Navigation – Plan du site
Marcela Quiroga Zuluaga

La domination coloniale au pluriel : Le pouvoir colonial et la conquête des peuples Muiscas, Paeces et Chimilas dans la Nouvelle Grenade.

Thèse soutenue à l'EHESS de Paris le 14 décembre 2009. Directeur de thèse : Juan Carlos Garavaglia. Membres du jury : Pilar Garcia Jordan, Christophe Giudicelli, Joanne Rapapport et Gilles Riviere.
[03/03/2010]

Résumés

Le travail de recherche intitulé La domination coloniale au pluriel étudie les processus d’assujettissement et de conquête des peuples muiscas, paeces et chimilas de la Nouvelle Grenade, l’actuelle Colombie, entre le XVIème et le XVIIIème siècle. Cette étude se propose d’observer aussi bien les ressources utilisées par le pouvoir espagnol pour atteindre ses objectifs stratégiques (conquérir ces trois peuples) que les variantes introduites par la confrontation avec trois réalités sociopolitiques bien différentes. C’est-à-dire que nous nous proposons, d’une part, mettre en lumière le rôle déterminant des protagonistes indiens dans l’établissement et la caractérisation des relations et des dispositifs du pouvoir colonial espagnol. D’autre part, nous avons cherché à découvrir la variété des réponses et de reconfigurations forgées par ces peuples dans leur interaction avec le pouvoir colonial. En somme, nous nous proposons de montrer que les relations établies entre indiens et conquérants ne sont pas uniquement le résultat d’une dynamique unidirectionnelle orientée par les Espagnols et qu’elles furent modulées par les réponses de ces peuples. En effet, ils ont mis sur pied des dynamiques et des processus singuliers dont l’origine, selon l’hypothèse soutenue par cette étude, se trouve dans les formes d’organisation sociopolitiques de ces peuples.

Haut de page

Texte intégral

Introduction de la thèse doctorale

« Mais les choses sont complètement différentes pour ce qui est du gouvernement et de l’administration des Indes, surtout quand il s’agit d’aborder et de peupler les nouveaux royaumes. Tout est nouveau. Il n’y a pas de coutumes établies. Les lois et le droit, à l’exception du droit naturel, ne sont absolument pas stables. Les traditions et les exemples des temps anciens n’existent pas ou, s’ils existent, ils sont détestables. Chaque jour on constate des faits imprévus. Les droits municipaux sont ignorés ou pas assez consolidés pour résoudre les litiges. Les lois espagnoles et le droit romain sont en grande partie opposés aux us et coutumes des barbares venant de temps très anciens. L’état de la république est très instable et varié et si hétérogène que ce qu’hier était considéré droit et profitable devient très inique et préjudiciable lorsque la situation change » [Joaquín Acosta De Procuranda Idorum Salute. Pacificación y Colonización]

  • 1  Boccara Guillaume, « Antropología diacrónica », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, [en ligne], BAC, Boccar (...)

1La colonisation espagnoleconstitue un vaste sujet de réflexion qui a été à l’origine de multiples recherches impliquant des approches diverses et provoquant des discussions prolifiques. Il serait très difficile de rendre compte de tout cet univers dans une brève introduction. Cependant, en ce qui concerne notre travail, qui s’inscrit dans le domaine de l’observation qui se propose d’étudier les relations entre les protagonistes de ce processus historique - les Indiens et les Espagnols-, nous pouvons réduire à deux les divers types d’approche. Le premier envisage ce processus du point de vue des colonisateurs, à travers l’analyse des relations de domination instituées, après la conquête, par la Couronne espagnole et ses émissaires sur les peuples américains. Il faut préciser que, dans cette perspective, la colonisation espagnole semble un processus homogène et continu où les Espagnols, apparaissent comme les protagonistes principaux détenteurs d’un pouvoir politique face auquel les populations assujetties n’ont pas eu la possibilité d’agir. La deuxième approche, plus récente, résultat de nouveaux travaux et de la découverte de nouveaux documents, propose au contraire une lecture qui intègre les actions menées par les acteurs indigènes. Sous ce regard, les peuples indigènes, loin d’être une « masse inactive » qui subit le pouvoir colonial, s’avèrent être des protagonistes dynamiques de multiples tentatives d’adaptation, de résistance et d’innovation qui déclencheront divers processus de construction sociale.1

