Navigation – Plan du site
Débats | 2010
En los confines de la historia urbana y de la historia cultural. Homenaje a Sandra Pesavento – Coord. Frédérique Langue, Edgard Vidal
Hélène Rivière d’Arc

Le retour et la circulation  des énoncés hygiénistes comme médiateurs du projet urbain : de São Paulo à d’autres métropoles

[29/01/2010]

Résumés

La présence de personnes aux revenus extrêmement modestes sinon nuls, dans les centres « historiques », emblèmes et mémoires des villes en cours d’embellissement depuis quelques décennies en Amérique latine, suscite la réapparition d’un discours de gouvernement des territoires imprégné de connotations hygiénistes. Ceux qui sont menacés par toutes les formes de précarité, s’en sentent victimes et voient derrière ce discours le couperet de l’expulsion. Cet article tente de mettre en perspective la difficile rencontre entre le vocabulaire de la modernité urbaine et celui de la stigmatisation. Il s’appuie sur un « épisode  pauliste » mais prétend observer également cette confrontation dans d’autres villes d’Amérique latine.  

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Amérique latine, Brésil

Chronologique :

Siècle XX
Haut de page

Texte intégral

« De façon directe ou métaphorique, la ville est jugée par le regard, le mot et le geste de ceux qui l’utilisent et la représentent. Ciel et enfer, Jérusalem céleste, Sodome, Gomorrhe ou Babylone, la ville séduit et attire grâce à la culture, à la civilisation et au progrès, mais elle perturbe, elle menace aussi à cause de ses dangers et de ses vices » [Sandra Jatahy Pesavento, 2006]

1Quelles politiques urbaines promouvoir ou médiatiser en ces années 2000 si préoccupées à la fois, de patrimoine et de modernité tant qu’on n’a pas surmonté ces confrontations métaphoriques ? C’est une des questions qu’a posée Sandra Pesavento dans son séminaire à la Faculté d’Architecture de l’UFRGS (Université fédérale du Rio Grande do Sul). En commençant par le récit d’une « occupation » qui fut particulièrement emblématique à São Paulo, mais aussi très localisée en plein cœur de la ville,  nous voudrions montrer que les histoires des pratiques de vie urbaine expriment des formes de socialisation où se télescopent les savoir-faire traditionnels et les références à une modernité  incapable d’incarner le progrès et d’exorciser les peurs .

Les leçons d’une affaire de squatt  

2Au début des années 2000 (2002), un groupe de 2500 personnes pénétrait ensemble dans l’immeuble Prestes Maia , dans l’avenue du même nom, situé dans le centre de São Paulo. Cet immeuble de vingt-sept étages, composé de deux corps de bâtiments parallèles, avait été construit dans les années 1950 afin d’héberger les bureaux et les ateliers d’une entreprise de tissus. L’entreprise ferma ses portes vingt-cinq ans plus tard mais l’immeuble ne fut pas vendu par ses propriétaires qui cessèrent, parce qu’ils l’abandonnèrent à son triste sort, de payer les impôts afférents à la municipalité de São Paulo. Les nombreux occupants s’organisèrent : ils durent monter les escaliers pour parvenir jusqu’aux différents étages, faire la queue à l’unique douche par étage que les canalisations détériorées permirent de maintenir. Des raccordements électriques pirates furent patiemment mis en service par des plombiers et électriciens compétents parmi les «occupants», autorisant ainsi l’usage, parfois communautaire, de plusieurs télévisions par étage.   Une vie de voisinage s’organisa, baptisée « communautaire »,  mais confiée au contrôle d’un responsable par étage et d’un responsable général chargé de veiller avec autorité sur la venue de visiteurs, sur l’entrée non désirée d’éléments perturbateurs (comme des dealers, par exemple), chargé également de la confrontation avec la police ou tout autre curieux qui ne se serait pas annoncé. Toute autre personne relevant de situations sociales diverses, pouvait en revanche se porter candidat à l’occupation d’un « logement » sans discrimination, dés lors que l’un d’eux se libérait : femme seule avec enfants, célibataire, personne âgée seule, couple gay, pour ne citer que ceux qui échappent à la condition de famille traditionnelle.

3Un trieur de poubelles, exerçant son activité dans le centre ville, occupant de l’immeuble, eut l’idée avec sa femme et un jeune homme, de créer dans les espaces collectifs du rez-de-chaussée, une bibliothèque où il accumula les ouvrages trouvés dans les poubelles ou les débarras . Il semble presque évident qu’il reçut aussi de nombreux dons, les contacts qu’il noua avec différentes associations, ONG et professeurs militants, facilitant ce genre d’échanges. En 2006, la bibliothèque avait sûrement près de 1000 volumes indexés. Comme l’immeuble hébergeait, au dire des responsables d’étage, beaucoup de nordestins mais aussi des boliviens immigrés plus ou moins clandestins, des espaces furent réservés à ces petites « sous »-communautés . Des recommandations générales en espagnol et des lieux de prière apparurent, ces derniers sous forme de petits autels dédiés à des Vierges des alentours du lac Titicaca. Par ailleurs, une personne amatrice d’art, organisa pour les enfants de huit à quinze ans des visites de la Pinacothèque située à dix minutes à pied.

  • 1  - Conseil municipal qui a le pouvoir de légiférer.

4Cependant, la communauté vivait sur le qui-vive. Même si elle avait entamé un processus juridique de type usucapio, avec l’aide de l’ONG Polis, d’avocats, et par le biais d’une négociation avec le Secrétariat d’Habitation de la municipalité,  alors entre les mains de la « petiste » Marta Suplicy, les menaces d’expulsion par la police ne connaissaient pas vraiment d’interruption, car le propriétaire avait déposée une plainte en justice. La municipalité avait envisagé de proposer un arrangement à ce dernier dans le cadre d’un décret municipal approuvé par la chambre des Vereadores1: il consistait en une remise de dette contre une concession de l’immeuble à la municipalité . Un architecte fut alors chargé, avec l’assistance d’une commission désignée par les habitants, de présenter un projet de restauration de l’immeuble permettant à la majorité des ménages, l’accès à la propriété. Un budget et une échéance devaient également être fixés pour la réalisation des travaux. En même temps, des différences apparaissaient parmi les habitants. Il y eut ceux qui avaient assez d’argent pour installer l’eau dans leur logement, qui commencèrent aussi à accumuler quelques biens et à rénover les fenêtres. Il y en eut d’autres, parfois mal vus, habitant souvent les derniers étages, à qui l’on reprocha de tout jeter par la fenêtre, contribuant à entretenir une impression de saleté autour de l’immeuble … Bref, le projet de restauration avait de la difficulté à s’imposer, tandis que la pression sur les habitants s’intensifiait et que les rumeurs d’expulsion couraient. Comble de difficulté pour eux, la mairie petiste perdit le pouvoir en 2006.  La lutte pour rester dans l’immeuble prit des formes nouvelles. L’ONG Polis constitua un volumineux et important dossier de défense des droits de l’homme et des habitants au nom du droit à un logement.  Une campagne de soutien fut lancée en 2007 par internet, par l’association des résidents de l’immeuble, à un niveau international . En même temps, ce dernier, tant dans les escaliers conduisant aux parties communes du rez-de-chaussée que sur la façade, fut couvert de slogans de résistance et de lutte. Un des refus le plus explicite à la nouvelle attitude de la mairie, s’est exprimée dans les termes suivants : « Non à l’hygiénisme, non à la gentrification » .

