Navigation – Plan du site
Débats | 2010
En los confines de la historia urbana y de la historia cultural. Homenaje a Sandra Pesavento – Coord. Frédérique Langue, Edgard Vidal
Frédérique Langue

Les vertus de l'histoire urbaine selon Sandra Pesavento

Introduction au dossier “Aux confins de l’histoire urbaine et de l’histoire culturelle – Hommage à Sandra Pesavento”/ « Os límites da história urbana e história cultural - Homenagem a Sandra Pesavento "
[27/01/2010]

Texte intégral

  • 1  Miriam de Souza Rossini, Maria Luiza Filippozzi Martini, Cláudia Musa Fay, Nádia Maria Weber Santo (...)

1Le dernier ouvrage publié par Sandra Pesavento, Os sete pecados da capital (2008), dont Nuevo Mundo a publié l'année dernière et en un premier hommage un ensemble de comptes-rendus1, est la résultante d'un long et fructueux itinéraire à travers la ville, brésilienne mais également occidentale : la ville, ses habitants, qui l'édifient, la forgent et la dessinent, lui donnent vie, la transforment ou la hantent selon l'origine sociale de ceux-ci, mais aussi ses imaginaires et son réseau de perceptions sensibles et de rêves inassouvis.

  • 2  Sandra Jatahy Pesavento, Os sete pecados da capital, Porto Alegre, Brasil, Editora HUCITEC, 2008,

2Certains des cours assurés par Sandra au cours de ces dernières années témoignent ainsi de son intérêt pour les "infrastructures" urbaines, les architectures et les « paysages sensibles » qui en résultent, leur appréhension également par le regard des écrivains et des peintres. Dans le croisement et des disciplines (histoire, littérature, architecture…) ainsi réalisé avec le plus grand bonheur à l'endroit de "sa" ville, Porto Alegre, il reste que les marges de la ville, celle de ses exclus et de ses déviants en tous genres ont été l'un des lieux de prédilection de cette grande dame de l'histoire culturelle2. Les femmes occupent à cet égard une place de choix, portées par les témoignages du passé et de ses archives, ou les préoccupations et reconsidérations historiographiques du présent. Leur parole souvent contrainte et sous surveillance constante, ces "voix du silence" se font jour avec au travers des vies examinées avec patience et minutie par Sandra dans son dernier ouvrage : des passions en émergent, portées fréquemment par les crimes et châtiments de la ville, des émotions et des représentations successives s'en dégagent, objets autrefois méconnus de l'histoire et des historiens.  Comme le soulignait Sandra dans un article publié dans Nuevo Mundo :

  • 3  Sandra Pesavento, « Crime, violência e sociabilidades urbanas », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Debate (...)

“… nosso foco de análise é o estudo do viver em cidade e da gestão dos conflitos no contexto urbano. A cidade, espaço definido e restrito, é o lugar onde se dá a concentração da população, a desigual apropriação do espaço, a exposição da diferença e da desigualdade social”3.

  • 4  Sandra Jatahy Pesavento (Organizadora), Histórica cultural. Experiéncias de Pesquisa, Porto Alegre (...)

3Empreint de doutes plus que de certitudes, le vaste territoire de l’histoire culturelle fonde ainsi son « aventure de connaissance » sur ces « traces » du passé faites sources4.

  • 5  Voir sur ce point Sandra Jatahy Pesavento,  O imaginario da Cidade. Visões Literarias do Urbano. P (...)

4L'ambivalence des acteurs et des lieux de la ville se prête tout particulièrement à ce chassé-croisé d'interprétations mêlant analyse historique, approche littéraire et cheminement artistique, restituant de la sorte l’ »imaginaire de la ville »5. Dans cette narration qu’est par essence l’écriture historique se trouve en jeu la définition même des limites entre les mondes de l’ordre et du désordre, exprimés par ailleurs dans divers registres discursifs, aussi bien à l’échelle des individus que des groupes sociaux. Ces frontières fluctuantes sont elles-mêmes créatrices d’ « imaginaires de sens qui parlent du passé » (Imaginários de sentido que falam do passado). Tels sont les voies d’une histoire culturelle conçue en termes de « défi contemporain », comme celui qui consiste à prendre en compte les « sensibilités », en tant que

« formas de apreensão e de conhecimento do mundo que estão para alem do conhecimento científico, que não brotam do racional ou das construções mentais mais elaboradas ».

  • 6  Cf. S. Pesavento, introduction à Narrativas, imagens e práticas sociais, op. cit., p. 11 ss. Et l’ (...)

5Dans cette perspective, la sphère des sensibilités se situe dans un espace antérieur à une réflexion quelque peu élaborée et rationalisée, elle est une réponse, du corps comme de l’esprit, à une réalité vécue. Elle est sensations, émotions, acceptation d’une subjectivité en réaction immédiate des sens confrontés à des phénomènes psychiques ou physiques, en contact avec une réalité incontournable et parfois insoutenable. Son analyse équivaut dans une certaine mesure à une « lecture de l’âme »6.