2Dans une certaine mesure, cette étude se situe entre ces deux lignes de travail. En effet, elle se propose d’analyser les mécanismes déployés par le pouvoir colonial auprès de trois peuples indiens du territoire de la Nouvelle Grenade mais, en même temps, elle prétend montrer que les relations de pouvoir dans lesquelles ont pris forme ces mécanismes ne furent pas uniquement le résultat d’une dynamique unidimensionnelle orientée par les Espagnols, c’est-à-dire la conséquence exclusive de l’action espagnole sur les peuples américains. En fait, ces relations furent infléchies par les réactions de ces derniers. Bien que les relations instaurées dans le cadre de la colonisation espagnole durant les trois siècles d’occupation du sol américain aient eu comme conséquence une réalité objective commune -l’exploitation des populations américaines et de leurs territoires - elles ont configuré des dynamiques et des processus singuliers qui portaient le sceau des sociétés indiennes dont les variantes, vues à une échelle plus petite, brisent l’homogénéité de ce processus historique.

3C’est justement ce que nous voulons souligner avec l’étude des dynamiques de soumission des Indiens muiscas, paeces et chimilas. Ces peuples, loin de constituer une illustration de l’action du pouvoir colonial ou de mettre en évidence des situations exceptionnelles, nous informent sur la variabilité et la particularité inhérentes aux relations de pouvoir instaurées par la colonisation espagnole, surtout lorsque l’on les observe dans différents contextes de confrontation politique correspondant à la diversité des réalités indiennes.

Relations de pouvoir mobiles et instables

  • 2  Foucault, Michel, Histoire de la sexualité, t.1, Paris, Tel Gallimard, 1976, p. 121.
  • 3  Foucault, Michel, Dits et écrits, t .2, Gallimard, Paris, 1994 [1977], p. 299.

4Envisager les processus de soumission indienne conduits par les mécanismes du pouvoir espagnol en incorporant les acteurs indigènes présuppose une conception spécifique des relations de pouvoir. Nous devons signaler que, dans ce travail, le pouvoir n’est pas compris comme une institution ou comme une structure, ni comme la force exercée par le groupe dominant mais plutôt comme une dynamique résultant de la multiplicité des rapports de force dont les peuples américains furent un pôle de tension2. Le pouvoir colonial, comme toute autre forme de pouvoir, mit en jeu de nombreux dispositifs. Il s’agit de tout un ensemble d’actions, « du dit, aussi bien que du non-dit », dont le but était d’atteindre ses objectifs stratégiques.3 On le sait, dans le cas de la colonisation espagnole, ces objectifs étaient, au moins formellement, de soumettre les Américains à la monarchie espagnole et de les évangéliser. Cependant, ces actions et ces manœuvres concrètes, confrontées à chaque contexte indien, furent reformulées aussi bien à cause des objectifs locaux de la conquête qu’à cause des actions et des réponses de ces peuples qui, eux aussi, étaient des sujets de pouvoir. Ainsi, comme nous essaierons de le montrer, s’il est vrai que, indépendamment de l’endroit il, la Couronne espagnole afficha le même esprit de concrétiser un rapport de subordination à l’égard des peuples indiens afin de consolider la domination coloniale, « les manières de faire de la politique » de ces peuples ont mis en place différentes relations de pouvoir que nous pourrions qualifier de mobiles, instables et divergentes. Or, réciproquement, du point de vue indien, ces processus de soumission ont conditionné le développement des peuples américains car c’est justement dans la dynamique de ces relations instituées par la colonisation espagnole que prendra corps une partie de leurs transformations. Somme toute, l’interaction des actions espagnoles, réussies ou non, avec les acteurs indiens impliqués est à l’origine aussi bien des dynamiques locales de soumission que des processus conjoncturels de genèse et de construction de la réalité indienne.

5En partant de ces présupposés, c’est donc dans une triple perspective que ce travail sera mené. En premier lieu, nous observerons les différents mécanismes déployés par le pouvoir espagnol pour soumettre les Indiens en fonction de ses objectifs afin de mettre en évidence les situations stratégiques qui leur ont donné du sens. En deuxième lieu, nous essaierons de les situer dans le cadre des relations de pouvoir multilatérales dont les peuples indigènes furent aussi des protagonistes afin de montrer les différences formelles qui les ont caractérisés. Finalement, nous tenterons de dégager les logiques indigènes qu’ils mirent en marche pour mettre en lumière les différents processus d’adaptation et d’innovation forgés par les sociétés indiennes sous l’action du pouvoir colonial.