  • 2  - Circonscription administrative du centre ville.
  • 3  - Une partie du centre ville a reçu le sobriquet de Cracolandia.

5A quoi renvoyaient de pareils mots lorsqu’il s’agissait de résister à des menaces d’expulsion programmée ? Une dénonciation virulente et en termes de classe des arguments développés par la Sub-Prefeitura da Sé2 pour changer la population d’un quartier qui fait l’objet depuis deux décennies d’un programme de réhabilitation/rénovation, appuyée sur une campagne de marketing urbain. Dénonciation de l’argument « hygiéniste » : en effet, le mot limpar (nettoyer) revient sans cesse dans les énoncés municipaux qui instrumentalisent la mise en valeur du patrimoine pour associer les entreprises immobilières privées à un projet qui prévoit d’attirer des investissements internationaux., Le mot limpar a tendance par ailleurs, à se  substituer à celui d’ « embellir » largement utilisé par Marta Supplicy, quelques années plus tôt.  De quels maux dans ce contexte doit-on nettoyer le centre-ville ? Avant tout, des maux construits sur les fantasmes de certaines classes moyennes, mais aussi sur des réalités considérées comme des nuisances, soit des modes de vie qui ne sont pas « bourgeois » : réseaux de prostitution occupant l’espace public, présence de très grands établissements de jogo de bicho, surtout circulation de drogue3, délabrant la santé des jeunes, mais aussi assimilation de la pauvreté à la saleté, et à l’agression ; commerçants ambulants et ramasseurs/trieurs de poubelles étant eux-mêmes ressentis malgré le statut reconnu de leur activité, comme des « pollueurs », envahissant un espace public censé être rendu à tous les citoyens . Et enfin, sur-densité chronique dans certains quartiers, notamment les îlots les plus populaires du centre ville « facilitant » la circulation des virus.

  • 4  - Voir Campanha Prestes Maia, 2006
  • 5  -  Nous traduisons ici directement le terme largement utilisé au Brésil de marginal dans le sens d (...)
  • 6   - Dans la typologie des catégories sociales considérées comme opérationnelles par ceux qui invest (...)

6« Au nom d’un embellissement supposé de la ville, la Mairie de São Paulo pratique une politique hygiéniste qui atteint la dignité humaine de notre population, criminalisant la pauvreté » dénonçait en 2006 une vingtaine d’organisations populaires dont le MSTC (Movimento dos Sem Têto do Centro)4 . Si l’on perçoit aisément que le discours hygiéniste a transgressé les classes sociales aujourd’hui comme autrefois, on s’étonne en revanche de voir le terme de « gentrification » devenu gentrificação, récemmentdivulgué au Brésil par des travaux de chercheurs, rappeler que les pauvres des centres-villes vivent leur vie quotidienne dans la réalité d’une fracture sociale et d’une fracture territoriale constamment menaçante malgré leur ancrage ancien dans les lieux où la rue offre du travail. La participation à des conseils et l’empowerment de leurs leaders leur a permis de rendre publique leur intégration et leur crainte de ce phénomène mondial : le remplacement d’une classe sociale, les pauvres et les « marginaux »5   par une autre, une classe moyenne aussi modeste soit-elle6.

  • 7  - Catherine Bidou-Zachariasen (ed.), De volta a cidade : dos processos de gentrificação as politic (...)
  • 8  - L’occupation est en effet, une très ancienne méthode d’accès à la ville. Elle a changé de statut (...)

7L’assistance du bibliothécaire-trieur de poubelle au lancement de l’ouvrage De volta a cidade : dos processos de gentrificação as politicas de revitalização dos centros urbanos paru en 20067 et son souhait de voir ce dernier entrer dans sa bibliothèque, atteste de la circulation des concepts explicatifs comme des traînées de poudre et de la similitudes des paradigmes dans l’univers des villes mondiales. Mais curieusement, si l’on se penche sur l’épisode qui vient d’être décrit, on s’étonne que la force qu’aurait été censée  donner la traînée de poudre s’efface devant l’acceptation des défaites annoncées comme s’il s’agissait d’un trait de culture8. Les habitants du Prestes Maia ont perdu une bataille très médiatique et très médiatisée internationalement. La bibliothèque transportée dans la cave d’un autre squatt y fut vite inondée et abandonnée à son triste sort … Ceux qui vivaient en famille ont pour la plupart d’entre eux, reçu une proposition de logement de la mairie ; le plus souvent loin du centre où ils rêvaient de rester : « Nous avons le droit de travailler, vivre et d’organiser notre vie dans le centre de São Paulo où nous avons toujours été. La fermeté de notre lutte pour la conquête de nos droits va continuer. Nous n’abandonnerons pas ce qui est à nous (notre droit) », Lettre à la population de São Paulo, 2007. C’était le dernier baroud.

  • 9  - Voir Hélène Rivière d’Arc et Graciela Schneier, De Caracas à Rio et Buenos Aires, un siècle d’as (...)

8La mairie de São Paulo, quant à elle, a semblé rêver de « mixité », affirmant que l’embellissement était pour tous et que chacun avait sa place dans ce que l’on présente depuis vingt ans comme un patrimoine négligé des villes brésiliennes dans leur période moderniste. En même temps, les deux derniers  gouvernements urbains (nous sommes en 2009) ne veulent pas renoncer à valoriser par le marché ces espaces patrimoniaux ; ils parent alors leurs discours de vertu juridique et des valeurs d’une classe moyenne utopique qui seule en serait digne. L’aspiration à la modernité fut un des signes , quelque soit les formes d’expression sur lesquelles on s’appuie pour le dire, le plus fort de l’image « Brésil, pays d’avenir » ; elle le reste sans doute9. Elle a même traversé sans s’effondrer, depuis l’épisode positiviste, les recherches et les applications variées d’un « modèle de développement ». C’est ce que l’on essaiera de montrer dans cette autre partie de notre article .

Un siècle d’aspiration à la modernité urbaine

  • 10  - Voir Sandra Jatahy Pesavento, Discours scientifique et politiques publiques au su du Brésil (191 (...)

