celles d’un tiers, comme c’est le cas du marin José Ferreira, de 17 ans, célibataire, né à la Paraiba, “Pardo”, sans instruction selon sa fiche, qui avait tout simplement les initiales A.M.C sur le bras. Parfois, ces initiales étaient entourées d’un cœur, composant ainsi, de façon claire, une déclaration d’amour. Ceci est le cas du marin national Laurentino da Silva, 26 ans, célibataire et qui se trouvait dans une cellule dans la prison militaire de Ilha das Cobras. Il était “Pardo” et sans instruction, portant, sur le bras droit, les initiales E.V.N, alors que sur le bras gauche il avait fait dessiner un cœur percé par une flèche à l’intérieur duquel on lisait J.C.F. Il possédait aussi le tatouage d’une étoile, au-dessus de laquelle était écrite la lettre E. Dans d’autres cas, les identifiés par le GIM préfèrent se faire tatouer des noms entiers sur les bras, comme c’est le cas du marin Arlindo Cruz, “Pardo”, 22 ans, né à Rio, d’éducation rudimentaire et qui était “condamné” lors de son identification. Il possédait de nombreux dessins tatoués, parmi lesquels une branche, mais aussi les noms Joana, Luiz de Castro, Maria, Arlindo, un cœur percé par une flèche, une épée, une tête de mort, le mot Julho (un prénom, le mois de juillet ?), et, au dos de la main, un clairon.

  • 11  Les inscriptions des marins anglais emprisonnées dans les prisons maritimes de France au XVIIIesiè (...)
  • 12  Voir chapitre 3 de la thèse, op. cit.

9Malgré l’exemple d’Arlindo Cruz, qui possédait des noms tatoués de personnes des deux sexes, tout nous indique que généralement ces initiales se rapportaient à des noms de femmes, voire plusieurs noms de femmes, comme dans le cas du registre 11 du Corps des Marins Nationaux : Le “Pardo” José Juaquim da Cruz, âgé de 21 ans, célibataire, né dans l'État de Paraiba et sans instruction, portait une branche tatouée sur le bras, ainsi que trois ou quatre noms de femmes (Ousidia M. A., Conceição M. C., Elizia MG, R.M.C. Jorgina). Ainsi, si les signes tatoués représentaientla fidélité à une personne aimée et absente (ou à plusieurs personnes), ces marques avaient aussi un motif esthétique, voire sensuel (“sur les muscles épuisés de tes bras, je reposerai faible, molle, morte de fatigue.”). Cette esthétique avait certes un sens d’engagement, mais un tatouage n’est pas fait uniquement pour la personne qui le porte, il est surtout un élément à exhiber. Les noms de femmes, les initiales pouvaient indiquer (ou vouloir indiquer) l’accentuation des valeurs de masculinité. Le port du tatouage en soi pouvait suggérer le courage, de la force ou du pouvoir ; un besoin de renforcer son identité et de montrer aux autres cet amour propre ; d’où les références au propre nom11. Nous remarquons aussi qu’en général les personnes écrivaient trois initiales, probablement le prénom et les deux noms de famille. Or, comme nous l'avons démontré12, avoir un nom de famille complet, hérité d'un père et d'une mère, n'était pas si évident chez cette population de matelots et fusiliers marins, d'où peut-être cette fierté d'exposer les trois initiales, fussent-elles du propre militaire ou d'une personne aimée et importante.

  • 13  Un autre individu, le marin pardo Basílio Ferreira dos Santos, 24 ans, né à Bahia, sans instructio (...)
  • 14  Deux autres marins possèdent des numéros marqués sur les corps : il s’agit de la fiche 532 (MN, L3 (...)

10Le jeune matelot de 16 ans Alfredo Paulino Alves, d’instruction rudimentaire et “Pardo” selon son registre, avait aussi tatoué sur le bras droit un chiffre, ou bien, une date : 1905. En outre, ce marin avait, sur l’autre bras, un tatouage d’un cœur dans l’intérieur duquel on voyait les cinq points, ce qui peut indiquer que celui-ci était un symbole cher pour cet individu13. Si, pour comprendre le sens de la date 1905 il aurait fallu en connaître plus de la vie personnelle d’Alfredo, les cinq petits points nous semblent avoir une signification collective. Ils sont présents au moins chez 7 individus de la population étudiée14. Les autres symboles partagés, comme nous l’avons vu, sont les cœurs, les branches, les croix, les étoiles, les noms et les initiales – qui ne sont pas les mêmes d’un bras à l’autre, mais qui composent un langage commun.

11En ce qui concerne les dessins différents, nous avons la représentation des animaux, comme c’est le cas du fusilier marin Manoel Martins da Silva, âgé de 23 ans, né à l'État de Rio, Blanc et célibataire, qui possède le tatouage d’un chat, ainsi que deux autres avec des initiales et un troisième représentant une étoile. C’est aussi le cas du marin Antônio Elísio da Silva, 18 ans, né au Piauí, de couleur “parda”, qui a plusieurs tatouages qui représentent une croix, un poisson et des initiales. Ce marin devient sous-officier, comme l’indique sa fiche (la profession de marin national est barrée en rouge et on écrit par-dessus “sous-officier”). Ce marin était aussi célibataire en 1908 avant de se marier, comme l’indique une correction apportée sur sa fiche. Ces nouvelles données sont ajoutées sur sa fiche en 1933 et 1944, quand on joint aussi deux photos de lui sur son registre. Cet exemple indique que des marins tatoués pouvaient aussi avoir des promotions, même s’il s’agit du seul cas enregistré que nous avons rencontré.