Le choix : les peuples muiscas, paeces et chimilas

6Le choix des peuples sur lesquels porte cette étude obéit à l’hypothèse selon laquelle les processus de soumission des Indiens conduits par la colonisation espagnole ont constitué divers espaces de confrontation politique déterminés surtout par les organisations et les manières de faire de la politique des peuples américains. En fait, ces différences sociopolitiques n’ont pas échappé au regard des conquérants et des colons espagnols. La compréhension de ces différences, ainsi que d’autres aspects tels que l’existence d’une religion et les normes de résidence indienne, non seulement ont permis aux Espagnols de se représenter la réalité indigèned’une façon concrète – seigneuries, barbares et behetrías -mais encore ces aspects furent pris en compte à l’heure de configurer et de mettre en place des mécanismes visant l’assujettissement des Indiens. Or, les peuples muiscas, paeces et chimilas fournissent un bon exemple de la diversité sociopolitique à laquelle ont été confrontés les Espagnols. En effet, à un extrême, nous pouvons placer la société muisca organisée, d’après les Espagnols, en seigneuries, assimilées par erreur à la noblesse espagnole à cause de pratiques comme le « tribut » des sujets à leurs chefs :

  • 4  Castellanos Juan, Historia del Nuevo Reino de Granada, t. I, Madrid, Imprenta de A; Pérez y Melia, (...)

« Dans ce cloître et circuit, il y avait une multitude de caciques à qui les gens ordinaires donnaient des tributs. Et la plupart de ces princes servaient deux rois différents -l’un Bogotá et l’autre Tunja qui, comme ils étaient puissants, essayaient de conquérir les états4. »

  • 5  [1626] Simón, Pedro, Noticias historiales de la conquista de Tierra firme, t. 2, Bogotá, Ediciones (...)

« Tous les caciques n’étaient pas égaux en catégorie car certains d’entre eux étaient mineurs ou secondaires et de sang moins noble ; d’autres jouissaient de plus d’estime, appelés Bsaque [Usaque] […] Le Tibacuy était comme un connétable, Guatavita et Ubaque étaient comme des ducs, le Suba [étant le] vice-roi et le roi [étant] le Bogotá »5.

7En réalité, ces descriptions font référence aux cacicazgos et elles mettaient en évidence l’existence d’une autorité centralisée représentée par un chef stable dont les caractéristiques politiques, telle que l’obéissance de ses sujets, avaient permis aux Espagnols une conquête rapide.

8A l’autre extrême, nous trouverons les peuples des provinces Páez et Chimila, appartenant à des sociétés que les conquérants appelaient « barbares », « Indiens de guerre » ou « Indiens de mauvaise paix » :

  • 6  [1760] Velasco, Juan, Historia del Reino de Quito en la América Meridional, t. 2, Quito, Bibliotec (...)

« [Les Paeces] étaient tous des barbares rustiques et on déduit qu’ils étaient les descendants des Caraïbes des Antilles parce que presque tous étaient anthropophages et ils se mangeaient les uns les autres lors de leurs guerres continuelles. A peine il y avait chez eux de traces de religion, à l’exception de la croyance commune en l’immortalité de l’âme et même cette croyance était bien plus imparfaite que chez les Péruviens »6

  • 7  [1739] Rosa, José Nicolás de la, Floresta de la santa iglesia catedral de la ciudad y provincia de (...)

« Ceux qui infestent les environs du village de Santa Marta et qui demeurent dans les lieux le plus vastes et sauvages des ’montagnes’ de Rio Frío, à partir d’où ils rejoignent la mer et de celle-ci le fleuve de la Magdalena, sont les indiens que l’on dénomme couramment Chimilas […] Ils sont habiles dans l’usage du carquois, de l’arc et des flèches. Mais ils sont traîtres puisqu’ils ne sortent pas à découvert, sauf lors des embuscades, d’où ils tendent des pièges le long des chemins, avec la barbare motivation de tuer les voyageurs […] Enfin, ils sont barbares sous tous les aspects, mais on ne peut pas relater leurs pratiques politiques, car personne n’a habité chez eux. 7»

9Il s’agit de peuples qui entraîneront beaucoup de difficultés pour leur conquête à cause de leur dispersion et de leur grande mobilité territoriale ; de l’inexistence d’un pouvoir politique centralisé dans une chefferie assurant une certaine unité sociopolitique, de l’absence de relations d’obéissance et, surtout, de leurs pratiques guerrières. C'est-à-dire que ces éléments concernant leurs pratiques sociopolitiques vont constituer une importante entrave pour l’instauration réussie du système de domination espagnol.