9Sandra Jatahy  Pesavento ne s’était pas trompée sur les intentions du projet hygiéniste quand elle commentait le Code des Postures de 1903, à Rio Grande près de Porto Alegre, inspiré par celui qui avait été proposé pour Rio de Janeiro dix ans plus tôt par toute une série de personnages, généralement ingénieurs : « Ce sont les mots d’ordre de l’hygiène, de la technique et de l’esthétique qui président au rêve de la modernité urbaine … ». Puis : « … pour ces auteurs qui portaient ensuite un jugement moral, le corollaire inévitable de la favela était le lupanar, la maison de jeu, l’alcool, le vice et le crime où l’homme allait, conduit par les conflits et  l’absence d’un foyer digne … » . Plus loin, « Il fallait [pour retourner cette situation], des dons de terrains à la municipalité ».  Où ? L’histoire ne le dit pas … C’était une « manière d’être » de la politique urbaine10.

10Ainsi, lorsque la pauvreté est circonscrite et visible, les ravages qu’elle provoque restent-ils des stigmates pourfendus dans des termes proches bien que s’aseptisant au cours du temps, de 1889 jusqu’à 2009. Ils n’ont pas disparu même si, depuis trois ou quatre ans, elle perd du terrain au profit de bolsa familia, qui désigne à la fois, bénéficiaire et famille pauvre.

11Si modernité et civilisation se sont partagé les courants de penséesur l’urbanisme, ces derniers ont dû composer vers les années 1960 avec les chantres de deux concepts qui ont envahi les nouveaux partages du monde, ceux de développement et de sous-développement, le pauvre acquérant alors le statut d’acteur collectif comme marginal, sous-prolétaire etc.  

  • 11  - Ainsi, pouvait-on continuer à parler non plus de sous-développement mais de mal-développement, u (...)

12Dans cette nouvelle perspective, au cours des années 1980, les approches dominantes ont inclus successivement la recherche des besoins économiques fondamentaux, d’où est issue une nouvelle lutte déclarée contre la pauvreté urbaine et la recherche de la liberté, s’appuyant sur la promotion des droits de l’homme. Et enfin, la réanimation de la doctrine du développement a marqué les années 1990,  celle-ci ne correspondant plus à une prescription universelle mais se présentant comme une perspective recommandable et susceptible d’être atteinte. C’est ainsi qu’a  fait  son apparition l’idée de  développement durable, écartant du même coup l’existence du « sous-développement » 11.  La notion s’est vraiment universalisée après le Sommet de la Terre de 1992 et fut prise en charge par les organisations internationales. Elle renvoie désormais à la responsabilité des hommes  sur leur environnement, considérée à plusieurs échelles. La ville est alors sommée d’intégrer cette dimension. La circulation des idées traverse les océans même si les villes dites du Sud se regroupent pour affirmer des droits au développement dont celles du nord ont déjà abusé.

13Aujourd’hui, lorsqu’on matérialise et qu’on identifie l’espace local urbain dans sa rugosité, sur lequel est supposé s’appliquer le développement durable, la perspective rédemptrice s’estompe au profit du recours au patrimoine, aux valeurs des  classes moyennes, éventuellement à un renouveau de la planification. Le parcours de ces mots permet de reconstituer les transformations des territoires urbains comme témoins d’histoire sociale.

14Donc, pour joindre les deux bouts de notre survol,  il conviendra de renvoyer à la période de formation de la ville moderne (celle de la Réforme urbaine, non pas celle de la crise urbaine) et aux mots qui l’ont accompagnée, antérieure au découpage du monde en trois mondes.

L’histoire se répète-elle ?

  • 12  - Cette hypothèse s’est construite au long de mes recherches.

15Mon hypothèse, dans ce texte, est que l’on est imprégné aujourd’hui par un vocabulaire sécuritaire mâtiné aussi d’esthétisme, de pédagogie et de recours à la culture pour mobiliser l’action réformatrice et justifier les politiques de développement urbain12. Ce vocabulaire entérine ou masque une représentation de la société urbaine dont le progrès est supposé entravé par la présence de trop de personnes insolvables et porteuses d’une culture de la pauvreté et/ou de l’asociabilité. Il rappelle celui de la Réforme urbaine du début du XXe siècle ; celui de l’émergence toute puissante des bourgeoisies urbaines.

16Ce vocabulaire retrouvé estompe celui qui avait prédominé  et qui avait alimenté la théorie de la dépendance (1970-1985), même lorsque cette dernière  était instrumentalisée par des « planificateurs » ou des urbanistes, et qu’on pouvait parler de vocabulaire de l’Etat providence (ou plutôt protecteur) .

  • 13  - Voir Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Fayard, Paris 1982

17Dans la bataille des mots qui occupent cette nouvelle transition, qui sont alors les locuteurs, et qui sont les médiateurs ? L’usage des mots et leur circulation anticipent sur les constructions politiques et/ou militantes qui se substituent aux précédentes mais ils prétendent aussi faire advenir l’avenir que l’on énonce13. Les mots circulent du monde savant et/ou technocrate au monde des médias et parfois se « popularisent », se vulgarisent, entrent dans le sens commun, contribuant à l’expression identitaire des individus ou des groupes. Dans ce sens, l’anglais est d’une redoutable efficacité.

  • 14  - Voir Jean-Charles Depaule et Christian Topalov, Introduction au dossier « Les Mots de la Ville » (...)

18Que signifie, dans ce contexte contemporain, la réapparition d’un vocabulaire qu’on croyait associé à une époque ? Pour essayer d’élucider ce retour qui peut sembler une régression tant il est, aujourd’hui comme hier,  surdéterminé par la présence de la pauvreté on retracera la trajectoire de quelques mots qui se rapportent au développement local urbain, sachant que comme le disent Jean-Charles Depaule et Christian Topalov, « les mots ne sont qu’exceptionnellement synchrones avec d’autres changements d’ordre non langagier »14.

19Mots en portugais, en espagnol, en français … souvent traduit d’un anglais  à l’usage des experts … surgissent simultanément partout de l’Europe à l’Amérique latine ; les squatters de São Paulo peuvent  se les approprier plus vite que les chercheurs.

  • 15  - Voir Maria Stella Martins Bresciani, Langage savant et politique urbaine à São Paulo, 1890-1950, (...)

20Dernière mise en garde et comme on y a déjà fait allusion, avant que l’on ne parle de développement et que les économistes n’imposent ce concept, on parlait plutôt – c’est un lieu commun de le rappeler – de civilisation. La révolution industrielle, la modernisation, l’urbanisation, transformaient des territoires urbains issus de la ville réglementaire ; mouvement et progrès étaient alors combinés dans le mot de « civilisation » qui renvoyait d’ailleurs à des représentations européennes afin de les intégrer ou s’en différencier15. Mais l’approche positiviste d’alors, celle de  l’époque de la Réforme urbaine que le Mexique, le Brésil et d’autres,  sont supposés avoir appliquée chacun à leur manière, complétait cette réunion de valeurs culturelles par la référence à ce que seraient des nécessités biologiques (ou un modèle biologique) pour y parvenir. Ainsi aujourd’hui comme hier, le discours hygiéniste combinant les deux courants, dénonce-t-il les pollutions dues à la pauvreté et à la saleté dans l’espace public.