12Quant aux autres signes, un soldat naval, João de Araújo Costa, 23 ans, originaire du Minas Gerais, Blanc, célibataire et d’éducation rudimentaire, porte plusieurs tatouages : une croix, un cœur percé par une épée avec les initiales J.A.C. (João de Araújo Costa) à côté des initiales J.B.N., les cinq points et une branche avec un nouveau signe, le fruit de la noix de cajou. Un marin porte un tatouage propre au milieu de la Marine : une ancre. Il s’agit du “Pardo” Manoel José de Santana, 23 ans, né au Pernambuco, célibataire, sans profession et d’instruction rudimentaire, qui possédait aussi une étoile tatouée sur l’autre bras. Même si c’est très difficile de déchiffrer ce langage des tatouages, qui ont toujours un sens privé ne pouvant être compris que par la connaissance de l’histoire de chaque individu, quelques autres témoignages de l’époque, au Brésil et ailleurs, peuvent nous aider à comprendre ces écritures sur la peau.

L'écriture des tatouages : un code déchiffrable ?

  • 15  João do Rio, “Os tatuadores”, In : RIO, João do, A alma encantadora das ruas [1908], São Paulo, Co (...)
  • 16  Sur la vie et le travail de João do Rio, voir : João Carlos Rodrigues, João do Rio: uma biografia, (...)
  • 17  Cette religion peut recevoir différentes formes et nominations, celle de candomblé à Bahia, de xan (...)
  • 18   João do Rio, “Os tatuadores”, In : João do Rio, A alma encantadora, op. cit., p. 103-105.

13Le chroniqueur João do Rio écrivit sur les tatouages et les tatoueurs dans les rues de Rio au début du XXe siècle15. Considéré comme un “dandy brésilien de la fin du siècle”, ce journaliste, dont le vrai nom était Paulo Barreto, fut un des principaux chroniqueurs des rues de Rio de Janeiro, d'où le célèbre surnom qu’on lui prêta de son vivant16. D’après lui, il y avait trois types d’individus tatoués à Rio : 1) Les Noirs, qui se faisaient tatouer des croix, des fétiches et des armes de Xangô et Oxum, entités du candomblé17 brésilien, et la couronne impériale, même s’ils hésitaient à expliquer sa signification ; 2) Les “Turcs au fond religieux”, y compris les musulmans, les maronites, les schismatiques et les juifs, “pleins de superstitions, peurs et craintes”, qui possédaient des tatouages d'icônes primitifs, des initiales, des cœurs, les cinq franges bleues ; 3) Les personnes “de la rue”, c’est-à-dire, les prostitués, les ouvriers, les marins, les soldats, les criminels, les rufians, les camelots, les vagabonds, qui se faisaient tatouer “de tout et n’importe quoi18“. Ces dessins pouvaient indiquer des références “religieuses, d’amour, de vengeance, de mépris, de profession, de beauté, de race ou des noms et tatouages obscènes”. Mais plus que des signes portés par des individus, les tatouages pouvaient aussi marquer une appartenance aux couches populaires et parfois dangereuses. 

  • 19  João do Rio dit qu'il avait comptabilisé 30 tatoueurs rien que dans les rues du centre de Rio, com (...)
  • 20  C'est en compagnie de Madruga que João do Rio fera la connaissance des tatoueurs et tatoués, duran (...)
  • 21  Sur les prostituées, voir : Idem, p. 110-111 ; Sur Madruga et les tatoueurs, voir : Idem,p. 105-10 (...)
  • 22 Idem, p. 109.

14 João do Rio remarque ainsi que, tandis que quelques immigrants portugais, naïvement, se faisaient tatouer dans les rues de Rio (en général, le symbole de leur village et leur prénom), des criminels essayaient de dissimuler leurs marques distinctives, des signes de marginalité facilement décodés par les services d’anthropométrie de la police. Mais le tatouage était devenu une industrie, avec “un chef, un sous-chef et d'autres pratiquants”. Ils étaient pour la plupart formés dans les prisons et casernes ou “lors des moments d'oisiveté19“. Le chef des tatoueurs se surnommait Madruga ; il avait fait de la prison à plusieurs reprises pour désordre urbain, avait plusieurs amantes et était aussi poète satyrique et compositeur de modinhas (chansons populaires). Son corps présentait une synthèse intéressante des emblèmes tatoués : il avait le dessin du Christ sur la poitrine, un serpent sur la jambe, ainsi que le signe de Salomon, les “cinq plaies”, une sirène dans d'autres parties de son corps et, sur le bras droit, ses conquêtes personnelles (mais il pouvait y effacer certains dessins quand il s’en détournait)20. Les femmes aussi, notamment les prostituées, avaient leur façon de marquer par le tatouage le chagrin ou la haine, en écrivant en-dessous des pieds ou sur la cheville le nom du “maudit”. Quand elles atteignaient un âgé plus avancé, elles demandaient d'effacer leurs marques, “puisqu'elles voulaient arriver propres au-delà21“. On portait un tatouage sur le dos, les jambes, les bras et les mains, mais les bras étaient réservés pour les noms des amantes, les dessins sensuels et les cœurs, alors que la poitrine était généralement réservée aux “choses importantes, aux références de nostalgie, de croyance ou de religion22“.

  • 23 Idem,p. 108.