10Le choix de ces peuples comme sujet de notre étude a donc obéi à plusieurs aspects relatifs à leurs pratiques sociopolitiques : l’hétérogénéité de leurs organisations et, par conséquent, leurs façons différentes de répondre aux tentatives du pouvoir espagnol, leurs manières diverses d’entrer en relation avec celui-ci ainsi que les représentations que les Espagnols se sont faites de ces peuples et qui seront la base de leurs actions. Toutefois, nous devons préciser que ce choix ne signifie pas que nous cherchions à établir des modèles ou à définir des processus « types » de soumission indienne en rapport avec certaines formes sociopolitiques. Ce que nous cherchons c’est à observer la manière dont ces sociétés forgèrent des dynamiques différentes dans le cadre du fait colonial

  • 8  Patton, Paul, « Le sujet de pouvoir chez Foucault », Sociologie et sociétés, vol. 22, NO 1, Les Pr (...)

11Or, à un niveau plus général, celui qui relève des résultats concrets de la conquête des Indiens, c’est-à-dire des réussites ou des échecs du processus d’assujettissement entamé par les Espagnols, ces cas montrent également deux logiques différentes dans le pouvoir colonial lui-même. La première logique prend forme lorsque dans la dynamique d’affrontement entre indigènes et Espagnols, ces derniers sont parvenus à obtenir le contrôle et la soumissions des populations indiennes. A ce moment-là, les relations de pouvoir ont cessé d’être mobiles et instables pour devenir des relations fixes et asymétriques, c’est-à-dire des relations de domination.8 Cette nouvelle situation se caractérisera, au moins durant le XVIème et le XVIIème siècle, par l’installation effective des « mécanismes classiques » tels que l’encomienda, « les doctrines », les réductions et de nouvelles formes de gouvernement, entre autres. Des mécanismes qui, en plus de véhiculer les objectifs formels d’incorporation des indigènes à l’espace royal et de conversion des Indiens au Christianisme, ont donné lieu à différentes formes d’exploitation de la population indienne. Malgré les différences temporelles, cette situation fut commune aux peuples muiscas et paeces. Dans les deux cas, les vaincus sont devenus des « vassaux du Roi » et inscrits dans la catégorie socio-juridique d’ « Indiens », partageant les obligations des vassaux et, dans une moindre mesure, leurs droits. Pourtant, il faut préciser que s’il est vrai que les membres de ces deux peuples ont en commun leur condition de vassaux du Roi, on constate certaines variantes qui sont la conséquence des relations hispano-indiennes concrètes découlant des réponses et des actions de ces sociétés., dans un premier temps, dans le cadre de la confrontation politique provoquée par les actions de conquête menées par les Espagnols contre les Indiens et, dans un deuxième temps, dans la cadre d’autres affrontements, plus subtiles, en fonction des conditions de la domination coloniale dans chaque région.

12On peut trouver la seconde logique dans le cas des peuples insoumis Chimilas. Elle est inhérente à une dynamique des relations hispano–indigènes déterminée, par la prolongation pendant la période coloniale de l’antagonisme issu d’une opposition indienne longue et acharnée. Ici, la confrontation politique de la conquête s’est maintenue jusqu’au XVIIIème siècle. En ce sens, les dispositifs déployés par le pouvoir espagnol, ainsi que ses objectifs stratégiques seront instables et changeants et ils auront du mal à obtenir la soumission indienne dans les mêmes termes que les processus de conquête accomplis pendant le XVIème et du XVIIème siècle. Non seulement parce que les buts de la conquête indienne ont évolue avec le temps mais aussi par le fait que les différents acteurs de ces affrontements, indigènes et Espagnols, ont changé.