Les mots qui stigmatisent : une longue histoire  

  • 16  - Expressions citées par Lisia Valladares, La favela d’un siècle à l’autre, Editions de la MSH, Pa (...)

21La favela, « maladie contagieuse » (1930) ; « pathologie sociale et spatiale » (1940) ; « lèpre esthétique » (1926)16  devient « agglomération sous-normale » (1950) lorsque la pensée sur le développement se dessine et que les technocrates s’en emparent.

  • 17  - Serge Gruzinski, Histoire de Mexico, Paris, Fayard, 1996
  • 18  - Voir Hélène Rivière d’Arc et Xochitl Ibarra Ibarra, De Guadalajara à Recife et Salvador, du voca (...)

22Pour exorciser la consolidation de … «   l’arrabal – ce no man’s land abandonné de la ‘ civilisation’ et grouillant de dangers » … «  étau de la misère »17, qui divise de plus en plus intensément la ville mexicaine au tournant du XXe siècle, et repris vers 1950 par Buñuel dans Los Olvidados, les habitants ont recours à la notion de colonia qui traduit l’ordre et où l’homogénéité sociale des résidents est la règle implicite18.

23En même temps, en Europe – et en français – on décrivait ces logements ouvriers insalubres avec le mot de « chancre », un mot plus employé d’ailleurs en Wallonie qu’en France où celui de taudis renvoyait moins aux contagions (devenus aujourd’hui « habitat indigne »).

  • 19  - On connaît trop « karcher »… mais on peut évoquer le gouverneur de Rio par exemple, en plein déb (...)

24Or, tous ces termes font encore partie du vocabulaire actuel, quand il s’agit de  diagnostiquer la ville, mais leur association à des situations de risques et d’insécurité s’est intensifiée, suscitant dans le monde politique des dérives parfois relevées par les medias19. Si la stigmatisation explicitée par la désignation matérielle du lieu, demeure très forte dans beaucoup de villes d’Amérique latine, servant de substrat à un discours hygiéniste fort, elle s’est en revanche  euphémisée en France où l’on impose l’expression de « quartiers défavorisés » pour nommer les lieux que leurs habitants appellent pour leur part, « cités » ou « quartiers » tout court.

  • 20  - Jean-Charles Depaule et Christian Topalov, La ville à travers ses mots, MOST, phase I (1994-2003 (...)
  • 21  - Voir Millenium Project, Task Force on improving the lives of Slum Dwellers, Background Paper, 20 (...)
  • 22  - Voir Mike Davis, Planet of Slums, Hardcover 2006 ; traduit en français : Le pire des mondes poss (...)

25D’autres alertes sont diffusées par des experts connus du monde entier. Ces derniers invoquent le danger presque incontrôlable de son expansion pour la planète, et exprimée par le seul mot de slum . Alors que les mots de la Réforme urbaine et de son prolongement, l’action réformatrice, semblait conduire à la désuétude de ce terme fortement stigmatisant qui avait signifié « unfrequented parts of the town » mais correspondait aussi à une catégorie opératoire « areas slums »20 , on voit à nouveau le mot  slum envahir  le Programme Habitat des Nations-Unies et son Millenium Project : « The city without slums », en est une des injonctions fortes21 arguant de leur multiplication.  Cette vision est confortée par l’ouvrage de Mike Davis, Planet of Slums, mais elle est  parfois aussi contesté par l’inadéquation du terme pour décrire la situation d’aujourd’hui22 . Ce retour ne signifie-t-il pas aussi renforcement du stigmate en en faisant une catégorie statistiques porteuse de risques et de « communautarisme » ?

Catégories sociales et discours hygiéniste

26La bourgeoisie éclairée et urbaine de la Réforme urbaine ne s’embarrassait pas de précautions pour déplorer ce qu’elle considérait comme insalubre et laid, soit les micro-espaces construits par les pauvres et les « ouvriers ».

27Rio : « Dans cette humidité chaude et boueuse, a commencé à ramper, à grandir, un monde, une génération qui bourgeonnait comme spontanément, là dans cette boue, et à se multiplier comme des larves dans le fumier » (Aluizio de Azevedo, 1890, cité par Lisia Valladares, 2006, op.cit.).

28 Mexico : « Plus loin, dans les régions inconnues de La Soledad, [ …], la Candelaria de los Patos, c’est la sauvagerie, la nudité, les maisons infectes où s’agglomèrent une population émaciée et morte de faim, des familles entières de malades et de mendiants, le monde prolétaire dans son expression la plus répugnante … » (Fernando de Lizardi, 1880, cité par Serge Gruzinski, 1996, op.cit.).

  • 23  - Voir Sandra Jatahy Pesavento, Cortiços, porões, casebres …où habitent les pauvres ? (sud du Brés (...)

29Porto Alegre, « La grande question toutefois étaient « les femmes de mauvaise note »(prostituées) qui habitaient ces endroits et dont la présence amenaient la police à, sans cesse, inspecter ces habitations » (Sandra Jatahy Pesavento, 2006)23.   

  • 24  Voir Alicia Novick et Horacio Caride, La construction de la banlieue à Buenos Aires (1925-1947), i (...)

30Buenos Aires : « Là [dans les arrabales], vivent confondus, les hommes et les animaux … ils sont la tannière des vices et de l’incurie. Leurs misérables consommateurs s’approvisionnent sur les marchés en poissons avariés … » (Eduardo Faustino Wilde, 1913, cité par Alicia Novick et Horacio Caride, 2001)24.

31 Quelques textes rappellent tout de même  que les populations ainsi décrites font partie des « journaliers », des « classes laborieuses », des « forces vives du travail », des « prolétaires » …Mais les descriptions des  ouvriers immigrés rencontrés dans les ports de Buenos Aires et de Rio à cette époque, montrent en même temps que ces derniers impressionnent par leur masse, leur pauvreté, leur allure déguenillée et les risques de maladies contagieuses dont ils sont supposés être porteurs. Cela,  malgré les références constantes dans les textes des journaux à une main d’œuvre européenne compétente (comparée à celle des fils d’esclaves),

  • 25  - La mise en perspective Brésil-France mériterait à ce propos toute une interprétation. Il en exis (...)