15On constate donc un certain déplacement sémantique des tatouages : des marques ayant une signification dans la religion juive étaient portées à Rio de Janeiro “par des bandits ordinaires”. Tel est le cas des cinq points ou “cinq plaies”, normalement tatoués en bleu sur la main : ils font écho, selon les observations de João do Rio, aux “cinq franges” du taleth (le châle dont les juifs se couvrent pour prier), mais étaient également portés par d’autres personnes. “Des rufians des rues de Rio” avaient sur la main droite, entre la pouce et l'index, les “cinq plaies” : “aucun parmi eux ne doute de pouvoir abattre l'ennemi avec une gifle donnée par une main ainsi marquée23“.D'autres matelots tatouaient le “signe de Salomon”, une autre référence d'origine religieuse et connue aussi comme “étoile de David” dont ils s'étaient appropriés et qui pouvait aussi signifier l’idée de “protection”.

  • 24  João do rio, As religiões no Rio [1904], Rio de Janeiro, José Olympio, 2006 ; voir les chapitres “ (...)
  • 25  Selon João Carlos Rodrigues, les cinq articles de João do Rio sur les religions afro-brésiliennes (...)

16De même, certains tatouages pouvaient indiquer la fréquentation des religions afro-brésiliennes, notamment le candomblé, comme les armes de Xangô (en général représentées par une hachette à deux lames). Dans As religiões no Rio, João do Rio écrit sur l'immigration des maronites – des chrétiens originaires de l'empire Ottoman et qui étaient souvent désignés au Brésil comme des “Turcs” – et des juifs – qui n'étaient pas exclusivement des riches bijoutiers, mais aussi des gens modestes, comme des rufians et de prostituées venant des milieux autrichiens, russes, marseillais et argentins24. Dans un autre chapitre de ce même livre, intitulé “No mundo dos feitiços (dans le monde de la sorcellerie)”, il décrit les religions afro-brésiliennes pratiquées alors à Rio, en les divisant en 3 catégories : les alufás ou malês – des musulmans originaires des ethnies haussa et iorubá - ; les orixás ou candomblé– qui venaient des ethnies gegê et iorubá; et les cabindas, congos ou angolas –des créateurs de la macumba (culte syncrétique dérivé du candomblé, mais avec des influences plus visibles du catholicisme, du spiritisme et d’éléments amérindiens)25.Alors que les alufás étaient lettrés et étudiaient le Coran, les autres s’initiaient par la transmission orale, même si, en ce qui concerne les orixás, ils avaient gardé leur langue, le egbá.

  • 26  João do Rio parle d'un milliers d'Africains trafiqués et qui vivaient toujours à Rio (João do Rio, (...)
  • 27 João do Rio, “No mundo dos feitiços”, In :As religiões no Rio, op. cit., p. 19-88.

17João do Rio, accompagné du Noir Antônio (qui ne s'intéressait qu'à l'argent et au vinde Porto, mais qui connaissait les religions afro-brésiliennes et ses lieux à Rio), visite les rues du centre-ville où logeait de nombreux Bahianais vivant à Rio et même des Africains affranchis adeptes du candomblé26.Il enregistre des phénomènes de syncrétisme, sans pourtant les nommer en tant que tel, comme les équivalences entre les saints catholiques et les orixás. Mais ces religions noires et notamment la pratique de la sorcellerie étaient vues avec scepticisme, voire avec méfiance par João do Rio. À plusieurs reprises, il suggère que les leaders spirituels étaient d’abord intéressés par l'argent. Les pratiques religieuses sont décrites à un public de lecteurs qui semblait méconnaître ces religions, tout comme João do Rio lui-même, qui ne cache pas son étonnement à la vue des rituels de sacrifice d'animaux, ainsi que du comportement (la transe) des personnes impliquées dans ces manifestations27. Ces pratiques étant apportées par les migrants et immigrants, toutes ces religions contribueront à la formation de diverses composantes de la culture brésilienne, en particulier à Rio, comme les tatouages des matelots en témoignent.

  • 28  In : João Rio, “Os tatuadores...”, op. cit.

18Toutefois, il faut préciser que les fiches d'identification ont aussi leurs limites. Fréquemment, les écrits et les dessins sont illisibles et les identificateurs eux-mêmes donnent des signes de méconnaissance à propos du monde des matelots et soldats. Ils avaient du mal à dessiner et, dans leurs registres, ils écrivaient assez souvent qu'ils n'avaient pas pu déchiffrer ces marques corporelles. En outre, comme ils ne notaient que des données concernant les marques existant sur les mains, bras et têtes, nous ne ne savons pas grande chose des autres dessins inscrits sur le dos, le ventre, les jambes ou d'autres parties du corps. Selon le récit de João do Rio, quelques marins portaient des tatouages religieux sur la poitrine et sur le dos afin de repousser les châtiments corporels, comme un marin appelé Joaquim : “qui a le Christ crucifié sur la poitrine et une croix noire sur les dos. Il fut malin lorsqu'il demanda d'y inscrire ces symboles : quand il subit des châtiments, les gardes se sentent effrayés et n'ont pas le courage de le tabasser28.”

  • 29  Voir : João do Rio, “Os tatuadores...”, op. cit., p. 109 ; João do Rio, “No mundo dos feitiços”, I (...)
  • 30  La moyenne d'âge dans le Corps des Marins Nationaux était de 20 ans en 1908, c'est-à-dire qu'ils é (...)

19Nous n'avons pas non plus trouvé dans notre échantillon de symboles qui se rapporteraient à la période impériale, comme des couronnes, même si João do Rio en mentionne dans son texte sur les tatoueurs daté de 1904puis dans la version publiée de 1908, mais aussi dans As religiões no Rio, de 1904, dans lequel il dit que presque tous les sorciers du candomblé avaient des photos de l'empereur dans leur maison29.Peut-être que cette absence s'explique par l'âge des matelots, qui étaient presque tous nés pendant les dernières années de l'Empire et qui formaient une nouvelle génération pour laquelle les figures populaires de l'empereur et de la princesse Isabel étaient déjà des références lointaines30.