13Pour résumer, en plus des différences sociopolitiques entre les peuples choisis pour cette étude et du rôle qu’elles ont joué dans la confrontation politique lors de la colonisation espagnole, ce sont justement ces aspects liés aux caractéristiques particulières de l’histoire des relations hispano-indiennes de chacun des cas qui ont guidé notre choix. Or, l’observation comparative de ces histoires pose des problèmes méthodologiques différents. Le premier concerne les périodes sur lesquelles nous avons travaillé. En effet, même si l’on peut constater, depuis le XVIème siècle, la mise en marche d’actions visant à soumettre ces peuples, chacun des processus d’assujettissement analysés a lieu à un moment historique différent. En fait, sa temporalité est déterminée par la réussite des actions de résistance indienne, le développement colonial espagnol et l’intensité des manœuvres déployées par les Espagnols afin d’atteindre leurs objectifs de conquête des Indiens. Ainsi, par exemple, dans le cas des Muiscas, les dispositifs de la domination coloniale furent mis en place immédiatement après les actions de conquête menées par Jiménez de Quesada et ses troupes en 1536 dont le résultat fut la victoire militaire espagnole. C’est pourquoi, en ce qui concerne ce peuple, nous nous occuperons principalement de la période comprise entre la seconde moitié du XVIème siècle et la seconde moitié du XVIIème car c’est justement durant cette période que l’on peut constater la stabilisation des relations du pouvoir espagnol par la mise en place de mécanismes comme l’encomienda, les réductions et les doctrines, entre autres. Parmi les peuples de la province Páez, après de multiples essais de pacification entrepris depuis la seconde moitié du XVIème siècle et au cours d’un processus moins homogène, nous pouvons constater le même résultat qu’au XVIIème siècle. Pour cette raison, pour ce qui est de ce peuple, notre travail se concentrera principalement sur ce siècle. En revanche, dans le cas des peuples chimilas, nous serons obligée de travailler surtout la seconde moitié du XVIIIème siècle car c’est seulement à ce moment-là qu’a pris corps un projet systématique et effectif visant la conquête de ce peuple. Du fait de ces différences temporelles, notre exercice de comparaison portera également sur la confrontation de processus historiques différents, ceux-ci étant définis, au niveau global, par les transformations qu’ont connues au fil du temps les objectifs et les actions de la Couronne et, au niveau local, par la construction de relations historiques particulières entre chaque peuple et les Espagnols chargés de les soumettre.

14Le deuxième problème méthodologique tient aux caractéristiques des sources documentaires. Même si la plupart de l’information utilisée provient des archives héritées de l’administration coloniale, il faut signaler certaines différences aussi bien formelles que qualitatives au sujet de chaque peuple. Ainsi, dans le cas des Muiscas, où les dispositifs de domination coloniale ont été implantés avec succès et, surtout, ont permis la constitution d’une société coloniale qui s’est concrétisée dans les centres urbains de Santafé et de Tunja, nous possédons des sources documentaires plus riches. Elles sont le fruit de tout un système administratif régulant les obligations indiennes et des politiques et des objectifs du pouvoir colonial, comme par exemple les visites. Mais, en plus, elles sont l’expression de l’appropriation par les Muiscas du nouveau cadre juridique, par exemple les litiges entamés par les Indiens auprès de la Royale Audience. C’est ainsi que nous avons accès aux voix indiennes, ce qui nous permet de reconstruire beaucoup plus facilement, de leur point de vue, leurs conditions de vie sous la domination coloniale. Or, nous devons signaler que, dans le cas de ce peuple, nous avons privilégié la documentation concernant les peuples muiscas de la province de Santafé, même si, parfois, nous avons utilisé la documentation de la province de Tunja afin de combler des vides d’information évidents.

15En contrepartie, dans le cas des Paeces et des Chimilas, où les processus d’assujettissement de la population indienne furent plus longs, notre corpus documentaire est beaucoup plus limité. C’est précisément pour cette raison que, pour ce qui est de ces deux peuples, la tâche que nous nous sommes fixée a représenté de plus grandes difficultés. Ainsi, dans le cas Páez, nous avons dû travailler avec des fragments très épars et faire face à de grands vides d’une documentation offrant peu d’éléments d’information sur les Indiens. Nous avons dû nous contenter, par exemple, de quelques titres d’encomienda et de quelques des listes hasardeuses de tributaires. D’autre part, dans le cas Chimila, les sources dont on dispose sont plus le reflet de la préoccupation des Espagnols pour assurer leurs intérêts que de leurs connaissances sur la population indienne insoumise. Il s’agit principalement de comptes-rendus des campagnes militaires menées contre eux et de la correspondance entre les vecinos espagnols et l’administration métropolitaine dont le thème principal est la pacification des rebelles. Comme conséquence du type de sources utilisées, aussi bien les voix paeces -au moins durant une grande partie de la période que comprend notre étude- et les voix chimilas ne trouveront pas d’écho dans notre travail.

16Le contenu global de ces sources semble donc être lié au rôle plus ou moins prépondérant qu’a joué la soumission indienne et à l’intensité des relations de domination coloniale dans chaque contexte de soumission. En fait, les processus d’assujettissement páez et chimila semblent avoir été périphériques en comparaison avec le processus de soumission des Muiscas. Nous devons rappeler que ce dernier a permis la consolidation d’une société coloniale qui prendra forme dans les centres urbains les plus importants de la Nouvelle Grenade qui se sont consolidés grâce à ce peuple. C’est pourquoi, même si nous portons le même intérêt à tous ces peuples, notre travail aété tributaire de la suprématie documentaire au sujet des Muiscas.