32Il faut en venir à la période de l’après-guerre pour voir surgir un véritable discours sur le développement socio-économique, inspiré par la CEPAL (Commission Economique pour l’Amérique latine) et porté par les intellectuels et les gouvernements nationaux,  qui cherchaient les remèdes au sous-développement dans les politiques nationales. L’échelle territoriale devenait celle de la ville ancrée dans la nation et la dépendance ; la planification à la promotion de laquelle l’expérience française fut importante, apporta  ses mots opératoires, spécifiques de l’Etat providence dont ils sont les corollaires : UR, ZEIS, ZUP etc25. Dans cette vision,  les pauvres, spécifiés par leur condition plutôt que par leur relation avec le rete de la société, disparaissent pour un temps. Apparaissent les salariés, les prolétaires, la force de travail, des marginaux (armée de réserve) dans les textes des intellectuels mais aussi des planificateurs ; il y a des « bas revenus », des « 0 à 2 », « 2 à 5 », « 5 à 10 » (sous-entendus « salaires minimum » …) ou encore classes A,B,C, comme catégories opératoires, ainsi que classes medias dont les contours sont si flous qu’elles appartiennent à tous les discours et que chacun croit savoir de quoi il s’agit  quand on en parle.

33Au Mexique où le vocabulaire marxiste a le plus imprégné les différentes catégories socio-professionnelles, depuis le gouvernement du Général Cardenas (années 1930) jusqu’aux années 1980, on ne parlait jamais de pauvres, ni me même de misère (sauf les écrivains). Dans les années 1960 jusqu’à l’accession de Salinas de Gortari au gouvernement (début des années 1980), obligé qu’il fut de prendre en compte les injonctions des agences de développement des Nations-Unies qui commençaient de mettre en avant la lutte contre la pauvreté, on parlait de travailleurs, de salariés et de prolétaires . Même les micro-espaces périphériques qui s’étendaient à l’infini, étaient qualifiés de « prolétaires ». C’est ainsi que les espaces de construction spontanée, étaient appelés  colonias proletarias, anticipant ainsi sur leur condition de colonia obrera. Ce n’est que beaucoup plus tard qu’on parlera d’informalité et d’irrégularité – colonia irregular - pour les désigner osant ainsi un paradoxe digne du PRI, car par essence une colonia ne devrait pas pouvoir être « irrégulière ». Le livre « Los Hijos de Sanchez » d’Oscar Lewis, qui parlait de pauvreté,  et renvoyait même  sans la nommer à la culture de la pauvreté, fut, à sa parution,  très mal reçu à Mexico, tant dans les milieux politiques qu’intellectuels. Quant à la classe moyenne bienveillante, elle accordait généralement  aux plus pauvres présents en ville, le qualificatif d’ indito mais certainement pas de pauvres .

  • 26  - Voir les paroles prononcées au début des réunions communautaires de quartiers dans le cadre des (...)
  • 27  - Voir Hélène Rivière d’Arc, Pouvoir local et participation ou d’un nouvel usage de la démocratie, (...)

34Bien différente était la situation au Brésil où certes, le discours des planificateurs parlait de croissance du salariat et les intellectuels de prolétarisation, mais tous parlaient aussi de « 0 à 2 », « 2 à 5 » etc., tandis que les populations urbaines, entraînées dans la dynamique très présente de la Théologie de la Libération et de son bras actif, l’Eglise des Pauvres, s’auto-désignaient comme pauvres. Ils construisaient une partie de leurs luttes urbaines et/ou sociales et « communautaires » autour de cette identité26 et pour la reconnaissance de leur dignité dans une société duale 27.

35Pour interpréter ce moment et lorsqu’il s’agit de penser le développement, on dira que la ville n’a pas cessé en « Occident » depuis Braudel,  d’être pour tous, en même temps que la cité, le reflet de la consolidation et de la fragilisation du capitalisme mondialisé. Et pourtant, l’échelle nationale qui permettait la construction d’une rhétorique relativement hégémonique dut accepter le retour de ce va et vient du local au global et du global au local à la fin des années 1980.

Les mots qui ont ainsi tiré leur épingle du jeu

  • 28  - Voir Charlotte Boisteau (dir.), Politicas urbanas en ciudades de América latina ; hacia una gest (...)
  • 29  - Voir Dossié de denuncia. Organização Forum Centro Vivo. Violações dos direitos humanos no centro (...)

36Paradoxalement, ce sont donc des mots remèdes utilisés à l’époque de l’hygiénisme qui refont surface quand il s’agit de penser la ville durable ou le développement durable en ville. Parmi les mots du diagnostic, même si « pauvreté » et son corollaire « degré de privation » restent très présents au Brésil, notamment dans les milieux intellectuels pour désigner la nature de cette pauvreté et  l’extrêmisme social qui fracture la société urbaine, on voit aussi s’ancrer de nouveaux descripteurs comme « insécurité » et « risque ». Ils  conduisent à formuler l’action qui en découle,  dans ces termes : « comment contribuer à l’émergence d’une sécurité citoyenne ? »28. C’est un renvoi ambigu aux droits de l’homme, fondement actuel de toute l’argumentation des ONG militantes dans les luttes qui se déroulent aujourd’hui 29 et dont le seul oubli est « la Sécurité sociale  universelle ». La désignation de maladies spécifiques aux quartiers de « bas revenus », comme si la contagion s’arrêtait sur le trottoir d’en face ainsi que la lutte contre l’ancrage micro-local des virus et des microbes, constitue par contre un des chapitres des agendas 21 municipaux, en des termes moins stigmatisants toutefois que ceux qui étaient pratiqués à l’époque hygiéniste. De celle-ci, on s’efforce plutôt de diffuser les injonctions positives et « civilisatrices ».

  • 30  - Exposé de René Coulomb, professeur à la UAM, Groupe « ville », IHEAL, hiver 2007-2008

37Lorsqu’on parle par exemple de réhabiliter la ville grâce à des politiques publiques, on a recours,  selon la  fibre plus ou moins sociale de ceux qui les énoncent, à des corpus de mots divers, tant dans le monde politique que dans le monde savant. Le monde des opérationnels, quant à lui,  semble camper sur ses catégories assez simplistes : populaire, bas revenus, A,B,C, 0 à 3 …Le développement durable, quant à lui, vise une catégorie floue : le « populaire », exclusivement identifiable par les revenus ou l’absence de revenus . Les politiques de logements, tant au Brésil qu’au Mexique parlent d’ailleurs de logement populaire (Brésil) et d’intérêt social au Mexique30. Ainsi d’aucuns diront donc : au niveau local, quelque soit l’échelle prise en compte, le développement relève d’une approche sectorielle complexe que l’on peut traduire par un indicateur . C’est la grande  différence avec le passé hygiéniste.

  • 31  - Voir Luiz Cesar de Queiros Ribeiro, Classes sociales et politiques urbaines au Brésil, in : Hélè (...)
  • 32  -Ibid.