Le corps comme parole : un langage universel ?

  • 31  Cette étude est présentée et commentée dans : Philippe Artières (org.), À Fleur de peau: médecins, (...)
  • 32  Idem, “Pour la vie”, op. cit., p. 8.
  • 33  Alexandre Lacassagne, “L'enquête d'Alexandre Lacassagne (1881) : Classification des dessins de tat (...)

20Des symboles similaires aux tatouages portés par les hommes de mer brésiliens pouvaient être rencontrés également dans les pays européens et en Amérique du Nord. Les tatouages étaient des marques corporelles fréquentes au sein des classes populaires, comme nous le révèle l'étude du professeur Lacassagne, médecin qui a réalisé une enquête entre 1880 et 1910 sur les tatouages de prostituées, marins, soldats et prisonniers français31. En Europe aussi, les tatouages étaient un signe d'identification pris en compte par les services anthropométriques, mais aussi le stigmate, pour les regards extérieurs, des classes dangereuses. Mais, pour les individus tatoués, ils pouvaient être un ultime recours pour l'écriture de soi, un élément biographique. Surtout pour ceux ne maîtrisant pas l'écriture, le tatouage devenait en quelque sorte “l'unique récit possible”, étant ainsi, “la forme archaïque, le degré zéro de l'autobiographie32.” L'étude de Lacassagne est originale dans la mesure où ce médecin s'intéressa, outre aux questions d'identification chères à la police, aux données biographiques des tatoués. Il dit avoir réuni plus de 2000 tatouages, auprès de 550 individus. Sur une population de 378 individus qui avaient subi une condamnation dans le milieu militaire, “100 seulement avaient été tatoués avant l'entrée au service, 278 après leur incorporation33“. À propos de ces derniers, il constate également que :

  • 34  Idem, p. 27.

“Il ne faudrait pas, d'après ces chiffres, accuser d'une manière absolue la vie militaire. Cette influence est faible et le milieu militaire n'a pas, de ce point de vue, l'importance du milieu nautique. L'influence vraie est celle de la prison. Pour passer le temps, on se tatoue et on se fait tatouer34.

  • 35  En ce qui concerne les lieux du corps où les tatouages s'inscrivaient, ce médecin constate une var (...)
  • 36  Idem, p. 41.
  • 37  Le total de tatouages étudiées est de 1333. Idem, p. 23-45.

21Bien qu'ayant un niveau d'éducation très faible, 299 des tatoués savaient lire, contre 79 qui ne savaient pas lire. En ce qui concerne les dessins tatoués, le médecin les répartit en 7 catégories35 : 1) Emblèmes patriotiques et religieux (diables, saint-esprit, crucifix, tombeaux, tatouages franc-maçonniques, buste de la République ...) – 91 tatouages ; 2) Emblèmes professionnels (marteau, compas, pour les maçons; hache, pour les charpentiers; tête de bœuf, pour les bouchers; l'inscription “Marine”, ancres, matelots, un bateaux et ancre câblée, insigne de la Marine, tonneau et hache, pour les marins; entre autres professions) – 98 tatouages; 3) Inscriptions (des sentences, des formules, des proverbes, des dates rappelant la date de naissance, de tirage au sort, le numéro de la conscription, la date du tatouage, la date d'une condamnation. Quelques sentences communes étaient : “enfant du malheur”, “pas de chance”, “souvenir de l'Afrique”, “mort aux femmes infidèles”, “pensez à moi”, “vengeance”, “honneur aux armes”, etc) - 111 cas; 4) Emblèmes militaires (tous les différents corps de l'Armée sont représentés) – 149 exemples ; 5) Emblèmes-métaphores (cœurs percés, des étoiles, des ancres, des mains entrelacées, des poignards dans la région mammaire gauche; la pensée, qui est à la fois la fleur et l'emblème-métaphore le plus représenté, puisque, selon l'auteur : “l'homme du peuple n'admet réellement que la pensée. C'est la fleur du souvenir et de l'espérance. Une pensée est suivie ou plus souvent surmonte les mots : à moi, à elle, à ma sœur, à Marie, etc36“ ; des lions, des serpents, des tigres et des chiens) – 260 cas ; 6) Emblèmes d'amour et érotiques (des bustes de femmes, de femmes nues, des verges, la femme-canon, etc) – 280 cas ; 7) Emblèmes fantaisistes, historiques (les sirènes, un Apollon, un cupidon, les mousquetaires, qui apparaissait 30 fois, 5 fois le portrait de d'Artagnan, Jean Bart, personnage populaire parmi les marins, Napoléon, Napoléon III, Jeanne d'Arc, Marie Stuart, Garibaldi, etc. Plusieurs autres “pour en retirer bénéfice ou même pour se distraire, tatouent leurs camarades.”) - 344 cas37.

  • 38  Comme Arlette Farge le démontre à propos des écrits portés sur les corps des membres des couches p (...)

22D'après le docteur Lacassagne, beaucoup de tatoués ignoraient la signification des tatouages qu'ils portaient. Quoi qu'il en soit, ce panorama dessiné par le médecin français de la fin du XIXe siècle sur les tatouages des militaires qui avaient été condamnés indique une très grande richesse de symboles. Les emblèmes étant souvent répétés, nous pouvons aussi imaginer qu'ils constituaient un langage. À côté de symboles indiquant une appartenance religieuse, amoureuse, culturelle, l'expression de la violence, de la haine et de la sensualité, nombreux sont les dessins révélant une identité professionnelle, notamment celle de militaire et de marin. À travers le tatouage, l'homme du peuple, devenu militaire et condamné pour une faute aux yeux des autorités de leur époque, essayait de devenir l'acteur de sa destinée et de se donner une histoire et une identité (ou d'en renforcer une, puisque nombreux sont ceux aussi qui tatouaient leurs propres noms)38.