De la domination au singulier à la domination au pluriel

17Afin de mettre en évidence la diversité des situations sociopolitiques découlant de l’action des peuples indigènes sous la domination coloniale, ainsi que les relations des peuples concernés par cette étude avec les mécanismes et les agents du pouvoir espagnol, ce travail a été organisé en trois grandes parties. Dans la première partie, L’aube coloniale, nous nous situerons pour ainsi dire dans le pôle commun de la confrontation politique conduite par les conquérants pour soumettre les Indiens qui font l’objet de notre étude. Dans le premier chapitre, L’installation espagnole dans le Nouveau Royaume de Grenade, nous décrirons d’abord les avancées espagnoles qui ont configuré, tout au long du XVIème siècle, les entités politico-administratives régionales ayant encadré les territoires des peuples étudiés : la gobernación de Santa Marta, le Nouveau Royaume de Grenade et la gobernación de Popayán. Nous suivrons conjointement les évènements relatifs à la conquête des Muiscas, Paeces et Chimilas, afin de découvrir les racines des relations hispano-indigènes dans chaque cas. De même, nous nous pencherons sur le processus de l’installation espagnole et sur la formation et les caractéristiques des centres de pouvoir colonial instaurés dans les régions concernées et sur le rôle de ces peuples dans leur consolidation. Ainsi, nous constaterons que, même si les expéditions de conquête ont eu, dans un premier temps, toujours le même objectif - l’occupation des territoires indiens - et les mêmes mécanismes - la guerre et la fondation de villes -, l’intensité et l’efficacité de la résistance indienne, conséquence de ses formes de relation politique, ont donné différents visages aussi bien au processus de conquête qu’à l’établissement du pouvoir colonial au niveau local.

18Dans le deuxième chapitre, Le canevas de la domination, oùil est question des dispositifs du pouvoir espagnol, nous quitterons le terrain local des guerres de conquête pour aborder un niveau plus général: celui des fondements conceptuels et des buts formels qui ont donné du sens à ces dispositifs. Il s’agit d’analyser les discussions et les savoirs qui, en métropole, ont justifié les divers mécanismes qui furent forgés pour soumettre les peuples indiens, à travers lesquels se sont concrétisées les actions du pouvoir colonial.  Nous aborderons principalement deux problèmes qui semblent avoir déterminé et justifié ces mécanismes : le fondement de la nature de l’autorité politique espagnole sur le Nouveau Monde et la nécessité d’adapter les actions du pouvoir espagnol aux différentes réalités sociopolitiques que l’expérience sur le terrain mettait en évidence. Nous essaierons donc de montrer que les mécanismes visant à atteindre les deux grands objectifs de la Couronne - l’évangélisation de ces peuples et leur soumission à la monarchie espagnole - ont été remodelés au fils du temps au vu de la diversité sociopolitique américaine. En fait, de la fin du XVIème siècle les Espagnols non seulement ont pris conscience de cette hétérogénéité mais encore ils en ont tiré des représentations communes qui ont été à l’origine d’une première catégorisation de peuples américains. Bien que ces représentations soient « erronées », car elles étaient loin de rendre compte des véritables logiques sociopolitiques indiennes, elles leur ont permis de tracer les grandes lignes des « modèles » de soumission qui orienteront leurs manœuvres à l’égard des peuples indiens.Finalement, nous observerons ces représentations qui sous-tendent les constructions discursives espagnoles au niveau local à travers l’analyse du discours des divers agents espagnols chargés de soumettre les peuples étudiés. Il s’agit donc de restituer les discours et les savoirs espagnols sur ces sociétés indigènes au niveau local. Nous constaterons le rôle important qui fut le leur dans la définition des objectifs de la conquête indienne et dans l’établissement concret des relations de pouvoir avec ces sociétés.

19Dans la deuxième partie de cette étude, Les acteurs indiens, il est question des protagonistes indigènes de cette épopée: les peuples muiscas, paeces et chimilas. Nous essaierons de reconstruire leurs organisations sociopolitiques durant la période de la conquête. A travers cet exercice de reconstitution de l’image sociopolitique, nous pensons non seulement contribuer à la connaissance de ces sociétés à ce moment de leur histoire mais aussi à comprendre le rôle qu’ont joué leurs manières de faire de la politique dans les réponses qu’ils ont donné à l’occupation espagnole et à la caractérisation des relations que chacun d’eux a nouées avec le pouvoir espagnol. Dans ce but, notre analyse se centrera sur trois aspects : la description de leurs unités sociopolitiques ; les différents types et niveaux d’intégration sociopolitique de ces unités et leurs expressions et, finalement, la nature de l’autorité indienne. Toutefois, étant donné qu’il s’agit de trois peuples distincts, nous devrons aborder des problèmes différents.