38Il convient cependant de se pencher sur cette échelle : le « quelque soit l’échelle locale » a toujours posé la question de sa pertinence : celle de l’identification des « espaces populaires » anomiques ou désignés comme marginaux dans les années 1960, contigus des espaces en mouvement que la modernisation jusqu’aux années 1950, puis le développement, ont exigé soit de séparer, soit d’intégrer ou même de « solidariser »31 selon les approches idéologiques. A l’époque euphorique de la croissance urbaine, la grande ville apparaissait comme la vitrine de la modernité et ses avatars, l’existence des quartiers anomiques, faisait partie de la logique de « la raison dualiste » (déjà à la mode parmi les élites de la Première République au Brésil, nous dit Luiz Cesar de Queiros Ribeiro, 2006)32 . Les recommandations appuyées d’intervention sur l’agglomération unifiée qui sont faites aujourd’hui, s’appuient sur un vocabulaire que ne renieraient pas les urbanistes des années 1910-1930. Il faut donc décrypter ces recommandations qui renvoient à un passé antérieur à 1930.

39Voici quelques mots qui traduisent les recommandations, classés selon leur essence et la précision de l’injonction qu’ils sous-tendent :

401 – Nettoyer : saleté, incivilité et violence sont les obstacles identifiés à l’amélioration de la qualité de la vie. De New York à Rio, de Mexico à Paris, on nettoie.

412 – Assainir. Le terme s’est sans doute technicisé, mais il sous-tend toujours que la bonne santé est aussi un gage d’une certaine moralité.

423 – Améliorer. D’un usage plutôt technique, car il suppose à la fois le remède à la perte de temps et au gaspillage de tous genres, ce terme a désigné, dans tous les terrains qui servent de repères dans ce texte, l’amélioration des mises en communication hiérarchisées dans l’espace urbain.

434 – Embellir. Présent dans tous les textes illustrant l’époque hygiéniste et de nouveau pour légitimer nombre d’actions de politiques urbaines de type patrimoniales d’aujourd’hui, c’est le plus difficile à expliquer,  autant comme recommandation que comme enjeu. En effet, l’embellissement  est-il susceptible de transgresser les représentations des groupes sociaux ? Facilite-t-il un nouvel avènement de la ville rêvée pour certains ? Faut-il le classer dans la rubrique « amenities » ?        

44Car, en effet, associée à ce nouveau critère essentiel à la construction de la ville durable, appelé  amenities  ou « qualités de la vie », qui inclut  les loisirs, qui sont un remède à la « pollution visuelle » et thérapie contre les peurs, la recommandation de l’embellissement est partout présente. « Il faut embellir São Paulo », écrivait la maire PT, Marta Supplicy ; ce que ne renie pas son successeur, même s’il ne peut concevoir cet embellissement sans « nettoyage ». C’est une des leçons de la première partie de notre article.

  • 33  - Voir Daniel Hiernaux, Les imaginaires et les lieux dans la reconquête du centre historique de Me (...)
  • 34  - A l’instar de ce qui se fait à Paris, la Mairie de Mexico a créé des « plages » provisoires dans (...)

45Au Mexique, la légitimation de l’embellissement passe par une glorification du multiculturalisme (mais aussi par le nettoyage33 …), comme inversion sémantique dans un contexte de stigmatisation. A Paris, sans oublier que les fêtes embellisent34, la qualité de la vie quotidienne des habitants n’échappe pas au souci de la mairie : « Pour embellir votre cadre de vie, la Mairie travaille à l’élargissement des trottoirs ».

  • 35  - Voir Jan Bitoun, Les territoires du dialogue : mots de la ville et enjeu de la gestion participa (...)
  • 36  - Voir différentes interventions et conférences de Vincent Renard au cours des années 2007 et 2008 (...)
  • 37  - Voir Neil Smith, Gentrification and the rent gap, Annals for the American Geographers, 77, 1987 (...)

46Si l’on distingue ces périodes que nous délimitons sans trop de nuances, et si l’on rappelle la remarque (op.cit.) de Jean-Charles Depaule et Christian Topalov en la faisant nôtre, à savoir « les mots ne sont qu’exceptionnellement synchrones avec d’autres changements d’ordre non langagier », on peut observer à des moments divers, une vulgarisation de ces mots auprès de publics variés, mais aussi la création de nouveaux mots créés pour les contrer et que s’approprient parfois des locuteurs auxquels on ne s’attendait pas . On peut dire que l’ « embellissement » a sauté à pieds joints sur une période. En effet, dans les années 1970, la définition de la marginalité socio-spatiale des périphéries, a suscité chez les opérationnels, la vulgarisation des mots de l’Etat providence ; on les trouve en Europe aussi bien en Italie que dans les pays de l’Est européen, mais c’est à l’inventivité française, ZAC et surtout ZUP et ZUS,  qu’on peut plutôt comparer les désignations brésiliennes qui rendent compte à la fois de la situation sociale et de la nécessité d’une intervention publique ; c’est l’origine du mot ZEIS qui existe toujours près de vingt-cinq ans après son invention35, et après que la démocratie et son corollaire la montée de l’empowerment populaire , ait fait passer la question de l’accès au logement avant celui de l’entrée dans le salariat. Ce fut partout l’apogée du zoning.  Cette diffusion du vocabulaire de l’Etat providence apparut comme un épiphénomène du long débat auquel avait contribué en 1973, un colloque sur le logement urbain dans le Tiers-Monde, qui se tint à l’Université de Vincennes, où architectes et urbanistes communistes et gauchistes – français et latino-américains – s’affrontaient sur la qualité des formes du logement social et sur les processus d’accès à ce type de logement. Les premiers mettaient l’accent sur la nécessité d’une recherche de la lumière  dans les logements et sur l’égalité des familles résidentes ; ils promouvaient les modèles barres et/ou pé de casa ou petites maisons en série. les seconds prônaient les interventions correctrices sur les quartiers spontanés, notamment sur les favelas de Rio qui avaient tellement enchanté Le Corbusier lors de ses voyages en Amérique du Sud.   Ce débat dont se sont emparés par la suite les ONG, dure depuis plus de trente ans ; au Brésil, le terme ZEIS fait partie des désignations populaires des lieux mais les conditions de ses performances « actantes » ont changé car les villes se sont étendues à l’infini et les gouvernements locaux ont perdu les contrôles sur les prix du foncier en général36 et sur la rent gap en particulier37 . On voit cependant que l’embellissement ne faisait sens que pour ceux parmi les architectes, urbanistes et politiques,  qu’enchantaient l’urbanisme de la favela ; les autres, quand il s’agissait de loger les travailleurs, ne se posaient alors pas la question de ce que la diversité ou le multi-culturalisme pouvait apporter .

  • 38  - Je ne reconstitue pas sa divulgation rapide car le terme venu de l’anglais mix, est d’un usage r (...)

47Aujourd’hui, la recommandation d’embellissement masque, à travers l’usage d’un vocabulaire soft et pas trop sécuritaire, la sourde peur de l’ancrage de la violence dans des lieux non contrôlés. On l’associe d’ailleurs à un autre terme qui n’était guère à l’ordre du jour du temps du « vieil » hygiénisme mais qui a été divulgué entre Europe et Amérique latine, et Amérique du Nord – Canada surtout -, à toute vitesse depuis 1995, celui de la mixité, sociale et spatiale, comme moyen de pacification sociale et  comme perspective38. A quelle échelle ; c’est là un nouveau débat.