  • 39  João do Rio, “Os tatuadores”, op. cit., p. 109.

23L’occurrence fréquente des mêmes représentations inscrites sur les corps des marins et soldats navals brésiliens et sur les bras, poitrines, dos et jambes des hommes d’autres parties du monde nous invite à nous interroger sur les influences extérieures et les échanges qui pouvaient avoir lieu entre les différents univers, y compris en ce qui concerne la construction d’une identité professionnelle dans la Marine elle-même. Ainsi, toujours selon les mots de João do Rio : “La sirène donne de l'astuce ; le serpent, de l'attraction ; le poisson signifie la légèreté dans l'eau ; l'ancre et l'étoile, l'homme de la mer ; les armes de la République et de la Monarchie, leur compréhension politique. Selon le nombre de couronnes de la Monarchie que j'ai vues, ces gens sont presque tous des monarchistes39.”

  • 40  Cette révolte éclata le 22 novembre 1910 et dura environ 5 jours, rassemblant plus de 2000 marins (...)
  • 41  Cf. José Murilo de Carvalho, “Os Bordados de João Cândido”, In : José Murilo de Carvalho, Pontos e (...)

24João Cândido, surnommé “l’amiral noir”, avait été promu marin de première classe, avant d’être licencié de la Marine au terme de son service en 1912. Après la révolte des marins de 191040, il fut enfermé dans la prison de Ilha das Cobras avec d’autres insurgés, épisode dont il fut un des deux seuls survivants. Interné en janvier 1911 dans l’hôpital des aliénés de la Marine, il y resta près de deux ans au cours desquels il écrivit ses mémoires et broda deux serviettes.Celles-ci ont été révélées par l’historien José Murilo de Carvalho, elles ont été déposées au Musée de Arte Regional de São João Del Rey, par un ancien Sergent de cette ville ayant connu João Cândido pendant cette période41.

25Ces serviettes sont de beaux exemples de la symbolique des marins de l’époque. La première (image 2), intitulée “Adeus do Marujo” (“L'adieu du matelot”), représente une ancre faite de branches et entrecoupée par une poignée de mains entre un officier de la Marine et un marin. On peut y lire les mots “ordre” et “liberté”, les initiales J.C.F. (de João Cândido Felisberto) et F. D. Martins (Francisco Dias Martins, un des compagnons de João Cândido pendant la révolte, le leader dans le navire Bahia), à côté de la date du 22 novembre 1910, premier jour du soulèvement. La seconde (image 3) représente deux pigeons tenant dans leur bec une banderole, sur laquelle on lit le mot “amour”. En dessous, un cœur sanglant traversé par une épée. À côté, des fleurs, des papillons et un colibri.

26Sans prétendre analyser la portée personnelle de ces broderies, nous pouvons constater que ces dessins reprennent une iconographie bien connue des marins : des ancres, cœurs percés, branches, mains entrelacées, oiseaux, initiales, mots. Autant de symboles partagés par les marins, brésiliens ou étrangers, inscrits sur les peaux, par les tatouages. Les descriptions et dessins de tatouages présents dans les fiches comportent un grand nombre d’éléments similaires aux dessins brodés par João Cândido.


Image 2 : Serviette brodée par João Cândido - “L'adieu du matelot”

Image 2 : Serviette brodée par João Cândido - “L'adieu du matelot”

Source: Revista de História da Biblioteca Nacional, année 1, n. 9, avril 2006, p. 28.

  • 42  Nombreuses sont les preuves de cet amour de João Cândido pour la vie de la mer : son témoignage do (...)
  • 43  Ces mots apparaissent également dans une banderole portée par Francisco Dias Martins sur une photo (...)

27Le corps parle, quand les voix se taisent. Très probablement ce qui existait derrière les points de João Cândido était la souffrance des traumas vécus après la révolte de novembre 1910, ainsi que le fait de se voir éloigné de la Marine. C’était sa façon mélancolique de dire adieu à la vie de matelot qu’il aimait tant42. Si les mots “ordre” et “liberté” peuvent paraître contradictoires de prime abord, ils font sens dans le contexte étudié43. L’ordre, valeur militaire par excellence, n’était pas critiqué par les marins et soldats qui s’identifiaient à cette profession ou trouvaient dans la Marine un certain épanouissement personnel et professionnel. En revanche, certaines pratiques autoritaires, qui renvoyaient à l’esclavage, étaient fortement contestées. L’étude de la révolte des marins de 1910 peut nous aider à comprendre ce sentiment d’appartenance mêlé au désir de changer son destin, deux décennies et une génération après l’abolition. Noirs, Pardos, Nordestins, membres des couches populaires, ces matelots et soldats prenaient conscienc de leur condition et cherchaient des alternatives aux fuites et aux actes d’indiscipline quotidiens. Usant de références acquises lors des voyages et des échanges intérieurs à la Marine, ainsi que de l’expérience du quotidien à Rio de Janeiro, ils se rendirent compte que le régime disciplinaire de l’Armada brésilienne était anormalement sévère. Parmi ces diverses appartenances, références et habitudes, on assistait à la naissance d’une nouvelle identité commune : celle de marin de l’Armada nationale.