20Ainsi, dans le chapitre 3, Les seigneuries des Andes Neogranadinos, relatif aux Muiscas, un groupe dont l’identification ethnique à partir des sources espagnoles ne présente pas de grandes difficultés, notre analyse de l’organisation sociopolitique se propose de préciser la nature des unités appelées cacicazgos, capitanías majeures ou principales et capitanías mineures ou secondaires et la manière dont ces unités se sont articulées pour parvenir à de niveaux solides d’intégration sociopolitique, comme les chefferies dont l’expression suprême est le cacicazgo. L’étude de ces aspects nous permettra ainsi de restaurer l’organisation sociopolitique muisca à partir de la logique de ce peuple et de corriger la représentation espagnole qui assimilait cette société à un système féodal.

21Dans le chapitre 4, Les indiens de Guerre, nous étudierons les peuples paeces et chimilas, sociétés qui, pendant la conquête, donnent une image sociopolitique plus « diffuse ». En plus d’analyser les divers éléments de leur structure politique qui ont permis leur identification par les conquérants comme « Indiens de guerre » ou « barbares », nous soulignerons également le fait qu’il n’est pas possible de les regrouper dans une seule catégorie ethnique : Paeces ou Chimilas. C’est pourquoi nous revisiterons les catégories espagnoles, bien ambigües, de « nation » et de « province » afin de montrer les fragiles et flexibles limites sociopolitiques qui unissaient ces sociétés « acéphales » ou, plutôt, « multicéphales » dont les dénominations [páez ou chimila] semblent être, plus que le reflet d’une unité sociopolitique, la conséquence d’une construction des colonisateurs. Ainsi, par exemple, au XVIème siècle, pour ce qui est des Paeces, il n’y a aucune information faisant référence à un peuple appelé par ce nom. Au contraire, on constate l’existence de nombreux peuples : Aviramas, Toboimas, Toribios, entre autres, qui sont désignés par un nom générique d’ordre territorial : les peuples de la province Páez. C’est pour cela que notre analyse se propose de les définir et de délimiter les espaces politiques qui les liaient dont les caractéristiques remettent en question une définition de type ethnique formulée à l’époque de la conquête.

22Ce problème est encore plus tangible dans le cas des peuples chimilas. Même si les sources espagnoles du XVIIIème siècle, au moment où l’on entreprit leur conquête effective, parlent constamment de « nation » chimila, nous essaierons de démontrer que cette catégorie comprenait une série de peuples différents sans véritables liens entre eux, à part le fait de partager des pratiques sociopolitiques autour du phénomène guerrier et d’avoir échappé à l’assujettissement des Espagnols. Mais ces peuples s’étaient transformés tout au long de deux siècles de confrontation avec l’occupant. Compte tenu du grand laps de temps qu’a pris la conquête des Indiens, il ne s’agira pas seulement de déterminer les peuples compris dans la catégorie de « Chimilas » et les espaces sociopolitiques qu’ils ont forgés mais aussi de mettre en évidence les transformations qu’ils ont connues tout au long de cet affrontement prolongé avant qu’ils soient définitivement conquis, au XVIIIème siècle.

23Dans la dernière partie de ce texte, Conjonctures coloniales, nous étudierons les dispositifs déployés par le pouvoir espagnol pour soumettre chacun des peuples étudiés. Ainsi, dans les chapitres5 et 6, Vassaux du Roi I et II,nous analyserons son action dans les processus d’assujettissement des Indiens qui ont conduit à la victoire des Espagnols et à l’établissement de relations de domination sur les Muiscas et les Paeces. Dans un premier temps, nous effectuerons une observation comparative des mécanismes locaux tels que l’encomienda, les doctrines et les réductions, ainsi que des obligations indiennes qui en ont découlé. Nous tenterons de démontrer que ces divers mécanismes, sous-tendus par un substrat idéologique commun, furent orientés non seulement par les intérêts des Espagnols locaux mais aussi, en grande partie, par las réponses des acteurs indiens. Nous espérons mettre ainsi en relief les différences dans la configuration de ces mécanismes et dans leurs objectifs mais aussi dans l’intensité de leur impact à l’intérieur de chacune de ces sociétés. Ces différences sont explicables par la spécificité des relations entre les Espagnols et les Indiens. Dans un deuxième temps, nous analyserons les effets et les transformations de ces sociétés entraînés par ces actions et les réponses qu’elles ont provoquées lors de leur mise en place. Nous découvrirons alors les dynamiques hétérogènes de ces sociétés face à l’intervention coloniale.