48« Nettoyer » est certes plus brutal que « mélanger », car le contenu de l’injonction est construit sur une identification pêle-mêle de tous les stigmates, associé à la condition holiste de la pauvreté. C’est pourquoi certains mots qui rendent compte de processus (volontaires ou structurels), savants et/ou « civilisés », deviennent emblématiques de l’affrontement social : hygiénisme en est un, lorsqu’il est associé à gentrification perçue comme processus positif, alors qu’il masque pour les pauvres ou les défavorisés (baixa renda), la violence de l’expulsion éventuelle ou réelle. Ce ce que nous disait la première partie de notre article.

Conclusion  

  • 39  - Voir Vincent Renard, Les conditions économiques du renouvellement urbain, in : Hélène Rivière d’ (...)
  • 40  - Voir CEPAL, PNUD, OIT, Emprego, desenvolvimento urbano e trabalho decente : a experiencia brasil (...)

49Les spécialistes du local , du territoire et les opérationnels de l’urbain (architectes, spécialistes du planning, experts), associés aux personnages politiques locaux, ont construits des modèles de développement locaux fondés sur l’analyse en profondeur dans le temps des déséquilibres et/ou des inégalités ; la compétition entre les villes est devenue la règle vis-à-vis des agences de financement mais aussi vis-à-vis des institutions qui ont le pouvoir d’attribuer un label de qualité culturelle (l’Unesco certes, mais aussi des instances comme celle des Jeux Olympiques, de la musique, de musées etc.). Gérer les hommes et les richesses dans ce contexte a exigé des pouvoirs locaux qu’il fasse appel à des recettes, à des medias, à des réseaux qui échappent à la configuration hiérarchisée du pouvoir central. Chacun de ces réseaux a fabriqué des vocabulaires le plus souvent en anglais d’ailleurs, mais que le français, de même que l’espagnol et le portugais,  ont traduit à peu près dans les mêmes délais, adaptant aux situations nouvelles, soit les mots de leur croissance, soit de leur « accès à la modernité urbaine », avec ses revirements et ses euphories modernistes. La façon dont la ville est parlée à différents moments conduit à anticiper sur des situations collectives de progrès ou de crise ou bien encore à entériner ces situations sans que ces dernières soient  forcément irréversibles ; elle révèle la multiplicité des champs sociaux-spatiaux que suppose le développement durable urbain. Les discours, les mots essaient de donner une cohérence (parler) et de construire un projet (l’action) ; pour cela ils privilégient des corpus : un corpus moderniste, un corpus hygiéniste, un corpus sécuritaire. Chacun de ces corpus travaille sur des normes que l’on croit appelées à durer ; pourquoi l’analyse de l’usage de ces trois corpus donne-t-elle l’impression de déjà vu; ces usages lexicaux crée-t-il les normes sociales dans un espace donné ou les consolident-ils. La disparition, de  façon provisoire ou définitive de certains mots ou la pérennité  de leur usage, signifie cependant que les normes socio-spatiales ne se consolident pas. En fait, c’est ce que nous avons voulu montrer. Certains mots ont cependant traversé les époques ; même s’ils ont perdu de leur apparence d’efficacité, certains connaissent une nouvelle jeunesse. Ce serait le cas de « planification urbaine », considérée comme disparue par certains. Or c’est un mot qui ressurgit très vivement en Amérique latine, au Ministère de la Ville brésilien ainsi que  dans le monde académique local brésilien notamment, et qui n’a jamais disparu du vocabulaire technocratique mexicain39. Cette trajectoire de l’usage du mot, réactualisé aujourd’hui, signifie qu’il faut penser l’agglomération comme un tout, la gérer comme telle (surtout du point de vue des transports et de la diffusion des services) et que tout le monde y a sa place. Les mots qui expriment les précarités s’érigent en force; les institutions internationales ne peuvent pas s’y tromper. En plus de « l’habitat digne », elles viennent de créer le concept de « travail décent » à l’attention de gens qui commencent à se fatiguer de s’auto-désigner comme pauvres pour se définir  - et instrumentaliser ces conditions – comme « gente trabajadora » (Mexique) et plutôt « baixa renda » au Brésil ,40 dans les deux cas pour se distinguer de la clase media/media. Les mots de l’hygiénisme seraient-ils alors déjà, et de nouveau dépassés ?

Haut de page

Notes

1  - Conseil municipal qui a le pouvoir de légiférer.

2  - Circonscription administrative du centre ville.

3  - Une partie du centre ville a reçu le sobriquet de Cracolandia.

4  - Voir Campanha Prestes Maia, 2006

5  -  Nous traduisons ici directement le terme largement utilisé au Brésil de marginal dans le sens de personne qui commet des délits.

6   - Dans la typologie des catégories sociales considérées comme opérationnelles par ceux qui investissent dans la ville, il s’agirait de B – et de C+.

7  - Catherine Bidou-Zachariasen (ed.), De volta a cidade : dos processos de gentrificação as politicas de « revitalização » dos centros urbanos, Anna Blume Ed., São Paulo, 2006

8  - L’occupation est en effet, une très ancienne méthode d’accès à la ville. Elle a changé de statut juridique à plusieurs reprises.

9  - Voir Hélène Rivière d’Arc et Graciela Schneier, De Caracas à Rio et Buenos Aires, un siècle d’aspiration à la modernité urbaine,  in : Hélène Rivière d’Arc (dir.), L’Amérique latine au XIXe et XXe siècles, Héritages et territoires, Armand Colin, Paris 1993.

10  - Voir Sandra Jatahy Pesavento, Discours scientifique et politiques publiques au su du Brésil (1914-1930). In Amérique latine : les discours techniques et savants sur la ville dans la politique urbaine, Textes réunis par Hélène Rivière d’Arc, Most –Unesco, Document de Travail n°37, 1999.

11  - Ainsi, pouvait-on continuer à parler non plus de sous-développement mais de mal-développement, une expression particulièrement appliquée à l’Amérique latine. Voir Bernard Bret, Justice et territoire, une réflexion à partir du cas brésilien, Strates, Parcours dans la recherche urbaine, Michel Rochefort, un géographe engagé, numéro hors-série, 2002

12  - Cette hypothèse s’est construite au long de mes recherches.

13  - Voir Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Fayard, Paris 1982

14  - Voir Jean-Charles Depaule et Christian Topalov, Introduction au dossier « Les Mots de la Ville » , Genèse n°33, 1998.