Haut de page

Notes

1  Cet article est un extrait d'une partie du quatrième chapitre de notre thèse, intitulé “Corps marqués, corps châtiés : vie quotidienne, pouvoir et amour dans le Corps des Marins Nationaux”, p. 243-254.

2  Chico Buarque et Ruy Guerra, Tatuagem, 1973. “Je voudrais rester sur ton corps comme un tatouage, pour te donner du courage pour suivre ton voyage quand la nuit tombe (…). Et sur les muscles épuisés de tes bras, je reposerai faible, molle, morte de fatigue. (…) Cœurs de mères, harpons, sirènes et serpents, qui te gribouillent le corps entier sans que tu le sentes.” (C'est nous qui traduisons). 

3  “Identités, origines et trajectoires : un profil collectif des marins et soldats navals”, p. 150-188. Voir aussi : Sílvia Capanema P. de Almeida, “Être noir, brésilien et marin. Identités et citoyenneté dans la période post-abolitionniste (1888-1914)”, In : Sílvia Capanema P. de Almeida et Anaïs Fléchet (org.), De la démocratie raciale au multiculturalisme : Brésil, Amériques, Europe, Bruxelles, Peter Lang, 2009, p. 53-74.

4  Michel Verge-Franceschi, “Tatouage”, In: Michel Verge-Franceschi, Dictionnaire d'histoire maritime, Paris, Éditions Robert Laffont, 2002, p. 1386-1387.

5  Le Gabinete de Identificação da Marinha (GIM) – le bureau d’identification de la Marine – fut créé en 1908 dont la mission était l'établissement des fiches individuelles avec plusieurs données d’identification de tous les militaires, établies dans le but de cataloguer et de créer un fichier regroupant toutes les informations disponibles sur les hommes des différents corps de l’Armada. Ces fiches comportaient des données sur le nom, la filiation, le niveau d’instruction, l’origine, l’âge, la résidence, la taille, les signes corporels spécifiques, la couleur et le casier judiciaire, ainsi que des photographies (à partir des années postérieures à 1910), des impressions digitales, des informations sur la couleur des cheveux et des yeux, le port d’une moustache ou d’une barbe et les tatouages éventuels.

6  Nous remarquons ici que des tatouages sur d’autres parties du corps des marins, comme le dos, pouvaient être oubliées des registres du GIM, les fiches contentant de noter les tatouages présents sur les mains, les braset la tête.

7  Nous avons consulté les livres 1, 2, 3, 4 et 5 de Marins Nationaux du Service d'Identification de la Marine (GIM), qui comprennent une période allant de 1908 à 1910. Sur le Bataillon Naval, nous avons consulté les livres L1 (100 premiers soldats) et L2, qui comprennent aussi les années 1908-1910. Cependant, pour l’analyse quantitative, nous avons choisi de ne travailler que sur les données des livres 1 des marin nationaux et des soldats navals. Pour l’analyse qualitative, nous avons considéré l’ensemble des livres indiqués, les exemples de tatouage ayant toujours une tendance à se répéter.

8  Ces fiches indiquaient soit que l’individu vivait dans la prison à l’Ilha das Cobras, soit qu’il était “condamné”, soit qu'il avait des notes du casier judiciaire.

9  Pour les classifications de couleur, se rapporter au chapitre 3 et aussi à : Sílvia Capanema P. de Almeida, “Être noir, brésilien et marin...”, op. cit. Le mot pardo étant, dans la plupart des cas, soit l'indication d'un niveau quelconque de métissage, soit un euphémisme pour le terme “noir”. Voir aussi : Hebe Mattos, Das cores do silêncio : os significados da liberdade no sudeste escravista, Nova Fronteira, Rio de Janeiro, 1998.

10  Le “vagabondage” était une contravention prévue dans le Code Pénal de la République de 1890, ainsi que la “mendicité” et le “capoeiragem” (articles 399 à 404), qui visaient directement les populations pauvres et ouvraient des dispositifs permettant la communication entre la répression policière et les forces armées.

11  Les inscriptions des marins anglais emprisonnées dans les prisons maritimes de France au XVIIIesiècle attestent aussi de cette référence au nom. Nombreux sont ceux qui ont laissé inscrits, sur les tours de La Rochelle, Toulon ou Brest, leur nom complet, grade dans la Marine anglaise, bateau et date de capture, comme s'ils voulaient laisser un registre de leur passage, en tant qu'individus. Cf : Luc Bucherie, “Enquête sur les graffiti anglais dans les prisons maritimes françaises aux XVIIe et XVIIIe siècles”, Neptunia, n. 204, 1996.

12  Voir chapitre 3 de la thèse, op. cit.

13  Un autre individu, le marin pardo Basílio Ferreira dos Santos, 24 ans, né à Bahia, sans instruction et se trouvant “condamné” lors de la production de la fiche, possédait les mêmes cinq points dessinés à l’intérieur d’une étoile. (Fiche 245, MN, L1, 1908).

14  Deux autres marins possèdent des numéros marqués sur les corps : il s’agit de la fiche 532 (MN, L3, 1908), qui présente le numéro 143 tatoué sur le bras droit. Ce marin s’appelle João Paulo Cavalcante, il a 17 ans et vient du Pernambuco. Il a instruction rudimentaire et est Pardo. Le deuxième cas, c’est le marin Joaquim Cândido de Oliveira, qui porte le numéro 14088 marqué sur le bras gauche (fiche 534, MN, L3, 1908). Quelques données coïncident : il est aussi Pardo, a 17 ans et vient du Pernambuco. Son niveau d’instruction cependant est indiqué comme “nul”.