24Dans le dernier chapitre, La domination inachevée, nous observerons les dispositifs déployés par le pouvoir espagnol pour concrétiser la conquête des peuples Chimilas durant le XVIIIème siècle. Nous essaierons de montrent que, dans ce cas où l’affrontement entre Espagnols et Indiens s’est prolongé dans le temps, les stratégies, les objectifs et l’esprit de la conquête indienne ont évolué. Nous constaterons qu’à ce moment-là le problème de la soumission des Indiens ne relevait plus seulement des premiers objectifs formels de la colonisation mais d’autres objectifs stratégiques découlant d’une conception historique précise de l’Indien chimila en termes de sauvage et insoumis, ainsi que d’autres facteurs liés à l’expansion coloniale. Ainsi, le processus tardif de la pacification chimila constitue une illustration de la mise en œuvre des stratégies du pouvoir espagnol telles que la guerre, les missions et les réductions pour obtenir la soumission et l’évangélisation de ces sociétés « barbares ». Mais, en même temps, ils ont utilisé de nouvelles tactiques, plus pertinentes pour les objectifs de la colonisation, telles que la fondation de villes de métis et la réorganisation territoriale de la région.

25De même, en suivant la ligne de travail adoptée dans cette étude, nous analyserons les actions des Chimilas pour répondre à la mise en place de ces mécanismes afin de montrer les dynamiques indiennes qui ont empêché l’établissement de relations de domination effectives. Finalement, nous observerons les effets des actions espagnoles durant le XVIIIème siècle dans cette société. Il faut préciser qu’elles constituent le point culminant d’une série de transformations impulsées par la colonisation espagnole depuis le XVIème siècle. De cette manière, nous espérons montrer que, paradoxalement, ce peuple, bien qu’il n’ait jamais été totalement assujetti, n’a pas échappé aux conséquences de l’action coloniale.

26En définitive, nous espérons vérifier, au fils de ces pages, notre hypothèse générale selon laquelle la colonisation espagnole, vue comme l’espace de confrontation politique de multiples forces fut un processus hétérogène et que ce n’est qu’en observant l’interaction de ces forces, c’est-à-dire, les deux versants de la colonisation espagnole, que nous pourrons appréhender ce processus dans toute sa complexité et dans toute sa diversité.

Haut de page

Notes

1  Boccara Guillaume, « Antropología diacrónica », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, [en ligne], BAC, Boccara Guillaume, mis en ligne le 14 février 2005, URL<http//nuevomundo.revue.org./index589.

2  Foucault, Michel, Histoire de la sexualité, t.1, Paris, Tel Gallimard, 1976, p. 121.

3  Foucault, Michel, Dits et écrits, t .2, Gallimard, Paris, 1994 [1977], p. 299.

4  Castellanos Juan, Historia del Nuevo Reino de Granada, t. I, Madrid, Imprenta de A; Pérez y Melia, p. 21.

5  [1626] Simón, Pedro, Noticias historiales de la conquista de Tierra firme, t. 2, Bogotá, Ediciones la Revista, Ministerio de Educación Nacional, 1953, p. 257.

6  [1760] Velasco, Juan, Historia del Reino de Quito en la América Meridional, t. 2, Quito, Biblioteca Ecuatoriana Mínima, 1960, p. 250.

7  [1739] Rosa, José Nicolás de la, Floresta de la santa iglesia catedral de la ciudad y provincia de Santa Marta, Bogotá, Banco Popular, 1739, p. 290

8  Patton, Paul, « Le sujet de pouvoir chez Foucault », Sociologie et sociétés, vol. 22, NO 1, Les Presses de l'Université de Montréal, 1992 ; reproduit par érudit, <http//id.erudit.org.iderudit/001546ar>, p. 95.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcela Quiroga Zuluaga, « La domination coloniale au pluriel : Le pouvoir colonial et la conquête des peuples Muiscas, Paeces et Chimilas dans la Nouvelle Grenade. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 03 mars 2010, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/59010 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.59010

Haut de page

Auteur

Marcela Quiroga Zuluaga

marcelaquirogafr[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page