15  - Voir Maria Stella Martins Bresciani, Langage savant et politique urbaine à São Paulo, 1890-1950, in : Most Unesco, Projet « Les mots de la ville », Amérique latine, Les discours techniques et savants sur la ville dans la politique urbaine, Textes réunis par Hélène Rivière d’Arc, Document de travail n°37, 1999

16  - Expressions citées par Lisia Valladares, La favela d’un siècle à l’autre, Editions de la MSH, Paris 2006

17  - Serge Gruzinski, Histoire de Mexico, Paris, Fayard, 1996

18  - Voir Hélène Rivière d’Arc et Xochitl Ibarra Ibarra, De Guadalajara à Recife et Salvador, du vocabulaire de l’action à celui de la légitimité urbaine, in : Hélène Rivière d’Arc (dir.), Nommer les nouveaux territoires urbains, Paris,  Ed. Unesco-Ed.de la MSH, 2001

19  - On connaît trop « karcher »… mais on peut évoquer le gouverneur de Rio par exemple, en plein débat médiatique sur la pertinence du film  Tropa de Elite , déclarant en novembre 2007 (Folha de São Paulo) qu’il était en faveur de l’avortement parce qu’ainsi les femmes des favelas donneraient naissance à moins de marginaux

20  - Jean-Charles Depaule et Christian Topalov, La ville à travers ses mots, MOST, phase I (1994-2003), Website Unesco

21  - Voir Millenium Project, Task Force on improving the lives of Slum Dwellers, Background Paper, 2003

22  - Voir Mike Davis, Planet of Slums, Hardcover 2006 ; traduit en français : Le pire des mondes possibles, de l’explosion urbaine au bidonville global, Paris, La Découverte, 2006. Voir aussi Alan Gilbert, The return of the slum : does language matter ? International Journal of Urban and regional research, 31 (4), 2007, pp. 697-713. Il renvoie entre autre ville, à Mexico.

23  - Voir Sandra Jatahy Pesavento, Cortiços, porões, casebres …où habitent les pauvres ? (sud du Brésil, fin du XIXe siècle), in Jean-Charles Depaule (dir.), Les mots de la stigmatisation urbaine, Editions Unesco, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris 2006

24  Voir Alicia Novick et Horacio Caride, La construction de la banlieue à Buenos Aires (1925-1947), in Hélène Rivière d’Arc (dir.), Nommer les nouveaux territoires urbains, Editions Unesco, editions maison des Sciences de l’Homme, Paris, 2001

25  - La mise en perspective Brésil-France mériterait à ce propos toute une interprétation. Il en existe une tentative : Hélène Rivière d’Arc, Territoires urbains et sociétés dans la globalisation : une mise en perspective Brésil-France, Cahiers de Brésil Contemporain, n° spécial sur «  L’économie brésilienne dans la mondialisation » dirigé par Michel Schiray,  n°41-42, 2000

26  - Voir les paroles prononcées au début des réunions communautaires de quartiers dans le cadre des Pastorales.

27  - Voir Hélène Rivière d’Arc, Pouvoir local et participation ou d’un nouvel usage de la démocratie, n° spécial sur « Le Brésil : la voie démocratique », dirigé par Hélène Rivière d’Arc et Henriette Asséo, Les Temps Modernes, juin 1987. Voir aussi, Hélène Rivière d’Arc, Has basism disapeared in Brazil, Bulletin of Latin-American Studies, Cambridge, 1999.

28  - Voir Charlotte Boisteau (dir.), Politicas urbanas en ciudades de América latina ; hacia una gestion integral de la ciudad, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Cahiers du LASUR, août 2007

29  - Voir Dossié de denuncia. Organização Forum Centro Vivo. Violações dos direitos humanos no centro de SãoPaulo : propostas e reinvidicações para politicas públicas, junho de 2006

30  - Exposé de René Coulomb, professeur à la UAM, Groupe « ville », IHEAL, hiver 2007-2008

31  - Voir Luiz Cesar de Queiros Ribeiro, Classes sociales et politiques urbaines au Brésil, in : Hélène Rivière d’Arc et Maurizio Memoli (dir.), Le pari urbain en Amérique latine, Vivre dans le centre des villes, Armand Colin, 2006 . Voir aussi Alicia Novick y Horacio Caride, Ciudad versus area metropolitana. Notas para la historia del Gran Buenos Aires, in MOST Unesco, Projet “Les mots de la ville”, Amérique latine : les discours techniques et savants sur la ville dans la politique urbaine, Textes réunis par Hélène Rivière d’Arc, n°37, 1999

32  -Ibid.

33  - Voir Daniel Hiernaux, Les imaginaires et les lieux dans la reconquête du centre historique de Mexico, in Hélène Rivière d’Arc et Maurizio Memoli (dir.), Le pari urbain en Amérique latine, vivre dans le centre des villes, Paris, Armand Colin, 2006.

34  - A l’instar de ce qui se fait à Paris, la Mairie de Mexico a créé des « plages » provisoires dans certains quartiers, plutôt de classe moyenne, et une piste de patinage sur le Zocalo édifiée au moment de Noël. Ce qui est encore modeste, comparé à « la qualité de la vie » à Dubai ou l’on trouve une piste de ski.  

35  - Voir Jan Bitoun, Les territoires du dialogue : mots de la ville et enjeu de la gestion participative à Recife, MOST, Document de Travail n°37, Projet « Les Mots de la Ville », Amérique latine : Les discours techniques et savants sur la ville dans la politique urbaine, Textes réunis par Hélène Rivière d’Arc, Unesco 1999.

36  - Voir différentes interventions et conférences de Vincent Renard au cours des années 2007 et 2008.

37  - Voir Neil Smith, Gentrification and the rent gap, Annals for the American Geographers, 77, 1987 p.462-478.

38  - Je ne reconstitue pas sa divulgation rapide car le terme venu de l’anglais mix, est d’un usage récent en Amérique latine ; il est passé par le français mixité et on voit apparaître mixidad en espagnol (au Chili notamment) et mistura au Brésil. pour désigner les applications souhaitables  des politiques urbaines . C’est une autre histoire.  

39  - Voir Vincent Renard, Les conditions économiques du renouvellement urbain, in : Hélène Rivière d’Arc et Maurizio Memoli (dir.), Le pari urbain en Amérique latine, vivre dans le centre des villes, Armand Colin, Paris, 2006. Voir aussi, Daniel Hiernaux, Les mots de la planification du territoire au Mexique, MOST, Document de Travail n°37, Projet « Les Mots de la Ville », Amérique latine : les discours techniques et savants sur la ville dans la politique urbaine, Textes réunis par Hélène Rivière d’Arc, Unesco, 1999.

40  - Voir CEPAL, PNUD, OIT, Emprego, desenvolvimento urbano e trabalho decente : a experiencia brasileirarecente, setembro 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Rivière d’Arc, « Le retour et la circulation  des énoncés hygiénistes comme médiateurs du projet urbain : de São Paulo à d’autres métropoles », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 29 janvier 2010, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/58835 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.58835

Haut de page

Auteur

Hélène Rivière d’Arc

Directrice de recherche émérite au CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page