15  João do Rio, “Os tatuadores”, In : RIO, João do, A alma encantadora das ruas [1908], São Paulo, Companhia das Letras, 2005, p. 100-112. Selon l'organisateur de cette édition de l'ouvrage, une première version de ce texte intitulée “A tatuagem no Rio” fut publiée dans la revue Kosmos (Rio de Janeiro, n. 11) en 1904.

16  Sur la vie et le travail de João do Rio, voir : João Carlos Rodrigues, João do Rio: uma biografia, Rio de Janeiro, Topbooks, 1996. Le chroniqueur s'inspirait souvent du monde littéraire français et parisien de son époque, notamment lors de la publication de As religiões no Rio, en 1904, ouvrage né d'une série de reportages de la même année et partialement appuyé sur Les Petites religions de Paris (1898), de Jules Bois, et de A alma encantadora das ruas. Le titre de ce dernier ressemble à El alma encantadora de Paris (1902) de Enrique Gomez Carillo, mais, selon João Carlos Rodrigues, sa principale source d’inspiration était Les Petites choses de Paris (1888) de Jean de Paris :João Carlos Rodrigues, João do Rio..., op. cit., p. 49-74.

17  Cette religion peut recevoir différentes formes et nominations, celle de candomblé à Bahia, de xangô au Pernambuco, de batuque au Rio Grande du Sud, de tambor de mina au Maranhão, de vaudou à Haïti et de santeria à Cuba.Elle fut introduite au Brésil par les esclaves Africains, notamment par ceux originaires des nations nagô, iorubá, bantu, angola, congo et gegê. Les rituels ont lieu dans les terreiros (cours), où les orixás (les divinités, les saints) sont appelés par les pères de saint et mères de saintou par quelques fils de saint (espèce d'autorités ecclésiastiques). Le sacrifice d'animaux peut aussi avoir lieu, tout comme l'usage de la cachaça, du tabac, des vêtements appropriées, entre autres aspects menant à un état de transe. La magie noire ou la sorcellerie est aussi d'usage. Par un processus de syncrétisme religieux (utilisé par les esclaves afin de dissimuler leurs croyances au sein des confréries catholiques créés par leurs maîtres durant la période coloniale), quelques orixás ont des équivalents chez les saints et représentations catholiques : ainsi, Iemanjá se dissimule derrière la Vierge Marie, Oxalá derrière Jesus-Christ, Ogum derrière Saint Georges... Chaque personne possède un orixá principal, qui a des équivalents dans d'autres éléments de la nature, couleurs, plaintes, états d'âme, etc.Voir : Roger Bastide, Les Religions africaines au Brésil : contribution à une sociologie des interprétations de civilisations, Paris, PUF, 1995 (2ème édition) ; François Laplantine, “Candomblé”, In : François Laplantine ; Alexis Nouss, Métissages : de Arcimboldo à Zombi, Paris, Pauvert, 2001, p. 139-142.

18   João do Rio, “Os tatuadores”, In : João do Rio, A alma encantadora, op. cit., p. 103-105.

19  João do Rio dit qu'il avait comptabilisé 30 tatoueurs rien que dans les rues du centre de Rio, comprenant le quartier de la Saúde et les alentours de l'Arsenal de la Marine.João do Rio, Idem,p. 105.

20  C'est en compagnie de Madruga que João do Rio fera la connaissance des tatoueurs et tatoués, durant 3 mois où ils parcoururent ensemble les “milieux les plus primitifs, parmi des individus moralement retardés”. Cf : Idem,p. 108.

21  Sur les prostituées, voir : Idem, p. 110-111 ; Sur Madruga et les tatoueurs, voir : Idem,p. 105-107.

22 Idem, p. 109.

23 Idem,p. 108.

24  João do rio, As religiões no Rio [1904], Rio de Janeiro, José Olympio, 2006 ; voir les chapitres “Os maronitas” (p. 101-110) et “As sinagogas” (p. 295-306).

25  Selon João Carlos Rodrigues, les cinq articles de João do Rio sur les religions afro-brésiliennes constituent une étude pionnière sur le sujet, les autres travaux sur ces cultes (comme ceux de Nina Rodrigues) n'étant pas encore connus à l'époque. Cf: João Carlos Rodrigues, João do Rio: uma biografia, op. cit., p. 50-51. Pour une définition de lamacumba, voir : Roger Bastide, “La macoumba urbaine”, In : Les Religions africaines au Brésil, op. cit., p.409-422.

26  João do Rio parle d'un milliers d'Africains trafiqués et qui vivaient toujours à Rio (João do Rio, As religiões no Rio, op. cit., p. 20). Il faut relativiser ce chiffre, car la fin de la traite d'esclaves avec l'Afrique date de 1850 et le texte de João do Rio est de 1904. Les Africains seraient donc très âgés et probablement peu nombreux à cette époque. Mais nous pouvons considérer qu'ils avaient laissé de nombreux descendants.

27 João do Rio, “No mundo dos feitiços”, In :As religiões no Rio, op. cit., p. 19-88.

28  In : João Rio, “Os tatuadores...”, op. cit.

29  Voir : João do Rio, “Os tatuadores...”, op. cit., p. 109 ; João do Rio, “No mundo dos feitiços”, In :As religiões no Rio, op. cit., p. 31. De même, Amaro, protagoniste du roman d'Adolfo Caminha qui représentait un marin ex-esclave, avait aussi la photographie de l'empereur dans sa chambre. Voir : Caminha, Adolfo, Bom-Crioulo [1895],Ática, São Paulo, 2002, p. 49.

30  La moyenne d'âge dans le Corps des Marins Nationaux était de 20 ans en 1908, c'est-à-dire qu'ils étaient pour la plupart nés après 1888.