  • 7  Sandra Jatahy Pesavento, « Palavras para crer. Imaginários de sentido que falam do passado », Nuev (...)

6Tel est également le sens, pluriel, que les auteurs de ce dossier, proches collaborateurs et amis de Sandra pour la plupart, membres pour certains d’entre eux du "GT" d'histoire culturelle qu'elle a animé pendant de nombreuses années, ou encore de programmes de recherche  internationaux, ont souhaité donné à leur contribution aux confins de l'histoire urbaine et de ses représentations sociales. Du livre désormais protéiforme évoqué par Roger Chartier aux fictions nées de la folie et que Nádia Maria Weber Santos décrypte avec passion, en passant par les représentations musicales d'entre deux-mondes (Alexandre Kerber), le corps abusé des femmes (Rosalina Estrada), ou la modernité urbaine confrontée à la stigmatisation discursive (Hélène Rivière d'Arc), ces premières contributions esquissent une mémoire autre de la ville et de ses identités changeantes à travers le temps. Si reconfigurer le temps revient, de fait, et comme le soulignait Sandra en s’inscrivant dans la perspective de Paul Ricœur, à l’historien, et que les idées comme les images peuvent voyager dans le temps et l’espace et en être « resignifiées », nous laisserons cependant  au lecteur le soin d'en découvrir par lui-même les arcanes et plus encore les vertus cardinales7.

Haut de page

Notes

1  Miriam de Souza Rossini, Maria Luiza Filippozzi Martini, Cláudia Musa Fay, Nádia Maria Weber Santos, Kátia Marcianiak, Charles Monteiro e Márcia Ramos de Oliveira, « Sandra Jatahy Pesavento, Os sete pecados da capital, Porto Alegre, Brasil, Editora HUCITEC, 2008, 455 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Reseñas de libros y CD roms, n°9-2009, [Online], posto online em 23 septembre 2009. URL : http://nuevomundo.revues.org/index56988.html. Consultado o 27 janvier 2010.

2  Sandra Jatahy Pesavento, Os sete pecados da capital, Porto Alegre, Brasil, Editora HUCITEC, 2008,

3  Sandra Pesavento, « Crime, violência e sociabilidades urbanas », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Debates, n°5-2005, [Online], posto online em 08 février 2005. URL : http://nuevomundo.revues.org/index497.html. Consultado o 27 janvier 2010.

4  Sandra Jatahy Pesavento (Organizadora), Histórica cultural. Experiéncias de Pesquisa, Porto Alegre, UFRGS Editora, 2003 (apresentação).

5  Voir sur ce point Sandra Jatahy Pesavento,  O imaginario da Cidade. Visões Literarias do Urbano. Paris, Rio de Janeiro. Porto Alegre, Porto Alegre, UFRGS Editora, 1999 ; « História & literatura: uma velha-nova história », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Debates, n°6-2006, [Online], posto online em 28 janvier 2006. URL : http://nuevomundo.revues.org/index1560.html. Consultado o 27 janvier 2010. Sandra Jatay Pesavento, Nádia Weber Santos, Miriam de Souza Rossini (Organizadoras), Narrativas, imagens e práticas sociais, Porto Alegre, Editora Asterisco, 2008. Et le remarquable ouvrage collectif Reinventar o Brasil. Gilberto Freyre entre historia e ficção, Antonio Dimas, Jacques Leenhardt, Sandra Jatahy Pesavento (Organizadores), Porto Alegre, UFRGS Editora, 2006.

6  Cf. S. Pesavento, introduction à Narrativas, imagens e práticas sociais, op. cit., p. 11 ss. Et l’ouvrage publié dans le cadre du projet quadriennal CNRS d’histoire des sensibilités (Mascipo 2005-2009), Sandra Pesavento, Frédérique Langue (orgs.), Sensibilidades na historia : memórias singulares e identidades sociais, Porto Alegre, UFRGS Editora, 2007.

7  Sandra Jatahy Pesavento, « Palavras para crer. Imaginários de sentido que falam do passado », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Debates, n°6-2006, [Online], posto online em 28 janvier 2006. URL : http://nuevomundo.revues.org/index1499.html. Consultado o 27 janvier 2010. Et : « Sensibilidades no tempo, tempo das sensibilidades », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Coloquios, n°5-2005, [Online], posto online em 04 février 2005. URL : http://nuevomundo.revues.org/index229.html. Consultado o 27 janvier 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue, « Les vertus de l'histoire urbaine selon Sandra Pesavento », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 27 janvier 2010, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/58812

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page