31  Cette étude est présentée et commentée dans : Philippe Artières (org.), À Fleur de peau: médecins, tatouages et tatoués, 1880-1910, Paris, Éditions Allia, 2004. Voir aussi : Henk Schiffmacher ; Burkhard Riemschneider, 1000 Tattos, Cologne, Taschen, 1996.

32  Idem, “Pour la vie”, op. cit., p. 8.

33  Alexandre Lacassagne, “L'enquête d'Alexandre Lacassagne (1881) : Classification des dessins de tatouages. Du tatouage chez les criminels”, In :Philippe Artières (org.), À Fleur de peau, op. cit., p. 27.

34  Idem, p. 27.

35  En ce qui concerne les lieux du corps où les tatouages s'inscrivaient, ce médecin constate une variation des motifs tatoués : “Sur le ventre, au-dessous du nombril se trouvaient presque toujours des inscriptions pornographiques telles que 'robinet d'amour', 'plaisir des dames' (…) Sur la verge, onze fois j'ai trouvé tatoués des bottes, un as de cœur, une flèche, le numéro du tirage au sort (…) La poitrine est réservée pour les grands dessins, les décorations, les inscriptions amoureuses, les poignards dans le cou, les portraits de personnes aimées. Sur le dos se trouvent les plus grands tatouages (…) Sur les fesses, des sujets lubriques.”, Idem, p. 30-31.

36  Idem, p. 41.

37  Le total de tatouages étudiées est de 1333. Idem, p. 23-45.

38  Comme Arlette Farge le démontre à propos des écrits portés sur les corps des membres des couches populaires au XVIIIesiècle, nous devons être attentifs au sens de ces mots (billets, “bracelets de parchemin”, lettres, etc) : ils révèlent à la fois les différents rapports que les couches le plus désœuvrées établissaient avec l'écriture et des éléments biographiques. Le tatouage est un autre “bracelet de parchemin” ; un autre signe révélateur de cette double dimension (récits biographiques et rapports avec le monde des lettres et des représentations iconographiques). Cf : Arlette Farge, Le Bracelet de parchemin : l'écrit sur soi au XVIIIe siècle, Paris, Bayard, 2003.

39  João do Rio, “Os tatuadores”, op. cit., p. 109.

40  Cette révolte éclata le 22 novembre 1910 et dura environ 5 jours, rassemblant plus de 2000 marins qui prirent possession des principaux bâtiments de guerre brésiliens. Ils demandaient, par le biais de plusieurs communications et un manifeste, la suppression des châtiments corporels, notamment de l'usage du fouet, mais aussi de meilleures soldes, le respect de la part de leurs commandants, des formations et un nouveau barème de service. Ils attirèrent l'attention de l'opinion et furent amnistiés par le gouvernement et les autorités de la Marine. Mais un décret fut promulgué quelques jours après autorisant le licenciement des individus “nuisibles à la discipline”. Les relations de travail à bord des navires s'avérèrent compliquées et une nouvelle révolte éclata chez les soldats du bataillon naval en décembre de la même année. Cette deuxième mutinerie, dont les raisons étaient moins claires, fut réprimée violemment, plusieurs marins et soldats furent tués ou arrêtés. Un navire déporta plus de 200 membres de la Marine, aux côtés de nombreuses prostituées, soldats de l'Armée de terre et mendiants, dans la forêt amazonienne, afin de travailler dans l'extraction de caoutchouc. Un grand nombre d'entre eux sont morts pendant le trajet. D'autres furent enfermés dans des cellules minuscules dans la prison de la Marine : la plupart moururent asphyxiés et déshydratés durant Noël 1910. João Cândido fut un des deux seuls survivants. Il demeura en prison, avec quelques compagnons, jusqu'en décembre 1912, quand un procès criminel fut ouvert. Des 70 inculpés, seuls 10 se présentèrent. Ils furent acquittés, mais exclus de la Marine de façon définitive. Voir la partie III de notre thèse : “Révoltes, histoire et mémoire : de la révolte des marins de 1910 à la 'Revolta da Chibata'“ et aussi le classique : Edmar Morel, A revolta da chibata [1959], Paz e Terra, 5ème édition, 2009 [organisation de Marco Morel].

41  Cf. José Murilo de Carvalho, “Os Bordados de João Cândido”, In : José Murilo de Carvalho, Pontos e bordados : escritos de história e política, Belo Horizonte, Ed. UFMG, 1998, p. 15-33.

42  Nombreuses sont les preuves de cet amour de João Cândido pour la vie de la mer : son témoignage donné à Edmar Morel (A revolta da chibata, op. cit.) et au Musée de l'Image et du Son à Rio de Janeiro en 1968 ; ainsi que ses tentatives de s’inscrire dans la Marine marchande après avoir été exclu de la Marine de guerre, entre autres.  

43  Ces mots apparaissent également dans une banderole portée par Francisco Dias Martins sur une photo de l'équipage des rebelles à bord du navire Bahia. Voir le chapitre 6 : “Révolte, réception, acteurs : la mise en scène d'un soulèvement”.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1 : Modèle de fiche du GIM portant la description des tatouages
Légende Source : L1, MN, 1908, fiche 178
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/58704/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Image 2 : Serviette brodée par João Cândido - “L'adieu du matelot”
Légende Source: Revista de História da Biblioteca Nacional, année 1, n. 9, avril 2006, p. 28.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/58704/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sílvia Capanema P. de Almeida, « Nous, marins, citoyens brésiliens et républicains” : identités, modernité et mémoire de la révolte des matelots de 1910 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 26 janvier 2010, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/58704 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.58704

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page